Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > La démission de Nicolas Sarkozy ?

La démission de Nicolas Sarkozy ?

Une chose change et tout change. Ce soir, le président de la République annoncera donc la promulgation de la loi instituant le CPE. Acte technique, conséquences politiques : virtuel encore, le CPE deviendra réel.

Des entreprises, très vite, en proposeront à des jeunes à la recherche d’un emploi. Le premier changement est là. Il en induit un second, pour les syndicats, les partis de gauche, les manifestants. Jusqu’ici, leurs actions avaient un débouché potentiel : le retrait du texte, l’appel au président de la République.

Une fois ce texte entré dans l’ordre juridique, la demande change de nature. La rue souhaite qu’une loi votée par le Parlement, déclarée constitutionnelle par le Conseil constitutionnel, promulguée par le président de la République, soit retirée de l’ordre juridique. Comment appeler cela : une révolution ? De la subversion ?

En tout cas, la difficulté même de ce combat porte en lui les violences, les excès, les débordements, le désespoir aussi. Ceci rend très difficile la poursuite de l’action pour les syndicats. Ils appellent à manifester mardi. Soit. Il y aura du monde. Mais après ? Encore une nouvelle journée de manifestations, et encore, et encore... Et jusqu’à quand ?

L’action contestatrice perd sa place. Les opposants ont joué leur parti, leurs adversaires la leur. La logique maintenant, à propos de cette réforme, c’est de s’en remettre aux urnes.Que restera-t-il, le moment venu, du CPE dans la mémoire des électeurs ? Dans quelle mesure et de quelle manière leur vote en sera-t-il influencé ? Ces questions-là s’inscrivent dans le fonctionnement normal de la démocratie. A partir de maintenant, organiser et encourager les manifestations contre le CPE s’enracine davantage dans l’anormalité du fonctionnement démocratique, dans l’irrationalité que procure le sentiment d’avoir perdu la partie.

C’est dans ces sentiments-là que se niche la colère, et que la violence prend sa source. Or cela, ni les partis politiques ni les syndicats ne peuvent l’assumer. Pour eux, la promulgation trace comme une ligne rouge, et la franchir peut leur valoir un terrible péril. La promulgation du CPE change tout pour Dominique de Villepin, et aussi pour Nicolas Sarkozy. Ponctuellement, immédiatement, et sans négliger une impopularité sans doute durable, le Premier ministre peut considérer qu’il a gagné la partie.

Mi-janvier, il annonçait son projet de CPE. Fin mars, le projet est devenu réalité. L’objectif de Dominique de Villepin est double désormais. D’abord, enregistrer la signature du plus grand nombre de contrats première embauche possible. Ensuite, rétablir au plus vite l’ordre dans la société, effacer et réduire les traces de la contestation, permettre aux étudiants qui le veulent de passer leurs examens. Pour tout cela, Dominique de Villepin a besoin de l’action résolue et décidée du ministre de l’Intérieur. Nicolas Sarkozy, président de l’UMP, peut bien penser ce qu’il veut du CPE et de la méthode de gouvernement du Premier ministre, il n’en reste pas moins que désormais que le même Nicolas Sarkozy, premier flic de France, doit faire son boulot : rétablir l’ordre. Finis les états d’âme et les critiques voilées. L’heure maintenant est à l’action.Combien de temps Nicolas Sarkozy pourra-t-il gérer ses propres contradictions ?

A quel moment son image elle-même commencera-t-elle à en souffrir ? Peut-on se dire libre et différent des autres responsables politiques en gérant ce type de grand écart ? Pour dire les choses autrement : la situation qu’entraîne la promulgation de la loi sur le CPE ne porte-t-elle pas l’obligation de soumission de Nicolas Sarkozy, à moins qu’elle n’entraîne sa démission ? Une chose change et tout change : c’est ainsi que s’écrit l’histoire...


Moyenne des avis sur cet article :  3.54/5   (189 votes)




Réagissez à l'article

78 réactions à cet article    


  • gem (---.---.117.250) 31 mars 2006 11:39

    Ce matin, j’ai écouté M. Hollande. Il n’a pas dit ce qu’il ferait s’il revenait au pouvoir.

    Il n’a pas dit, par exemple, qu’il ferait une loi pour transformer en CDI ordinaires tous les CPE, ou pour taxer brutalement toutes les entreprises qui font usage du CPE. Cela aurait pourtant été facile, et dissuasif : l’entreprise aurait réflechit à deux fois avant d’utiliser le CPE.

    Mais il ne l’a pas fait. Tout ce qu’il fait, c’est appeller encore et toujours au retrait.

    Conclusion personnel : M. Hollande se fout du CPE, tout ce qui l’interresse c’est de préparer les élections de 2007, et plus la situation est inextricable, plus ça l’arrange...

    Je n’ai pas l’impression que M. Hollande voit la même ligne rouge que vous, M. Apathie


    • (---.---.162.15) 31 mars 2006 11:54

      Gem, votre commentaire me semble à côté de la plaque puisque les socialistes ont dit de puis plusieurs semaines qu’ils supprimeraient le CPE s’ils venaient au pouvoir.

      Quant à punir les entreprises pro-CPE, c’est d’une mesquinerie qui est aussi « à, côté de la plaque »...

      Am.


    • BB (---.---.186.61) 31 mars 2006 14:07

      Recalculés, intermittents, privatisations, radiations ANPE, CNE, avez-vous entendu M. Hollande sur ces sujets ?

      Vous avez déjà vu Hollande s’opposer ou défendre le peuple hors campagne électorale ?

      Le PS est entré en campagne, c’est évident, personne à gauche M. Hollande en tête, n’a proposé de solution sur aucun sujet.

      La chiraquie montre au grand capital à quel point elle est couchée, elle s’en prend au noyau dur, le CDI, et passe devant M. Sarkozy. Si Villepin réussi à faire avaler la pilule il a des chances d’avoir l’UMP, le patronat, et donc les médiats de sont coté, Sarkozy sera alors l’éternel ministre de l’intérieur perdant le combat contre « la racaille ».

      Que le bilan du gouvernement soit bon ou mauvais Sarkozy ne pourra s’en prévaloir, il devra donc démissionner avant la fin de la campagne comme il l’a annoncé d’ailleurs...

      Reste à savoir ce que fera Chirac, promulgation ou pas ?

      Je pense que l’auteur de cet article perspicace à raison, promulgation et victoire en perspective.


    • Marsupilami (---.---.164.73) 31 mars 2006 14:26

      « Article perspicace » ? Tu parles... Robinet d’eau tiède plutôt. Aphatie raffole de politicaillerie politicienne et il roule pour le petit Nicolas Sarkoky, c’est tout. J’étais content de ne plus entendre ses blablabla sur France-Inter, et voilà qu’il débourre sur Agoravox ! A quand un texte signé par Jean-Marc Sylvestre ?


    • Nicolas (---.---.51.28) 31 mars 2006 14:34

      Belle argumentation (http://stalker.hautetfort.com) Marsupilami.


    • l’homme dans la lune (---.---.27.109) 31 mars 2006 15:52

      Jean Michel Apathie a tout à fait raison de dire que les syndicats et les socialistes méprisent la démocratie en s’alliant avec l’extrême gauche. Le seul moyen d’éviter la violence politique est de laisser la démocratie fonctionner, la majorité élue gouverner, manifester son mécontentment si nécessaire, mais ne pas exiger qu’elle capitule devant des manifestations. La non condamnation des blocages de facs par de toutes petites minorités, de lycées, de collèges, de trains, de routes montre le peu d’attachement à la démocratie des socialistes ou de l’unef. c’est vrai aussi que Sarkosy n’est pas très net sur le sujet Heureusement qu’internet existe pour témoigner des manipulations de l’unef et des étudiants gauchistes et pour aider à la structuration d’une résistance (un article complet sur ce sujet ici >>>


    • jfmj (---.---.26.188) 31 mars 2006 16:22

      Je penses aussi que M. GALOUZEAU pense au fauteuil de 2007 et qu’il en a rien à faire du CPE. Ce qu’il pense, c’est de forcer les entreprises à prendre les jeunes bon gré mal gré, et de donner des chiffres en baisse sur le chômage début 2007.

      Ensuite proclamer haut et fort : nous avons gagnés la bataille de l’emploie. En attendant la loie est passée et les jeunes vont galérer. Nous savons déja que les chiffres du chomage son truqués.


    • (---.---.1.62) 31 mars 2006 16:45

      Qui a donné les signatures à l’extrême gauche lors des élections présidentielles de 2002 ?


    • chrisletoulousaing (---.---.61.158) 31 mars 2006 19:09

      je ne voie pas en quoi le gouvernement est la majorité élue... un président élue de force... un premier ministre ne disposant d’aucun mandat d’élue... une assemblée non représentative de l’opinion publique... (cf conseils regionaux...)

      En Afrique on serait en pleine guerre civile avec un tel gouvernement dont le taux de satisfaction approche du néant.


    • BB (---.---.34.110) 31 mars 2006 19:48

      Je connaissait pas le personnage, c’est un des « nouveaux chiens de garde » avec sylvestre (que j’ai déjà entendu, grosses ficelles à la sauce scientifique !).

      Aphatie semblait très « Sarko » ces derniers temps...

      Les rats quittent le navire ou préparent une habille reconversion juste au cas ou ?

      En tous cas si le CPE passe « le grand con » aura tout raté depuis 12 ans sauf sa sortie, Sarko serait dans une belle m... et redeviendrait le petit roquet tête à claques de M. Balllladur, écartelé entre sa discrimination positive et ses racailles en liberté.

      Les « Aphatie » ont du soucis à se faire, dans tous les cas une explosion en plein vol du Zeppelin UMP est à prévoir prochainement.

      Alain reviens, droit dans tes bottes !!!

      « Je me marre » dirait Coluche...


    • Fred (---.---.193.134) 31 mars 2006 20:35

      Pourquoi pas essayer de reinstaurer l’URSS en France, il y a vraiment des gens qui pensent que si demain il n’y avait pas d’entreprise en France les choses continueraient a tourner normalement.


    • Camille Vaucelle (---.---.182.113) 31 mars 2006 21:40

      « Le PS est entré en campagne, c’est évident, personne à gauche M.Hollande en tête, n’a proposé de solution sur aucun sujet. »

      J’avoue ma désillusion face à cette opposition qui ne représente rien, tiraillée entre l’attentisme et la récupération.

      Mais en discutant, avec des partisants de gauche et de droite, une alternative « socialiste » peu médiatique m’a été signalé : « Rénover, maintenant »(1), avec objectif entre autre d’évoluer vers une 6ème République.

      Le système démocratique étant évidemment le « moins pire » des systèmes, il est appelé à être révisé régulièrement. La France était autre fois en pointe sur ce domaine(2) et n’a jamais eu besoin de copier des solutions américaines ou norvégienne dans ce domaine.

      Peut être devrions nous cesser de copier les autres, et de chercher par nous même les solutions, en discutant ouvertement, en secouant nos voisins un peu trop endormis, nous, petits hommes politiques de la rue qui sommes motivés par notre avenir (de) citoyen...

      Je vous souhaite une bonne soirée et un bon courage dans votre interminable recherche de la sagesse et merci pour vos opinions

      (1)http://www.renover-maintenant.org/rubrique.php3?id_rubrique=20

      (2)excepté sur l’égalité homme/femme, personne n’est parfait


    • BB (---.---.242.130) 1er avril 2006 15:43

      Précisions, j’ai entendu un socialiste faire des propositions de modification de la constitution Française, Lang, c’était au début du débat sur la constitution européenne il était chez Paoli (qui y est en ce moment !) il disait en substance, après les deux claques que l’on à mis à la droite je croyais qu’on (le PS) allait bosser, réfléchir, bâtir un programme, proposer, au lieu de ça on se bagarre pour les élections présidentielles ! (c’était une accusation contre Fabius, voilée, mais aussi contre le PS en général)

      Je ne m’explique toujours pas comment personne n’a vu venir la chute de Jospin au 1er tour, je ne m’explique pas non plus pourquoi le PS n’a pas appelé à voter massivement à gauche aux législatives qui ont suivi, ce qui aurait, et cela eu été logique et démocratique, provoqué une nouvelle cohabitation et évité de donner tous les pouvoirs à un seul partis...

      Hollande ne défends même pas le bilan des emplois jeunes, alors, ni CPE, ni emploi jeunes, ni autre proposition.

      La politique ne peut se résumer à « attendre et voir venir » j’usqu’a la prochaine campagne (virez Hollande de la direction vite !)

      Un article intéressant sur nos institutions « démocratiques ».

      Je vais de ce pas étudier la solution « Montebourg »


    • CityzenKane (---.---.250.246) 3 avril 2006 00:25

      LES « SOCIALOS » N’ONT A PAS REUSSI A FAIRE RETIRER LE CPE, Ils se paient UNE CAMPAGNE DE PUB , SUR LE DOS DE LA NATION... SUR LES ECHECS AUX EXAMENS DES JEUNES, SUR LE DOS DES EMPLOIS DEJA PRECAIRES DU PRIVE ! IL VA FALOIR REINTEGRER TOUT CELA DANS LES COMPTES DE CAMPAGNE DU PARTI SOCIALISTE ! La Preuve : LES « SITES OU BLOG ETUDIANTS » : nombreux sont ceux « maquereautés » par le PARTI SOCIALISTE. Les leaders sont ratachés de trés près au PS, ou membres d’organisations parallèles, ou cousines. Et le pire est lorsqu’ils offrent directement, ouvertement la carte du PS avec une réduction « exceptionnelle » la vente « flash » à 20€ pour « décider » avant le mois de Juin. Non seulement les jeunes sont assez « cons » pour se faire piéger, mais en plus ce parti politique est dirigé par des méthodes qui se raprochent de celles de l’ex URSS. Souvenez vous des litiges de leurs dernières élections, du licenciement abusif de l’intermitent du spectacle : FABIUS, pourtant spécialiste du dialogue social si l’on en juge par son « nez » au référendum... Aucun autre prétendant à la Présidence et certainement pas la « Mémère » Ségolène ne s’en plaind. C’EST LE début de la MATRIOCRATIE ! Il dicte ses régles au parti et à la République ! Holande est-il un extrémiste de gauche , un Trotskiste rentré ? Fait-il le pari risqué de se servir de l’extrème-gauche pour se payer un tel lifting ? Veut-il la peau de : La Vième , de Chirac, de Villepin, et se faire SARKOSY dans la foulée, en ruinant un UMP toujours pas en ordre de Marche en provoquant une Présidentielle anticipée ? Il abat ses cartes doucement...Pourquoi la désignation du candidat en Juin ? Pourquoi ce planning ? Mais le plus triste c’est qu’avec ces « électeurs-manifestants-casseurs » la démocratie des ruelles risque nous mener dans de sombres recoins ou impasses mémorielles. Bon courage également quand les dangereux, mais vrais gauchistes sincères -que je respecte - se verront roulés dans la farine. Le PACTE de non agression du moment, volera en éclats. Pour ma part je suis de droite, on l’aura compris, mais si je me tapais une petite carte du PS en promo, on verrait bien la tronche de Ségolène et François, aux « sections », ces deux énarques Matriocrates ! Le plus écoeurant c’est que les médias audios-visuels, la presse écrite, se taisent sur l’apparente spontanéité du mouvement Anti CPE ! Mais belle bataille même si ce n’est pas trés sport : notre démocratie est en danger non par la faute des manifestants ou de Villepin, de l’UMP mais parce que la puissance , la quantité des vecteurs d’info, leur piètre qualité, et l’éthique en général, ne permettent plus au Citoyen moyen de se faire une idée de la vérité. De l’Homo Sapiens, à l’Homo manipulis !


    • Ludovic Charpentier (---.---.68.72) 3 avril 2006 15:26

      Cher Citizenkane, monsieur le militant de l’UMP, qui a-t-il de scandaleux à reprendre les méthodes de Jacques Chirac ?

      Bien cordialement !


    • CityzenKane (---.---.249.152) 5 avril 2006 12:34

      Trés touché par votre commentaire : les méthodes de CHIRAC ? je croyais à tous vous écouter, qu’il ne servait à rien, qu’il était devenu un figurant de la politique...il aurait des méthodes aujourd’hui ? Quand aux méthodes que vous dénoncez, il s’agit plutot dans votre esprit de celles de l’UMP ? Cette UMP dirigée par ce cher SARKOSY : tous ces militants ne sont pas Sarkosistes malgrés le battage médiatique récurant. Vous voilà en face d’un de ceux là ! Quand aux méthodes, on est jamais surpris de trouver du pain dans une boulangerie si je vous suivais dans cette direction bien que l’accusation soit fausse. En revanche trouver du « porc » dans une boucherie cachère c’est consternant d’autant plus que la charcuterie et les plats cuisinés qui vont avec, sont là aussi. Le PS : ils épluchent les oignons quand ils sont au pouvoir, puis chialent ensuite de trés mauvaise foi ! Les Français en ont marre de cette politique aux méthodes ancestrales faites par « tous les amis de 30 ans de gauche ou de droite » et ce qui est dépitant c’est qu’à seulement une année d’élections majeures en France, où tout pourrait-être ensuite balayé sur le simple suffrage du Peuple, on assiste à ces blocages et ultimatums généralisés du coté de ce que je qualifie de gauchistes aujourd’hui. En matière de démocratie c’est une leçon qui laisse augurer de la capacité de nuisance d’un mouvement orchestrée par le redoutable FRANCOIS HOLLANDE ! La FRANCE a besoin d’un HOMME FORT, mais d’un démocrate avant tout !


    • Nicolas (---.---.51.28) 31 mars 2006 12:11

      Merci pour cet article, toujours en avance sur les medias « officiels ».

      Néanmoins, vous pronostiquez à demi-mot une démission de Sarkozy. N’est ce pas accorder à J. Chirac une autorité qu’il n’a plus depuis longtemps ?

      La position de Sarkozy est « intenable », si l’on considère qu’il est sous l’autorité de Chirac, et que Chirac a une légitimité , venue des urnes. Pas si l’on considère que Sarkozy veut rester pour empecher Chirac de plomber définitivement le pays, s’il donne l’impression de se « sacrifier pour la France » , en restant travailler sous les « ordres » d’un incompétent notoire.

      Etant donné que Chirac est sans doute l’homme politique le plus médiocre et le plus discrédité de tout le paysage politique francais, et qu’il a autant de légitimité qu’un Giscard présentant sa « constitution », pensez vous que ce 2ème scénario soit possible ?


      • pX (---.---.181.41) 31 mars 2006 15:49

        C’est quoi ce verbiage immonde et mal emmanché ? Vous vous grillates en utilisant le « on » en place du « je ». Pff.


      • theone (---.---.130.20) 31 mars 2006 13:24

        Dominique vilp à gagner cette guerre ???? Si c’est le cas, c’est une victoire à la pirus !!!!!


        • sarkostique (---.---.38.61) 31 mars 2006 14:10

          Sarkophage aurait pu intituler son article : sarkozy a dit, sarkozy a menti, mais cela aurait fait redondant. Tout le monde l’a compris, le petit Sarkozy est tr ?mal pris.


          • thierry (---.---.122.242) 31 mars 2006 14:25

            si le cpe est promulgué, ca montrera bien que les hommes politiques n’ont rien à fouttre de l’opinion du peuple ni de la loi (normalement toute modification du code du travail demande une négociation syndicale - loi instaurée même par de villepine).

            Après il ne faudra pas s’étoner que les français se désinteressent de la politique si de toutes façons tout est toujours écrit d’avance (toujours dans la meme direction libérale).

            Il ne faudra pas non plus s’etonner si les petits partis de gauche font faiblir le PS (qui n’ose plus aller contre le libéralisme pour ne pas paraitre extrémiste et donc qui ne propose rien de différent par rapport à la droite) et qu’on se retrouve avec FN et UMP au second tour.


            • Jean Chouan (---.---.67.21) 31 mars 2006 14:50

              Pour le remplacer par qui ? Hollande ? Regardez bien ce monsieur « fonctionner », faites donc un peu de « psychologie de terrain » !... Quel genre d’individu est ce ? A mes yeux, je n’ai pas du tout confiance...Quand je recevais ce genre de personne dans mon bureau, j’avais tendance à ne pas faire confiance du tout, et j’éconduisais courtoisement... Hollande critique négativement. Il n’a pas de solution de substitution si ce n’est des schémas tout fait concormes aux idées du XIXeme siècle. Ce n’est pas un leader, c’est un dinosaure marxiste qui s’est trompé d’époque ! Cest terrible mais qui mettre à la place de ces gouvernants actuels ??? Y a t il un homme honnête , courageux, entreprenant, intelligent, ne pensant qu’à la France et à son peuple ? Y a t il un « de Gaulle » quelque part ? nOus plongeons vers l’abîme petit à petit...


              • thierry (---.---.122.242) 31 mars 2006 14:58

                mais si d’après vous il n’y a pas d’alternative au libéralisme, alors à quoi sert la politique ?

                Il faut arreter de dire que le socialisme est mort. ce n’est pas vrai et ça serait catastrophique.


              • Marsupilami (---.---.164.73) 31 mars 2006 15:19

                Je te rassure, le socialisme n’est pas mort.

                Mais les socialistes sont aux abonnés absents. En cette époque où ne pas avoir de téléphone portable est un signe de non-existence sociale, c’est grave...


              • Fred (---.---.193.134) 31 mars 2006 20:38

                Hollande une alternative ?? Je crois que c’est le premier homme politique que je vois qui n’a aucune idee a proposer ; jouer le role du critique est facile, construire est plus dur. De plus, il n’a aucun charisme.


              • Hervé (---.---.33.228) 31 mars 2006 14:53

                Bien bien bien.

                Jacques Chirac a été élu en 2002 avec 82% des voix mais n’a que faire des trois millions de Français qui défilent dans la rue ! c’est plus que pour la loi Savary en 1984 qui prévoyait la création d’un “grand service unifié et laïque d’éducation nationale” mais qui avait alors été retirée par Mitterand sous la pression de la rue, qui ne doit pas gouverner selon les gens de droite comme ils le disent en ce moment smiley, c’était bien eux qui étaient dans la rue à cette date, non ?

                Et là, Villepin peut donc continuer son action, haut la main sans doute.

                Et bien, dont acte, M. Apathie, comme vous dîtes, on en reparlera l’année prochaine aux élections.

                Le CPE aura servi à une chose, illustrer avec combien de mépris ce gouvernement est capable de réformer ce pays, qui en a besoin évidemment, mais avec un tel degré d’infantilisme, tout ça est déprimant. Si la gauche passe en 2007, je ne m’avance pas beaucoup pour prédire qu’on verra la différence dans les méthodes...

                Tiens, m’en vait me syndiquer, histoire d’améliorer les chiffres de la représentation syndicale dans le secteur privé.

                Encore une info, les syndicats actuellement dans la rue représentent autant d’adhérents que les partis UMP et UDF réunis, cf. cette autre contribution

                A bon entendeur, pour ce qui est de la légitimité de chacun...


                • eresse (---.---.120.64) 31 mars 2006 23:23

                  « n’a que faire des trois millions de Français qui défilent dans la rue ! »

                  Ca ne represente meme pas le tiers des gens qui ont vote pour lui au premier tour de l’election de 2002...


                • (---.---.74.169) 31 mars 2006 15:26

                  Pays de meeerdeeeeeeeeeee !!!!!!!


                  • (---.---.38.140) 31 mars 2006 15:52

                    Et si vous, messieur le journaliste, vous vous trompiez ...


                    • (---.---.38.140) 31 mars 2006 15:58

                      En tous cas, bande de vieux c..s, la jeunesse vous demandera des comptes


                      • Fred (---.---.193.134) 31 mars 2006 20:40

                        c’est sur que dit comme ca on a envie de vous aider.


                      • Chem ASSAYAG 31 mars 2006 16:17

                        Voilà une analyse bien typique du journalisme politique : Villepin a gagné, Nicolas aura perdu, que fera Nicolas... L’état du pays ? Peu importe. Le fait que les électeurs aient désavoué à plusieurs reprises les gouvernements successifs du quinquennat Chirac dans les urnes et dans la rue. Un détail. A force de considérer que le peuple compte (si) peu devant les rêves de grandeur élyséennes des uns et des autres nous aurons, hélàs, de vrais désordres. Et pendant longtemps certains prétendaient que notre classe politique était brillante.


                        • Gil (---.---.93.79) 1er avril 2006 21:02

                          Voilà qui a le mérite de bien résumer la situation.


                        • come (---.---.111.40) 31 mars 2006 16:29

                          Toute manifestation est une démonstration de force, une course folle à la marée humaine, il faut convaincre pour attirer dehors le plus de monde possible et atteindre le fameux cap du million d’âme en colère revendicant le droit de dire non.

                          J’aimerais que le gouvernement ne cède pas. Ce n’est pas une question de cpe, de loi ou de parti... non ! j’aimerais simplement que le gouvernement ne cède pas... pour une fois. J’ai 31 ans et je n’ai jamais vu un gouvernement ne pas céder face à la rue.

                          J’en ai juste marre de ne pas pouvoir juger les gens qui nous gouvernent par rapport à leurs actes puisque dès qu’ils proposent une loi ou une réforme qui semblent les engager vraiment la rue les en empêche... De ce fait nous n’avons que des comptables, des gestionnaires des affaires courantes au pouvoir jouant à leurs petits jeu de chaise musicale....

                          Dans un an il y a des élections pourquoi ne pas juger après l’application de ce projet ? Pourquoi ne peut-on jamais juger de rien a posteriori... Il n’y a rien de dangereux dans cette loi, rien qui mette en péril notre démocratie, rien qui nous rendra impossible le fait de remercier ces messieurs si leur loi n’est pas bonne, enfin si leur loi n’a aucun résultat sur le terrain...

                          Il ne faut pas s’étonner si en suite les partis n’arrivent plus à trouver des idées intéressantes et audacieuses... A quoi bon puisque ils ne pourront jamais les appliquer...


                          • thierry (---.---.122.242) 31 mars 2006 17:27

                            le problème c’est que depuis que les idées libérales prolifèrent en France (environ 30 ans), on n’a jamais réussi à revenir en arrière quand des étapes ont été franchies. Donc si le CPE est promulgué, on a très peu de chances de revenir en arrière.

                            Par exemple, si aujourd’hui on dit qu’on va augmenter les charges des entreprises ou taxer leurs bénéfices un peu plus, tout le monde va crier « au fou ! ». Pourtant, il y a 30 ans, les boites faisaient moins de profit et personne ne trouvait ça absurde.

                            Bref, pour revenir sur ce post anti-manif, je pense qu’il est important de ne pas laisser passer une loi qui va à l’encontre totale de tous les salariés, après il sera trop tard. Mais chacun est libre de penser ce qu’il veut. Certains ici pensent vraiment que le libéralisme est une bonne chose pour tous. D’autres comme moi pensent l’inverse...


                          • Fred (---.---.193.134) 31 mars 2006 20:43

                            c’est valable aussi pour les mesures soit disantes sociales. Les 35 heures par exemple qui n’ont cree aucun emploi en France, ont coute une fortune et cree des inegalites monstrueuses au niveau de la duree de travail sont toujours la, pourquoi ? Simplement parce que ceux qui defilent sont toujours les memes et ceux qui en profitent le plus.


                          • Scipion (---.---.1.146) 31 mars 2006 16:30

                            Pour des raisons que je m’explique mal - appelons cela de l’intuition expériencielle -, je ne vois pas du tout les choses comme vous.

                            A mon avis, l’avis du Conseil constitutionnel et la signature (probable) de Chirac* mettent un terme définitif à l’affaire CPE. Et je ne partage aucun des points de votre analyse. Vous écrivez : « Des entreprises, très vite, en proposeront à des jeunes à la recherche d’un emploi. » J’ajouterai, pour ma part que de très nombreux jeunes les accepteront. Ce qui aura pour effet de désamorcer définitivement la contestation, en la privant de réelle légitimité.

                            « Le premier changement est là. Il en induit un second, pour les syndicats, les partis de gauche, les manifestants. Jusqu’ici, leurs actions avaient un débouché potentiel : le retrait du texte, l’appel au président de la République. Une fois ce texte entré dans l’ordre juridique, la demande change de nature. »

                            Alors que moi, je pense qu’il n’y a plus de demande soutenable.

                            « La rue souhaite qu’une loi votée par le Parlement, déclarée constitutionnelle par le Conseil constitutionnel, promulguée par le président de la République, soit retirée de l’ordre juridique. »

                            La rue est quelque chose de très fluctuant, qui n’a pas vocation à s’inscrire dans la durée.

                            « Ceci rend très difficile la poursuite de l’action pour les syndicats. Ils appellent à manifester mardi. Soit. Il y aura du monde. »

                            Ce n’est pas sûr du tout. La protestation s’est soldée par un bide, le soufflé est en train de tomber. Et même s’il y a du monde, la plupart des manifestants seront d’ores et déjà résignés.

                            « Mais après ? Encore une nouvelle journée de manifestations, et encore, et encore... »

                            Non. Après, plus rien !

                            « Que restera-t-il, le moment venu, du CPE dans la mémoire des électeurs ? »

                            Rien !

                            « Dans quelle mesure et de quelle manière leur vote en sera-t-il influencé ? »

                            Dans aucune mesure et en aucune manière. En actualité plus qu’en tout autre domaine, un clou chasse l’autre avec une fancilité et une rapidité déconcertantes...

                            « Ponctuellement, immédiatement, et sans négliger une impopularité sans doute durable, le Premier ministre peut considérer qu’il a gagné la partie. »

                            C’est que la partie est terminée. Les supporters peuvent encore se colleter autour du stade, le score ne changera pas.

                            « Mi-janvier, il annonçait son projet de CPE. Fin mars, le projet est devenu réalité. L’objectif de Dominique de Villepin est double désormais. D’abord, enregistrer la signature du plus grand nombre de contrats première embauche possible. Ensuite, rétablir au plus vite l’ordre dans la société... »

                            L’ordre est d’ores et déjà rétabli, faute de désordonneurs.

                            « ...effacer et réduire les traces de la contestation. »

                            Ce n’est plus, désormais, qu’un travail de peintres et de vitriers.

                            « ...permettre aux étudiants qui le veulent de passer leurs examens. Pour tout cela, Dominique de Villepin a besoin de l’action résolue et décidée du ministre de l’Intérieur. »

                            Il n’y a besoin de personne ni d’aucune action pour entretenir une sérénité en voie de rétablissement spontané.

                            Je pense que notre différence de perception tient au fait que vous voyez des troupes résolues et disciplinées, là où je ne distingue que des militants syndicalistes déboussolés et des gamins superficiels.

                            Maintenant, il ne nous reste plus qu’à attendre la fin de la semaine prochaine, pour voir à qui de nous deux, les faits auront donné raison. Le niveau de participation aux manifs de mardi ne fournira, le cas échéant, qu’une indication à confirmer. Ou à infirmer...

                            * A moins que le vélléitaire du faubourg Saint-Honoré, avec cette abscense totale de vista politique qui n’est pas son moindre charme, ne se dégonfle in extremis. Eventuellement, pour se rendre à une autre de ces dévastatrices injonctions dont Mlle Fille semble avoir le secret...


                            • José (---.---.22.235) 31 mars 2006 16:35

                              La démission de N. Sarkozy est de toute façon programmée avant l’automne prochain, ceci n’est malhereusement pas un scoop : il lui est impératif de sortir du gouvernement pour se différencier de de Villepin, et cela au moins 6 mois avant les élections de 2002.

                              Qu’elle intervienne en Juin ou en Octobre, cela n’a que peu d’intérêt en fait.

                              Le seul point important à surveiller dans cette bataille du CPE à partir de ce soir est la réaction de la rue : il me semble que Monsieur Apathie balaie un peu trop rapidement la « résistance » qui peut se mettre en place et qui peut « pourrir » l’activité politique et gouvernementale.

                              Non seulement les électeurs devraient s’en souvenir lors du prochain vote, mais des actions de « guérilla citoyenne » ne sont pas exclues d’ici 2007. Bien au contraire.

                              Car le sujet du CPE va bien au-delà d’un simple texte, mais constitue le tournant que prendrait la France vers l’ultra-libéralisme tel qu’il est imposé par les lobbies internationaux dans la vaste opération de globalisation et de marchandisation des services partout dans le monde.

                              Bien que mal informés par les « Grands médias », les Français ont très bien compris la mesure de cet enjeu crucial qui a fait basculer en son temps les USA puis le Royaume-Uni, l’Italie, l’Espagne...

                              Monsieur Sarkozy n’est dans ce combat qu’un élément annexe, et il semble qu’il ait déjà perdu la bataille pour 2007 si J.Chirac promulgue la loi ce soir, car les réglements de compte seraient terribles à droite et ouvriraient un boulevard à Lionel Jospin, qui tiendrait sa revanche sur le destin au printemps prochain.

                              Vu son jeune âge, N. Sarkozy pourrait revenir en 2012, mais ceci est une autre histoire...


                              • jp (---.---.139.102) 31 mars 2006 16:52

                                Je suis toujours étonné par ceux qui critiquent la gauche ces derniers temps. Manque d’idées, absence de programme, sans doute. Mais, je pense que ce qui est inquiétant, c’est plutôt la navigation à vue, le manque d’ambitions pour la France et les PROMESSES NON TENUES de M. Chirac (réduire la fracture sociale ?). Juste une remarque, Jacques Chirac est président depuis 11 ans et la droite dispose de la majorité absolue au parlement depuis 4 ans. Pour quels résultats ? A qui doit-on donc demander des comptes aujourd’hui ? A la gauche (qui ne propose rien depuis 4 ans) ou à la droite à qui la peuple à confier son avenir en avril 2002. Nous aurons bien le temps de taper sur la gauche si jamais elle gagne en 2007 et nous présente un bilan (aussi ?) calamiteux.


                                • lenom2laroze (---.---.57.224) 31 mars 2006 17:08

                                  tout a fait d’accord, on aura le temps de taper sur qui ne respectera pas les électeurs. Mais en tout cas c’est bien la droite qui est entierement responsable de la situation actuelle

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article

CPE


Palmarès