Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > La France a-t-elle perdu son intelligence politique ?

La France a-t-elle perdu son intelligence politique ?

Je suis un résident français à l’étranger et je me tiens informé quotidiennement de ce qui se passe chez nous. Je me désole de la situation dans laquelle le France est plongée. En entendant nos dirigeants nous dire jour après jour que leur politique porte ses fruits et que par conséquent ils (ou plutôt il) font tout bien, je ne peux que m’étonner que Sarkozy résiste aussi bien dans les enquêtes d’opinion. Chacune de ses sorties sert à exposer son bilan qu’il qualifie de tous les superlatifs disponibles dans notre langue ‘tellement il est bon’ comme dirait sa marionnette des Guignols. Devant ce spectacle plutôt affligeant, alors que je ne cesse de dire que les français sont des gens politiquement intelligents, je ne peux m’empêcher de me poser la question ‘La France a-t-elle perdu son intelligence politique ?’ Je commencerai par faire un état des lieux puis j’essaierai de trouver quelques pistes pour répondre à cette question. Je finirai en me demandant quelles sont les alternatives à proposer.


Etat des lieux :

Je commencerai par les indicateurs économiques qui sont tous au rouge. Le pouvoir d’achat est en berne (rappelez-vous le fameux ‘je serai le président du pouvoir d’achat’). La croissance : le budget 2008 a été élaboré sur des prévisions de croissance de 2,25%. Tous les économistes s’accordaient à dire que nous serions plutôt aux alentours de 1%. Ils ont été traité avec condescendance par le président qui il est vrai communique bien mieux, ‘j’irai chercher la croissance avec les dents’. Nous connaissons aujourd’hui les résultats (en dessous de 1%) et notre ministre de l’économie nous explique ce qui se passe en reprenant les arguments des économistes qui la mettaient en garde à l’automne 2007. Se serait-elle trompée ? Non, non ! Tout va bien et ‘la France résiste bien dans ce contexte de crise’ selon elle. L’endettement de la France : il dépasse dès 2008 le cadre prévu par Bruxelles aussi bien en pourcentage du PIB (nous atteindrons bientôt 70%) qu’en termes de déficit public (3% est la norme européenne). Et que dire de 2009 ? Notre président nous disait en campagne électorale qu’il était immoral de laisser à nos enfants une dette publique aussi lourde et que nous reviendrions à l’équilibre budgétaire en 2012. Résultats : un triplement de la dette en 2008 par rapport à 2006..et tout va bien, les réformes portent leurs fruits et il faut les accélérer. Nous touchons ici à un problème à la fois idéologique et de mise en application de la politique française. Le plus élémentaire pragmatisme économique nous dicterait dans cette situation que l’on abolisse les privilèges accordés aux amis du président. La France n’a pas les moyens de son paquet fiscal, pas plus que pour le cadeau fait à Bouygues et Bolloré concernant la suppression de la publicité à la télévision publique, l’arrangement Tapie pour ne citer que quelques exemples. L’application de la politique française où une personne décide de tout est dangereuse. Deux raisons fondamentales : d’abord une personne, aussi brillante soit-elle, ne peut à elle seule réunir toutes les compétences et ne peut que se disperser en touchant à tout et ensuite, la constitution française ne prévoit pas cela. Nous pourrions élaborer sur le non-respect de nos institutions par celui qui doit en être le garant. Passons à la situation de l’emploi : le président qui nous amènerait le plein emploi voit aujourd’hui le chômage progresser à une vitesse jamais vue auparavant, et ce n’est pas fini. Notre commerce extérieur connait un déficit record et notre production industrielle est au plus bas. N’en jetons plus ! Mais si au moins, on reconnaissait qu’on se trompe quelques fois et que l’on fait des erreurs, cela aurait au moins le mérite de nous faire corriger le tir. Et bien non ! La méthode Coué !
 
Toutes les sorties de notre cher président et de ses ministres, même s’ils reconnaissent le contexte économique difficile, servent à nous dire combien leur action est géniale, combien ils sont dans le vrai et combien ils devraient continuer dans cette direction. Soit dit en passant, cette crise est une aubaine fantastique pour Sarkozy qui peut s’en servir pour complètement se dédouaner de toute responsabilité quant à la situation de la France. Que dire de notre adorable ministre de la Justice qui réussit l’exploit inédit de se mette à dos tout le monde, ses collaborateurs, les procureurs, les avocats de la défense, les élus locaux ? Ou encore de notre ministre d’état ? Qui sait de qui il s’agit ? Je serai beau joueur en disant qu’une secrétaire d’état s’est donnée une note moyenne, Fadela Amara. Le ‘plan Marshall des banlieues’ (sic !) n’est pas bien appliqué. Pas étonnant qu’elle ne se soit pas entendue avec son ministre de tutelle. Tout devrait rentrer dans l’ordre maintenant qu’elle en a un autre, Hortefeux. Il est d’ailleurs le seul ministre à avoir atteint et même dépassé ses objectifs, plus de sans-papiers renvoyés que prévu.
 
Alors cette question : les français ont-ils perdu leur intelligence politique ? Je dirais a priori que non. Mais alors, pourquoi Sarkozy est-il toujours populaire pour 40% des gens (ce qui est beaucoup au vu de ses résultats). Voici quelques pistes. D’abord il y a les irréductibles, ceux qui ont vision dogmatique de la politique, qui ne seront jamais capables d’admettre qu’ils se sont trompés, et ceux qui profitent de sa politique. Ces gens-là seront toujours contre vents et marées des supporters du président et font que jamais sa cote ne pourra descendre sous les 30%. Ensuite il y a les gens qui se désintéressent du quotidien politique, qui sont écœurés (on peut les comprendre quand on voit le spectacle qui leur est offert). Puis il y a les gens qui aimeraient suivre mais que Sarkozy a semés. Et là entre en jeu toute la stratégie de communication de l’Elysée et du cabinet engagé pour conduire la campagne de désinformation. L’hyper activité du président, les leurres, les diversions, la quantité de mesures annoncées rendent l’action du gouvernement impossible à suivre. Personne n’est capable de dresser un état des lieux du nombre de réformes annoncées, les quelles ont été appliquées, les quelles ont été traduites en lois et en décrets d’application. Même les chiffres qui sont têtus en général ne nous parlent plus tellement l’exécutif met d’application à nous faire passer des vessies pour des lanternes. Et enfin, il y a cette perception qu’il n’existe pas d’alternative en France. Les socialistes sont embourbés dans leurs luttes internes, Bayrou a du mal à se faire entendre faute de représentativité suffisante et les centristes traditionnels ont prêté allégeance au souverain.
 
Alors que faire ? Nous ne savons pas aujourd’hui avec certitude ce qui pourrait marcher mais nous savons déjà ce qui ne marche pas. Ne faisons pas la même erreur qu’on fait les Américains en donnant un second mandat à Bush il y a 4 ans. La situation était alors mauvaise mais faute d’alternative (rappelez-vous Kerry qui faisait trop french), on l’a réélu. La situation est passée 4 ans plus tard de mauvaise à catastrophique. Ce président part sous les huées avec 22% d’opinions favorables (ah si on peut descendre sous les 30%). J’aurai l’occasion de livrer ma réflexion sur Sarkozy et les États-Unis, de Bush à Obama dans un autre article. Si on peut se féliciter de voir partir l’administration Bush, nous ne devrions pas nous réjouir de son bilan même si on fait partie de ses nombreux opposants car les dégâts qu’il a causés sont considérables. Je n’aimerais pas me retrouver en 2017, après un second mandat Sarkozy, à écrire ‘vous voyez je vous l’avais bien dit’. Non je préfèrerais une alternative dès 2012, d’autant plus que si il est réélu, Sarkozy nous servira un ‘je suis tellement bon qu’ils m’ont donné un autre mandat donc on va encore aller plus loin’. Alors cette alternative où est-elle ? La France est généralement au centre, ce qui explique ces nombreuses alternances droite-gauche. Aujourd’hui la politique menée (mal menée en plus) est trop à droite. Il faudrait résister à la tentation de virer drastiquement à gauche. La montée de l’extrême gauche, incarnée par Besancenot est un mauvais signe. Soit dit en passant, ceci arrange plutôt Sarkozy mais c’est un autre débat. Alors qu’y a-t-il au milieu ? Et bien pas grand-chose. Le `’diviser pour mieux régner’ est appliqué à merveille par l’équipe en place. On a aidé les socialistes à se déchirer, même s’ils sont déjà très bons à ça. Rappelez-vous le ‘la division des socialistes je l’organise’ du président. Bayrou est marginalisé car abandonné par grand nombre d’anciens UDF qui ont rejoint le camp des gagnants. Et même au sein de la majorité, nous avons un premier ministre faible relégué au rang de collaborateur, des ministres transparents, un parlement qui n’est qu’une chambre d’enregistrement en pagaille, un groupe parlementaire UMP qui peine à exister malgré les efforts de Copé, un parti dirigé par personne sinon Sarkozy lui-même. Personne, y compris à droite n’est assez fort pour s’opposer de façon crédible au président actuel. Il a dans ce domaine parfaitement exécuté son plan.
 
Alors il faut regarder ailleurs et penser la politique autrement. Regardez Obama et même Clinton en son temps. Personne ne les connaissait 2 ou 3 ans avant leur élection. En France, nous connaissons en général le président-élu depuis 20 ans. Alors faute de voir émerger une femme ou un homme inconnu aujourd’hui, faut-il faire sauter les clivages gauche-droite comme le suggère Bayrou ? La piste vaut la peine d’être étudiée mais avons-nous la bonne personne ? Faut-il en revenir à un président socialiste ? Difficile à envisager aujourd’hui sauf si DSK pouvait revenir en France en 2012 et fédérer les énergies sociales démocrates. Delors aurait pu le faire en 1995 comme le lui demandaient les socialistes mais il n’y pas cru. La question des alliances se poserait assurément.
 
Alors oui, la France est dans un sal état et la division qui y est organisée est préjudiciable. Dans ces moments difficiles, il faudrait plutôt se rassembler car c’est collectivement bien sûr que nous nous en sortirons. Il faudrait au moins déjà être d’accord sur le fait que ce qui est fait en France aujourd’hui est catastrophique, ce qui nous permettrait de mettre toute notre énergie à rechercher l’alternative la meilleure. Gardons ce bien précieux qui est notre intelligence politique et ne laissons pas Sarkozy nous la confisquer, comme il confisque nos institutions. Utilisons les forums de discussions pour proposer, innover, voir la politique autrement. J’aurais l’occasion de revenir avec des idées et d’autres réflexions.

Moyenne des avis sur cet article :  3.97/5   (39 votes)




Réagissez à l'article

43 réactions à cet article    


  • La Taverne des Poètes 22 janvier 2009 09:58

    En France aujourd’hui, on ne fait pas : on défait...


    • sisyphe sisyphe 22 janvier 2009 14:35

      Globalement d’accord avec cet article, SAUF en ce qui concerne l’hypothétique retour salvateur de l’épouvantable DSK, qui est en train, à la tête du FMI, de continuer la même catastrophique politique d’aide aux pays sous conditions de démantèlement des systèmes sociaux, d’ouverture aux fonds étrangers ; bref, cette politique néo-libérale qui a conduit droit au goufre. 

      Que celui-ci soit également entrainé dans les oubliettes de l’histoire, et le plus vite possible. 


    • appoline appoline 22 janvier 2009 18:48

      @ Syphise,
      Il serait étonnant que DSK se préoccupe plus avant de la dangerosité des aides distribuées à certains pays. Certains mileux le tiennent par ses chères testicules et monsieur se plie volontiers à leurs exigences.


    • saint_sebastien saint_sebastien 22 janvier 2009 10:17

      je cite :

      Alors cette question : les français ont-ils perdu leur intelligence politique ? Je dirais à priori que non. Mais alors, pourquoi Sarkozy est-il toujours populaire pour 40% des gens
       ?

      Pourquoi 53% des suffrages ont ils voté pour lui ? c’est ça la vrai question.

      Pourquoi les américains ont réelu Bush en 2004 ? pareil

      Parce que tout ça n’est qu’une farce tragique dans un monde qui n’a pas de sens ?

      Parce que les médias, poumon de la démocratie sert des interets privés ?

      ou tout simplement car c’est la nature humaine ?


      • Yannick Harrel Yannick Harrel 22 janvier 2009 15:05

        Bonjour,

        Peut-être parce que la somme des petits intérêts privés a dépassé la volonté de souscrire à l’intérêt général ?

        Encore que je ne m’illusionnais en rien sur les autres candidats tant je suis convaincu que le système est sclérosé, accaparé par la même famille endogamique associée à la perte des valeurs républicaines.

        Cordialement 


      • Yvance77 22 janvier 2009 10:20

        De l’auteur je cite : "je ne peux que m’étonner que Sarkozy résiste aussi bien dans les enquêtes d’opinion"

        Bien moi pas trop. Une fois que l’on a répondu à la question cruciale : "qui sont ces gens qui détiennent à ce jour les médias en France ?" on obtient la réponse comme un bon upercut façon Mike Tyson.

        La gauche, ne nous leurrons pas,a agi de même. Quoique les médias appartenaient déjà aux mains expertes des copains donc il y avait au moins un effet de balance.

        Je suis aussi résident à l’étranger, je vois cela d’un autre œil, avec plus de recul (mais aussi des lacunes) et je vois dépérir mon pays que j’aime tant.

        Mais le plus inquiétant pour moi c’est le syndrôme italien. BerlusCONni est de la même trempe que la raclure Pipole 1er, dans son style je détricote le maillage social, et face à une gauche qui vaut pas mieux ; je ne vois pas d’issue favorable à la douce France.

        Hormis une bonne révolte ...

        A peluche smiley


        • Gabriel Gabriel 22 janvier 2009 10:25
          Bonjour,

          Comment se fier aux enquêtes d’opinions ou aux sondages sachant que 90% des médias sont à la solde du pouvoir en place ? Il faut relativiser les résultats publiés sur les enquêtes de satisfactions. Faites vous même l’expérience en interrogeant 20 personnes de catégorie différente au hasard et vous aurez une opinion plus juste que celle que les médias nous donnent. Il est vrai le Nabo-Léon nous fait du pur Bush (Sécuritaire, anti démocrate, égocentrique, anti sociale et j’en passe) nous risquons à la fin de son ou ses mandats de nous retrouver dans le même état que les USA aujourd’hui. Le seul contre pouvoir à ce jour est dans la rue.

          • Henri François 22 janvier 2009 14:17

            Dans la rue, Gabriel ? Pas si sûr. Car voyez-vous, même si le pouvoir émerge de là, il vous faudra peu de temps après de nouveau... descendre dans la rue.
            En effet, toutes les révolutions, toutes les révoltes connues, ont accouché de chefs qui, à leur tour "ivres de pouvoir", sont devenus pareils - sinon pires - à ceux qu’ils avaient critiqués puis battus.
            Ainsi la roue tourne...


          • LE CHAT LE CHAT 22 janvier 2009 10:33

            on continue dans le mensonge , Fillon vient de déclarer que la croissance serait proche de zero alors que l’OCDE vient d’annoncer du - 1,8 % ! mais quand il n’y a plus d’opposition , on peut bien dire n’importe quoi !


            • Desman 23 janvier 2009 00:51

              On touche la du doigt un autre probleme : le controle des medias et les moyens a la disposition de l’opposition pour pouvoir se faire entendre.

              Une anecdote :
              Je suis en France en ce moment, et je regardais le soir3 hier (un des moins mauvais journaux televises a mon gout). Tout le groupe PS a quitte ses bancs pour descendre devant le president de l’assemblee et faire une bronca enorme en chantant La Marseillaise et par la meme occasion bloquer l’examen de loi en cours. Une premiere depuis 50 ans d’apres la journaliste. Et bien on a eu doit a 2 secondes et demi d’images....


            • Neozenith 22 janvier 2009 10:35

              Vraiment très bon article sur la situation politique en France aujourd’hui, très réaliste. Et quelle tristesse de voir mon constat partagé à ce point !

              Pour répondre au titre de l’article : j’espère que ce n’est pas l’intelligence politique qui a disparu, mais seulement des choix cohérents et viables. Ceux là peuvent réapparaître, alors que l’intelligence d’un peuple non.


              • LE CHAT LE CHAT 22 janvier 2009 10:42

                Faut-il en revenir à un président socialiste ? Difficile à envisager aujourd’hui sauf si DSK pouvait revenir en France en 2012

                qu’est que c’est qu’un socialiste de nos jour ? Ce membre du siècle et des bilderberger pas fichu de rester en place à la vue d’une créature féminine , dont le job actuel consiste à s’assurer que les pays pauvres remboursent avec intérêts tout ce qu’ils doivent aux banquiers des pays riches et que ses amitiés sionistes ont laissé sans voix devant le génocide de Gaza !

                faudrait vraiment que les français soient très cons mener un tel ploutocrate au pouvoir ! jamais je ne voterai pour lui ! je vomis des types comme lui ! c’est l’antifrance dans toute sa splendeur !


                • Thoth 22 janvier 2009 11:01

                  Pourquoi poser cette question sur l’intelligence politique française ? Vous savez très bien que les mots intelligence et politique ne peuvent cohabiter ! smiley


                  • bob 22 janvier 2009 11:02

                    Autrement dit, vous preconisez de faire revenir la vieille gauche pre- Royal. Vous postulez que faire revenir DSK dont les frasques ( affaire des relations sexuelles lors de son mandat au FMI ) et le nepotisme ( affaire de son cousin ou neveu, a verifier, dans une succursale de ce FMI ) sera benefique pour la France ?

                    Sachez que les hommes politiques au pouvoir depuis 40 ans sont totalement responsables de l’etat de la France actuelle. A ce titre pourquoi ne pas mettre VGE ?

                    Quel changement !


                    • LAURIE 22 janvier 2009 11:30

                      Et pourquoi personne ne pense à Benoît Hamon ? Il a l’air de vouloir proposer autre chose, présente bien et parle bien. à ceux qui lui reprocheraient son alliance avec Martine Aubry, j’ai bien peur que quand on débute en politique il faut en passer par là. Mais que ferait-il si, fort d’un succès populaire il pouvait s’affranchir de cette tutelle ? Moi je pense qu’il ferait mieux qu’eux. 


                      • Yena-Marre Yena-Marre 22 janvier 2009 12:09

                        Bonjour ,
                        Je n’ai rien à priori conte Benoit , mais je ne le prend pas pour un p’tit jeune qui fait ses premiers pas .....Il as des responsabilités au PS depuis belle lurette , et il a montre lors du congres de Reims qu’il était aussi stratège que les autres


                      • Lisa SION 2 Lisa SION 2 22 janvier 2009 12:08

                        " Soit dit en passant, cette crise est une aubaine fantastique pour Sarkozy qui peut s’en servir pour complètement se dédouaner de toute responsabilité quant à la situation de la France " avez vous écrit dans votre bel audit, votre lucide inventaire. Votre recul sur notre pays vous profite pour voir plus clair.

                        Si je puis me permettre, la désertification des petits commerces de villages de campagne ne date pas d’hier, ni de Sarkozy. La faillite de l’Eglise, l’exode rural vers les cités Hlm de banlieues ne date pas d’hier, mais est un mouvement puissant régi par une politique mondiale dont nous sommes aussi les victimes malgré la noble personnalité de notre solide société. Ce qui nous aiderait à comprendre ces phénomènes serait la transparence sur toutes ces puissantes sectes qui vérolent nos institutions. 

                        La France a-t-elle perdu son intelligence politique ? Dans CIA, il y a " intelligence..."


                        • Jean-paul 22 janvier 2009 14:33

                          A droite Sarkozy (on l’aime ou pas mais il est la) ,a gauche...........personne ( ?).
                          La France si arrogante et donneuse de lecons aux autres pays .
                          En ce moment les Francais sont plus occupes par Obama et sur Agoravox a le critiquer deja.
                          L’auteur qui est de gauche et resident au Canada veut utiliser les forums de discussions :blablablablablabla le debat etant le sport national .


                          • Jean-paul 22 janvier 2009 14:36

                            Ce que propose l’auteur : DSK en 2012 et il nous parle d’intelligence politique ...................


                            • Sylvain Sylvain 22 janvier 2009 14:52

                              Je ne suggère pas spécifiquement un retour de DSK. Je ne le cite que comme une piste possible parmi lesquelles on retrouve aussi Bayrou ou même quelqu’un qu’on ne connait pas encore aujourd’hui. Vous avez raison de dire que Sarkozy a fait le vide autour de lui et qu’il est sans opposition. Il a très bien réussi dans cette entreprise-là. Ce n’est pas parce qu’il est tout seul que son action est bonne. Je le compare à Bush car il est parmi les hommes politiques français qui sont les plus proches idéologiquement de lui. En 2004, Bush n’avait pas d’opposition crédible et il a été réélu. On a vu la suite.........Espérons que pareille mésaventure ne nous arrive pas ! Il faudrait commencer par reconnaitre que la politique de Sarkozy ne fonctionne pas, ni sur le fond, ni sur la forme, en fait une mauvaise stratégie mal appliquée.


                            • Jean-paul 22 janvier 2009 15:01

                              bref vous n’apportez aucune solution a part blablablablablabla ,typiquement francais .
                              Vous pouvez parier 2012 Sarkozy de nouveau car pas d’opposition contre lui .
                              Bayrou n’est pas credible ( opportuniste ) ni charismatique .


                              • Sylvain Sylvain 22 janvier 2009 15:10

                                Jean Paul, je ne prétends pas avoir LA solution aujourd’hui. Ce que l’on sait par contre, c’est que ce qui est en place en ce moment produit des résultats catastrophiques, Etes-vous au moins d’accord avec ça ou pensez-vous que la politique menée aujourd’hui produit de bon résultats ? Si tel est le cas, expliquez-nous donc ce qui fonctionne si bien. Donnez-nous des données précises.


                                • Jean-paul 22 janvier 2009 15:43

                                  Sylvain
                                  Je suis d’accord avec vous .Sarkozy contre Royal ,des 2 cotes on etait mal barre .
                                  Royal a un ego ausi grand que Sarkozy et on aurait ete aussi dans la merde .
                                  Tous les sortent de l’ENA .........et la pour moi ce serait la premiere chose a changer .
                                  Apres nous avons la mentalite francaise qui a toujours beaucoup de mal a s ’adapter mais excelle en discours et debats .Les Francais et l’Europe ????????????????Il n’y a qu’a lire l’article de Paul Villach hier .


                                  • Cogno2 22 janvier 2009 16:05

                                    bref vous n’apportez aucune solution a part blablablablablabla ,typiquement francais .

                                    Stupide, s’il fallait avoir la solution à un problème pour avoir l’autorisation d’évoquer le dit problème, rien ne serait jamais dit ou fait.
                                    Typiquement issu de la connerie humaine.


                                    • Cogno2 22 janvier 2009 16:09

                                      Ensuite confondre refus et difficulté est plus que limite.

                                      Si parce que nous refusons un système à l’anglosaxonne nous sommes considérés comme des fossiles, ce n’est que de la mauvaise foi.
                                      On pourrait tourner la chose en disant que nous refusons d’être des mouttons bêlant, et que ce n’est pas parce que celui qui s’est proclamé chef du troupeau se dirige vers le bord de la falaise qu’il faut l’y suivre.

                                      Bref, restez ou vous êtes.


                                      • Jean-paul 22 janvier 2009 17:08

                                        @ cogno 2
                                        Blablablablablablablablabla........................................... ...........


                                      • appoline appoline 22 janvier 2009 18:51

                                        Intelligence politique ?
                                        Si nos politiques en ont juste un peu, ils n’en font pas grand étalage.


                                        • Céline Ertalif Céline Ertalif 22 janvier 2009 22:31

                                          "J’aurais l’occasion de revenir avec des idées et d’autres réflexions" : ?? on verra.


                                          • delamothe delamothe 22 janvier 2009 23:37

                                            Comme je déteste les articles entièrement à charge sur un pays, j’ai essayé de récolter quelques actualités sur le Canada et la province de Montréal , le pays ou il fait bon vivre...

                                            Les emeutes urbaines à Montréal après une bavure policière et discours raciste de "journaleux" :
                                            _http://www.radio-canada.ca/regions/Montreal/2008/08/10/001-mtl-nord-mort-police_n.shtml
                                            _http://cbergeron.wordpress.com/2008/08/12/les-emeutes-de-montreal-nord-quelques-observations/

                                            Quelques semaines plus tard "à la grande surprise" le parti conservateur libéral redevient majoritaire dans cette bonne vieille terre québécoise alors qu’une crise politique menace avec l’état fédéral :

                                            _http://www.pressafrik.com/Apres-la-crise-politique-Quebec-s-offre-un-lifting-electoral_a376.html
                                            _http://www.cyberpresse.ca/opinions/chroniqueurs/vincent-marissal/200901/17/01-818475-harper-charest-le-grand-froid.php
                                            _http://matin.branchez-vous.com/nouvelles/2008/12/elections_provinciales_tres_fa.html

                                            Le Canada pays des Tabernacles n’est plus la terre des écolos et des grands espaces sauvages , l’exploitation intensive du pétrole dans la région d’Alberta est catastrophique pour la nature.
                                            _http://www.factsonlyagency.com/article-18835671.html

                                            Oui je sais , c’est bas comme méthode...


                                            • delamothe delamothe 22 janvier 2009 23:55

                                              Car il serait vain de limiter les problèmes politique et économique à la seule France. Certains prévoient déjà l’amerique en banqueroute avant 2012 ,la crise est essentiellement une crise capitaliste, l’élite au pouvoir aura bien du mal à légitimer son existence encore longtemps. Vous n’avez pas l’air d’apprécier les cocos et les autres mangeurs de bébé (la chine et le russie sont encore communiste ?) mais parler de Dsk prete plus de la blague que d’une solution.Dsk ? Vous savez le gars que Sarko à placer à l’Omc , il aime bien les sécrétaire particulières...


                                            • Desman 23 janvier 2009 00:40

                                              Delamothe, a mon avis tu ne devrais pas melanger des impressions au niveau national (Canada) et regional (Alberta, Quebec) car le pays de Celine Dion et des peaux de castor est tellement vaste... Une seule province est plus grande que la France. Autant de mentalites et de cultures differentes (et de terroirs dirions nous en France).
                                              Tu parles du pays des ecolos, ce qui tout d’abord est peut etre une vision exterieure deformee ? (cliche classique des francais sur le Canada), et ensuite s’applique surement au Quebec et peut etre a l’est du pays, mais certainement pas a l’Alberta, province ultraconservatrice et qui n’a jamais ete ecolo.


                                            • Emmanuel Aguéra LeManu 23 janvier 2009 00:48

                                              hey Delamothe !
                                              Tu sais lire ? Tu réponds à l’auteur comme s’il était un vilain Canadien attaquant la gentille France, alors qu’il se présente dès son premier mot comme ton compatriote...
                                              Et sache, j’en témoigne, que vivre Français à l’étranger n’est pas toujours facile. Et encore, pour moi, c’était pas à l’époque de Sarkozy. Vu de ce pays qu’on nomme "l’étranger" (notez-bien : l’ ETRANGEr), la France est un pays arrogant et donneur de leçon qu’il est parfois vain d’eesayer de défendre, et on se sent bien seul devant une évidence rendue discernable par la dépassionalisation des débats que permet l’éloignement.
                                              Ta réaction, si légitime qu’elle puisse être vis à vis du gouvernement canadien, à qui, je suppose tu t’adresses, sens le nationalisme fier et l’arrogance qui m’ont fait tant de tord à moi "Français de l’étranger" pendant dix ans.
                                              Mais, c’est inutile d’expliquer, il faut le vivre.
                                              Petits exemples
                                              relevés dans l’actualité du jour pour faire rougir nos compatriotes expatriés lors des discutions de salons où on se foutra la gueule des Froggies : le discours de Fillon (voir Avox TV) qui très sérieusement explique à Obama ce qu’il convient de faire, ou encore (voir Avox du jour) Obama qui a pîqué ses idées de campagnitude à Ségolène... et ça c’est que l’actu d’une journée que je n’ai pas choisie...

                                              Quant au sujet, j’ai dit plus bas ce que j’en pensais tout haut (je lis dans le désordre).


                                            • delamothe delamothe 23 janvier 2009 00:58

                                              j’essayais de prendre les références éculés pour mieux montrer qu’on peut tout dire d’un pays sans arriver à sortir des choses intéressantes.Comme le Canada la France n’est pas non plus un pays monolytique , la plupart des pays étrangers ne sont pas moins touchées par la crise du capitalisme que la France. Le déficit va se creuser fortement au Canada , c’est bien pour eux...Les français de l’étranger ont souvent une sorte de vision condescendante sur les autres français et l’évolution de leur pays d’origine genre vous savez moi j’ai pas mal bourlingué à travers le monde , vous savez Londres et la city ça bouge plus que Paris et ses cheminots de sud , vous savez je gagne un max de pognon à l’étranger c’est ça la mondialisation...j’ai un peu de mal à recevoir ce genre de témoignage certes touchant entre deux épisodes de derrick mais un rien outrancier.


                                            • delamothe delamothe 23 janvier 2009 01:23

                                              à lemanu : j’ai un peu de mal à lire quelquefois mais qu’on critique mon pays ça jamais lol... je ne suis pas pour autant partisan du slogan "la france tu l’aime ou tu la quittes" meme si l’auteur n’a pas l’air d’avoir une bonne image de la France.
                                              Il aurait pu insister sur ce phénomène inédit pour un président de la république , chacunes de ces sorties conduisent à des débordements et à un bouclage quasi militaire des lieux...bizarre ?


                                            • Emmanuel Aguéra LeManu 23 janvier 2009 04:16

                                              Pas nouveau. ca fait drole de voir critiquer son pays, soit ; mais moins drole quand c’est vrai. Et puis, une critique, ça s’entend. répondre à une critique par une autre, c’est un peu comme envahir l’Iraq à cause d’un attentat saoudien... Allez bonne nuit et a+.


                                            • delamothe delamothe 23 janvier 2009 16:18

                                              Sur le fait que Sarkozy soit autant détesté par une parti de la population , je ne pense pas que ce phénomène est existé dans cette proportion ces dernières décennies. Un article d’agora vox sur la visite de Sarkozy à Nimes est stupéfiant.
                                              Entendre la critique , je l’entends bien sur.Mais lorsqu’elle se résume qu’a des arguments du café du commerce on peut se poser quelques questions. L’auteur parle de Dsk en potentiel opposant face à un Sarko presque sur de gagner en 2012. Cette vision des choses est grotesque.Sarkozy aura perdu le vote de la plupart de ces electeurs entres les ouvriers déçus , les vieux se sentant floués pour leur retraite et d’autres qui ont peur de la mauvaise image du pays à l’étranger.Il y aura toujours l’électorat de droite (environ 25pour cent ) pour voter pour le nabot car l’auteur semble oublier qu’il existe des gens de droite qui vote à chaque fois pour le candidat désigné par le parti. Alors dire la france (c’est quoi la france) a perdu son intelligence politique , c’est limite tout de meme.
                                              ps:il y a un article sur la situation économique en Grande Bretagne , pas très glorieux....Au revoir ma city smiley 


                                            • Emmanuel Aguéra LeManu 23 janvier 2009 00:25

                                              Les promesses electorales ? Un alibi.
                                              Alibi de la pérénité de la "démocratie" parlementaire moderne : Ca passait pas trop mal avant l’explosion des médias, mais il me semble que voter est devenu plus un moyen d’empêcher l’election de tel ou tel candidat, qu’un moyen de vouer à l’un d’entre eux une pleine confiance. On élit le moins pire, en somme.
                                              Alibi de la légitimité de l’élection : Reconnaître les promesses electorales comme les mensonges éhontés qu’elles sont est forcément impossible aux élus des parlements, sénats et ministères...seuls a pouvoir changer la donne constitutionnelle, qui donc ne changera pas.

                                              Cette crise économique est bien sur une aubaine pour un Sarkozy désormais affranchi des objectifs devenu bien malgré lui impossible à atteindre... Les Français ne lui en voudront pas, il lui accorderont les circonstances atténuantes et le rééliront. Parole. Il en ressortira un héros, car on aime les gesticulations et les rolex.
                                              D’ailleurs tout est une Aubaine pour Sarkozy qui manoeuvre comme un renard. Il occupe le devant de la scène par tous les moyens et s’agite désespéremment en espérant probablement que nous oublirons qu’il est depuis toujours le chantre du système libéral qui nous a foutu le pays et le monde dans l’état où il sont. Le pompier pyromane, quoi...
                                              Ah les 17 milliards du paquet fiscal... On n’en parle plus de ceux-là. Les vacances en yacht "présidentiel", le Fouquet’s, de ça aussi on ne parle plus. Ca ferait tache.
                                              Pantin, va. Comment faut-il faire pour mériter un gouvernement ? je vous le demande, personnellement je sèche.


                                              • Desman 23 janvier 2009 00:29

                                                C’est marrant je vis au Canada aussi et je me faisais les memes reflexions : les francais "intelligents" (il vaudrait mieux dire "eduques" a mon avis) politiquement, et nos amis anglophones nord-americains quasiment incultes... Pourtant apres 3 annees de vie candienne, force est de constater que mes idees preconcues volent en eclats. La France boit les paroles de Sarkozy, qui pourtant vu depuis l’autre cote de la planete m’a l’air de surtout brasser du vent. Et pendant ce temps la Edmonton vient d’elire son premier maire non conservateur depuis un siecle !

                                                Pour en revenir a la France, j’espere moi aussi que nous verrons une alternative a Sarkozy d’ici 3ans. Car oui deja 1 an et demi de pouvoir et aucune reforme fondamentale. Des coupes dans le budget de l’Etat en supprimant des tribunaux, ambassades, bases militaires, postes d’enseignants, etc... Quelques gesticulations geopolitiques. Et quelques arrangements entre amis bien evidemment, sur les taxes, impots et autres charges sociales. Bien maigre bilan.
                                                Mais quel espoir pour la prochaine election ? Le PS est en miette. Les extremes (a gauche et a droite) sont par definitions trop peu realistes. Le Modem me semble apporter un discours nouveau et interessant, ne manque pas de competences contrairement a ce qui se lit ici ou la (Lepage, Peyrelevade) mais manque de leaders charismatiques pour emflammer les foules... Bref pas de vraie alternative a l’heure actuelle. Nous voila dans une belle panade ! Bonne chance a tous (car nous sommes dans le meme bateau apres tout) et gardons espoir, tout est possible... Regardez ce pays etrange qui est la premiere puissance mondiale : ils elisent Bush 2 fois de suite pour nous sortir ensuite un Obama du chapeau !


                                                • wesson wesson 23 janvier 2009 00:49

                                                  Bonjour l’auteur,

                                                  "je ne peux que m’étonner que Sarkozy résiste aussi bien dans les enquêtes d’opinion."

                                                  personnellement, cela ne m’étonnes pas du tout. Il suffit de regarder un petit peu le thermomètre pour comprendre de suite quelle température il va indiquer.

                                                  D’une part, vous avez les maisons de sondages qui sont toutes détenues par des amis politique et pipole de M. Sarkozy, et d’autre part quand un média commande un sondage, en fait il commande les résultats et l’organisme de sondage va se charger de trouver la question qui va bien ... Et si par hasard les gens trop tétus persistent à fournir un résultat allant à l’opposé de ce que les médias veulent affirmer ou démontrer, le sondage n’est juste pas publié.

                                                  il y aurait tout un livre à écrire sur l’ensemble des techniques de bidonnage des sondages actuellement à l’oeuvre, et qui permettent partout dans le monde de dire aux gens dans ces braves démocraties que malgrès des petits problèmes mineurs, tout vas très bien madame la marquise !

                                                  Pour sortir de ça, ce n’est pas sarkozy à qui il faut foutre le feu, mais à ses médias. Débarassé de toute cette "protection désintéréssée", et abordé d’une manière objectivement critique, sarkozy ne mettrait pas 3 mois à redevenir aux yeux de ses plus fervent admirateurs le petit politicien de second ordre, un peu matuvu, un peu idiot, un peu voyou qu’il n’a jamais céssé d’être.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès