• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > La défaite du FN a-t-elle tué le débat sur l’euro ?

La défaite du FN a-t-elle tué le débat sur l’euro ?

C’est un débat auquel j’apporte ma contribution depuis plus de 7 ans. Après la large défaite d’une Marine Le Pen de moins en moins enthousiaste pour défendre le démontage de la monnaie unique, comment va évoluer le débat sur le maintien de la France dans la monnaie unique, déjà biaisé par des médias en mode Pravda, alors que le FN semble plus que jamais prêt à changer de posture  ?

 

Entre contexte difficile, débat interdit, et pire avocate
 
Malheureusement, il faut bien reconnaître qu’aujourd’hui, seule une claire minorité, probablement déclinante, est favorable au démontage du veau d’or européen et au retour aux monnaies nationales. Et on peut croire que cette nouvelle campagne n’a pas arrangé les choses. Si elle a fait apparaître Asselineau, le candidat le plus résolu dans ce domaine, les changements de règles ont donné moins de temps aux petits candidats pour s’exprimer et le président de l’UPR n’a pas convaincu beaucoup d’électeurs. Pire encore, les deux tenants de la sortie de l’euro en 2012, NDA et Marine Le Pen ont petit à petit reculé sur le sujet, jusqu’à ne plus en faire un préalable entre les deux tours de la présidentielle.
 
Et si on ajoute à cela l’incapacité crasse de la présidente du FN à défendre de manière un tant soit peu solide cette idée dans les médias, même si elle a eu cinq ans pour la travailler, sans être trop occupée par son poste au parlement européen. Résultat, pour bien des français aujourd’hui, le démontage de l’euro est une idée venue de l’extrême-droite, mal expliquée, et donc rendue inquiétante par la propagande de l’autre camp, que presque plus personne ne semble enclin à défendre. Le possible aggiornamiento du FN sur la question pourrait laisser à l’UPR cet étendard, FN et DLF préférant disputer aux dits Républicains le primat de la représentation des idées de droite sur tous les sujets.
 
En effet, le démontage de l’euro pourrait bien être le bouc-émissaire commode des scores de 2017, utile dans la guerre interne pour amoindrir le poids de Florian Philippot. Après tout, Marine Le Pen n’a que faire des idées, elle qui a défendu tout et son contraire, et son opportunisme politique pourrait bien la pousser à droite pour essayer de prendre en étau les Républicains entre le FN et les Marcheurs. En fait, le simple fait que le FN se soit emparé de la question pénalisait le débat puisque la première avocate médiatique de l’idée en était une bien piètre représentante, poussant des « prix Nobel d’économie » à signer une tribune ridicule pour la critiquer, quite à se renier en partie sur le sujet de l’euro.
 
Mais on peut aussi penser que de puissants facteurs externes contribuent à éteindre le débat aujourd’hui. La conjoncture économique européenne s’est améliorée depuis l’effondrement conjoint de l’euro et du pétrole, et même si la situation reste préoccupante sur bien des aspects, le moins pire est un progrès. Ensuite, le fait que les Grecs aient préféré la torture européenne au retour à la drachme a sans doute contribué à la démonétisation de l’idée d’une sortie de la monnaie unique, tant la majorité des Grecs semble encore vouloir conserver l’euro, aussi cher soit le prix à payer. Plus globalement, la baisse des tensions dans la zone euro contribue à réduire la tentation du départ dans bien des pays.
 

 

Au final, la défaite du FN va probablement affaiblir plus encore le débat sur l’euro, malgré la force de nos arguments. Mais les aléas de la conjoncture, en faisant trembler de nouveau ce château de cartes, pourrait le réveiller. Il est malheureux que la monétisation des dettes publiques du Japon et du monde anglo-saxon ne montre pas que cette construction est profondément dysfonctionnelle.
 

Moyenne des avis sur cet article :  3.71/5   (21 votes)




Réagissez à l'article

135 réactions à cet article    


  • Olivier Perriet Olivier Perriet 10 juillet 09:48

    C’est bien votre article, pour une fois il n’explique pas ce que Tsipras devrait faire mais ce que nos politiciens devraient faire.

    On progresse.

    D’accord avec vous sur NDA qui est aveuglé par récupérer un électorat de la droite frileuse, ce qui constitue une victoire à la Pyrrhus (enfin, quand bien même ce serait effectif) :

    Pourquoi un électeur conservateur, à part dans les zones du Midi où le FN est dominant depuis 30 ans, se déplacerait vers des partis politiques marginaux et dissidents ?

    ça ressemble à la fable du boa qui veut digérer une proie plus grosse que lui et qui meurt d’indigestion.

    Asselineau a largement raison, mais ce n’est pas un homme politique, c’est un télé évangéliste. Et encore, pour ménager un vote communautariste, il est pour sortir de tous les traités européens...sauf Schengen   smiley


    • Fergus Fergus 10 juillet 11:03

      Bonjour, Olivier Perriet

      « Asselineau (...) n’est pas un homme politique, c’est un télé évangéliste ».

      Bien vu ! smiley

      Il a en effet tout du prédicateur, de surcroît ennuyeux, d’où ses échecs récurrents à élargir la base de l’UPR.


    • Leonard Leonard 10 juillet 11:27

      @Fergus

      Ce n’est pas parce que vous n’arrivez pas a comprendre que c’est ennuyeux Fergus...

      Nuance...


    • Olivier Perriet Olivier Perriet 10 juillet 12:06

      @Leonard

      Ce n’est pas un problème de fond ni de compréhension, c’est un problème de forme, et votre commentaire en est une illustration éclairante :

      François Asselineau tient un discours qui ressemble à la conversion de Saint-Paul sur le chemin de Damas : « Avant j’étais dans l’obscurité, mais maintenant j’ai tout compris, tout s’éclaire, j’adhère à l’UPR ».

      On trouve des trucs semblables chez les évangélistes US.

      Et comme vous dites, ceux qui ne sont pas touchés par la grâce de la prédication sont des mécréants qui n’ont rien compris, des méchants, etc etc.

      ça peut faire kiffer les personnalités en manque de certitudes, ou certains dieudonnistes mais pas moi... même si je suis presque totalement d’accord au fond (et c’est bien ça le pire).


    • Fergus Fergus 10 juillet 12:44

      Bonjour, Leonard

      Je vous renvoie à l’excellent commentaire d’Olivier Perriet ci-dessus.


    • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 10 juillet 12:57

      @Fergus

      Télé-évangéliste ?

      C’est Asselineau qui les bras en croix, grands-ouverts hurlait dans les micros, le ratelier au vent devant son parterre de d’jeuns tous vêtus avec de tee-shirt multicolores, et les applaudissements sur commande ?

       Vous êtes sûr de ne pas vous tromper de personne ?


    • Olivier Perriet Olivier Perriet 10 juillet 13:13

      @Nicole Cheverney

      L’un n’empêche pas l’autre


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 11 juillet 18:42

      @Fergus
      Vous avez raison, Asselineau ne récite pas des poèmes, et il ne fait pas dans l’émotionnel, comme votre laveur de cerveau préféré...
      Votre beau rêve européen est sauvé, alors heureux ?


    • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 10 juillet 09:56

      La nouvelle communication de Bilderberg, de Rothschild et du Medef a rendu obsolète l’outil FN qu’ils avaient utilisé comme repoussoir depuis l’invention du vote utile.


      Avec l’invention et la mise en rayons de Narcisse-Oedipe (le premier président biologique en tablette doté des fameux enzymes et d’un système d’agents « anticalcaire et antiredéposition »), plus besoin d’accessoire : le produit est vendu « tout-en-un ».

      Le FN a vécu.

      • wesson wesson 10 juillet 18:19

        @Jeussey de Sourcesûre
        ah mais le nouveau produit est-il meilleur, et surtout pourra t’il conserver sa fraîcheur ?


        Avant il était socialiste, maintenant il est jeune (ce qui d’ailleurs ne peut pas s’améliorer). 

        Et demain ?

      • izarn izarn 10 juillet 20:58

        @Jeussey de Sourcesûre
        Et vous croyez qu’une nouvelle gauchiasse va remplacer le FN ?
        Ils sont mal barrés...


      • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 11 juillet 06:31

        @wesson


        Les théoriciens du marketing prennent comme axiome que tout produit a un cycle de vie : 

        - lancement : pour Macron, c’est surtout Attali qui s’en est chargé avec Bilderberg

        - croissance : aux frais de l’état aux manettes d’un ministère et de sponsors discrets pour la campagne présidentielle

        - maturité : cette phase vient de commencer ; les concepteurs l’ont programmée pour cinq ans

        - déclin : recyclage ou destruction ? on ne peut jamais prévoir.

        En politique, de nombreux produits plus ou moins bricolés passent directement du lancement au déclin, et il arrive que la phase de maturité soit interrompue ou s’éternise.



      • zygzornifle zygzornifle 10 juillet 10:17

        Macron a bien manœuvré et surtout ceux qui pilotent Macron peuvent êtres félicités, ce sont de fins stratèges, maintenant ils n’ont plus la part de gâteau mais le gâteau en entier , bien joué les mecs mais faites quand même gaffe a l’indigestion .....


        • Olivier Perriet Olivier Perriet 10 juillet 10:20

          @zygzornifle

          Mais non, il a été élu par défaut (j’allais dire « par erreur »), tout le monde le sait, et lui le premier, il est en liberté surveillée.

          C’est la stagnation Chirac Hollande qui va continuer 5 ans de plus.

          Il faut tout changer pour que rien ne change.


        • zygzornifle zygzornifle 10 juillet 13:13

          @Olivier Perriet


          Avant lui Hollande avait été élu aussi par défaut ce qui veut dire qu’il n’y a plus aucun présidentiable qui tienne vraiment la route , en tout cas si le FN disparaît ou reste complètement affaibli aux prochaines élection il ne faudra plus compter sur le sursaut des andouilles pour l’élire par défaut et il y aura peut être un vrai combat non gagné d’avance pour les 2 prétendants au poste de président ..... 

        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 11 juillet 19:13

          @Olivier Perriet
          Par défaut ? Vous plaisantez...
          - Pendant 1 an, 99,9% des médias n’ont parlé que de Macron, « la 8 merveille du monde », les autres étaient sans cesse critiqués. 17 000 couvertures de magazines, 100% des télés, 100% des radios, 100% des magazines et des journaux. Une paille !


          Voilà les temps de parole dans les médias des candidats à la Présidentielle. Macron n’avait jamais élu nulle part, il aurait dû bénéficier d’un temps de parole équivalent aux candidats jamais élus, comme Asselineau : 1% du temps de parole dans les médias.

          - Il avait à sa disposition le Parquet national financier, créé fort opportunément par Hollande, chargé de mener des enquêtes uniquement sur ses opposants.
          Le but était d’avoir au 2e tour, Macron contre le Pen, c’était plié d’avance !

          - Tous les oligarques l’ont soutenu comme Drahi (BFTMTV) ou Bergé ( le Monde) etc

          - Les Instituts de sondages à sa disposition, qui distillaient des messages sur le divin Jupiter à longueur de temps pour orienter les électeurs « vers le renouveau du Printemps français ».
          Si c’est le hasard, il fait drôlement bien le choses...

          Quant à la stagnation, vous n’avez toujours pas compris que les Présidents français ne décident de rien, ils appliquent les politiques européennes.
          Vous ne verrez aucune différence, sinon en pire !

        • Olivier Perriet Olivier Perriet 14 juillet 23:38

          @Fifi Brind_acier

          Oui, par défaut, bien évidemment :

          le candidat qui avait le plus de chances, c’était celui des Républicains. Mais il s’est crashé tout seul en faisant une campagne d’extrême droite.

          D’où croyez vous que sont venus les électeurs de Macron, sinon de ceux qui auraient bien voté Fillon mais qui ne l’ont pas fait ?

          Il le sait très bien qu’il ne doit sa place qu’à un heureux concours de circonstances et à la médiocrité de ses adversaires.


        • Fergus Fergus 10 juillet 11:00

          Bonjour, Laurent

          La défaite de Le Pen - et sa ridicule prestation sur les questions monétaires lors du débat contre Macron - ont précipité le phénomène : plus aucun parti ne prendra le parti de défendre une sortie de l’euro, et c’est une excellente chose tant les Français - comme du reste les autres Européens - sont désormais attachés à cette monnaie.

          OUI à l’euro !

          J’ajoute à cela que corréler l’euro aux blocages institutionnels de l’UE nés du traité de Lisbonne n’a aucun sens.


          • Olivier Perriet Olivier Perriet 10 juillet 12:09

            @Fergus

            La critique de « la lamentable prestation de Le Pen » vous fait oublier que les propres propositions de Macron sur l’Europe sont totalement utopiques...

            Voir un Insoumis qui applaudit sa soumission laisse rêveur.


          • Fergus Fergus 10 juillet 12:49

            @ Olivier Perriet

            On peut être électeur de la FI sans adhérer en totalité au projet.

            Je ne suis pas sur la ligne de Macron en matière européenne. Mais je suis persuadé que l’euro doit être sauvegardé dans la mesure où il constitue l’un des meilleurs vecteurs d’intégration continentale.

            Il est vrai que, concernant l’UE, je suis plutôt sur une ligne fédéraliste à titre personnel. A condition d’assouplir les règles de fonctionnement et d’abandonner la primauté du libre échange sur le social. OK, je sais que je rêve...


          • Antoine 10 juillet 13:00

            @Fergus
            C’est pas tellement que vous rêvez, c’est surtout que vous n’avez rien compris et que vous ne voulez pas comprendre.


          • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 10 juillet 13:08

            @Olivier Perriet

            Bonjour,

            Macron ne propose rien sur l’Europe, étant son féal le plus résolu. Avant de proposer, il faut que la proposition subordonnée passe par Merkel, la principale ! Alors on pourra parler de l’Europe, le sujet tabou en Macronie, car tout ce qui vient de l’UE est sacré ! Et donc, exécutoire sur le champs !


          • Olivier Perriet Olivier Perriet 10 juillet 13:15

            @Nicole Cheverney

            Il me semble que macron avait fait pas mal de propositions sur l’europe, toutes dans un sens très fédéral

            Mais comme toutes les critiques se sont concentrées sur Le Pen, on a complètement oublié de souligner que les propositions de Macron étaient encore plus irréalistes


          • Fergus Fergus 10 juillet 16:21

            @ Olivier Perriet

            Qu’on le veuille ou non, le fédéralisme sera l’avenir du continent.


          • Coriosolite 10 juillet 17:18

            @Fergus
            Le fédéralisme est-il l’avenir de l’Europe ? Ne lisant pas l’avenir, je n’en sais rien.

            Mais êtes-vous sûr de vouloir remplacer les états-nations par un plus grand état qui éloignerai encore plus ses citoyens du processus de décision politique ?

            Quel serait le poids des petits peuples et des langues minoritaires dans ce moloch étatique ?

            Le risque d’homogénéisation culturelle, de perte des diversités culturelles et des identités à cause de décisions d’une super-bureaucratie européenne acquise à la globalisation me parait très réel.

            Est-ce que le sort fait à la Grèce ne devrait nous alarmer ?


          • Fergus Fergus 10 juillet 17:41

            Bonjour, Coriosolite

            Il y a seulement 2 siècles en arrière, la France n’existait pas dans ses limites et son organisation actuelles, loin s’en faut, et la plupart de ses habitants ne parlaient même pas la même langue, mais de nombreux dialectes régionaux. Or, l’unité s’est pourtant faite sur une base de valeurs communes, malgré des différences en matière d’éducation, de culture et de mode de vie très importantes de l’Alsace au Pays basque, de la Flandre à la Provence, ou bien encore de la Bretagne au Béarn.

            C’est - à mon avis - vers un processus du même type que l’on va aller, et je l’appelle de tous mes vœux tant je suis persuadé qu’au 21e siècle, il y a désormais moins de différences entre les Européens - au moins ceux des pays de l’ouest - qu’il n’y en avait naguère chez nous entre les habitants de nos provinces.

            J’ajoute à cela que les cultures régionales n’ont pas été détruites. Mieux : la mise en place d’une entité supranationale aurait sans doute pour effet de redonner du poids aux particularismes régionaux, ce qui irait d’ailleurs dans le sens souhaité par le Conseil de l’Europe qui, je le rappelle en passant, n’a rien à voir avec l’UE.

            Personnellement, je me sens tout à la fois Auvergnat (mon pays de naissance), Breton (mon pays d’habitat), Français et Européen. Ni plus ni moins l’un que l’autre ! 

            Le cas grec relève d’une seule et unique question : l’annulation de la dette de ce pays qui ne pourra jamais la rembourser. On est là sur un blocage stupide qui finira bien par sauter.


          • wesson wesson 10 juillet 18:30

            @Fergus
            « Qu’on le veuille ou non, le fédéralisme sera l’avenir du continent. »


            pas d’accord du moins pas avant une ww3.

             L’Allemagne est reparti sur un délire de puissance, les USA se convainquent qu’un conflit majeur avec la Russie les laisseraient avec des pertes supportables, on nous amène tout doucement à un conflit direct. Vous allez voir que l’Ukraine ne mettra pas 2 ans à rentrer dans l’OTAN, et à partir de là attaquera militairement la Crimée dans les 6 mois qui suivront, entraînant en cela tout le bloc atlantique contre la Russie, parce que bien entendu, ils vont riposter.

            Après vous ferez un état fédéral avec les cendres radioactives.

          • izarn izarn 10 juillet 21:15

            @wesson
            Meme pas ça...Inutile de brandir une guerre.
            Le fédéralisme en Europe n’a aucun sens historique et ne réussira jamais.
            Un seul pouvoir de l’UE, la BCE et la monnaie...Sinon...
            Les européens se fichent de l’UE :
            Combien d’abstentions lors des élèctions européennes, en Espagne, Italie, Pologne ?
            Et le Brexit ? Ca n’existe pas ? C’est du refoulé ?
            Peut-on refouler la Grande Bretagne ?
            Les fédéralistes sont des fous incultes dignes de l’hosto psychiatrique.
            Branlez vous les mecs, ça n’arrivera jamais !
            L’UE s’écroule petit à petit. Draghi maintient les dettes par la planche à billet depuis 2011...
            Sinon...Plouf !
            Alors un ministre de l’économie allemand peut s’étrangler. Ca prouve surtout qu’il est con.
            Ou alors il veut faire disparaitre l’euro....Alternative possible.
            A l’origine les allemands refusaient l’euro....
            Tous les présidents français sont derrière l’euro. Je maintiens ma thése que Merkel cherchait à faire sortir la Grèce de l’euro...
            Personne n’est fédéraliste sauf ces crétins de gogoche français et les timbrés sarkosystes.
            Derrière le Bilderberg, et les USA ?
            Ce qui expliquerait la bronca contre Trump...
            L’euro, le fédéralisme et mal barré, c’est le pire moment de son histoire...
            Qu’il crève !


          • wesson wesson 10 juillet 21:57

            @izarn
            Je ne peux pas nier qu’il existe encore dans « ma » gauche un rêve fédéraliste. Je ne peux pas leur en vouloir non plus. Mais c’est quand même vrai que avec la Grèce, ils auraient du comprendre. Même en supposant que les Allemands aient un semblant de bonne volonté, un véritable fédéralisme leur coûterait au moins 10 points de PIB, ce n’est pas acceptable pour eux en l’état. 


            Il manque aussi une chose d’essentiel à mes yeux : faire peuple. Et c’est là où on ne vas pas être d’accord. Nous avons beaucoup plus en commun avec l’Afrique du Nord que avec les Polonais par exemple, qui ont toujours été pour nous des planches pourries. tous les ex pays de l’union soviétique sont de véritables étrangers pour nous. Alors que nous sommes objectivement en train de faire peuple avec les Nord Africains (que ça vous plaise ou non nous avons maintenant trop de familles en commun pour qu’il n’en soit pas ainsi), nous nous éloignons en réalité d’avec les Allemands et d’une manière générale de l’Europe du Nord. 

            Cette contradiction est essentielle.Et elle ressortira lorsque les Allemands demanderont à toute l’Europe de conquérir pour eux leur lebensraum.

          • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 10 juillet 22:23

            @Olivier Perriet

            Bonsoir,

            C’était bien le but  : faire élire Macron tout en maintenant l’attention sur Le Pen. C’est la raison pour laquelle je dis que les abstentionnistes au deuxième tour ont été très logiques. Ils ont rejeté le deal média-gouvernement - et Macron. Malheureusement il a été "installé’ malgré ses 7 % de votes exprimés.
            Et au nom de ces 7 % il va continuer la destruction de la France et la paupérisation des Français au bénéfice du MEDEF. Aujourd’hui le gouvernement a annoncé vouloir vendre les cessions d’actifs que l’Etat détient dans des grandes sociétés en partie. La grande braderie continue. La France et ses infrastructures vendues à l’encan ! Scandaleux.


          • Olivier Perriet Olivier Perriet 11 juillet 09:09

            @Nicole Cheverney

            Pratique de dauber sur ses « 7% exprimés » (ça sort d’où ce chiffre déjà ?) alors que votre chouchou a fait moins de 1%.

            « La démocratie est le pire des régimes surtout quand les chiffres ne vous sont pas favorables »


          • maQiavel maQiavel 11 juillet 09:52

            @Fergus

            « Plus aucun parti ne prendra le parti de défendre une sortie de l’euro, et c’est une excellente chose tant les Français - comme du reste les autres Européens - sont désormais attachés à cette monnaie.OUI à l’euro ! Mais je suis persuadé que l’euro doit être sauvegardé dans la mesure où il constitue l’un des meilleurs vecteurs d’intégration continentale. Il est vrai que, concernant l’UE, je suis plutôt sur une ligne fédéraliste à titre personnel. A condition d’assouplir les règles de fonctionnement et d’abandonner la primauté du libre échange sur le social. Qu’on le veuille ou non, le fédéralisme sera l’avenir du continent ».

             Quand je vous lis, je me dis « en voilà un qui va virer germanophobe s’il ne l’est pas déjà ».

            Votre logique est un aller simple vers la germanophobie. 


          • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 11 juillet 12:31

            @Olivier Perriet

            Un chouchou de 1 % ? De qui parlez-vous ? Ah ! de Asselineau ! En quoi serait-il mon chouchou ?

            Si je lui ai apporté ma voix au premier tour, c’est qu’il a le courage de porter le débat là où tout le monde l’élude. La sortie de l’UE concomitante aveccelle de l’OTAN, et l’EURO. C’est drôle comme ce débat fait peur aux européistes ! C’est drôle comme ce débat pourtant nécessaire manifestement engendre le sarcasme. Moi, je ne tourne rien en dérision, car la situation de notre pays est si grave !
             
            Maintenant, les 7 % seront plus proches de la réalité que les 15 /16 % supposés. Voir les commentaires en vidéo de Michel Onfray, à ce sujet, ils sont éclairants.


          • Coriosolite 11 juillet 14:16

            @Fergus
            Bonjour Fergus

            Je ne reviens pas sur la construction de la France qui a pris 10 siècles et n’a été ni une partie de plaisir ni un joyeux moment festif type Paris-plage sur 40 générations.

            Votre vision d’un état européen fédéraliste est empreinte de sentimentalisme, un doux pouvoir pacifique oeuvrant à la prospérité de tous, aux respects des droits, des cultures et des identités, entre autres bienfaits.

            Je ne vous reproche pas d’y croire, d’ailleurs que vouloir d’autre en fait ? Peut-être un peu plus de grandeur et d’épopée, mais bon ça c’est pour une minorité.

            Mais laissons là nos rêves et soyons réalistes (pragmatiques, c’est à la mode).

            Un état quel qu’il soit n’est pas une entité angélique veillant par essence au bien commun. Il est le reflet des contradictions internes d’une société et le garant de la bonne gestion des intérêts de la classe/caste dominante.

            Or pour ce que je connais de vous à travers vos écrits ici, il me semble que tout comme moi vous ne faites pas partie des « élites dominantes » qui se succèdent au pouvoir dans nos vieilles nations européennes - vieilles me plait bien car j’y vois une résistance au temps et aux épreuves -.

            Ces élites pour qui la comptabilité tient lieu de religion -bilan, coût, profitabilité etc.- si par malheur pour nous, elles héritaient d’un super-état européen avec la puissance qui va avec, croyez vous vraiment qu’elles tolèreraient longtemps cet incroyable gâchis de pognon que représente - exemple trivial mais qui vaut par sa simplicité - l’emploi d’une vingtaine de langues différentes.

            Je pourrais multiplier les exemples, mais j’arrête là.


          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 11 juillet 19:27

            @Fergus
            Le principe de réalité, c’est de voir les choses comme elles sont, et pas comme on rêve qu’elles soient... L’euro avait été créé, soit disant, pour faire converger les économies.
            Les économies des pays de la zone euro divergent de plus en plus !
            L’euro est justement un facteur de désagrégation et pas d’intégration.
            Mes condoléances.


          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 11 juillet 19:38

            @Fergus
            Les valeurs communes de l’ Europe, sont sa soumission à la finance, aux multinationales, à la mondialisation, aux lobbies, à la fin de la démocratie et aux guerres de l’ OTAN....
            A part vous, cela ne fait plus rêver grand monde...


            Au G20, Merkel a insisté sur la lutte contre le protectionnisme, la bête noire de tous les Mamamouchis européens ! Appeler les opposants à l’ UE « des populistes » montre aussi qu’il faut les diaboliser car ils sont de plus en plus nombreux !

          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 12 juillet 06:06

            @Olivier Perriet
            Oui Macron a proposé un gouvernement de la zone euro, et sur les travailleurs détachés.
            Mais comme toutes les modifications, cela nécessite l’unanimité, Macron peut donc attendre ...la St Glinglin.


          • Onecinikiou 13 juillet 03:57

            @Fifi Brind_acier


            On excusera Fergus qui n’a sans doute pas la moindre formation économique, et qui bien que récitant son mantra façon méthode Coué « OUI A l’EURO » ne comprend pas qu’une monnaie commune ne peut que correspondre aux aspirations d’un peuple et d’une nation et eux-seuls, et qu’il n’y a pas trace de peuple ni de nation européens existants. 

            On ne fait pas d’omelette avec des oeufs durs rappelait l’illustre visionnaire de Gaulle, toujours ancré dans le réel et jamais dans l’idéologie crasse. 

            C’est donc bien la raison pour laquelle l’euro ne fonctionne pas hormis pour l’Allemagne et son glacis, et qu’il dévaste les économies, les modèles sociaux et les industries de toutes les autres nations membres. 

            Fergus et ses alter ego préfèrent foncer dans le gouffre en klaxonnant plutôt que de faire machine arrière, car cela supposerait qu’ils se déjugent et reconnaissent leur erreur monstrueuse, et donc reconnaissent leur déficience et leur incapacité à penser le monde, ce qu’ils sont bien incapables de faire l’idéologie les aveuglant.

          • julius 1ER 15 juillet 08:29

            @Fergus

            tu as entièrement raison Fergus l’avenir est ...les Etats Unis d’Europe !!!

            je ne vois pas ce qui pourrait être l’alternative afin que le continent ne retourne pas à ses errements passés .... 
            mais ceux qui pensent que détruire est plus facile que construire ne feront rien pour faire avancer l’idée aussi il faudra attendre le passage d’une ou deux générations et quelques projets communs pour que les gens comprennent que l’on est lié vers un avenir commun ....
            mais la route sera longue !!!!!

          • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 10 juillet 12:07

            @ Fergus,

            Bonjour,

            Vous pourriez rajouter à votre com ce serait plus franc et logique de votre part, « Oui à l’Euro, à l’UE, à l’OTAN » !
            Non, non, être européiste à ce point n’est pas un défaut majeur, c’est juste une dépréciation de la réalité économique qui saute aux yeux !
            L’Euro est pourtant en train de se casser la figure !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès