Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > La démocratie française en guenille, la menace d’une crise (...)

La démocratie française en guenille, la menace d’une crise institutionnelle

A la rentrée 2012 « l’élection » du nouveau patron du PS s’apparentait à une nomination émanant de l’ancienne première secrétaire, Jean Jack Queyranne, personnalité éminente du Parti évoquait alors une succession « à la nord-coréenne » ou digne de l'URSS. Le PS qui avait fait avec les primaires deux pas en avant exceptionnels et reconnus comme tels, y compris par l’opposition, refaisait alors un pas en arrière, voyant donc madame Aubry désigner son successeur. Après la grande ouverture des Primaires, le PS se refermait sur lui-même. Comme souvent lorsqu’il fut au pouvoir, le statut de parti godillot devait lui être bientôt attribué. Mettre à la tête d’un Parti de gouvernement une personnalité jusque là considérée comme de second plan traduisait cette logique. Le parti sera sage et condamné au sous titrage de l’action gouvernementale. Les militants perdent leur pouvoir de choisir, temporairement acquis pour la présidentielle. Pour l'attribution de la tête du PS ils se voyaient ainsi réduits à valider un processus de cooptation participant de la « culture » interne du PS en matière d’accession aux responsabilités. L’ex Première secrétaire imposa sa volonté. Depuis Mai 2012, le Président Hollande décide, le gouvernement et le PS exécutent.

Démocratie ?

Inutile d’insister sur le fameux congrès de Reims qui aura marqué un summum de haine fratricide entre camarades et la gestion démocratique la plus aléatoire qui soit. A Reims, les militants s’étaient d’abord prononcés sur les différentes motions, puis à nouveau une semaine plus tard, par deux fois, pour départager dans un climat de détestation jamais connu auparavant (au grand jour) entre les candidats et courants de Hamon, Royal et Aubry. Comme il est toujours possible ici bas qu’il y ait finalement un mal pour un bien, les trucages massifs constitutifs du congrès de Reims permettront l’annonce des Primaires pour la future présidentielle, celle de 2012. Démocratie ? Chacun y croyait.

Ces jours-ci le parallèle avec la tragédie de l'Ump s'impose.

Au PS, pour les statuts comme pour le reste, tout a toujours été question de circonstance et d’arrangements entre « amis » qui en découlent. Les règles s'adapteraient en fonction du contexte. Elles seraient très générales pour que les interprétations variables restent possibles le moment venu. La cooptation ferait loi en matière de succession. François Mitterrand président avait adoubé Lionel Jospin à la tête du PS. Jospin Premier ministre avait choisi Hollande. A croire que l’étatisme dirigiste qui a fondé la formation initiale de nombreux leaders du PS, tous les ex Trotskistes embourgeoisés, laisse des traces incurables. La « direction » du Parti s’illustra toujours dans toute l’ampleur du terme. La chamaillerie rituelle en temps d’opposition ne traduisait qu’un rapport de force au sein du cartel inamovible des maîtres du Parti, décidant de tous et de tout. Les personnalités indépendantes et libres de leurs paroles n’auraient aucune chance d’accéder à la tête du Parti.

Démocratie ? Elle serait pour le moins à renouveler, et de Gauche à Droite.

Que pèsent réellement les 164000 adhérents du PS face aux 2,9 millions d'électeurs qui ont désigné François Hollande durant les "Primaires citoyennes" ? Le chiffre de participation pour « l’élection » d’Harlem Désir aura parlé de lui-même, par son aspect factice et réduit, comme les armes en plastique offerts aux enfants pour jouer aux grands. La querelle intestine inhérente à la tête de pont du PS s’apparenterait en effet à un jeu d’enfants terribles. Mais, un quatuor de maîtres intouchables veille toujours à garder la maîtrise parfaite de l’évolution et de la structuration du Parti. La démocratie interne ? Elle resterait bien à sa place, juste sur le papier, en théorie, et pour la « com ».
 
Après un tel simulacre d’élection, que peut représenter le nouveau premier secrétaire du PS ? Le parti sera croupion ou ne sera pas, et le groupe parlementaires godillot. De façon emblématique, chacun peut lire en page centrale de la motion « majoritaire » qui apporta à Harlem Désir sont nouveau costume de façade que "l’élection de François Hollande [...] nous invite à prolonger, pour le consolider, le fil du socialisme démocratique, celui que tissa Jaurès et que prolongèrent Léon Blum et François Mitterrand, puis Lionel Jospin ". Autant dire que la novation et l’audace resteront au placard. Il faudra qu’aucune tête ne dépasse à l’exception de la première, toute « normale ». Il n’est pas dit que cela dure bien longtemps.
 
En général, l’appétit du pouvoir et l’ambition réduisent progressivement la tenue des engagements, autant que la juste raison. L’Ump tombée tout récemment dans l’opposition semble d’abord s’imposer à elle-même, en interne, son nouveau statut de contestation. Comme pour les adhérents du PS, les querelles constitutives de la « bi direction » en gestation durable de l’Ump, semblent passer par pertes et profits l’électorat resté fidèle au principal Parti d’opposition. Personne ne doute que les pertes l’emporteront sur les profits pour l’avenir de l'Ump.
 
Démocratie ? Les questions s'étendent à la France toute entière.
 
Le député Henri Guaino, soutien de Jean-François Copé, tentait il y a peu de relativiser les soubresauts cataclysmiques de l'UMP, prétendant contrairement à François Fillon « qu’il n'y a pas de fracture morale" au sein de l’Ump et que finalement tout relèverait du "vide" laissé par Nicolas Sarkozy. A Droite comme à Gauche les partis resteraient d’abord pieds et points liés au bon vouloir des leaders, si exceptionnels et talentueux soient-il parfois. Les militants ou sympathisants de tous les Partis ne seraient pas sans jouer souvent le rôle des figurants au Cinéma.
De même que la motion présentée comme « majoritaire » au PS afin de pouvoir donner son poste à Harlem Désir n’était pas sans évoquer les personnalités « Historiques » pour mieux légitimer un présent invariable, l’ex conseiller de l’Elysée sous monsieur Sarkozy en faisait donc autant pour l’Ump, affirmant "qu’il n'y a qu'une UMP dans laquelle il y a des débats, des différences (…) il y a eu Pasqua-Séguin d'un côté, puis Chirac-Balladur (…) telle est la vie normale, naturelle d'un parti". Les militants ou sympathisants auraient-ils à accepter la confrontation inhérente à tout combat de coq ? La Politique, c’est sérieux.
Ainsi, à l’image d’un flash d’information résumant idéalement la crise plus générale que traverse la démocratie française, crise de tous les principaux partis, François Fillon déclarait le soir même de la non élection du nouveau patron de l’Ump que « les méthodes qui se sont déployées (…) au-delà des nombreuses irrégularités des scrutins (…) ce qui me frappe surtout, c’est que la fracture qui traverse notre camp politique est désormais manifeste, cette fracture est à la fois politique et morale ». A n’en pas douter, cet état des lieux concerne un « camp » plus global, celui de l’essentiel de la classe politique actuelle.
Cette crise serait bien celle de la démocratie française, premièrement celle des deux principaux partis qui l’animent, mais celle aussi de la communication politique, et bien sûr, celle du renouvellement général des cadres, d’un bout à l’autre de l’échiquier. Il arrive que l’esprit et la lettre convergent dans le même sens, en l’occurrence, un "sens" très inquiétant. Les derniers mois marquent par des déclarations pitoyables ou indignes, émanant de « leaders » supposés « de premier plan », des propos dignes de cours d’écoles ou de querelles les plus veules de voisinage.

Ainsi, monsieur Mélenchon, n’étant pas souvent sans s’apparenter à la principale « vedette » assurément charismatique, premièrement médiatique du Front du Gauche, n’hésita pas à déclarer que "Ayrault est un petit politicien de province sans imagination", et ce, sans se soucier un instant du respect minimal du à un Premier Ministre. La cohésion nationale et la permanence des institutions deviendraient secondaires, le respect aussi. La politique aurait-elle désormais le droit de se limiter à un simple concours pour la meilleure formule ou le meilleur numéro de cirque médiatique ?

 Chacun se souvient des « éloges » dont le Président actuel fut l’objet de la part de certains de ses ministres actuels, qu’il s’agisse de Fabius, Montebourg ou Valls. Il n’était par exemple "qu’une fraise des bois » selon le ministre actuel des affaires étrangères. Le surnom de « Flamby » sortait pareillement de la cuisine interne de Solférino. La crise actuelle de l’Ump n’a vraiment rien à envier aux coulisses du PS, tel qu’il était durant les Primaires ou la dernière campagne présidentielle. Gardons que pour le moment les noms d’oiseaux ne participent pas (encore ?) de la cage bouillonnante de l’Ump. La presse étrangère ne manque pas de commenter. La démocratie française attirerait beaucoup de spectateurs. Du spectacle démocratique ?

 Le journal El Pais estimait ainsi que les militants pro-Fillon se seraient néanmoins montrés "plus modérés et plus élégants" que leurs "adversaires" de Parti ? L’élégance, notion plutôt appliquée à monsieur Fillon, pourrait donc participer d’une élection. Ainsi, le New York Times affirmait-il pareillement que François Fillon fût un "élégant premier ministre sous la présidence de Nicolas Sarkozy" restant depuis "calme et poli" selon le même article. Monsieur Copé recevait aussi sa part d’appréciations favorables. Enfin le journal allemand Der Spiegel retiendra surtout de cette élection interne de l'Ump « les fraudes et les récriminations réciproques » qui l'ont entachée. Le journal concluait sur "un spectacle entre farce et fiasco (…) qui a tourné au désastre". Cela ne concernerait-il que l’Ump ? Non, bien sûr.

 Pour peu que l’on analyse les résultats de la dernière présidentielle et des législatives suivantes, voyant notamment 40 à 44 % des électeurs choisissant de s’abstenir, difficile de ne pas admettre que la démocratie française traverse une phase pour le moins critique. Gageons qu’elle ne tombe pas aussi bas que la bassesse comportementale et verbale de certains élus « de premier plan ». Outre la « qualité » toute relative du débat, certains y verront la confrontation vivace attestant d’une bonne dynamique démocratique. La participation des Verts au Gouvernement actuel semble en tout cas caractériser un vice plus profond.

 Le difficile pari de la ministre Duflot serait donc d’être présent à la fois au Gouvernement et dans la contestation. Se valoriser au mieux dans son action ministérielle sans porter atteinte à ses plus hautes ambitions politiques pour le futur ? Voilà qui peut faire douter qu’il resta encore des vocations, politiques.

 Chaque jour davantage, la présence des Verts au gouvernement marquerait-elle par un record d’équilibrisme et d’opportunisme politiques ?

Au détriment de leurs convictions initiales, deux ministres, Cécile Duflot et Pascal Canfin, savourent donc au plus haut point le plaisir des palais, et du fait d’être membres du gouvernement. Comment ne pas constater la distance qui sépare l’engagement passé des deux ministres et leur positionnement ministériel, chose confirmée par les critiques du sénateur Vert Jean-Vincent Placé ou par le député Noël Mamère ? Comment ignorer les réactions de ceux qui, dans le camp écologiste, s’indignent vertement à l’idée que le chef de l’Etat ait reporté dans une conférence de presse récente la possibilité du vote étranger en France ? Comment ignorer les manifestations qui ont opposé les forces de l’ordre à des élus ou sympathisants Verts entendant empêcher la construction de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, projet si cher au cœur du Premier ministre ?

Les exemples sont nombreux s’agissant de la course aux places au détriment des convictions, et ce, sur tout l’échiquier. Querelle des chefs par ambition hiérarchique au mépris des militants, élections « plus ou moins » arrangées sur tous les bords, décalage absolu entre convictions et carriérisme, dégradation du niveau même du débat politique…alors ?

 Oui, la participation contre toute logique des Verts au Gouvernement dresse en soi un état des lieux significatif. La politique ne relèverait-elle plus premièrement d’une question d’idées et de projets, mais de plus en plus et seulement d’un métier, comme un autre ? L’objectif unique serait-il de parvenir aux fonctions les plus hautes ? Les uns choisissant un camp pour le trouver à moment donné potentiellement plus « rentable » en matière d’élévation hiérarchique et de rapidité d’accession au pouvoir ? Autant ne pas le croire. La France reste un grand pays.

Comment ne pas constater que les propos du président de la République sur la compétitivité, le 13 novembre dernier, ont été interprétés par les représentants Verts comme des réformes “sociales-libérales” ? Que le report à 2015 ou 2016 de la « fiscalité écologique » devrait être reçu comme une provocation par les deux élus Verts membres du Gouvernement ? Que l’engagement sur la sécurité de Manuel Valls est à l’opposé de la philosophie des Verts en matière de sécurité ? Les deux ministres concernés choisissent de jouir d'abord de leurs fonctions et de privilégier leur "carrière". 
Ainsi, Cécile Duflot et Pascal Cantin avalent les couleuvres jours après jours. Les avantages des postes et le goût accru pour le pouvoir vaudraient-ils quelques fidélités à certaines valeurs ?
Bien au-delà des Verts, les citoyens paraissent avoir intégrés ce double langage croissant en vigueur dans la classe politique, faisant preuve eux même de plus en plus d’un vote assez « stratégique ». Il faudrait boire au mieux quelques belles paroles, pour éliminer le pire en un second temps. A travers la crise actuelle du principal Parti de Droite, incarnant la dominante idéologique naturelle du pays, la France vivrait-elle les prémices d’une « heure de vérité » prochaine ? La perte de crédibilité ou rejet immédiats du pouvoir en place s’inscriraient-ils dans le même scénario ? Le pays se dirigerait-il vers une grave crise institutionnelle ?
Chacun garde en mémoire « l’affaire » du twitt de la compagne du Président en liaison avec la dernière Législative de La Rochelle, et des suites de ce roman médiatique voyant deux ex compagnes se déchirer en place publique, ainsi qu’en couverture de presse people. Plus récemment, un texto était envoyé à l’Agence France Presse par la compagne d’un des principaux ministres du gouvernement afin d’officialiser une rupture sentimentale. Les internautes redoublaient ensuite d'originalité pour reprendre l'expression "j'annonce à l'Afp" utilisée par la journaliste en rupture. Entre la « com » et la confusion entre vie privée et vie publique, la démocratie et le Politique toujours plus rabaissés ? Inutile de rappeler que son ex compagnon posa il y a peu en couverture de presse avec une tenue "assez" originale, surtout pour un ministre. La politique se traitera t-elle bientôt en rubrique « Divertissements et Spectacles » ? Le « feuilleton » lié à la présidence de l’Ump tend hélas à y participer pareillement, comme le PS préalablement, suite à un « retournement » de l’Histoire, celui de « l’affaire DSK », notamment.
 
La crise économique et sociale majeure que nous traversons depuis quelques années aurait exigée une classe politique dans ce qu’elle peut avoir de meilleur. A l’occasion de prochains scrutins le peuple de France pourrait bien la mettre au vert quelques temps, au travers d’un vote extrême massif, n’ayant alors d’équivalent que l’abstention. De Droite à Gauche, la démocratie française semble être en guenille. Puisse la France s’en relever, probablement en osant porter des habits vraiment neufs, ceux de toute une nouvelle génération politique.
 
Guillaume Boucard

Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • Gontran Gontran 27 novembre 2012 18:50

    Bonjour ! 


    La France n’est pas, et n’a jamais été une Démocratie. L’utilisation de ce mot pour désigner le régime actuel de la France fait partie des verrous idéologiques qui maintiennent les peuples sous contrôle en leur faisant croire qu’ils vivent en démocratie, ce qui est objectivement, philosophiquement et historiquement faux. 

    Plusieurs propositions de mots appropriés que vous pouvez utiliser en remplacement : 
    - Gouvernement représentatif
    - République représentative
    - Régime de représentation / Régime représentatif
    - Fausse démocratie
    - << démocratie >> (entre crochets afin de bien marquer le caractère inapproprié du mot)

    Très courte explication : la démocratie est un régime dans lequel le peuple, le plus grand nombre, détient le pouvoir politique. Le régime représentatif (le notre) attribue l’intégralité du pouvoir politique (proposer des lois, les voter, les faire exécuter) à une minorité élue. L’élection ayant un caractère aristocratique par nature, sa seule utilisation n’est pas appropriée à un régime démocratique. Le fait de voter ne confère aucun pouvoir politique, au contraire, il en enlève, puisque dans les faits, lorsqu’on vote on confie son pouvoir politique à quelqu’un d’autre. Nous ne sommes pas en démocratie, et cela devient une évidence après avoir lu ne serait-ce que quelques pages d’ouvrages sur la question.

    Je serais ravi d’argumenter de manière plus précise et approfondie si quelqu’un n’est pas d’accord avec moi.


    • Gontran Gontran 27 novembre 2012 23:09

      La démocratie, c’est bien d’autres choses que faire des référendum sur les sujets importants, mais sur le fond nous sommes d’accord. Il faut redonner le pouvoir au peuple de résister à ses gouvernants, quelques soient les moyens.


    • sirocco sirocco 28 novembre 2012 14:15

      @ Gontran

      « L’élection ayant un caractère aristocratique par nature, sa seule utilisation n’est pas appropriée à un régime démocratique. »

      Le slogan soixante-huitard « élection, piège à cons » était donc (est donc toujours) pertinent !  smiley

      @ durae.leges.sed.leges

      « La démocratie, c’est le référendum sur toute question sociétale d’ampleur... »

      Les votations des Suisses sont donc beaucoup plus proches de l’exercice d’une vraie démocratie que le système représentatif français.


    • JFR77 28 novembre 2012 15:29

      On n’en parle pas trop mais en ce moment, les portugais sont en train de goûter à pleine dents de la « démocratie » qui nous pend au nez ... encore 2/3 ans à attendre, je pense.




    • Gontran Gontran 28 novembre 2012 17:23

      Sirocco vous avez entièrement raison, la Suisse est un des pays (sinon le pays) les plus démocratique au monde. Peut-être le seul qui pourrait mériter le nom de démocratie.


    • gogoRat gogoRat 28 novembre 2012 19:06

       tout à fait  sirocco ... mais ne pourrait-on pas aller un peu plus loin 

       dans la remise en cause de nos principes de légitimation du Pouvoir ?

       Le référendum a, lui aussi ses limites ( essentiellement : - manque d’ouverture et dirigisme dans le choix, le nombre et la formulation des questions ; - synchronisation des instants où les citoyens ont l’occasion de répondre à ce questionnement dirigiste ... ) 
       
       En matière de choix politiques, il faudrait que chaque citoyen puisse positionner ses propres curseurs, (ou tout au moins ceux qui sont les plus importants pour chacun) et les faire évoluer à tout moment, quand il le veut (et non pas au terme d’une ’campagne’ de propagande orchestrée par des professionnels de la manipulation des « masses » ) ....



    • Dolores 27 novembre 2012 20:53

      Vous pouvez même ajouter que c’est une fausse représentativité puisque le roi et sa cour,nous proposent d’adopter leurs idées sans prendre connaissance des nôtres.
      Celles des manants manquent vraiment d’intérêt
      .
      Le choix du peuple se borne à choisir entre 2 ou3 idéologies, qu’il ne partage
       peut-être pas, sans pouvoir en changer un iota.
      Résultat : gouvernement et assemblées ne représentent qu’eux-même et non le peuple pourtant réputé « souverain ».

      Écoutez-les prétendre que cumuler les mandats leur permet d’être plus près des gens sur le terrain. On ne voit ces messieurs qu’à la veille d’élections, quand il font campagne et qu’il ont besoin de voix pour conserver leur privilèges.
      Ils veulent des places, non dans l’intérêt général, mais pour leur intérêt particulier.

      Quand j’entends le mot « élite » s« appliquant à des politiciens je ricane doucement ! En effet l » élite est celui qui est le meilleurs des meilleurs dans son domaine.
      S’ils étaient des "élites , nous conduiraient-ils droit dans le mur avec tant de persévérance, depuis tant années ?


      • Gontran Gontran 27 novembre 2012 23:07

        C’est le constat d’échec d’un régime politique arrivé à bout de souffle...


        Mais soyons vigilants, comme la plupart des gens pensent que nous sommes en démocratie et qu’ils constatent que ça ne marche pas, ils peuvent en venir à penser que ce qu’ils appellent la démocratie est un système défaillant (sans même savoir ce qu’est la vraie démocratie). 

        Une porte ouverte à l’autoritarisme et à un pouvoir encore plus policier qu’il ne l’est maintenant. La situation s’est déjà produite plusieurs fois dans l’histoire, toujours aux dépends des peuples. 

        Il faut donc travailler à redonner son véritable sens à ce vieux mot qui désigne ce que je pense être la solution à beaucoup de nos problèmes. Ne laissons plus personne parler de démocratie sans savoir ce qui la caractérise !

      • ddacoudre ddacoudre 28 novembre 2012 11:37

        bonjour guillaume B

        "La crise économique et sociale majeure que nous traversons depuis quelques années aurait exigée une classe politique dans ce qu’elle peut avoir de meilleur. A l’occasion de prochains scrutins le peuple de France pourrait bien la mettre au vert quelques temps, au travers d’un vote extrême massif, n’ayant alors d’équivalent que l’abstention. De Droite à Gauche, la démocratie française semble être en guenille. Puisse la France s’en relever, probablement en osant porter des habits vraiment neufs, ceux de toute une nouvelle génération politique."

        Quelque génération politique que ce soit cela ne changerait pas, ce n’est pas une question de personne même si la personnalité de chacun compte.
        La démocratie est un espèce de leurre utile pour donner un mandat à des hommes qui une fois élu seront pris en charge par un service de formation pour les formater aux mécanismes de notre société capitaliste qui ne permet pas à l’inculte économique ou politique de survivre.

        je reconnais que notre société complexe construit des élites qui deviennent incontournables et finissent par développer un microcosme d’initiés ( déjà les mésopotamiens disaient que l’initié instruise l’initié, c’est pas d’aujourd’hui) , et tous les groupements quel qui soit organisent plus ou moins directement leur relève. Enfin nos institutions font du président un quasi monarque et verrouille la démocratie parlementaire.
        Nous sommes entrés dans une dictature molle que l’ex président aurait certainement accentué, celui-ci semble vouloir ouvrir une porte sur la représentation de la diversité politique au parlement, mais comme tous ces prédécesseurs n’attend de son parti, que le doigt sur la couture du pantalon, c’est le revers de la médaille du désir de stabilité gouvernementale.
        http://ddacoudre.over-blog.com/article-2017-en-perspective-112884413.html
        cordialement.


        • gogoRat gogoRat 28 novembre 2012 11:54

          Hé oui, le pitoyable spectacle de cette mascarade de « démocratie » n’est pas une gloire pour la France, ni pour les Français !

            Mais, puisque nous sommes optimistes, nous pouvons nous réjouir de cette occasion de réveil et de sursaut du peuple : maintenant que la farce est devenue flagrante, indéfendable et ridicule ...
          nous, « petits » Français, allons nous prendre en main nous-mêmes pour sortir de notre « servitude volontaire » !
            Nous allons enfin comprendre que déléguer son pouvoir n’est pas un devoir : les abstentionnistes ont raison ... dès qu’ils militent pour une évolution collaborative des structures et de la désignation du pouvoir officiel !

          «  La politique aurait-elle désormais le droit de se limiter à un simple concours pour la meilleure formule ou le meilleur numéro de cirque médiatique ? »

           Les commentaires de l’actualité du moment me donnent à penser à ce que devaient être les intrigues et les potins à la Cour du roi Louis XVI ... juste avant la révolution !
            Bien sûr, l’Histoire ne se répète pas exactement ... mais, au lieu de ’La Révolution’, est-il interdit d’espérer, de sentir, l’émergence d’un changement de paradigme lorsqu’on pense à nos rapports avec l’idéal démocratique ?
          ( De mon côté, après avoir envisagé le « vote à eau », j’inviterais à une réflexion collective pour un futur de la politique encore plus simple et plus fondamental => http://jonctif.wix.com/dosons )


          • gogoRat gogoRat 29 novembre 2012 10:21

            Hé oui ... surtout ne changeons rien, parce que nous avons pris l’habitude de ne pas penser autrement !

              « Ainsi la première raison de la servitude volontaire, c’est l’habitude » - E. de La Boëtie


          • leypanou 28 novembre 2012 14:59

            @Guillaume Boucard :

            "Querelle des chefs par ambition hiérarchique au mépris des militants, élections « plus ou moins » arrangées sur tous les bords, décalage absolu entre convictions et carriérisme, dégradation du niveau même du débat politique…alors ?«  : ceux qui font passer leur conviction idéologique avant leur carriérisme ne font pas carrière en politique très longtemps, surtout s’il y a alternance. De même, ceux qui ont un affichage bien ancré, tout à droite ou tout à gauche. Pareil pour ceux qui ont un amour propre très fort.

            Restent longtemps donc ceux qui sont prêts à avaler des couleuvres, à accepter une chose et son contraire. Et comme le disait une »girouette très célèbre«  : »ce n’est pas moi qui change, c’est le vent« .

            Notre histoire politique ne manque pas de tous ces types d’individus (rigoureux ou carriéristes). Pour information, comme exemple mais il y en a certainement d’autres, on peut citer : E Faure, P Mendès-France, De Gaulle.

            PS Comment peut-on se réclamer du gaullisme et soutenir un gouvernement qui n’a jamais été aussi atlantiste que sous N Sarkozy ?

            Question subsidiaire : quelle influence l’ »aile gauche" du PS tendance B Hamon ou autre H Emmanuelli espère-t-elle pouvoir avoir sur un gouvernement à orientation 100% social-libérale ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès