Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > La fameuse fable du travail cher !

La fameuse fable du travail cher !

Depuis des décennies l’on nous persuade que le travail coûte cher, que cela est un handicap, qu’il freine l’économie, favorise les délocalisations et crée du chômage. Bref, le travail est une tare qui est la cause de tous nos problèmes, ou plutôt c’est sa rémunération qui pose problème. Si les gens acceptaient de travailler gratuitement cela irait beaucoup mieux. D’ailleurs, à une époque c’était possible, on appelait cela l’esclavage et effectivement c’était très rentable pour ceux qui se plaignent aujourd’hui de la cherté du travail…

Le travail ne coûte pas cher, au contraire le travail crée de la richesse, il ne peut coûter, puisqu’au contraire il rapporte. Toutes les fortunes ont été crées par l’exploitation du travail et des travailleurs. Ce qui coûte cher, c’est ce que le capital prend au travail, c’est la rémunération des actionnaires, les dividendes distribués, les stock-options et les parachutes dorés. Sur un produit fini, la partie consacrée aux salaires des travailleurs est en constante diminution, ceux qui fabriquent le produit ont souvent un salaire dérisoire qui ne leur permet même pas, dans beaucoup de cas, de s’offrir ce qu’ils ont produit !

Et que l’on ne nous dise pas que pour produire il faut investir, le commencement n’a jamais été l’argent mais toujours le travail. Si avant de créer quoi que ce soit l’homme préhistorique avait attendu des investisseurs, l’humanité serait morte ! Si pour produire industriellement il faut des machines, très bien, mais ces machines ont-elles-même été fabriquées par du travail ! Et s’il a fallu des matières premières pour les fabriquer, et bien le bois, le fer, l’eau, le gaz ou le pétrole, tout cela est gratuit dans la nature. Et de l’exploitation à la transformation de ces matières premières, c’est du travail, du travail et seulement du travail. L’argent ne crée pas du travail, c’est le contraire !

Dire que le travail créateur de richesse coûte cher est une aberration. La recherche constante du profit maximum, voila ce qui coûte cher ! C’est cela qui dégrade les conditions de travail, qui tire les salaires à la baisse, qui met en concurrence les travailleurs entre eux et qui pèse non seulement sur le travail, mais sur l’ensemble de la société.

Ce ne sont ni les rentiers, ni les banquiers qui créent de la richesse ; si vous voulez faire pousser du blé, vous pouvez couvrir votre champs de billets de 500 euros et revenir six mois après, il n’y aura rien, car il faut labourer, semer, soigner, récolter …bref, il faut du travail, c’est cela qui permet la création de richesses, et pas de faire travailler de l’argent ! C’est facile de faire travailler les autres, d’encaisser les bénéfices, de se plaindre et dire que ça coûte cher !

Le travail tel qu’il est conçu dans notre société ne sert qu’à enrichir quelques oisifs qui vivent sans travailler, ces oisifs qui disent que le travail coûte cher, mais cher pour qui ? Pour ces parasites qui nous exploitent et ne génèrent que de la misère, du chômage et de la précarité. Ce sont ces gens là qui dans le même temps encensent la valeur travail, car toutes ces fortunes privées ont été générées par l’exploitation des travailleurs, qu’ils soient jeunes, vieux, hommes, femmes, du nord ou du sud, ils ne représentent aux yeux des exploiteurs qu’un moyen de créer de la richesse, à leur seul profit.

Pour en finir avec l’exploitation et le travail salarié, il faut inventer un système où le seul but de l’activité économique ne serait ni de faire du profit ou de créer des emplois, mais seulement de satisfaire les besoins de chaque membre de la communauté. Car la valeur travail, ce culte de l’effort bon marché qui fait le choux gras des nantis, est la référence de ceux qui ne bossent pas et encaissent les bénéfices. Car malgré la propagande du système, le travail ne libère que celui qui n’est pas soumis à la nécessité de travailler pour gagner sa vie. Alors, si le travail coûte cher, vivons dans l’opulence, arrêtons de travailler.

http://2ccr.unblog.fr/2012/04/12/la-fable-du-travail-cher/


Moyenne des avis sur cet article :  4.52/5   (84 votes)




Réagissez à l'article

172 réactions à cet article    


  • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 2 juillet 2012 10:30

    Pour que les fruits du travail et les revenus du capital ne soient plus en conflit.

    1 de 2

    En ces temps de crise, on ne cesse de parler de déficits budgétaires, de dette, d’inflation, de réduction des charges, d’augmentation des impôts, et cætera...

    Il n’y a personne pour prononcer ce qui semble être LE gros mot absolu : ÉPARGNE ! ! !
    Pourtant, que ne pourrait-on faire avec de l’ÉPARGNE ? ? ?...

    Lire :
    Refondation du Capitalisme & Dividende Universel


    • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 2 juillet 2012 10:31

      2 de 2

      Le 
      Parti Capitaliste Français ( PCF ) propose une synthèse socio-économique permettant d’instaurer une authentique compatibilité entre compétitivité et cohésion sociale ; entre compétitivité et solidarité.

      Ce projet de « Refondation du Capitalisme et de création d’un Dividende Universel » se compose d’un Objectif Principal et de deux Objectifs Spécifiques qui découlent de l’objectif principal.

      Objectif Principal :
      Acquisition Citoyenne & Collective du Pouvoir Économique

      Objectifs Spécifiques :
      I)
      Transformer le « capitalisme ordinaire » en un véritable 
      Capitalisme Écologique, Anthropocentrique, Philanthropique et Équitable.
      II)
      Faire bénéficier chaque citoyen, même mineur, d’un 
      Dividende Universel évolutif qui, de facto, éradiquera définitivement le concept même de chômage et celui de la lutte des classes.



    • Thorgal 2 juillet 2012 11:52

      « Il n’y a personne pour prononcer ce qui semble être LE gros mot absolu : ÉPARGNE ! ! ! »

      Ben si, il y a toi, et ce depuis un moment vu que tu copies/colles ce post en long, en large et en travers dans tous les articles touchant à l’économie  smiley


    • lsga lsga 2 juillet 2012 13:36

      surtout qu’avec la crise, ceux qui avaient économisé toute leur vie viennent de perdre la moitié ou plus de leur argent. 


      ce n’est ni de la faute aux impôts, ni de la faute à l’Etat, ni de la faute au système social...
      non, juste les soubresauts naturels d’un système économique qui régulièrement ruine petits épargnants et PME :

      Olivier Delamarche sur ce sujet :

      la théorie en question :


    • Morpheus Morpheus 2 juillet 2012 13:49

      c/c pour c/c ...

      L’épargne est une fausse bonne idée. L’épargne, c’est quoi ? C’est de l’argent qui est mis en dehors du circuit économique réel, de l’argent « capturé », qui sert aux banques pour spéculer sur les marchés dérivés (l’économie secondaire, déconnectée de la réalité, et totalement out of control).

      De l’argent placé en dehors du circuit marchand, dans le système d’économie basée sur la monnaie et sur l’économie marchande, cela a pour conséquence une diminution de la masse monétaire utile, ce qui se traduit par une raréfaction de la monnaie dans le circuit des « échanges » (quel beau terme de novlangue, quand on y pense, « échange » ...) réels. Hors, plus l’argent est rare, moins il y en a pour tout le monde (déjà que le principe de base d’une économie basée sur la monnaie repose sur la pénurie, si en plus on accroit la pénurie, on est pas dans la merde ...).

      Mieux vaut dépenser son pognon que l’épargner.

      Cordialement,

      Morpheus


    • HELIOS HELIOS 2 juillet 2012 16:59

      juste une petite question a jean-Pierre Llabrés, qui dit :

      LE gros mot absolu : ÉPARGNE ! ! !"

      S’il y a de l’epargne, comme vous le souhaitez, cette epargne ne va pas dormir dans un coin et perdre de sa valeur avec le temps et l’inflation !

      Donc l’epargne va etre placée, essentiellement dans des entreprises, et cet argent issu des epargants va etre remuneres... c’est la remuneration donnée aux actionnaires, les dividendes.

      L’eparge est generatrice d’argent frais pour les entreprises qui en retour remunerent cet argent.
      L’epargne est donc indissociable du capital d’une entreprise, vous ne pouvez pas fustiger d’un coté le patron qui remunere ses actionnaires qui ont epargnés dans son entreprise et encenser ceux qui achetent des parts sociales de d’une entreprise... ce sont les mêmes !

      Le probleme n’est pas simple, car il ne se trouve ni dans les dividendes, ni dans l’epargne.

      Tout le monde le sait, le probleme provient de la financiarisation du systeme... des parts sociales (actions) dont les dividendes ne restent pas là où les clients ont effectues leur achats, mais s’en vont sur des marches lointains et innaccessibles.

      Les dividendes des actions du Cac 40 ne restent pas en France mais alimentent le grand casino des banques sur les marches internationaux. C’est une ponction insoutenable de la richesse du pays et si nous avons une dette, c’est parce que notre pays est saigné economiquement par ces pratiques...

      Un peu de bon sens.... !!!


    • lsga lsga 3 juillet 2012 01:49

      typique du troll sans talent...


      ils jettent au moins 10 lignes, et il ne vérifie pas celles qui prennent...

      feignasse !

       smiley

    • 1871-paris 1875-Paris 3 juillet 2012 07:28

      Qu’est ce que tu viens nous vendre ta soupe infecte à tout bout de champs !

      L’épargne le capital, la rente c’est kif kif ! Une somme de monnaie que tu mets de côté et qui subit l’érosion de l’inflation et de la croissance ! De ce faits nécessairement tu attendra à ce qu’elle soit RÉMUNÉRÉE la est le gros mot !


    • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 3 juillet 2012 07:46

      Par HELIOS (xxx.xxx.xxx.149) 2 juillet 16:59
      « Le probleme n’est pas simple, car il ne se trouve ni dans les dividendes, ni dans l’epargne ».
      Je suis bien aise que vous le reconnaissiez ! ! ! 

      « Tout le monde le sait, le probleme provient de la financiarisation du systeme... des parts sociales (actions) dont les dividendes ne restent pas là où les clients ont effectues leur achats, mais s’en vont sur des marches lointains et innaccessibles.
      Les dividendes des actions du Cac 40 ne restent pas en France mais alimentent le grand casino des banques sur les marches internationaux. C’est une ponction insoutenable de la richesse du pays et si nous avons une dette, c’est parce que notre pays est saigné economiquement par ces pratiques... »

      Si vous avez attentivement lu ma proposition, vous savez parfaitement que ce « problème » n’affecte aucunement le projet que je propose !

      Alors, comme vous le dites si bien : « Un peu de bon sens, ... ! ! ! »


    • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 3 juillet 2012 09:07

      Par Morpheus (xxx.xxx.xxx.92) 2 juillet 13:49
      « L’épargne, c’est quoi ? C’est de l’argent qui est mis en dehors du circuit économique réel »
      Ne croyez-vous pas que l’épargne puisse être utilement investie dans l’économie réelle marchande ?

      Par 1875-Paris (xxx.xxx.xxx.179) 3 juillet 07:28
      « Une somme de monnaie que tu mets de côté et qui subit l’érosion de l’inflation et de la croissance ! »

      Le projet proposé fonctionne actuellement, et depuis longtemps, en faveur de la Fondation Nobel et des Grandes Fortunes.
      Alors, comme vous le faites remarquer si finement, il n’y a aucune raison que ce projet puisse également fonctionner en faveur des « pauvres »...

      smiley


    • JL JL 3 juillet 2012 09:29

      « L’ennui dans ce monde, c’est que les idiots sont sûrs d’eux et les gens sensés pleins de doutes. » Bertrand Russell


    • 1871-paris 1875-Paris 3 juillet 2012 09:37

      N’importe quoi pour justifier la rémunération du capital subissant l’inflation...

      La répartissions vous connaissez ? Ahhh c’est un gros mot pour vous les « capitalistes » !!!

    • 1871-paris 1875-Paris 3 juillet 2012 09:49

      C’est ça et tout le monde est rentier et la richesse ce fait toute seule !!!

      Il est beau le rêve !
      La monnaie n’est pas faites pour avoir comme finalité de ce « rémunéré » nos ancien d’ailleur avaient tout logiquement interdit toutes pratique de « l’usure » !!! La monnaie doit servir à ÉCHANGER des "richesses palpable produite et non virtuelles !
      De ce fait il est une hérésie d’accepter sa rémunération sous forme de rente dividendes, plus values etc...
      La logique capitalistique arrive à son chant du cygne ! Les riches voulant être de plus en. Plus riches avec une somme de richesses n’augmentant pas assez vite face à leur spéculations du coup les plans d’austérité salarial (de partage des richesses) se succèdent pour maintenir une croissance de la part du capital au détriment du salarial ! L’OCDE elle même reconnaît statistiquement que depuis 30 ans le salaria à perdu 10% face au capital dans les sociétés, ou est parti cette richesse , cette valeur ? Sûrement pas en salaires et prime de ceux qui produisent les bien au sein des sociétés !

    • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 3 juillet 2012 11:03

      La répartiSSionS vous connaissez ? 

      Non ! smiley


    • slipenfer 2 juillet 2012 10:41

      le travail coûte cher
      surtout aux ouvriers


      • Lucadeparis Lucadeparis 4 juillet 2012 15:45

        Une solution serait que la monnaie soit travailliste, c’est-à-dire que la monnaie soit étalonnée sur le travail, alors qu’elle n’est étalonnée sur rien, juste manipulée dans sa création par le crédit payant par les capitalistes (banquiers, financiers).
        http://www.agoravox.fr/actualites/economie/article/de-l-or-a-l-euro-de-l-euro-a-l-101002


      • foufouille foufouille 2 juillet 2012 11:15

        "Si les gens acceptaient de travailler gratuitement cela irait beaucoup mieux. D’ailleurs, à une époque c’était possible, on appelait cela l’esclavage et effectivement c’était très rentable pour ceux qui se plaignent aujourd’hui de la cherté du travail…"

        mais comme le riche a herite sans efforts, il en veut toujours plus


        • Leo Le Sage 2 juillet 2012 12:04

          Vous dites : « mais comme le riche a herite sans efforts, il en veut toujours plus »
          Allons foufouille, tous les riches ne sont pas des descendants de Rothschild.
          Il y en a qui bosse très dur même...


        • foufouille foufouille 2 juillet 2012 13:20

          on y croit, leo
          entre coup de bol, piston, escroc, etc, peu d’entre eux bosse vraiment, comme les politiciens


        • 1871-paris 1875-Paris 3 juillet 2012 11:18

          Je connais surtout ceux qui repettant sans cesse qu’il bossent dur, mais la vérité des. Faits est qu’ils font bosser dur les autres !


        • bilbol bilbol 3 juillet 2012 16:55

          Tout n’est pas blanc ou noir ..
          Il y a riche et riche, le riche qui a la bonne idée au bon moment qui a une entreprise « son bébé » qu’il s’efforce de faire fonctionner du mieux qu’il le peut, engager du personnel et gérer tout ce petit monde.
          D’un autre côté il y a le riche, qui lui n’en a jamais assez, qui s’estime en bon droit de faire croire qu’il est surbooké à travailler 15 heures par jour, alors qu’en fin de compte sa journée ne consiste qu’à ordonner aux autres, à ripailler avec des clients lors de repas d’affaires et à se la couler douce en recevant des gâteries de sa secrétaire.

          Ce qui m’amène à vous dire que ce n’est qu’une question d’être humain, d’éducation, et de spiritualité.
          Bon ok, je vous l’accorde après 30 ans de capitalisme à tout va, de fausse libération de la femme, de croissance forcée, les esprits sont forcément marqués, et pas dans le bon sens.
          C’est tout un peuple qu’il faut rééduquer !


        • Ollisters Ollisters 3 juillet 2012 17:54

          @bilbol
          Je suis asse d’accord avec votre analyse, remet toutefois une réserve a propos des 15H travaillée par jours par les grand patrons, et la je me demande si çà serait pas plutôt un chiffre plus proche des 15H par semaine plutôt que par jour.


        • totor totor 2 juillet 2012 11:26

          Dans le prix d’un produit il y a
          - la matière première
          - la main d’œuvre directe (l’ouvrier) + les charges sociales correspondantes
          le reste
          - la structure (encadrement, bureaux, impôts,...)
          - l’énergie
          - la marge

          Schématiquement dans une industrie manufacturière en 1965
          Matière 40%, main d’œuvre 45%.. le reste 15%
          en 2004
          Matière 25%, main d’œuvre 25%.. le reste 50% Le gros morceau étant constitué par encadrement et bureaux,
          En 2012 ?
          Je ne sais pas ! il n’y a plus d’industrie manufacturière .... ou si peu ....


          • totor totor 2 juillet 2012 11:29

            J’ai oublié :
            Conclusion : Ce n’est pas le travail qui est cher  !!!


          • titi 2 juillet 2012 13:40

            @totor

            Connaissez vous la signification des numéros de modèle des voitures Peugeot ?

            Le premier chiffre indique le segment (1 pour le plus petit, 6 pour le plus élevé), le 0 est réservé pour le passage de la manivelle, si il est doublé c’est un monospace, et le dernier correspond à la décennie. Ou plutot correspondait :

            La 201 est une petite voiture conçue/sortie dans les années 20 remplacée au bout de 11 ans par...
            La 202 est une petite voiture conçue/sortie dans les années 30 remplacée au bout de 11 ans par...
            La 203 est une petite voiture conçue/sortie dans les années 40 remplacée au bout de 12 ans par...
            La 204 est une petite voiture conçue/sortie dans les années 60 remplacée au bout de 11 ans par...

            Notez la constance... puis...

            La 205 est une petite voiture conçue/sortie dans les années 80 remplacée au bout de 15 ans par...
            La 206 est une petite voiture conçue/sortie dans les années 90 remplacée au bout de 8 ans par...
            La 207 est une petite voiture conçue/sortie dans les années 2000 remplacée au bout de 6 ans par...
            La 208 est une petite voiture conçue/sortie dans les années 2010

            On a donc une accélération du rythme de le sortie des modèles.

            Ce qui signifie nécessairement plus d’ingénieurs, plus marketteux, plus de concepteurs, plus de techniciens...

            Il ne fait aucun doute que la direction Peugeot préfererait rééditer la 205... mais le consommateur veut des designs innovants, plus d’options, plus, plus, plus....

             

             


          • kane85 kane85 2 juillet 2012 13:58

            @ titi

            Ou alors la direction de Peugeot préfère surfer sur des modes et fabrique des nouveaux modèles avec obsolescence programmée pour que les gens achètent plus de voitures ???

            La production de la R5 de Renault a été arrêtée non pas parce que les gens demandaient d’autres voitures mais parce qu’elle était trop performante dans le temps !! Il n’y avait pas assez de retour sur les pièces détachées... Je le tiens d’une amie, secrétaire de direction dans un grand garage de la marque, qui a vu passer la circulaire interne expliquant aux patrons des succursales le pourquoi du comment alors qu’il y avait encore des commandes pour cette voiture !


          • titi 2 juillet 2012 14:58

            @kane85

            L’obsolescence programmée existe. C’est un fait.

            Il n’empêche que dans le cas de l’automobile, cet argument ne tient pas : la preuve étant que les gouvernements mettent en place des incitations pour débarasser les voitures trop anciennes mais roulant toujours. j’ai moi même porté une berline citroen à 390 000 km !!!
            Ma dernière peugeot à 106 000 km... et elle roulait toujours.

            Et encore une fois je suis persuader que si peugeot pouvait rééditer le coup de la 205 il le ferait.

            Passons à un autre exemple.. le rasoir.
            Pour vendre du rasoir, ustensile con par excellence, on arrive maintenant à faire de la pub sur des rasoirs 5 lames !! Plus de lames !! Plus de confort !! Plus d’aloé vera !! Plus de poulettes dans les pubs !! Plus de stars, de sportifs, d’ambassadeurs de la marque !!!

            Pourquoi ? parce que fabriquer du rasoir est à la portée de n’importe qui.
            Le vendre par contre .....


          • kemilein 2 juillet 2012 16:14

            la question est de savoir si c’est la faute de la rapacité du vendeur ou de la bêtise, la connerie, la stupidité, la crétinerie de l’acheteur ?


          • kane85 kane85 2 juillet 2012 16:37

            @ titi

            Vos propos disent exactement le contraire de ce que vous voulez démontrer :"la preuve étant que les gouvernements mettent en place des incitations pour débarasser les voitures trop anciennes mais roulant toujours« ...

            Mais c’est la preuve qu’il y a une volonté de détruire les voitures qui font du temps au profit des voitures qu’on ne peut réparer que dans la marque (le petit garagiste de campagne ne peut pas se payer tous les programmes pour toutes les marques et, de ce fait, plus réparer les nouvelles voitures) et qui durerons peu !

            Vous croyez vraiment que les gouvernements ne sont pas de connivence avec les constructeurs ? Vous croyez vraiment qu’ils vous donnent des primes pour vous faire plaisir ou parce que ça va vous faire jeter une voiture que vous auriez pu réparer n’importe où et qui vous aurait encore fait pas mal de temps au profit de voitures prisonnières de leur marque et à obsolescence programmée ? Vous croyez que tout n’est pas fait pour que ça profite aux grandes marques et leurs actionnaires qui en demandent toujours plus ?

            D’après vous, la fameuse »croissance" elle est où ? Dans l’achat ou dans l’économie ? Dans la réparation chère ou dans celle qui vous coûte peu chez votre garagiste de quartier ?

            En toute chose posez vous systématiquement la question : A qui profite le crime !

            Et si vous réfléchissez un petit peu vous trouverez très vite la réponse !


          • titi 2 juillet 2012 16:55

            Les primes à la casse sont des incitations. Pas des obligations.

            Rien ne vous empêche de conserver votre voiture ad vitam.
            Sauf... sauf la pression « sociale » de ceux qui montent dans votre voiture et vous font remarque qu’il n’y a pas de clim, pas de GPS, pas de prise USB pour brancher l’iPod.


          • Ray Volté 2 juillet 2012 17:00

            J’ai connu en 1958 un MECANICIEN. Il roulait dans une Donnay de 1911. La voiture était en parfait état. Que sera une Ferrari dans 45 ans ?


          • kane85 kane85 2 juillet 2012 17:40

            @ titi
            « Les primes à la casse sont des incitations. Pas des obligations »

            Exact ! Et cette incitation ne marche pas avec moi ! La dernière voiture qui est partie à la casse avait 395000 km au compteur et a été remplacée par une voiture d’occasion... que l’on espère faire durer longtemps !! smiley

            Cela n’enlève pas le fait que l’on fait tout pour éliminer les « vieilles » voitures qui durent et sont faciles à faire réparer car ne générant pas assez de revenus pour la marque et la « croissance »...

            Et ça marche ! Et ça marchera tant que les gens continuerons à regarder les pubs à TF1 ou autres et seront fiers de montrer aux copains leur dernière acquisition bourrée de gadgets inutiles !

            Ainsi va le monde au plus grand profit des grandes entreprises de construction automobiles et de leurs actionnaires !



          • titi 2 juillet 2012 18:01

            « Ainsi va le monde au plus grand profit des grandes entreprises de construction automobiles et de leurs actionnaires ! »

            Mais aussi de l’emploi...

            L’equation est simple : vous avez des frais récurrents... il vous faut des revenus récurrents... il faut donc des ventes récurrentes...


          • kane85 kane85 2 juillet 2012 18:43

            @ titi

            "vous avez des frais récurrents... il vous faut des revenus récurrents... il faut donc des ventes récurrentes...« 

            Nous y voilà ! Il faut vendre beaucoup pour payer les employés !... Et les actionnaires ! Surtout les actionnaires ! Et les grands patrons aussi ! Ne pas oublier les grands patrons !

            Vous voyez que cela n’a rien à voir avec le fait que les gens veulent toujours du nouveau et réclament plus souvent de nouveaux modèles !

            Enlevez le prix des actionnaires et vous verrez que vous pourrez payer les ouvriers correctement sans vous soucier de leur coût et vendre des voitures de bonne qualité pour la même rentabilité... Et que les clients seraient plus que satisfaits de pouvoir garder une voiture payée à un prix abordable plus longtemps... Pour aider à la manoeuvre, il suffirait de lancer la »mode" vers la fierté d’être capable de garder et d’entretenir sa voiture le plus longtemps possible !

            Mais que dirons les actionnaires et les grands patrons payés très très cher avec de beaux parachutes dorés et de très belles retraites... eux ! Sans qu’on parle pour autant du coût des ces dépenses là !

            Il fut un temps où un patron d’entreprise se payait 10 fois le salaire de base et était content... Et où les actionnaires, s’il y en avait, n’exigeaient pas du 15% par an !... Il y eut un temps


          • Ollisters Ollisters 2 juillet 2012 23:19

            Ce qui serait aussi intéressant de savoir, c’est les brevets qui pourrait révolutionné notre vie, mais inexploités car pas assez rentable pour les lobbys qui ont les moyens de se les payer .

            @Titi
            c’est touchant cette apologie de la surconsommation que vous faites, sur une planète malade, rongée par la surconsommation justement.


          • Lea Andersteen Lea Andersteen 3 juillet 2012 07:56

            Il ne faut pas écrire « charges sociales » mais « cotisations sociales ». Le patronat a changé le mot pour les désignés, changeant dans nos esprits, au final, ce que recouvre la différence entre notre salaire brut et notre salaire net. Il s’agit de l’argent qui est prélevé pour cotiser au système sociale : Retraites, Assurance Chômage et Assurances Maladies sont financée par ce que le patronat nomme « charges sociales ». Et des employés arrivent à soutenir qu’il faut continuer, comme on fait depuis 20 ans, à baisser ou exonérer des entreprises de charges sociales.

            De s’étonner ensuite qu’il manque, parait-t-il, d’argent pour financer notre système social. Il en manque : du non perçu, clairement. Le problème n’est pas que l’état dépense trop, mais qu’il ne prélève plus assez, surtout aux plus riches et aux entreprises.


          • titi 3 juillet 2012 11:40

            @Ollisters

            Je ne fais l’apologie de rien du tout. Je constate.

            C’est comme cela que ca marche. Après on peut dire « pas bien », « pas écolo », « pas ceci », « pas cela »... c’est comme cela que ca marche.


          • titi 3 juillet 2012 11:43

            « Il ne faut pas écrire »charges sociales« mais »cotisations sociales« . Le patronat a changé le mot pour les désignés, changeant dans nos esprits, au final, ce que »

            C’est faux.

            Du coté de l’entreprise...
            Tout d’abord ce n’est pas le patronat qui a changé le terme mais l’administration fiscale, qui oblige les entreprises à tenir une comptabilité. Et dans ce plan comptable les « cotisations » sont imputés sur des comptes de classe 6 c’est à dire des comptes de charges.

            Du coté du salarié...
            En suite « les cotisations sociales » ne sont même pas du salaire déguisé.
            Le système actuel basé sur la répartition n’assure absolument pas qu’un salarié « retrouvera » ses cotisations lorsqu’il en aura besoin.
            Ce sont donc pour lui aussi « des charges ».


          • JL JL 3 juillet 2012 11:52

            titi le désinformateur :

            Les cotisations versés par les salariés lui confèrent des droits. Ces droits valent beaucoup plus que ceux qu’il pourrait acquérir auprès de n’importe quel organisme privé, puisque ces organismes privés ne sont que des parties du tout - la nation - un tout garant en dernier ressort, de toutes ses parties et sous-parties, les droits direct sont plus forts que les droits conférés par des sous-traitants.

            Pour utiliser une formules décatie : « il vaut mieux avoir à faire au bon dieu qu’à ses saints ».


          • Le péripate Le péripate 3 juillet 2012 12:03

            En effet, une chaine de Ponzi pour fonctionner a besoin sans cesse de nouveaux entrants et rien en effet ne dit qu’il y en aura toujours. C’est donc bien une charge pour le salarié dont le remboursement futur dépend de la politique, ce qui est idéal pour fabriquer des esclaves consentants.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Robert GIL

Robert GIL
Voir ses articles







Palmarès