Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > La faillite de la politique de sécurité de Nicolas Sarkozy

La faillite de la politique de sécurité de Nicolas Sarkozy

Les accrochages (Grenoble, Saint-Aignan, Gentilly) qui se multiplient partout dans les banlieues et villages de France rendent compte de la faillite complète de la politique de sécurité de Nicolas Sarkozy. Ni comme Ministre de l’Intérieur, ni comme Président de la République, Nicolas Sarkozy n’aura compris que la sécurité n’est pas une accumulation d’opérations coup de poing destinées à épater la galerie, qu’il ne suffit pas de bomber le torse, mais qu’il s’agit au contraire de penser une répression juste et réfléchie, avec une politique de longue haleine.

Il n’y a pas de réflexion sur la répression en France : d’un côté une gauche de la gauche qui excuse systématiquement les diverses formes de violence par des causes sociologiques, de l’autre une droite qui croit que montrer ses muscles et parler fort suffit pour bâtir une sécurité digne de ce nom.

Si je reconnais que j’en appelle souvent au coup de matraque ici, surtout par exaspération, à vrai dire, je sais très bien que la matraque ne saurait constituer l’alpha ni l’oméga d’une politique de répression.

En réalité, s’il est bien un domaine de la justice qui nécessite la plus grande finesse et dans lequel il faut procéder aux ajustement les plus subtils, c’est bien celui-là. Disposer du pouvoir de réprimer, c’est être conduit presque inéluctablement à pouvoir en abuser ou à en faire usage à tort et à travers (automobilistes ou collégiens menottés pendant que des hordes paradent dans les quartiers difficiles par exemple).

Notre police ne sera jamais autant respectée qu’à partir du moment où elle sera réputée juste. Or, les directives idiotes de Messieurs Besson puis Hortefeux récompensant les fonctionnaires de police au chiffre, leurs déclarations à l’emporte-pièce conduisent exactement à l’inverse.

Jean-Pierre Chevènement avait eu une bonne idée avec sa police de proximité (dont on crédite souvent à tort Lionel Jospin), qui correspondait parfaitement avec l’idée que l’homme se faisait du rôle de la République au coeur de tous ses territoires.

Les Brigades Anti-Criminalité ont un rôle évident, on ne peut le nier, pour assurer l’ordre, mais elles ne devraient en aucun cas se substituer aux forces de police régulières ! Or, c’est exactement le tournant que leur fait prendre Nicolas Sarkozy depuis plusieurs années. Au fil du temps, une police d’intervention a remplacé la police de proximité. Contrairement au sociologue Laurent Bonelli, je n’oppose pas ces deux types de police, mais elles ont vocation à se compléter l’une l’autre pas à assumer le rôle l’une de l’autre !

Il y a un autre point sur lequel il me faut revenir : l’immigration et son rôle dans l’insécurité. Tout comme Socrate dans sa République admettant que la dialectique et la logique de ses thèses conduisent inéluctablement à faire aux femmes une place égale à celle des hommes dans sa Cité, j’ai le sentiment qu’une justice et une répression justes devraient être les mêmes pour tous.

Il ne devrait donc pas y avoir de différences de traitement entre un immigré et un national tous deux délinquants ; c’est en tout cas ce qu’induit la raison. Toutefois, la cité de Platon était idéale, la justice et la répression auxquelles je pense sans doute aussi. Il n’en reste pas moins que c’est un objectif cohérent dès lors qu’une justice et une police dignes de nom fonctionnent dans notre pays.

Je pronostique malheureusement un retour en force du thème de la sécurité lors des prochaines élections, parce que Nicolas Sarkozy et son gouvernement mènent la politique inverse de celle qu’ils devraient mener et réduisent drastiquement les moyens budgétaires de la police.

In fine, la tolérance-zéro, et Bayrou l’avait bien compris en 2007, ce n’est pas le car de CRS quand il est déjà trop tard mais une réaction immédiate et adaptée à chaque infraction. Or, pour offrir une réaction adaptée, il faut avoir une connaissance du maillage social, un contact avec tous les acteurs locaux, dont une police d’intervention ne peut absolument pas disposer. Voilà pourquoi le rétablissement d’une véritable politique de proximité devrait être le premier acte d’une reconquête de notre territoire.


Moyenne des avis sur cet article :  4.19/5   (64 votes)




Réagissez à l'article

108 réactions à cet article    


  • Massaliote 19 juillet 2010 15:41

    « pour offrir une réaction adaptée » il faut déjà avoir la volonté de stopper la délinquance. Vu le degré de pourrissement de nos dirigeants c’est trop leur demander. smiley


    • plancherDesVaches 19 juillet 2010 16:46

      Beenn.. logique : deux camps.

      A ma droite, ceux qui nous ont mis dans une légère crise financière comme en 1929, voici, les individualistes.
      A ma gauche, ceux qui rament depuis toute une vie pour gagner des clopinettes, voiciiii, le peuple.

      Comme dit ce génial conducteur des foules nommé Buffet, milliardaire américain : dans la guerre des classes, la notre est en train de gagner...

      Ce qui se passe en France et qui est un mouvement venant des US amplifie cette affaire de financement occulte de campagne, c’est tout.
      Gouvernement fait par et pour le fric.


    • spartacus1 spartacus1 19 juillet 2010 18:08

      Volonté de stopper la délinquance ?

      Pour ma part, j’en suis à penser que ces violences à Grenoble, Saint-Aignan, etc, tombent à pic pour que l’on parle moins de l’affaire Bettencourt-Woerth-Sarko. Et cette affaire Bettencourt tombe également à pic pour que l’on parle encore moins de l’affaire Karachi, bien plus grave à mes yeux.


    • pierrarnard 19 juillet 2010 15:49

      La repression securitaire ne s’adresse qu’aux individus solvables.

      Il est simplement plus rentable (et confortable) de pieger a la chaine des automobilistes par definition possédants que de plonger au coeur des cités derrière des pauvres en survie précaire.

      Aller, 135€ par an de PV automatiques moyen pour 35 millions d’automobilistes soumis contre des interventions dangereuses, des procedures judiciaires couteuses pour mettre a l’ombre des jeunes rebelles perdus et insolvables qui couteront encore plus en tole que dans les halls d’immeubles, vous feriez quoi, vous ???

      Symptomes : alors que l’on venait de lyncher pour un constat amiable, que l’on plantait pour une cigarette refusée, et autre faits divers tragiques qui ne vous auront pas echappé, la seule reponse du gouvernement fut la supression des panneaux avant radar et la création des zones de calcul des vitesses moyennes.

      Quelle est donc la motivation derrière ces mesures, la sécurité des citoyens ou celle des caisses de l’etat ???
      Ne relachions pas nos efforts, 300 nouveaux radar pour les vacances, et Grenoble peut bien bruler.....


      • Dingo117 19 juillet 2010 16:27

        La seule chose que Sarkozy a en tête, c’est de remplir les caisses et de les distribuer à ses amis.


      • PtitLudo PtitLudo 19 juillet 2010 16:38

        Tout à fait d’accord avec ces 2 commentaires. 

        Enfin un pays qui se met à racketter ses classes moyennes est bien mal parti pour s’en sortir, car alors qui restera-t’il pour faire fonctionner l’économie du pays ?

        Quand j’étais jeune au collège, j’ai appris une notion de physique simple, le principe des vases communicants (avec le tube en U), a savoir que ce qui est présent d’un côté ne peut pas l’être de l’autre et vice-versa.

        Cette notion semble totalement étrangère à nos dirigeants.


      • titi 19 juillet 2010 16:50

        Dans les deux exemples que vous indiquez, mais aussi dans ce qui se passe à Grenoble, vous semblez oublier un point important : ce ne sont pas des problèmes de sécurité mais des problèmes d’immigration.
        On se comporte dans les quartiers ou sur les bretelles d’autoroute comme au Congo-Kinshasa : on est pas d’accord, alors on s’écharpe à la machette ou à la kalach’.

        Or aucun gouvernement n’osera s’attaquer à se problème avec des mesures telles :
        - expulsion immédiate des délinquants étrangers et confiscation des biens ;
        - déchéance de la nationalité pour les bi-nationaux ;
        - suppression des aides sociales aux parents n’assumant pas leurs enfants ;

        Ca c’est simple.


      • DESPERADO 19 juillet 2010 22:40

        Vous appelez ça des émeutes ?

        Ca c’est des émeutes.
        Ces français, quand même , toujours à vouloir être plus gros que le boeuf.


      • dupual 20 juillet 2010 13:46

        Cela fait plus de 30 ans que nous regardons les voyous des banlieues braver impunément nos lois, de plus en plus de mineurs sont des délinquants haineux très violents, non éduqués, non cultivés, refusant de travailler à l’école et préférant le statut d’une société trop généreuse qui gomment tous leurs méfaits et pire les en excuse (trop conne !) .

        Il est temps de remettre de l’ordre !
        Ces jeunes ont été élevés par des parents irresponsables, sans moyens intellectuels et financiers qui se sont contenter de les mettre au monde à la charge de l’Etat de subvenir à tous leurs besoins éducationnels  !!
        Il est urgent de mettre en place un permis d’enfanter (pas la peine d’encourager les plus démunis à faire des tonnes d’enfants à la charge des contribuables jusqu’à la fin de leur vie...)
        Stop à l’immigration, renvoyer tous ceux qui n’ont pas la nationalité française et qui n’ont pas de travail légal. Remettre ainsi les chômeurs au travail (il n’y a pas de sots métiers lorsqu’ils permettent de payer le loyer !)
        Supprimer toute les politiques d’assistanat notamment la politique nataliste qui ne fait qu’encourager les femmes à ne pas travailler pour mettre au monde les futurs cas sociaux à vie ! Cette politique sociale déresponsabilise, humilie, et maintient dans l’inactivité des millions de personnes en âge de travailler.


      • jako jako 20 juillet 2010 13:50

         smiley « Il est urgent de mettre en place un permis d’enfanter » (à points ???)
        On dirait du Bedos smiley j’en peux plus


      • Gabriel Gabriel 19 juillet 2010 15:49

        La politique de sécurité sarkozienne est inexistante, c’est de la communication, un placebo. L’insécurité est le premier allier de ce gouvernement qui la distille afin de faire régner la peur et d’instaurer un régime de plus en plus liberticide. Le premier traitement à la délinquance c’est une lutte efficace contre le chômage afin qu’un maximum de personne ait du travail et puisse ainsi subvenir au besoin de sa famille en terme de logement et d’éducation. Ensuite, il y a les durs des durs, les barbares. Pour ceux là, il faudrait mettre les moyens en effectif et arrêter de supprimer les postes de policiers et gendarmes. Redéfinir les priorités en arrêtant d’emmerder l’automobiliste et ce concentrer sur les zones de non droit du territoire de la république en menant des enquêtes financières sur les dealers. Je suis toujours étonné de voir une personne d’environ 25 ans circuler dans un véhicule de plus de 50 000 €, pas vous ? Il faut attaquer les mafieux là ou ça fait mal, c’est-à-dire au portefeuille !

        Conclusion : Ne compter pas sur ce gouvernement de bandit qui se sert de l’insécurité à chaque échéance pour se faire élire ….


        • Massaliote 19 juillet 2010 16:30

          « ce gouvernement de bandit qui se sert de l’insécurité » je crois qu’il favorise l’insécurité pour mieux détruire le pays. Le but n’est pas seulement de se faire élire. La mission est de « punir la France ». Cette salope de Condolizza Rice doit être satisfaite. Mais les USA ne sont pas mieux lotis avec Barak HUSSEIN Obama. Les nations, comme le poisson, pourrissent par la tête. 


        • Dingo117 19 juillet 2010 16:35

          Sarkozy, fils spirituel de Tatcher-Reagan-Bush, a toujours voulu casser la France pour mieux la dominer, américaniser la France, 51 ième état d’Amérique ?


        • Fergus Fergus 19 juillet 2010 17:16

          Raymond Barre avait usé (à une autre époque et dans un autre domaine) d’une formule qui résume parfaitement le bilan sécuritaire de Sarkozy : « L’échec est total et cinglant ! »


        • Albar Albar 19 juillet 2010 16:13

          Un allumeur de feu décrit depuis des siècles ( comprend qui voudra ) !


          • titi 19 juillet 2010 16:40

            « Ensuite, il y a les durs des durs, les barbares. Pour ceux là, il faudrait mettre les moyens en effectif et arrêter de supprimer les postes de policiers et gendarmes. »

            Le problème ce n’est pas la police. C’est la justice.
            Vous pouvez mettre 1 flic a tous les coins de rue, si lorsqu’un type est choppé il est remis en liberté dans l’heure qui suit vous ne changerez rien.

            Le gars abattu à Grenoble avait 27 ans, et était passé 3 fois aux assises pour attaque à main armée.
            Si on considère qu’il était majeur au moment des faits, cela fait 3 braquages en 9 ans. Et donc un 4ème qui l’a conduit à la mort.

            Ce qui m’atterre c’est qu’on puisse être libre de ses mouvements au bout de 3 braquages.
            Ce qui m’atterre c’est que s’agissant d’un caid du coin , il n’y ait pas eu une mesure d’éloignement.

            C’est l’impunité qui engendre l’insécurité. Qu’il y ait 1 flic ou 10 flics ca ne change rien.


            • Gabriel Gabriel 19 juillet 2010 16:58

              Entièrement d’accord avec vous titi, si la justice ne suit pas cela est peine perdue, mais là même problème que pour la police (Faute de moyen et suppression de postes). Aussi faudrait-il penser à une rééducation de ce type de délinquant afin qu’après la première faute il y ai peut de chance qu’il récidive. En cela S.R avait une idée non négligeable, celle de l’apprentissage à l’autorité, à la solidarité et au respect pour les délinquants mineurs dans un cadre militaire. Ce n’est peut-être pas l’idéal mais c’est toujours mieux que la prison pour une première condamnation suite à un délit mineur.


            • titi 19 juillet 2010 18:04

              En effet, pour avoir vu l’action du « cadre militaire » sur des jeunes à la dérive j’avais en son temps estimé que cette mesure pouvait être interessante.
              Un peu comme les boot camps aux USA. (oups j’ai dit un gros mot)


            • christopher jean 19 juillet 2010 18:04

              c’est le VRAIS problemme LA JUSTICE. je suis entierement d’accord avec vous. pour comprendre ce qui se passe et comment cela se passe il faut se rendre dans un tribunal, par exemple bobiny, qui traite des dossiers tres chauds, et la, je pense que certains n’en croirons pas leurs yeux. pour y etre aller plusieurs fois ( non pas en tant que justiciable). les magistrats se font insultés , menacés, crachés dessus..... la pression est enorme , et je pense que certains magistrats ont peur, oui, peur de represailles. donc ceci explique peut etre cela. ne croyez pas que vous vivez dans un pays calm et tranquille.
              alors MERCI QUI ?


            • foufouille foufouille 19 juillet 2010 18:13

              « Un peu comme les boot camps aux USA. »

              qui ne marche pas sans rien a la sortie


            • BOBW BOBW 19 juillet 2010 18:38

               @ titi :Ce qui est trés curieux c’est que vous ne parlez qu’un aspect de la délinquance , surtout avec les affaires actuelles où les « parrains » de haut niveau ou à la tête de l’État osent prononcer le mot « honneur »et que les fraudes protégées , rémunérées portent sur des sommes considérables « dérobées » à l’État et que ces pontes « surfent » avec prescription ou immunité « légale »

              « C’est l’impunité qui engendre l’insécurité. Qu’il y ait 1 flic ou 10 flics ca ne change rien. »
              Là nous sommes d’accord surtout pour la délinquance en« col blanc » qui ne craint aucunement la« police du Roi »ni même les parquets et procureurs « à la botte »

            • titi 19 juillet 2010 19:26

              «  @ titi :Ce qui est trés curieux c’est que vous ne parlez qu’un aspect de la »

              Bah je sais pas où vous habité, ni de quel milieux vous sortez...
              Mais moi personnellement je me suis fait agressé une fois dans la rue.... ma voiture cassée 3 fois... Et je peux vous assuré que les auteurs n’étaient pas en col blanc.

              Bettancourt ne m’emerdera jamais dans le métro... elle y va pas.
              Woerth ne me braquera pas ma voiture.... il en a déjà plusieurs de fonction.

              Donc clairement votre argument qui consiste à écarter toutes les questions par « allons voir chez salauds de riches qui s’engraissent sur le prolétariat » il fait pschhhiiiiit ....


            • mor95 19 juillet 2010 16:42

              La sociologie n’excuse pas le geste, mais l’explique. Ainsi elle donne par la même occasion, le moyen de régler les problèmes. Comme on peut le remarquer, les solutions aux problèmes mis en oeuvres par le gouvernement ne vont jamais dans ce sens. Pourquoi ? on ne se le demande plus. Il suffit de prendre pour exemple les commentaire laisssé sur l’article « poignardé peut être, mais pas pour un petard ». Une belle bande d’ignard.
              La sociologie c’est la vie. La vrai.


              • debase 19 juillet 2010 16:43

                @l’auteur

                Au nom d’une idéologie (mondialisme, métissage) dont les tenants sont peu nombreux mais détiennent tous les pouvoirs (politique, médiatique, économique, judiciaire) en France on a encouragé une immigration massive afin de faire de notre pays un état multi-ethnique, multi-confessionnel (le « Brésil de l’Europe »).
                 
                Sans être ’raciste’, le peuple français, outre qu’il tient à ses racines et à son identité, et ne serait-ce que pour des raisons de pur bon sens (guerre civiles ou conflits religieux dans ce genre de pays, 100 meurtres par jour au Brésil !!!), n’a évidemment jamais souhaité une telle évolution.

                Les conséquences gravissimes des folles élucubrations et de l’activisme de nos ’élites’, conséquences pourtant bien prévisibles (communautarisme, getthoïsation, violences), sont désormais là, chaque jour plus concrêtes, exacerbées en plus par la crise économico-financiaire qui ne fait que commencer et va durer 10 ou 15 ans...

                On s’attend aujourd’hui à tout moment à une explosion de la violence, il suffit d’imaginer la police amenée à tirer à balle réelle pour se défendre dans une cité et les conséquences que cela ne manquera pas d’avoir... Cela peut arriver ce soir même...

                Pour sortir de cette situation gravissime il serait nécessaire de mettre en place des mesures extrêmement fortes (apès un discours solennel au pays, mise en place de mesures d’encouragement au retour massif vers les pays d’origine).

                L’équipe au pouvoir, avant tout fidèle à son idéologie, n’a aucunement l’intention d’employer de tels moyens : la situation va donc dégénérer et nous allons tout droit vers le chaos et la guerre civile

                A moins d’un sursaut populaire...

                Pardon de rabâcher toujours la même vérité incontournable...


                • non666 non666 19 juillet 2010 16:45

                  Sarkozy n’a jamais été un « sécuritaire ».
                  Par contre , comme le soulgigne l’auteur, il a eu une « posture » sécuritaire.
                  Cette posture etait necessaire car en abandonnant son domaine de la droite nationale (le gaullisme en est une forme) , en se dirigreant vers une « autre droite » plus chretienne democrate et liberale , Chirac avait , comme les socialistes avant lui tourner le dos aux vieux thèmes de l’Ordre et de la Loi, les deux mamelles de la droite natiobnale et sécuritaire.

                  Ce qu’a compris Sarkozy (ou plutot le think tank qui l’a fabriqué...) , c’est que cet abandon etait un gisement pour le retour d’une vraie droite nationale, mortel pour les forces de la mondilisation liberale.
                  Sarkozy a donc eu pour posture de prendre ces attributs , de se les attibuer mediatiquement (grace a ses amis qui controlent les groupes medias) .
                  Tant que ces thèmes etaient prejugés luib appartenir, personne ne pouvait operer sur « sa » sphere d’influence« 

                  Helas tout simulateur finit par etre decouvert.
                  Ses discours sur le renvois des immigrés en situatiion irregulières etaient une posture , les 25 000 renvois n’ont que rarement etait atteint et quand bien meme , ils ne representent que 10% maximum des entrée illicites....
                  Ses discours sur l’immigration »choisie« (par qui , au fait ?) se sont ecrasé , comme aurtand de bouse de vache sur le pavé des cités.
                  Ses discours sur la sécurité (on va nettoyer au karcher !) etaient bel et bien du vent, uniquement du vent.

                  Pour servir le Nouvel ordre mondial , ses employeurs, ses commanditaires du patronat apatride, Sarkozy DOIT continuer a enfaire venir toujours plus.
                  Pour faire baisser les couts des nationaux ET faire s’effondrer les etats nations, par les couts sociaux induits....
                  Il n’y avait pas d’immigration africaine ou aiatique sur le sol de France, au lendemain de la decolonisation.

                  Aujourd’hui, il sont 16 millions d’immigrés dont les 2/3 de non europeens.
                  http://www.insee.fr/fr/themes/tableau.asp?reg_id=0&ref_id=NATCCI02320
                  Ils n’ont pas voulu que nous soyons chez eux, chez nous, mais ils veulent bien etre chez nous, chez eux....

                  La gauche a TRES largement participé a ce phenomene, mais la droite chretienne democrate aussi (VGE !)


                  Aujourd’hui, ni les liberaux (UMP) par interet et strategie du Nouvel Ordre Mondial, ni la gauche (ou le modem) , par demagogie tier mondiste ne pourront resoudre le probleme.
                  Les phenomenes qui se produisent a chaque fois qu’un »jeune« est tué (en fait un criminel/delinquant tué en fuyant la police et en ayant pris moult risques) sont des phenomenes de controle de territoires.

                  Les colons NIENT aux autochtones le droit d’aller encore dans LEUR zone.
                  Les forces de polices sont perçus comme des »provocateurs« en osant y entrer....
                  C’est le phenomene de la Libanisation qui se produiyt , en ce moment, sur NOTRE sol.

                  Jamais les colons n’ont été si arrogants.
                  Jamais ils n’ont beneficié d’autand de silence complice de la part des elus de l’assemblée nationale, de droite comme de gauche.
                  Il faut dire qu’ils sont tous complice.

                  Du regroupement familial (VGE/Barre/UDF) aux legalisations de clandestins (PS/PCF/Vert) en passant par la »discrimination positive" (UMP/Sarkozy) tout est fait pour insulter les autochtones sur leur sol et les ruiner en invitant chez nous de plus en plus d’hotes non souhaités.

                  Aux dernières emeutes nationales, les colons s’etaient contentés d’attaquer les biens collectifs.
                  Quelques agressions, quelques viols et un meurtre de civil : pas encore bien grave , tout ça.
                  Les flics etaient deja debordés....à la limite de la rupture.

                  je rappelle qu’ils ne sont que 10 000 pour toute la France(les unités de maitien de l’ordre....100 par departement .

                  Et maintenant ?
                  Qui se battra pour sauver Sarkozy ?
                  Les Bettencourt ?....
                  Les Bouyghes ?.....
                  Les Dassault ?
                  Les BHL ?
                  Les Rotschild ?







                  • Massaliote 19 juillet 2010 17:25

                    Qui va se battre pour Sarko ? Toutes les canailles aux commandes. L’insécurité et l’envahissement du territoire national ne suffit pas. Il faut exciter la haine des envahisseurs en culpabilisant les autochtones : "Le ministère de l’Education nationale vient de publier les nouvelles instructions officielles qui délimitent les programmes scolaires. François Ier, Henri IV, Louis XIV et Napoléon vont être relayés à « des éléments de compréhension contextuels » et ne seront plus des champs d’étude à part entière. Cette décision a été justifiée par la volonté d’ouvrir les programmes d’histoire « aux autres civilisations du monde ». Il y a fort à parier qu’une fois que la décision sera connue du grand public, beaucoup trouvent à redire à la décision du Ministre et de ses services ! Quelques exemples choisis :
                    • L’étude de la révolution et de l’Empire sont sacrifiés pour étudier les grands échanges commerciaux du 18ème et du 19ème, comprenant les traites négrières et l’esclavage.

                    • Le Consulat et l’Empire sont exclus des programme de 4ème et de 1ère.

                    • Le seul chapitre consacré à la Révolution et à l’Empire devient facultatif mais les pages sur Austerlitz et Valmy sont supprimées des nouveaux manuels (ou tout du moins, tous les manuels choisis ne comportent pas ces points historiques).

                    • Louis XIV est supprimé du programme de 4ème et remplacé par l’étude des civilisations africaines du Monomotapa et Songhai, ainsi qu’un long point sur la traite orientale.

                    « Si tu veux marcher vers le futur, retourne toujours à tes racines » avait écrit Machiavel… Qui envoie un email à Luc Chatel pour lui rappeler ?

                    EDIT à 14H55 le 16/07 : le programme a été changé en 2008, mais ces changements ne rentrent en vigueur qu’à compter de septembre prochain.

                    EDIT à 17h03 le 16/07 : voici la source de l’article : http://www.education.gouv.fr/cid22116/mene0817481a.html . A noter que Dimitri Casali, spécialiste du Ier Empire et auteur d’une trentaine d’ouvrages sur le sujet corrobore ces écrits. A voir sur : http://www.ericbrunet.fr/?p=179"
                    ILS VEULENT MÊME DETRUIRE L’ÂME DE LA FRANCE


                  • Massaliote 19 juillet 2010 17:32

                    Qui va se battre pour Sarko ? Toutes les canailles aux commandes. L’insécurité et l’envahissement du territoire national ne suffit pas. Il faut exciter la haine des envahisseurs en culpabilisant les autochtones : "Le ministère de l’Education nationale vient de publier les nouvelles instructions officielles qui délimitent les programmes scolaires. François Ier, Henri IV, Louis XIV et Napoléon vont être relayés à « des éléments de compréhension contextuels » et ne seront plus des champs d’étude à part entière. Cette décision a été justifiée par la volonté d’ouvrir les programmes d’histoire « aux autres civilisations du monde ». Il y a fort à parier qu’une fois que la décision sera connue du grand public, beaucoup trouvent à redire à la décision du Ministre et de ses services ! Quelques exemples choisis :
                    • L’étude de la révolution et de l’Empire sont sacrifiés pour étudier les grands échanges commerciaux du 18ème et du 19ème, comprenant les traites négrières et l’esclavage.

                    • Le Consulat et l’Empire sont exclus des programme de 4ème et de 1ère.

                    • Le seul chapitre consacré à la Révolution et à l’Empire devient facultatif mais les pages sur Austerlitz et Valmy sont supprimées des nouveaux manuels (ou tout du moins, tous les manuels choisis ne comportent pas ces points historiques).

                    • Louis XIV est supprimé du programme de 4ème et remplacé par l’étude des civilisations africaines du Monomotapa et Songhai, ainsi qu’un long point sur la traite orientale.

                    « Si tu veux marcher vers le futur, retourne toujours à tes racines » avait écrit Machiavel… Qui envoie un email à Luc Chatel pour lui rappeler ?

                    EDIT à 14H55 le 16/07 : le programme a été changé en 2008, mais ces changements ne rentrent en vigueur qu’à compter de septembre prochain.

                    EDIT à 17h03 le 16/07 : voici la source de l’article : http://www.education.gouv.fr/cid22116/mene0817481a.html . A noter que Dimitri Casali, spécialiste du Ier Empire et auteur d’une trentaine d’ouvrages sur le sujet corrobore ces écrits. A voir sur : http://www.ericbrunet.fr/?p=179"
                    ILS VEULENT MÊME DETRUIRE L’ÂME DE LA FRANCE

                     smiley


                  • Eleusis Bastiat - Le Parisien Libéral eleusis 19 juillet 2010 17:03

                    Il est certes toujours facile de sortir le « on vous l’avez bien dit ». Mais si on reprend l’affaire du braqueur abattu par la police à Grenoble, que voyons nous dans le cas présent, si ce n’est l’échec de politiques étatistes ?

                    Reprenons l’affaire : deux jeunes braqueurs fuient et sont poursuivis par la police. Première décision des deux braqueurs : braquer une banque. Pas le genre de situation dans laquelle on se retrouve par hasard.
                    Dans leur fuite, les malfaiteurs présumés tirent sur la police et cherchent manifestement à récuperer l’avantage du terrain en se réfugiant dans leur quartier. Deuxième décision : compter sur le soutien passif ou actif des habitants du quartier, comme dans l’affaire Colonna.
                    Un policier riposte à un tir, manifestement, et tue un des deux braqueurs.
                    Comment parler d’autre chose, de la part des braqueurs, de risques librement assumés, et comment comprendre que leurs amis et au dela les défendent ?

                    Depuis 30 ans on a eu deux sortes de reponses : l’angelisme gauchiste de la culture de l’excuse, aideé par des juges comprehensifs, et le securitaire droitier avec l’explosion du nombre de gardes à vue et de bavures.

                    Force est de constater que ca n’a pas marché, y compris à Grenoble, où, pourtant, les électeurs ont choisi de voter pour un autre candidat qu’Arnaud Walther, candidat dans la 4e circonscription de l’Isère en , qui avait pourtant bien mis en lumière l’échec de l’UMPS sur le domaine de la sécurité comme dans bien d’autres.

                    Alors, électeurs, ne pensez vous pas qu’il est temps de passer à autre chose, à une France libérale ?

                    Supprimons les allocations familiales, privatisons les HLM, supprimons le SMIC et autres blocages, et faisons en sorte de restaurer une société du travail et du mérite. Pour simplifier : celui qui veut avoir un toit et de quoi manger dans le frigo doit travailler.

                    Retrouvez Arnaud Walther sur TeleGrenoble ici, en train de développer les solutions d’Alternative Libérale.


                    • foufouille foufouille 19 juillet 2010 18:10

                      "Supprimons les allocations familiales, privatisons les HLM, supprimons le SMIC et autres blocages, et faisons en sorte de restaurer une société du travail et du mérite. Pour simplifier : celui qui veut avoir un toit et de quoi manger dans le frigo doit travailler.« 

                      et ........ rouvrir auschwitz gere par bouygues, y entasser les sales pauvres qui veulent pas engraisser eleusis et ses »amis" libertaryens


                    • SweetDouce SweetDouce 20 juillet 2010 10:57

                      Et y ajouter les vieux, les malades, les enfants, les handicapés....


                    • dhbasse dhbasse 19 juillet 2010 17:14

                      « supprimons le SMIC »

                      c’est sur, ça va tout régler ça... smiley


                      • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 19 juillet 2010 17:44

                        Sarkozy qui se prétendait en 2007 le meilleur candidat pour lutter contre l’insécurité confirme aujourd’hui qu’il était en réalité le plus mauvais. 

                        Les 53% de gogos qui ont voté pour lui avaient juste oublié de lire son programme qui prévoyait la suppression d’un fonctionnaire sur deux... dont des policiers... et des gendarmes. 

                        Vous avez chanté avec Mireille Matthieu ? Maintenant dansez !

                        • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 19 juillet 2010 17:46

                          Correction :


                          Vous avez chanté avec Mireille Matthieu ? Maintenant dansez avec Hortefeux !

                          (ça rime)

                          • Talion Talion 19 juillet 2010 18:02

                            Comment exiger de qui que ce soit un comportement civique lorsque nos propres responsables se servent de leurs positions à des fins personnelles ?...

                            Le message adressé au travers de leurs agissements par nos élites à la plèbe est le suivant : « les gens honnêtes, intègres et vertueux sont vraiment trop cons de l’être ! »

                            Le résultat que nous avons aujourd’hui sous les yeux n’est que la conséquence logique de ce comportement... Et encore, on peut parier que ce n’est que le début : Le pourrissement de la société commence toujours par le sommet. La base ne fait que suivre un mouvement déjà engagé depuis longtemps.


                            • armand armand 19 juillet 2010 18:15

                              Talion,

                              Fausse excuse. A l’époque où nous gouvernants se vautraient dans le scandale du Panama, les gamins ne saisissaient pas le prétexte pour poignarder leurs instits et mettre le feu aux omnibus.

                              Se dire qu’ils peuvent faire du business tordu parce que ceux de la « haute » font pareil, à plus grande échelle, je peux comprendre. Mais la violence et l’insulte, non.


                            • titi 19 juillet 2010 19:51

                              Tout à fait d’accord.

                              Même si l’anti sarkozyte aigue pousse certain à faire croire que la corruption de nos dirigeants est une nouveauté, il est bon de rappeler que les premiers scandales de la Republique sont nés avec la République et même celle d’avant...
                              Panama, scandale des décorations, affaire Stavisky, et même spéciale dédicasse aux leaders de la gauche actuelles, qui sont les anciens ministres de la gauche passée et magouilleuse ce qui ne les empêche pas de donner des lecons de probitée : carrefour du développement, sang contaminé, affaire Elf, etc...


                            • Talion Talion 20 juillet 2010 00:02

                              @Armand : Les dirigeants d’une république se doivent d’être irréprochables, intègres, honnêtes et des images de vertu à l’image de Gandhi, Mandela, ou du Christ lui-même... A défaut de quoi celle-ci n’est rien du tout.

                              On ne peut pas prêcher le civisme d’un côté et se comporter comme la dernière des racailles une fois un portefeuille d’élu en poche. Le cynisme n’est en effet plus suffisant pour décrire un tel grand écart moral.

                              Si votre aspiration dans la vie est de continuer à jouer les « du con la joie » qui en redemandent béatement après s’être fait sodomiser à sec par le dernier escroc qui a su le convaincre de lui confier sa voix d’électeur, vous souffrirez l’idée que vos compatriotes dans leur immense majorité ne feront pas preuve du même altruisme (ou de la même « naïveté », au choix) que vous.

                              Le fait est que ce gouvernement nous a baisé !... Plaider le fait ce n’est pas la première fois que cela nous arrive n’a pas plus de sens que de plaider un civisme aussi imbécile que mal placé dans un tel contexte.

                              Se comporter en citoyen modèle lorsque vos élites ne se privent nullement de l’opportunité de se servir confine à la connerie ou au masochisme.


                            • armand armand 20 juillet 2010 00:09

                              En somme, il ne fallait pas se battre contre Hitler sous prétexte que la Troisième Rép’ était pourri.
                              Gandhi ? On peut critiquer son rôle politique. Mandela ? Idem. Le Christ ? Jamais prétendu prendre la tête d’un Etat.
                              On peut être un bon citoyen lucide tout en conspuant ses dirigeants corrompus. On ne se met pas à faire comme eux en se trouvant une excuse.

                              Et les vrais hommes d’état qui ont voulu instaurer le règne de la vertu ont été souvent les pires tyrans.


                            • Talion Talion 20 juillet 2010 07:48

                              Donc en gros votre message c’est « la corruption ? Même pas grave ! » ou encore « circulez bande de gueux, il n’y a rien à voir ! »

                              Et bien ma réponse en retour est « ne comptez plus sur nous pour être des veaux et continuer à vous faciliter la tâche ! »

                              Un régime qui se complet dans la corruption n’a aucune légitimité ni autorité morale pour exiger quoi que se soit de la part de ses concitoyens !


                            • titi 20 juillet 2010 13:33

                              « Comment exiger de qui que ce soit un comportement civique lorsque nos propres responsables se servent de leurs positions à des fins personnelles ?... »

                              Qui parle de comportement civique ?
                              On parle d’insécurité.
                              C’est quand même pas le même niveau de pas laisser sa place dans le bus à une vieille dame et lui piquer son cabas !!!

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès