Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > La fin de l’hypothèse Bayrou ? (1)

La fin de l’hypothèse Bayrou ? (1)

Premier article d’une petite série sur les résultats des élections européennes du 7 juin 2009 en France. Celui-ci porte sur le MoDem. Première partie.

Les élections européennes du 7 juin 2009 ont été un désastre pour la participation électorale. Très lentement, la participation s’est effilochée à chaque élection depuis juin 1979. 2% des électeurs de plus ont été indifférents par rapport à juin 2004 : seulement 40,5% de participation.

Faut-il s’en inquiéter ? D’un point de vue général, bien sûr et doublement : dans une démocratie, le taux d’abstention est toujours un symptôme de maladie et plus particulièrement pour des élections sur l’Europe qui est un sujet important. On s’est d’ailleurs étonné à écouter pendant la campagne les leaders politiques dire que l’Europe est importante car x% (x variant entre 60 et 80) des lois votées au Parlement français provenaient de directives européennes et, dans d’autres élections plus nationales, parler d’indépendance, de souveraineté, de technocrates de Bruxelles…

D’un point de vue moins pessimiste, la forte participation de l’élection présidentielle de 2007 et la forte mobilisation des partis et des écuries ont montré que les Français sont prêts à s’investir s’ils le jugent utile. La forte mobilisation des mouvements sociaux le confirme aussi.

Les quatre enseignements du 7 juin 2009 ont été ressassés par tous les médias : effondrement du Parti socialiste, bon maintien de l’UMP (qui parvient à se hisser à un niveau similaire à celui du 1er tour de l’élection présidentielle de 2007 et qui double ses sièges par rapport à 2004), chute frontale du MoDem et enfin, envolée lyrique des listes Europe Écologie de Daniel Cohn-Bendit et José Bové.

Pour la première partie de cette série d’articles sur les élections européennes, j’évoquerai le MoDem et l’avenir politique de François Bayrou.


Pilule amère

Il est toujours intéressant d’écouter les réactions initiales des personnalités politiques le soir des élections. Aujourd’hui, il est très difficile de nier une terrible défaite. Alors, François Bayrou l’a reconnue, a reconnu sa déception, et a même admis qu’il assumait « [sa] part de responsabilité » (notons que Martine Aubry a assumé son entière responsabilité, pas uniquement une part).

Puis, François Bayrou et Marielle de Sarnez, entre autres, ont fait amende honorable, ont expliqué qu’en politique, il y a des hauts et des bas, qu’il faut savoir encaisser les coups durs et qu’il faut savoir rebondir. Ils n’ont pas tort en théorie, et la carrière politique de Jacques Chirac et celle de François Mitterrand l’ont montré.


Coup final… ou pas ?

J’ai cependant d’énormes doutes sur la capacité de François Bayrou à se relever de cette monumentale défaite.

L’histoire politique montre qu’on ne se relève parfois jamais d’un tel échec.

En juin 1994, Michel Rocard avait perdu toutes ses chances présidentielles pour 1995 après la défaite sévère du PS qu’il dirigeait alors. Il avait pourtant été l’un des Premiers Ministres les plus populaires de France, savait que François Mitterrand ne se représenterait pas et aucun concurrent socialiste ne risquait de lui faire de l’ombre, pas même Jacques Delors avec qui il n’a jamais eu d’atome crochu.

Rappelons-le : alors que François Bayrou faisait plus de 18,6% en avril 2007, le MoDem, qui n’est que l’émanation de son électorat en 2007, est descendu à 8,45%. On pourrait aussi comparer avec le score de l’UDF en 2004 (12,0%) ou encore avec le score assez faible du MoDem aux législatives de juin 2007 (7,6%).

Ironie du sort ? Le MoDem de François Bayrou en 2009 vient de faire une performance similaire à celle de la liste centriste de Simone Veil en juin 1989 dont le directeur de campagne n’était autre que François Bayrou. Simone Veil lui en veut définitivement depuis cette époque, car elle croit que François Bayrou avait tout fait pour faire perdre sa liste.


Paradoxe bayroucentré

C’est d’ailleurs un phénomène assez étrange : François Bayrou a joui (jusqu’à ces élections européennes) d’une excellente popularité depuis deux ans, malgré les nombreux abandons d’amis et d’alliés (depuis Hervé Morin et son Nouveau centre jusqu’à Jean-Marie Cavada et Christian Saint-Étienne). Et paradoxalement, son Mouvement démocrate stagne toujours aux alentours de 10%, à quelques pourcents près, bien loin des presque 19% de 2007.

Faut-il dire que François Bayrou est seul ? Non si j’en juge par les milliers d’élus locaux (aux municipales de mars 2008, il y a eu plus d’élus MoDem que de sortants élus sous l’étiquette UDF en mars 2001). Non si j’en juge par les adhérents du MoDem bien plus nombreux que ceux de l’ex-UDF (mais aussi plus volatiles et moins fidèles). Non si j’en juge par les personnalités autour de lui (Jean Peyrelevade, Jean-François Kahn etc.).

Mais malgré cela, la force du MoDem réside uniquement, exclusivement, sur la personnalité de François Bayrou. C’est d’ailleurs plus un atout qu’un handicap : le PS de François Mitterrand, le RPR de Jacques Chirac, l’UMP de Nicolas Sarkozy ont gagné par cette sorte d’effet culte de la personnalité introduit par la réforme de 1962 de la Ve République sur l’élection directe du Président de la République. A contrario, le PS d’aujourd’hui meurt d’absence de leader incontestable.

Or, le destin politique de François Bayrou est aujourd’hui dans le décor.


Dans la seconde partie de cet article sur le MoDem, je placerai la démarche politique de François Bayrou dans le contexte historique de l’autonomie du centre.


Aussi sur le blog.


Sylvain Rakotoarison
(10 juin 2009)


Pour aller plus loin :

La fin de l’UDF.

Vous avez dit Europe ? (en trois volets).

Bayrou, baudruche ou espoir ? (en trois volets).

L’UDF, le bal des vautours.

Pourquoi Simone Veil est-elle sarkozyste ?

Les 12 rénovateurs de l’opposition (en quatre volets).

La bipolarisation de la vie politique (en deux volets).

Jean-Jacques Servan-Schreiber.

Daniel Cohn-Bendit, rouge devenu vert ?

Résultats des élections européennes du 7 juin 2009 en France.

Les six élus du MoDem de 2009.

Bayrou, trop batailleur ?

Premiers commentaires sur les européennes en France.

Débat Bayrou vs Cohn-Bendit le 4 juin 2009 sur France 2.



 

Moyenne des avis sur cet article :  2.67/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

18 réactions à cet article    


  • Et un lâcheur de plus ! Et franc-tireur !

    La suite de l’article de l’auteur sera : « Pourquoi Bayrou est foutu. Les raisons d’un échec lamentable expliquées par Rakoto le politologue visionnaire ».



    • Sylvain Rakotoarison Sylvain Rakotoarison 10 juin 2009 12:32

      A Paul Cosquer,

      Eh bien non justement. Merci d’attendre la suite.

      J’ai voulu mettre tout l’article, mais le système d’édition a refusé (seuil dans le nombre de lignes ?). Donc, j’ai dû le couper en deux.

      En ce qui me concerne, j’ai toujours eu la même position, favorable à François Bayrou avec beaucoup de réserves (cf articles de 2007 mis en référence en fin de cet article). Je le reste.

      Cordialement (et merci de ne pas tirer sur tout ce qui bouge, « Bayrou » n’est pas votre « propriété »).


    • geko 10 juin 2009 14:20

      Ne dis t-on pas « tel chien tel maître » !

      Vos vociférations de coq à la fierté égratignée deviennent pathétiques Paul Cosquer ! Toutes choses égales par ailleurs, votre mentor a fait une faute de débutant en communication ! Par ailleurs votre soudaine propension à l’indignation sur le cas DCB remis sur la table mediatique en 2001 laisse songeur !


    • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 10 juin 2009 12:29

      Bayrou et la manipulation des sondages

      Chacun se souviendra que François Bayrou a annoncé qu’il révélerait les preuves de la manipulation médiatique, causée par les instituts de sondage, dont lui et son parti auraient été les victimes.

      Je lui ai donc écrit afin de lui demander de nous fournir les preuves qu’il détient.

      J’invite chaque lecteur à lui envoyer le même message (ci-dessous).

      QUOTE

      Objet : Manipulation médiatique
       
      De :
      « Jean-Pierre Llabrés » <Jean-Pierre.Llabres@laposte.net>
      À :
      fbayrou@assemblee-nationale.fr, f.bayrou@lesdemocrates.fr
       

      Date : mardi 9 juin 2009, 12:07:13

      Cher Monsieur Bayrou,

      Quand allez-vous nous révéler les preuves de la manipulation des sondages que vous nous promettiez avant les élections européennes ?

      Vous abstenir vous décrédibiliserait totalement.

       

      Bien cordialement,

       —

      Jean-Pierre Llabrés
      UNQUOTE


      • saletam 10 juin 2009 17:17

        Réveillez-vous, cela fait 2 jours que François Bayrou a présenté ses excuses au directeur-adjoint de TNS Sofres et admis qu’il s’était trompé en formulant ces accusations. Dont acte.


      • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 10 juin 2009 20:29

        à saletam (xxx.xxx.xxx.74) 10 juin 17:20

        "Réveillez-vous, cela fait 2 jours que François Bayrou a présenté ses excuses au directeur-adjoint de TNS Sofres et admis qu’il s’était trompé en formulant ces accusations. Dont acte".

        J’ai écrit à Bayrou avant qu’il ne présente ses excuses aux instituts de sondage ou/et qu’il daigne me répondre.

        Par ailleurs, croyez-vous que les excuses de Bayrou l’absolvent de tout vis-à-vis des instituts de sondage et de l’opinion publique ?

        Le « pudique silence » de Bayrou sur »ses" preuves implique une conclusion encore plus négative à son sujet.

        Mais il est encore trop tôt pour conclure. Laissons lui le temps de répondre ou de ne pas daigner le faire.


      • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 26 juin 2009 08:37
        Bayrou : décrédibilisé, lâche et menteur ! ! !

        Retour sur la manipulation médiatique tentée par Bayrou

         
        De :
        « Jean-Pierre Llabrés » <Jean-Pierre.Llabres@laposte.net>
        À :
        fbayrou@assemblee-nationale.fr, f.bayrou@lesdemocrates.fr
        Date : 16 juin 2009, 11:24
         
        I) Premier courriel du mardi 9 juin 2009, 12h07.

        Cher Monsieur Bayrou,

        Quand allez-vous nous révéler les preuves de la manipulation des sondages
        que vous nous promettiez avant les élections européennes ?

        Vous abstenir vous décrédibiliserait totalement.

        Bien cordialement,

        — 
        Jean-Pierre Llabrés
         ===============
         Il faut penser en héros pour, simplement, se comporter en être humain digne de ce nom.
         May Sarton.
         ===============
         
        II ) Deuxième courriel du mardi 16 juin 2009, 11h24

        Cher Monsieur Bayrou,

        Vous n’avez pas daigné répondre à mon courriel ci-dessus. J’en tire une première conclusion : votre silence est la preuve d’une insigne lâcheté.

        Quant à la seconde conclusion, elle implique un retour en arrière.

        Le 5 juin, Richard Robert écrivait, sur « slate.fr » :
         le "4 juin, intervenant sur France Inter à trois jours des élections européennes, François Bayrou fustigeait les sondages qui signalent en cette fin de campagne un repli du Mouvement démocrate. « Il y a une manipulation de la vie politique par les sondages », expliquait-il, réagissant à une enquête selon laquelle la liste Europe Écologie menée par Daniel Cohn-Bendit ravirait la troisième place au MoDem. Si le scrutin montre « que cette affaire était une vaste entreprise pour essayer de créer un courant, ou en tout cas des mouvements d’opinion qui n’existent pas en réalité (...) je dirai tout ce que je sais des sondages et des manipulations. Et je dirai qui et je dirai comment », a-t-il ajouté. « S’il y a au pouvoir, ou proche du pouvoir, des gens qui sont les grands organisateurs de tout cela, alors il va falloir que l’on regarde de près et que la démocratie se défende. »

        On notera votre précaution oratoire :
         "Si le scrutin montre « que cette affaire était une vaste entreprise pour essayer de créer un courant, ou en tout cas des mouvements d’opinion qui n’existent pas en réalité (...) je dirai tout ce que je sais des sondages et des manipulations. Et je dirai qui et je dirai comment ».

        Dans le cadre de votre accusation contre les sondeurs, en vue de votre victimisation pré-électorale, il vous fallait bien prendre cette précaution oratoire afin, post-électoralement, de n’avoir pas à rendre de comptes sur votre accusation.

        Le scrutin du 7 juin a bien confirmé la tendance des sondages et vous êtes piteusement resté silencieux. Pas tout à fait silencieux, cependant, car, selon « Rue 89 », "François Bayrou a été jusqu’à appeler Brice Teinturier, directeur adjoint de la TNS Sofres, pour reconnaître que ses soupçons contre les sondages étaient « infondés ».

        Beaucoup pensent que vos excuses à Brice Teinturier closent cette affaire.
        Je ne partage absolument pas ce point de vue.

        En effet, le 4 juin, vous affirmiez disposer de preuves relatives aux sondages et aux manipulations.
        Le scrutin n’a aucunement détruit ces preuves.
        Ces preuves, vous les déteniez encore le lendemain du scrutin et rien ne vous interdisait de les révéler.

        Vous vous êtes refusé à cette révélation. Non parce qu’elle aurait été inopportune mais parce que, tout simplement, vos prétendues preuves du 4 juin n’ont jamais existé !

        Ma seconde conclusion est donc que vous êtes un fieffé menteur ! ! !

        Bien cordialement,

        — 
        Jean-Pierre Llabrés
         ===============
         Il faut penser en héros pour, simplement, se comporter en être humain digne de ce nom.
         May Sarton.
         ===============
        III) mardi 23 juin 2009, 11h00
         
        En vertu du principe selon lequel « qui ne dit mot consent », l’obstiné silence de Bayrou légitime la publication de mes courriels.

      • LeGus LeGus 10 juin 2009 12:38

        Encore un article sur Bayrou, bientôt Bayrou en slip...
        Faites nous donc un article sur Home, ça nous changera.

        Plus sérieusement il faut bien se souvenir que d’une part beaucoup de grosse pointures de l’ex-UDF roulent actuellement pour l’ump ce qui a forcement une incidence sur le vote.
        Ensuite Bayrou n’etait pas candidat à ces élections, donc voir le résultat de ce scrutin comme une défaite personnelle est au minimum franchement spécieux.


        • LeGus LeGus 10 juin 2009 12:49

          Je tiens à préciser que je ne suis en aucun cas un fanatique du modem, d’une part je suis Belge, en plus d’être un opposant acharné au traité de Lisbonne. Mais bon la manipulation médiatique sur Bayrou visant à diviser l’opposition à l’autre minus me fatigue.


        • Yohan Yohan 10 juin 2009 16:06

          « Chronique d’une défaite annoncée » aurait du être le titre. L’électorat de Bayrou aux présidentielles etait composé de déçus de gauche et de droite, aspirant à la moralisation et au renouveau de la vie politique. Les combines d’appareils restent et les coups tordus avec. Quant une militante de terrain, jeune, compétente et non sectaire comme Quitterie Delmas finit assez dégoutée pour quitter le MODEM, une personnalité au demeurant assez représentative d’une jeunesse qui croit encore à la politique, il fallait s’attendre à ce genre de déculottée.


          • Marianne Marianne 11 juin 2009 00:13

            D’habitude j’apprécie vos analises Sylvain, mais là je trouve que vous manquez de recul. 1 semaine avant le vote, les sondages donnaient le PS à 20%, le Modem à 14%, EE à 11%. Il a suffit d’un débat houleux et inaudible, suivi le lendemain à 3 jours du scrutin de la diffusion du film « Home », déclenchant un réflexe écologique, pour faire passer le résultat à 16,8% pour le PS, 16,2% pour EE et 8,5% pour le Modem, sur fons de presque 60% d’abstention. Ce qui prouve l’instabilité du résultat, des indécisions, finalement un vote rassemblé autour de valeurs anon polarisées (ni gauche ni droite) de préservation de la planète.
            Bayrou a commis des erreurs de forme et de communication, mais il garde sa ligne et le MoDem a un projet de fond. Il a subi un revers mais garde lui et son parti son potentiel pour l’avenir, vous verrez !


            • Pourquoi ??? 11 juin 2009 06:52

              Bayrou a été victime de la manipulation de l’opinion publique par celui qui détient tous les pouvoirs et qui est capable de tous les coups bas.

              Ca a été tellement évident durant les derniers jours de la campagne !

              Quant à la suite, elle a été clairement annoncée par DCB : « Tu ne seras jamais président »

              J’ai entendu « Tu ne seras jamais président parceque Sarko et moi avons décidé de te barrer la route par tous les moyens »

              Pas la peine de se torturer les méninges dans une tentative d’analyse de cet échec : le roitelet a dit « Je veux ». C’est tout.


              • morice morice 11 juin 2009 12:15

                pourquoi donc ? Bayrou aurait été une « hypothèse » ?? rêver debout, c’est une « hypothèse » ??? 


                « Chronique d’une défaite annoncée » aurait du être le titre. L’électorat de Bayrou aux présidentielles etait composé de déçus de gauche et de droite, aspirant à la moralisation et au renouveau de la vie politique. 

                des déçus de droite, surtout.... Bayrou a été ministre, et pas d’un gouvernement de gauche...

                • non666 non666 11 juin 2009 12:50

                  Souverainiste, je ne poeux etre taxé d’etre pro-Bayrou, mais.....

                  Les medias sont aussi bavards et prolixes de commentaires sur son « echec » qu’ils ont été discret sur sa campagne , ses thématiques (ne pas deplaire a l’austro-hongrois...) et sur la preparation des europeennes en general.

                  Cela ressemble furieusement a une execution savamment programmée.

                  Que Bayrou ait de l’ambition (présidentielle) est evident.
                  Qu’il ne pense qu’a ca aussi.
                  Mais rappelons nous de se que disait les medias de Sarkozy en ...2003, 2004, 2005....
                  Il ne trouvait pas cette ambition la obscene , il saluaient meme tous le volontarisme du nain alors qu’ils chient tous sur celle du bearnais !

                  Ils ont mis en scene la « remontée » des ecolos , se sont debrouillés pour mettre les deux « rivaux » face a face , n’ont pas bronchés sur les accusations et les outrances verbales de Cohn bendit mais ont fait TOUS leurs titres sur la replique de Bayrou, en ne la montrant que comme une calomùnie, ce qu’elle n’est pas. Bayrou ne fait en effet que repeter les propos de DCB dans son livre et sur le plateau d’apostrophe....

                  La chasse à la becasse se fait en envoyant le chien fouiller les taillis et en attendant que le gibier ne s’envole pour le coup de fusil. La becasse (snipe en anglais) est le gibier des bons tireurs. Nul ne doute que DCB soit un bon tireur, un becasseur (sniper....)

                  Comme Lepen en son temps il est diabolisé car ils semblent avoir peur de lui.
                  Il est en effet « uniquement » federaliste, en matière d’Europe.
                  Alors qu’eux voient beaucoup, beaucoup plus loin...

                  Les idiots utiles de la mondialiation se jettent donc sur lui comme aurtand de chiens affamés sur une bète a terre.
                  C’est mon ennemi politique, mais lui au moins incarne quelque chose de respectable en terme de convictions politiques.

                  Laissons donc les perroquets repeter en permanence les commentaires des faiseurs d’actualités, ceux qui font tellement souvent le jeu des interets du petit nicolas.


                  • LOKERINO LOKERINO 11 juin 2009 12:52

                    Marianne

                    vous avez raison, cette diffusion de Home avant le scrutin est scandaleuse

                    Cela a été un avantage inadmissible pour le modem et une part très importante de cette formation Cap 21 !!

                    ......à moins que Bayrou et ses troupes aient oublié d’exploiter le filon trop occupé a être le « meilleur opposant à Sarko » , c’est a dire le champion de l’antisarkosisme primaire !!

                    Quand même incroyable que Bayrou soit AUSSI passé à coté de ça alors que cette journée internationale etait connu depuis bien longtemps

                    ....a moins qu’il se désintéresse complètement de ces sujets !

                    A l’auteur
                     Pas tellement courageuse l’attitude de FB qui n’a pas fait d’apparition sur les plateaux télés dimanche laissant ses lieutenants aller au feu( courageux Benhamias et de Sarnez )
                    couardise ou orgueil mal placé ?


                    • Silence 11 juin 2009 14:28

                      Les chances de Bayrou d’être au second tour de la présidentielle sont et ont toujours été très minces. Même en supposant qu’il fasse un sans faute, pour ça il faudrait aussi que le bilan de Sarkozy soit vraiment calamiteux et que la déliquescence du PS s’accentue encore...

                      Mais vous avez raison, tirer des leçons définitives d’un scrutin comme celui-ci est une mauvaise idée. D’autant plus qu’on a déjà vu un homme isolé, usé, discrédité, réussir à être élu président : il s’appelait Jacques Chirac. Tout est une question de contexte politique.

                      Cela dit, même si les européennes n’ont pas compromis les chances de Bayrou, elles ont à mon avis mis en lumière une faiblesse considérable  : c’est qu’il est peu, et mal, entouré.
                      Je pense notamment à Jean-François Kahn, ce personnage bouillant et excessif qui est en quelque sorte devenu le « maître à penser » de Bayrou depuis qu’il a adhéré au Modem. La violence du propos dans le livre « Abus de pouvoir », les attaques répétées conte les médias et les sondages : tout cela porte sa marque. (Le voilà maintenant qui feint de s’émouvoir de l’échange avec DCB, lui qui s’était pourtant abaissé au niveau d’un Frédéric Lefebvre en mettant en doute la santé mentale de Sarkozy)

                      Dans le contexte d’une campagne courte et peu médiatisée, ces propos ont complètement occulté le programme européen du Modem (intéressant bien que manquant peut-être d’ambition) et sans doute convaincu beaucoup de sympathisants de rester chez eux...
                      Si Bayrou veut encore un avenir, il devra plus et mieux écouter tous ceux qui le soutiennent.


                      • alcyon 11 juin 2009 18:19

                        Quel argumentaire tortueux. L’explication tient surtout dans les 60%d’abstentions qui refusent majoritairement l’Europe libérale, le reste fortement brocardé par les médias ne compte qu’à la marge, car nombre de sympathisants ou adhérent Modem qui n’ont pas voté, applaudissent F.Bayrou dans l’altercation dans l’émission d’arlette Chabot, D.Cohnt Bendit n’a eu que ce qu’il méritait puisque depuis des semaines il attaquait avec des propos bien souvent injurieux F.Bayrou, quant il a récidivé sur le plateau de TV ça a été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase d’où la réaction face à un donneur de leçon qui est loin d’être tout blanc, il faut avoir le courage de ses opinions, F.Bayrou a frappé où il fallait, il aurait même dû quitter la table car toute l’organisation était faite pour en arrivée au clash.
                        Rassuré vous Le Président du Modem n’est pas seul, il est bien entouré et il rebondira pour 2012 malgré que rien ne lui soit épargné, je vous ferait grâce de tous les coups bas qu’il a du encaisser il compris par le machiavélisme du pouvoir en place. Dans les 60% vous avez la majorité silencieuse qui ne veut plus voir Sarkozy.


                        • LOKERINO LOKERINO 11 juin 2009 20:36

                          si ces 60% ne voulaient plus de Sarkozy, ils n’avaient qu’a s’exprimer !

                          personne ne peut revendiquer ces abstentionnistes, tout au plus pouvons nous convenir qu’en ne participant pas au scrutin, ils sont d’accord avec tout ce qui en découle !!

                          Quand à savoir si c’est juste un revers ou si Bayrou est définitivement hors jeu ??? impossible a savoir ! Effectivement d’autre sont revenu de loin , Chirac en 1995, Mitterrand après sa traversé du désert et son ridicule du faux attentat de l’observatoire !

                          La différence, une tout autre expérience !! Plusieurs fois ministre en 42 et sous la quatrième pour Mitterrand( secretariat anciens combattants, ministre de la justice de l’interieur ), deux fois premier ministre et ex maire de Paris pour le second , c’est un peu mieux que cogestionnaire de l’educ-nationale et conseiller municipal d’opposition à Pau 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès