Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile

 Accueil du site > Actualités > Politique > La Démocratie en 3D

La Démocratie en 3D

La Démocratie en danger.

On nous dit ici ou là, à juste titre, que la République est en danger. Un parti politique appelle celle-ci à se tenir « debout », mais il est bien mou (1). Un nouveau venu l’appellera peut-être à rentrer en « résistance » (2), mais il est condamné (?) à fréquenter ses adversaires. Un autre la souhaite « Solidaire » (3), mais fait du clientélisme. Malika Sorel, membre du Haut-Commissariat à l’Intégration s’en fait l’avocate chaque fois que l’occasion lui en est donnée par l’actualité, et elle n’en manque pas. Jusqu’au candidat président lui-même qui en 2007 y avait vu un bon filon électoral… Oui et après ?

Et bien après, rien.
Pourquoi ?

Parce que si la République est en danger, c’est parce que la Démocratie elle-même est déjà bien entamée. C’est devenu réellement « cause toujours ». Le champ démocratique, après avoir stagné, régresse. Et personne là ne s’en émeut. En fait il semble que nous soyons plus anesthésiés que fatalistes. On ne s’en rend pratiquement plus compte. Il y a bien le fameux « tapez un, tapez deux, tapez trois… » télévisuel, le zapping... Mais la démocratie, la vraie, pas la formelle, pas la participative, celle au sens strict du terme, elle n’est plus à l’ordre du jour. Pourtant le peuple n’a rien perdu de sa légitimité à choisir son destin. S’il ne paye plus l’impôt du sang sur le champ de bataille, il paye dans sa vie au jour le jour l’impact de la mondialisation, de décisions prises ici, en occident, d’une guerre économique.

La démocratie a été Déstabilisée par le relativisme, Démobilisée par les pragmatiques et les experts, Désinformée par ceux là même qui nous informent. C’est ça le danger. Ces trois D là. Une entreprise de déconstruction.

Le relativisme a sapé les fondements de notre République, mais aussi de la démocratie. Il a eu le mérite de faire apparaître notre socle « universaliste » pour ce qu’il était, plus qu’une abstraction, un mirage. Certains des acteurs ont continué à parler d’universalisme, alors que par leurs actes, ils y renonçaient. D’autres ont tenté de le sublimer, de le dépasser par la figure absurde et toute aussi illusoire du « citoyen du monde ». L’universalisme a fait place à la mondialisation, la gauche internationaliste li-li-bobo n’y a vu que du feu. L’élan de l’occident s’est retrouvé efficacement lesté, handicapé, plombé. Avec le relativisme c’est la fin de la démocratie, par l’effet du « tout se vaut ». C’est par le relativisme, poussé jusqu’au différentialisme, que les minorités ont commencé à imposer leurs vues à la majorité, que le principe d’ingérence d’un occident gendarme et professeur du monde, s’est retourné contre lui. Ces vues minoritaires pouvaient être communautaristes et anti-républicaines, et être opposées à notre culture, elles valaient, paraît-il, relativement bien les nôtres. Aujourd’hui on a même dépassé le relativisme niveleur. Le balancier est parti loin vers le différentialisme. On a tout re-hiérarchisé. Fini les « ismes » rassembleurs, finit la figure du philosophe, vive l’état « liquide » insaisissable, incontrôlable. Les valeurs de l’occident chrétien sont systématiquement dénigrées et même niées, au profit des valeurs plus « métissées », plus exotiques, au profit de cette figure du « citoyen du monde », une sorte de synthèse abstraite, et impossible, vidée de toute pouvoir politique, de toute action démocratique. Un pantin qui croit être « libre ». Avec le relativisme, la majorité (forcément opprimante) est devenue, coupable d’être majoritaire, et a du s’excuser seule, dans un jeu de repentance permanente. Et les minorités (forcément opprimées) sont devenues sublimes, elles seules. Tout doit être fait pour qu’on les entende, qu’on les écoute, chacune d’elles, au moins autant, voire plus que la majorité réduite au silence. La fameuse majorité « silencieuse ».

Le pragmatisme et les experts ont démobilisés. C’est le coup du « y a pas le choix » et du « c’est trop complexe pour vous ». Comment voulez vous faire vivre la démocratie, quand vous retirez la possibilité du choix, quand vous niez au peuple sa responsabilité et son existence même ? Il ne peut y avoir de démocratie sans peuple constitué (et non un conglomérat de communautés retenu par M. Besson dans son analyse de l’identité nationale). A l’heure des experts, ne sont appelés à s’exprimer, puis à participer, que ceux qui savent, même si ils n’ont aucune légitimité politique, aucun mandat électif, donc aucun compte à rendre. Le peuple assume pourtant seul, les choix de ses experts parfois autoproclamés.
La démobilisation « atomisatrice » et « déconstituante », qui s’en suit, facilite la tâche de dirigeants en quête d’une gouvernance mondiale, qui en échange d’une « paisibilité » relative, nous imposeront un totalitarisme technocratique certain, dépourvu de toute légitimité démocratique. Ces dirigeants savent fort bien ce que pensent les électeurs, mais ils font tout pour ne pas les entendre. Leur unique but est la place au pouvoir (comme une place au chaud en hiver), pour y mener la politique du fait accompli. Que le désir de pouvoir soit à l’œuvre dans l’action politique, c’est normal, mais que ce désir devienne l’œuvre elle même et c’est la fin. Plus rien ne peut être produit. Ah oui, ils sont instruits, enfin techniquement, et tellement surs d’eux-mêmes, que si le peuple, à l’occasion d’un référendum, se reconstitue et s’exprime, il est aussitôt contredit, nié, et appelé expressément à se déjuger. Ceux qui le soutiennent et le relaient sont traités de populistes (au mieux), par les politiques-experts et les médias. Inutile de rappeler les épisodes récents.
L’Europe actuelle n’est donc pas une entité démocratique, tout le monde l’a bien compris. Elle ne cherche pas la constitution d’un peuple européen, pire elle travaille à la déconstruction des peuples nationaux préexistants. Les « transferts de compétences », rien que cette expression devrait alerter les démocrates. Transfert d’une organisation « représentative » déjà faiblement démocratique, vers une organisation supranationale échappant à tout contrôle.

Enfin, la désinformation est le bras « armé » de ce nouvel ordre mondial que l’on veut (qui on ? et à quel titre ?) nous imposer. Les médias, n’informent presque plus, ne transmettent rien. Ils communiquent. Ils travaillent l’opinion. Ils corrigent et camouflent les « sentiments », les « impressions ». A coup de « ils ont voulu dire », ils réinterprètent, si besoin est, les rares moments d’expression du peuple. La presse passe son temps à tester son pouvoir grandissant (de nuisance ?) et cherche à devenir plus acteur que média.
Les intellectuels, les politiques, les techniciens, se donnent ainsi en spectacle, jour après jour et les médias leurs tendent un miroir, souvent très déformant, au lieu de les faire passer par un objectif au sens photographique. Ils sont tous d’accord entre eux. Ce petit jeu leur va fort bien finalement. Les idées même de l’intérêt général et de la démocratie leurs sont étrangères. Sinon ils n’agiraient pas ainsi. Je dirais même que, pour eux, « l’intérêt général » est étranger, en ce sens qu’il ne peut pas être un intérêt national, qui s’opposerait ainsi à la mondialisation dont ils tirent leur espérance de pouvoir sans frontière. C’est pour cela qu’ils ont abandonné le principe démocratique, car celui-ci est lié, complètement, à l’existence de la nation et à la citoyenneté et à l’existence d’un peuple constitué (et non d’une simple population).

Il faut garder espoir de voir le peuple Français se reconstituer. A quelle occasion ? Je l’ignore. Espérons simplement que cela dépassera le cadre éphémère et virtuel d’une compétition sportive, instrumentalisée comme un pur objet de propagande communautariste. Le communautarisme est le piège dans lequel les fossoyeurs de la démocratie veulent nous amener. La mondialisation dilue la démocratie, le communautarisme sera son poison.

Il faut, sans doute se rappeler l’adage Mitterrandien, « la politique c’est du judo ».

(1) Debout la République de M. Nicolas Dupont-Aignan
(2) Résitance Républicaine prolongation de Riposte Laïque
(3) République Solidaire de M. Dominique de Villepin


Sur le même thème

Dans la crise ukrainienne, l’Occident cherche-t-il réellement à pousser la Russie vers la Chine ? Et si c’était le contraire ?
Nouvelle Constitution sénégalaise ?
Eloge du populisme
Réalités géostratégiques. Rôle historique de l’Algérie et des États-Unis dans l’Evolution du monde arabo-musulman
Bienvenue en R.F.S.F


Réactions à cet article

  • Par jaja (---.---.---.6) 2 juillet 2010 10:07
    jaja

    "L’universalisme a fait place à la mondialisation, la gauche internationaliste li-li-bobo n’y a vu que du feu."

    La gauche internationaliste à laquelle je me flatte d’appartenir (traitée de bobo cette fois par un architecte, l’autre par un fils de notaire etc.) n’ y a vu que du feu car la « mondialisation » n’est que la tarte à la crème de tout ce qui gravite peu ou prou dans l’orbite de l’extrême droite.

    Le monde est toujours dominé par le bloc occidental avec à sa tête l’impérialisme américain. Agressif, ce dernier s’est lancé dans une guerre de conquête des puits de pétrole visant à obliger son grand rival du XXIème siècle, la Chine, à passer sous ses fourches caudines si elle veut continuer à être approvisionnée en or noir...

    Ainsi les aveugles nous parlent de « mondialisation » de « village global » et autres sornettes au moment même où les blocs impérialistes se redessinent avant, comme toujours, de s’affronter et l’on sait comment cela finira. Par la guerre comme l’histoire l’a amplement démontré.

    En fait les « nationalistes » dénonciateurs du « mondialisme » visent à cacher la véritable nature des contradictions planétaires... Pas question pour eux de soutenir les peuples en lutte contre l’agression militaire du bloc occidental dirigée par l’armée yankee. Au contraire les dénoncer, attaquer leur religion, leurs coutumes et façons de vivre, sont pour eux le moyen de faire oeuvre utile envers leurs vrais maîtres impérialistes...

    Ainsi leur campagne contre l’immigration permet de diviser la résistance du peuple travailleur selon ses origines ethniques et d’affaiblir aussi bien sa lutte contre son propre capitalisme national que contre l’impérialisme du bloc sous la domination duquel ils vivent...

    Bref la gauche internationaliste fait face à une énorme campagne de désinformation menée par tous les agents, plus ou moins bien camouflés, de l’impérialisme US et de ses valets, dont le sionisme....

    • Par noop (---.---.---.47) 2 juillet 2010 11:02
      noop

      Ce que vous qualifiez « d’extrême droite », (à vos yeux j’en fais certainement partie) est très vaste... en gros tous vos contradicteurs. smiley)

      Personnellement je milite pour la démocratie la plus directe possible, partout. Pour cela il faut défendre l’Etat-Nation qui est le seul cadre dans lequel la citoyenneté et donc la démocratie peuvent s’exprimer pleinement.
       
      Donc la défense de la Démocratie est devenue d’extrême droite. Curieux retournement de situation. A moins que cela ne soit que le résultat de vos amalgames en chaîne.

    • Par jaja (---.---.---.6) 2 juillet 2010 11:07
      jaja

      Il n’y a rien dans votre post. Dénoncez tous mes amalgames à volonté..... mais faites le donc !

    • Par noop (---.---.---.47) 2 juillet 2010 11:50
      noop

      Mais votre internationalisme est le pendant du mondialisme. Même désir de passer par dessus les peuples et la démocrartie.

      Je dis vos amalgames, car la gauche est passée maître dans cet art. Votre combat va dans le même sens que le capital, ça vous dérange mais c’est ainsi. Pour preuve, un syndicat, CGT pour le nommer, peut faire conférence de presse communune avec une organisation patronale pour demander la régularisation des immigrants illégaux. Même combat.

    • Par jaja (---.---.---.6) 2 juillet 2010 12:05
      jaja

      Pour moi la seule démocratie c’est la démocratie directe. J’en suis partisan au niveau politique et dans l’entreprise. Un homme (ou une femme) une voix...

      Mon combat va dans le sens du Capital ? Comme en Afghanistan attaqué par mon Capital et son armée et où je défends la résistance qui a mis au tapis 102 soldats de la coalition en juin ?

      Mon Capital entre dans l’OTAN et je me bats (comme à Strasbourg) pour qu’il en sorte.
      Je suis aussi pour la grève générale pour mettre à genoux mon capital... et si on pouvait le détruire par la Révolution et socialiser toutes ses entreprises et instaurer l’égalité sociale ce serait encore mieux...

      Oui je suis pour l’unité de tous les travailleurs, quelles que soient leurs origines ou croyances afin d’en finir avec l’exploitation capitaliste... Que ce soit en Grèce ou à Toronto ou n’importe où ailleurs dans le monde le seul ennemi c’est le Capitalisme....

    • Par Waldgänger (---.---.---.120) 2 juillet 2010 12:07

      Magnifique, les « anticapitalistes » qui défendent ouvertement les talibans. Au fait Jaja, que pensez vous de l’interdiction faite par ces braves personnes aux oiseaux de chanter ?

    • Par Waldgänger (---.---.---.120) 2 juillet 2010 12:11

      « Pour moi la seule démocratie c’est la démocratie directe. J’en suis partisan au niveau politique et dans l’entreprise. Un homme (ou une femme) une voix... »

      On prend soin de dire que l’on est partisan du vote des femmes avant de revendiquer son soutien aux talibans quelques lignes plus bas, de grands défenseurs du droit des femmes, auteurs encore aujourd’hui de vitriolage de filles qui ont le tort à leurs yeux d’aller à l’école.

    • Par jaja (---.---.---.6) 2 juillet 2010 13:23
      jaja

      J’ai dit ce que j’avais à dire Wald... Le régime qui viendra lorsque la Résistance se sera débarrassée des Américains et de leur petit caniche Sarko est le problème des afghans. Eux et eux seuls en possèdent la clé.

  • Par Lisa SION 2 (---.---.---.225) 2 juillet 2010 10:18
    Lisa SION 2

    Bonjour,

    Déstabilisée par le relativisme, Démobilisée par les pragmatiques et les experts, Désinformée par ceux là même qui nous informent. C’est ça le DDDanger. Ces trois D là. Une entreprise de DEconstruction.

    La Déstabilisation suffit à entrainer toutes les autres Déconstruction Décolonisation, Dédéacourisation , Délibréviation et enfin, Désysiphibrilasion et j’en pince. D... D...D...D...en fait, pour tout Stabiliser, il suffit de Soutractation en Sous-cape les Sousgouvernants et leurs SOUS chefs...Simple, non ?

  • Par Unghmar Gunnarson (---.---.---.115) 2 juillet 2010 20:00
    Unghmar Gunnarson

    " Le communautarisme est le piège dans lequel les fossoyeurs de la démocratie veulent nous amener. La mondialisation dilue la démocratie, le communautarisme sera son poison.
    "

    D’après Pierre Hillard sur le sujet, la mondialisation est un fait inévitable lié aux évolutions technologiques ( transports, internet, etc ... ) et le mondialisme est une idéologie.

    • Par noop (---.---.---.47) 2 juillet 2010 21:32
      noop

      Oui la mondialisation est un fait, et le mondialisme une idéologie. Mais les deux diluent bien la démocratie. Cette dernière suppose l’expression d’un peuple légitime sur un territoire. Hors pour laisser libre court à la mondialisation, il a fallu éviter de demander l’avis des peuples, il a fallu les désinformer, il a fallu gommer les frontières. Puis pour « proposer une maîtrise » des effets négatifs on met en place petit à petit les éléments d’une « gouvernance » mondiale sur laquelle les peuples n’auront pratiquement aucun pouvoir. Le communautarisme est au mondialisme ce que la lutte des classes est au socialisme.

  • Par Hieronymus (---.---.---.243) 2 juillet 2010 23:54
    Hieronymus

    bonjour NOOP
    je partage votre analyse mais votre texte me semble un peu trop philosophique et generaliste, le rassemblement de ceux qui s’opposent a la mise en place du Nouvel ordre mondial par nos zelites devoyees peut difficilement se faire a partir de concepts abstraits, il faut ds tout combat definir un angle d’attaque, pouvoir identifier la menace, bref donner une incarnation au Mal pour qu’il puisse etre combattu !
    en clair votre billet n’identifie pas les « ennemis » et ne proposent pas vraiment d’action concrete ..
    pourtant comme ennemis on n’a que l’embarras du choix, ce sont tous ceux qui profitent des derives du systeme et travaillent a sa perversion, on peut citer :
    la plupart des me(r)dias, qui font oeuvre de desinformation
    la majorite de la classe politique (tres gates financierement)
    les lobbies communautaristes jouant la surenchere victimaire
    liste non exhaustive

    comme actions encore possibles a notre epoque :
    denoncer sans relache les non dits et mensonges du politiquement correct
    engager des actions en justice contre tous ceux qui violent les regles d’equite
    mettre le bon bulletin de vote ds l’urne le jour du scrutin (eviter absolument l’UMPS)
    mais surtout, eviter les querelles steriles et divisions intestines face a nos adversaires
    liste a completer

    sinon d’accord avec votre denonciation de NDA (qui s’est tire une balle ds le pied en condamnant la manifestation « saucisson pinard », idem de Villiers) et votre critique de Villepin, demagogue tres ambigu, largement compromis avec Chirac, risible ..
    cordialement

    • Par noop (---.---.---.47) 3 juillet 2010 09:21
      noop

      Bonjour Hieronymus
      effectivement j’ai du resté trop abstrait.
      Mais je reste assez éffaré de la passivité du peuple, au point que je finis par penser qu’il n’existe déjà plus. Il n’y a plus qu’une population, cible de la démagogie politicienne.

      Quand aux adversaires il est bien difficile de s’y retrouver. Je vois bien les idiots utiles, je vois bien des profiteurs, mais je ne distingue pas vraiment qui sont les initiateurs, ceux que j’appelle « les rois des coulisses ».

      Et si tout cela n’était le fait que d’un « plantage » groupé et généralisé des élites intellectuelles de l’occident ?

    • Par gimo (---.---.---.177) 3 juillet 2010 14:51

      noop 



      va dormir ru veux !!!
    • Par non667 (---.---.---.25) 4 juillet 2010 23:19

      à noop qui écrit
      « Et si tout cela n’était le fait que d’un »plantage" groupé et généralisé des élites intellectuelles de l’occident ? « 
      c’est une erreur funeste de sous estimer son adversaire ,tout leurs plans marchent comme prévu 
      le communisme russe est mort de faim
      le capitalisme explosera d’obésité . en effet quand les le petit million de riches possèderont 90 % des biens ( monnaies , actions, terres ) ils n’y aura plus d’activité économique possible pour les non- possédants .seul pourront survivre ceux a qui ils daigneront prêter de l’argent par l’intermédiaire de gouvernements  »élus" ( on en est là tout les pays ne survivent ( ’usa compris ) que grace aux prêts des financiers qu’ils continuent a engraisser .)
      en parlant d’élus , il y a un peuple qui du point de vu politique a 4000 ans d’avance sur les autres , alors croire qu’ils se plantent c’est être bien naïf . 

  • Par gimo (---.---.---.211) 3 juillet 2010 00:38

    @Par Hieronymus ET @ Par noop 

    Le grand pb de notre société est simple

     Ce n’est pas la ou une personne qui fera changer les choses et stoper ce hold- up

    car c’est tout un système depuis des années 

     mis en place  par des lois votés en catimini

     avec des gens achetés touchent le pactole 

     celui qui rentre 

     profite de la chaise encore chaude au maxi et en plus

    « c’est tu marche et tu te mets ou tu te démets sino tu fini 

    comme Boulin »


    même que sarko « gicle »

     admettons que ce soit un autre QUI sera élu (élection)

    le système restera le même ou en pire car ce système est tentaculaire noyautant

    toujours ce système pour mieux être assied chaque fois

    car c’est pire que clan MAFIEUX c’est un Etat dans l’Etat


    c’est pour cette raison que un vote une élection ne changera en rien

    a ce hod-up beaucoup de parasite vivent de ce système

    qui ruine une nation comme un cancer et ferons tout pour le garder

    ils vivent de ça de la rapine comme des truands comédiens et leur métier des

    c’est de faire croire au naifs que nous sommes en démocratie


    c’est pour cette raison que un vote une élection ne changera en rien

    je m ’aperçois sur agoravox 

    que 80% DES INTEVENENTS SONT CONTRE MOI 

    QUANT JE DIS QUE LE VOTE NE SERT A RIEN

     UN PEU COMME UN COCU QUI NE VEUT PAS RECONNAITRE QUE SA FEMME LE TROMPE

    tout en le sachant 

    cordialement


  • Par gimo (---.---.---.211) 3 juillet 2010 01:41

    SUITE

     la manipulation des chiffres du système !!
    « sarko  élu  à la majorité les français  a 53%   »  
     cela laisse penser ET VOIR que 53% des français ont voter pour lui
    hors ceci est bien sure FAUX

    autre astuce consiste a dire 53% des voix exprimées encore  FAUX
    LES VOTE EN BLANCS 10% sont compter comme exprimés
    C’ EST POUR CETTE RAISON QUE ON EN PARLE PEU
    NON VOTANTS  absentéisme 50%
    soit 50% + VOTES BLANCS 10% + = 60% inscrits
    RESTE des inscrits 40%
    SOIT 53% DE SARKO SONT EN REALITE 
    QUE 21.  % DES français QUI ont voter
    pour lui
    le vote est un leurre dans ce système noyauté 
    je sais c’est dur de le savoir !!
    mais 50%  des français ne peuvent pas ou ne veulent pas encore croire
    que le vote ne sert a rien ( voter pour une personne) 
     car cela viendrait a dire et a faire (on change de collier mais c’est les même chiens)
    il serait plus utile de voter pour changer tout le système là oui je suis d’accord



     

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

ECRIVEZ UN ARTICLE !





Les thématiques de l'article


Palmarès