Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > La droite et nos concitoyens

La droite et nos concitoyens

On voit actuellement le gouvernement dire qu’il n’y a pas de crise alors que l’opposition dit l’inverse. Ce qui est à dire c’est plutôt que ceux qui critiquaient le libéralisme économique étaient pris pour des réactionnaires. On voit actuellement des personnes critiquer le libéralisme et elles disent qu’elles n’avaient pas été invitées avant. On voit par exemple l’arrivée d’un écrivain russe sur France Inter qui avait toujours indiqué que le libéralisme était étriqué.

Ceux qui critiquaient mal le libéralisme économique passaient régulièrement à la télévision. Ils ne proposaient rien en échange ou plutôt un chaos encore plus grandissant. On peut donner l’exemple de Besancenot. Il arrivait cependant à fidéliser certaines personnes en proposant simplement de se passer du capitalisme. S’il était au pouvoir, on assisterait à la mise en place d’une société où nous devrions tous partager alors que nous sommes égoïstes. Ce seraient ceux qui connaîtraient les ficelles de ce nouveau système qui en tireraient les bénéfices. En passant, beaucoup de PME feraient faillite parce que les licenciements économiques seraient interdits.

Les Français ont élu en 2007 un président qui leur a proposé de les affaiblir. Le projet de l’UMP présentait bien de baisser fortement la fiscalité pour les plus riches. Pour la première fois, c’était écrit sur leur site web. La droite a toujours proposé la baisse de fiscalité, mais elle a souvent augmenté les impôts ensuite du fait de la récession. Elle dira cependant qu’elle les baisse parce qu’en général son pouvoir d’achat augmente. Le gouvernement Raffarin avait augmenté le salaire de ses ministres de 70 % en arrivant au pouvoir selon L’Expansion. Le gouvernement Fillon a mis en place des niches fiscales pour ses amis dès juillet 2007.

Cela a servi à obtenir le soutien des médias. On n’en voudra pas aux plus démunis qui ont voté pour notre cher président puisque lui et ses amis ne parlaient que du résultat de cette future débâcle. En effet, les avantages donnés aux plus riches nuisent à l’économie car ceux qui savent créer de l’innovation ce sont les chercheurs au sein de l’Etat ou ceux qui ont connu la difficulté. Les chercheurs se plaignent en 2008 et bien avant de leur précarité. Cependant, selon www.sauvonslarecherche.fr, ils se plaignent moins quand la gauche est pouvoir. Cela s’explique par la théorie du libéralisme économique. Selon cette théorie les entreprises devraient créer par elles-mêmes des postes de chercheurs qui plus est pour la recherche fondamentale.

Certes, les discours de notre président étaient complaisants et simples. Mais ses discours étaient surtout inécoutables pour quelqu’un de solidaire. On peut citer comme cela l’ensemble des discours de Nicolas Sarkozy, notamment celui de Dakar en 2008.

De toute façon, peu de nos concitoyens écoutaient les discours des hommes politiques. Beaucoup de mes amis se demandaient comment ou pouvait écouter un discours de deux heures. La plupart des électeurs écoutaient le journal qui n’était que la propagande de l’insécurité sociale. On peut se demander comment un téléspectateur crédule ne pouvait pas tirer sur son voisin en voyant le candidat UMP comme un sauveur. Je rencontrais des personnes qui faisaient cela pendant les élections. L’UMP a gagné parce qu’il a su nous mettre les uns contre les autres. Nous mettre les uns contre les autres marchera toujours grâce aux sondages parce que nous sommes égoïstes.

Pour trouver des résultats, l’UMP n’a maintenant qu’à corrompre ses fonctionnaires à l’urgence du travailler plus pour gagner plus. Cela uniquement pendant les périodes d’élections. En effet, pendant les présidentielles, les législatives, les municipales, ont été mises en place des formations sur toute la France. Les chômeurs remboursés par les Assedic vous le diront. L’ennui, c’est qu’il n’y en avait ni avant ni après. Pourquoi ? Il suffit pour cela de regarder comment sont comptés les chômeurs dans les statistiques. On ne compte pas du SDF jusqu’à celui qui est en formation Assedic en passant par le RMIste. Comme cela, la droite a pu réduire sa défaite aux municipales en annonçant une baisse du chômage.

La droite trouvera toujours des arguments pour montrer son arrogance. En ce moment, elle utilise les collectivités locales. Vous vous demandez peut-être pourquoi, à la télévision, on ne voit plus aussi souvent le parti politique en dessous du représentant local qui s’exprime. On ne sait plus qui fait quoi. Ceux qui agissent sont anonymes. On met par contre en valeur des mesures qui ne reflètent pas la réalité. Ils vont par exemple parler de la prétendue augmentation du pouvoir d’achat sur les frais scolaires sans parler de la baisse des subventions sur les frais scolaires. En septembre 2008, des économies ont encore une fois été réalisées sur les familles ayant des enfants.

En ce moment, M. Borloo qui en est à son quatrième parti (un parti écologiste puis l’UDF, puis le Parti radical, puis l’UMP) permettra de faire croire une autre supercherie. Les médias reprendront l’écologie comme un moyen pour consommer alors que c’est une façon de moins consommer. L’écologie, ce ne sont pas que des connaissances, mais une réflexion qui va jusqu’au fait de devenir végétarien afin de moins consommer de matières premières. Pour devenir végétarien, il faut plus que des astuces. Il faut orienter vers des nutritionnistes.

On se souvient de l’interview de Clovis Cornillac sur le journal de France 2 le 21 septembre qui a été coupée au moment où il allait dire du mal de M. Borloo. Celui qui découvre l’écologie sera peut-être satisfait par le discours de Borloo. Cela permettra qu’il consomme plus d’écologie. Où mettra-t-il ses produits non écologiques ?

Le problème n’est pas les sondages, mais notre égoïsme collectif. Il y a aussi l’oubli de l’histoire médiatique et politique. Beaucoup d’historiens sont lassés de dire que l’Histoire se répète sans cesse. Le citoyen qui fonctionne sur l’incompréhension est le meilleur atout de la droite. On lui parlera de libéralisme en oubliant de lui parler du libéralisme économique qui est fait, ce qui est mis en place. Pour beaucoup libéralisme et libéralisme économique ont la même racine. Pourtant, ils sont diamétralement opposés. Le libéralisme promeut les libertés de chaque individu. Le libéralisme économique promeut les libertés du marché. Nous sommes peu à nous dire cela parce que c’est tabou de parler politique.

Beaucoup de fils d’ouvrier sont devenus employés. Seulement, ils ont essayé d’oublier leurs racines. Ces employés ont été facile à convaincre. Ils avaient en tête l’injustice de leurs parents, le confort, le manque de connaissances historiques. Ce sont pour partie les militants UMP les plus fidèles. Certains vont demander la mise en place d’heures supplémentaires alors que beaucoup d’employés sont sur Internet jusqu’à 3 heures par jour selon monster.fr. Ils croient que le libéralisme économique fonctionne parce qu’ils sont mieux rémunérés que leurs parents.

L’argent est leur objectif premier. Ils se mettent du côté des plus forts pour monter dans la hiérarchie. Notre président le fait bien aussi après tout avec, par exemple, la loi votée en 2008 qui permet aux grandes surfaces de fixer sans les agriculteurs le prix des fruits et légumes. Ces militants n’auront pas oublié que d’autres s’enrichissent bien plus vite en s’associant avec ce réseau qui leur permettra de faire des affaires. Ce réseau est en effet très utilisé sur Paris pour trouver de nouveaux logements à acheter.

Pour ce qui est de l’UDF-MoDem, vous verrez beaucoup de ses anciens députés au sein de l’UMP. Si l’UDF avait voulu s’allier au Parti socialiste, il aurait pu le faire pendant le deuxième tour des présidentielles. L’UDF-MoDem est un parti de droite trop proche de l’UMP pour pouvoir mener une politique sociale. Pendant les présidentielles, ils proposaient la proximité des hôpitaux tout en voulant transférer le budget des hôpitaux vers les régions. Seules les régions les plus riches auraient pu s’approprier cette proximité.


Moyenne des avis sur cet article :  3.05/5   (41 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • non666 non666 23 septembre 2008 14:01

    "L’UMP a gagné parce qu’il a su nous mettre les uns contre les autres. "

    En fait non, l’UMP de Nicolas Sarkozy de Nagy Bosca a gagné parce qu’il a réussit a faire croire a TOUTES les droites qu’il etait leur champion.

    Aux souverainistes (gaullistes, villieristes, lepenistes) il se vendait comme le champion du renouveau français, il surfait sur une immigration maitrisée parce que choisit.
    La réalité est une immigration moins maitrisée que jamais, avec ce coup ci les classes moyennes mis en concurrence avec les colons . Apres les ouvriers sacrifiés par la première vague de colons, les cadres sont donc les nouvelles cibles de "’aux prix mondiaux", comme ils le disent, entre eux, à la Trilatérale
    La réalité c’est une France affaiblie dans une Europe vassale des etats unis.

    Aux Chretiens democrates, ils faisaient le numéro de claquette du "travaillez plus pour gagner plus".
    Ce qui sous entendait nettement que ceux qui ne gagnaient pas assez etaient des fenenants.


    Aux Liberaux ils faisaient des signes discrets leur signifiant que leur candidature etaient inutile, qu’il serait plus liberal que Madelin, plus pro-israelien que BHL, plus pro-US qu’alexandre Adler....
    Eux n’etaient pas deçu jusqu’a la mise en place du RSA !

    La confusion entre LES droites et LA droite que pretends incarner l’UMP toute seule ne profite qu’aux deux mafias en place  :

    Celle qui en profite (l’UMP) et celle qui pretends la combattre et etre une alternative (Le PS).
    Mais si on regarde de pres, le PS a exactement les memes divisions internes masquées que les droites.
    Marxistes revolutionnaires a recuperer pour le deuxieme tour, marxistes reformistes qui y croient encore, sociaux democrates sincères de toujours, sociaux liberaux camouflés, leur union d’apparence est aussi peu credible que l’union des droites.




    • matthius matthius 23 septembre 2008 14:38

      Vous annoncez des thèmes démagogiques comme l’immigration choisie. L’immigration choisie au Canada ne s’oriente que par le manque de postes. Actuellement en France 500 000 postes ne trouvent pas preneurs.
      Ceux qui connaissent les plus grandes difficultés deviennent entrepreneurs. Je compte là dedans les immigrés.

      Vous dites "Travailler plus pour gagner plus". Lorsqu’on proposait cela aux ouvriers ils se tuaient au travail. C’est de nouveau le cas. Comment travailler plus pour gagner plus en allant sur INTERNET au travail ? Etes-vous au travail en ce moment ?

      Vous savez que le RSA est une transformation de Nicolas SARKOZY pour qu’il continue sa campagne. N’oubliez pas qu’il a aussi promis de s’occuper des plus démunis, des handicapés, etc. Le RSA n’est que la volonté de pas augmenter le SMIC. Seulement l’argent doit toujours venir de quelque part. Ce sont les revenus modestes qui vont cotiser pour créer de la discorde.

      Le discours actuel est de dire ni gauche ni droite.
      Vous finissez par dire que la gauche et la droite ont les mêmes divisions alors que les militants de gauche s’intéressent à ce qui est proposé. Les militants UMP eux adhérent à ce réseau pour leur intérêt personnel. Ils se mettent du côté du plus fort comme leur président pour obtenir des affaires.
      Je ne pense donc pas que les divisions au seun de l’UMP et du PS soient de même ordre.


    • geko 23 septembre 2008 19:25

      "Vous finissez par dire que la gauche et la droite ont les mêmes divisions alors que les militants de gauche s’intéressent à ce qui est proposé. Les militants UMP eux adhérent à ce réseau pour leur intérêt personnel"

      A l’UMP cela me semble évident !

      Pour le PS je suis beaucoup plus circonspect. A discuter avec les quelques personnes se découvrant une âme sociale vont aux réunions du PS pour leur réseau personnel !


    • matthius matthius 24 septembre 2008 10:38

      La majorité des militants PS aiment écouter ceux qui parlent de fraternité.
      Seulement pour se mettre en valeur il faut réagir égoïstement.
      Je suis donc d’accord avec vous que lorsqu’on se promeut la fraternité peut se perdre.


    • JL JL 23 septembre 2008 14:56

      "Nous sommes en train de découvrir que si le socialisme se proposait de nationaliser les profits, le capitalisme, lui, ne songe qu’à nationaliser les pertes".

      http://www.bakchich.info/article5116.html

      Les riches ont nécessairement besoin de ceux qui produisent, et ceux qui produisent n’ont guère le temps de penser à faire de l’argent. Ceux qui ne cherchent qu’a faire de l’argent le font pour eux, c’est évident. 

      La différence entre doite et gauche ? Celui qui est au pouvoir partage le gâteau, mais c’est toujours les possédants qui se servent les premiers.


      • polmeuris 23 septembre 2008 16:52

        Le Mathius, Tu devrais aller voir un vrai photographe parce que Frankestein c’est amusant quand c’est un film, mais en vrai ça craint.


        • Redj Redj 24 septembre 2008 01:54

          Casse toi pôv con !


        • matthius matthius 24 septembre 2008 10:32

          Je ne pense pas que cela serve à quelque chose de s’insulter.
          Nous sommes tous de différents bords mais ça n’est pas une raison pour trouver le moyen de dévaloriser un simple article.


        • Blé 24 septembre 2008 19:41

          Cet après midi dans l’émission de "La bas si j’y suis" monsieur Raffin expliquait qu’il y avait un silence assourdissant concernant un sujet qui préoccupe tous les salariés : le partage des richesses.

          Depuis 20 ans la part des salaires dans la richesse nationale a été réduite de 9,3% ce qui représente aujourd’hui 180 milliards par an. Cet argent a glissé dans la poche des actionaires et des rentiers.
          Ni le P.S, ni l’U M P ne parle de ce transfert de richesse. La droite trouve que les salariés ne payent pas encore assez, elle continue sans problème car en face elle a sa jumelle qui n’a rien à dire.
          Baisse des salaires, casse des droits et des services publics, il semble qu’il ne faut pas sortir des hautes écoles pour comprendre que la bourgeoisie ne connait ni la droite, ni la gauche, elle ne connait que le seul parti de ses intérêts.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès