Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > La culture également décomplexée ?

La culture également décomplexée ?

La dernière mésaventure survenue aux Ogres de Barback

Sans aucune intention de vouloir à nouveau refaire le discours sur le supposé manque de considération de la droite pour la culture, il me semble important de relater l’infortune survenue aux Ogres de Barback récemment.

Ce groupe, bien connu dans le style chanson française java-rock et pas spécialement réputé pour la violence de sa musique, était programmé au centre culturel Aragon d’Oyonnax le 5 mai dernier, veille des élections.

Le concert n’a pas plu au maire UMP d’Oyonnax (enfin, ce qu’on lui en a dit, puisque lui n’y était pas). Alors, M. le Maire le fait savoir.

En effet, un passage vidéo du spectacle fait légèrement allusion aux, pour faire simple, élections présidentielles. Passage, allez avouons-le, plutôt défavorable à Nicolas Sarkozy. Aucun membre du groupe ne relaye ensuite oralement ce passage. Nous étions donc à des années-lumière d’un quelconque meeting politique ou d’un certain concert place de la Concorde.

Parlant d’un incident grave, le maire, qui ne trouve pourtant rien à redire sur le nom de son centre culturel (Louis Aragon), envoie un courrier aux Ogres de Barback.

Dans cette lettre, après avoir exposé son interprétation des règles républicaines (pas de prise de position dans les lieux publics, fin de la campagne officielle à laquelle pourtant seuls doivent se soumettre les radios et télévisions et les partis politiques), M. le Maire proteste ensuite sur le fait que ce spectacle ait été organisé « aux frais des contribuables locaux » (en partie seulement) « d’une ville ayant voté à près de 60% pour Sarkozy ».

Voici un lien vers la lettre du maire et la réponse des Ogres : http://orangerougevert.hautetfort.com/

Qu’en sera-t-il des films que devront projeter le cinéma d’Oyonnax ou des livres disponibles à la bibliothèque ?

Tout le monde connaît cette phrase de Voltaire : « jJ suis en profond désaccord avec vos idées mais je me battrai jusqu’à la mort pour que vous puissiez les exprimer. » Chaque citoyen jouit de cette liberté.

Les artistes, comme les journalistes ou d’autres, sont le moteur de cet acquis. N’hésitant pas à bousculer nos consciences, ils ont fait évoluer le monde, jusqu’à devenir des références universels... comme le Louis Aragon du centre culturel de M. le Maire qui ne se préoccupe ainsi pas, à juste titre, qu’il ait été un grand communiste.

Cette histoire dépasse le simple fait anecdotique. Nombreux, parmi ceux qui travaillent pour la culture au niveau local, connaissent les pressions incessantes exercées par les élus sur ce que doivent diffuser ou accueillir les établissements culturels. Finalement, ces pressions sont essentiellement basées sur le goût personnel de l’élu ou sur ce qui lui semble, à lui, valable.

Malgré cela, des élus ont compris le sens de l’intérêt général que représente la culture, des objectifs que celle-ci doit atteindre, de ce que peuvent apporter des artistes dans une ville. Par exemple, voyons comment Nantes a pu incroyablement se développer avec notamment une politique culturelle dynamique.

Ainsi, le rôle d’un maire ou d’un président de conseil général est-il de décider ce que sa population doit entendre ou voir ? C’est une question que l’on croyait réglée depuis longtemps. Pourtant, ce fantasme est encore aujourd’hui palpable par beaucoup d’acteurs culturels. Fantasme qui je l’espère ne sera pas assouvi par la grâce de la droite autoproclamée décomplexée.

Le plus inquiétant est que ce verrou est prêt à céder au moment même où les collectivités locales n’ont, du fait de la décentralisation, jamais eu autant de moyens pour la culture. Malheureusement, via ces moyens financiers, « la culture » est de plus en plus utilisée pour faire la promotion d’une ville ou à des fins électoralistes. Nous voyons ici ou là fleurir de grands évènements ou manifestations tape à l’œil. La culture et les artistes sont de plus en plus détournés de leur but ultime.

Pour préserver la diversité culturelle et la place de référence que nous avons dans le monde, il est primordial de laisser les moyens dévoués à la création, au minimum ceux-là, à des instances centralisées et désintéressées.


Moyenne des avis sur cet article :  4.31/5   (58 votes)




Réagissez à l'article

89 réactions à cet article    


  • L’ami du laissez-faire 6 juin 2007 12:40

    « je suis en profond désaccord avec vos idées mais je me battrais jusqu’à la mort pour que vous puissiez les exprimer »

    ça ne justifie pas que les politiques quelque soient leur bord, subventionnent des musiciens avec l’argent du contribuable (« jusqu’a la mort ») quelque soit le contenu des chanssons.

    Si avec 47% d’électeurs anti-sarkosy, ils n’arrivent pas à trouver des spectateur pouvant apprecier leur travail il n’on qu’a changer de métier, mon propos serait le même si les opinions étaient inversées.

    Quand au « centre culturel », il devrait en effet être vendu au plus aufrant et l’argent rendu au contribuable.


    • yvonzebest 6 juin 2007 13:21

      Quel commentaire aberrant... Vous feriez mieux de réfléchir 2 fois avant d’écrire des choses qui n’ont aucune cohérence. A bon entendeur.


    • Arno Arno 6 juin 2007 13:39

      Tout à fait d’accord ! Il faut vraiment ne rien connaitre et ne rien comprendre aux fonctionnements de la culture pour ecrire de telles inepties... Monsieur l’ami du laissez-faire, je vous en prie, informez vous un peu avant de donner votre avis. Ne serait ce que sur le fondement de la culture, qui n’est pas un produit consommable fait pour des consommateurs (à part sur TF1 et autres medias de prostitution).


    • imago imago 6 juin 2007 14:58

      Pour l’ami du laisser faire

      Vous soutenez un gouvernement qui met en place, sans le dire, évidemment, une véritable censure, dont on sait bien qu’elle ne peut conduire qu’à un véritable désert culturel digne des staliniens.

      Dernier exemple : le fournisseur d’accès hébergeant la pétition « le pacte-contre-Hulot » a été bloqué purement et simplement. Evidemment, Mr Hulot est soutenu par tout le MEDEF qui ne voit que des bénéfices a faire SANS JAMAIS REMETTRE EN CAUSE CE SYSTEME PRODUCTIVISTE INEGALITAIRE ET POLLUANT.

      PS : Mr L’ami du laisser faire, relisez vos posts avant de les envoyer ou faites les corriger (ce n’est pas du laisser faire, évidemment) par les « plus offrants »


    • Patrick_Boissy 6 juin 2007 15:29

      La question n’est en aucun cas de « subventionner des musiciens avec l’argent du contribuable ( »jusqu’a la mort« ) quelque soit le contenu des chanssons. » (je laisse l’orthographe original également).

      La question est que la culture comme la recherche n’est pas rentable. Aucun festival culturel, aucun musée, aucun orchestre philharmonique, pas plus que les monuments historiques n’est économiquement viable. A partir de la en effet on peut soit décider de ne rien subventionner... ne subventionner que les œuvres du Patrimoine ou encore subventionner plus large pour tenter d’élargir notre influence artistique avec le risque en effet de se tromper.

      Le parallèle avec la recherche est évident on prête à de Gaulle la formule « des chercheurs qui cherchent on en trouve, des chercheurs qui trouvent on en cherche ». Il en va de même de l’art on cherche des artiste ouvrant de nouvelle voie.

      L’ensemble de la culture participe au rayonnement de la France, à son influence et à son attractivité, c’est également indirectement un soutien au commerce et au tourisme (ex : les pertes commerciales de la région suite aux grèves du Festival d’Avignon équivalaient à elles seules au trou de la caisse des Intermittents du spectacle...), cela participe également de la formation des esprits. Pierre Gilles de Gènes qui nous a récemment quitté conseillait à ses jeunes chercheurs de s’abreuver de culture afin de redevenir imaginatif et pouvoir être constructif dans la recherche.

      En réponse à votre position, nous n’avons que trois propositions :

      - faire une sélection d’art et de styles validé par l’Etat (mais cela ressemblerait aux habitudes des états totalitaires)

      - abandonne l’art non marchand, vendre les monuments historiques a la découpe, fermer Arte, vendre les œuvres du Louvre (et autre) pour assumer les budgets, fermer les Opéra et les théâtres, arrêter les festivals (nous serions heureux, TF1, Britney spears, des régions touristiques desertées (enfin au calme...), etc...)

      - Accepter de pouvoir se tromper, certainement financer des fumistes au risque de trouver des perles et donner les moyens aux autres de devenir...

      D’autre part la chasse à ces coûts me fascine quand on connais les subventions dans d’autres domaines...

      Par exemple

      j’habitais jusqu’à récemment à proximité d’un stade de foot d’une ville de province.

      Les soirées de match stationnent une vingtaine de cars de police.

      A raison de 10 policiers par car (la encore un minimum)

      Cela nous fait 200 policiers

      En comptant un salaire net de 60,88 euro net par jour (le smic c’est la encore un minimum)

      Cela nous fait un coût par personne toutes charges comprises de 128 euro par jour

      Le coût donc d un match (uniquement pour le dispositif policier) s’approche de 25700 euros

      D’après ce que je viens de constater sur internet, pour une seule compétition (Ligue 1, en oubliant la champions league, la coupe des champions, et peut être d’autres que je ne connais pas), cela fait au moins une vingtaine de matchs à domicile.

      Cela nous fait donc pour une année 514 000 Euros (je ne fait le compte que du coût des policiers, pas des subventions, aux stades, aux clubs et autres associations de supporters...).

      Pour me faire une idée de ce à quoi correspond cette somme, je l’ai divisé par le coût mensuel d’un salaire d’enseignant, pas celui d’un débutant... (soit plus ou moins 1500 euros de salaire, tous couts confondus cela nous fait 3000 euros).

      Cela correspond à 171 mois de salaire d’enseignants soit 14 postes à l’année.

      Mais certainement voila des dépense bien mieux utilisées...

      (Si on me répond que dans ce cas le public est au rendez vous je peux souligner que les entrées payantes ne recouvrent qu’un mois de la masse salariale du club en question...)


    • L’ami du laissez-faire 6 juin 2007 21:18

      @imago

      « Mr L’ami du laisser faire, relisez vos posts avant de les envoyer ou faites les corriger (ce n’est pas du laisser faire, évidemment) par les « plus offrants » »

      Vous pouvez vous plaindre à l’éducation nationale. Evitez de mélanger tout et n’importe quoi quand vous raisonnez Mr l’artiste.

      @Patrick_Boissy

      « La question est que la culture comme la recherche n’est pas rentable. Aucun festival culturel, aucun musée, aucun orchestre philharmonique, pas plus que les monuments historiques n’est économiquement viable. A partir de la en effet on peut soit décider de ne rien subventionner... ne subventionner que les œuvres du Patrimoine ou encore subventionner plus large pour tenter d’élargir notre influence artistique avec le risque en effet de se tromper. »

      Si je vous lis bien, je dois comprendre qu’il n’y a pas d’art disons sans aide gouvernementale à la culture.

      Pourtant récemment un homme d’affaire bien connu c’est vu empêcher de créer un musé d’art moderne dans les hauts de seine. Depuis 30 ans au moins l’art moderne selon cornette de Saint-Cyr est étouffé précisément par l’administration de l’art. http://s1.yacast.fr/DATA_ARRAY_30/2006/10/03/549/0640_05.wma

      Pourtant la France rayonne a travers son art depuis disons, le moyen age. Les cathédrales ont été financées par des fonds privés pour des chantiers durant des décennies.

      A la lecture du livre de Annie Cohen-Solal « un jour ils aurons des peintres ». http://www.numilog.com/fiche_livre.asp?PID=8342

      « Le 5 novembre 1895, Andrew Carnegie, le roi de l’acier, inaugurait le musée qu’il avait décidé d’offrir à sa ville : « L’ensemble du monde civilisé se rendra compte, dans quelque temps, à la suite de notre pays, que notre Bonne Ville Enfumée de Pittsburgh, non contente d’être un centre industriel de premier plan, est entrée sur la voie royale pour devenir, selon nos plus solides prévisions, une capitale des arts et des sciences 2. » Quelques mois plus tard, il y organisait une exposition annuelle de peintres contemporains, avec jury et médailles, « à l’image de ce qu’est le Salon à Paris 3 ». Il avait décidé que Pittsburgh serait l’arbitre culturel du pays, l’« épicentre d’une onde artistique qui irradierait dans l’ensemble des États-Unis 4 ». »

      Quand on voit un Jérôme Savary qui redresse l’opéra comique en 5 ans et que l’Etat après l’avoir mis ce théâtre en faillite 30 ans plus tôt le récupère par décret et le vire pour limite d’age. http://theatre-danse.fluctuat.net/jerome-savary.html

      A voir le nombre de galeries privés, de théâtres privés malgré la concurrence déloyale de l’Etat, on a du mal à comprendre pourquoi l’art ne permettrait pas aux artistes de vivre vraiment de leur art !

      Ma thèse est inverse en fait, ce sont les subventions qui étouffent les vrais artistes et font passer pour tels des ronds-de-cuir subventionnés.


    • Doctor Feelgood Doctor Feelgood 6 juin 2007 21:21

      @ l’ami du laisser faire,

      Dis donc bouffon, quand on fait autant de fautes en si peu de lignes et quand on a un raisonnement aussi peu développé, on s’abstient !!!


    • L’ami du laissez-faire 6 juin 2007 21:29

      Laissez-faire avec un Z « LE Laissez-faire »


    • ExSam 6 juin 2007 21:51

      L’ami du laissez-faire

      i>

      La question n’est pas la qualité des musiciens mais leur possibilité d’exprimer sur scène cette qualité, librement.

      On retourne le propos de l’auteur pour de la stigmatisation d’un « fait du prince » faire une incompétence des musiciens qui ne seraient pas capables de trouver un public, alors qu’on les empêche de le rencontrer.

      Bref, faire de la victime le « délinquant », induire une supposée incompétence pour lui donner la responsabilité de l’absence de spectateurs, alors que le problème est exactement contraire à cette assertion, c’est toute la rhétorique sarkozienne que L’ami du laissez-faire illustre.


    • ExSam 6 juin 2007 21:56

      L’ami du laissez-faire

      Je reprends.

      L’assertion développée par le forumeur vise à faire de la victime le « déliquant ».

      C’est toute l’inversion rhétorique sarkozienne, en l’occurence comme toujours fallacieuse, puisque l’incompétence des musiciens n’est pas en cause, mais l’impossibilité pour eux de démontrer, ou non, leur compétence, faute de ne pouvoir rencontrer le public par la grace du maire.


    • blob 7 juin 2007 09:36

      « Pourtant récemment un homme d’affaire bien connu c’est vu empêcher de créer un musé d’art moderne dans les hauts de seine. Depuis 30 ans au moins l’art moderne selon cornette de Saint-Cyr est étouffé précisément par l’administration de l’art. http://s1.yacast.fr/DATA_ARRAY... »

      alors ce qui s’est passé c’est que cet homme d’affaires bien connu a voulu punir le gouvernement de l’avoir laissé tomber dans l’affaire executive life... du coup il s’est retiré au dernier moment, l’usine de renault en a fait les frais alors qu’elle méritait d’etre classé en monument historique et le projet de réhabilitation de la zone a pris un sérieux coup dans l’aile...

      bref, rien à voir avec une supposée volonté de l’etat d’etouffer l’art contemporain

      et puis bon, la collection de pinaut, il a pu la constituer grace aux cadeaux fiscaux de l’etat


    • blob 7 juin 2007 09:51

      « Pourtant la France rayonne a travers son art depuis disons, le moyen age. Les cathédrales ont été financées par des fonds privés pour des chantiers durant des décennies. »

      je comprends pas cet argument, il va completement a l’encontre de ce que vous tenez de prouver (laborieusement).

      la construction d’une cathedrale c’est quand même l’exemple ultime d’une entreprise déficitaire et donc sponsorisée (a tous les niveaux d’ailleurs, pas seulement par le privé). d’ailleurs si on y reflechit 2 secondes on s’en rend compte que la construction d’une cathedrale rèleve d’une volonté politique a grande echelle et n’a rien d’un acté spontané et/ou individuel.


    • blob 7 juin 2007 10:14

      « A voir le nombre de galeries privés, de théâtres privés malgré la concurrence déloyale de l’Etat, on a du mal à comprendre pourquoi l’art ne permettrait pas aux artistes de vivre vraiment de leur art ! »

      bon, on va commencer par une explication en partant de la base.

      alors une gallerie est un lieu ou on peut acheter des oeuvres d’art, un peu comme un magasin en fait mais au lieu d’y trouver des sous-pulls on y voit de l’art. la vocation de ces lieux est commerciale. il est a noter qu’il n’existe pas a ma connaissance de galleries publiques.

      en ce qui concerne les thèatres les privés comme les publics font appel a des artistes independants. et on peut tres bien avoir une troupe qui joue lundi dans un lieu public et mardi dans un theatre privé...

      je pense qu’il est stupide de les opposer d’autant plus que leur finalité n’est pas la meme, les publics vont souvent s’efforcer a proposer des oeuvres grand public (par exemple des pieces classiques a destination des enfants scolarisés), les privés peuvent se permettre d’avoir une programmation plus pointue a destination d’un public plus averti.

      les prix pratiqués ne seront pas les memes non plus... bref, les 2 sont complementaires, et c’est souvent parce qu’on a été éveillé a l’art en etant gamin qu’on continue a en « consommer » une fois adulte...

      sur ce j’arrete de commenter vos réactions, j’ai l’impression de parler a un ado de 12 ans...


    • Benjamin Sauzay 7 juin 2007 10:43

      « A voir le nombre de galeries privés, de théâtres privés malgré la concurrence déloyale de l’Etat, on a du mal à comprendre pourquoi l’art ne permettrait pas aux artistes de vivre vraiment de leur art »

      Tout simplement parce que même les théâtres privés sont subventionnés (fond de soutien aux théâtres privés).

      Pour les Ogres, il faut que tout soit clair : le groupe n’est pas subventionné. C’est le lieu où il joue qui est subventionné puisque c’est un établissement municipal (ou pluri-conventionné).

      A tout ceux qui s’offusque que l’art soit subventionné : oserez-vous dire, dans le cas d’Oyonnax, que proposer des livres dans une bibliothèque est scandaleux et que seul les librairies ont le droit d’exister ?!

      Avec cette histoire, nous sommes exactement dans le même cas de figure : la mairie fourni les murs (bibliothèque, salle de spectacle) et achète une prestation (concert, livre)


    • goc goc 7 juin 2007 11:18

      @ l’ami

      A vous lire, visiblement le mot « Culture » vous échappe totalement, aussi bien dans sa defintion, que dans les valeurs qu’il vehicule

      Quand a son utilité dans l’humanisation de l’animal a 2 pattes que nous sommes, il est tout aussi clair que cela vous a également échappé, tant il provoque chez vous, un rejet massif, due visiblement a une allergie congénitale


    • momo 7 juin 2007 11:19

      Média de prostitution... J’adore ! smiley

      Il y a une idée à creuser là !


    • goc goc 7 juin 2007 11:37

      juste une petite remarque disons « partisane »

      si ce maire s’offusque d’utiliser un lieu public pour y faire de la propagande politique la veille d’une élection, alors il devrait faire fermer toutes les églises de France le dimanche d’une élection, car bien souvent les prêches de curés plus proche du sabre que de du rameau d’olivier, ont influencé des esprits faibles en faveurs d’une droite traditionaliste, sure de sa puissance et arrogante jusque dans la victoire.


    • goc goc 7 juin 2007 11:39

      Juste une petite remarque disons « partisane »

      si ce maire s’offusque d’utiliser un lieu public pour y faire de la propagande politique la veille d’une élection, alors il devrait faire fermer toutes les églises de France le dimanche d’une élection, car bien souvent les prêches de curés plus proche du sabre que de du rameau d’olivier, ont influencé des esprits faibles en faveurs d’une droite traditionaliste, sure de sa puissance et arrogante jusque dans la victoire.


    • L’ami du laissez-faire 8 juin 2007 00:07

      Précisément je ne les oppose pas voyez tous ces acteurs de l’art qui vivent du privé il n’y a pas une prédestination pour les artistes à vivre de subventions ! vous avez compris exactement l’inverse de mon propos, peut-être est-ce pour cela que vous me prenez pour un idiot.


    • L’ami du laissez-faire 8 juin 2007 00:18

      "je comprends pas cet argument, il va completement a l’encontre de ce que vous tenez de prouver (laborieusement).

      la construction d’une cathedrale c’est quand même l’exemple ultime d’une entreprise déficitaire et donc sponsorisée (a tous les niveaux d’ailleurs, pas seulement par le privé). d’ailleurs si on y reflechit 2 secondes on s’en rend compte que la construction d’une cathedrale rèleve d’une volonté politique a grande echelle et n’a rien d’un acté spontané et/ou individuel."

      Et bien au lieu de réfléchir deux secondes sur du vide et de vous en venter avec tant d’arrogance, renseignez-vous !

      Je suis bon je vous aide. GOOGLE:financement des cathedrales 2 secondes chrono http://www.historia.presse.fr/data/thematique/74/07401601.html

      [...] « Mais dans le pays qui allait constituer la France, en dehors des possessions du roi d’Angleterre sur ce territoire, c’est essentiellement l’initiative locale qui prend en charge ces énormes dépenses. Les rois de France, jusqu’à Louis IX qui, notamment, donne 1 500 livres pour la cathédrale de Toul, ne participent en effet que pour des montants modiques à la construction de cathédrales. » [...] « Le mécénat est la forme quasi exclusive de financement des cathédrales. Comme les dons sont rarement anonymes, seigneurs, bourgeois et artisans aiment à rappeler leur générosité en se faisant représenter soit sur des vitraux, soit sur des tableaux. René d’Anjou et Jeanne de Laval sont ainsi peints par Nicolas Froment au XVe siècle. » [...]


    • L’ami du laissez-faire 8 juin 2007 00:48

      @toujours à blob

      « alors ce qui s’est passé c’est que cet homme d’affaires bien connu a voulu punir le gouvernement de l’avoir laissé tomber dans l’affaire executive life... »

      ouep et il à ménagé ce coup là pendant 5 ans versé quelques million d’€ à son architecte, juste pour faire râler le gouvernement qui n’existait pas au début du dossier.

      Première classe l’analyse.

      Il n’avais plutot à 69 ans pas envie de l’inaugurer à titre posthume ou au millieu de chantiers urbains de 5 ans.


    • L’ami du laissez-faire 8 juin 2007 01:05

      « Tout simplement parce que même les théâtres privés sont subventionnés (fond de soutien aux théâtres privés). »

      Visiblement ça ne concerne que Paris, certains théatres et depuis 2001. http://cubitus.senat.fr/rap/a02-069-2/a02-069-214.html

      « C’est le lieu où il joue qui est subventionné puisque c’est un établissement municipal (ou pluri-conventionné). »

      Mon propos un peu vif et spontané n’était pas dirigé contre ce groupe. Tous ceux qui veulent que l’administration s’occupe d’art se plaignent après que celle-ci se permette d’interdire tel ou tel artiste. Malheureusement ces 2 choses sont indissociables, à un moment il faut bien choisir qui bénéficiera de la subvention et là toutes les dérives sont possibles.

      J’ai retrouvé une interview audio interessante de Savary http://s1.yacast.fr/DATA_ARRAY_30/2006/10/02/549/0805_05.wma http://s1.yacast.fr/DATA_ARRAY_30/2006/10/02/549/0810_05.wma http://s1.yacast.fr/DATA_ARRAY_30/2006/10/02/549/0815_05.wma http://s1.yacast.fr/DATA_ARRAY_30/2006/10/02/549/0820_05.wma http://s1.yacast.fr/DATA_ARRAY_30/2006/10/02/549/0830_05.wma http://s1.yacast.fr/DATA_ARRAY_30/2006/10/02/549/0835_05.wma http://s1.yacast.fr/DATA_ARRAY_30/2006/10/02/549/0840_05.wma


    • L’ami du laissez-faire 8 juin 2007 01:11

      Il paraît que sa vaste collection contient des pièces « exceptionnelles » de classe mondiale etc.., je suis comme vous ce n’est pas mon truc. Mais bon ce n’est que mon avis perso, libre à lui d’exposer ce qu’il veut chez lui.


    • blob 8 juin 2007 01:37

      hum... vous l’avez lu cet article ? parce qu’il en resort exactement ce que j’ai dit, c’etait financé par le clergé, par la noblesse et par le tiers etat.. faut pas croire que l’etat s’arretait au roi...


    • blob 8 juin 2007 01:55

      il se trouve qu’en matiere d’art contemporain il s’en est recemment ouvert 2 majeurs en idf : le palais de tokyo a paris et le mac/val a Vitry. si le truc de pinault ne s’est pas fait c’est uniquement parce qu’il a souhaité humilier l’etat francais. d’ailleurs devant son truc a venise flotte fierement un drapeau breton, lui aussi a fait sa rupture...


    • L’ami du laissez-faire 8 juin 2007 10:12

      @blob

      « hum... vous l’avez lu cet article ? parce qu’il en resort exactement ce que j’ai dit, »

      Faut pas lire à 1h37 du matin

      Tous ces gens, quelques qu’ils soient riches ou pauvres payaient AVEC LEUR ARGENT PERSONEL pas avec l’argent des autres. Exactement come les industriels américains que j’ai cité plus haut.

      «  »Les donateurs, leur pompe et leurs bonnes oeuvres«  »

      ’Le mécénat est la forme quasi exclusive de financement des cathédrales. Comme les dons sont rarement anonymes, seigneurs, bourgeois et artisans aiment à rappeler leur générosité en se faisant représenter soit sur des vitraux, soit sur des tableaux. René d’Anjou et Jeanne de Laval sont ainsi peints par Nicolas Froment au XVe siècle.’

      «  »Marchands et artisans de Chartres unis pour payer les vitraux«  »

      ’Les drapiers fournissent la laine, rémunèrent le travail des métiers, assurent l’écoulement de la production sur les marchés et les foires. Les pelletiers proposent des peaux de toutes qualités, du lapin à la loutre, qui sont très utilisées pour garnir les vêtements. Le cordonnier travaille les cuirs fins, telle la peau de chèvre de Cordoue, pour la fabrication des chaussures de luxe. Les poissonniers sont essentiels sur les marchés, le poisson étant l’une des bases de l’alimentation.’


    • blob 8 juin 2007 14:04

      je laisse tomber, a ce stade là je sais pas si c’est de la betise ou de la mauvaise foi...


    • Patrick Madrolle 9 juin 2007 03:24

      6 chaînes, mais ça vas pas ! on est plus à l’ORTF de papa avec une demi chaîne de télé par jour et les programme de l’Élysée qui fait les programmes. Regardez votre abonnement ADSL, au minimum 100 chaînes, régionales, nationales, mondiales. Y’en a pour tous les goûts comme dans la presse écrite comme à la radio comme pour la littérature. Si TF1 n’est pas à votre goût, vous n’avez qu’à tourner le bouton (merci qui) smiley.

       smileyArrêtez votre char avec le public ce serait le gardien de l’élite intellectuelle et le privé fossoyeur de l’intelligence.

      Tous les grands classiques de la littérature sont en vente pour quelques euros (malgré le prix unique de J.lang pour remplir les poches de ses copains éditeurs smiley), la vérité c’est qu’en matière de culture en particulier, ceux qui s’y intéressent vraiment sont une minorité, et que les pauvres subventionnent les loisirs des classes moyennes cultivées (profs, cadres, professions libérales, etc...) smiley.


    • Patrick Madrolle 10 juin 2007 11:03

      Cinecittà sort justement de 20 ans de traversée du désert depuis qu’elle est privatisée en 1997, les tournages de superproduction américaines notamment y recommencent depuis, comme à son âge d’or de l’après guerre. Il y a beaucoup de chaînes de télé locales en Italie, ce que nous n’avons pas en France et j’ai cru comprendre que « l’impertinence » des journalistes tranche avec la servilité de leurs collègues français, toutes législatures confondues. Evidement si vous n’autorisez qu’une chaîne privée elle va viser la clientèle la plus large, si vous n’interdisez pas la concurrence vous en aurez des dizaines, des centaines et je ne parle même pas des web-télés qui pointent leur nez. La diversité garantie la présence de la qualité.

      Ceux dont le cœur brûle pour un sport ne regarderont pas Hamlet pour vos beaux yeux. Pas plus que vous ne vous convertiriez à l’économie de marché parce qu’une chaîne gouvernementale obligatoire en rabâcherait les avantage 24h/24 (ce qui est en soit une contradiction).

      Subventionner des chaînes ou des artistes, c’est en étouffer d’autres, la culture 2 vitesse c’est chez vous, la mienne à 60 millions de vitesses.


    • L’ami du laissez-faire 13 juin 2007 15:16

      J’aimerais bien que l’exemple italien soit reproduit dans toutes l’Europe, voilà qui ferait une sine concurrence à Hollywood. Dans de telles conditions le cinéma Européen ne manquerait pas de réapparaître exactement comme le cinéma italien que vous appelez de vos voeux à prit le relais des américains de l’après guerre.


    • spartacus 6 juin 2007 13:39

      C’est cela la nouvelle règle du jeu. Elle est simple à comprendre :

      1/ les électeurs ont voté majoritairement pour nous

      2/ nous avons la légitimité pour faire ce qu’il nous plait

      3/ étant en minorité, vous n’avez qu’un seul droit : VOUS TAIRE !

      Le fait rapporté à Oyonnax est anecdotique, mais symptomatique d’une nouvelle forme de pensée, que l’on retrouve dans beaucoup de commentaires de journaux en ligne ou de blogs.

      C’est une loi non-écrite qui est en train de s’instaurer. Celle du plus fort. Celle de la nouvelle droite...


      • Tab Tab 6 juin 2007 20:48

        De quel droit toujours reprocher tout ce qu’elle fait à la droite, et ce sans discernement

        Est-ce que si un groupe avait chantée dans une salle prétée par la collectivité une rengaine favorable au FN, la gauche n’aurait pas protestée ? Elle aurait eu raison, mais pourtant, on pourrait objecter que le FN est un groupe politique tout à fait légal et que ça relève de la liberté d’epression...

        Seulement voilà, le contribuable n’a pas à financer l’expression d’une opinion personnelle, d’autant que dans ce cas précis, et c’est ce que veut dire le maire en parlant des 60% sarkozyste, si le contribuable avait eu son mot à dire, il aurait dit non.

        C’est valable qu’on soit de droite ou de gauche, mais personne n’apprécie qu’on utilise son argent pour financer ses adversaires.

        C’est pas une question de censure, mais de bon sens.


      • ExSam 6 juin 2007 22:05

        Tab

        Seulement voilà, le contribuable n’a pas à financer l’expression d’une opinion personnelle

        L’art est expression quasiment toujours personnelle. Le contribuable non seulement doit la financer car elle est la belle expression de l’âme humaine, mais il a surtout plaisir à le faire.

        Comme toujours, concernant l’art, il n’est pas question d’adversaires mais d’oeuvres en liberté qui porte un regard sur la société et, donc, parlent des hommes politiques ou autres.

        Que ce soit un groupe libertaire ou néo-nazi ne change rien à l’affaire : liberté d’expression pour une culture vivante.

        Ce qui est terrible c’est qu’il faille annoner les fondamentaux pour les sarkozystes qui sont non seulement totalitairement agressifs, mais dans l’ensemble totalement imperméable à la nécessité de l’art et de la beauté, comme de l’humanité qu’il peut nous offrir, sous ses formes diverses et contradictoires.


      • blob 7 juin 2007 10:37

        question : c’est quoi une rengaine favorable au fn ? parce que si c’est un discours raciste/antisemite c’est punissable par la loi et aucun maire quel qu’il soit ne va leur laisser une salle publique.

        question 2 : pourquoi faire cette comparaison là ? en quoi les ogres de barback sont assimilables a des extremistes ?

        et pour finir, le resultat des votes a beau etre de 60%-40%, c’est les gens les plus agés et les moins eduqués qui ont voté sarkozy, en d’autres termes les gens qui de toutes les facons ne profitent pas des politiques culturelles d’une ville, baser son argumentaire sur cette proportion est stupide...


      • Tab Tab 7 juin 2007 11:13

        Petit 1, je ne suis pas sarkozyste.

        Petit 2, je pensais que tu n’ignorais pas que les groupes d’extrême-droite ne reçoivent pas (Dieu merci), de subvention de l’état.

        Alors, deux poids deux mesures ?

        Si un artiste ne plait pas suffisament au public pour vivre de son art, alors, qu’il change de boulot.

        « Le contribuable non seulement doit la financer car elle est la belle expression de l’âme humaine, mais il a surtout plaisir à le faire. » Moi, quand un artiste me plait, j’achète son CD ou sa peinture. J’aimerais bien que mes impôts servent à quelque chose de plus utile que financer les artistes qui n’ont pas de public (je ne dis pas qu’ici c’est le cas...).

        Qu’est-ce que tu sais de mon appréciation de la beauté ou de l’art. Quelle ouverture d’esprit... Il m’arrive, ainsi qu’aux sarkozyste, de ressentir des émotions, aussi incroyable que cela puisse paraître...

        Sinon, pour parler du « regard porté sur la société », je trouve qu’il est normal que je refuse de financer des gens qui passent leur temps à vomir sur ce que je suis ou ce que je crois. (Je ne parle pas forcément des ogres de barback, mais en général, c’est pareil pour les néos-nazes)

        Pour les groupes d’extrème-droite, je n’ai pas dit raciste... Tu as aussi des groupes qui disent que la république n’a aucun intérêt, ou qui professe le préférence nationale... ça n’est pas interdit, mais ça reste détestable, et j’ai pas envie de leur filer mes impôts.

        Ensuite, je ne considère pas les ogres de barback comme de la culture élitiste. On n’est quand même pas obligé d’avoir BAC+15 pour aller à un de leurs concert.


      • gnarf 6 juin 2007 14:00

        Tout cela illustre clairement que nos artistes devraient y reflechir a deux fois avant de se faire subventionner par l’Etat. On y perd en partie sa liberte c’est evident. On ne peut pas a la fois critiquer l’Etat et accepter son argent.

        Comment se fait-il que nos artistes, tous resistants de la premiere heure, tous engages, tous braves et sans peur, ne marquent pas un point d’honneur a ne pas vivre des subsides de l’Etat ?

        Pour ecrire ce que j’ecris, effectivement, il faut ne rien connaitre et ne rien comprendre aux fonctionnements de la culture Francaise...exception de l’exception.


        • La Taverne des Poètes 6 juin 2007 14:10

          Quand vous dites « Sans aucune intention de vouloir à nouveau refaire le discours sur le supposé manque de considération de la droite pour la culture », on pourrait croire que vous incluez le centre (le vrai : le MODEM) dans la « droite ». Est-ce le cas ?


          • CAMBRONNE CAMBRONNE 6 juin 2007 14:11

            J’espère que le maire d’Oyonnax va débaptiser le centre culturel de sa ville .

            Louis Aragon un des plus grands fumistes du XXème siècle . Un escroc intellectuel et un stalinien de la pire espèce .

            En outre pourquoi continuer à distribuer l’argent des contribuables à des gens qui sous prétexte qu’ils sont des artistes conchient la république en particulier et la france en général .

            S’ils veulent le faire qu’ils le fassent avec leurs deniers , en toute liberté car nous sommes dans le pays des droits de l’homme .

            Vive la république quand même .


            • imago imago 6 juin 2007 15:04

              J’espère que Mr Cambronne a déja publié - ou s’apprête à le faire - des oeuvres dignes d’êtres lues et apprises par coeur, chantées de génération en génération d’écolier comme ce fut le cas pour Louis Aragon. Mais son commentaire me laisse à penser qu’il se sent bien au dessus des contraintes d’une telle oeuvre humaine.


            • Bouli Bouli 6 juin 2007 15:26

              Alors le méga concert de Johnny il y a 1 ou 2 ans en Corrèze, casé dans sa tournée pour faire plaisir à Bernadette. Concert mis en place avec l’argent public où je ne sais combien de CRS ont été mis à contribution et des routes bloquées pour le plaisir de Madame... Eh oui merci le conseil général de financer les caprices de notre ancienne première dame... Et c’est sûr que Johnny aime la république française, c’est sûrement pour ça qu’il cherche à changer de nationalité... (je ne retrouve plus l’info qui était sortie dans le Canard Enchaîné, si quelqu’un la retrouve, je veux bien qu’il étaye mes propos)

              L’affaire des Ogres est un scandale ! La culture et la liberté d’expression sont mal barrées pour les 5 ans à venir...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès