Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > La faute de Mélenchon

La faute de Mélenchon

C’est peut-être un tournant de la campagne qui se joue en arrière-cour et sur le web, depuis quelques jours et qui vient de connaitre un nouveau tournant. Jean-Luc Mélenchon vient de commettre une grosse faute, qui pourrait rejaillir sur toute sa campagne. Il a une fois de trop attaqué son ancien compagnon de la campagne du non au TCE José Bové. Et cette fois, la faute (de ponctuation) est devenue une faute (politique).


À partir d’un article paru dans l’hebdomadaire Politis de cette semaine (José Bové : Mes divergences avec Cohn-Bendit sont derrière nous, jeudi 21 mai - http://www.politis.fr/article7107.html), Jean-Luc Mélenchon, sans doute très agacé, a lu trop vite et mobilisé ses troupes autour du thème : José Bové a menti, il a trahi le camp du non (au TCE de 2005). Il rédige immédiatement un post spécial consacré à l’affaire sur son site, dans lequel le sénateur en campagne explique que le "traitre" Bové vient de signer un terrible aveu...
Après l’étonnement de mise, quelques lignes pour se lamenter de cette terrible nouvelle, : "Ça c’est la bombe de la semaine. Le vrai crève cœur du moment. Quand on me l’a appris, j’ai cru que ce n’était pas vrai. Et pourtant si, c’est vrai. Et c’est même confirmé par l’intéressé."
Rappelant combien Bové avait été un vrai compagnon de route du non, contre le méchant Dany Cohn-Bendit, son allié d’aujourd’hui, Mélenchon termine son billet : "Et, bien sûr, le plus incroyable c’est non seulement qu’il nie un fait que n’importe qui peut rectifier mais surtout qu’il l’assortisse de commentaires injurieux sur le nationalisme des partisans du non. Je crains qu’il y ait un problème. Je ne sais pas lequel. Mais c’est tellement incroyable ! Et surtout si peu crédible."

Une coquille dans le journal

Rassurons le grand inquisiteur du PdG, il y avait bien un problème, mais apparemment il n’avait pas vérifié ses sources et s’est bêtement monté le chou contre son « traître » favori, par la faute d’une coquille dans le journal de ses grands amis de Politis. Volontaire ou pas, la version publiée d’un extrait de livre d’entretien entre José Bové et Claude-Marie Vadrot était tronquée et changeait radicalement le sens de la phrase incriminée.
Voici les deux versions : la bonne, celle du livre d’entretiens récemment publié par Claude-Marie Vadrot (José Bové, un paysan pour l’Europe, éd. Delachaux et Niestlé)
"Effectivement, j’ai voté non au traité constitutionnel, mais je n’ai pas fait campagne, une campagne très écoutée, au nom de vieux principes archéo-souverainistes qui nous ramèneraient au repli identitaire sur l’État-nation (...)
Et voici la mauvaise, recopiées dans Politis :
"Effectivement, j’ai voté non au traité constitutionnel, mais je n’ai pas fait campagne. Une campagne très écoutée, au nom de vieux principes archéo-souverainistes qui nous ramèneraient au repli identitaire sur l’État-nation (...)
Politis a fait une telle erreur en retranscrivant l’extrait ? (dans la version papier, car la version Web est inaccessible en entier, sauf aux abonnés). Incroyable, non ?

Ah ! La parabole du point et de la virgule, qui change tout ! Eh oui, un vrai cas d’école de journalisme. Une “co(q)uille", comme on dit. Et une belle, une superbe, avec plein d’implication et tout...
Erreur involontaire, de la part du journal ? Bien, admettons. Mais alors pourquoi Politis n’a pas immédiatement publié un erratum en toute page (web) dès jeudi dernier, puis promis de se flageller en place publique avant de demander mille pardons à l’auteur et à tous ses descendants sur trois générations, pour avoir laissé passer une telle erreur et ainsi changé complètement le sens d’une phrase ? On s’abstiendra ici de chercher d’autres explications, par respect pour ce journal que nous sommes sans doute nombreux à avoir estimé.

Rectificatif, par l’auteur de l’article

Ce n’est que ce lundi soir que l’auteur de l’article, Claude-Marie Vadrot, alerté par plusieurs lecteurs, rectifie dans son blog sur le site du journal.
• lundi 25 mai 2009 à 21:05
• José Bové victime d’un tragique bug informatique
• par Claude-Marie Vadrot
• Le dernier numéro (1052) de Politis est paru le jeudi 21 mai avec un extrait du livre fait des conversations que j’ai eues avec José Bové pour le livre "José Bové, un paysan pour l’Europe". Un bug informatique (dont je suis peut-être le responsable au moment de la transmission du fichier d’origine) fait dire à José "Je n’ai pas fait campagne". Ce qui ne correspond pas à la réalité et est exploité depuis quelques heures par ses amis et ses ennemis.  
Il suffit de se reporter à la page 157 du livre qui est en librairie (éditions Delachaux et Niestlé) pour retrouver la réponse exacte à ma question, réponse qui devrait ramener le calme dans les esprits mal intentionnés qui peuvent faire l’effort de lire tout le bouquin avant de grimper aux rideaux :  
• "Effectivement, j’ai voté non au traité constitutionnel, mais je n’ai pas fait campagne, une campagne très écoutée, au nom de vieux principes archéo-souverainistes qui nous ramèneraient au repli identitaire sur l’Etat-nation : c’est effectivement un schéma qui ne peut plus fonctionner, qui n’a plus de sens, qui nous ramène à ce qu’il y a de pire dans le nationalisme".  
• Fin de la polémique, donc.

Pour ceux qui veulent vérifier, le livre dont est issu l’extrait est encore en vente dans toutes les bonnes librairies, il suffit de l’ouvrir et regarder : l’extrait est en haut de la page 157.
Que les fins limiers du FG et autres chiens de garde de la bonne pensée vérifient, puisque c’est leur rôle. Et qu’ils disent ensuite ce qu’il en est, maintenant qu’ils savent que tout cela n’était pas vrai. Mais ils le savent déjà, peut-être, pour la plupart, s’ils ont acheté et lu le livre... Au moins, devant l’incongruité du propos, ils auront vérifié, évidemment. Et c’est bien tout le problème.

L’affaire continue

Fin de l’affaire, alors ? Non, justement. Parce que la vraie affaire commence à peine. Et elle n’est pas prêt de s’arrêter. D’un côté, le rectificatif de l’auteur (mais pas de la rédaction) qui devrait mettre fin à tout et renvoyer les zélés commentateurs à leurs chères études ; de l’autre, la trainée de poudre et l’incroyable récupération de cette coquille par les milieux proches du Front de gauche et du NPA sur la toile. Les anti-Bové se déchaînent depuis deux jours, citant le billet du grand Mélenchon, et se rappelant moult anecdotes et signes qui ne trompent pas que ce José était bien un “traître en puissance”, un “fourbe”, un “faux agriculteur” qui d’ailleurs “passe sans arrêt dans les médias”, et aurait même “une maison écolo” (c’est dire)… Le délire prend encore en ce moment des proportions étonnantes par sa violence et son extension dans certains milieux réputés proches de la gauche anti-capitaliste. Comment expliquer tant de haine, après tant d’amour ?

Que se passe-t-il, alors ? Une erreur aussi manifeste peut-elle générer de tels effets sans poser question ? Y a-t-il manipulation ? Ou encore, le besoin de se refaire une petite passe d’armes sur le dos du nouveau bouc-émissaire en vogue, depuis qu’il aurait "trahi" ?
Et on revoit poindre le vieil adage si partagé : « calomniez, calomniez… Il en restera toujours quelque chose… »

La figure du traître en milieu trotskiste

Les aubaines d’hier sont souvent les traîtres de demain, messieurs. Et ces messieurs du non-qui-continue ont assez utilisé la bonne affaire d’un Bové au zénith pour ne pas supporter qu’il vole sans eux. La méthode est assez piteuse, mais elle marchera sas doute au sein de certains cercles, puisque les ouailles zélées n’entendront que ce qu’elle veulent qu’on leur dise. Et puis, on est là pour du boulot à l’Europe, alors : à la guerre comme à la campagne électorale, hein !
José Bové est donc aujourd’hui la victime désignée d’un atavisme de cette gauche un peu habituée aux passes d’armes et aux exclusions passionnées. Quand les trotskistes s’étripent et se divisent (NPA vs. FG) pour un poste au parlement européen (et le salaire qui va avec, même en cas d’absences nombreuses), il leur faut trouver un "ennemi commun" : on retrouve la légende du bouc-émissaire, qui, chargé de tous les maux, est chassé du village pour que revienne la concorde entre les ennemis d’hier. Et c’est le “traître” Bové qui s’y colle, cette fois.
Et si Méluch le socialiste et Oliv’ le trotsko avaient en fait de vrais torts et une bonne dose de mauvaise fois, dans cette affaire ? Et si le NPA/LCR voulait surtout, pendant ces Européennes, faire oublier qu’il a été le premier à partir seul à la Présidentielle, en 2007, au mépris des comités anti-libéraux ? Et si le PG voulait faire oublier qu’il est surtout une scission du PS chargée de ramener quelques ouailles dans le giron de la grande famille ?...

Les attaques, ça fait aussi boomerang

Facile, le coup du traître excommunié de la famille ? Oui, c’est piteux et pas très beau, mais ça marche, puisque tout ce petit monde n’attend qu’un signe, qu’une petite erreur (de ponctuation) pour tirer à vue et se refaire une virginité à peu de frais.
José Bové a beau dire l’inverse de ce qu’ils lui attribuent à longueur de journaux depuis des mois, le répéter sur tous les tons... Peu importe, un virgule mal placée, et hop !! Le traître est démasqué.. Haro sur le Bové ! Ce n’est plus du journalisme, ce n’est même plus de la politique. C’est de l’acharnement maladif et ridicule. À force d’excommunier de nouveaux traîtres du jour, cette gauche va vraiment finir par être triste et esseulée. Et c’en sera fini. Et puis surtout, il lui faut d’urgence apprendre à dire des choses vraies. Il paraît que c’est révolutionnaire.

La petite histoire pourrait se terminer sur un petit mot d’excuse. Mais cette fois, les projecteurs de la campagne des Européennes sont braqués sur les candidats et toute cette affaire qui va faire flop va contribuer à ridiculiser ses porteurs auprès de nombreux électeurs de gauche, sincères, mais pas dupes des méthodes employées. Les anathèmes lancés vont revenir comme par un effet boomerang et le Front de Gauche de Mélenchon va en pâtir sérieusement, auprès de tous ceux qu’il voulait séduire par sa verve et son côté rigide. Par quelques outrances et effets de manche accusateurs, Jean-Luc Mélenchon, par son choix d’une campagne toute entière axée sur l’attaque de tous ceux qui auraient trahi le non au TCE, a manqué l’occasion de mener une campagne d’arguments. En quelques jours et une grosse erreur de jugement, il vient de briser la moitié de son programme, qui peut se résumer en une phrase de tribune : José a trahi le non, je suis le dernier des nonistes.
Bref, si quelqu’un veut lui rendre service : informez-le qu’il vient de faire une grosse faute. Et qu’il serait nécessaire qu’il la reconnaisse très vite et qu’il ne lui reste que quelques jours pour éviter le pire, au risque de ne plus jamais parler sans laisser un soupçon de doute à ses interlocuteurs.
 

Moyenne des avis sur cet article :  2.02/5   (43 votes)




Réagissez à l'article

28 réactions à cet article    


  • Voltaire Voltaire 26 mai 2009 12:04

    Tout cela est insignifiant ; franchement, un article sur ça ? il y a quand même plus intéressant à analyser ou commenter dans cette campagne !


  • Nicole 26 mai 2009 14:28

    Je vous prends au mot, Voltaire ! Que pensez-vous du rejet par le Conseil d’Etat du référé liberté par lequel Pierre Panet demandait le respect du code électoral, à savoir que les noms figurant sur les bulletins de votes soient les mêmes que ceux qui figurent sur les listes, ce qui parait le moindre des respects ? Voilà le texte du référé :

    CONSEIL D’ETAT
    Bureau des référés

    RÉFÉRÉ LIBERTE

    Pour : M. Pierre Panet, mandataire de la liste antisioniste pour les élections européennes du 7 juin ;

    Contre : La décision de la commission de propagande de Paris, en date du 20 mai 2009 ;

    A l’occasion des élections européennes qui se dérouleront le 7 juin prochain, la liste antisioniste en Île-de-France, conduite par M. Dieudonné M’Bala Mbala a été déposée au Ministère de l’Intérieur le 14 mai 2009.

    L’exposant, en sa qualité de ladite liste, s’est rendu à la commission de propagande à la préfecture de Paris, le 20 mai 2009.

    Il en est résulté une décision ayant pour objet de valider l’ensemble des bulletins de vote présentés devant la commission comme l’atteste le procès-verbal ci-joint.

    L’exposant conteste la décision de la commission de propagande. En effet, plusieurs listes comportent un nom autre que celui des candidats figurants sur la liste.

    Or, l’article R30 du code électoral dispose que : « les bulletins ne peuvent pas comporter d’autres noms de personne que celui du ou des candidats, ou de leurs remplaçants. » En outre, il est précisé que « Le libellé et, le cas échéant, la dimension des caractères de bulletins, doivent être conformes aux prescriptions légales ou réglementaires édictées pour chaque catégorie d’élection ».

    Par ailleurs, en se refusant à exercer un contrôle du contenu des bulletins de vote, la commission de propagande, a méconnu sa compétence, sauf à admettre, comme son président l’a laissé entendre, qu’il incombait au Ministre de l’Intérieur d’interdire un intitulé de liste comportant un nom autre que celui des candidats.

    Il convient de faire observer qu’un mémento, édité par le Ministère de l’Intérieur, insiste sur le caractère impératif des dispositions édictées par l’article R30. Cet article est cité à deux reprises à la page 15, dont une fois en gras et souligné.

    Il est clair que l’article R30 a été édicté pour ne pas induire en erreur la volonté des électeurs qui pourraient penser voter pour une personne non inscrite sur la liste.

    Le non respect de l’exigence posé par l’article R30 porte ainsi atteinte à la sincérité du scrutin et fausse le choix des électeurs.

    Il y a ainsi une atteinte grave à l’exercice d’une liberté publique : celle du choix éclairé pour l’électeur de désigner ses représentants.

    Par ces motifs et tous autre à produire, déduire ou suppléer même d’office, l’exposant demande l’annulation partielle du PV de la commission de propagande, en tant qu’il a validé les bulletins électoraux suivants comportant les intitulés suivants :

    Liste Front National présentée par Jean-Marie LE PEN
    Protéger nos emplois, défendre nos valeurs avec la liste De Villiers soutenue par le MPF, CPNT et LIBERTAS
    Liste lutte ouvrière soutenue par Arlette Laguiller
    Démocrates pour l’Europe, liste soutenue par François Bayrou
    Europe écologie avec Daniel Cohn-Bendit, Eva Joly et José Bové

    Le 24 mai 2009,
    L’exposant

    PJ :
    Déclaration de candidature de Monsieur Dieudonné M’Bala Mbala désignant l’exposant comme mandataire ;
    Procès verbal de la commission de propagande de la préfecture de Paris en date du 20 mai 2009 ;
    Mémento du Ministère de l’Intérieur pour les élections européennes du 7 juin 2009.
    _______________________________________________________

    Pierre PANET


    PS : vous m’aviez demandé une précision dans un précédent fil que je n’ai vu que deux jours plus tard. J’y ai répondu, j’espère que vous avez vu. Sinon :

    http://www.ujc.org/IR/CategoryListings.aspx?id=199


  • Kalki Kalki 26 mai 2009 15:42

    Cela s’appelle la politique : le pinaillage , verbiage, pour marquer son groupe, sa meutte, sa scission avec the politique.
    Mais ou est le politique ? Dans le citoyen en théorie.


  • Marianne Marianne 27 mai 2009 08:09

    D’accord avec vous Chantecler et plutôt que de pinailler, je vous invite à aller lire les arguments de campagne du Front de gauche et des 36 économistes qui le soutiennent ainsi que de nombreuses personnalités comme Gisèle Halimi, Bernard Cassen, Ignacio Ramonet, Régis Debray, Patrick Chamoiseau, Robert Guedigian, Didier Daeninckx, Ariane Ascaride entre autres. J’en ai profité pour voir le clip officiel que je n’ai pas encore vu à la TV :

    http://www.frontdegauche.eu/


  • emosaique emosaique 26 mai 2009 11:10

    Je ne vois pas en quoi cette virgule modifie le fond. Pour l’avoir entendu au Zenith à l’ccasion du dernier référendum je peux vous affirmer que José Bové est un beau menteur, il a bien mené campagne et avec beaucoup de virulences.
    L’entendre dire également « Etre radical dans sa tête tout en étant radicalement pragmatique » fait sourire, lui qui comme son nouveau ami Cohn-Bendit a construit à l’origine son personnage, sur la radicalité, et la surenchère et n’existe politiquement et médiatiquement que pour cela.


    • waren waren 26 mai 2009 22:09

      Vraiment désolé pour vous si vous ne voyez pas la différence... smiley

      On peut avoir un avis sur José Bové, sur ce qu’il fait, sur ce qu’il défend, et la façon dont il le fait. Je ne défends pas ici la personne ou sa position politique.
      Par contre, il me semble tout à fait inepte et dangereux de lui faire dire l’inverse de ce qu’il dit et de l’exploiter politiquement ensuite ; et ça rappelle de très mauvais souvenirs.
      Dans un cas, il dit qu’il a fait campagne pour le non, mais pas sur certains thèmes...
      Dans l’autre, on lui fait dire qu’il n’a pas fait campagne  !?... Et on l’accuse de trahison !

      Et surtout, une fois qu’on sait où est la vérité de ce qu’il a dit, je ne comprends pas qu’on ne change pas son argument. Iil est très malsain de faire de ce faux un axe de campagne comme le fait Jean-Luc Mélenchon. Mais si cela ne vous choque pas, vous devez avoir vos raisons. Et dans ce cas, il ne s’agit pas vraiment d’échanger des arguments, ici.

      Un faux (en imprimerie, comme en citation) n’est pas anodin, quand il est exploité par des adversaires politiques (vous semblez en être) . Cela ne s’appelle pas un débat, mais une manipulation pure et simple.

      Voila, je vous laisse à votre jugement. Et surtout je laisse les lecteurs en juger sur les faits.
      Cordialement.


    • waren waren 26 mai 2009 22:13

      Vraiment désolé pour vous si vous ne voyez pas la différence... 

      Il ne s’agit pas d’une virgule, mais de lui faire dire le contraire de ce qu’il a dit... 

      Dans un cas, il dit qu’il a fait campagne pour le non, mais pas sur certains thèmes...
      Dans l’autre, on lui fait dire qu’il n’a pas fait campagne !?... Et on l’accuse de trahison !

      On peut avoir un avis sur José Bové, sur ce qu’il fait, sur ce qu’il défend, et la façon dont il le fait. Je ne défends pas ici la personne ou sa position politique.
      Par contre, il me semble tout à fait inepte et dangereux de lui faire dire l’inverse de ce qu’il dit et de l’exploiter politiquement ensuite ; et ça rappelle de très mauvais souvenirs.

      Et surtout, une fois qu’on sait où est la vérité de ce qu’il a dit, je ne comprends pas qu’on ne change pas son argument. Iil est très malsain de faire de ce faux un axe de campagne comme le fait Jean-Luc Mélenchon. Mais si cela ne vous choque pas, vous devez avoir vos raisons. Et dans ce cas, il ne s’agit pas vraiment d’échanger des arguments, ici.

      Un faux (en imprimerie, comme en citation) n’est pas anodin, quand il est exploité par des adversaires politiques (vous semblez en être) . Cela ne s’appelle pas un débat, mais une manipulation pure et simple.

      Voila, je vous laisse à votre jugement. Et surtout je laisse les lecteurs en juger sur les faits.
      Cordialement.


    • logan 26 mai 2009 22:28

      Vraiment je dois être fatigué car je ne comprends pas en quoi la ponctuation changerait le sens de sa phrase. Peut-on avoir svp tout le contexte de cette phrase ?


    • waren waren 26 mai 2009 23:06

      Désolé, mais juste pour info : même Jean-Luc Mélenchon admet que ça change tout...
      aujourd’hui, sur son blog, il écrit : « José Bové n’a pas dit ça. »
      http://www.jean-luc-melenchon.fr/?p=683

      Donc, merci d’enlever votre « José Bové est un beau menteur », il devient gênant et montre à tout le monde que vous n’avez pas lu / compris ce qui est écrit.
      Bon courage, smiley


    • waren waren 26 mai 2009 23:13

      avec plaisir, voici la différence, en résumé :

      Dans le livre, il dit qu’il a fait campagne pour le non au TCE, mais pas sur certains thèmes...
      "Effectivement, j’ai voté non au traité constitutionnel, mais je n’ai pas fait campagne, une campagne très écoutée, au nom de vieux principes archéo-souverainistes qui nous ramèneraient au repli identitaire sur l’État-nation (...)"

      Et voici la mauvaise, recopiées dans Politis, qui lui fait dire qu’il n’a pas fait campagne pour le non au TCE !?...
      "Effectivement, j’ai voté non au traité constitutionnel, mais je n’ai pas fait campagne. Une campagne très écoutée, au nom de vieux principes archéo-souverainistes qui nous ramèneraient au repli identitaire sur l’État-nation (...)"

      Et on l’accuse de trahison !
      Voila, je pense que les choses sont claires, une fois qu’elles sont dites (même par Mélenchon).


    • JL JL 26 mai 2009 11:11

      Un tournant dans la campagne à cause de Mélenchon !? Comme vous y allez !!

      Malgré toute la grande estime que je porte à Jean Luc Mélenchon, je ne crois pas qu’une prise de position de sa part et qui vous défrise soit en mesure d’influer sur le résultat de cette mascarade.

      En revanche, je dirai et répéterai toujours que la nation c’est encore la seule chose qui nous préserve contre la barbarie néolibérale. Et qu’à ce sujet, Cohn Bendit n’arrête pas d’éructer sur tous les médias qu’il peut contre ce qu’il qualifie, je cite de « merde d’État nation ». Ce qui a d’ailleurs fait dire à VGE : « Il est bien, Cohn Bendit ».

      Les amis de Cohn Bendit ne sont pas mes amis, et tant pis pour Eva Joly et José Bové pour lesquels j’ai aussi beaucoup d’estime.

      Vous comprendrez que je n’ai pas lu votre billet plus avant.


      • Fergus fergus 26 mai 2009 11:14

        D’accord avec Chantecler.
        Voilà qui ne devrait strictement rien changer aux données de cette campagne, pas plus qu’aux résultats qui sortiront des urnes !


        • LE CHAT LE CHAT 26 mai 2009 11:14

          l’avis de Mélenchon ??? tout le monde s’en tape !


          • docdory docdory 26 mai 2009 14:27

            @ Waren


            De toutes façons , il y a pire en ce qui concerne José Bové, c’est sa connivence avec l’islamofascisme : qui pourrait lui pardonner l’accolade qu’il a eu , lors de je ne sais plus quel forum social , avec Tariq Ramadan ? 
            Mélenchon , au moins , est un des seuls politiciens français avec Dupont-Aignan à défendre la laïcité ( moins que Dupont Aignan, toutefois ... )

            • Marianne Marianne 26 mai 2009 14:45

              La conclusion de Mélenchon est somme toute assez révélatrice de son étonnement à la lecture de l’interview de Bové retranscrite par Politis. Je le cite :

              « Je crains qu’il y ait un problème. je ne sais pas lequel. Mais c’est tellement incroyable. Et surtout si peu crédible. »

              En effet, en lisant l’interview de Bové (avec la coquille), il y avait de quoi se poser des questions... Ceci étant, le fait que Bové est bien fait campagne pour le NON au TCE et qu’aujourd’hui, il se retrouve main dans la main avec un fervent défenseur du OUI et du Traité de Lisbonne suffit à lui faire perdre en crédibilité.

              Car comme le disait hier soir en choeur sur France 2 (émission d’Yves Calvi) la belle brochette de libéraux et partisans du OUI au TCE invitée sur le plateau (aucun opposant à l’Europe libérale !), l’heure ne serait plus à l’opposition entre partisans du OUI et du NON au TCE !

              Tiens donc !? Pourtant ce sont les mêmes recettes ultralibérales qui ont été reformulées dans le Traité de Lisbonne... Mais il est vrai que D. Cohn-Bendit a expliqué à J. Bové (qui le raconte au cours du dernier meeting d’Europe-Ecologie à Rouen) que le Traité de Lisbonne n’était pas si mauvais et qu’ « on ne va quand même pas s’interdire de s’unir pour des détails... » (sic).

              Donc si le TCE et le Traité de Lisbonne qui font de la concurrence libre et non faussée le moteur de l’économie européenne sont des détails, effectivement il n’ y a aucune raison de s’inquiéter... Dormez braves gens !


              • Cédric 28 mai 2009 10:05

                José Bové a simplement compris, comme beaucoup, que nous sommes en 2009 et plus en 2005 ! Où est le fameux plan B que les tenants du non agitaient lors du débat du TCE ?!
                Bref, il faut avancer et ce n’est pas en restant dans Maastricht/Nice que les choses vont s’arranger.
                La position de José Bové (et de François Dufour, de la confédération paysanne et d’ATTAC, 2ème de liste dans le nord ouest) est tout à fait cohérente : il faut changer la PAC, le parlement européen n’en a actuellement pas les moyens institutionnels, il faut prendre ce que donne le traité de Lisbonne ET rapidement écrire et faire voter par référendum européen une vrai, courte et efficace constitution pour l’UE.


              • Gludurge 26 mai 2009 15:36

                Je trouve cet article particulièrement lamentable, partisan, et malhonnête.
                José Bové a effectivement trahi, en s’alliant avec Cohn-bendit, la campagne du « Non au TCE ».
                Il avait déjà trahi ses alliés, en allant serrer la main de Georges Frêche lors d’un meeting de campagne.
                La « figure du traître en milieu trotskiste » que vous semblez dénoncer, est-elle là pour suggérer que l’on peut trahir impunément ailleurs ?
                Je suis un militant du Parti de Gauche, membre du Front de Gauche, de AC ! , soutien indéfectible de la confédération paysanne, de ATTAC, et bien d’autres structures.
                Oui, je ressens comme beaucoup, le positionnement de José Bové comme une trahison, et j’espère, que les citoyens responsables sauront, par les urnes, la lui faire payer.


                • furio furio 26 mai 2009 19:46

                  C’est pas cet article nauséeux qui va me faire changer d’avis de voter pour le seul socialiste encore crédible, JL MELENCHON. Et j’espère que l’on va faire un malheur avec le PdG. Quant à Bové, il peut bien fricoter avec ce naze de cohn bandit.


                  • bluboux bluboux 26 mai 2009 20:12

                    Bové me déçoit beaucoup et cela me coute de le dire... J’ai effectué de nombreux arrachage d’OGM, milité pour le NON au TCE en 2005 et ne peux comprendre ce qu’il fait avec Cohn « Bandit ». Ce dernier est un ultra libéral qui traitait les français d’archaiques poussiéreux en 2005, nous n’avions rien compris aux bienfaits de l’Europe libérale...
                    Or aujourd’hui il faut bien faire le constat suivant : José s’est fourvoyé pour je ne sais quelle(s) raison(s).
                    Quant à cette attaque sur Mélenchon, je la trouve assez déplacée : la coquille vient bien de Politis, qui le reconnait, et dès parution de l’article de correction, Mélenchon a réagit sur son blog.
                    Mais cela ne change rien au fait que Bové a bel et bien tourné sa veste.
                    Bluboux


                    • Cédric 28 mai 2009 10:07

                      « Utra-libéral », ça va la diffamation ?
                      Qu’est-ce que l’ultra-libéralisme ?
                      Il suffit de lire le programme d’Europe Ecologie pour se rendre compte qu’il est anti-libéral (bouclier social, « dirigisme » économique, ...)
                      Bref, arrétez de dire n’importe quoi et renseignez vous...


                    • moebius 26 mai 2009 20:57

                      putain la gauche !.. c’est dingue ! ....mais c’est une névrose ça dites donc la gauche. Ca ne fonctionne pas, ça ne peut pas fonctionner, ça ne fonctionerera pas e tnous l’avons tous compris , non !. je suis a gauche mais jamais de la vie je ne voterez pour un un tel ramassis de tarés..nonnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnn.....pas çaaaaaaaaaaaaaaaaaaa


                      • moebius 26 mai 2009 21:05

                        pardon ! .« .ne voterais »....pour ce pouillailler....ça me géne trop, c’est la honte. Vous me previendrez quand vous aurez résolu vos contradictions.. faite une croix sur ces elections, contentez vous des conseils municipaux et de faucher les bordure de trottoir, c’est votre domaine de compétence...allez à dans un siécle et...ot cot cot cot cotéte !


                        • moebius 26 mai 2009 21:10

                           et rester entre vous, vous les les purs les vierges les pas déniaisés, les vieilles filles, les sainte nitouches. Restez donc dans votre confort de petits bourgeois,


                          • moebius 26 mai 2009 21:15

                            nbon de dieu que tout ça m’énerve !..tenez vive Bush vive le sionisme vive Sarkosy vive le libéralisme vive le capitalisme et à bas les nains de jardin qui pousse des brouettes à bas les vieux et merde et remerde...courrez plus vite vous allez vous faire cognez


                            • souklaye souklaye 26 mai 2009 22:38

                              Si j’étais directeur de casting institutionnel, je façonnerais des marionnettes plutôt que de former des marionnettistes, on ne sait jamais, le mensonge humanise, ceci étant dit, pour chaque opération d’utilité publique, il faut une équipe composée…

                              … d’une cible mouvante faisant office de sniper car la stratégie veut que l’appât le plus évident soit la meilleure des diversions et personne ne connait mieux l’odeur de la poudre qu’un prédateur déguisé en proie.

                              Ou
… d’un croyant plus qu’un ami car ce qui différencie le suicide de la loyauté, c’est le désintéressement total et la confiance aveugle.

                              Ou
… d’un fusible, remplaçable par nature et utile par fonction, peu importe son visage et son nom, ils appartiennent à l’anonymat de la V République, quand le temps se fait sentir, lestez-le discrètement ou avec fracas, selon l’effet escompté et l’appétit de la foule.

                              La suite ici :

                              http://souklaye.wordpress.com/2009/03/25/le-subjectif-au-conditionnel-si-j’etais-directeur-de-casting-institutionnel/


                              • Disjecta Disjecta 27 mai 2009 06:41

                                Article lamentable et grotesquement partisan. En quoi Mélenchon fait-il une erreur ? Il lit une chose pour le moins choquante sur Politis et s’en émeut. C’est bien le journal qui s’est trompé. Et après tout : Bové ne fait-il pas campagne avec un partisan du oui, passé sans douleur au centre droit.
                                Vous essayez de faire croire que Mélenchon ne fait pas une « campagne d’arguments », ce qui prouve que vous n’avez pas prêté une seule oreille aux différentes réunions politiques qu’il a tenu dans le Sud-Ouest.
                                Vous ressemblez tout à fait à ces journalistes qui prennent leur avis pour parole d’évangile. On s’en fout en vérité de votre avis tout à fait hypocrite et qui tente de faire croire qu’il représente une frange conséquente de la gauche.
                                Article tout à fait écoeurant.


                                • Cédric 28 mai 2009 10:10

                                  José Bové a simplement compris, comme beaucoup, que nous sommes en 2009 et plus en 2005 ! Où est le fameux plan B que les tenants du non agitaient lors du débat du TCE ?!
                                  Bref, il faut avancer et ce n’est pas en restant dans Maastricht/Nice que les choses vont s’arranger.
                                  La position de José Bové (et de François Dufour, de la confédération paysanne et d’ATTAC, 2ème de liste dans le nord ouest) est tout à fait cohérente : il faut changer la PAC, le parlement européen n’en a actuellement pas les moyens institutionnels, il faut prendre ce que donne le traité de Lisbonne ET rapidement écrire et faire voter par référendum européen une vrai, courte et efficace constitution pour l’UE.


                                  • jeanclaude 1er juin 2009 11:44

                                    A l’auteur : c’est terrible, en étant relaps par rapprot au Non au TCE, vous êtes vous-même un traitre et traité de la sorte.

                                    Je ne m’en finis pas de m’étonner aussi de la teneur des arguments des principaux intervenants ici qui sont fervents anti-européens et anti capitalistes.

                                    Toutes ces nuances font un peu parti sectaire, avec un ensemble d’idées, de concepts, de vocabulaire bien rodés ; tellement chic et initié pour des militants. Mais tellement loin du citoyen français de base, et surtout de ceux qu’ils veulent défendre.

                                    Il y a là un vrai problème de calage de pensée à revoir vis à vis de leurs contemporains.

                                    Sur le fond, rien de nouveau : les projecteurs sont braqués à fond et à puissance maximale contre l’existant. Mais pour ce qui est de la teneur de l’alternative, çà reste flou. Donc indésirable.

                                    Peut-être y a-t-il dans tout ce remue-ménage la crainte que les écolos piquent des voies à la gauche anti -TCE. Nul doute que ce pressentiment est juste ; moi qui ne pouvais pas envisager de voter pour des idées de JB, voilà qu’elles me paraissent enfin ajustées à la réalité ; ou plutôt ramenées de l’utopie rétro-archaïque à un projet possible, car tenant compte du degré de risque que peut prendre une génération d’européens à un changement important dans des limites supportables.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès