Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > La crise ou comment revivre le mythe de Sisyphe ?

La crise ou comment revivre le mythe de Sisyphe ?

Le système devient fou. Mais plutôt que de le remettre en question, personne ne veut se l’avouer. Mais pourquoi donc ?

La grave crise structurelle, systémique d’abord, et économique par ricochet dans un dernier, temps que nous vivons depuis 2008 ressemble à s’y m’éprendre à la crise de 1929. Des dettes du secteur privé, transférées au secteur public sur la base d’un odieux chantage de faire écrouler le système si d’aventure l’Etat ne prends pas ses responsabilités. Pour faire face le gouvernement de l’époque est alors contraint à une politique d’austérité qui couplée à une inflation vont à l encontre d’une croissance nécessaire à la sortie de crise. Quelle fut la sortie de crise : la guerre 39-45, et à l’issue de celle-ci la reconstruction du pays et de son économie, au travers les fameuses 30 glorieuses.

En 2011 on prend les mêmes et on recommence. Une dette des Banques, qui ont joué aux pompiers pyromanes, qui font assumer leurs prises de décisions hasardeuses digne du « bolto » et pour lesquelles le péquin moyen serait qualifié d’irresponsable, assises sur des paris fous, et qui menacent les Etats de faire effondrer le système si d’aventures on ne les sauvent pas. Mais sauver qui ?

Les banquiers ? Non pas seulement.

Les richissimes inconscients qui parce qu'ils ne gagnent pas suffisamment ont aujourd hui peur de tout perdre. Le tout au détriment des populations pour qui le travail ne suffit plus à les protéger d’une exclusion sociale et dont elles crèvent des plans de rigueurs pour sauver un système qui refuse de se réformer tellement ces apprentis sorciers se gavent et souhaitent se gaver encore et toujours plus. Mais la désespérance gagne les peuples de se voir systématiquement sollicités et d’avoir en retour :

- Un avenir incertain

- Une insécurité sociale toujours croissante

- Une perspective d'avenir désastreuse pour leurs enfants

- Un ascenseur social en panne, ou les enfants descendront les barreaux de l échelle sociale montés par leurs parents

- Un pouvoir d’achat en berne

- Une culpabilisation permanente des politiques qui se déresponsabilisent de plus en plus.

Les spécialistes annoncent une récession économique aux Etats-Unis qui ferait tache d huile au niveau de la planète. Il faut alors que la population Américaine comme mondiale, et par conséquent la France s’attende à l’annonce par leurs responsables politiques nationaux, la main sur le cœur, les tremolos dans la voix, le regard grave, la mine défaite d’un inéluctable plan rigueur pour sauver le système.

Pour faire passer la pilule, Warren Buffett, en tant que digne représentant autoproclamé de ces supers nantis ouvre le bal et souhaite voir créer un impot dédié aux supers riches, pour faire acte de solidarité.

La proposition tient du symbole. C’est un effet d’annonce.

Mais pourquoi ? car elle ne propose que de créer une tranche d’imposition supplémentaire au delà de 10 millions d euros, sans en fixer le niveau. En d’autres termes, je veux payer mais je ne dis pas combien.

Bien évidemment, les pourfendeurs de l'UMP, les bienpensants de ce système ultraliberal, déréglementé, ou seule la valeur rentabilité n'a d’importance applaudissent des deux mains. Mieux ils en font une action de communication. Les riches sont respectables ils consentent un effort pour la nation !!! Fermez le ban !!!

 Remettons les choses à leur place : une projection sur la base d’une taxe issue de la même philosophie par des spécialistes Français a été faite au niveau national. Elle ne rapporterait que 360 millions d’euros. Comparer aux centaines de milliards investis depuis 2008 par les français pour venir en aide à ces zozos de la finance, manifestement le compte n’y est pas.

De plus, si les nantis acceptent cette démarche, c’est pour faire avaler le plan de rigueur qui attend la population afin que les plus riches, et Warren Buffet le premier, puissent continuer à se frotter la panse, à moindre coût, mais avec en sus une bonne conscience et une image redorée. Il n’y a dans cette démarche aucune éthique, aucune morale, aucune solidarité. Seulement la peur que les populations se soulèvent et que le système explose.

La solution : taxer les plus-values boursières, et cet argent qui crée l’argent au détriment de la valeur travail.

Mais, le marché siffle, les politiques abdiquent en bons petits soldats car incapables de remettre en question le système, et de sanctionner les vrais coupables : la dérégulation sous couvert qu il faille de la liberté, et que les acteurs de la finance soient à la fois juges et parties.

La liberté pour qu'elle puisse s’exprimer et prendre toute sa dimension a besoin de règles. Il est temps aujourd’hui d’y songer afin que la morale ou l’éthique s’installe dans le cadre d’une espérance nécessaire à offrir aux populations avant que le système n aille de lui-même dans le mur. Car face à la désespérance des peuples il n'y a que la violence en réponse.

Messieurs les politiques, vous ne pourrez pas continuer à culpabiliser les citoyens, en leur demandant de faire acte de responsabilité pour sauver un système qui repose sur l’irresponsabilité de ceux qui le dirige et pour lequel vous seriez alors caution.

Votre responsabilité est engagée.

 TESSON


Moyenne des avis sur cet article :  3.8/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • debase 16 décembre 2011 10:28

    @ l’Auteur

    D’accord avec votre point de vue...

    La crise, dans laquelle nous ne faisons qu’entrer, n’a pas son équivalent dans l’Histoire de l’"humanité. Nous avons affaire à un véritable changement d’ère du fait que les pays occidentaux ont perdu l’avance technologique qu’ils détenaient depuis plusieurs siècles et qui leur à permis de dominer le monde.

    Cette avance technologique était sans doute due en grande partie à l’adoption des philosophies ’rationalisme’, mais ceci n’est qu’une hypothèse...

    La crise financière actuelle n’est qu’une des conséquences ultimes du ’rationalisme’ qui est la perte du ’bon sens’. L’idéologie du ’mondialisme’ est également un des avatars du rationalisme.

    Pascal mettait bien en garde sur les limites de ce qu’il appelait l’esprit de géométrie qui , à son avis, ne permettait pas d’appréhender vraiment le monde. Ce qu’il appelait l’esprit de finesse était tout autant indispensable. Ceci a été totalement oublié ou mal compris dans nos pays...

    Le craquement va être terrible, il nous faudra 20 ans au moins pour en sortir, souhaitons que cela se passe avec un minimum de violence... A mon avis il n’y aura absolument pas de guerres entre nations comme à l’issue de la crise des années 30, mais il y aura par contre de très graves problèmes sociaux et peut être même des guerres civiles.

    Aujourd’hui, c’est à dire pour 2012, il s’agit de trouver des dirigeants capables, non pas de simplement surmonter la crise financière (D. Strauss-Kahn avait d’ailleurs été prévu pour cela par nos ’élites’ !), mais, beaucoup plus largement, de gérer avec le minimum de dégâts le chaos social auquel nous n’échapperons pas !

    Une chose est certaine : les apprenti-sorciers irresponsables et manipulateurs, qui nous dirigent (au sens large : politique, média, justice ?) depuis 30 ans ou 40 ans, et qui sont directement responsables de la situation doivent être éloignés de tous les postes à responsabilité.

    Il en va de notre survie...


    • Dominique TONIN Dominique TONIN 16 décembre 2011 13:32

      Une partie de la réponse est là : www.lepf.fr également sur www.youtube.fr lire « le vrai journal »


    • ddacoudre ddacoudre 16 décembre 2011 10:53

      bonjour tesson

      je suis sauf sur un point ce ne sont pas des irresponsables qui conduisent à cela mais des hommes politique qui le font en conscience, accroché à leur dogme et l’esprit bloqué.
      j’ai rédigé des articles a ce sujet qui vont dans ton sens.
      et j’ai écris aussi souvent que je le pouvais que la vie n’est pas la comptabilisation financière.
      mais en politique il est difficile de leur entendre dire qu’ils se sont trompés. le PS fait un revirement du bout des lèvres, mais ne reconnaissent pas son échec dans l’absolue confiance en la loi du marché salvatrice.
      ddacoudre.over-blog.com .
      cordialement


      • debase 16 décembre 2011 13:01

        @ddacoudre

        Bien sûr qu’ils sont irresponsables !

        Ils perdront à coup sûr leur pouvoir politique et/ou médiatique mais ne seront en tout cas jamais poursuivis. Beaucoup d’entre eux ne contribueront en rien au remboursement de la dette pharaonique dont ils ont la responsabilité. Leurs arrières sont largement assurés, il pourront s’installer à leur guise dans leurs divers pied-à-terre à New-York ou ailleurs.

        << Les riches n’ont pas de patrie ! >>

        Ceux qui devraient à priori rembourser durement sont les ’vrais’ Français et pas les ’de papier’ ou les semi-apatrides qui vont fuir...

        Le problème est très certainement que même nos enfants refuseront de rembourser, mais c’est une autre histoire...

        Nous n’en sommes qu’au tout début de cette crise !


      • Old Dan Old Dan 16 décembre 2011 12:00

        C’est pas l’€ qu’il faut flinguer
        L’€ (comme Erasmus) sont pratiques.

        Ce qu’il faut flinguer,
        ce sont les types qui spéculent,
        les banquiers qui se gavent,
        les gouvernements complices,
        la dérèglementation libérale,
        la mondialisation sauvage,
        les « extrêmes » en embuscade,
        les salaires astronomiques,
        les présidents mégalos,
        etc...


        • Fred59 16 décembre 2011 18:45

          Je ne suis pour flinguer personne, mais priver des terroristes de leur arme de guerre, ça ne me semble pas un si mauvais début ^^

          Imaginez-vous vraiment possible de récupérer un outil monétaire aussi vérolé et corrompu dès sa conception, et d’en faire quelque chose qui tienne la route ? Avec vingt et quelques Etats Européens aux besoins aussi divergents et qui refuseront tout net ce qui serait nécessaire pour notre pays ?

          L’UE ne tient debout que grâce au stratagème des chaînes, et l’€ est l’une des principales chaînes qui nous ligote réciproquement à des partenaires qui trouvent la situation tout aussi invivable pour des raisons diamétralement opposées.


        • Pierre-Marie Baty Pierre-Marie Baty 16 décembre 2011 18:38

          Avtomat Kalashnikova, lien idéal entre Travail et Capital ?


          • Jumeau_beta 17 décembre 2011 15:45

            Une chose amusante à propos de Warren Buffet : il a déclaré qu’il existait une lutte des classes.
            On peut se dire : bizarre pour un américain, il reconnaît cela, peut-être même est-il favorable à ce que les « prolétaires » soient mieux traités...
            Oh que non ! Car la phrase complète est : « Il existe une lutte des classes et c’est nous (sous-entendu : nous, les riches) qui l’avons gagnée. » Evidemment, il ne s’en plaint pas !
            Il serait évidemment préférable qu’il existe une meilleure distribution des richesses entre dividendes, réinvestissements et salaires ! Mais puisque ce n’est pas le cas, un impôt réellement progressif serait plus juste. On peut taxer la dernière tranche à quasiment 100% !


            Maintenant, sur la crise : on se demande si les gens sont irresponsables. Pourtant, on les appelle des « responsables politiques ».
            Je ne les crois ni irresponsables, ni incompétents. Le président respecte les promesses qu’il a faites... pas aux électeurs, mais à ses amis !
            En effet, un beau petit chantier pour Bouygues avec le « pentagone français », c’est un beau cadeau, non ?

            À coté de cela, le fonctionnaire devait être payé au mérite. Mais là, on apprend que jusqu’en 2015, les enseignants ne changeront d’indice qu’à l’ancienneté, et que de toutes façons, ce n’est plus un inspecteur qui les notera selon leur pédagogie, mais le chef d’établissement.
            Enfin, et c’est encore plus grave : plus de 5000 postes de professeurs des écoles vont disparaître à la rentrée, en sus des gigantesques sacrifices de ces dernières années.

            Alors : incompétence ? irresponsabilité ? Oh que non ! Ils appliquent leur programme réel, c’est tout !


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès