Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > La fin de la retraite à 60 ans ?

La fin de la retraite à 60 ans ?

Dimanche 14 juin, Brice Hortefeux, alors le ministre du travail, avait proposé sa solution pour répondre à la baisse du nombre d’actifs par rapport au nombre de retraités.

Sa solution n’étant pas d’arrêter de supprimer des postes, les Français eurent une désagréable surprise en découvrant que la dite solution n’était autre que le recul de l’âge de la retraite.

L’augmentation de l’âge de la retraite de 60 à 67ans reviendrait à une augmentation de 12%. Alors les Français sont-ils prêts à accepter cette augmentation conséquente ? Les avis semblent partagés.

En effet du côté de l’électorat favori du président (55-65ans), on réalise que les retraites ne sont pas si importantes, que les actions à la bourse ne sont pas le meilleur moyen pour arrondir ses fins de mois, mais surtout on réalise que les parents sont toujours vivants, et que mine de rien, le chemin de l’hospice au cimetière semble encore long et semé de dépenses inconsidérées.

Cependant, en face, les jeunes actifs (comme les plus vieux cela dit) ne semblent pas enclin à payer pour les retraités. Rappelons-le, l’âge de la retraite à été abaissé à 60 ans, durant l’ère Mitterrand alors que l’espérance de vie plafonnait déjà autour de 78 ans pour les femmes, et de 70 ans pour les hommes. Etait-ce alors une mesure inconsidérée ? Toujours est-il qu’au jour d’aujourd’hui la France vieillit, et alors que les suppressions de postes continuent dans l’éducation nationale comme dans les secteurs touchés par la crise, les retraites semblent de plus en plus dures à payer.

Brice Hortefeux dit vouloir suivre le système allemand, or l’Allemagne est un pays qui possède un taux de fécondité très faible (1.37) qui ne permet pas le renouvellement de la population. Mais le gouvernement ne nous préparerait-il pas plutôt à suivre le modèle américain ? C’est-à-dire un système où la retraite serait une planification personnelle, une cotisation faite tout au long de sa vie, et non une affaire d’Etat ? La question mérite d’être posée.

En soulevant cette question, Hortefeux et Fillon, recréent la polémique, et les différends entre jeunes et retraités, mais n’était ce pas leur but, une façon de préparer psychologiquement les Français à cette reforme ?


Moyenne des avis sur cet article :  4.33/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • Julius Julius 4 juillet 2009 17:14

    Le problème avec notre système de financement des retraites est très simple : le gouvernement promet de garantir un service qui n’est pas en mesure de fournir. La retraite n’est qu’un exemple, probablement le plus important. L’autre est le droit au logement. Tous les « droits positifs » ne peuvent pas être absolue. Ils doivent dépendre de la productivité réelle (personnelle et collective). Dans le cas de la retraite, l’Etat ne peut pas garantir le même niveau de retraite de façon indépendante sur les conditions économiques. Par exemple, le niveau de la retraite au cours de la crise ne peut pas être la même que lors de la conjoncture. Système de fonds de pension permet la modification du niveau de la retraite de façon automatique (au cours de la crise, la valeur du fonds baisse). Dans le système français, l’Etat doit modifier les prestations, afin qu’ils correspondent à la réalité.


    • Proudhon Proudhon 4 juillet 2009 18:10

      @Julius

      Comment l’esclave idéologique du modèle ultralibéral que vous êtes expliquera à tous que les gouvernements ou autres officines injectes très facilement des dizaines de milliers de milliards aux banques et autres systèmes capitalistes financiers.
      Là, ils trouvent de l’argent, par contre pour les retraites ou autres mesures sociales il n’y a pas d’argent.

      Ca ne marche plus de prendre les gens pour des cons. Pour ma part, le jour de mes 60 ans, je deviens une limace et serait un improductif notoire. Donc je ne vois pas l’interet de l’employeur dans cette histoire.
      A la différence de gens comme vous, j’ai bossé en usine toute ma vie moi. Le travail, je connais et je sais aussi qu’il existe une différence de 7 ans ou plus entre l’espérance de vie d’un cadre et profession libérale et d’un ouvrier..

      Alors basta !


      • Julius Julius 4 juillet 2009 18:43

        > A la différence de gens comme vous, j’ai bossé en usine toute ma vie moi.

        Personne ne vous a forcé. Cela a été votre choix. Ou peut-être vous n’avez pas été capable de faire mieux.


      • Julius Julius 4 juillet 2009 18:45

        > Pour ma part, le jour de mes 60 ans, je deviens une Limace et serait improductif un notoire.

        Eh bien, si vous trouvez quelqu’un qui sera prêt à payer pour votre retraite. Qui sera de plus en plus difficile.


      • Proudhon Proudhon 4 juillet 2009 20:54

        Julius se prend pour un génie, un mauvais génie surement.

        Quel mépris pour ceux qui te nourissent. Si il n’y avait pas des gens comme moi pour produire, tu serais assis par terre et mangerais de l’herbe.

        Quand àmon travail, je te défi d’’être capable de le faire.

        Les pseudo-intellectuels de pacotilles vous prenez souvent pour ce que vous n’êtes pas. Des génies. Des génies en herbes oui. Ils suffit de lire vos exposés bidons et votre morale totalitaire d’extreme-droite (qui veut donner des leçons de démocratie) pour s’en convaincre.

        Vous etes la honte du genre humain et devrez payer pour ça.

        Bientot !


      • etiennegabriel 4 juillet 2009 18:18

        Votre article commence par un grosse erreur : « L’augmentation de l’âge de la retraite de 60 à 67 ans reviendrait à une augmentation de 12 % » , ce serait vrai si on commençait à travailler en arrivant au monde. En travaillant à partir de 20 ans l’augmentation serait de 17,5%. Mais l’essentiel du problème n’est pas là.
        il y a en France 9,5 % de chômeurs de rang A c’est à dire ceux qui cherchent un emploi temps plein et qui n’en ont aucun ; à ceux là s’ajoutent ceux qui ont un emploi à temps très limité (moins de mi-temps) et qui voudraient travailler à temps plein. Le total équivaut à 17,4 % de chomeurs à temps plein. Plus vous rallongez le temps de travail, plus il y aura de salariés n’ayant pas accompli le total de leurs annuités, (une année de chômage rapporte un trimestre de cotisation en moyenne).
        Actuellement la diminution des pensions est de 5% par année manquante, ce qui aboutira à des retraites indigentes.

        Une autre conséquence sera la diminution de l’implication des grands parents dans la garde et l’éducation de leurs petits-enfants, ce qui ramènera la fécondité française au niveau de celle de nos voisins.

        Il sera alors nécessaire d’augmenter l’âge de la retraite puisque les nouvelles générations ne pourront plus assurer le remplacement des anciennes.

        Depuis 1993 on a rallongé par trois fois la durée minimale des cotisations et les régimes ne sont toujours pas à léquilibre. Peut-être la méthode n’est elle pas bonne. Examinons d’autres pistes.
        Pourquoi députés et sénateurs ont-ils droit à une retraite après deux législatures complètes soit 10 ans dans le 1° cas et 18 ans dans le second ?
        Pourquoi les Présidents de la République ont-ils droit au maintien de leurs émoluments à vie ? (au passage on comprend l’intérêt qu’il y eut, il y a un an, de multiplier ces émoluments par 3,7)
        Travaillez plus ils se gobergeront plus ! Tant qu’ils trouvent des concitoyens aussi compréhensifs ils ont bien raison.

        Quant aux systèmes de fonds de pension, allez maintenant demander aux Anglais et aux Américains ce qu’ils en pensent , depuis un an avec l’évolution financière. les pensions moyennes ont chuté de 25 % aux U.S.A. et de 29% au Royaume-Uni. Cotizez plus ils vous grugerons plus ; qui ne comprendrait que les assureurs et les banquiers soient pour ?

        Rappelez vous, avant 1914, il y avait très peu de retraites organisées, les gens épargnaient et prenaient de la rente. Quand sa valeur a été divisée par plus de 100 entre 1918 et 1944. Il y eut beaucoup de « pères Goriot » dans bien des familles. C’est pourquoi le Conseil National de Résistance avait réfléchi pendant la guerre et imposé à la libération la création d’un régime de retraite par répartition, qui a le mérite de s’affranchir de l’inflation et de favoriser la natalité française.
        On comprend mieux :
        a) qu’une armada de pétainistes y soit passionément hostile,
        b) qu’on allège les programmes d’histoire de façon à ce que nos concitoyens soient plus faciles à tondre


        • Julius Julius 4 juillet 2009 19:12
          > Plus vous rallongez le temps de travail, plus il y aura de salariés n’ayant pas accompli le total de leurs annuités,

          Oui, c’est un problème. Mais il existe des solutions. L’objectif devrait être de rendre les personnes âgées plus employables. Par exemple par l’impôt (et autres taxes) régressif avec l’age. Plus vous êtes âgé - le moins d’impôts vous devez payer. Cela va encourager à employer les personnes âgées.

          > Pourquoi Sénateurs et députés ont-ils droit à une retraite après deux législatures complètes soit 10 ans dans le cas 1 ° et 18 ans dans le second ?

          Vous avez raison, c’est indécent. Mais cela est négligeable économiquement. Même lorsque nous arrêtons ces privilèges (et nous devrions les arrêter), rien ne change dans la somme globale.

          > Quant aux systèmes de fonds de pension, allez maintenant demander aux Anglais et aux Américains ce qu’ils en pensent, depuis un an avec l’évolution financière. les pensions moyennes ont chute de 25% aux Etats-Unis et de 29% au Royaume-Uni.

          Oui, c’est vrai. Mais ce système est durable. Une pension ne peut pas être détachée de l’ensemble de l’économie. Une fois que l’économie re-commence, les pensions augmenteront.


        • Echo Echo 5 juillet 2009 04:44

          Julius,

          Vous carburez trop au « OUI, MAIS ».

          Le meme « OUI,MAIS » qui se complete trop souvent du « faites-nous confiance » des menteurs professionnels.


        • Blé 5 juillet 2009 20:44

          La propagande continue. Où passe la richesse produite depuis des décennies ? Dans les paradis fiscaux ou dans les retraites par répartition ?
          Il n’y a pas de fric pour le bien commun, pour la collectivité, il y en a pour les oligarchies qui nous gouvernent. L’état se privatise, bientôt un citoyen devra demander un droit de respirer parce qu’un requin aura peur qu’ on lui vole son air.
          Jusqu’où la barbarie ????????


          • Gabriel Gabriel 7 juillet 2009 16:40

            La retraite à 67 ans évidement ! Et quand est-ce que ce gouvernement de génies démocratiques s’attaquera-t-il au privilège insupportable qu’est le repos éternel ? Avec de tel propos les libéraux esclavagistes ont encore de beaux jours devant eux.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Elyna

Elyna
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès