Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > La droite mène le combat de l’Alsace

La droite mène le combat de l’Alsace

Jeudi dernier, contre l’avis du premier ministre, le sénat a confirmé son souhait de maintenir une carte à 15 régions, en particulier la région Alsace. Cet épisode était prévisible.

Le premier ministre avait tenu mardi 14 octobre des propos qui ont enflammé la droite alsacienne. Interpellé par le député UMP du Bas-Rhin Patrick Hetzel, Manuel Valls a déclaré « il n’y a pas de peuple alsacien, il n’y a qu’un seul peuple français », en ajoutant « je m’opposerai avec la plus grande détermination à ce que tout projet vise à défaire notre pays et la Nation ».

Le samedi précédent, une manifestation à l’appel de l’UMP locale avait réuni entre 7000 et 20 000 personnes opposées à la nouvelle carte des régions à Strasbourg. Patrick Hetzel a souligné l’importance de ce fait et demandé au ministre confirmation de propos jugés réducteurs de sa part sur la région Alsace, retransmis par un député PS favorable à la fusion. 

La réponse de celui-ci a entraîné de vives réactions. Le président du conseil général du Haut-Rhin a fustigé « le soupçon d’une Alsace qui voudrait faire éclater la France ».

Un nouvel épisode de la polémique créée par la réforme des régions.

Seule région de métropole dirigée par l’UMP, l’Alsace est peu encline à accepter la fusion avec la Lorraine et la Champagne-Ardenne décidée par la majorité actuelle.

« « Je n’ai jamais parlé de peuple alsacien, mais de peuple d’Alsace » a rappelé le député Hetzel. Le premier ministre a alimenté le soupçon d’un pouvoir central méfiant vis à vis des identités régionales historiques et enclin à les dévaloriser dans le cadre de sa réforme. Les régions peuvent être étonnées de se voir suspectées de déloyauté par des pouvoirs centraux qui semblent avoir plus de facilités à dire « comment il faut être et penser » que ce qu’il faudrait faire pour s’en sortir tous ensembles…

 Les alsaciens ont réussi à faire entendre leur voix avant l’examen du projet de loi délimitant les régions par un sénat dont la majorité venait de repasser à droite.

On peut comprendre la tentative Alsacienne, tant cette réforme semble peu compréhensible. Le découpage des régions n’a pas été pointé du doigt par la cour des comptes, contrairement aux dérives de personnel entre communes, intercommunalités, départements et conseil régional au sein des régions connues. Et comme par ailleurs, pour garder les radicaux de gauche de son côté, le premier ministre leur a promis le maintien de la moitié des départements ruraux, l’impact de la réforme sur les vrais problèmes s’avère déjà limité. Le sacrifice d’une région à forte identité culturelle et historique comme l’Alsace ne se justifie pas vraiment, surtout quand il n’y rien de quantifiable et quantifié à la clef….

Cependant, le dernier mot revenant aux députés, et il y a fort à parier qu’après ce baroud d’honneur des sénateurs, les Alsaciens regrettent de ne pas avoir eu de baron socialiste, dans les bonnes grâces, pour les défendre au plus haut niveau et rejoignent les basques dans les identités régionales survivant hors de la reconnaissance administrative.


Moyenne des avis sur cet article :  1.92/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

30 réactions à cet article    


  • pepin2pomme 4 novembre 2014 09:07

    Il serait peut-être utile de rappeler qu’il y eu un référendum en Alsace l’année dernière. Ce référendum avait pour objet de regrouper les conseils départementaux (Haut-Rhin et Bas-Rhin) au sein d’une entité Alsacienne unique. Il y avait une occasion unique d’afficher une unité pour tout ce qui concerne les projets d’avenir. Hélas, les Alsaciens ont voté contre ce projet, affichant clairement une division entre les deux départements.
    Dans ces conditions, il ne faut pas s’étonner que divisée comme elle est, l’Alsace se fera d’autant plus facilement phagocyter par ses deux voisins.


    • diogène diogène 4 novembre 2014 09:10

      La division n(’est pas entre les deux départements, mais entre ce que les élus magouillent et ce que les électeurs souhaitent.


    • Wirsher Wirsher 5 novembre 2014 12:30

      Comme le dit Diogène il n’y a pas de division entre les alsaciens, il faut voir la débilité du projet de l’époque pour comprendre pourquoi il a été refusé.


    • diogène diogène 4 novembre 2014 09:09

      Cet épisode révèle deux choses, deux erreurs :


      - l’erreur d’avoir reconstitué des provinces de l’ancien régime en créant les régions ; en favorisant les clientélisme des barons comme Deferre et en réactivant des fiefs, on a renforcé les archaïsmes identitaires et régressé historiquement .

      - l’erreur de maintenir le droit local (appelé à tort « concordat ») en Alsace et Moselle. Les particularismes créent des inégalités, et feindre de les ignore ne fait que reculer les échéances et rendre plus douloureuse l’addition.

      • zygzornifle zygzornifle 4 novembre 2014 10:52

        elle se sent bien en Alsace la droite dans les petits villages bien propres et bien fleuris.....


        • Wirsher Wirsher 6 novembre 2014 11:21

          Oui elle s’y sent bien, comme tout le monde puisqu’il y fait bon vivre.
          Dommage que l’article ne dit pas que Verts et UDI aussi font le même Baroud d’honneur.

          En fin de compte tout le monde est d’accord sauf le PS.


        • sleeping-zombie 4 novembre 2014 11:21

          Ca y est ? ils suppriment enfin le concordat et appliquent la séparation de l’église et de l’état ?
          ah non, juste du vent, tant de bruit pour que rien ne change...


          • soi même 5 novembre 2014 01:04

            Gros con !


          • Rémi de Kersauson 5 novembre 2014 05:50

            Je ne sais pas si vous avez un conflit personnel avec la personne à qui vous écrivez. Mais je trouve déplorable ce genre de pratique. Si vous avez un point de vue et envie de défendre le concordat, ce qui peut aussi bien se comprendre que l’inverse, merci de prendre la peine de l’expliciter et d’argumenter....


          • sleeping-zombie 5 novembre 2014 09:53

            @rémi
            l’argumentation sert quand on veut que quelque chose change. Si on veut l’immobilisme, il suffit de tout paralyser, et rien de tel qu’une bonne insulte pour paralyser un débat.
            D’où le vieil adage « don’t feed the troll »...


          • soi même 5 novembre 2014 12:49

            Parfois la charge est tellement de mauvaise foi , il est préférable de dire le fond de sa pensé que de chercher à argumenté avec un sourd !


          • soi même 5 novembre 2014 12:54

            Avant de pensé que je suis à court d’argument , es que vous savez de quoi il retourne ?
            Vos propos et aussi digne d’un troll, car pour détruire avec votre argumentation cela ne pose pas de problème, le remplacer, par une merditude cela visiblement ce n’est pas non plus votre problème, si ce n’est que vous avez la satisfaction que le monde se fait à votre image !


          • sleeping-zombie 5 novembre 2014 18:49

            Tu souhaites me voir détailler mon propos ? pas de problème.
            Je pense que cette réforme ne concerne que ceux qui vivent des administrations, qui voient toujours d’un mauvais oeil toute concentration ou restructuration, et ceux qui vivent de ce droit local, peut importe sa justesse, car, qui dit « droit local » dit « expert en droit local », donc existence d’emplois protégés, qui eux aussi perdraient à une refonte...

            De ce fait, la plupart des Alsaciens ne verraient probablement pas la différence.

            J’aimerais aussi souligner par ailleurs que les (quelques) alsaciens que j’ai déjà croisé sont tous contre ce « droit local » qui tient tellement à coeur aux édiles... Mais là je déraille car la suppression du concordat n’est pas à l’ordre du jour.
            L’ordre du jour, c’est juste la fusion des services courriers et comptabilité de quelques administration...


          • soi même 5 novembre 2014 19:42

            Médiocre comme argumentation , il est préférable de garder un chêne vénérable, que de l’abattre pour le remplacer par un épicéa !

            Avant de changer de statu , il faut bien être au parfum de ce qui va le replacé, et bien désoler, la réforme ne va rien résoudre, si ce m’est agrandir ce désert de l’organisation des structures sociasl qui devient une évidence de plus en plus évident, car c’est la recherche de efficience économique au détriment des populations !


          • Wirsher Wirsher 6 novembre 2014 11:22

            De ce fait, la plupart des Alsaciens ne verraient probablement pas la différence.

            Ben vous connaissez mieux les alsaciens qu’eux même alors.
            C’est qui ceux que vous connaissez ? Manuel Valls et Emmanuel Macron ?


          • Wirsher Wirsher 6 novembre 2014 11:24

            * je voulais citer :

            J’aimerais aussi souligner par ailleurs que les (quelques) alsaciens que j’ai déjà croisé sont tous contre ce « droit local » qui tient tellement à coeur aux édiles


          • eric 4 novembre 2014 14:46

            Il faut faire comme en Crimée ou au Donbass.,,,, 


            Organiser rapidement un nouveau référendum en Alsace. 

            Sous n’importe quel prétexte constitutionnel, mais en précisant bien ce qui est en jeu, quel que soit le prétexte… D’autant que cela pourrait intéresser d’autres régions...

            • njama njama 4 novembre 2014 16:25

              l’Alsace a un statut très spécial dans le paysage français, c’est une pièce rapportée (un peu comme la Corse)
              et de surcroît pour certaines choses un statut juridique particulier, rapport à la loi de 1905 de séparation de l’église et de l’État, le régime du concordat de 1801 y est toujours en vigueur en Alsace-Moselle pour des raisons historiques.
              peu encline à accepter la fusion avec la Lorraine et la Champagne-Ardenne
              on peut comprendre, pour ces même raisons historiques, et culturelles ...il n’est pas très logique de l’assembler à la Champagne-Ardennes


              • diogène diogène 4 novembre 2014 17:36

                «  c’est une pièce rapportée (un peu comme la Corse) »


                - l’Artois est une pièce rapportée

                - la Vésubie est une pièce rapportée

                - le Dauphiné est une pièce rapportée

                - la Lorraine est une pièce rapportée, un siècle après l’Alsace,

                - les DOM-TOM sont des pièces rapportées

                Ca fait beaucoup de statuts très spéciaux...

              • Wirsher Wirsher 6 novembre 2014 11:19

                Ca fait beaucoup de statuts très spéciaux...

                Exactement, c’est ce qui fait la richesse de la France, si tout le monde suivait le moule parisien, çà fait longtemps que le pays aurait coulé.


              • njama njama 4 novembre 2014 16:32

                La gauche digère peut-être encore très mal l’échec du référendum alsacien en vue d’une fusion inédite des collectivités départementales et régionale
                .
                Alsace : échec au Référendum !
                par Robin Guilloux
                lundi 8 avril 2013

                "Sous couvert de rationalisation : fusion du conseil général et du conseil régional pour donner naissance à une "collectivité territoriale d’Alsace", il s’agissait ni plus ni moins, de faire de l’Alsace le laboratoire de la future « Europe des Régions ». Tel était l’enjeu de ce Référendum truqué (le matériel électoral reçu par les électeurs ne contenait que les arguments en faveur du oui)."
                ...

                "Je conçois que l’on puisse vouloir la disparition de la nation, comme on a applaudi (à gauche, comme à droite) à la disparition des frontières et à la monnaie commune (et non unique, pour l’instant, mais c’est prévu), mais je ne tiens pas à jouer les « idiots utiles ».
                ...
                "La disparition des départements au profit des régions fait partie du plan. Le département est une création de la Révolution française et la Révolution française, c’est la souveraineté nationale.« 

                http://www.agoravox.fr/actualites/politique/article/alsace-echec-au-referendum-133852

                et voilà qu’avec son nouveau cheval de Troie des »grandes régions", elle se fait encore une fois blackbouler ... et qu’elle accuse la droite ...


                • Trelawney Trelawney 4 novembre 2014 16:58

                  L’Alsace ne souhaite pas faire cause commune avec la Lorraine, la Champagne et les Ardennes. Mais si cette grande région née un jour Est-ce qu’ils peuvent me dire ce qui va changer dans leurs vies de tous les jours ? A moins qu’ils aient une furieuse envie de se raccorder au Bade-Wurtemberg avec comme capitale Stuttgart, je ne trouve rien.

                  La question est : Est-ce que la création des 22 régions en mars 1982 a changé notre façon de vivre ? Est-ce que passer de 22 à 13 régions va apporter une évolution notable dans nos modes de vie ?

                  Je pense ne pas me tromper en disant qu’on nous enfume avec des réformes électoralistes


                  • njama njama 4 novembre 2014 21:45

                    J’aurais tendance à dire qu’on cherche à nous enfumer avec des réformes européistes...et que dans les territoires (régions) « de l’Est », certains projets politiques sont loin de faire l’unanimité...
                    ce qui démocratiquement n’a rien d’anormal.

                    Pour l’heure, Manuel Valls – qui s’opposera « à tout projet qui vise à défaire la Nation » – n’a pas commenté le projet du président du conseil général de Moselle, Patrick Weiten (UMP). L’élu lorrain plaide, dans une lettre, pour une « Grande Région » , englobant la Lorraine, le Luxembourg, la Sarre, la Rhénanie-Palatinat et la Wallonie ( L’Alsace d’hier).
                    http://www.lalsace.fr/actualite/2014/10/16/valls-des-propos-qui-attisent-le-feu
                    .
                    Y-aurait-il une droite d’Alsace et une autre droite de Lorraine ?
                    .
                    ou ce redécoupage des régions en 12 ou 15, n’est qu’une autre tentative de revenir sur le dernier référendum dont le résultat négatif n’allait pas dans le sens du poil ... :

                    Sous couvert de rationalisation : fusion du conseil général et du conseil régional pour donner naissance à une "collectivité territoriale d’Alsace", il s’agissait ni plus ni moins, de faire de l’Alsace le laboratoire de la future « Europe des Régions ». Tel était l’enjeu de ce Référendum truqué (le matériel électoral reçu par les électeurs ne contenait que les arguments en faveur du oui)."



                  • Rémi de Kersauson 4 novembre 2014 22:56

                    Bonsoir. Merci pour cet éclairage. En recherchant, il semble que P. Weiten soit UDI et pas UMP ce qui lui octroie peut être une liberté de ton plus grande et lui permet d’émettre des hypothèses transgressives, et sans doute un peu farfelues, du moins pour le moment. Pas très étonnant que cela n’ait pas entrainé de réaction du premier ministre. La question pourrait être d’essayer de détailler les arrières pensées qui se cachent, peut être, derrière ce genre de coup d’éclat sans perspectives de réalisation concrète. Cordialement.


                  • Wirsher Wirsher 6 novembre 2014 11:27

                    Mais si cette grande région née un jour Est-ce qu’ils peuvent me dire ce qui va changer dans leurs vies de tous les jours ?

                    J’ai ecrit un article entier pour vous répondre.


                  • Rémi de Kersauson 6 novembre 2014 13:41

                    D’ailleurs bravo pour votre excellent article.

                    Par nature, le sentiment national n’est pas uniquement une question de rationnel et de « quotidien de tous les jours », il en va évidemment de même pour le sentiment régional.


                  • ahtupic ahtupic 4 novembre 2014 20:50

                    Il ne faut pas oublier que cette décision de réduire le nombre de régions a été prise par des conards qui voulaient simplement lancer un leurre afon que l’actualité ne parle plus de la bramlée électorale prise par les partis bien-pensants aux européennes.
                    Je comprends les Alsaciens, bien que je ne les apprécie pas,


                    • rocla+ rocla+ 4 novembre 2014 20:56

                      d’r Hans em  Schnokaloch  hat alles was er well 


                        • Wirsher Wirsher 5 novembre 2014 12:24

                          Il n’y a pas que la droite mais tout le monde sauf le PS !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès