Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > La diagonale de Sarkozy

La diagonale de Sarkozy

Qui connaît la Diagonale ?

La Diagonale est un groupe discret. Un club politique qui a ses entrées au Figaro, l’un des seuls journaux à couvrir ses activités et à publier ses billets, en général de violentes attaques contre Ségolène Royal. Il tient ses réunions aux Bains Douches, un club branché de la capitale. Et il accueille du beau monde. Car la Diagonale réunit... les sarkozystes de gauche !

Pour un sarkozysme de gauche, c’est le titre du premier billet publié par La Diagonale sur son Skyblog, le 1er mai 2006. Qu’est-ce que le sarkozysme de gauche ?

"Nous pensons qu’aujourd’hui, en dépit de son appartenance affichée à une droite décomplexée, Nicolas Sarkozy est le seul homme à se positionner sur la rupture et à vouloir moderniser notre pays, écrit la Diagonale. Sans vouloir forcément rejoindre l’UMP, nous souhaitons néanmoins prendre une juste part à la démarche que Nicolas Sarkozy a engagée et nous nous déclarons ouverts à sa méthode qui s’illustre par sa grande capacité d’écoute, sa modernité et son volontarisme."

La mention "sans vouloir forcément rejoindre l’UMP" indique clairement que nous sommes face à une sorte de "sas". Un guichet destiné à enregistrer le ralliement discret d’une partie de la gauche. Ou plutôt, comme on le verra, des élites de gauche. Car, on ne sera pas surpris, les ouvriers et les précaires ne se bousculent pas pour débattre aux Bains Douches.

Sur le fond, poursuit le groupe dans ce texte fondateur : "Force est de reconnaître, tout d’abord, que Nicolas Sarkozy [...] a créé un climat intellectuel que certains d’entre nous avions vécu à gauche dans les années soixante-dix, mais dont nous étions, depuis, devenus orphelins." Nicolas Sarkozy, en plus de "sa capacité d’écoute, sa modernité et son volontarisme", incarne donc l’esprit de 1968. On verra plus loin qu’il ressemble aussi à de Gaulle. La Diagonale, qui fait aussi volontiers référence à Mitterrand, n’est pas à une contradiction près.

Nicolas Sarkozy ouvre, toujours selon la Diagonale, "de nouvelles pistes" pour "maîtriser l’ordre public" et "combattre la première des injustices sociales qu’est l’insécurité". Air connu. Autres "pistes" : le "goût" supposé de Nicolas Sarkozy pour "la méritocratie républicaine" et "la relance de l’ascenseur social grâce à la discrimination positive". "La suppression de la double peine" et le "droit de vote aux municipales des étrangers sur le territoire depuis dix ans" sont également mentionnés. Ces deux derniers points sont un peu datés, puisque le ministre de l’Intérieur a beaucoup nuancé son discours, et sa pratique pour ce qui concerne la double peine, depuis la rédaction du texte.

A la fin, on trouve pêle-mêle, rassemblés dans la même phrase, les "femmes", les "prisons", les "homosexuels" et les "rave-parties"... "Sur ces nombreux sujets de société, nous dit-on, Nicolas Sarkozy a non seulement pris son propre camp à contre-pied mais a aussi décidé ou proposé ce que la gauche au pouvoir n’avait jamais imaginé ou osé mettre en œuvre." Il aurait fallu préciser en quoi Nicolas Sarkozy a fait preuve d’imagination dans ces domaines, où il semble, au contraire, très discret. Mais le texte s’abstient de le faire.

"Loin d’être sarkophages, nous sommes sarkocompatibles, sarkophiles voire sarkozystes", conclut la Diagonale.

Deux jours plus tard, le 3 mai, une antenne de La Diagonale est créée en Poitou-Charentes, la région de Ségolène Royal, et les attaques contre la candidate socialiste commencent. Elles ne cesseront pas, relayées par des tribunes publiées dans Le Figaro. La Diagonale s’affirme à partir de cette date comme un outil de combat contre la candidature de Ségolène Royal. Et l’"Appel de Vichy" lancé le 1er septembre par La Diagonale, qui tenait là-bas son séminaire d’été, se conclut d’ailleurs par ces mots : "De même, il est dangereux pour la liberté des Français que soit entretenue la confusion entre les notions d’ordre public et d’ordre moral, car elles s’opposent frontalement. En soutenant la candidature de Ségolène Royal, le Parti socialiste ferait résolument le choix de l’ordre moral et renoncerait ainsi à affronter les blocages de la société française."

Sur le fond, en quoi "l’ordre moral" s’oppose-t-il à "l’ordre public"... ? Sarkozy aurait-il l’intention, comme l’en accusent, il est vrai, de très nombreuses associations de défense des droits de l’homme, de créer un ordre public immoral... ? Le discours est maladroit. Voire carrément obscur. Mais l’essentiel n’est-il pas d’exister ? Et d’attaquer Ségolène Royal sur sa gauche ?

Qui se cache derrière La Diagonale ? Il faut distinguer deux niveaux.

D’abord, le niveau visible. La Diagonale a été fondée officiellement par un certain nombre de "déçus" de la gauche, au premier rang desquels figure Patrick Rajoelina, professeur de droit européen, ancien rocardien, qui dit avoir quitté le PS en 1994, et aurait fait partie de divers cabinets ministériels - notamment celui de la ministre socialiste du Logement Marie-Noëlle Lienemann -, sous Pierre Bérégovoy et Edith Cresson. D’après Le Canard Enchaîné, dans son édition du 21 juin 2006, il aurait seulement fait partie du cabinet du secrétaire d’Etat à l’Intégration Kofi Yamgnane. "Ce qui reste modeste", précise cruellement l’hedomadaire. En dehors de ces activités à la Diagonale, Patrick Rajoelina est un spécialiste de la politique malgache, au point de présider la Société des amis de Madagascar.

Aux côtés de ce personnage, on trouve, notamment, Philippe Sauvannet, ancien patron de la Fédération PS de l’Allier, Nicolas Langero, directeur de l’Espace Cardin, et... le docteur Véronique Vasseur, ancienne médecin-chef de la maison d’arrêt de la Santé. Le ralliement de cette dernière a de quoi surprendre.

"Je ne suis pas sarkozyste de gauche parce que je ne suis pas de gauche, a expliqué Véronique Vasseur à l’AFP le 3 juillet 2006. Je suis connotée à gauche". "La gauche monopolise la bien-pensance, la pensée juste. C’est très pesant et très pénible. Dès que je dis que je suis pour Nicolas Sarkozy, je suis traitée de réac ou de facho. J’en ai marre", a-t-elle ajouté. Dur, dur, d’être sarkozyste quand on est "connotée" à gauche.

La Diagonale revendique d’ores et déjà une liste impressionnante de soutiens parmi les "stars" de gauche : "Max Gallo, Bernard Tapie, Jacques Attali, l’ex-lofteuse Kenza, Georgina Dufoix, Pascal Sevran"... Tous ceux qui, comme l’écrivait le journaliste Grégory Marin dans L’Humanité du 6 juillet 2006, ont "à un moment ou un autre eu une phrase aimable à l’égard du président de l’UMP". Ce qui commence à faire du monde, même à gauche, en cette année préélectorale.

Ces "stars" sont-elles pour autant "sarkozystes" ? Rien n’est moins sûr. On connaît avec certitude, en revanche, la liste des participants aux réunions publiques de la Diagonale. Et on est surpris d’y trouver Jean-Marie Bockel, le maire (PS) de Mulhouse et président de l’Association des maires des grandes villes (AMGV), ou encore Marin Karmitz, président et fondateur du groupe MK2. Pas exactement des personnalités de droite. Et qui viennent débattre de Sarkozy et de la culture, ou de : "Peut-on être de gauche et sarkozyste  ?"

Au niveau officieux, on trouve, bien sûr, parmi les fondateurs de La Diagonale le bras droit de Nicolas Sarkozy, Brice Hortefeux. Et son directeur de cabinet Thierry Couderc, qui, dans Le Figaro du 4 juillet 2006, ne lésinait pas sur la comparaison : « Il y a bien eu, en son temps, les gaullistes de gauche, de Léo Hamon à René Capitan ». Nicolas Sarkozy élevé à la stature du général de Gaulle. Le débat prend de la hauteur.

Un groupe de "sarkozystes de gauche", créé un 1er mai, communiquant par le biais d’un Skyblog - l’outil de communication préféré des "racailles" , et se réunissant aux Bains Douches... Cela fait beaucoup de symboles pour un mouvement "spontané". Et on pense plutôt à une opération, bien pensée, de communication politique pour rallier l’élite de gauche à une candidature Sarkozy. Reste à savoir si, face à cette diagonale, l’électeur de gauche ne sera pas tenté, lui, de prendre la tangente...

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.38/5   (208 votes)




Réagissez à l'article

85 réactions à cet article    


  • Bernard Dugué Bernard Dugué 26 octobre 2006 11:38

    La diagonale des fous sans doute,

    la France est mal barrée

    sans commentaire spécial


    • (---.---.103.223) 26 octobre 2006 20:22

      Reaction typique d’un mec qui n’a d’idée sur rien et qui donne des leçons. Mec de gauche tendance ségoliste quoi.


    • luarfr luarfr 27 octobre 2006 09:46

      Monsieur Sarkozy semble oublier ses origines profondes. A-t-il oublié ses ancêtres dans ce merveilleux pays qui est la Hongrie ?

      Monsieur Sarkosi est prêt à nous en mettre plein les yeux et plein les oreilles. Si on voulait faire du mauvais humour, (mais assez vraissemblable) cela serait quelque chose comme « si Bush est arrivé et bien, et même très bien, moi aussi je peux arriver » se dit-il.

      Ne vous laissez pas impressionner. Soyez lucides. L’aveuglement et l’ivresse de certains pour le pouvoir absolu n’augure rien de bon pour la France.


    • Yzokras (---.---.34.188) 26 octobre 2006 11:47

      Bravo pour cet article éclairant et assez distancié pour permettre une nette appréciation des méthodes sarkozytes en matière de ce que j’appellerai gentiment « la manipulation d’opinion ».

      Il est vrai que les amis de Nicolas Sarkozy, dont la caractéristique la plus détestée par les citoyens- dans les sondages- est justement l’absence d’écoute et de dialogue avec autrui, ont du mal à promouvoir l’image présidentiable de leur champion de ce point de vue.

      Sur Patrick Rajoelina, que je ne connais pas, bien que connaissant bien les milieux malgaches dits aussi « malagasis », une chose est sûre : tous les citoyens français d’origine malgache que je connais -et ils sont nombreux- affichent une détestation farouche de Nicolas Sarkozy et de ses positions. Cet homme est donc assez isolé dans ses opinions parmi ses « compatriotes » devenus français !

      Quant aux Malgaches, en France ou à Madagascar, ils partagent, à quelques exceptions près, notamment chez certains anciens partisans du dictateur Didier Ratsiraka, la position de leurs ex-compatriotes devenus électeurs et citoyens français.

      Un député malgache, ami de jeunesse étudiante, proche du Président actuel de l’Ile Rouge, me disait voici peu : « Sarkozy Président de la République serait un désastre pour la France en Afrique, et surtout une grave menace pour l’avenir et la sécurité, déjà compliquée,de ses ressortissants dans de nombreux pays africains, tant cet homme est haï partout ».

      Il est aussi intéressant de regarder ce que le monde pense de Sarkozy. En Asie, où je voyage souvent, il est aussi détesté par quasiment tous ceux qui ont eu à connaître ses positions et actions, de la Chine au Pakistan, et du Japon aux Philippines.

      Sans être à la Diagonale- le symbole induit est instructif-je pense qu’il faut éviter l’erreur, aujourd’hui lourde de conséquences pour leur pays- et d’autres aussi- des électeurs américains avec G W Bush et tout faire pour que la France ne se retrouve pas un jour avec un Président haï partout dans le monde, source de menace potentielle pour notre sécurité individuelle et collective tant en France qu’à l’étranger.

      Les citoyens français devraient écouter, non la Diagonale via les Bains Douches, mais le message clair du monde entier qui refuse que cet homme devienne le Président du pays qui a proclamé l’universalité des Droits de l’Homme et du Citoyen.

      Plus qu’une nécessité politique et citoyenne, il y a là, à mon sens, un devoir sacré envers nous-mêmes et envers notre passé humaniste collectif le plus beau.


      • olivier (---.---.229.136) 26 octobre 2006 14:22

        Les arguments que vous avancez sont vraiment convaincants.

        En Asie on aime pas Sarkozy. Et si l’Asie elle aime pas Lilian Thuram, alors il joue pas en equipe de France ? Dites, ca va etre dur de composer l’equipe de Curling !

        Je pensais en democratie que les electeurs decidaient ...


      • Marsupilami (---.---.60.228) 26 octobre 2006 11:56

        Excellent article bien informé. Ces bobos des Bains-Douches sont à gerber. Il faut vraiment être décérébré pour être « sarkozyste de gôche ».


        • Olivier (---.---.156.132) 26 octobre 2006 12:48

          Comme le disait Wolinski : « Un homme de droite avec des idées de gauche, c’est sympathique. Un homme de gauche avec des idées de droite, c’est répugnant »


        • ekzi (---.---.63.52) 26 octobre 2006 12:50

          Pardonne moi de te prendre au mot Marsu, mais je ne vois pas trop ce que Rajoelina, Gallo, Tapie et consoeur ont de boheme (quoique peut etre pas Tapie si on enleve le b)..

          Sinon bon article mais pas tres surprenant. les idées réac si elles sont bien formulées, bien assumées, avec fierté, draine large chez notre « oligarchie » intellectuelle, politique et artistique... :/-(


        • Marsupilami (---.---.60.228) 26 octobre 2006 12:59

          @ Eksi

          OK, ceux-là ne sont pas bobos (bien vu pour Tapie...) mais pas beaux-beaux non plus. Mais on peut imaginer qu’aux Bains-Douches ils ont leur cour d’authentiques bobos de drouategôche...


        • Marsupilami (---.---.60.228) 26 octobre 2006 13:16

          Au temps où Cécilia prenait la tangente : le petit Nicolas Sarkozy est un galant homme...


          • ZEN zen 26 octobre 2006 13:21

            Sarko de gauche, n’est-ce pas l’équivalent logique du cercle carré ?


            • Emile Red Emile Red 26 octobre 2006 13:58

              Serait-ce que le cercle vicieux aurait une diagonale ?

              La confusion géométrique du rectangle dans sa profondeur rectale.


            • LE CHAT (---.---.75.49) 26 octobre 2006 13:32

              Il y a assez de gens de gôche(caviar) pour voter avec la droite .

              Ce sont les mêmes qui avaient voté les pleins pouvoirs au maréchal.........


              • gem gem 26 octobre 2006 13:59

                ouh là, tu faiblis. Je ne pense pas que « le Maréchal » te donne le point godwin, d’habitude tu y arrive du premier coup smiley


              • LE CHAT (---.---.75.49) 26 octobre 2006 14:56

                J’ai pas assez stimulé ton point G à ton goût ?


              • gem gem 26 octobre 2006 13:56

                bon article

                @zen

                En fait, la solution est simple : « de gauche » ça ne veut rien dire en France.

                Bockel est un homme « de gauche », affilié au PS : mais c’est un libéral, un vrai, un ami de Blanc et de A.Lambert. Royal est une femme « de gauche », caractérisitique du PS : quand on l’écoute on voit bien qu’elle est à droite de Boutin, pas loin du FN et de De Villiers sauf sur la question de l’immigration. Pascal Sevran est asez typique : plus réac vieille France que cet homme « de gauche », y’a pas !

                En fait, la gauche est très faible en France : pas grand monde à part les archéo-fous PCF, LCR, etc., et quelques braves type dans ton genre qui y croient. Pour exister, la « gauche » recrute du coté du FN en posant juste une belle étiquette « de gauche » sur la marchandise (comme pour Mitterand).

                Rien de nouveau sous le soleil : Jules César était, très officiellement (et avec effectivement un bon soutient populaire), un homme « de gauche »...

                Conclusion : la gauche c’est juste un espace virtuel comme l’évéché théorique de l’évèque fou dont j’ai oublie le nom (chouette smiley ). Alors y’a des Sarkosyste de gauche comme y’a des Sarko de Neuilly ou d’Agoravox. Et des Sarkosystes « de droite ».


                • Emile Red Emile Red 26 octobre 2006 14:04

                  Ahhh ???

                  Et les Sarkophages sont tant Sarkosistes qu’ils en mangeraient... Sarkophage ça montre aussi la modernité de la pensée un peu momifiée tout de même, ça prouve aussi la démesure pharaonique du sieur.

                  ............bon appétit


                • gem gem 26 octobre 2006 16:07

                  Tu l’as dis, bouffi smiley Demande à n’importe quel psy ce que révèle une haine intense...

                  Aller, tu n’es pas un « alien », tu peux sortir sans crinte de ton Sarkophage et découvrir le monde d’aujourd’hui


                • Daniel RIOT (---.---.130.132) 26 octobre 2006 14:15

                  Le sarkozysme de gauche... c’est le Ségolisme, non ? Blanc bonnet et bonnet blanc , disait-on jadis...Autoritarisme (masqué) et libéralisme (affiché).Avec une passion du pouvoir qui est dans l’ëtre plus que dans le faire. Ni l’une ni l’autre ne nous sortiront de notre monarchie fatiguée, de notre oligarchie vieillotte,de notre système faussement démocratique poussiéreux...N’est-il pas temps d’en finir avec les faux clivages droite/gauche ? Jean-François Kahn a peut-être raison : le centrisme « central » peut être révolutionnaire...Mais peut-on soutenir Bayrou sans être taxé de ringardise ? Moi, je ne suis d’aucun parti et je réfléchis... Nous vivons des temps difficiles...C’est vrai de toutes les époques,sans doute.


                  • (---.---.45.35) 26 octobre 2006 15:05

                    Thuram se dit encore blessé par sa rencontre avec Sarkozy Lilian Thuram, recordman de sélections en équipe de France de football (125) et membre du Haut Conseil à l’intégration, revient sur la crise des banlieues et évoque la blessure ouverte par sa rencontre il y a un an avec le ministre de l’Intérieur Nicolas Sarkozy.

                    Extrait d’une interview accordée à l’Agence France Presse

                    Q : Vous l’avez rencontré il y a un an. Que vous êtes-vous dit ?

                    R : « Il m’a dit : « M. Thuram, il va falloir qu’on mette des télécaméras dans les banlieues ». Je lui ai répondu : « Attendez M. Sarkozy, vous ne croyez quand même pas que les plus grands bandits sont en banlieue ? Ils sont peut-être à Neuilly ». Avec ce qu’il m’a répondu, j’ai compris qu’il avait une lecture très dangereuse des choses. C’est ce qui m’a marqué le plus depuis un an, et je ne l’oublierai jamais. Je le dirai peut-être un jour publiquement. Le dire maintenant serait mettre de l’huile sur le feu. Mais quelqu’un qui aspire à diriger le pays ne peut pas avoir cette lecture-là des choses, ne peut pas me dire ce qu’il m’a dit ! »

                    Q : Sa réponse serait sortie du cadre républicain ?

                    R : « On peut dire ça. Depuis un an, c’est ce qui me choque le plus. J’ai parlé de Neuilly (fief électoral de Nicolas Sarkozy, ndlr), mais c’était un exemple symbolique. Il s’est senti blessé. Et donc il m’a dit ce « truc », et je me suis dit : « C’est pas possible ! » »


                    • Sam (---.---.116.120) 26 octobre 2006 18:32

                      Et alors, il a dit KOOOOIIII ?!!!


                    • (---.---.103.223) 26 octobre 2006 20:29

                      La réponse de Sarko :

                      « Tu sais ou ils sont ? DTC ! » Et la paf ! Il lui fout un tacle glissé par derrière.

                      Source : pif gadget


                    • (---.---.126.76) 26 octobre 2006 15:33

                      Il nous faudrait pour contrebalancer une Segoroyalisme de droite et tout rentrerait dans l’ordre... Tout le monde serait content...

                      Je vais essyer de mettre un de ces petits bidules (les petites têtes jaune et rouge) dans le texte pour voir si j’y arrive... C’est aussi important que l’article !  smiley


                      • (---.---.126.76) 26 octobre 2006 15:39

                        Ah ! Ça marche !

                        Je suis content...

                         smiley

                        Je vais en mettre partout...

                        Pour en revenir à l’article, il y aura toujours des intellectuels et des ânes prêts à traverser la rivière s’ils aperçoivent un champ de luzerne sur l’autre rive ! C’est la vie !

                         smiley

                        On n’y peut rien ! Faut être philosophe !

                         smiley


                      • Rantanplan (---.---.146.11) 26 octobre 2006 17:19

                        Comment t’as fait ?


                      • Rantanplan (---.---.146.11) 26 octobre 2006 17:31

                        Bien vu:c’est tout à fait le problème:on parle,on parle,mais cela ne change rien,peut-être à la marge... Et la vie défile à l’extérieur de l’écran !


                      • Rantanplan (---.---.146.11) 26 octobre 2006 17:33

                        @ Olivier 17h50


                      • Sam (---.---.116.120) 26 octobre 2006 17:52

                        « ..Je vais en mettre partout... »

                        Tu peux aussi en rajouter des persos ; t’en a un peu partout sur le net que tu peux récup sur des sites gratos ou même des générateurs de smileys « maison ».

                        [img]http://membres.lycos.fr/dgdd/10/GS_8127f03bd9cc82b628574d77ea87f1a6.png[/img]


                      • Jean (---.---.15.62) 26 octobre 2006 15:39

                        Tres bon article, interressant et qui releve un peu les derniers articles d’Agoravox, sortis sur la campagne.

                        En meme temps cette histoire me fait penser aux Neo-Conservateurs americains, certains de ces « penseurs » US viennent pour certain de l’extreme gauche americaine qui avait fleurie sur les campus US lors de la guerre du VietNam.

                        Ils ont ensuite virés petit à petit dans un discour patriotique « pro-interrets US », sont devenus des notables (comme les 68 de chez nous), pour deboucher sur ce que l’on connait aujourd’hui, les « Neo conservateurs »...

                        J’espere que la France sera se preserver de ce genre d’individus.


                        • hasting powder (---.---.64.135) 26 octobre 2006 15:46

                          la diagonale vaut le club skulls&bones de bush ... sarko est le miniclone de bush !


                          • Yzokras (---.---.34.188) 26 octobre 2006 15:54

                            A l’Olivier qui fait un raccourci erroné à 14h22,

                            Bien sûr, vous avez raison sur le fond : les électeurs décident en final, encore que, avec Sarkozy, ce ne soit pas si sûr, mais passons....

                            Ceci dit, éclairer les électeurs avant de voter sur ce que les peuples du monde pensent d’un homme qui veut les « présider » ne me paraît pas ni inutile, ni anti-démocratique.

                            L’avis des autres peuples sur Sarkozy peut être indicatif pour les électeurs français, non une obligation.

                            Et pour mémoire, la politique de G W Bush, ami de Sarkozy, a coûté quelques problèmes « existentiels » aux citoyens américains à l’extérieur de leur pays.

                            Je ne voudrais pas être bientôt « menacé » en voyageant à cause de la politique « bushiste »,voire agressive vis à vis des autres pays, du Président de mon propre pays.

                            Il n’est pas interdit de tirer les leçons de l’expérience malheureuse, voire désatreuse des autres.

                            Un peu comme à l’école, en somme ! Mais l’école des citoyens électeurs....


                            • olivier (---.---.229.136) 26 octobre 2006 16:32

                              mon propos visait surtout le peu credit qu’on peut apporter a vos affirmations. Je suis enclin a croire qu’en Asie et en Afrique il y ai des etres humains qui n’aiment pas Nicolas Sarkozy. Mais c’est votre experience, bref c’est forcement un raccourci. Du coup je suis sur qu’il y en a qui pense l’inverse. Alors on fait quoi si je dis : « En Asie et en Afrique certains etres humains aiment Sarkozy » Qui a raison ? Comment on etaye ? Ca prouve juste que vous avez rencontré des gens en Asie ou en Afrique qui sont d’accord ! En meme temps qui se rassemble s’assemble. Avez vous chercher des sympathisants Sarkozy en Afrique ? Dans une certaine classe sociale on a a peu pres les memes avis. Avez vous frequentez des pauvres ? des riches ? des classes moyennes ?

                              Et puis admettons que certains aient un avis, il faudrait verifier qu’il est pertinent et etayé. Je vous rappelle que Sharon Stone pour la sortie de Basic Instinct 2 est venu dire sur France 2 que le CPE c’etait mal ! Bah oui elle arrive en France et y’a des manifs. Peut-on en conclure que Sharon Stone ai un avis pertinent sur le code du travai en France ? Peut-on conclure que tous les americains etaient contre le CPE ? Deja qu’on ne sait pas trop si elle n’etait pas manipulé ...

                              Sinon je doute cinceremment qu’en Asie et en Afrique la majorité des gens se soucient d’un evenement a venir qui ne va pas les concerner directement.

                              Et pour finir, je vous rappellerai que en 2004 le majorité du monde souhaitait voir Bush perdre. Par pur reflexe nationaliste (et a mon avis c’est logique), les electeurs Americains ont reconduit notre ami Georges. Donc j’oserai dire que si le monde entier vote CONTRE Sarkozy, alors nous allons l’elire. Du coup vos affirmations, meme si elles sont vraies et bien elles sont contre productives. Enfin la j’extrapole mais je suis pret a le parier


                            • (---.---.37.70) 26 octobre 2006 23:28

                              « Je suis enclin a croire qu’en Asie et en Afrique il y ai des etres humains qui n’aiment pas Nicolas Sarkozy. »

                              Ouais, bah nous en France, on n’aime ni les Asiatiques, ni les Africains.


                            • olivier (---.---.229.136) 27 octobre 2006 11:35

                              je ne vois pas pourquoi tu n’aimes pas les Africains et les Asiatiques. Surement par meconnaissance. Quand je ne comprend pas un chose, j’essaie d’inverser la situation.

                              Imagine que tu vis dans un pays Afraicain ou les famines sont courante et que tu n’as aucun avenir. Si tu vois a la tele les pays riche d’Europe ou on a tellement de bouffe qu’on se permet d’en jetter dans nos poubelles. Tu fais quoi ? tu prends un pirogue au risque de ta vie parce que tu as un faible espoir d’ameliorer ton quotidien ? Moi oui je le ferai.

                              Imagine que tu vis en Chine et que tu n’as pas de travail. Tu penses quoi de l’europeen qui dit partout que tu lui piques son boulot ? Moi je trouverai qu’il exagere parce qu’il a un niveau de vie indecent par rapport au mien. Il a de quoi se soigner et en plus il est libre de parler. Du coup je serai content que les entreprises delocalises.

                              Bref on est tous des humains, tout est question de point de vue.

                              ps : je parie que tu vas me dire que le type si il a la tele, il est pas pauvre. C’est pas faux mais ca ne repond pas a la question. C’est juste une facon de pas repondre :o


                            • Dragoncat (---.---.246.87) 26 octobre 2006 16:06

                              Passionnant !

                              Vous nous révélez que des groupes d’influence travaillent à promouvoir Sarkozy... Incroyable ! Cet homme est ministre d’état, il postule aux prochaines présidentielles et il a des gens qui oeuvre à développer son influence ??? smiley

                              On pensait tous qu’il faisait lui-même ses tracts sur une polycopieuse dans son garage et que Cecilia collait les timbres le week-end !

                              Entre le « club des amis de Jacques Chirac » et autre groupes d’influence du même genre. De nombreuses structures d’influence, plus ou moins noyautées par tel ou tel parti politique, travaillent en France pour promouvoir leurs idées.

                              Le fait de nous présenter cela comme une loge ultra-secrète frôle le ridicule. Etes-vous sûr que les membres de ce groupe ne portent capes et cagoules pour être plus discret ? Et ils donnent un mot de passe à l’entrée des Bain-douches non ? smiley

                              La seule véritable information de tout cela, c’est que le PS n’est plus que l’ombre d’un parti politique. Perdu dans ses contradictions, sa démagogie et ses luttes internes. Et ça pousse certains de ses membres à se tourner vers Sarko ? Ben oui ! C’est surement regrettable. Il vaudrait mieux avoir un PS plus fort et plus crédible pour avoir un débat intéressant l’année prochaine. Ce n’est pas le cas et les politiques se réorganisent en fonction de la réalité.

                              Il faut effectivement nous inventer des comploteurs super-secrets se réunissant dans les catacombes les nuits de pleine lune pour rendre ça passionnant...


                              • Jean (---.---.15.62) 26 octobre 2006 16:29

                                Rdv aux prochaine elections, tu pourras te rendre compte que beaucoup trouvent qu’il y a bien plus de debat d’idée, de democratie et de volonté de changement au PS que dans les incantation steriles et sans resultats du petit homme de l’UMP*.

                                *Mr « la rupture avec moi meme qui gouverne depuis quatre ans »


                              • (---.---.103.223) 26 octobre 2006 20:35

                                « La rupture de Sarko avec lui même »

                                C’est Sego qui a sorti ça. Et ça fait peur pour une énarque.

                                Ne pas savoir la différence entre être ministre et être président, avec un mandat électif, est digne d’un lecteur d’AV mais certainement pas d’une femme qui se dit instruite.

                                Fermons cette école d’élites à deux ronds.

                                En même temps, elle était sortie 95éme de sa promotion... loin derrière Villepin, c’est dire.


                              • Jean (---.---.88.174) 26 octobre 2006 21:02

                                D’abord la « rupture avec lui meme » , j’ignorais que MD SR l’avait dit, mais quand je l’ai ecris, ça venais de moi.

                                Enfin faire croire qu’on est en rupture avec un gouvernement au quel on participe depuis plusieurs années, si ça marche voila bien la preuve de la credulité de l’electeur Moyen de l’UMP....

                                Enfin vous critiquez cette école et dans la meme phrase vous vous en servez comme d’un referent pour juger MD Royal...un peu de coherence svp, on dirait du Sarkozi qui annonce tout et son contraire dans le meme discour.


                              • Sam (---.---.116.120) 26 octobre 2006 16:37

                                Intéressant et bien fouillé.

                                J’imagine qu’il y en qui cumulent une inscription à la Diagonale et leur petite entrée chez Ségolène Royal. Dans la série « mets pas tous tes oeufs dans le même panier » et « bouffe à tous les rateliers ».

                                Je me demande, quand même, comment des socialistes qui ont passé vingt, trente ans, dans leur parti, et avec des responsabilités, arrivent à mettre sous le boisseau leur engagement fondamental au côté du peuple que Sarkozy méprise et piétine chaque jour.

                                Boeckel et autres se regardent-ils dans la glace en se rasant ? smiley


                                • sagamore (---.---.75.103) 26 octobre 2006 16:41

                                  voila bien le genre d’article prétentieux ,fielleux et délateur dans la droite ligne du totalitalisme de gauche.Dans ce qui est supposé etre encore une république,la liberté de penser existe et chacun a le droit d’etre pour ou contre et de défendre ses opinions.Je n’ai rien contre le fait que des gens de gauches désemparés par les errances de mademoiselle Royal et sa démagogie galopante se retrouvent aux bains douches pour apporter leur soutient à Sarko.C’est démocratique et rassurant de penser que ces gens la prennent conscience des faiblesses et des manques de celle qui voudrait apparaitre comme la seule réponse à tous les maux dont souffre notre pays.Et panpan culcul à ceux qui ne sont pas d’accord.Et si le Figaro fait le point sur ce qu’est vraiment cette grande stratège qui a transformé la région Charentes Poitou en un vaste laboratoire de ses méthodes de gouverner,avec les résultats mitigés que l’on sait et le peu de soucis des individus qu’elle affiche clairement au point de faire supprimer dans les lieux publics le nom de ses prédecesseurs(sic),je suis d’accord .Quand le meme journal dresse un constat vérifiable de son manque d’assiduité en tant que politique élue à l’assemblée ou dans l’exercice de ses précédents ministères,je suis encore d’accord au nom du principe démocratique.Car si elle a brillé dans la vie pollitique,c’est surtout par son absence !Pourquoi aurait on uniquement le droit de l’encenser et de vouer aux gémonies Sarko et les autres qui ne partagent pas ses faibles idées ?De toute façon la France est dans la merde grave et ce n’est surement pas Gogolène,bimbo emblématique de la starac politique qui peut l’en sortir.Une femme président,oui,mais de grace surtout pas celle là !!!

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès