Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > La faculté de Lyon III va-t-elle devenir le symbole de la résistance (...)

La faculté de Lyon III va-t-elle devenir le symbole de la résistance anti-blocage ?

Aujourd’hui s’est tenue une nouvelle AG à la faculté de Lyon III : par un un vote, les étudiants ont décidé à une large majorité que l’administration de la fac organiserait un vote à bulletins secrets la semaine prochaine pour que les étudiants choisissent de bloquer ou pas leur fac.

Lyon III a voté en AG aujourd’hui. Alors qu’en début de semaine, la première AG avait donné lieu à un vote des étudiants sur le CPE, qui s’étaient prononcés pour le retrait du CPE, les étudiants de droite et les personnes modérées se sont mobilisées aujourd’hui pour contrer les pratiques antidémocratiques des AG et demander tout simplement à ce que le vote soit organisé à bulletins secrets, dans des urnes et non plus en AG.

Le syndicats de gauche comme l’UNEF se sont prononcés contre cette pratique démocratique, ayant peu d’espoirs que le vote leur donne dans les urnes satisfaction. Ceux-ci préfèrent de loin que leurs amis votent dans les assemblées générales, pour leurs propositions, plutôt que tous les étudiants de la fac se prononcent à bulletins secrets.

Ainsi, dès le début de l’assemblée générale, les étudiants de Lyon III se sont réunis dans deux amphis. Ils étaient à peu près mille à être venus, pour des motivations différentes. Cette assemblée générale organisée par les étudiants de gauche et d’extrême gauche n’avait à sa tribune que des représentants de la gauche, ce qui a dès le début assuré l’ambiance dans les amphithéâtres, sous les huées des étudiants de droite qui réclamaient plus de démocratie et de liberté.

En raison du chaos qui régnait dans les amphis, les organisateurs ont fait voter aux étudiants le choix de cette tribune-là. Seulement, les étudiants de Lyon III ont refusé que les membres de la tribune soient représentés seulement par des étudiants de gauche. C’est ainsi que le premier vote de cette AG a permis d’élargir la tribune à des étudiants venus de divers horizons.

Les débats ont par la suite donné lieu à de nombreux débordements émotionnels des étudiants qui campaient sur leurs positions. Ainsi dès le début de l’AG, comme lors de la première AG, les étudiants ont réclamé que soit directement voté le blocage ou non de la fac.

Or, tout comme l’autre fois, l’UNEF et les autres syndicats d’extrême gauche ont essayé de jouer l’usure en ne répondant pas à cette demande émanant de nombreux étudiants, croyant que comme lors de la première AG, les étudiants de droite se laisseraient marcher sur les pieds, pour finalement retirer leur proposition. Ce qu’il faut préciser, c’est que les étudiants de Lyon III paraissent à une large majorité désavouer le blocage des facs, ainsi de l’UNI, association des étudiants de droite, et d’autres associations de la fac, qui souhaiteraient qu’ait lieu un vote dans la fac pour que les étudiants fassent clairement savoir qu’ils ne veulent pas du blocage.

Cette position, qui serait délicate pour les étudiants opposés au CPE et soutenant les blocages, n’a ainsi pas cessé d’être évitée lors des AG. Seulement, aujourd"hui, lors de l’AG, les étudiants anti-blocage étaient déterminés à ne pas se faire marcher sur les pieds, au nom de la démocratie. A force de pression, ces étudiants ont ainsi réussi à pouvoir organiser un vote dans l’AG pour qu’aient lieu dans la fac des élections démocratiques via des urnes et des votes anonymes. Il est cependant invraisemblable de voir comment ces étudiants, que les syndicats de gauche dénomment "fachos", ont dû lutter pour avoir le droit d’organiser une élection démocratique au sein de la fac. Ainsi le vote a pu avoir lieu, et environ 450 personnes ont voté pour la tenue d’élection et 350 contre, ces derniers étant dans leur grande majorité des étudiants de gauches, révolutionnaire, anarchiste. Vive la démocratie... Tenue des élections pour le blocage ou non la semaine prochaine. Lyon III refusera-t-elle la dérive de la violence ?


Moyenne des avis sur cet article :  3.8/5   (50 votes)




Réagissez à l'article

18 réactions à cet article    


  • (---.---.63.52) 29 mars 2006 13:43

    Bonjour, c’est Yves.

    Alors là le ton me semble donné : ça m’étonnerai que tu votes Besancenot aux prochaines élections toi... Quoi qu’il en soit je te donnes raison sur le fond : l’important s’il y a vote sur ce genre de sujet (ce n’est pas le fond du problème à mon avis), autant qu’il soit secret, ceux qui exigent un vote public et donc surveillé ont toujours des arrières-pensées.

    Mais malgré tout il reste le problème du bien-fondé du blocage des sites, en fac comme en entreprise. Si la grêve est un droit, le travail en est un aussi. Et interdire le travail à ceux qui ne veulent pas de la grêve, ça s’apparente à de la dictature.

    Voilà, c’était Yves.


    • Clément (---.---.89.19) 29 mars 2006 13:51

      Oui mais c’est généralement le seul moyen de se faire entendre...


    • Icks PEY (---.---.232.221) 29 mars 2006 15:38

      Personnellement, je ne crois pas trop les gens qui me font du mal en disant que c’est pour mon bien.


    • Maxime Gouzevitch Maxime Gouzevitch 29 mars 2006 23:24

      LOL Ca c’est de la belle mentalite gaulloie, pour se faire entendre du chef, marche sur les pieds de ton prochain. Il va avoir mal, et va hurler. On l’attendra alors :)


    • Icks PEY (---.---.232.221) 29 mars 2006 15:36

      Je crois qu’il ne faut pas faire d’amalgame entre « de droite » et « de gauche », expression dont vous usez beaucoup, de mon point de vue, et le fait d’être pour ou contre le CPE.

      Il est possible dans ce pays d’être contre le CPE, pour la liberté d’étudier, et « de droite » !

      En revanche, je vous rejoins tout à fait pour dénoncer cette pitrerie démocratique que sont les AG auto-qualifiée de représentative.

      Les pays du bloc de l’Est n’ont-ils pas démontré pendant 50 ans avec brio ce que pouvait être une république démocratique populaire !!!

      Icks PEY


      • Mathieu (---.---.212.160) 29 mars 2006 16:14

        Ah si les étudiants de droite de l’Université Lyon-III (nommés aussi les gentils) mettaient autant de bonne volonté à faire respecter la démocratie au sein de nos parlement, on vivraint dans un bon pays. Mais non...


        • Icks PEY (---.---.232.221) 29 mars 2006 17:31

          Mais, je ne vous le fais pas dire, très cher.

          Toute ironie mise à part, force est de constater que les « forces de progrès » si promptes, d’habitude, à les « grands principes » se font soudainement fort discretes lorsqu’il s’agit de regarder ce qui se passe dans les facultés.


        • Icks PEY (---.---.232.221) 29 mars 2006 17:32

          ... à dégainer voulais-je dire ...


          • borneo (---.---.73.28) 29 mars 2006 19:47

            être démocrate, respectueux du vote a bulletin secret n’est ni de droite, ni de gauche. Dans beaucoup de facs des étudiants de droite font cause commune avec des « fafs » pour s’opposer à de telles consultations démocratiques. S’il est vrai que dans de nombreuses AG, des militants socialistes se croient obligés de faire alliance avec les « revolutionnaires » type LO ou LCR, ils apprendront vite que ceux ci ont pour but de plumer la volaille socialiste.

            La démocratie est en soi un combat. Bravo d’y participer.

            J’ajouterai que ce sont les étudiants de conditions modestes pour qui le Job d’été est indispensable qui patissent le plus du blocage des facs et des reports d’exams.


            • thorgest (---.---.245.113) 29 mars 2006 20:41

              On ne peut pas déroger à la démocratie. L’UNEF le sait, mais c’est du jeu des extrêmes d’être contre les libertés et d’appeler à l’anarchie.

              L’UNEF (car il s’agit bien de l’UNEF quand on parle de bloquages) a perdu la semaine dernière les elections du CROUS. Peu importe le contexte difficile du CPE, dans toute les democratries du monde un vote est un vote, elle doit donc accepter que ses methodes anti-democratiques sont révolus et que les etudiants en ont marre de se faire représenter par une minoritaire d’extreme gauche.


            • Sylvain (---.---.112.131) 29 mars 2006 22:04

              L’article sous-tend que les votes à mains levées seraient pro-blocage et que celui des urnes respecteraient mieux la voix des électeurs.

              Je suis en master à la fac de Marne la Vallée. Jeudi dernier, lors d’une énième AG il y eut un énième vote sur la question du blocage. Et là effectivement le vote des urnes fut en faveur du non au blocage. Le président de la tribune unefien fit grise mine mais accepta la défaite ( d’une 50aine de voix ) et nous donna rendez vous le lundi suivant pour une autre AG.

              Nous avons une fois encore voté dans des urnes, avec controle des cartes étudiantes. Pourtant cette fois le blocage de l’université fut reconduit par 900 et quelques contre 600.

              Tout ca pour reprendre une tite phrase : « ayant peu d’espoirs que le vote leur donne dans les urnes satisfaction » En somme toutes les AG ne sont pas anti-démocratique comme je le lis souvent. Et quand il y a un peu de démocratie, les partisans du blocage reconaisse leur défaite, mais les urnes peuvent leur donner raison.


              • monteno (---.---.179.94) 30 mars 2006 10:12

                Si je comprends bien le processus de l’AG, tant que le résultat du vote était contre le blocage on a continué à voter ; quand enfin un vote a été en faveur du blocage on n’a plus parlé de vote ! Curieuse vision de la démocratie conçue des « petits » Pol Pot !


              • Mathieu (---.---.212.160) 30 mars 2006 10:32

                Moi ça me fait plus penrser aux lois DADVSI qu’à pol pot mais finalement il n’y a peut-être pas tellement de différence que ça


              • Fred (---.---.155.75) 3 avril 2006 17:05

                Ce que je n’arrive pas a comprendre est en quoi un vote d’etudiant vous donne le droit de bloquer un bien publique. Est-ce que l’universite vous appartient ?


              • (---.---.12.246) 1er avril 2006 00:00

                Je suis très fier de mon université (Lyon III) car la democratie a été respectée et contrairement à ce qu’on nous laisse croire près de 83% des etudiants ont voté contre le blocage. Je ne suis pas de droite, je suis democrate. lyon III nous donne l’exemple d’une vraie democratie. Pourquoi n’organise t’on pas de tels votes dans d’autres facs. Une chose est certaine, je regrette d’avoir voté UNEF quand je vois leurs méthodes totalitaires.


                • Anthony (---.---.28.129) 3 avril 2006 00:16

                  Je suis heureux de voir ta réaction. Ca fait plaisir de voir des gens qui croient encore aux valeurs de la démocratie dans ce pays. Malheureusement ces gens la font fis de ce que les urnes ont décidé et malgré le fait que 83% des étudiants de LYON III ont voté contre le blocage ils veulent tout de même tout mettre en place pour bloquer la fac du moins c’est ce qu’ils disent sur leur site internet. Seulement la flamme de la résistance anti blocage ne s’arretera pas la et ils ont tort d’user de manières antidémocratiques cela leur déservira. N’hésite pas à rentrer en contact avec moi ej suis aussi de la manu, mon adrel doit etre indiquée. A bientot.


                • Rage Rage 3 avril 2006 16:50

                  Les commentaires ci-dessus sont empreints de naïveté.

                  Pour avoir été de Lyon III, il faut savoir que cette université est sans doute l’une des plus à droite (et parfois au delà) de France. L’héritage de la forte empreinte et du poids des facultés de droit(e)s n’y sont pas étrangers.

                  En effet, je respecte clairement le droit aux étudiants de pouvoir voter à bulletin secret pour ou contre le blocage. Mais ne nous leurrons pas, je ne pense pas que ceux qui bloquent la Fac le fassent de gaieté de coeur. Il y aura toujours des gens d’extrême gauche, mais il serait erronné d’assimiler l’UNEF à du « radical gauche » et tous les gens anti-CPE et pro-blocage à des « communistes ».

                  Pour votre information, le CPE porte atteinte à vos droits et à votre avenir. Des générations de gars sont passés en fac de droit et très peu sont aujourd’hui avocats ou magistrats (1% max). Ne vous trompez pas, le CPE c’est aussi pour vous, pour des assitants juridiques et autres greffiers sans concours. Si les jeunes bloquent les facs, c’est par solidarité nationale pour dire NON à un texte anti-démocratique autant sur la forme que sur le fond. Vous qui faîtes du droit vous devriez savoir que la position de Chirac est anti-constitutionnelle par exemple et que le 49-3 est une exception trop souvent devenue la règle... La voie d’ordonnance « squizz » le parlement également...

                  Quand 80% des jeunes de 18 à 26 ans sont contre ce CPE, il serait sans doute intelligent de se demander « pourquoi » et peut être de faire de Lyon III le symbole d’une fac reservée et cette-fois ci poussée à la rebellion.

                  Mais je rêve sans doute puisqu’en 2002, lorsque Le PEN était au second tour, seule la fac Lyon III restait sagement en amphi à écouter un cours de droit insipide et sétrile alors qu’au dehors la rue se faisait, étrangement cette-fois ci, entendre.

                  Ne vous trompez pas, la précarité cela ne touche pas que les autres...


                  • Laetitia Cohendet (---.---.238.22) 26 octobre 2006 09:57

                    Bonjour,

                    Je m’excuse d’utiliser le biais des commentaires pour vous faire part de ma requête, mais je n’ai pas trouvé d’autre moyen de vous contacter. Je suis étudiante en master information communication à Lyon et je dois réaliser cette année un mémoire de fin d’étude dont le sujet est le journalisme citoyen. Je m’intéresse de près à ce phénomène en tant qu’émergence d’une nouvelle forme de journalisme, peut-être amenée à redéfinir les pratiques professionnelles... En surfant sur le site d’Agoravox, j’ai constaté que vous faisiez parti des rédacteurs. J’aimerais beaucoup vous rencontrer pour discuter de votre expérience en tant que « journaliste citoyen ». Accepteriez-vous de me donner un peu de votre temps pour que nous en parlions ? Si votre réponse est positive, donnez-moi vos coordonnées par retour de mail pour que nous puissions éventuellement convenir d’un rendez-vous. Merci d’avance de votre contribution à mon travail. Laetitia Cohendet Etudiante en master communication à l’Université Lumière Lyon 2

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès