Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile
  • Agoravox TV

Accueil du site > Actualités > Politique > La France dans un conflit cornélien : mourir du mondialisme ou contre le (...)

La France dans un conflit cornélien : mourir du mondialisme ou contre le mondialisme...

Les pays européens de l'Ouest, la France en particulier, sont devant un cruel dilemme : ou bien se faire annihiler par le mondialisme dans un totalitarisme de la veulerie ou bien choisir une voie nationaliste ferme, mais qui peut également échouer sous les bombes physiques ou morales du mondialisme. Après, c'est, comme on dit, chacun son choix...

La situation française actuelle à un côté néo-espagnol. D'une part, la France expérimente depuis plusieurs décennies une sorte de guerre civile larvée, mais de facture somme tout assez classique, laquelle oppose, non pas la vieille France à des gens issus de l'immigration mais des Français de-souche entre eux, dans une lutte fratricide, une lutte entre vrais patriotes et mondialistes, fussent-ils, pour certains de ces derniers, déguisés eux-mêmes en patriotes. C'est une situation qui rappelle vaguement les trois années de guerre civile opposant les espagnols rouges aux espagnols bleus, les internationalistes pudiquement baptisés « républicains » (eux-mêmes divisés en une gauche gouvernementale et une gauche radicale), et les nationalistes plus ou moins regroupés autour de Franco, classés à droite ou à l'extrême-droite, mais non sans visées socialisantes pour beaucoup d'entre eux (et l'on retrouve au FN français actuel cette tendance sociale, un peu proudhonienne, à côté d'autres, fort différentes).

Par ailleurs, on se retrouve également en France actuelle dans une situation qui rappelle la France de l'insignifiant Président Lebrun, à deux doigts de la guerre mondiale, déjà envahie par les troupes allemandes, mais aussi terrifiée ou fascinée par la puissance du bolchevisme ; à ceci près qu'actuellement, l'ineffable Président Hollande est tiraillé entre le mondialisme tendance-islam et le mondialisme tendance-yankee. S'il n'existe plus de nazis germains ni de bolcheviques russes, à tout le moins il existe un mondialisme anglo-saxon et un islamo-mondialisme, ces deux mondialismes, à la fois ennemis et complices, ne répugnant ni l'un ni l'autre à des coups de force en territoire européen, quoique avec des méthodes différentes. Les mauvaises langues conspirationnistes murmurent d’ailleurs que le mondialisme yankee finance allègrement le mondialisme barbu, qui lui-même revend du pétrole au mondialisme yankee ; enfin, bref : toute une orgie...

Alors que faire ? Le grand mérite de Franco fut de faire cesser la guerre civile (les descendants des « rojos », des « rouges », vont hurler en lisant cet article) et d'empêcher l'Espagne de s'arrimer au second conflit mondial. On m'objectera que Franco et Hitler ne s'entendaient pas si mal... bah ! En tout état de cause, le caudillo espagnol ne fut jamais le larbin du führer allemand. On n'en dirait pas autant de certains socialistes français des années 40 – beaucoup même – qui, en vertu de la magie des retournements de vestes, se trouvèrent fortement impliqués dans la collaboration. Et je n'évoque même pas le pacte germano-soviétique qui transforma quelques instants nos chers communistes français en un ramassis de gens, disons, très, très inertes. En France, le travail historique sur la collaboration des gauches a été fait et il est inutile d'y revenir ; ce thème valut d'ailleurs des volées de bois vert au journaliste Eric Zemmour.

http://ericzemmour.blogspot.fr/2012/12/zemmour-la-plupart-des-collabos-en.html

Alors... imaginons un bref instant qu'un homme d’État français prenne le pouvoir, mettons en 2017, et se mette à promouvoir une forte reprise en main populiste de son pays, un truc à la Viktor Orbán par exemple... Mettons même que cet homme d’État puisse être une femme... éventuellement habillée en tailleur bleu marine. Bon. Pesons. Le risque très net est une contre-attaque de l'Empire, avec émeutes, terrorismes, violences, etc. Et en prime une triste fin pour notre homme ou notre femme d’État ; par exemple, une fin à la Kadhafi. Mais, d'un autre côté, si la France ne fait rien, et continue benoîtement à lécher les pieds du mondialisme, ou plutôt des mondialismes, ce sera le même tarif : massacres, horreurs en tout genre. Alors, il faut tout bien peser. Sortir la France de la société-monde (dont l'UE) ou rester dans la société-monde (et dans l'UE) ; mourir de nous soumettre au mondialisme ou mourir d'avoir combattu le mondialisme...

C'est un cruel dilemme. Toutefois, la sagesse naturelle nous dit : si on fait quelque chose, il n'est pas certain qu'on gagne ; mais si on ne fait rien, on est sûr de perdre. De même la sagesse surnaturelle nous ordonne : aide-toi, le Ciel t'aidera.

Quant aux héros de l'immense Pierre Corneille, ils auraient à peu près dit : tant qu'à y passer, sauvons l'honneur !

Antonio de Almádena


Moyenne des avis sur cet article :  2.57/5   (30 votes)




Réagissez à l'article

46 réactions à cet article    


  • Jeussey de Sourcesûre M de Sourcessure 2 janvier 12:28

    « ...choisir une voie nationaliste ferme, mais qui peut également échouer sous les bombes physiques ou morales du mondialisme. »


    il ne semble pas que la Suisse échoue sous des bombes morales ni physiques...

    • César Castique César Castique 2 janvier 12:50

      «  Alors, il faut tout bien peser. »


      Je pense, pour ma part, qu’il n’y a rien à peser, parce que peser c’est calculer des probabilités pour faire le « bon » choix, celui du camp qui a le plus de chances de l’emporter.

      Je choisis bien plutôt en fonction de mes aspirations et de mes affinités, parce que je ne sais rien de l’issue de la bataille. 

      Comme je l’ai écrit ici, il y a quelques jours, sous forme de métaphore, c’est tout à la fin que nous savons si la colonne de secours arrive avant que nous ne soyons submergés, comme à Tolède, ou si nous sommes submergés avant que n’arrive la colonne de secours, comme à Camerone.

      Pour moi, cette incertitude justifie le choix et le combat qui s’ensuit.

      • Léonie 2 janvier 13:13

        Merci Antonio pour ce bel article.

        C’est une question que je m’étais déjà longuement posée : Quelle est la marge de manœuvre de nos dirigeants vassalisés ? Quelles sont les menaces explicites ou implicites, évidemment non officielles ni publiques, sous la pression desquelles des décisions en apparence aberrantes sont prises au préjudice des nations ?

        Les multiples tragédies des peuples voulant prendre leurs destins en main incitent évidemment à réfléchir, et ceci pour ne parler que de l’histoire récente. Les armes du mondialisme s’appellent révolutions orange et guerres civiles, fléaux contre lesquels on ne pourrait reprocher à un régime de vouloir protéger sa population. Il me semble que la France est beaucoup plus exposée à ce type de menaces qu’un pays comme la Suisse par exemple. L’ambiance de guerre civile larvée y est permanente et sournoise depuis au moins les épurations des années 44-45 et je ne parlerai même pas de la facilité qu’il y aurait à y générer une insurrection de type djihadiste...

        La soumission au mondialisme ne serait elle imputable qu’à la prudence la plus rudimentaire ?


        • Jeussey de Sourcesûre M de Sourcessure 2 janvier 13:24

          @Léonie

          la soumission au mondialisme n’est imputable qu’aux intérêts de la classe dominante, possédante et dirigeante dont les politiques ne sont que les laquais !
          Les dominés nettement plus nombreux sont tellement manipulés et terrorisés depuis si longtemps qu’ils se comportent comme les enfants battus : ils admirent et défendent leur parent tortionnaire.
          L’état d’urgence (qui n’a servi qu’à neutraliser les amis de M. Hulot) en est le dernier exemple.

        • Samson Samson 2 janvier 16:02

          @M de Sourcessure
          « L’état d’urgence (qui n’a servi qu’à neutraliser les amis de M. Hulot) en est le dernier exemple. »

          Comme $ociali$tes avec « gauche » ou socialisme et quoiqu’en dise la novlangue propagandiste, cessons de confondre professions de foi politiciennes et marketing des cireurs de pompes et autres marchands de savonnettes avec l’écologie,
          Si les militants altermondialistes et associatifs « neutralisés » par l’état d’urgence étaient les « amis » de Nicolas Hulot, ça se saurait et l’effort eut été bien inutile ! smiley


        • devphil30 devphil30 2 janvier 13:53

          Qui ne tente rien et ne fait rien , n’a rien 


          Que font et tentent ceux qui sont censés nous représenter ? 

          Rien , ils ne font rien depuis 40 ans alors oui un parti Français, patriote en France pourrait faire bouger les lignes.

          Vivement 2017 et ensuite si rien ne se passe alors il faudra attendre encore et encore jusqu’en 2022 à moins que tout explose 

          Philippe 


          • Clofab Clofab 2 janvier 14:05

            Voilà un beau constat ! Le choix des Français, n’est plus Hollande ou Sarko ou Juppé ou je ne sais quel autre Européiste-mondialiste. Le choix est simple :

            Faut-il abandonner la notion de Patrie Française, de Nation France, avec toutes ses contradictions et ses particularités que le reste de la planète nous envie (ou déteste) ?

            L’abandonner à un système antidémocratique et néocon à la sauce USA qui estime que l’avis des peuples n’est pas « politiquement correct » et inintéressant et donc peu à peu supprimer toute consultation citoyenne (Referendum, élections locales ou nationales). Les décisions qui concernent nos vies et notre futur ( social et sociétal et géopolitique) seront prises par quelques eurocrates inconnus que nous n’aurons même pas élus. 

            Ou

            Choisir la voie de la reconstruction de notre Pays, de sa souveraineté, de sa liberté ? L’idée d’une europe fraternelle entre pays libres et souverains est une bonne idée. Chacun son pays, ses mœurs, ses traditions ! Et tous ensembles pour garantir la Paix, l’échange commercial et le partage du savoir.

            Au Français, aux peuples Européens de choisir.

            Pour ma part, j’ai choisi.


            • Samson Samson 2 janvier 14:12

              « Sortir la France de la société-monde (dont l’UE) ou rester dans la société-monde (et dans l’UE) ; mourir de nous soumettre au mondialisme ou mourir d’avoir combattu le mondialisme... C’est un cruel dilemme. »

              Comme pour le Canada dry, ça a l’apparence et le goût d’un dilemme, mais ce n’en est pas un, et c’en est d’autant plus cruel.

              Si - quoique Manu le Fourbe l’ait déjà bien avancée - ’il n’y a aucun doute à se faire sur une reprise en main encore plus populiste de la France en cas de victoire brun-marine, vous semblez oublier que le premier état à avoir éprouvé les recettes économiques ultra-libérales chères à l’école de Chicago était le très démocratique Chili de Pinochet !

              Si donc l’atteinte aux valeurs humanistes €uropéistes offre à la classe politique traditionnelle et la presse main-stream l’opportunité de pousser les cris d’orfraies de rigueur, nul doute que - tout comme les $ocialicains ou les Ripoubli$tes - les gars de la Marine sauront parfaitement s’accommoder des exigences du capitalisme mondialiste porté par la BC€, le Medef et les actionnaires du CAC40, ...

              En matière économique, le FN ne se démarquera - hors poudre aux yeux - en rien de la Pensée Unique et si j’imagine que l’expertise d’un Emmanuel Macron à cirer les pompes de la financratie sera vivement regrettée en « haut » lieu, nul doute que les compétences ad-hoc sauront être fournies à son successeur : pas très compliqué, il suffit de se soumettre et obéir ! smiley


              • Samson Samson 2 janvier 14:26

                @Samson
                « ... mourir de nous soumettre au mondialisme ou mourir d’avoir combattu le mondialisme.... »
                Avec le FN, ce sera mourir d’être soumis au mondialisme par ceux qui prétendent le combattre ! smiley


              • Clofab Clofab 2 janvier 14:28

                @Samson
                Encore un procés d’intention. vos propos ressemble fort à la propagande bochévique si bien orchestrée par tous nos médias aux ordres des gochos. Il suffirait pourtant de prendre la peine de lire les professions de foi des partis souverainistes (FN,DLF,UPR etc..) pour sortir de cette torpeur (dans le mot torpeur ; il y a PEUR). 


              • Samson Samson 2 janvier 15:42

                @Clofab
                Je conviens volontiers qu’il est plus que temps de virer définitivement les pourritures qui tiennent et tenaient les rennes de l’horizon politique et je ne prétends pas que le souverainisme soit une mauvaise option, je prétends simplement que ce n’est pas le choix du FN qui - quoiqu’il prétende - vous y mènera !

                Pour la financratie €uropéiste, les valeurs humanistes et la démocratie ne sont que prétextes - de plus en plus encombrants - au pillage en cours : tant que les affaires continuent, nul doute qu’elle s’accommode sans difficulté majeure des claquements de bottes ! Hors fumeuses et fort vagues déclarations d’intentions, le programme économique du FN reste des plus vagues.

                Les mères fouettard de service ne visent rien d’autre que le pouvoir : elles sauront donc sans insupportables états d’âmes s’accommoder des « principes de réalité » qu’impose la Pensée Unique néo-libérale et sans autre scrupule s’acoquiner avec les Juncker, Monti, Gattaz, Beulin, Lagardère, Dassault et autres laquais, propagandistes ou maîtres d’œuvre du grand Capital.

                Jamais ouvert un bouquin de Machiavel ? C’est pourtant très instructif sur ces questions ! smiley


              • Clofab Clofab 2 janvier 16:24

                @Samson
                Alors...Quelle solution ? Parce-qu’il faut trouver une solution pour l’avenir de la France. 


              • Samson Samson 2 janvier 17:09

                @Clofab
                ... et des autres peuples d’Europe, d’ailleurs !
                J’ignore s’il y en a une - et encore moins démocratiquement -, mais c’est tout le système économique et hégémonique occidental qui s’écroule inexorablement sous nos yeux, et même une guerre entre l’Occident et la Russie ne servirait - pour notre plus grande malheur car nous sommes aux premières loges - qu’à nous le masquer pour en reporter un peu l’échéance. Il y aura de toute manière bien des dégâts, mais le colosse s’effondre !

                Faute de mieux, refusons à chaque occasion notre adhésion à l’€urope des lobbies et retirons déjà notre adhésion individuelle - même passive - à cet asservissement mortifère, faisons échec à ce système et ses représentants en nous préparant d’ores et déjà pour la suite : il nous faudra très bientôt construire tout autre chose, si possible plus fraternel et solidaire, sur les ruines bientôt fumantes ! Il est déjà possible au niveau individuel de consommer autrement, de privilégier les circuits courts, les artisans et producteurs locaux, de semer ses propres salades (non-brevetées par Monsanto, Dupont de Nemours et autres) si on a un jardin, de rétablir les solidarités locales, ...

                Cordiales salutations, et meilleurs vœux pour 2016 ! smiley


              • Clofab Clofab 2 janvier 17:52

                @Samson
                Meilleurs voeux pour 2016.


              • colere48 colere48 2 janvier 14:31

                Ah nostalgie quand tu nous tiens.... n’est ce pas l’auteur ?

                Ah le bon temps de ce brave Caudillo qui a éviter bien des malheurs à son peuple ...

                Ah ben dis donc l’espagnol, vivement le p’tit caudillo au pouvoir, une valse plutôt qu’une java ?

                L’ère des faux culs est arrivé !!


                • tf1Groupie 2 janvier 14:49

                  Donc la France est dans une guerre civile similaire à la guerre civile espagnole..... oui, oui


                  • Enabomber Enabomber 2 janvier 18:16

                    Un nostalgique du franquisme maintenant ! Curieux que cette momie ait si peu de succès dans son pays d’origine !


                    • La Voix De Ton Maître La Voix De Ton Maître 2 janvier 18:21

                      La mondialisation (puis le mondialisme si vous voulez) est avant tout un simple phénomène comptable et elle ne s’oppose pas « à la France »

                      la France ne fait rien, et continue benoîtement à lécher les pieds du mondialisme

                      Mon dieu que cela transpire la bêtise.

                      - Il y a des français qui sont les directs bénéficiaires du mondialisme.
                      - Il y a des français qui sont les victimes directes du mondialisme.

                      Le prochain président fraichement élu, quoiqu’il ait promis, se verra remettre le bilan par certains de ses propres compatriotes (bénéficiaires nets) et obéira aux ordres bien gentiment.

                      Faites le calcul vous même : Quel est votre bilan face au mondialisme ? Rejeter le mondialisme aujourd’hui signifie accepter de changer de mode de vie. Vous y gagnez ?

                      La France, 5ème ou 6ème économie mondiale qui s’en va pisser sur la mondialisation ? Hou-Hou !


                      • zygzornifle zygzornifle 2 janvier 18:25

                        l’un comme l’autre se nourrit de votre pognon ....


                        • Jean Pierre 2 janvier 19:09

                          L’article commence par des erreurs historiques qu’on ne peux laisser passer. 

                          La neutralité espagnole dans la deuxième guerre mondiale est une fable. La seule chose à peu exacte serait de dire que l’Espagne s’est relativement tenue en dehors des combats militaires. Pour le reste, les Stukas nazis ont copieusement bombardé en Espagne (voir Guernica) alors que les autres pays restaient « neutres » par lâcheté pour ne pas irriter Hitler. Suite à un traité entre Franco et Hitler des milliers d’Espagnols sont partis travailler en Allemagne. Suite aux persécutions envers les Républicains (tortures, massacres de masse dont tous les charniers n’ont pas encore été découverts) des survivants ont fui l’Espagne mais sont tombés dans la nasse nazie en croyant avoir trouvé refuge en France. Et à la fin de la guerre, l’Espagne a été le refuge d’innombrables nazis( JM Le Pen rendait régulièrement visite en Espagne à Léon Degrenne nazi belge ayant combattu au sein de la Wermarcht). 
                          Quand à la Gauche Française, si elle a eu des égarés célèbres (Laval, Doriot) elle a, en proportion, beaucoup plus refusé les pleins pouvoirs à Pétain que la droite (il suffit de consulter les archives de ce vote). De plus, au moment de ce vote, de nombreux députés de gauche étaient déjà dans la clandestinité, ce qui revient à dire qu’ils combattaient déjà Pétain.
                          La réécriture de l’Histoire par des incultes ( comme ce crétin de Zemmour qui prétends que Pétain a cherché à sauver les juifs Français alors que sa police les fichait méthodiquement puis les livrait, y compris les enfants qui n’étaient pas demandés par les nazis) est en route. 

                          La mondialisation est financière et économique. Ce qui est en cause c’est la poursuite de l’enrichissement d’une classe déjà riche au départ et qui trouve à l’échelle de la planète de nouvelles opportunités. Mais cela vaut aussi bien pour la finance Allemande, Italienne, Française ou maintenant Chinoise, que pour la finance Anglaise ou Américaine (Total, Véolia, ou Peugeot font leur travail de lobbying pro-mondialisation dans le cadre du traité transatlantique, par exemple). La « finance Anglo-saxonne » est pour l’essentiel un vieux mythe que manie l’extrême droite depuis les années 30. Et manier ce mythe aujourd’hui est d’autant plus stupide que la mondialisation a précisément effacé les frontières pour la finance.
                           De qui est désolant avec les nationalistes, c’est leur aveuglement à tous voir sous l’angle du « génétique ». Avec cet angle obtus de lecture, le financier Français serait bon génétiquement parce que Français, alors que le financier Américain ou Anglais serait forcément mauvais en raison de ses gènes Américains ou Anglais. Cette lecture essentialiste ou nationaliste n’est pas seulement stupide, elle est aussi dangereuse. L’histoire l’a déjà amplement démontré

                          • alinea alinea 2 janvier 19:19

                            @Jean Pierre
                            C’est la lecture de l’extrême-droite !!
                            Un moment je me suis demandé si c’était là une nouvelle façon de racoler du FN !! À tout prendre, essayez moi !! smiley


                          • COVADONGA722 COVADONGA722 2 janvier 19:25

                            @Jean Pierre
                            Quand à la Gauche Française, si elle a eu des égarés célèbres (Laval, Doriot) elle a, en proportion, beaucoup plus refusé les pleins pouvoirs à Pétain que la droite 


                            mais absolument il n’y avait aucun transfuge socialiste dans le gouvernement et la haute administration vichyste et le fait qu’un président de la république encarté au parti socialiste fut récipiendaire de la francisque c’est une légende urbaine !!!

                          • Shawford Blondinette43 2 janvier 19:48

                            @La ligne est là

                            Faut vous y résoudre, certain sont complétement asexués, d’autres le sont assidument, ânimalement, covagondablement smiley


                          • Jean Pierre 2 janvier 19:50

                            @COVADONGA72 


                            En dehors de Laval et Doriot, vous avez beaucoup de noms, ou vous répétez seulement des choses que vous avez vaguement lu dans la presse d’extrême droite ?
                            Mitterand était très jeune sous Vichy, et ce curieux « Vichyste » a compté par la suite beaucoup de résistants parmi ses amis. Etonnant, non ? 
                            Mais pour vous, le monde doit être tout noir et tout blanc. Dès que quelque chose sort de ces 2 critères vous ne savez plus ni réfléchir, ni vous informer. Cela doit venir de votre vision essentialiste : Mitterrand est né Vichyssois et devais donc le rester toute sa vie. Encore une question de gènes, en quelque sorte.
                            Mais vos propos ne m’étonnent pas vraiment. Venant de quelqu’un qui va chercher ses misérables références historiques chez Zemmour, que peut-t’on attendre d’autre ?

                          • Shawford Blondinette43 2 janvier 19:52

                            @Aux fous de la vie

                            J’annonce le tarif : 2mn d’avance pour ma d(e)olorean, et aucune inquiétude à avoir pour les bien intentionnés smiley


                          • COVADONGA722 COVADONGA722 2 janvier 19:55

                            @Jean Pierre
                            compté par la suite beaucoup de résistants parmi ses ami

                            absolument et pas mal de collaborateur ou de fonctionnaires zélés .
                            mais si je déteste ce politique sa fidélité en amitié me le rende un peu plus sympathiques


                          • Shawford Blondinette43 2 janvier 20:01

                            @Cosinus

                            Tu veux pas porter ça à la taverne d’à côté ?


                          • COVADONGA722 COVADONGA722 2 janvier 20:01

                            @Jean Pierre
                            mes misérables référence historiques sont plutôt chez Trotsky , et je ne sais pas réfléchir mais j’ai un sens inné pour détecter le tartufe de gauche surtout l’éduqué donneur de leçon .

                            Trés souvent à statut professionnel protecteur , partageur de l’espace et des jobs des autres .
                            Invitant au mélanges mais collant sa progéniture dans les bons lycées et ayant capté l’ascenseur
                            social a l’usage exclusif de sa progéniture .Ouvrier vivant et travaillant en ZUS a Marseille j’ai tout les jours sous les yeux les turpitudes de vos semblables c’est vous dire si je goutte tout le sel de me faire faire la leçon par une gauche statutaire nantie d’une situation de rente .

                          • Pie 3,14 2 janvier 20:09

                            @Jean Pierre

                            Vous avez raison. C’est l’article d’un militant d’extrême-droite nostalgique du franquisme, adepte de « philosophes » comme Soral...

                            Ici la mondialisation a remplacé la vieille rengaine du cosmopolitisme. 
                            L’auteur se garde bien de donner une définition de la mondialisation et vend cela comme un choix politique alors qu’il s’agit d’un phénomène, une réalité économique et culturelle qui s’est produite plusieurs fois dans l’Histoire.

                            Sa recette ? le patriotisme mais en fait une politique nationaliste de fermeture supposée protéger.
                            Il oublie que la France possède une économie très extravertie (les exportations par habitant sont parmi les plus fortes au monde), que mener une politique protectionniste afin de protéger des secteurs menacés ferait perdre beaucoup plus d’emplois encore dans des secteurs performants.

                            L’exemple de politique nationaliste franquiste est frappant : 40 années de dictature autoritaire, stagnation économique, des millions d’espagnols émigrent et trouvent du travail au Nord. Au début des années 70, l’Espagne est toujours un pays du tiers monde. Seule la politique d’ouverture touristique menée n’importe comment et dans la plus grande corruption apporte des devises.

                            Le choix n’est pas entre mondialisation et nationalisme. La mondialisation est un fait qui se passe de notre consentement. Elle permet à des états du Sud de sortir du sous développement mais aussi , on le dit moins souvent aux états développés d’en être les principaux bénéficiaires.
                            Le véritable enjeu consiste à accompagner les évolutions économiques (éducation, social, formation). Ce n’est pas nouveau car les changements et adaptations économiques remplissent les livres d’Histoire. Ces livres disent aussi que les politiques de fermeture échouent toujours.

                          • Pie 3,14 2 janvier 20:28

                            @COVADONGA722


                            Quand on parle d’Histoire il faut toujours contextualiser et éviter l’anachronisme.

                            Mitterrand vient d’une famille proche de la cagoule. Vers 18 ans il milite dans les Croix-de Feu du colonel De la Rocque. C’est un itinéraire assez banal dans les familles bourgeoises des années 30 ( cf : De Gaulle dans une version monarchiste).
                            Quand il arrive à Vichy, il a 24 ans, évadé d’un camp de prisonniers et monte un réseau de résistance en 42. Son engagement n’a rien à voir avec le socialisme qui n’est pas à l’époque sa famille politique mais avec un patriotisme marqué à droite.


                          • mala testa mala testa 3 janvier 00:28

                            @Jean Pierre
                            Le vote du 10 juillet a bien donné les pleins pouvoirs à PETAIN

                            L’honneur des « 80 » ne peut masquer l’effondrement moral d’une gauche qui se décomposait dans le même déshonneur que la droite parlementaire.
                            Les élus communistes eux étaient interdits certains furent assez adroits pour être « nulle part »


                          • Jean Pierre 3 janvier 00:34

                            @COVADONGA722


                            Vous avez aussi faux dans vos références historiques que dans votre pitoyable tentative de me classer sociologiquement, ce qui n’est pas peu dire. Tout est faux donc, mes origines sociales, mon statut professionnel, les enfants que je n’ai pas, etc, etc.
                            Mes origines modestes, quelques convictions solides et le fait que j’ai de la mémoire, me vaccinent définitivement contre le risque de voter pour une famille de châtelains de St Cloud, parvenue à la fortune par une captation d’héritage douteuse, multirécidiviste de la délinquance (financière, mais pas que...) qui planque ses lingots en Suisse et se fait financer par l’étranger.
                             Mais nous sommes en démocratie, si en tant qu’ouvrier votre ambition est de devenir le larbin de ces gens là, grand bien vous fasse.

                          • Jean Pierre 3 janvier 00:53

                            @mala testa


                            Voir la réponse plus haut. Il n’ y tout simplement jamais eu de vote accordant les pleins pouvoirs à Pétain. Ça surprends quand on s’informe, mais c’est un fait historique. Ce qui est amusant dans votre lien, que vous n’avez visiblement pas lu vous même, c’est qu’il cite l’article unique du texte voté. Lisez cet article.

                            Concernant l’effondrement moral de la classe politique de l’époque, je suis d’accord avec vous. Il fallait combattre Hitler beaucoup plus tôt. Mais l’effroyable guerre de 14-18 était récente et n’importe quelle paix semblait préférable à la guerre. L’attitude générale des démocraties bourgeoises a été de penser que Hitler faisait un rempart efficace (quoique un peu douteux) au communisme. La suite a fait raison de ce calcul cynique.

                          • COVADONGA722 COVADONGA722 3 janvier 08:58

                            @Jean Pierre
                            ça n est pas vous que je classe mais la gauche qui depuis 50 ans trahis le peuple est lui fait la leçon et je persistes quand a la définition sociologique que j’en donne .

                            S’agissant de larbin vous en êtes un autre vous avez juste trouvé une livrée que vous trouvez plus
                            plaisante intellectuellement .Nonobstant elle ne cache pas une courbure d’échine que vous me prêtez.Pour les rentiers de st cloud je vous renvoie a mes propos ici depuis 2008.Je tiens que le fn sert a maintenir le vote sous-chiens dans les urnes.
                            Quand a vos arguties pour tenter de dédouaner la gauche de son aplatissement devant Pétain
                            elles font injures a la raison et démontre votre totale et pitoyable absence de rigueur intellectuelle.
                            Aucune formule de politesse ne me venant a l’esprit....
                            asinus : ne varietur


                          • COVADONGA722 COVADONGA722 3 janvier 09:02

                            @Pie 3,14
                            « Quand on parle d’Histoire il faut toujours contextualiser et éviter l’anachronisme. »


                            bonjour , j’en conviens par ailleurs même en désaccord je lis toujours vos arguments
                             étayés.
                            s’agissant de votre introït , je me permet de vous rappelez que c’est mon interlocuteur « qu’a commencé le premier »  smiley

                            nous nous croisons depuis suffisement longtemps je me permet de vous souhaiter une bonne année

                            asinus

                          • Shawford Blondinette43 3 janvier 09:24

                            @Blondinette43

                            Et attention, mon buddy Fred PALOMARES, il est pAs commode, l’ami smiley


                          • Shawford Blondinette43 3 janvier 09:26

                            et RASSURE ? IL NE FAIT QUE PARLER 0 TRAVERS MOI ? BUDDY L4aS IN ME /6°


                          • COVADONGA722 COVADONGA722 2 janvier 19:52

                            ben voila Des 569 votants en faveur des pleins pouvoirs, 286 parlementaires ont une étiquette de gauche ou de centre-gauche et 283 ont une étiquette de droite, de centre-droit ou sont sans étiquette. Des 80 votants contre, 73 ont une étiquette de gauche ou de centre-gauche et 7 ont une étiquette de droite, de centre-droit ou sont sans étiquette.

                            compte rendus officiels
                             journal officiel des débats 

                            • Jean Pierre 3 janvier 00:16

                              @COVADONGA722

                              Comme je vous l’ai dis de nombreux parlementaires de gauche étaient absents.
                              De plus, la question mise aux votes était de donner (ou non) à Pétain « les pleins pouvoirs pour rédiger une nouvelle constitution ». L’histoire n’a retenu qu’une partie de la question : « les pleins pouvoirs à Pétain ». C’est une foi que Pétain a obtenu la majorité (les votes contre venaient surtout de la gauche et en plus de nombreux parlementaires de gauche étaient absents) qu’il a profité du chaos lié à la débâcle pour faire un coup d’état et s’octroyer tout le pouvoir. Mais historiquement, les parlementaires ne lui ont jamais accordé les pleins pouvoirs. Cela relativise énormément cette légende. Le pouvoir de Pétain était usurpé et n’a jamais eu la moindre légitimité démocratique.
                              Si vous voulez faire des références historiques essayer au moins d’être un peu informé.

                            • berry 3 janvier 10:53

                              En tout cas, les collabos actuels, c’est les dirigeants UMPS.
                               
                              Doubles collabos, peut-on dire :
                              - avec l’empire américano-sioniste dans toutes les guerres actuelles.
                              - avec les envahisseurs du tiers-monde qui déferlent par millions.
                               
                              Et pourtant, nous sommes en paix, il n’y a aucune obligation pressante à agir de la sorte !
                              Les collabos de 1940 qui vivaient dans une France occupée sont dépassés, et de loin.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès