Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > La droite dos au mur, la droite droit dans le mur

La droite dos au mur, la droite droit dans le mur

Largement battue au premier tour des échéances régionales, la majorité présidentielle, qui n’a réuni que 27,3% des suffrages exprimés sur le plan national, s’apprête à vivre un week-end cauchemardesque dans quelques jours car seule l’Alsace peut lui échoir. Les listes socialistes, ont elles rassemblées 29,1% des suffrages, démentant ainsi les enquêtes d’opinion qui les plaçaient derrière le parti de la majorité. Ségolène Royal, avec 38,9%, peut se gratifier du meilleur score en France Métropolitaine, Martin Malvy dans le Midi-Pyrénées exclu. Une alliance avec les écologistes dès le premier tour, elle l’a souligné hier soir sur France 3, lui aurait permis d’être réélue à la présidence du conseil régional de Poitou-Charentes dès le premier tour. Tout un symbole. En Alsace, une des deux seules régions encore détenues par la majorité, le rapport gauche/droite lui est largement favorable (41,15% pour la gauche parlementaire et extra-parlementaire contre 57,23% pour la droite) mais le maintien au second tour du Front National rend ce rapport de force quasiment équilibré. En PACA et dans le Nord-pas-de-Calais, le Front National a manqué de peu l’exploit, et talonne de très près les listes de la majorité : une performance qui est l’oeuvre de Jean-Marie Le Pen, qui clôt sa carrière politique avec un excellent score, 20,29%, et de sa fille, qui a rassemblé 18,31% des suffrages dans le Nord contre 19% pour la ministre Valérie Létard.

 

La droite engagée dans une spirale négative

Pour la droite, ce premier tour est une véritable débâcle. Certes, 27,3% correspond à plus du quart des suffrages exprimés, et il s’agit d’un score bien supérieur à celui qu’a obtenu la majorité à nombre d’échéances, comme aux européennes 1994, 1999, 1979 ainsi qu’aux municipales 2008. Cependant, pour une majorité arc-en-ciel qui réunit aussi bien la droite souverainiste avec Philippe de Villiers que les sociaux-libéraux de la Gauche Moderne, et qui ne peut compter sur aucune réserve de voix au second tour puisque le Front National se maintiendra dans douze régions, c’est minime. D’autant plus que cette performance place la droite dans une situation délicate : incapable de construire une majorité au second tour depuis les législatives, elle est entraînée dans une spirale négative qui rend délicate la réélection de Nicolas Sarkozy, pour trois raisons dont le président de la république n’est que relativement responsable.

Un besoin d’alternance

En premier lieu, les français ressentent le désir profond d’être gouvernés à gauche, ou plus particulièrement de reléguer dans l’opposition la droite : après quinze ans de présidence dont dix de gouvernance, à droite, les électeurs ne peuvent qu’aspirer à l’alternance. Nicolas Sarkozy n’est certainement pas coupable de ce désir d’alternance, qui s’inscrit dans une suite logique qui anime la vie politique français depuis plusieurs dizaines d’année. Si le locataire du palais de l’Elysée n’est pas coupable, il est cependant responsable. Sa politique de récupération de l’électorat frontiste au moyen d’un discours jugé réactionnaire par les électeurs de gauche, et pour le moins peu consensuel, ne peut être que défavorable à une droite au pouvoir depuis presque une décennie ! Jouer la "Génération Mitterrand" de 1988 aurait été plus judicieux...

La majorité présidentielle remise en question

L’autre erreur fut l’édification de la majorité présidentielle. Une formation aux airs de coalition tant elle est à la fois diverse mais une diversité mal gérée : il est évident que les mouvements rassemblés autour de l’UMP (à savoir la Gauche Moderne, les Progressistes, le CPNT, le Mouvement pour la France, le Parti Chrétien-Démocrate, le Parti Radical Valoisien le Nouveau Centre etc...) n’influencent guère la politique de cette majorité dont les sensibilités ne sont pas exprimées. Il manque un parti de centre droit ou conservateur aux côtés de l’UMP capable également de capter l’électorat de droite. De plus, ce dernier, avec la droite unie, n’avait que deux possibilités : l’UMP ou rien. Ceux qui ont voulu sanctionner la majorité au premier tour, se sont abstenus, se sont résignés à voter UMP ou, pour certains, ont voté à gauche ou au Front National ! Pareil dilemme provoque un sentiment de frustration et alors qu’aucune autre formation ne gravite autour de l’UMP, les électeurs, qui n’ont pu véritablement sanctionner la majorité au premier tour mais qui s’en tire avec un score tout à fait honorable, (c’est logique pour un tel rassemblement arc-en-ciel) réitéreront leur vote protestataire la semaine prochaine. L’issue en aurait été différente si d’autres mouvements avaient su capter cet électorat, réduisant l’UMP à un score miséreux certes, mais optimisant sa capacité de rassemblement au second tour. Car sûr qu’après avoir fait passer le message au premier tour, nombre d’électeurs de droite n’auraient pas adopté un comportement similaire au deuxième.

L’UMP a nationalisé le scrutin

Enfin, l’UMP, alors que le contexte politique national ne lui était guère favorable à un moment donné où la popularité de l’exécutif était à un de ses plus bas niveau, a privilégié l’investiture de figures nationales, (vingt des trente-neuf ministres étaient ainsi en lice au premier tour) au détriment de personnalités de renommée locale, afin d’éviter au maximum le vote sanction et développer une branche locale, qui fait véritablement défaut à une droite à la peine aux élections locales mais en totale réussite lorsqu’il est questions d’échéances nationales. Le PS a également ce problème d’équilibre, mais dans le sens inverse. 

 
le blog d’Alex Joubert, http://lenouvelhebdo.com
 

Moyenne des avis sur cet article :  2.47/5   (19 votes)




Réagissez à l'article

31 réactions à cet article    


    • curieux curieux 17 mars 2010 12:45

      Et pourtant, ces Alsaco méritent d’être gouverné par la Droite. Ils aiment bien


    • brieli67 17 mars 2010 12:54

      pardon ?

      même clique au pouvoir depuis 1945 si ce n’est avant !

      Il est grand temps de vider les « pistonnés » des bâtiments de la République !
      et d’instaurer de nouveaux rapports avec les média


    • Traroth Traroth 17 mars 2010 12:59

      @curieux : vous savez ce qu’ils vous disent, les « Alsacos » ?


      • wesson wesson 17 mars 2010 23:06

        Bonjour Marc. M

        "Un pervers narcissique en échec devient un fauve sans scrupule que rien ni personne n’arrête."

        Et bien déjà on en cause : M. Sarkozy s’alarme déjà des dépenses publiques de la France et d’une possible dégradation de sa note par les institutions financières. En langage de tout les jours, le gouvernement nous prépare une cure d’austérité qui feront passer toutes les précédentes comme des aimables plaisanteries. Alignement des régimes des retraites sur les moins-disant, non remplacement massif des fonctionnaires, augmentation de la fiscalité directe, tout cela chapeauté par une campagne d’affolement centré sur ce sujet de la dette, complaisamment repris par les médias qui vont s’en donner à cœur-joie de ne plus avoir à parler des burkas et des minarais dont en fait tout le monde se fout !

        Et dire que si l’état Français décidait de ne plus payer sa dette, il récupèrerai mécaniquement entre 8 et 10 points de PIB qui normalement sont consacrés au paiement des intérêts de cette dette !


      • Lisa SION 2 Lisa SION 2 17 mars 2010 11:00

        Slu Alex,

        « Pareil dilemme provoque un sentiment de frustration et alors qu’aucune autre formation ne gravite autour de l’UMP, » 12 % des électeurs, 8 % du peuple, facilement reconnaissables, insignifiants finalement...


        • King Al Batar King Al Batar 17 mars 2010 11:09

          Comme on dit chez moi :
          « C’est au pied du mur qu’on voit le mieux le mur ! »


          • LE CHAT LE CHAT 17 mars 2010 11:38

            la sarkozie peut garder le pouvoir en trichant , via le vote électronique .

            on s’y connait aussi vachement question triche au PS !  smiley


          • LE CHAT LE CHAT 17 mars 2010 12:29

            @chanteclerc

            l’UMP est champion de la modif des modes de scutin pour que ça lui soit plus favorable !
            en effet , le premier geste de Chirac en 95 a été de faire supprimer le vote proportionnel aux législatives pour flinguer le FN ! et je te parle pas de la réforme en cours pour les prochaines régionales , qu’il fassent gaffe que le FN arrive pas en tête en PACA ou Nord Pas de calais , ça pourrait se retourner contre eux ... 


          • LE CHAT LE CHAT 17 mars 2010 11:21

            Que les gens de l’UMP se consolent , une gauche comme celle là entiérement vendue aux idées néolibérales , c’est pas bien méchant pour eux ! des futures recrues en perspective .... et puis 4 ans ça passe d’une vitesse ....

            ça me fait trop marrer d’entendre la gauche va gagner , comme si gauche voulait signifier un quelconque changement !!! smiley


            • Arafel Arafel 17 mars 2010 20:20

              Gauche....droite.....gauche....droite......et ca change quoi ?
              Ils appartiennent tous à la même écurie, ils ont tous le même employeur.
              La même clique au pouvoir depuis 1945.
              Vous croyez changer les choses en changeant de parti au pouvoir, mais en réalité, vous ne faites que changer de sigle.


              • Pyrathome pyralene 17 mars 2010 14:11

                Totalement d’accord , un parti socialiste qui accepte l’économie libérale est un anachronisme caractérisé.....la gauche , oui ! mais vraiment la gauche , pas le centre droit ou un parti démocrate à la Française.....là , c’est NIET ! !
                 


              • LE CHAT LE CHAT 17 mars 2010 14:38

                @CHANTECLERC

                il est vrai qu’on est qualifié de stupides ou on a été abusé quand on vote pas dans le sens des puissants !


              • Lemaïsjekiff Nestor 17 mars 2010 14:54

                Salut Chantecler,

                Ouais, ce que je constate moi, c’est que certains Socialistes n’ont pas eu peur de rejoindre ce gouvernement, Besson, Kouchner et d’autre, par contre à l’Île de la Réunion les Socialistes maintiennent apparemment leur liste avec leur 13% au premier tour et ne veulent pas rejoindre la liste divers gauche qui elle est à 30.2%.

                Je signal au passage que la liste ump est à 26% et qu’en cas de triangulaire cette liste risque de l’emporter.

                C’est bien beau de faire des alliances avec le front de gauche en métropole, mais faudrait aussi appuyer les divers gauche quand ils sont devant au lieu de ce maintenir au profil de l’ump.

                En résumé, les socialistes qui ont parmi eux des personnes qui gouvernes avec cette majorité présidentielle demande au front de gauche de faire alliance avec eux en métropole mais préfère voir l’ump l’emporté face aux divers gauche à l’Île de la Réunion.

                Je me dis il n’y a pas photo, les socialistes sont décidément plus proches de l’ump que du front de gauche, mais n’ont pas de honte à demander les voix au front de gauche pour leur procurer le pouvoir. 


              • Lemaïsjekiff Nestor 17 mars 2010 15:00

                Chantecler,

                En fait oublie ce que je viens d’écrire, je me suis planté, apparemment c’est le gars des divers gauche qui n’a pas voulu des socialistes et apparemment il aurait à ses cotés un gars de droite.

                Je laisse tomber, je n’y comprends plus rien, je suis hors piste !


              • bretagne 17 mars 2010 15:24

                d’accord avec chantecler sur ce post : le vote , à lui seul , ne suffira pas pour sortie du bourbier actuel . Il faudra quelque part , mettre sous pression , établir un rapport de forces comme on dit an termes syndicaux , par exemple


              • Traroth Traroth 17 mars 2010 15:30

                @Chanteclerc : Ce n’est pas le « système » qui a contourné la volonté du Peuple, hein !

                Ce que vous dites, c’est que la démocratie est un mensonge. Pourtant, le peuple peut parfois manifester clairement sa volonté, guillotine à l’appui...


              • Arafel Arafel 17 mars 2010 20:25

                C’est comme la fausse droite qui accuse le FN de se maintenir au 2eme tour pour faire gagner les soi disant socialos, mais qui appele à voter socialo à Hénin-Beaumont contre le FN.
                C’est à mourir de rire....Ils nous prennent vraiment pour des cons !


              • wesson wesson 17 mars 2010 23:18

                Bonsoir Chantecler,

                "Si je partage votre opinion, quelles seraient à votre avis les chances d’un parti , qui voudrait renverser le système, donc révolutionnaire , de sortir par les urnes ? Aucune, absolument aucune..."

                Comme quoi également vous raisonnez avec assez de pertinence. C’est juste sur la conclusion que nous divergeons. Vous acceptez finalement de conserver ce système totalement sclérosé, alors que j’appelle de mes vœux cet instant catharsique qui à lui seul pourrait en venir à bout, avec tout son cortège de violence et d’injustice qui va avec.

                Et c’est pourquoi Chantecler vous êtes probablement allé voté pendant que je dévalais quelques pistes de neige fraiche bien loin de mon bureau de vote (mais rassurez-vous, je n’était pas le seul)

                Et politiquement, il est primordial pour l’oligarchie en place que l’on appelle par charité démocratie, de minimiser toute probabilité d’occurrence d’un épisode révolutionnaire. Il suffit de regarder ce qui se passe actuellement en Grèce ou en Islande, ou on ne doit plus en être très loin. Par exemple (sur l’Islande), le fait que 2% de la population soit d’accord avec la politique pourtant adoptée par sa représentation nationale me fait penser qu’il y a comme un hiatus entre les élites politiques et le peuple !


              • ddacoudre ddacoudre 17 mars 2010 15:18

                bonjour alex

                tu fais dans les sentiers battus une chose importante dans les analyse est de comparer un nombre de suffrage d’une élection à l’autre et non un taux,c’est ainsi qu’un taux peut nous indiquer un succès la où il y a une perte d’électorats. c’est désolant que les politologues n’en fasse jamais état dans les médias. car un partis qui se respectes regarde ses résultat sous ce jours là
                 l’intérêt de ces élections est d’interpréter les raisons d’une abstention en dehors de l’imbécile désintéressement. il semble exister un espèce de consensus devant ce phénomène de la part des politiques est des médias. nous en avons vu le précédent avec l’abstention des européenne 59.2%. si a l’époque nous y avions fait cas, peut-être que nous n’aurions pas celui-ci.

                si au deuxiéme tour il y a un vote massif ce qui ne sera pas le cas ceci signifierait la survenance d’un événement jugé important par les français, comme s’opposer au FN en 2002 sans que cela veuille dire un changement d’opinion que nous trouvons dans des études et qui se confirment dans les urnes. je te joins deux liens.
                http://www.agoravox.fr/ecrire/?exec=articles&id_article=71628

                CEVIPOF_Baro_principal.pdf (Objet application/pdf)

                cordialement.


                • bretagne 17 mars 2010 15:27

                  un petit délail , alex , dire l’UMP serait plus conforme à la réalité que dire « la majorité » . Et les périphrases du genre « les partis actuellement au pouvoir suite aux élections qui leur avaient donné la majorité des suffrages exprimés en 2007 » , si eles sont exactes , ellles , sont évidemment bien trop lourdes
                  PAPEMSE2007 ?


                  • ddacoudre ddacoudre 17 mars 2010 20:50

                    bonjour chantecler

                    intéressant ton lien, la seule divergence avec c’est que cette situation est plus profonde que le sarkosisme car ces sue elle que le président a surfé et qui j’espère l’emportera comme l’on efface par l’oublie un mauvais souvenir. je m’en explique dans mon lien sur le comentaire audessus.

                    cordialement.


                  • Ronald Thatcher rienafoutiste 17 mars 2010 18:56

                    c’est quoi ce système de - et de + pour les commentaires...
                    totalement con !
                    Je boycott


                    • olivier cabanel olivier cabanel 17 mars 2010 19:46

                      vu sur canal
                      un slogan que j’aime bien :

                      Sar ( K.O.)
                      merci pour votre article,


                      • fifilafiloche fifilafiloche 17 mars 2010 21:18

                        Les élections régionales sont des élections locales, vouloir en tirer des leçons nationales n’a aucun sens. On n’y élit une personnalité locale plus qu’un parti. Le cas Frêche est symptomatique, les languedociens n’ont pas voté pour le parti socialiste, ils ont voté pour un homme pour lequel ils ont un affect.


                        Toutes ces interprétations nationales à contresens me semblent plus tenir de la psychoanalyse de groupe, chaque parti voulant se rassurer et préparant ses troupes pour la seule échéance qui compte réellement : les présidentielles législatives.

                        Et dire que nous subventionnons tout ce gaspillage de salive...c’est désolant.

                        • 65beve 17 mars 2010 22:43

                          Bonsoir,

                          @fifilafiloche,

                          Les élections régionales sont locales.
                          C’est pour ça que le Président de la République envoie tous ses ministres au combat ?
                          Ils sont payés pour quoi faire, hein ? nos ministres ? pour se balader en France ? et qui fait leur boulot pendant ce temps ?.

                          Il s’agit d’un vote d’adhésion au bilan des sortants si ces derniers sont reconduits dans leur fonction.
                          Il s’agit d’un vote sanction contre l’UMP si la droite perd les régions.

                          cdlt


                        • Christoff_M Christoff_M 18 mars 2010 00:22

                          Arrêtez de nous parler de droite avec Sarkozy usurpateur des votes des français naifs...

                          il serait plus proche d’un parti de droite israélien, d’ailleurs son labrador Bertrand et son molosse Lefebvre n’ont pas fait illusion longtemps...


                          • Christoff_M Christoff_M 18 mars 2010 00:26

                            Même défaut chez lui et Bayrou d’avoir monopolisé l’écran et la devanture en ne mettant pas du tout en avant les « forces locales » on voit le piètre résultat !!!

                            En plus il ne peut pas saquer Péqueresse et cela se voit et se sent, Fillon ferait un meilleur président et un meilleur chef de groupe que lui, l’expression en plus, lui ne se laisse jamais aller à des humeurs ou des reflexions douteuses pour un président, disqualifiantes !!


                          • FYI FYI 18 mars 2010 14:52

                            Vous vous exprimez et vous avez que des réflexions de vieux smiley

                            Vous parlez de désir d’alternance ? Non c’est la fin d’un régime, celui de la ploutocratie (politique, administration, média, économie), tout est gangréné.

                            Vous pensez un seul instant que c’est la méritocratie qui règne ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

AJ


Voir ses articles







Palmarès