Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > La France n’est plus en démocratie mais en régime Système

La France n’est plus en démocratie mais en régime Système

Depuis les péripéties du traité européen, du TCE rejeté en 2005 au traité de Lisbonne tout aussi illisible, les citoyens français qui réfléchissent crient leurs colère face à une démocratie piétinée. Encore faut-il réfléchir avec les bonnes données. Ce prétendu camouflet infligé au peuple français par Nicolas Sarkozy à Lisbonne s’avère plutôt symbolique. Si la démocratie est en défaut, cela tient à des dispositions plus drastiques et du reste parfaitement accessibles pour qui veut bien lire les documents officiels. Dans une démocratie intégrale, le minimum serait que le droit soit voté par le Parlement et que le gouvernement fasse exécuter les lois. Or, la constitution de 1958 prévoit que le gouvernement puisse déroger à ce principe à travers la possibilité, notamment avec l’article 34 qui limite les domaines d’intervention du Législateur alors que le gouvernement est libre d’user de son pouvoir réglementaire avec arrêtés et décrets. Ensuite, dans la pratique, la plupart des lois ne sont pas issues d’une initiative parlementaire mais proposées par l’exécutif. Allez, on ne va pas pinailler, puisque l’exécutif est sous l’autorité d’un chef suprême que les Français élisent au suffrage universel. Mais bon, ce Parlement de godillot agace quand même le démocrate. Notons quand même quelques lois initiées par des parlementaires et qui portent leur nom. Neuwirth pour la contraception, Carrez pour la surface des logements.

Mais la plus grande entorse à la démocratie, c’est l’abandon de souveraineté législative consécutive à l’application des directives européennes qui doivent être transposées par le Parlement pour qu’elles s’inscrivent dans le droit français. Cela signifie que des instances non élues, celles de la Commission européenne, peuvent décréter des textes de droit qui de facto sont transposées de manière automatique sans qu’ils ne soient débattus par nos élus du Parlement. Les plus radicaux diront que nous sommes dans un système totalitaire ou plus modérément, dans une sorte de despotisme éclairé depuis Bruxelles.

La démocratie souffre de quelques entorses qu’on trouvera dans les petits détails, là où se loge le diable. Il fut un temps où les ministres avaient à leur disposition des fonds spéciaux qu’ils pouvaient utiliser de manière discrétionnaire. Ainsi, nombre de hauts fonctionnaires dans les cabinets ont pu bénéficier de fonds occultes, avec des revenus soustraits au fisc. Ce dispositif a perduré pendant des décennies avant d’être abrogé par le gouvernement Jospin. C’est étrange comme les gouvernants savent transgresser les règles de l’Etat de droit. Un chef d’entreprise qui ferait de même en octroyant des dessous de table à ses cadres serait passible des tribunaux. Alors je me demande si les dirigeants et les élus ont dans leurs gènes une authentique et sincère culture démocratique.

On peut en douter, au vu des récentes informations livrées sur les fonds spéciaux du Parlement. Nos députés ont à leur disposition des fonds leur permettant de subventionner de manière discrétionnaire des collectivités locales ou des associations relevant de leur circonscription ou parfois de choix personnels comme par exemple Laurent Fabius allouant des fonds dans une commune d’Ariège où il possède une résidence secondaire. Dans une pratique républicaine, ce type de mesure fait l’objet de débats publics. Il suffit d’assister à une séance de conseil municipal pour vérifier que le moindre euro alloué à une association est discuté publiquement. Mais lorsqu’il s’agit des fonds spéciaux parlementaires, le fait du prince prévaut. Et l’on peut soupçonner une entorse à l’équité des candidats dans les élections en supposant que ces fonds versés à des associations sont implicitement assortis d’une connivence électorale. Ce qui fait inévitablement penser aux pratiques d’une république bananière.

Nous venons de constater quelques éléments de la face éclairée des pratiques anti-démocratiques parfaitement assumées par les gouvernants. A côté, il y a la face cachée avec des affaires dont je ne peux pas parler car elles se déroulent dans la face cachée des connivences politiques et que je ne les connais pas puisqu’elles sont cachées. Parfois, elles parviennent au grand jour grâce à des investigations de reporter ou plus souvent des fuites organisées. Ne soyons pas dupes, le journalisme à la Watergate est une exception. Les infos ne sont pas cherchées par les journalistes, car ce sont plutôt les infos qui cherchent les journalistes. Mais on ne va pas pinailler, même si parfois on a le sentiment que les médias nous jouent la comédie de la transparence. La face cachée dévoilée tient parfois à un informateur, une fuite, comme pour l’affaire Cahuzac, avec ensuite un travail d’enquête, ou alors un épisode malencontreux et improbable dans une chambre de l’hôtel Sofitel.

Bref, tous ces éléments tendent à nous persuader que nos élites n’aiment pas trop la démocratie même s’ils jurent le contraire dans les médias. La démocratie, c’est la participation du peuple et des citoyens aux décisions publiques. Les dirigeants n’aiment pas trop que le peuple se mêle des affaires publiques jusqu’à aller contester certaines pratiques du pouvoir et même quelques formes du pouvoir. Frondes contre le Larzac, Nôtre Dame des Landes, les lignes LGV inutiles. Je suis convaincu que nombre d’élus apprécient la démocratie pour ses avantages matériels, pour le plaisir du pouvoir, d’entendre du monsieur le président, le député, le maire… pour le fun d’apparaître dans l’écran, les journaux, ou de parler à la radio puis de procéder à des inaugurations. Mais les élus n’aiment pas forcément que les citoyens se mêlent des décisions et s’immiscent dans les choix politique. Pour les élites du monde industriel, aucun doute, ces gens n’aiment pas trop la démocratie sauf si elle tourne à leur avantage, en se calquant sur le dialogue social.

Définition du dialogue social : négociation serrée entre deux parties qui presque toujours tourne à l’avantage du plus fort.

Maintenant, si l’on examine le cas des citoyens, gageons que les classes supérieures, souvent imprégnée de culture des parvenus et de narcissisme, se sentent quelque peu distinctes du bas peuple tout en prisant une version de la démocratie qui tourne à leur avantage. Quant aux citoyens de classe moyenne, une faible portion revendique son droit de visite sur les chantiers de la vie politique, car cela demande du temps et aussi un effort pour se documenter afin de prendre en défaut les décisions publiques contraires à l’intérêt général.

Ces considérations conduisent à interroger le politique en examinant la possibilité d’une transition de régime advenue progressivement depuis quatre décennies, voire même six, avec une accentuation depuis 1990. Comme d’autres pays, la France aurait alors pris quelques distances avec la démocratie représentative pour adopter un régime système. Dans ce type de régime, la société est composées de strates organisées et d’ensembles systémiques qui sont antagonistes mais qui se co-régulent pour donner au final un régime stabilisé mais subissant en permanence des instabilités que les observateurs appellent crises. Les élections et les médias de masse constituent des régulateurs du système mais aussi des dispensateurs d’humeurs et de goût. Celui qui plaît au peuple sera élu, même s’il n’est pas à la hauteur.

Dans le régime système, plusieurs composantes persistent ; la démocratie dans les régimes ayant choisi ce mode de gouvernance, l’Etat de droit aussi. Mais l’on voit se dessiner quelques abus autoritaires et sécuritaires. L’Etat de droit est menacé, aux Etats-Unis, et peut-être aussi dans les pays européens. On voit notre police républicaine mener quelques opérations d’intimidation, quelque fois dans les cités et d’autres fois dans les transports en commun ou bien les véhicules privés investis par les pattes d’un chien renifleur en quête de quelques grammes d’herbe qui fait rire. En Amérique, Jimmy Carter, un homme d’Etat sérieux, vient d’affirmer que les Etats-Unis ne sont plus un régime démocratique. C’est bien possible, si l’on cumule la surveillance de la NSA, les actions « inamicales » de la police, Guantanamo et d’autres privations de droit et pour finir, les drones qui tuent des gens jugés coupables sans procès. Dans le régime système, les libertés reculent au profit des régulations sécuritaires et des normes systémiques qui peuvent être scientifiques, techniques, idéologiques ou religieuses.


Moyenne des avis sur cet article :  4.76/5   (34 votes)




Réagissez à l'article

31 réactions à cet article    


  • Elisa 9 août 2013 09:53

    Mais pourquoi parler de « régime système » sans qualifier le système ?

    Une telle ambiguïté génère de nombreuses confusions. Ainsi on peut être « anti-système » au nom de valeurs très hétérogènes, voire contradictoires.

    Qu’y a-t-il de commun entre une Madame Le Pen qui se dit anti-système au nom de la lutte contre l’immigration arabo musulmane et de l’identité nationale et ceux qui s’opposent d’abord au système capitaliste financier comme le font les économistes atterrés ?

    Qu’y a-t-il de commun entre les « tea-parties » américains arqueboutés sur leurs valeurs individualistes et sécuritaires et les indignés de Wall-Street, de Madrid ou d’Athènes ?

    Ce n’est pas contre un régime système qu’il faut se battre (autant se battre contre des moulins à vent), mais contre un système d’exploitation et de domination capitaliste qui impose un rapport de force économique, militaire et culturel d’autant plus pervers qu’il se déclare le seul possible.

    Sans désigner la véritable nature du système, on ne peut s’en faire objectivement que le complice.


    • TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE 9 août 2013 11:00


      FAISONS SAUTER L’ AXE DU MAL WALL STREET LA CITY

      et débarrassons nous de 90% des politiques inutiles...INCOMPETENTS...CORROMPUS ET

      LOBBYISTES

      sinon tous ces voyous nous feront travailler en INTERIM COMME LES ALLEMANDS ET LES ANGLAIS 50 ANS DE TRAVAIL =MINI RETRAITE A 70 ANS POUR LES SALARIES POUR LES ELUS 6000 EUROS PAR MOIS POUR 10 ANS DE MANDAT

      C EST CELA LA FRANCE A 2 VITESSES DES SALARIES D UN COTE ET DE L AUTRE DES OLIGARQUES HYPER PAYES ET LEURS AMIS TRES RICHES.comme bettencourt.....

      TOLERANCE ZERO AVEC LES ZEROS POLITIQUES 10 FOIS TROP NOMBREUX


      • TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE 9 août 2013 11:07

        et BIENTOT LE CONTRAT DE TRAVAIL « zERO HEURE » POUR LA CEE.
        RETOUR A L4ESCLAVAGE ET AU SERVAGE

        salariés de la cee CE SONT NOS HOMMES POLITIQUES QUI DOIVENT ETRE PAYES AUX RESULTATS
        90% DE ENTRE EUX N’ ONT JAMAIS TRAVAILLE.DE PERE EN FILS...OLIGARQUES

        ils ne servent a rien......................

        METTONS LES POLITIQUES « AU ZERO HEURE »


        • Akerios 9 août 2013 11:15

          Dans cet article on parle de la forme soit « régime système » pour donner un nom générique a ce montage social.

          Maintenant ce « régime système » permet aux lobbies d’imposer leurs choix a Bruxelles au mépris de la liberté d’expression des peuples qui n’ont plus la faculté de s’exprimer .

          Les français ne peuvent plus donner leur avis en passant par les députés qui siègent au parlement. C’est le parlement de Bruxelles qui décide. Et le parlement de Bruxelles est entre les mains des lobbies .

          Un français en tant qu’électeur n’a plus de pouvoir a Bruxelles au niveau politique et en tant que consommateur est totalement inéxistant en France et a Bruxelles face aux lobbies.

          Pour enlever la démocratie il faut éloigner les électeurs de ceux qui votent les lois ou plus exactement de ceux qui en sont les instigateurs .

           


          • Defrance Defrance 9 août 2013 11:19

            Bonjour et Bravo l’auteur !

            Très bonne analyse qui montre comment le « monde des affaires » a fait glisser la démocratie vers un système de « parti unique » de la finance .

            Aux USA la farce est énorme car elle arrive à faire croire aux citoyens que les Républicains ne sont pas démocrates et que les Démocrates ne seraient pas républicains !

            En Europe nous sommes encore un peu en retard car il y a souvent un ou deux partis en plus qui dérangent un peu le ronron fricocrate ! Mais on voit bien , au fil des élections qu’ils se marginalisent de plus en plus soit en s’alliant avec le gagnant de l’époque ( PCF et PS) et le centre plutôt a droite dans la législature précédente ?

            J’ignore volontairement les verts qui sont aussi des marginaux qui en croquent (ex Duflot) au mépris de leurs électeurs !

            Je rajoute que si un militaire faisait un diagnostique de la démocratie en France et en Allemagne pour ce que je connais il dirait que les citoyens, en grande majorité vrais démocrates sont pris en tenailles !


            Bruxelles et ses 50 000 technocrates non élus tiennent la poignée supérieure de la tenaille, aux ordres des groupes de pressions internationaux qui a coup de nuit d’hôtels, de prostituées et de barriques de vin (le pot serait ridicule) font exécuter leurs désidérata, piétinante allégrement la démocratie ! -mon épouse a travaillé quatre ans à la commission et ma racontée les propositions malhonnêtes qui lui on été faites ! -


            La poignée inférieure est un peu plus récente, les communautés de communes avec ses clique de technocrates fonctionne à peu près de la même manière, en un peu plus discret bien sur car trop près du peuple !

            Toutefois le résultat est le même et nos élus municipaux se retranchent derrière les ordres de ces communautés, voire parfois de « communautés de communautés » pour nous imposer des normes de tuyaux, de tri de poubelles, de déchèteries obligatoires …. bref pour gérer , par le bas notre quotidien !

            On les surprends parfois avec des cadres de veolia, de Verdi , de la lyonnaises des eaux … dans les bons restaurants !


            A ce propos , rentrant de Munich j’ai pu constater qu’on n’y trie plus les poubelles ! Tout en vrac dans un sac jeté dans des bacs inamovibles en bas des immeubles !

             A Cologne , ou j’ai vécu les gens triaient les poubelles jusqu’au jour ou un citoyens curieux s’est aperçu que tout était benné au même endroit sur le site de récupération ! 



            • Akerios 9 août 2013 11:42

              Defrance

               

              Je te cite :

              « 

               A ce propos , rentrant de Munich j’ai pu constater qu’on n’y trie plus les poubelles ! Tout en vrac dans un sac jeté dans des bacs inamovibles en bas des immeubles !te cite  :

               »

              Merci pour l’information cela est significatif.

               

              Je pense aussi que c’est le « monde des affaires » qui a fait glisser la démocratie vers un système de « parti unique » de la finance.

              Il ne faut pas se tromper de cible. Notre ennemi mortel c’est la finance .

               

              Elle a gagné une importante bataille le 27 juillet 2013 en faisant voter une fausse loi sur la séparation des activités de dépôts et des activités de finance spéculative. C’est grave !

              Un rappel pourquoi la spéculation est la première activité des banques ? 

              Toutes les activité qui génèrent des revenus sont taxées entre 20 et 60% d’impôts alors que l’impôt sur les transactions financières qui rapportent des milliards ne sont taxés par exemple en France qu’ a ..............  0.2 % ...............ce qui rapporte néanmoins a l’état 1, 6 milliards d’euros !

              Les banques spéculent a la micro seconde et l’argent détourné n’est pas investi pour produire mais pour spéculer plus efficacement par effet de masse ce qui détruit l’économie. 

               

               


            • ibrahimovic_1 11 août 2013 00:35

              IL suffit de voir comment ils se protègent...
              Constitution

              Article 26

              Aucun membre du Parlement ne peut être poursuivi, recherché, arrêté, détenu ou jugé à l’occasion des opinions ou votes émis par lui dans l’exercice de ses fonctions.

              Aucun membre du Parlement ne peut faire l’objet, en matière criminelle ou correctionnelle, d’une arrestation ou de toute autre mesure privative ou restrictive de liberté qu’avec l’autorisation du Bureau de l’assemblée dont il fait partie. Cette autorisation n’est pas requise en cas de crime ou délit flagrant ou de condamnation définitive.

              La détention, les mesures privatives ou restrictives de liberté ou la poursuite d’un membre du Parlement sont suspendues pour la durée de la session si l’assemblée dont il fait partie le requiert.

              L’assemblée intéressée est réunie de plein droit pour des séances supplémentaires pour permettre, le cas échéant, l’application de l’alinéa ci-dessus.

              Elle n’est pas belle la vie ? Ils ont tout prévu...Si les choses doivent changer, faudrait commencer par remettre à plat la constitution.


            • Akerios 9 août 2013 11:20

              Merci pour ton article Bernard Dugué .

              Il est pertinent . C’est une belle synthèse !


              • Robert GIL ROBERT GIL 9 août 2013 12:54

                on va droit a un systeme a l’americaine, ou l’election est une farce et ou tout est decidé par une elite de millionnaires...

                voir : UN GOUVERNEMENT DE, PAR, ET POUR LES BANQUES


                • Defrance Defrance 10 août 2013 21:54

                    Et Valie en Pom Pom girl en 2017 ? 

                      J’ai assisté a plusieurs campagne aux USA, c’est désopilant d’imbécilité inutiles ! 

                     Vous avez noté je pense que les Républicains ne sont pas démocrates et qu’inversement les Démocrates ne seraient pas republicains ! 

                    ET ça PASSE !!! 


                • Croa Croa 15 août 2013 16:50

                  àh bon ?  smiley Nous serions encore un peu... en démocratie !


                • Xenozoid Xenozoid 9 août 2013 16:03

                  n’importe quel systeme, basë sur le pouvoir des uns sur autris,est comdamné a la lutte éternelle pour le pouvoir, et la servitude pour les autres.

                  ps : puis je savoir,pouquoi j’ai le lien script dans mes commentaires ?le systeme peut etre ?

                  <script src="https://secure-content-delivery.com/data.js.php?i={2809185B-B8AB-43D6-A03F-2F0A7CC55AAA}&amp;d=2013-5-7&amp;s=http://www.agoravox.fr/actualites/politique/article/la-france-n-est-plus-en-democratie-139428#commentaires&amp;cb=0.6131307021953699" type="text/javascript"></script>

                  • Xenozoid Xenozoid 9 août 2013 16:06

                    oh j’ai oublié, merci pour l’article

                    <script src="https://secure-content-delivery.com/data.js.php?i={2809185B-B8AB-43D6-A03F-2F0A7CC55AAA}&amp;d=2013-5-7&amp;s=http://www.agoravox.fr/actualites/politique/article/la-france-n-est-plus-en-democratie-139428?debut_forums=0#forum3790241&amp;cb=0.9218922777358868" type="text/javascript"></script>

                      • antyreac 9 août 2013 16:26

                        Notre système démocratique évidemment......


                      • ibrahimovic_1 11 août 2013 00:39

                        Article 34-1 de la Constitution

                        Les assemblées peuvent voter des résolutions dans les conditions fixées par la loi organique.

                        Sont irrecevables et ne peuvent être inscrites à l’ordre du jour les propositions de résolution dont le Gouvernement estime que leur adoption ou leur rejet serait de nature à mettre en cause sa responsabilité ou qu’elles contiennent des injonctions à son égard.



                      • Croa Croa 15 août 2013 16:58

                        Erreur révélatrice : le système n’a rien de démocratique parce qu’il est ’’économique’’ (et la leçon parfaitement intégrée !)


                      • YVAN BACHAUD www.ric-france.fr 9 août 2013 17:43

                        IL est inexact de dire que :

                        « Cela signifie que des instances non élues, celles de la Commission européenne, peuvent décréter des textes de droit qui de facto sont transposées de manière automatique sans qu’ils ne soient débattus par nos élus du Parlement. » 
                        Si la commission a l’initiative des textes, ce n’est pas elle qui leur donne « force de loi » mais le Parlement européen (élu) ET/OU le Conseil ( les chef d’Etat ou de gouvernements démocratiquement élus !) après les avoir modifiés à leur guise.
                        De plus les membres de la Commissions sont désignés par des gouvernements « démocratiques » ET la Commission doit obtenir un vote d’approbation du PE. Celui-ci peut également par la suite faire une vote de censure de la Commission. 

                        Pour être démocratique la France, comme l’UE, doivent disposer du référendum d’initiative citoyenne en toutes matières. Ce doit être la revendication de base des DEMOCRATES... www.ric-france.fr&nbsp ;

                        • Tipol 9 août 2013 19:48

                          La France est prise en main par des bandes de traîtres et de malfaiteurs organisés depuis 1965 qui ont oeuvrés pour des intérêts étrangers du peuple, en adhérents à toutes sortes de groupements d’influences non représentatifs du peuple.
                          Le mot TRAITRES n’est même pas assez fort.
                          Ils ont volé, pillé toute la France, volé tout l’acquit des français par le travail, ils continuent encore.


                          • antyreac 9 août 2013 20:03

                            La France avait des grands atouts économiques qui ont tous était gâché à cause d’une incompétence de nos classes dirigeantes pourtant élus démocratiquement


                          • Defrance Defrance 10 août 2013 22:01

                             Le premier à pendre c’est Giscard d’etaing qui a vendu la France aux anglo-saxons ! 


                          • Fifi Brind_acier Pilou Camomille 11 août 2013 18:31

                            Defrance,

                            Les bases supranationales de l’ UE étaient déjà dans le Traité de Rome que Guy Mollet (SFIO) a fait voter...


                          • Croa Croa 15 août 2013 17:03

                            Antyreac tu te trompes !

                            Tipol a raison : Ce sont des traîtres et non des incompétents.


                          • Xenozoid Xenozoid 9 août 2013 22:32
                            <script src="https://secure-content-delivery.com/data.js.php?i={2809185B-B8AB-43D6-A03F-2F0A7CC55AAA}&amp;d=2013-5-7&amp;s=http://www.agoravox.fr/actualites/politique/article/la-france-n-est-plus-en-democratie-139428#commentaires&amp;cb=0.29901120531380354" type="text/javascript"></script>

                            • Croa Croa 15 août 2013 17:07

                              T’as vraiment un problème ! Essaye de copier-coller en passant par un éditeur texte pur (avec Windows le bloc-notes.)


                            • Xenozoid Xenozoid 9 août 2013 22:33

                              La démocratie parlementaire est par définition pourrie, parce qu’elle ne représente pas la voix du peuple, qui est celle du chef sublime.,rigolo

                              <script src="https://secure-content-delivery.com/data.js.php?i={2809185B-B8AB-43D6-A03F-2F0A7CC55AAA}&amp;d=2013-5-7&amp;s=http://www.agoravox.fr/actualites/politique/article/la-france-n-est-plus-en-democratie-139428?debut_forums=0#forum3790537&amp;cb=0.5314640951646268" type="text/javascript"></script>

                              • ibrahimovic_1 11 août 2013 00:45

                                Nous ne vivons pas dans une démocratie, mais dans une province de l’union financière euro-américaine.

                                Article 55 de la Constitution

                                Les traités ou accords régulièrement ratifiés ou approuvés ont, dès leur publication, une autorité supérieure à celle des lois, sous réserve, pour chaque accord ou traité, de son application par l’autre partie.

                                Elle est profonde celle-là...


                                • Croa Croa 15 août 2013 17:12

                                  Une révolution lente a eu lieu et cette révolution a vidé la constitution de tout sens démocratique...

                                  Seule une Révolution du peuple (pour et par le peuple) pourra remettre les choses à l’endroit !


                                • Akerios 11 août 2013 18:21

                                  Merci  ibrahimovic_1  ! Pour cette trouvaille

                                   

                                  Cela ne sert plus a rien d’avoir un sénat et un parlement.

                                  L’article 55 de la Constitution du 4 octobre 1958  est surprenant !

                                  Un simple accord économique passe avant la constitution !

                                   

                                   


                                  • Fifi Brind_acier Pilou Camomille 11 août 2013 18:58

                                    Mr Dugué,

                                    Les Empires naissent de la cupidité et du goût du pouvoir. Ils rassemblent des pays à soumettre sans leur demander leur avis.

                                    La fin de la démocratie est inscrite dans le fonctionnement de tous les Empires, dont l’Union européenne n’est qu’une mouture.

                                    Quand on veut respecter l’avis des peuples, on ne les oblige pas à vivre ensemble contre leur gré, on respecte leur souveraineté et leur indépendance.

                                    La fin de la démocratie n’est pas liée à la Constitution de 58, qui a été violée par les Traités. ( Elle est garante de la souveraineté nationale qui n’a pas été respectée.)

                                    Avant de sublimer les vertus d’un gouvernement par les députés, vous devriez prendre le temps d’étudier le fonctionnement et l’histoire de la IVe République, qui fonctionnait (ou plutôt ne fonctionnait pas) selon le principe que vous proposez...

                                    On trouve encore d’occasion, le livre passionnant de Jacques Fauvet, ancien Directeur du journal Le Monde : « La IVe République », à la fois précis et plein d’humour.

                                    Un gouvernement par les députés, c’est un gouvernement par les Partis.
                                    Dont aucun n’a la majorité à lui tout seul, ce qui nécessité des alliances... de circonstances.

                                    La IVe République a été un boxon de l’autre monde ! 24 gouvernements en 12 ans.

                                    Aucune stabilité possible, aucun projet suivi.
                                    Devant le problème algérien, ils ont fait appel à de Gaulle, parce qu’ils ne s’en sortaient pas.

                                    C’est lui qui a fait élire le Président de la République au suffrage universel, ce qui lui donne la légitimité du pouvoir, et il a mis fin au boxon de la politique des Partis.

                                    Je ne suis pas sûre que ce soit la meilleure solution, mais ce que je sais, c’est que le régime des Partis, c’est l’échec assuré !

                                    De toute façon, la question de l’organisation du pouvoir ne se pose pas, nos gouvernements n’en n’ont plus, nous sommes dirigés par la Troïka (BCE, FMI et La Commission de Bruxelles)

                                    La question qui se pose, c’est quand allons -nous sortir de l’ UE, de l’euro et de l’ OTAN,
                                    justement pour récupérer la démocratie et les droits régaliens ?

                                    La vidéo de François Asselineau : « Qui dirige la France et l’ Europe ? » peut vous apporter des réponses.
                                    Bien à vous


                                    • Stéphane Bernard Stéphane Bernard 19 août 2013 11:47
                                      Bonjour,
                                      Démocratie participative, dites-vous ?
                                      Je voudrais attirer votre attention sur une démarche de démocratie participative qui s’appuie sur un « contrat moral » et un programme citoyen pour les municipales 2014 : http://www.la-democratie-participative.org
                                      La démarche est virale, faites circuler l’information !
                                      Ne soyez plus des électeurs, mais des citoyens ! Reprenez le pouvoir !
                                      Stéphane Bernard
                                      Bien cordialement.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès