Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > La direction du PS en plein pataquès

La direction du PS en plein pataquès

François Hollande et J-M Ayrault ont déclaré que les parlementaires PS refuseront de se rendre au congrès de Versailles qui est convoqué pour voter pour ou contre le changement constitutionnel en vue de la ratification ultérieure du traité modificatif de Lisbonne.

Un nombre important de parlementaires du PS ont immédiatement dénoncé ce qu’ils considèrent comme un coup de force, car selon leurs dires, ils n’ont jamais été consultés sur cette décision. L’actuel secrétaire et le chef du groupe PS de l’Assemblée nationale, selon leur propre déclaration , veulent, par là, masquer les divisions du PS sur la question de savoir s’il fallait approuver ou non, non pas le traité de Lisbonne, mais la procédure parlementaire promise par le président de la République pour le ratifier.

Or nous savons par ailleurs que la majorité des parlementaires du PS, ainsi que François Hollande et J-M Ayraut sont d’accord pour approuver le traité par la voie parlementaire, donc sans référendum. Une minorité, par contre, demande un référendum sur la ratification du traité en espérant renouveler l’opération de 2005 qui a vu le non l’emporter contre la majorité et la direction du Parti, et est prête à voter non à la modification de la constitution pour voter non par référendum à la ratification du traité, ce qui est cohérent. Une autre minorité, sans doute plus petite, se déclare prête à voter non au changement de la constitution par le congrès, donc à participer au vote concernant ce point, pour exiger un référendum sur le traité afin de l’approuver par cette voie. Ce qui est passablement tordu, mais a sa logique (complexe) dès lors que le PS s’est prononcé pour la procédure référendaire.

François Hollande et J-M Ayrault, pour préserver un faux-semblant d’unité en forme de faux-nez ostentatoire, ce qui ne peut que les décrédibiliser, croient pouvoir réconcilier l’inconciliable en refusant la procédure parlementaire sur ce qui n’est pas le traité, afin d’approuver celui-ci par cette voie. Aucun adhérent du PS dont je suis ne peut accepter une telle confusion politicienne qui confine au grotesque.

Il est triste de voir des dirigeants politiques, pour préserver un leadership chancelant, se conduire d’une manière aussi irresponsable et se prendre à ce point les pieds dans le tapis, et encore plus de les voir prendre leurs électeurs et les adhérents, voire les parlementaires de leur parti, pour des imbéciles.


Moyenne des avis sur cet article :  4.13/5   (23 votes)




Réagissez à l'article

33 réactions à cet article    


  • tvargentine.com lerma 10 janvier 2008 09:44

    Le mieux serait de faire un référendum pour résoudre un certain nombre de questions aussi bien sur le nouveau traité,que les 35h,que les services minimum.

    Les français pourraient s’exprimer sur ces points importants

     


    • jeanclaude 10 janvier 2008 10:23

      Analyse partagée avec l’auteur. Mais quoi qu’ils fassent vis à vis du traité, les dirigeants socialistes sont dans une position délicate. Surtout avec leur gauche qui les épingle facilement sur ce sujet.


      • tvargentine.com lerma 10 janvier 2008 10:26

        Est-il normal que les citoyens de Paris Ile de France qui ont déjà du mal à se trouver un logement décent financent avec les impôts des logements au Pérou ?

        Bien sur,ce pays est pauvre,mais nous avons aussi de la misère et des mal logis dans notre régionhttp://www.iledefrance.fr/lactualite/international/international/reconstruc tion-de-490-logements-au-perou/

        Au regard des subventions accordés par notre ami JP Huchon,il est inquiétant de voir le mépris des "socialistes du marketing" pour les pauvres en france

         

         

         


        • JL JL 10 janvier 2008 10:57

           

          Sylvain Reboul vous écrivez : "" Aucun adhérent du PS dont je suis ne peut accepter une telle confusion politicienne qui confine au grotesque."" Le pb c’est que si vous avez raison sur la forme, vous bottez en touche quant au fond : en effet, les adhérents du PS sont eux-mêmes divisés sur ces problèmes, ce que votre article fait mine d’ignorer.


          • Sylvain Reboul Sylvain Reboul 10 janvier 2008 12:22

            Même et surtout les nonistes du PS n’y comprennent rien, quant aux ouistes dont je suis encore moins...

            Ce qui est absurde reste absurde ; quelles que soient les divisions des adhérents, il faut avoir le courage de prendre ses responsabilités et faire preuve d’esprit de décision et non pas de faire semblant de critiquer pour approuver, car, comme vous le savez, seules les voix des votants comptent au congrès constituionnel et pas celles des absentionistes. Là dessus NS s’est fait une joie d’enfoncer le clou, c’est de la part de la direction du PS tendre le fouet pour se faire fouetter.

            Désolé, c’est désolant !


          • Jocrisse Jacques 10 janvier 2008 18:50

            Monsieur Reboul,

            Bravo pour cette déclaration d’honnêteté intellectuelle ! Le jeu politicien (gauche-droite-centre) est parfois consternant de bêtise et provoque la confusion dans nombre de têtes.

            Bien que n’étant pas du même bord politique que vous, je tiens à vous faire part de mon respect pour cette prise de position courageuse sur laquelle nos élus nationaux devraient prendre exemple. Je suis convaincu que beaucoup d’élus du PS sont de votre avis, mais songent à leur future investiture, voire au soutien pour les municipales (idem pour les UMP dans un tel cas).

            Encore un bravo très sincère.

             


          • SALOMON2345 10 janvier 2008 10:58

            Lorsque la passion (ici la rage) est le directeur...la raison fout le camp et conduit au ...suicide ! Il est malhonnête de feindre, en s’abstenant (ponce pilate) et en connaissant pertinemment la conséquence de cette posture laquelle interdit ce que la morale démocratique exige : faire ou défaire, par le même outil et par le même chemin, la force du OUI et du NON  !

            Pire que Pincchio, tout se voit sur le visage de ces sophistes et, comme les affaires URBA et autres saloperies dont ils demeurent toujours moralement comptables à mes yeux, ils accréditent hélas le slogan de Guy BEDOS : " c’est dur d’être socialiste, surtout quand on est de gauche !"


            • Plum’ 10 janvier 2008 11:04

              François Hollande préfère soutenir la forfaiture de Sarkozy qui accepte la Constitution européenne que les Français ont rejetée. Ce qui a été décidé par référendum ne devrait être changé (surtout en sens contraire comme ici) que par référendum. C’est en ce sens que « Il est triste de voir des dirigeants politiques, pour préserver un leadership chancelant, se conduire d’une manière aussi irresponsable. » Mais ce sens là, M. Sylvain Reboul, ardent défenseur du Oui, refuse de le comprendre. Notre démocratie part en lambeaux...


              • Sylvain Reboul Sylvain Reboul 10 janvier 2008 13:45

                Les français auraient donc dû voter en majorité pour SR et non pour NS. En votant pour NS ils ont donc opté pour la voie parlementaire. En démocratie ce sont toujours les dernières élections qui comptent. Il n’ y a pas à le regretter, sauf à refuser le droit à l’alternance poltique qui est un des fondements du régime démocratique. Aucune décision en démocratie ne peut être présentée comme valant éternellement et absolument ; même pas une décision constitutionnelle. Le démocratie est le seul régime non-métaphysique et de ce fait libéral.

                Je ne fais aucun fétichisme à propos de la procédure du référendum qui n’est pas nécessairement la procédure la plus démocratique pour décider d’une politique cohérente sur des sujets d’une haute technicité (essayez de lire le traité de Lisbonne qui a reçu l’accord après négociation de tous les partenaires de l’UE ; vous ne pouvez pas exiger que tous le lisent, ainsi que les annexes) . Il est même interdit par la constitution allemande comme un danger pour la démocratie...La preuve que le référendum n’est pas une panacée pour prendre des décisions politiques difficiles, a été administrée par les nonistes eux-mêmes ; tous étaient d’accord sur le non mais en désaccord complet sur une alternative positive : être d’accord sur ce que l’on ne veut pas, ne signifie pas qu’on le soit sur ce que l’on veut. La situation aurait été différente si deux plans avaient été proposés au suffrage.

                Il est toujours plus facile de dire non que oui, mais plus irresponsable ;

                Non, non, nonon, on...on, nonnonnon , comme l’enfant buté qui dit non en se tapant le tête contre le mur ou la fameuse poupée de la chanson...


              • Plum’ 10 janvier 2008 16:04

                « Les français auraient donc dû voter en majorité pour SR et non pour NS. En votant pour NS ils ont donc opté pour la voie parlementaire. »

                Mais pas du tout et vous le savez fort bien. D’une part une élection à la présidence de la république n’est pas une élection sur un traité européen. D’autre part le candidat Sarkozy avait promis un mini-traité simplifié et il nous fait aujourd’hui avaler un traité plus compliqué que la constitution elle-même et reprenant ce que les Français avaient refusé. C’est bien une forfaiture.


              • alcyon 14 janvier 2008 00:45

                Contrairement à votre commentaire, je pense qu’en démocratie aprés un référendum, le respect du peuple exige un nouveau référendum surtout sur un sujet aussi essentiel que l’europe qui doit être l’europe des peuples et non une pure construction technocratique au service de la haute finance, la procédure parlementaire restera dans l’histoire un déni démocratique, car enfin une large majorité s’était prononcée en faveur du non et je ne pense pas que les imbéciles se comptaient dans les rangs du Non contrairement à se que les biens pensant du oui dans la grande résonnance du rouleau compresseur médiatique laissaient entendre. Ce qui n’est pas une surprise aujourd’hui s’est la trahison de François Hollande dans le même exercice qu’hier....Ce représentant de la gauche caviar a fait beaucoup de mal au PS plus vite il partira mieux ça sera !


              • grangeoisi 10 janvier 2008 12:04

                Je suis tout à fait d’accord avec Plum’ . Ce qu’un référendum a fait ne peut-être défait que par un autre réfrendum. Et ce quelque soit l’ idée que l’on se fasse de la constitution européenne.

                 

                Lerma je suis d’accord aussi avec toi :un référendum serait nécessaire sur des questions de fond. La politique menée en ce moment fait plus appel au brassage d’idées et effets d’annonces qu’à des réelles options.Il est temps de trancher ces noeuds gordiens ce qu’ aucun politique ne semble être en mesure de faire ni d’oser faire.


                • samedi 10 janvier 2008 14:10

                  J’ai émis l’hypothèse que François Hollande ne désespère pas un retour à la gouvernance pour le PS et la gauche, ou la socio-gauche, et que c’est la raison pour laquelle il serait prêt à fouler aux pieds le referendum, en plein accord tacite avec l’UMP.

                  Car si le "non" l’emportait à nouveau, la socio-gauche revenant à la gouvernance, elle serait à nouveau gênée par le refus du mini-traité et ce serait comme si elle l’endossait à nouveau et s’en rendait responsable.

                  Raisonnement tordu puisque chacun sait pertinemment que le traité a été refusé en 2005 par des électeurs qui n’ont pas suivi de consignes de vote et qui ont voté en conscience. D’aucuns disent pour désavouer Chirac, pour désavouer Jospin, chacun y va de son explication, moi je ne sais qu’une chose, ce traité a été rejeté et il revient sans modification substantielles dans un contexte de tensions accrues sur le front de l’emploi, du chômage, des disparités d’accès au pouvoir d’achat et de paupérisation.

                  Vous pensez bien que ni Sarkozy ni Hollande ne vont prendre le risque de se faire désavouer une seconde fois. Ils se disent prosaïquement, les deux, que leurs jours sont comptés en tant qu’élus mais que ce traité passera quitte à faire un coup de force.

                   

                   


                  • Sylvain Reboul Sylvain Reboul 10 janvier 2008 14:45

                    Vous oubliez un point central dans votre argumentation : les nonistes se sont effondrés en 2007 par leurs fautes (total désaccord entre eux !) et les français ont compris qu’il n’ y avait rien à tirer de ce côté et ont voté ultra-majoritairement pour 3 candidats ouistes au premier tour et pour le candidat ouiste qui refusait le référendum aux deuxième tour afin de ne pas renouveler l’expérience de 2005 en forme d’impasse désastreuse pour l’Europe et la France .


                  • samedi 10 janvier 2008 16:51

                    Tout au contraire, mais tenez compte des circonstances. Qui étaient candidats aux primaires : DSK, Fabius et Royal. Fabius noniste, n’était pas populaire, DSK aurait pu l’emporter si Royal n’avait pas été soutenue par des militants de la dernière heure. Les jeux étant faits (ou pipés), il ne convient pas d’utiliser cet argument.

                    Elargissons le tour, nous avions 3 candidats majeurs ouistes : Sarkozy, Royal, Bayrou. Cela devait-il faire changer la perception de l’Europe aux électeurs réfractaires ? Si oui, ne nous retenons pas, votons. Dans le doute : abstenons-nous. Et le tour est joué. Des fois qu’en fait, ce maudit électorat décide de n’en faire qu’à sa tête car décidément on ne peut se fier à personne.

                    A mon avis, c’est le doute qui les contraint à faire l’impasse sur le referendum, et ce d’autant plus que Sarkozy fait à peine mieux en terme de popularité que Chirac et Villepin à la fin de leur mandat. Il n’a plus de marge pour convaincre et aucun résultat dont se targuer. Le "non" pend donc au nez de Sarkozy mais aussi de Hollande par ricochet car lui aussi est devenu impopulaire.

                     

                     


                  • Le péripate Le péripate 10 janvier 2008 20:57

                    Non, la gauche noniste ne s’est pas effondrée. Elle a voté utile (PS). Vous le comprendrez quand une gauche radicale réduira le PS a l’etat de groupuscule, ou de Modem bis.


                  • Forest Ent Forest Ent 10 janvier 2008 14:45

                    Tiens, on est d’accord pour une fois. smiley Je suppose que c’est pour des raisons opposées, mais le résultat est le même : il paraît probable que le PS ne survivra pas à l’épisode TCE-bis.


                    • haddock 10 janvier 2008 14:51

                      La déconfiture est dûe à un manque de pectine .


                      • jide 10 janvier 2008 16:18

                        L’Europe, Sarkozy et Hollande aurront significativement contribuer a enlever la pectine du PS. A force de faire le grand ecart, le parti se retrouve incapable d’assurer sa propre logique interne. Alors presenter un front uni face a Sarkozy, faut pas rever. L’autre, pendant ce temps en profite pour detricotter le Front Populaire et Mai 68...

                        http://jide.romandie.com


                      • patviro1 10 janvier 2008 18:21

                        pour e...... les mouches les socialos sontles meilleurs


                        • Abraracoutrix 10 janvier 2008 18:46

                          Bon, il y a bien François et ses copains-copines. De temps en temps, ils apparaissent sur notre petit écran histoire de nous faire rire un peu -ou pleurer- et puis s’en vont...Trois petits tours et hop, on retourne dans les salons dorés de la Rue Solférino avec petits fours et ...mousseux (diable, àprès la déculotté de 2007 faut qnad même pas pousser, le champagne, vous n’y pensez pas !) Alors que François ou Jean-Marc ou Paul, ou Jacques, ou Elisabeth ou Martine, ou tous les autres fassent leur numéro, on s’en fout ! Le PS n’est plus qu’une vieille barquasse qui prend l’eau de toutes parts, les nouveaux-ex adhérents à 20 € s’en sont retournés chez eux, les anciens (comme moi) ont rendu leur carte, ne reste plus que la vieille garde qui sent la naphtaline.


                          • C.Laborde 10 janvier 2008 20:28

                            Il y a aussi des opposants à droite. Donc difficile oui, impossible non.


                          • duffy duffy 10 janvier 2008 21:08

                            Qui peut croire un seul instant à la portée de la réaction d’un parti politique qui n’est plus qu’un conglomérat d’élus. Totalement déconnnecté des citoyens de France, le PS se plaît à croire qu’il représente une alternative politique construite. Sur le problème de l’Europe, par exemple, ...

                            Un pas en arrière, deux pas en avant, dansez mes frères, pendant ce temps, les émirs socialistes éclairent votre conmpréhension du monde.

                            Laurent Fabius et Mélanchon partisans du non lors du référendum sur le projet de traité constitutionnel européen, François Hollande et Ségolène Royal, tous deux partisans du oui à la même échéance, que les truies que nous sommes y retrouvent leurs petits.

                            Plus largement, dans un régime démocratique tel que le notre, il convient pour un parti politique de se doter d’un leader, avant même de définir les contours précis du programme qu’il va présenter aux électeurs.

                            Manifestement, le PS en est bien incapable. Son avenir le plus probable est qu’il va doucement décliner pour bientôt disparaître, entrainant dans son sillage les ambitions décues de Madame Royal, de Monsieur Delanoé, et de quelques autres qui seront obligés dés lors de changer de fonds de commerce. Ainsi va la vie, si l’on oublie de se remettre en question, parfois on ne peut que disparaître.


                            • ddacoudre ddacoudre 10 janvier 2008 23:52

                              bonjour duffy.

                               

                              j’ai compris ce que tu veux dire mais les leaders ne sont pas la caractéristique de la démocratie où le leader porte le programme défini par les hadérents de son parti.

                              le ps n’échappe pas à cette scision entre son élite et le peuple et j’espère pour sa renessance qu’il n’échapera pas à une scission.


                            • moebius 10 janvier 2008 23:07

                              100% d’accord avec l’analyse de l’auteur ets a brillante synthése," nous n’y comprenons rien"....le faux nez ostensatoire est pas mal non plus.... Le PS est en etat d’ appessanteur, il attend sans doute la fin des municipales ; d-une autre élection inyermédiaire ou les conlusions d’un éniémé congrés miraculeux pour prendre enfin un certain nombre de décisions collectives suite a cette élection calamiteuse de 2002, cette parenthése qui reste béante, cet échec dont toute la responsabilité devra peser évidemment sur les épaules de Ségoléne


                              • ddacoudre ddacoudre 10 janvier 2008 23:42

                                bonjour S Reboul.

                                Dans ta réponse à plum tu vas vite en disant qu’en votant Sarkosy il faut en déduire que les français étaient pour le vote parlementaire, tu oublies deux choses, que les seuls vrais partisant s de NS sont ceux du 1e tour, le second n’étant qu’un choix restreint par élimination, qu’ensuite NS avait dit qu’il tiendrait compte du non exprimé au cours duréférendum.

                                Pour la diffiulté de fond, la question que vous avez à solutionner est de savoir si vous étes les héritiers du socialisme utopique (malgré ses erreurs)qui placait l’homme au centre de ses choix politique ou si vous considérez toujours depuis la reconnaissance de la loi du marché que l’homme n’est qu’un être marchand que l’on peut vendre pour de la monnaie, (il faut se souvenir des changements phrasologiques sous jospin).

                                La question demeure de savoir si vous voulez une société entreprenariale (dirigé par ses principes totalitaires) ou une société qui se sert de l’outil qu’est l’entreprise pour s’assurer une meilleure existence.

                                La question est de savoir si vous étes prêt à vous lancer seul dans une autre voie que celle de "cirer les pompes" des posssédants parce que toute l’europe le fait et qu’elle se construit dessus.

                                La question et de savoir si vous voulez porter un idéal politique ou si vous voulez être une écurie présidentielle, avec autre idéal politique que la loi du marché que partage Bayrou et NS.

                                La question est de savoir s’il vous est devenu impossible d’avoir une pensée qui ne soit pas monétariste. Sur ce terrain même Sarkozy vous à coupé l’herbe sous les pieds avec son slogan de politique de civilisation, même si à la suite de la lepénisation des esprits dont il sait fait le leader il ne développera qu’une politique Vichysoise.

                                bon courage cordialement.

                                 


                                • TSS 10 janvier 2008 23:54

                                  @léon

                                   

                                  vous partez d’un vote 2/3 1/3 donc 606/303votes !

                                  hors dans ce cas c’est la majorité des 3/5 donc ce n’est pas 303 mais 364 votes contre qu’il faut !

                                  mais il ne faut pas oublier que pas mal, à droite,sont pour le NON !!

                                  sarkho avait dit il y a quelque temps si on procède par referendum en Europe ,la majorité des pays voteront Non et les gens du Ps Ouistes le savent aussi parfaitement donc ils baissent pavillon !!

                                  au fait que sont devenus Dupont Aignan et de Villiers les pourfendeurs du OUI ?


                                  • tvargentine.com lerma 12 janvier 2008 13:41

                                    Mais ou se trouve le PS ?

                                    Ou se trouvent ses responsables qui se prétendent "socialistes" et qui sont incapable de faire entrendre leur différence ?

                                    Julien Dray semble vouloir rentrer avec Jack Lang dans le prochain gouvernement de Nicolas Sarkozy et reconnait que la candidature de Ségolène ROYAL est une voie sans issue

                                    Tout est à reconstruire et nous verrons peut etre dans 10 ans un nouveau Parti socialiste plus prés du peuple que de la misère du reste du monde et qui auront autre choses à nous proposer que la compassion comme programme sociale et le partage de la misère économique comme programme économique.

                                     


                                    • Céphale Céphale 12 janvier 2008 14:46

                                      @Sylvain Reboul

                                       

                                      Ce dernier coup de force de François Hollande est lamentable. La direction du PS me fait penser à un royaume en décomposition comme dans Shakespeare. "A horse ! a horse ! my kingdom for a horse !" (Richard III). Héros d’une tragédie, Hollande et ceux qui l’entourent sont victimes d’un processus dont ils ne sont pas maîtres.

                                       

                                      C’est une longue histoire qui remonte à la fin du règne de Mitterrand. Aucun des dirigeants actuels n’est responsable de la déroute, aucun plus que les autres, mais aucun n’a eu assez d’intelligence et de force de caractère pour s’imposer à la tête du parti. Ceci finira bien par arriver un jour, mais quand ?
                                       


                                      • tvargentine.com lerma 12 janvier 2008 14:50

                                        Pour avoir écrit ici que HOLLANDE & ROYAL se comportaient comme des CAUCESCU à la tête du PS ,vous comprendrez que la meilleure façon d’obliger ce parti à changer tout,c’est de ne pas voter pour leur candidat aux municipales

                                        Il faut détruire le conservatisme du PS pour construire un nouveau parti socialiste plus juste et réaliste qui ne soit pas social-libéral

                                        La seule manière de mettre une FIN (THE END) à ce cirque c’est une bonne raclée aux municipales


                                        • Ar Brezonneg 12 janvier 2008 18:08

                                          Votre parti n’est plus qu’une coquille vide et creuse... De mlême que l’UMP ou le Modem

                                          Sans projets de société...

                                          Le PS n’est même plus Républicain au sens propre du terme ! L’a-t-il été depuis Mandès-France ?

                                          Le PS ets un aggrégat analogue à l’UMP... De gens assoiffés de pouvoir, de prébendes et de "petits ou grands" arrangements entre amis.

                                          DE renoncement en renoncements à la morale républicaine, ils ont oublié ce qu’était la Nation, la République, la Patrie et enfin la France qu’ils sont en train de démanteler... C’est une politique globale de décivilisation qui est en cours !. Le pouvoir en fait ? L’ont-ils encore ? Puisqu’ils se contentent de reprendre des directives édictées par Bruxelles (autrefois c’était "Coblence" !)... On voit bien chaque jour que tous ces actes politiques ne consistent plus qu’à inaugurer les chrysanthèmes ! Ou à consoler la veuves et l’orphelin...

                                          Les jeunes -diplômés ou non- se demandent s’il faut partir ou rester.... Certains se demandent s’ils vont avoir encore du travail...qui part en Chine (délocalisation est un mot à la mode...) Les soupes populaires débordent....

                                          Il suffit de regarder un Hollande (en l’écoutant...) de même que certains leaders de droite, tous fabriqués par des officines de communication (autrfois cela s’appelait "réclame", "propagande" pour se rendre compte que cela sent le fabriqué, le frelaté, et enfin que cela sent le malheur pour notre pays....

                                          Cela sent l’ancien Régime : 1788 !....

                                          C’est la désespérance !... Il y en a marre de ces politicards...


                                          • yves de mesanger yves de mesanger 13 janvier 2008 11:12

                                            Le débat civique et civilisé dans l’ espace républicain fait appel a la tolérance parfois à l’indiférence mais surtout à l’expression de son propre engagement . Le manque de créativité de nos (représentants politiques) n’est que le reflet de la contestation stérile de cet article.Le combat quotidien sans soutiens, sans moyens au plus profond de notre territoire rural contre les abus des marionéttistes industriels me permet d’espérer que le pot de terre n’est pas ébrècher dans toutes les tètes

                                            yves


                                            • moebius 13 janvier 2008 22:00

                                              le ps a voté oui ala constitution est ce que l’immense majorité du non a réussit a se structurer a présenter un projet ou un anti projet cohérent ? non, la preuve ici... alors et bien qu’elle continu a se prendre la tete, mais c’est stérile et c’est peut etre pas fini mais ça nous a peut etre couter la présidentielle et celle qui vont suivre. La situation actuelle de la gauche doit beaucoup à ce désaccord. Le mieux au lendemain du référendum aurait été d’assumer cette nouvelle donne plutot que de tenter un compromis impossible.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès