Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > La critique du « populisme » : un snobisme pas toujours très (...)

La critique du « populisme » : un snobisme pas toujours très démocratique

Trump, Sanders, Brexit, Podemos, Le Pen, l’Autriche : une grande partie des élites politiques et médiatiques dénonce la montée d’un « populisme ». Mais l’emploi mal à propos de ce terme en dit sans doute bien plus long sur ceux qui l’emploient et l’état de notre société que sur ceux qu’ils désignent.

 
Un contresens absolu
 
Il faut absolument lire le livre de Vincent Coussedière, « L’éloge du populisme  », une analyse rafraichissante sur ce que signifie véritablement ce terme. Son emploi correspond à ce que disait Pierre-André Taguieff, pour qui « ne peut-on, plus largement, faire l’hypothèse que le populisme est quelque chose comme la démagogie propre à l’âge démocratique ?  ». Le populisme serait la démagogie apportée par la démocratie. Mais pour Coussedière, « l’explication de la réussite des démagogues en termes de populisme permettait d’éviter de poser la question de la responsabilité de la classe politique, et, plus généralement, des élites, dans la conduite de politiques inacceptables. Les démagogues ne prospéraient pas sur l’irresponsabilité des élites mais sur l’irresponsabilité du peuple lui-même  ».
 
En effet, le sens donné au terme n’est pas neutre : le populisme serait la démagogie de certains politiques qui en appellent au peuple, peuple coupable de céder aux analyses et propositions démagogiques de tous ces démagogues. Bien sûr, il y a des démagogues dans le débat public et certains parviennent à rassembler beaucoup de suffrages, mais, comme le rappelle Vincent Coussedière, cela peut aussi en dire long sur les politiques qui nous gouvernent, leurs promesses non tenues ou leur refus de véritablement gouverner… Pire, parce que ces accusations sont souvent portées contre des partis ou des personnes qui n’ont pas été au pouvoir, n’est-il pas commode pour tous ceux qui ont échoué depuis tant d’années de couper court au débat en qualifiant toute alternative de démagogique  ?
 
Ce vocable vise bien à fermer le débat plutôt que d’accepter de débattre démocratiquement, idée contre idée, de manière ouverte, afin de préserver l’oligopole (PS / LR en France). Mais il y a quelque chose d’encore plus choquant dans l’utilisation du vocable « populiste ». En partant du principe que le peuple cède à la démagogie, ne s’agit-il pas d’une bonne raison pour réduire toujours davantage le champ démocratique en sortant du cadre des décisions des élus du peuple des choix pourtant fondamentaux. C’est ce que l’on nous a vendu au sujet des banques centrales, et plus globalement au cœur de ce projet européen qui veut sanctuariser des politiques en dehors du cadre démocratique et de ce peuple qui ne pense pas bien selon la doxa eurobéate, une vision fondamentalement totalitaire.
 
On peut également y voir une forme assez extrême de snobisme d’une partie de ces élites qui pensent avoir si bien compris les choix que nos sociétés doivent faire, contrairement à ce pauvre petit peuple un peu bas de plafond, qui ne pourrait pas comprendre toutes les subtilités des choix qui s’offrent à nos sociétés. C’est bien la façon de penser d’une partie des élites, si friandes d’un Emmanuel Macron ou d’un Alain Juppé, qui ne font que reproduire la pensée de leur corps social, sans même réfléchir au fond des choses. Malgré tout, ils ont tellement l’assurance d’avoir raison que jamais ils ne confrontent leur pensée aux idées adverses, se contentant d’affirmation sentencieuse. C’est exactement comme cela que les élites quasi unanimes avaient défendu les traités européens en 1992 ou en 2005.
 

L’accusation de populisme, outre révéler un penchant peu démocratique et méprisant à l’égard de ce peuple qui oserait ne pas penser comme ceux qui utilisent ce terme, est surtout le fait d’élites bien trop sûres d’elles, irréfléchies et snobs, au moins aussi démagogiques que ceux qu’ils accusent de démagogie.

 

Moyenne des avis sur cet article :  4.56/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • Alpo47 Alpo47 20 juin 10:21

    Populiste ... conspirationniste ... anti ... juste des termes pour diaboliser l’interlocuteur et surtout éviter d’avoir à argumenter avec lui.
    Bonne vielle méthode de manipulation de l’opinion, il me semble que ce sont les américains (toujours eux) qui ont mis ceci en place, largement pour « démolir » les sceptiques à la suite des attentats du 11/09 (?). Ils ont fait école.


    • zygzornifle zygzornifle 20 juin 10:27

      le populisme finira par mettre certaines tetes au sommet de pics et de défilera avec .... vive le populisme car c’est lui qui changera les choses et pas cette classe dirigeante tellement engraissées qu’elle se marche sur le bide en avançant ....


      • fred.foyn Le p’tit Charles 20 juin 10:30
        Le terme « populisme » est employé exclusivement par la droite de Sarkozy, ou la gauche de Hollande...démontrant le « dégoût » de ces gens pour le peuple...
        De véritables empafés... 

        • sparker808 (---.---.48.194) 20 juin 12:49

          Bah, la chose politique dans la main des élites est devenue tellement complexe (d’intérêts divers mêlés) que le citoyen lambda ne peut pas s’en faire une idée globale afin de décider, vu que c’est encore lui qui fait le vote de masse (hors abstention va de soi).
          Il faut des concepts à portée de son entendement, fussent-ils lourds, sans profondeur ni lumière et il me fait mal de constater que beaucoup de lambda s’en suffisent.
          Un vrai démocrate s’enorgueillirais d’élever le niveau de compréhension populaire afin d’initier un vote le plus possible éclairé.
          La politique est une affaire de caste professionnelle carriériste saupoudrées de petites gloires et intérêts devenue sans vie « populaire ».
          Souvenez vous de la « France d’en bas » d’un certain Rafarin... tout un poème... 
          La démocratie populaire, à contrario de la populiste, ne sera jamais instaurée par des élites de caste, c’est au peuple de la vouloir, encore faudrait-il qu’il la souhaite et veuille en prendre la responsabilité.


          • simplesanstete 20 juin 15:14

            Le populisme nait de tonnes de rhétoriques socio social que nos zélites du cinéma ont déversé sur le peuple pendant les glorieuses années de l’orgie innovante consumériste.....burn out et saturation plus qu’en vu....vécu les petits jésus qui ne peuvent pas joindre les 2 bouts. Divorces pour tous et sur tous les fronts......atomisés...d’excuses ! De la pôvreté à la misère.......le plus difficile c’est de faire simple !


            • Etbendidon 20 juin 16:08

              VIVE LE POPULISME

              Le mouvement 5 étoiles dit populiste dans les merdias NI DE GAUCHE NI DE DROITE vient de remporter les mairies de ROME et TURIN

              A quand un tel mouvement en france pour mettre ungrand coup de balai à gauche et à droite


              • ticotico 20 juin 16:08

                Tu ne me fais pas peur avec ton t shirt...


                • cétacose2 20 juin 21:04

                  Le populisme n’est pas une tare ,mais la connerie ...oui !


                  • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 22 juin 07:15

                    L’auteur fait lui aussi du populisme sans le savoir...
                    Le populisme consiste à désigner les marionnettes intermédiaires, souvent corrompues certes, mais qui ne décident de rien d’important. Et de passer sous silence les véritables décideurs, ceux qui vraiment tirent les ficelles.


                    Le Mouvement 5 étoiles se garde bien de parler des décisions européennes qui imposent de plus en plus d’austérité, y compris dans les budgets municipaux. 

                    Il se garde bien aussi de dénoncer la mafia qui a pris le pouvoir aux USA, et par ricochet, impose ses vues à l’ Union européenne. Tous les dirigeants de la BCE sont passés par Goldman Sachs.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès