Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > La déroute des Verts, un espoir pour l’écologie

La déroute des Verts, un espoir pour l’écologie

Résultat catastrophique au premier tour de la présidentielle, refus d’alliance avec le PS pour les élections législatives... C’est la déroute des Verts, explosion après une lente agonie. C’est la fin des Verts comme parti politique, alliés plus ou moins fidèles du PS, qui ont essayé de pousser l’écologie par la gauche. C’est une chance pour l’écologie.

Je me suis souvent senti proche des Verts, avec une certaine sympathie pour certains de ses leaders. Ce qui me rapprochait politiquement des Verts était cette certitude que les questions écologiques sont centrales, essentielles, vitales même. Mais mes sympathies étaient d’une autre époque, d’une époque où peu de gens avaient entendu parler de dérèglement climatique, une époque où le litre d’essence était à 5 francs, où l’on ne recyclait pas encore les poubelles en France. L’écologie était un peu marginale et son importance pour l’Humain était encore peu médiatique. Le virage du siècle coïncide avec une accélération de la prise de conscience écologique et avec ce virage mon malaise envers l’écologie de parti politique.

Les Verts ? une approche de l’écologie par la politique. Un choix de se situer sur la gauche de l’échiquier politique, de pousser l’écologie par la gauche. La justification a souvent été que les écologistes avaient une sensibilité de gauche... Peut-être que cela touche plus cet électorat mais, choisir cette approche, c’est se couper des autres Français. C’est une vision qu’il faut dépasser car elle est sectaire et réductrice alors que l’écologie a une valeur fondamentalement universelle. En ce sens, la défaite des Verts est une chance pour l’écologie sur la place politique. Une chance de dépasser les clivages standard pour imprégner l’ensemble des partis.

Hulot fossoyeur des verts ?

Pourquoi un tel résultat ? En dehors des conflits et des problèmes de fonctionnement interne, on peut souligner deux éléments :
- Nicolas Hulot aurait été pour les Verts un fossoyeur, une sorte de missile balistique qui a fait exploser les restes d’ancrage du parti. La base verte a été balayée, les autres candidats ayant reçu un adoubement écologique en signant de la référence Hulot, pourquoi donc voter vert ?
- Le phénomène du vote utile aurait joué pleinement son rôle, le PS aurait absorbé une partie des voix qui sans le choc de 2002 se seraient portées sur les Verts.

Mais ces éléments sont en fait des révélateurs de la faiblesse idéologique et du manque de leadership chez les Verts. Ils ne sont pas les causes mais les déclencheurs, mettant à jour le retard pris par ce parti qui a perdu sa base électorale pour avoir voulu une politisation Les Verts ont perdu leur ambition d’être une référence écologique dans la politique française et doivent se résoudre à n’être qu’un élément d’un mouvement qui ne peut être que transversal devant l’universalité du problème.

Quelle écologie demain ?

Les limites de la démarche Hulot : Il n’a fait qu’une partie du chemin. Profitant de son statut de vedette de TF1, la chaîne populaire, il a fait de l’écologie people et a peut-être sensibilisé certains aux questions écologiques... Mais en présentant ses idées très tôt dans la campagne, en faisant signer une sorte de décharge écologique aux candidats, nous avons clairement vu ses limites. Nicolas Hulot, les Verts ne sont que des pierres dans un édifice qui doit se construire par la base.

La prise de conscience écologique est inverse de la démarche des Verts. Ce n’est pas du "Top Down" mais du "Bottom Up", pardon pour les anglicisme, on peut aussi utiliser l’image des pyramides inversées. D’un côté le pouvoir vient du sommet et les idées, les actions sont ensuite poussées vers la base. De l’autre le pouvoir émerge de cette base, les idées naissent et se développent au sein du peuple. Le mouvement écologique, la conscience écologique ne peut pas être politisée à priori comme le font les Verts. La prise de conscience ou la prise de pouvoir écologique doit se faire par tous et être ainsi propagée dans toutes les couches de la société, dans les médias et la sphère politique.

Pression = force / surface

L’écologie est indépendante des partis politiques. Elle est fondamentalement transversale et doit imprégner toutes les réflexions et décisions politiques. Cela signifie que la force appliquée est beaucoup plus diffuse car la surface d’application augmente. La pression serait donc plus faible. Il est donc du devoir de tous de contribuer à augmenter cette force pour inverser cette baisse de pression et mettre véritablement l’écologie au cœur de la politique, mais surtout, avant tout au cœur de nos vies. Internet, comme nouveau moyen de mise en relation, remplira en partie ce rôle et nous donnera à nous citoyens la capacité de contribuer à cette force. Nos actions de consommateurs doivent aussi prendre en compte cette dimension. Malheureusement, cette force sera aussi causée par les événements externes, sècheresses, inondations, aléas climatiques, hausse des prix du carburant, qui contribueront sans aucune nuance à la prise de conscience de l’urgence du problème.

quel leadership ?

Enfin, il faudra toujours des leaders pour incarner les idées, pour que le peuple s’identifie aux idées. Les Verts ne tiendront plus ce rôle en France et Hulot n’est qu’une version people d’un leader écologique. Al Gore est un exemple de leader mondial. J’attends des leaders français, européens. J’attends et j’essaie d’agir... à mon échelle.


Moyenne des avis sur cet article :  4.31/5   (35 votes)




Réagissez à l'article

23 réactions à cet article    


  • tvargentine.com lerma 15 mai 2007 11:22

    C’est une bonne chose qu’en France que nous soyons débarassé d’une dérive opportuniste et démagogique d’un certain discours politique sur l’écologie.

    Leur vision réactionnaire de la société qui consisté à s’opposer à toute évolution de la société (énergie nucléaire) les ont réduit à l’état de secte.

    L’écologie doit faire parti du savoir faire et vivre qui s’apprend à l’école,mais qui s’intégre pleinement dans une société d’économie de marché.

    Apprendre et prendre en compte un discours réaliste aux enfants et déjà un bon point de départ.

     smiley


    • LE CHAT LE CHAT 15 mai 2007 11:55

      j’ai bien aimé ton article , jim .

      L’écologie s’est fourvoyée dans des dérives gauchistes , comme le soutien aux sans papiers et aux mariages gays , et avec son allégeance à un PS hégémonique . la suppression du scrutin proportionnel par Chirac aux législatives lui a barré également la route .Dommage que Nicolas Hulot s’est retiré après avoir fait naitre tant d’espoir chez ceux qui comme moi refusent l’allégeance à droite comme à gauche .Bayrou semble l’avoir compris et Benhamias l’a déjà rejoint .


      • Marschupp 15 mai 2007 12:33

        La Suède, petit pays de par sa population, mais d’une superficie équivalente au 2/3 de la France est depuis longtemps vue comme l’un des pays les plus propres, les plus écologique. En effet, les rues ne sont pas couvertes de déjection, ni de papiers gras (une campagne du pub à Stockholm en ce moment : il y a plus de 10000 poubelles dans la ville). D’un point de vue politique, le parti Vert (De Grona) est assez récent (10-15 ans maximum) et commence à se faire une place (plus de 10% aux dernières élections en septembre dernier). Le parti a une organisation assez original et est dirigé par 2 présidents : un homme et un femme (obligatoirement). Les idées du parti sont orientées sur la gauche, il a fait partis du gouvernement avec le parti socialiste pendant 4 ans. Mais a proposé son soutien aux partis de droite pour former le gouvernement lors des dernières élections (ce qui n’a pas abouti). Donc totalement hors du clivage droite-gauche. Ensuite, l’actuel dirigeant (Frederik Reinfeldt, modéré) est en ce moment aux Etats-Unis pour y porter la bonne parole écologique (on pouvait lire dans le journal un article sur Eco-Fred). Je ne sais pas comment cela se passe dans d’autres pays européen, mais dans le nord, ca me paraît pas trop mal parti.


        • Philippe VIGNEAU 15 mai 2007 13:41

          ca fait rever d’avoir un pays aussi grand que la Suede avec une population aussi raisonnable...


        • Christoff_M Christoff_M 15 mai 2007 13:39

          Si les français commençaient par être propres dans la rue par ne pas balancer leurs clopes, leurs déchets,leurs papiers et par trier sérieusement leurs déchets...

          Je suis dans un immeuble de centre ville et souvent nos poubelles bleues sont refusées par les collecteurs... de plus il y a un passage sous l’immeuble et souvent les gens qui passent sur le trottoir (nous sommes dans le centre ville)se servent de cet endroit comme poubelle et ça, ce sans gène, cette facilité, cette manie de saloper un endroit qui n’est pas devant chez soi, ça ennerve !!


          • LE CHAT LE CHAT 15 mai 2007 14:40

            @christoff

            je suis d’accord avec toi ; ici à fos si tout ceux qui mettent un autocollant contre l’incinérateur pratiquaient le tri sélectif , on serait au top ! ils ne sont malheureusement que 15% , ca fout les glandes ! ce tri sélectif , il faut l’imposer avec menaces de sanctions si on veut qu’il soit efficace , c’est un acte citoyen !


          • jacques-yves Langlois 15 mai 2007 15:18

            « J’attends des leaders français, européens. J’attends et j’essaie d’agir... à mon échelle. »

            @ Jimd Croyez vous sincérement que l’attente soit la meilleure des solutions ? Que faîtes-vous de concrêt mis à part discréditer le parti des vert ? Trouvez vous cela constructif ?


            • Jimd Jimd 15 mai 2007 18:25

              @jacques Yves (a.k.a. mister P si je ne m’abuse smiley mon attente vient du manque de leader. les Verts n’incarne pas pour moi le leadership de l’ecologie de part leur engagement politique. mes actions sont concretes et modestes je le reconnait. partager mon opinion en fait parti. quand au discredit jete sur les Verts, il est vrai que le titre est volontairement provocant et je ne veux pas jeter un discredit sur les adherents et contributeurs mais plutot critiquer l’engagement politique des Verts et l’impasse dans laquelle il se trouvent.


            • jacques-yves Langlois 15 mai 2007 20:27

              @ jimd Je ne comprends pas votre première phrase. J’apprécie que vous ayez pris le soin de me répondre. Partager votre opinion est louable et je vous encourage à continuer, mais en quoi cela sauve-t il la planète ? Votre non-amalgame entre les adhérents verts et la direction politique empruntée par la parti me réchauffe le coeur. JYL


            • moussa 15 mai 2007 15:41

              L’écologie est entrée en politique pour defendre avec angelisme des islamistes, le communautarisme et d’autres conneries ! Depusi des années le Ps soutient des alliés dépassés qui ne representent plus grand chose, a paris le sverts ont été bien servis pour nous faire koi des pistes cyclables et des couloirs de bus catastrophiques. Certains parlent meme d’ayatollah verts....

              une chose ets sure l’écologie merite un meilelur parti et d emeilelurs representants !


              • Eponymus Eponymus 15 mai 2007 21:29

                Très bon article et très bonne analyse qui vous aurait valu un lynchage « citoyen » il y a moins de deux ans.

                Je pense qu’un autre facteur a précipité les Verts dans les 1% de l’électorat en plus de ce que vous avez dit, c’est que l’écologie est passé, dans le cadre de la société actuelle, d’un sujet de protestation et de révolte à un sujet de solution. Il ne s’agit plus de faire prendre conscience, mais de trouver des solutions pratiques à l’échelle du Monde.

                Et trouver les solutions, les mettre en oeuvre demande des compétences et des éléments dans le rapport de force qui vont bien au delà des babas cool et des gesticulations d’un Mamère. Mamère a-t-il l’aura politique internationale capable de peser sur Bush afin qu’il signe le protocole de Kyoto ? Voynet est-elle capable et a-t-elle même l’idée de comment coordonner l’évolution industrielle rapide et indispensable pour que le rendement énergétique soit amélioré au point de résoudre le problème du réchauffement ? Cochet est-il capable de transformer la croissance économique de la Chine, de l’Inde et d’autres pays émergeants en une croissance propre ?

                Je ne sais pas qui en est capable à vrai dire, mais en tout cas des hommes dont l’envergure politique sur un plan international doivent être équivalent à ceux qui ont réussi à désarmer l’URSS bilatéralement, à faire tomber le communisme soviétique, seront les écologistes de demain.

                La Chine, l’Inde, le Brésil et ses déforestations massives et scandaleuses, ne vont pas disparaître soudainement. La Russie non plus. Ces pays ont besoin de solutions et d’envisager un futur tout aussi profitable à leurs yeux que celui qu’ils sont en train de bâtir, mais propre.

                Le petit groupuscule que l’on appelle les Verts, ou les diverses formes de néo-communisme à la Bové doivent prendre conscience qu’ils doivent continuer à exister afin d’aiguillonner le mouvement, mais que la révolution écologiste se fera sans eux ou ne se fera pas.


                • franc3704 15 mai 2007 22:36

                  Hulot, le grand manipulateur !

                  Alors que l’alliance pour la planète faisait un travail sérieux d’évaluation des propositions des candidats aux présidentielles sur les thèmes de l’environnement et du développement durable, allant jusqu’à noter les programmes, Hulot faisait un superbe tour de prestidigitation avec son pacte écologique.

                  1/ il a accepté la signature de candidats qui ne prenaient en compte qu’une partie de ses propositions, ce qui a eu pour effet de noyer dans la masse les candidats les plus engagés sur le sujet.

                  2/ il s’est refusé a noter les programmes, donc à émettre un jugement sur les candidats, ce qui a, pour les militants que nous sommes, complètement décrédibilisé son action et, en réalité, a fait passer à la trappe le thème du développement durable pendant la campagne des présidentielles. En effet, le débat ayant eu lieu avant la campagne, les principaux candidats ayant signé le pacte écologique, les citoyens ont pu penser que tous les candidats défendaient la même vision en matière d’écologique

                  En réalité il a assuré le coup pour le successeur de son copain Chirac, en utilisant les mêmes méthodes, beaucoup de gesticulation, des discours brillants et pouf .............

                  La conséquence est que les candidats de la famille écologique qui portent le combat de la survie de la planète ont disparu, soit en ne pouvant se présenter, Waechter, Lepage, soit en faisant des scores ridicules, Voynet, Bové.

                  En fait, Hulot a fait une superbe action de marketing au profit de sa fondation et de ses propres ambitions (ONUE ?) sur le dos des combattants de l’écologie et au profit de ses amis de l’ex et nouvelle majorité présidentielle.

                  Profitons des législatives pour dénoncer le piège dans lequel est tombé l’écologie politique. Quant au VERTS, contrairement à l’opinion de l’auteur de l’article, ils n’ont pas à être les boucs émissaires de leur échec. Il est urgent que l’écologie politique soit présente dans les débats au travers d’une représentation spécifique. J’ai vécu 18 ans de militantisme dans l’un des 2 plus grands partis de ce pays et je puis affirmer que les orientations se définissent sur des rapports de force et que le thème de l’écologie n’y sera jamais un thème prioritaire. Les thèmes prioritaires sont ceux qui font gagner et la démonstration vient d’être faite que l’écologie n’en est pas un. Cela n’empêchera pas les discours généreux à la Chirac ! Notre vitalité militante de terrain doit absolument être prolongée par un mouvement politique spécifique. Seuls les VERTS en sont capable. Et, surtout ne croyez pas qu’il puisse y avoir une écologie de droite : les intérêts sont trop divergents.


                  • Céline Ertalif Céline Ertalif 16 mai 2007 00:19

                    Bonsoir,

                    Je suis totalement d’accord avec ton dernier paragraphe qui devrait être médité parce qu’il exprime parfaitement la divergence entre ceux qui ont fait quelque chose et ceux qui n’ont aucune expérience de l’engagement politique. Cela vaut pour l’auteur de l’article et quelques autres.

                    Tout mouvement politique commet des erreurs, et particulièrement quand il est rempli de gens qui n’ont aucune expérience. Individuellement le bon chemin à suivre est très facile à tracer, collectivement c’est une autre paire de manches. L’écologie politique n’est pas tous les jours à mon goût, mais hélas l’écologie individuelle... cela ne mène pas loin non plus.


                  • Christoff_M Christoff_M 16 mai 2007 06:05

                    Tant que vous verrez l’écologie à droite ou à gauche, il n’y aura pas d’écologie ; il ne me semble pas que LEPAGE ne soit pas impliquée mais madame VOYNET tres prétentieuse lui a claqué la porte au nez...

                    En Allemagne il y a le parti des verts qui pense à s’impliquer dans la vie du pays ; d’ailleurs il me semble que pour les syndicats, c’est pareil !! la bas on défends des idées pas un parti, et on ne se regarde pas le nombril !! donc leur parti des verts existe et est écouté et respecté et il agit...

                    La gauche et les verts sont malades de réunions et de palabres qui n’aboutissent à rien meme pas à définir un leader clairement choisi et admis par tous les courants composants... pendant ce temps la la terre tourne et je vois de nombreuses réalisations dans d’autres pays qui parlent moins et qui agissent...

                    Les français ont deux défauts ils ont le melon et ils parlent beaucoup, d’ailleurs si je m’écoutais... par contre dans la pratique nous commençons à passer pour des charlots à l’étranger !!


                  • Yan Essal 15 mai 2007 22:51

                    Les verts ne sont pas aussi homogènes qu’on le croit , d’autre part , beaucoup de membres fondateurs sont partis pour laisser la place à des militants gauchistes qui trouvaient dans ce parti un masque à la mode .

                    Les verts , dont j’ai fait partie , ne représentent même plus eux mêmes et ne sont qu’une force d’appoint aux socialos c’est tout .

                    D’autre part , la réflexion chez eux s’est figée il y a une trentaine d’années , aucune avancée , aucun approfondissement de la société actuelle , rien que des redites ou des débilités vaguement de gauche ... et encore .

                    Leur leader , mamère , se croit à la pointe en mariant les homo alors que les homo eux mêmes ne demandent même pas ce statut mais le constestent y compris pour les hétéros .

                    Les verts dégénèrent , ce qui était d’ailleurs prévisible depuis longtemps , mais il est difficile de prévoir l’avènement d’une autre force de même type , la notion d’écologie est admise par toute la population , seule les solutions seront l’objet de débat beaucoup plus rigoureux et beaucoup moins passionels ;... enfin , je l’espère .


                    • fifilafiloche fifilafiloche 16 mai 2007 03:06

                      Je n ai jamais compris pourquoi l ecologie devait etre de gauche et son acoquinement automatique avec le parti socialiste, et pire, les communistes, puisque dans les pays communistes, l ecologie n a jamais été une priorité. Pendant la campagne, c est Voinet qui montait au créneau lorsque le PS était attaqué, utilisant un nous qui ne laissait aucun doute sur son choix avant meme le second tour.

                      Il est sain que ce mensonge cesse enfin et que les partis aient intégré la contrainte écologique dans leurs programmes. Tout comme le communisme, l écologie partisane est morte, vive l ecologie populaire !


                      • Christoff_M Christoff_M 16 mai 2007 05:50

                        je pense que la vraie écologie devrait être enseignée à l’école, respect du vivant, respect des lieux et par la même vient un respect des autres, un civisme écologique...


                        • LE CHAT LE CHAT 16 mai 2007 09:32

                          @calmos

                          si l’election de Sarko peut débarasser l’écologie de ces gauchistes peints en vert ( JMLP les qualifie de pastèques vert d’aspect mais rouges vif dedans ) , ça aura au moins un effet positif !


                        • Iren-Nao 16 mai 2007 11:18

                          A part le titre, et c’est deja pas mal, je ne suis pas d’accord avec l’auteur, mais au moins il lance un debat plus essentiel que celui sur les galipettes des candidats.

                          Je crois en effet que cette election a liquide les « Verts », et que on en aura enfin fini avec cette imposture qui en effet s’interessait d’abord a des histoires de sans papier et mariage homo et autres clowneries dont le seul rapport a l’ecologie serait plutot a contrario.

                          Le gars Hulot avait passablement le don de m’agacer a la TV, mais depuis que j’ai lu son livre « le syndrome du Titanic » je le crois tres utile dans la mesure ou il est capable de faire comprendre au plus grand nombre les enjeux, c’est a dire l’essentiel. (Il a a tout le moins fait bouger la perception du probleme en le mettant de force dans les pattes des candidats)

                          Car en effet, n’en deplaise a ceux qui reve d’une ecologie apolitique, l’ecologie est avant tout politique (mais pas politicarde) et meme rien n’est plus du domaine de l’intervention de l’etat, car l’affaire est gravissime.

                          Ceux qui ont fait croire comme les Mamere et zautres, que l’ecologie etait affaire de droits de l’homme et triage de poubelles sont soit des anes, soit des incompetents, et probablement les deux. Malhonnetes ?? aloons donc..

                          La planete est en grand danger, en tres grand danger, et ce n’est pas la merde de chien qui est en cause, meme pas le pet des vaches indiennes, c’est l’industrie, les transports (notamment de touristes), l’agriculture intensive et, si on a le courage de l’envisager, et surtout et uniquement, la surpopulation humaine avide de consommer.

                          C’est le principe meme de croissance (quand meme reflechissons une seconde plus t’es dans la croissance, plus tu te rapproches de la mort). (Si il y a croissance, il y a eu debut, et si il y a eu debut, il y aura fin !! CQFD)

                          Nous les hommes, et au premier chef les occidentaux, (c’est pas l’Afrique qui pollue beaucoup, si tu coupes l’electricite la bas qui s’en apercoit ?) avec leur maudite Croissance qui demande toujours plus et plus et plus. (Rappelons nous le livre de F. de closets) C’est il faut bien le dire l’idee de liberalisme.

                          Inevitablement, sauf a faire des efforts gigantesques, ca va mal se passer et dans pas tres longtemps, on ne tardera pas a se mettre sur la gueule pour le petrole,( je crois meme qu’on a assez commence) pour la bouffe, pour l’eau pour un peu de place la ou la terre n’a pas trop rechauffee, ca va etre comme les grandes invasions de jadis.

                          Ne revez pas plus longtemps, l’ecologie c’est (pas que) beaucoup de selection et espace vital, du darwinisme....

                          C’est donc bien un probleme hautement politique qui appelle et appellera de plus en plus a des mesures drastiques.

                          Il va falloir changer radicalement de mode de vie, ca va en faire maigrir quelques uns...Il parait que les francais se portaient fort bien du temps du rutabaga et des taxis pousse pendant la guerre.

                          Dans ce petit matin d’apocalypse quelques bonnes nouvelles tout de meme :

                          Les quelques 6 milliards d’humains temporairement presents sur cette pauvre planete bleue tous seront morts d’ici 100 ans, meme moi, meme toi..

                          Je pense que une fois de plus les crocos s’en tireront.

                          Les Zhommes... pas tous (Les plus simples mieux que les sophistiques)

                          Que d’aventures en perspectives...

                          Je ne crois pas que je regretterai beaucoup le monde industriel .

                          Allez, bonne nuit (la nuit tombe chez moi)

                          Iren-Nao


                          • Iren-Nao 16 mai 2007 14:30

                            J’oubliai :

                            Faire un grand ministere avec un poids lourd genre Juppe pour le developpement durable est indeniablement un pas dans le bon sens.

                            Suivons cette affaire avec bienveillance et esprit positif.

                            Iren-Nao


                            • Eric Vally Eric Vally 16 mai 2007 15:54

                              Je suis effaré par tous ces commentaires. Ils reflètent à merveille l’esprit « raleur » à la française. (voir le résultat de l’enquète parue hier qui a decernée la médaille d’or dans ce domaine à nos concitoyens) Chacun y allant de sa petite pique : Et vas-y que je casse du sucre sur Mamère et Hulot et les gauchos verts et Voynet et Cochet et les discours d’untel...

                              J’aimerai bien savoir qui parmi ces pseudo-commentateurs là, préfère la marche à pieds plutôt que d’entrer dans la boulangerie en voiture. J’aimerai bien savoir parmi ces gens là qui favorise les fruits et légumes de saison et ne mange pas des produits d’importation tout au long de l’année. La liste pourrait être longue...

                              En effet, il est si facile de tirer sur l’ambulance. Surtout lorsque la bête est à terre ! Bref de beaux donneurs de leçon à la française qui préfèrent chercher les défauts chez les autres plutôt que de faire le tri devant leur porte (leurs poubelles, pardon).

                              Heureusement certains nous parlent ici d’éducation, ont le courage de dire qu’il faut regarder comment font les autres. Merci à eux.

                              Interrogez vous plutôt sur ce que vous pouvez faire pour servir la cause écolo. Profitez de ce forum pour échanger des idées sur ce sujet, et cesser de vous regarder le nombril.

                              EV


                              • LE CHAT LE CHAT 16 mai 2007 16:50

                                Y’a le chat qui va à quatre pattes , fait le tri sélectif , a pas de portable , économise l’eau , utilise les transports en commun , manifeste contre l’incinérateur de Gaudin , préfère mettre un pull over en plus que du chauffage etc etc etc


                              • finael finael 19 mai 2007 08:41

                                Tout d’abord je tiens à préciser que les manchettes de nos médias parlant d« esprit râleur » pour les français ne reflêtent en rien les conclusions de l’enquète : Ils se révèlent les plus insatisfaits de leurs conditions de travail (et peut-être y a-t-il quelque raison à cela) juste devant les britanniques les suédois et les américains. Ces mêmes britanniques - avec 33,5 jours de vacances annuels - se plaignent le plus de la durée de leurs vacances. Ce sont les japonais qui ont le moral le plus bas, etc ...

                                Cette introduction pour remettre les choses à leur place.

                                En ce qui me concerne, en 1/2 siècle de grande randonnée sur nos GR à l’abandon je n’ai JAMAIS rencontré un écologiste (j’ai pourtant fait entre 30 et 40 000 km à pied).

                                Il me souvient de la première grande manifestation écologiste sur le plateau du Larzac en 1974. Nous y étions avec quelques amis. Heureusement nous étions arrivés en avance. En effet, en 24h toutes les routes menant à La Cavalerie (le village le plus proche) étaient totalement embouteillées de milliers de voitures.

                                Etant restés 48h de plus en attendant que cela se dégage, nous avons pu voir un plateau jonché, à perte de vue, de bouteilles vides souvent cassées, de papiers gras, de canettes et de sacs plastiques, au grand désespoir des quelques éleveurs du plateau dont les bêtes se blessaient sur le verre, s’étouffaient avec les plastiques.

                                Plus généralement les positions « anti-tout » de l’écologisme me paraît plus relever du fanatisme que du réalisme. Anti canal Rhin-Rhône (le moyen de transport le moins polluant), anti nucléaire, mais tolérant les montagnes de déchets tout aussi cancérigènes et mutagènes de nos industries chimiques, anti sociaux car préconisant des solutions extrêmement coûteuses et inefficaces.

                                J’ai pu relever dans leurs discours une véritable aversion (c’est un euphémisme) pour le genre humain ... enfin ! les autres en général !

                                Donc leur déroute électorale me semble relever plus du bon sens que d’autres facteurs.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès