Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > La démocratie survivra-t-elle à notre époque de démences politiques et (...)

La démocratie survivra-t-elle à notre époque de démences politiques et collectives ?

La démence caractérise une perte de contact avec la réalité. Il existe plusieurs types et degrés de démence, avec un usage de cette notion dans le champ des psychopathologies lourdes mais aussi dans des domaines plus anodins comme peuvent l’être les réactions politiques et collectives à notre époque de médiatisation outrancière. Qu’est-ce la démence sinon une perturbation du système cognitif et dans le cas de notre époque médiatisée, il est clair que la circulation des informations possède un potentiel d’altération des facultés raisonnables du sujet. La démence au sens social et politique se comprend comme une réaction exacerbée du système mental immunitaire qui s’emballe et conduit à déployer des pratiques dont la puissance est disproportionnée par rapport au problème constaté ou alors dont la justification repose sur des fantasmes et non des constats. La chasse aux sorcières en Europe du 16ème au 18ème siècle représente un cas de démence politique. On peut en dire autant de la panique consécutive à quelques cas de grippe détectés à Mexico, métropole de 20 millions d’âmes minée par la pollution, cette grippe ayant été alors analysée comme étant du type H1N1, le même que celui de la grippe espagnole. D’où l’emballement du système de santé suivi par les médias et les politiques. Nous avons eu un cas de démence collective qui s’est achevé dans une farce sanitaire avec une campagne de vaccination boudée par les populations. Ce qui est réjouissant car cela montre que l’opinion publique possède encore des réflexes pour s’immuniser contre les démences collectives propagées tel un virus de sida mental pouvant perturber les défenses immunitaires d’ordre cognitif.

La démocratie se pervertit lorsqu’elle accepte d’utiliser comme ressort politique la rencontre entre les démences politiques et les démences collectives. Ce propos mérite une allégorie. Une démocratie pervertie et bancale fonctionne de travers, à l’image d’un meuble Ikea dont la notice de montage est incomplète et dont les pièces sont mal usinées. Quant à la philosophie, elle a aussi son mot à dire. Pour Léo Strauss, chaque régime suppose qu’il y ait un bon citoyen. Et donc, un bon citoyen dans un régime communiste ne le sera pas dans un régime démocratique et inversement. On en dira autant d’un dirigeant qui s’il est bon dans un régime autoritaire ne le sera pas dans un régime démocratique. Ces remarques permettent de nous interroger sur le fonctionnement de la démocratie à une époque où le citoyen comme le politicien est sujet aux processus de démence intellectuelle et obsessionnelle.

Notre époque devient crispée comme en témoigne l’état du débat public et l’impossibilité de débattre sereinement, ce qui traduit les signes d’une démence somme toute légère mais avérée. D’autres signes se dessinent dans le domaine de la gestion des risques et de l’écologie. Dans ces domaines sensibles, il appartient à la société de débattre. L’exemple le plus récent de démence politique supposée concerne les mesures de vide sanitaire décrétées pour les éleveurs de volailles ainsi que les particuliers hébergeant des volatiles susceptibles de transmette la grippe aviaire. Ces mesures et les nouvelles normes ont déjà découragé quelques professionnels qui suite à ces décisions, ont jeté l’éponge et cessent leur activité. Il appartient aux intéressés et aux spécialistes de jauger la nécessité impérieuse de ce vide sanitaire, ce qui permettrait d’établir s’il y a ou non un phénomène de démence politique.

Il existe un autre champ assez fertile pour voir pousser les cas de démence politique. C’est celui de l’écologie. Je ne vais pas me faire des amis mais je suis obligé de constater que la Cop-21 a été le lieu de convergence entre les démences climatiques de nature collective et les structures politiques. D’un côté les ONG et les militants de la cause verte, de l’autre côté des milliers d’officiels et autres notables de la politique placés sous l’autorité du guide suprême de la vertitude, Laurent Fabius et de son ayatollah écolo Nicolas Hulot. L’actuelle ministre de l’écologie n’échappe pas au soupçon de démence politique. Un trait qui ne trompe pas dès lors que ces personnalité à l’ego surdimensionné passent dans les médias et montrent comment le déni de réalité les obscurcit au point de nier les conclusions des audits financiers ou alors de décréter des mesures aussi vaines comme par exemple ce concours de vertitude proposé aux métropoles et les mesures suggérées pour plaire au ministère. Les deux-roues immatriculés avant 2000 seront interdits dans la ville de Paris. Sans oublier l’obsession pour la voiture électrique, un non sens autant écologique qu’économique et qui de surcroît, coûte une fortune à l’Etat avec ses mesures d’accompagnement. Je préfère me taire sur la démence du genre et une ministre de l’éducation obsédée par l’égalité entre les garçons et les filles. Il faudrait gommer toute différence sexuée à l’école, faire en sorte que les garçons jouent à la poupée et que les filles s’amusent avec des pistolets en plastique.

Accompagner ! accompagner les parcours de santé, les parcours professionnels, les installations paysannes, les apprentis de la culture, des créateurs d’événements, les acteurs de l’économie solidaire, les démarches qualités ou participatives… Accompagnement ! Les bureaucrates, éducateurs et autres prélats de la vertitude n’ont que ce mot à la bouche. Les accompagnateurs du troupeau de citoyens assurent la fonction ecclésiale mais laïque de l’Etat pastoral. Mais l’on sait que les services ecclésiaux ne sont pas gratuits et que dans le sillage de la simonie des prêtres médiévaux, les serviteurs patentés de la grâce étatique et autres accompagnateurs réclament un bon salaire. Ce qui finalement ouvre le champ à un questionnement sur la gouvernance démocratique à notre époque. La politique n’est-elle pas minée par l’instrumentalisation de la machine étatique à des fins personnelles. Pour les politiciens, il faut soigner les névroses des mégalopathes chroniques alors que dans la bureaucratie, les fonctions sont créées artificiellement pour caser les fils de bonnes familles après leurs études dans des écoles diverses ou même des masters spécialisés. Et des revenus suffisants pour flâner après le travail sur les terrasses de café et participer au french way of life en sirotant un mojito.

Comme on le voit, la démocratie ne produit rien de bon si les citoyens et les gouvernants ne se soucient pas vraiment de l’intérêt général, privilégiant des intérêts particuliers mais aussi agissant en étant mus par une sorte de démence implicite, silencieuse, mais coûteuse si l’on mesure les moyens engagés. La société elle aussi est sujette à des phénomènes de démence à bas bruit. On le constate d’abord dans les mouvances plus ou moins sectaires, Greenpeace, WWF, médecins du monde, la nuit debout, les lubies sur la constituante et la gouvernance par tirage au sort, les activistes verts, sans oublier nombre de militants encartés qui, et j’en ai l’expérience sur les marchés, pratiquent le déni de réalité et sont ou bien dévots des politiciens présents dans leur camp, ou alors obsédés par quelques idées fixes comme le non cumul des mandats qui selon certains, est une mesure permettant de solutionner les problèmes de la démocratie. Je n’ose même pas évoquer ici les démences religieuses dans certaines communautés.

J’aimerais insister sur le mode pathologique de communication à l’ère des réseaux sociaux et des chaînes d’info en flux. Le mode relationnel est basé sur le principe immunitaire. Pour exister et participer au débat public, les intéressés se croient obligés de pratiquer des agressions immunitaires qui en retour provoqueront des activations du système de défense immunitaire dont le but est de protéger l’identité du moi face aux agressions verbales ou écrites qui le menacent. Ce jeu se déroule à tous les niveaux, entre personnalités politiques ou dans la société, à l’échelle des réseaux sociaux où de jeunes ados se frittent au risque de provoquer un suicide en cas de fragilité psychique pour l’un d’entre eux. Ces attaques sont aussi courantes à l’échelle diplomatique si l’on entend les mots acides échangés par les dirigeants et les attaques identitaires sur les nations avec des chargés de désinformation. A l’ère démentielle, les incidents diplomatiques ne se résument plus à des accrochages à balles de fusil aux frontières mais des infections virales parcourant les systèmes de communication.

Le système médiatique provoque ces états de démence collectives souvent dues à des fantasmes qui comme l’indique l’étymologie, sont des mécanismes psychiques hallucinatoire. Il suffit de diffuser en boucle des images de glaciers fondants, d’ours polaires désorientés sur un morceau de banquise dérivant, de cyclones aux vents dévastateurs, fracassant les digues, de tempêtes colossales inondant les plaines et les villes et voilà comment se crée une démence climatique. En politique, les idéologies sont voilées pour autant qu’elles soient bien marquées, les programmes sont sans saveur ni vision, aussi le jeu politique utilise le relais des images. Le débat d’idées est remplacé par des polémiques et des agressions immunitaires. Le FN est le parti le plus surveillé. On en sait plus sur toutes les affaires des cadres du parti que sur un éventuel programme que proposerait Marine le Pen. Il faut reconnaître aussi que le FN a fait de l’agression immunitaire une de ses spécialités, comme on l’a vu lors d’une fameuse invective au parlement européen visant à humilier le président face à une chancelière qui n’est demandait pas tant. Il y a quelques années, Jean-Luc Mélenchon défia François Hollande non pas sur son programme mais sa posture de capitaine de pédalo. Le temps des grands débats est révolu. La graphosphère a fait place à la médiasphère. On le lit plus les écrivains, on les regarde. Les politiciens jouent dans des postures de vedette de cinéma et les journalistes se prennent pour des politiciens en commentant et bousculant les stars de la politique venus risquer leur image tels des gladiateurs iconiques.

Le journaliste français se complaît dans la polémique, contaminant de ce fait les âmes excitées et paumées sur les réseaux sociaux. Les élites profitent également de cet état de démence collective qui se réduit à l’ignorance par le citoyen des rouages du système, de la perte des valeurs et de l’intelligence du monde. Le verdict est sévère. La démocratie ne peut pas s’exercer dans les meilleures conditions. Elle est malmenée sans être vraiment déglinguée, autant que peuvent l’être les citoyens formant la meute des créances du bien-être sur fond de démence collective à bas bruit. En Europe et aux States, la démocratie tente de surnager dans cet univers de folie des masses. Au Brésil, la démence et la manipulation auront peut-être la peau de la démocratie. Dans d’autres pays, une religion qui se prétend politique en organisant toute l’existence entretient les individus dans un état de démence apaisée et interdit l’avènement de la démocratie. Qui s’est pas liée au marché mais à l’usage par les citoyens de la raison ainsi que d’une aptitude à la vision. A noter que notre Etat devenu protecteur et accompagnateur se présente sous un jour théocratie mais avec l’Etat qui a pris la figure de Dieu. Ultime aboutissement du processus séculier en France. Et enterrement de la démocratie. Les citoyens sont en colère contre les élites mais ils n’ont pas l’âme démocratique. Ils sont devenus des abrutis déments et d’ailleurs, ils avalent n’importe quelle idiotie publicitaire, comme ces histoires de mutuelles qui protègent de tous les aléas de la vie alors que les parents hélicoptères tournent autour de leur progéniture pour s’assurer qu’ils sont permanence avec des activités et en apprentissage pour réussir dans le monde technique. Venir au monde pour vivre comme un bagne, cela ne choque plus les nouveaux parents qui fabriquent des petits tyrans. La démocratie n’est pas compatible avec l’état de démence propagé par les médias. Il n’y a pas de solution actuellement à ces maux. Il faut apprendre à vivre dans un monde en décomposition mais qui sait se recomposer et ne sombre pas encore.

Le lecteur attentif aura compris que le sujet traité dans ce billet n’est pas anodin et mérite de plus amples développements. Même un livre mais comme le monde des éditeurs, des lecteurs et des médias s’avère réfractaire à toute forme d’intelligence qui secoue de plus les consciences et malmène les narcissismes, ce livre ne sera pas écrit par mes soins. D’autres peut-être. Je résiste tout en jetant l’éponge. Le nombre de lectures de ce billet confirmera ce que je pense de la génération…. (censuré)


Moyenne des avis sur cet article :  3.44/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

22 réactions à cet article    


  • BA 21 avril 11:04

    Les idiots utiles de l’islamisme conquérant.


    Deux auteurs dénoncent les lâches complaisances de nos classes dirigeantes et de certains intellectuels.


    Oui, alors que la très chic Ecole Libre des Sciences Politiques est le théâtre d’une manifestation d’accoutumance à l’imposition de la loi islamique, le « Hijab Day », laissez-moi vous présenter deux résistantes. Attention, je ne sais pas ce que pensent respectivement Céline Pina et Brigitte Stora du Hijab Day, même si je le devine, mais en attendant la « burqa pride » qui ne manquera pas de suivre, les écervelés qui se prêtent à cette mascarade devraient lire et méditer les livres dont elles sont les auteurs.


    Céline Pina, élue locale en rupture avec le PS, s’est fait connaître en s’opposant physiquement aux barbus du Salon islamiste de Pontoise. Cette jeune femme fluette sait tenir tête à qui la menace. Dans Silence coupable, un livre remarquable, qui vient de paraître, elle montre l’inquiétante cohérence du projet de domination islamiste. Mais surtout, la terrifiante faiblesse des réactions qui lui sont opposées par nos classes dirigeantes.


    L’islamisme politique utilise avec habileté les rouages de la démocratie pour pousser ses pions, noyautant ici des sections syndicales, obtenant là le contrôle d’un quartier, mobilisant ailleurs les « idiots utiles » de l’islamo-gauchisme.


    L’islamisme politique mine sciemment les trois piliers de notre République : la séparation du politique et du religieux, l’Etat de droit, le statut de l’individu. Il refuse l’idée républicaine d’un monde commun à bâtir et renvoie les individus à une « appartenance collective ».


    Son projet est de se faire passer pour le représentant attitré des Français musulmans, afin d’en prendre le contrôle. Cette assignation identitaire interdit non seulement toute émancipation personnelle, mais elle l’assimile à une « trahison de la communauté ».


    En face, nos élus ne font plus de politique : ils gèrent. Aussi ont-ils constamment un coup de retard sur nos adversaires. Ne comprenant pas les attentes du pays, dont ils ne partagent pas les préoccupations, ils n’ont pas pris la mesure de la portée des manifestations de défense de la République, de janvier 2015. Incapables de défendre la laïcité, ils en ont fait, paradoxalement, cadeau au Front national. Celui-ci exploite ainsi les failles d’une élite politique aveugle et sourde.


    A la première personne, Brigitte Stora retrace la genèse d’un étrange et improbable alliage, l’islamo-gauchisme. Dans un très beau livre-témoignage, Que sont mes amis devenus… elle raconte l’histoire d’un abandon. Celui des Juifs de France, trahis par une gauche radicale à laquelle, comme elle-même, venue du trotskysme, ils avaient pourtant beaucoup donné.


    Comment est-on passé, en une génération, du mythe de Che Guevara, figure romantique, au culte d’un Hugo Chavez, l’homme du slogan « Qu’Israël soit maudit !  »


    C’est qu’entre le Che et le commandante Chavez, la gauche radicale s’est inventé un nouvel ennemi absolu, un Etat minuscule, Israël, devenu le dernier Grand Satan. L’Etat des Juifs passe dorénavant pour « l’axe du mal de l’univers », la cause de tous les malheurs du monde. Et de rappeler comment certains propos honteux sont passés comme lettre à la poste. Ainsi, Stéphane Hessel, déclarant dans un journal allemand (!) « J’affirme ceci : l’occupation allemande était, si on la compare à celle de la Palestine par les Israéliens, une occupation relativement inoffensive. »


    C’est aussi cette institutrice qui refuse de défendre un enfant juif, persécuté par ses condisciples, au nom de la souffrance des Palestiniens.


    Ce sont ces anciens camarades qui défilent au coude-à-coude avec des hommes pleins de haine, le visage caché du keffieh, criant : « mort aux Juifs ! »


    Lorsqu’Ilan Halimi est séquestré, torturé, assassiné, le caractère antisémite du crime est longtemps nié.


    Lorsque Mohamed Merah assassine des enfants juifs dans une cour d’école, il est présenté mensongèrement comme un loup solitaire, un inadapté social. Alors même qu’il filme ses crimes, afin d’envoyer la preuve de ses exploits à Al Jazeera… Comment les victimes de ces crimes, inimaginables dans notre pays il y a 25 ans, ne seraient-elles pas un peu coupables, parce qu’elles sont juives, et leurs bourreaux, un peu innocents, dans le contexte idéologique actuel ?


    De leur côté, en effet, nombre de médias intellectuels ne se contentent plus de relayer avec gourmandise tout ce qui est susceptible de nuire à Israël - les livres déments d’un Shlomo Sand, par exemple ; ils font la promotion d’un Badiou – pour qui « le nom Juif devrait disparaître ». Ils dissimulent la vraie nature d’un mouvement clairement antisémite, comme le Hamas. Des intellectuels réputés progressistes pactisent avec des bigots fanatiques, partisans de l’enfermement des femmes et de l’assassinat des homosexuels.


    Face à cette montée d’un antisémitisme nouveau, en provenance de milieux qu’on pensait épargnés de cette peste, que faire ? Réponse de Brigitte Stora : «  faire tomber les masques » et « exiger le dialogue ». C’est bien le moins…

    http://www.franceculture.fr/emissions/les-idees-claires/les-idiots-utiles-de-l-islamisme-conquerant



    • mmbbb 21 avril 20:01

      @BA il n y a pas que les politiques Lire l’article d’Alinea dans ce media sue les femmes voilees Article ecrit par une libertaire mais qui est in fine l’idiote utile des islamiste tant ses propos sont confondant de mievrerie La fin de la democratie c’est le reniement de nos valeurs et le deni de notre histoire Cet article en etait la preuve


    • alinea alinea 21 avril 20:27

      @mmbbb
      Merci de faire de la pub pour mon article !!
      Il ne m’a pas semblé que c’était le sujet de cet article-ci mais j’ai dû le lire trop hâtivement !
      En tout cas, votre attitude sur les femmes voilées change tout ! et ça se connaît !! on sent un air frais de fraîche démocratie envahir l’espace.


    • @mmbbb

      NON LA DEMOCRATIE NE SURVIVRA PAS :

      l ’escroc sarko-bismuth sera le grand perdant malgré les magouilles de son majordome hortefeux

      ce couple fatal demande 500 EUROS a chaque électeur UMP

      PAS DE DEMOCRATIE  : qu’ont ils fait pour dépenser l’argent du budget de la campagne tronquée de 2012 de « bigmillions » et de tout l’argent de khadafi du golfe et d’autres dictateurs « africains »  ???? ils remplacent AFRIQUE PAR AFRIC FRANCE ..A ...FRICET NON FRANCE AFRIQUE

      QUELLE HONTE !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!


    • La mouche du coche La mouche du coche 21 avril 11:39

      On s’en fout. Nous ne sommes PAS en démocratie.


      • @La mouche du coche

        IL N Y A PLUS DE DEMOCRATIE !!!!!!!!!!!!!!!

        un journal quotidien de l’ouest fait un article sur le nombre de jeunes loups politiques entre 30-40 ANS

        il y aurait autant de jeunes loups que de vieux croutons dans nos assemblées

        les vieux briscards disent : ils sont formés en politique mais en font un métier..........sans avoir jamais travaillé ce qui les éloigne de plus en plus des 50% D’ ELECTEURS !!!!!!

        ce qui est plus grave c’est que le pouvoir rend mégalo !!!! qu’au lieu de SERVIR LA FRANCE C EST LA FRANCE QUI LES SERT !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

        meilleur exemple mr bismuth vrai escroc et vrai mégalomane !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!


      • Loatse Loatse 21 avril 13:40

        Une démocratie ca se mérite... Cela implique de s’informer d’autant plus que nous avons aujourd’hui les outils adéquats 


        De faire passer l’intérêt général avant l’intérêt individuel.. (ou de sa corporation)

        De s’impliquer dans la vie politique du pays (à l’instar des suisses qui sur certains sujets cruciaux pour leur société sont appelés à s’exprimer par la voie des urnes).

        En france, hélàs on peine déjà à bouger les populations tous les 5 ans ! On râle, on débat sur le net, de temps en temps une grève.. et quand un référendum se présente, quand celui ci ne va pas dans le « bon sens » il n’est pas pris en compte..

        et donc nous avons un simulacre de démocratie.. à la fois parce qu’il n’y a pas volonté d’implication du citoyen dans la vie politique, non réprentativité réelle du peuple et à la fois parce que celui ci lorsqu’il en vient à s’exprimer est considéré comme « ne sachant pas ce qui est bon pour lui ! ’

        A partir de là, tout est possible, les portes sont grandes ouvertes à l’absurde* au détriment des préoccupations réelles des citoyens (l’emploi, le logement notamment)


        * Déjà dans mon enfance, nous partagions nos jouets (soldats contre poupées) dés lors que nous nous retrouvions entre enfants des deux sexes...(oui 2 biologiquement parlant !) Quand à la découverte du corps de l’autre pas besoin de planches anatomiques, c’était »tu me montre ton zizi, kiki, minou ? :) parfois on se déguisait en filles ou en garçons pour faire semblant... aujourd’hui la tendance est à envoyer le môme chez le psy sous prétexte que celui ci surpris dans son jeu, ne serait pas dans le genre qui lui convient..)

        Le névrosé apparemment est partageur.. quoi de mieux pour lui qu’une bonne névrose collective pour ne pas avoir à affronter ses tourments ?

        Mais bon, une légende veut que lorsque le danger se présenta aux portes de constantinople, les byzantins en étaient à discuter du sexe des anges... (en réalité en plein concile)

        Rien de nouveau finalement de ce côté là...



        • bibou1324 bibou1324 21 avril 13:47

          Pouvez vous définir le mot démocratie ? Si vous ouvrez votre dictionnaire, vous verrez que la France n’a jamais, de tout temps, été une démocratie.


          • bernard29 bernard29 21 avril 14:34

            j’ai trouvé votre titre intéressant, mais je crois que si les gens ne se battent pas pour des réformes démocratiques, il est quasi sûr que la démocratie sera emportée par la folie actuelle.

            Et malheureusement , dans votre article même les militants du « non cumul des mandats » sont « des déments à bas bruit » !!!  ; « ...... alors obsédés par quelques idées fixes comme le non cumul des mandats qui selon certains, est une mesure permettant de solutionner les problèmes de la démocratie. » 

            Je ne crois pas comme vous le dites que ces militants pensent une seule seconde que cette mesure va solutionner tous les problèmes de la démocratie, mais, il est évident que si elle n’est pas suffisante, elle est nécessaire.

            Vous feriez mieux de proposer des solutions pour aider au développement de la démocratie que de vous poser la question de savoir si vous ne serez pas trop « indécis » pour écrire un nouveau livre sur l’air du temps.


            • @bernard29

              bien dit bernard 29DZ elle est nécessaire sinon ca pètera on ne peut plus se permettre d’enrichir 650000 ELUS ANCIENS CORROMPUS ET JEUNES INCOMPETENTS ...........SUR LE TERRAIN !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

              DEGAGEZ !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!


            • Jeekes Jeekes 21 avril 16:02

              Démocratie, en France ?

              Ou ça, quand ça ? 

              • Lebougnat Lebougnat 21 avril 16:50

                "Le journaliste français se complaît dans la polémique, contaminant de ce fait les âmes excitées et paumées sur les réseaux sociaux. Les élites profitent également de cet état de démence collective qui se réduit à l’ignorance par le citoyen des rouages du système, de la perte des valeurs et de l’intelligence du monde« 
                    Tout est dit !

                Les médias font de l’information »handburger" à consommer sur place, pré-digérée !
                Le lecteur noyé sous l’information, n’a même plus le temps d’analyser ce qu’il reçoit, tout comme le canard, il se laisse gaver, ingurgite et en redemande.
                L’info est devenue un bien de consommation courante, mais surtout propage un flot d’idées à vitesse supersonique, outils de propagande au service d’obscures intérêts politico-financiers.
                La démocratie est en danger, du fait que les citoyens ne possèdent plus leur liberté de jugement


                • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 21 avril 18:14

                  Plus vous escamotez la question et plus vous descendez au plus profond de la médiocrité !!! 


                  J’ai redéfini ce qu’est la démocratie et j’ai expliqué qu’il ne faut jamais demander plus de démocratie mais au contraire il faut la réorienter et l’améliorer. Les malhonnêtes continuent à quémander la démocratie au lieu de demander d’améliorer la qualité de cette démocratie !

                  La démocratie est la volonté populaire, c’et toujours cette volonté qui accouche les responsables politiques ! Le problème aujourd’hui est que les peuples sont corrompus, déstabilisés, terrorisés, et plus que cloisonnés, ils sont incapables de faire le meilleurs choix qui tienne compte de l’intérêt général. La véritable démocratie était le rêve de l’humanité, on ne peut pas dire aujourd’hui qu’elle ne survivra pas... Puisqu’elle n’a jamais vu le jour nulle part ! 


                  Etant donné l’échec global de la religion, de la science et de la politique, disons alors que le Leurre démocratique est l’avenir de l’humanité avec toutes les conséquences que cela suppose...

                  • Doume65 21 avril 20:01

                    A l’auteur

                    Vouloir se piquer de démocratie et traiter Nicolas Hulot ayatollah a quelque chose de contradictoire.


                    • Auxi 21 avril 22:26

                      @Doume65
                      C’est vrai, Hulot est juste un rigolo qui fait de l’écologie en hélicoptère ! Bonjour l’empreinte carbone ! Un opportuniste comme il y en a tant…


                    • izarn 22 avril 01:54

                      @Doume65
                      Bonne analyse cher collegue...
                      Doit-on le garder encore à l’hopital pour examen complementaire ?


                    • Taverne Taverne 21 avril 22:29

                      Je crois que la démocratie, cela se vit aussi aussi en réel. La jeunesse est la meilleure période. A nuit debout, trois périscopeurs parlent de leur expérience : ils filment toutes les nuits. L’un d’eux est mon fils, Benito. Facile à reconnaître, c’est le barbu très beau gosse. Autre indice : un peu timide, brun, un air à la Elvis.

                      Lien :
                      https://www.youtube.com/watch?v=lgaDaL0VzB4


                      • izarn 22 avril 01:53

                        @Taverne
                        Encore un taré...


                      • izarn 22 avril 01:52

                        C’est pas Dugué qui écrit depuis un hosto psychiatrique par hasard ?
                        Il a oublié sa dose...


                        • fcpgismo fcpgismo 22 avril 08:58

                          L’anthropocentrisme le fondement de notre impossibilité à concevoir le monde ; entre déséquilibre et obsession.



                          • Taverne Taverne 22 avril 09:44

                            J’ai signalé un abus pour izarn pour propos diffamatoires (son commentaire du 22 avril à 1 heure 53 injuriant mon fils). J’encourage l’auteur à en faire autant pour les attaques dont il est l’objet du même commentateur.

                            Je remercie Agoravox, dans le cas où le comité ne retirerait pas le message injurieux, de me donner les nom et prénom de izarn. En espérant que la solution raisonnable que je demande sera retenue, m’épargnant ainsi une action juridique envers l’auteur des faits que j’engagerais moi-même en ma qualité de juriste.


                            • julius 1ER 22 avril 10:24

                              . Ce qui finalement ouvre le champ à un questionnement sur la gouvernance démocratique à notre époque. La politique n’est-elle pas minée par l’instrumentalisation de la machine étatique à des fins personnelles. 


                              et encore 
                              Comme on le voit, la démocratie ne produit rien de bon si les citoyens et les gouvernants ne se soucient pas vraiment de l’intérêt général, privilégiant des intérêts particuliers mais aussi agissant en étant mus par une sorte de démence implicite, silencieuse, mais coûteuse si l’on mesure les moyens engagés.

                              que de redondances Mr Dugué, en fait soit vous découvrez l’eau chaude soit vous êtes un agent trouble car vous dénoncez et stigmatisez mais de solutions nenni !!
                              je note au passage avoir lu il n’y a pas si longtemps de votre part une réponse à une proposition de gouvernement émanant de Cabanel et à laquelle vous répondiez que si ce gouvernement était mis en place vous quitteriez le pays .....

                              comme proposition il y avait P Rahbi à l’agriculture si ma mémoire est bonne, je ne vois pas en quoi le modèle agricole développé par P Rahbi serait pire que celui que celui que NOUS subissons depuis 30 ans développé conjointement par la FNSEA et les lobbys financiers et qui nous empoisonnent non plus de manière accidentelle mais maintenant sur une grande échelle !!!!
                              je crois que finalement vous faîtes parti des gens infatués d’eux-mêmes et qui professent toujours le même discours « Que tout change pour que rien ne change » 
                              mais c’est juste mon opinion !!!!!!!!!

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès