Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > La francophonie est l’avenir de l’Europe

La francophonie est l’avenir de l’Europe

Il y a quelques semaines, le sénateur Jean Cluzel, membre de l’Institut des Sciences morales et politiques était l’invité de l’Alliance française de Clermont-Ferrand pour une conférence sur le destin de l’Europe. Le résultat négatif du référendum à propos du traité constitutionnel n’a pas affecté ce défenseur irréductible du progrès de notre civilisation.

Jean Cluzel est un homme d’action, l’avenir est son royaume. Surtout celui de l’Europe qu’il voit d’un œil optimiste, malgré déboires et difficultés qui s’amoncellent. Car dans cette situation difficile, les hommes de sa trempe savent qu’ils y a toujours une sortie : par le haut. L’Europe économique et politique patauge, Cluzel en est déjà à l’Europe culturelle dans laquelle il donne un rôle important à la francophonie. Il en appelle à la régénération de l’esprit européen à partir des ferments de l’identité de ses peuples - ce qui signifie qu’il faudra dire crûment qui est européen et qui ne l’est pas - et c’est l’héritage de l’antiquité : Athènes, Rome, Jérusalem.

Nulle nostalgie chez lui. Le passé prestigieux n’est que le tremplin servant d’appui pour s’élever. L’Europe, c’est un projet. Comment la France peut-elle y avoir sa part ? C’est à Alexis de Tocqueville que Jean Cluzel se réfère, car c’est lui qui a souligné le rôle de la liberté intérieure, de l’esprit critique comme les fondamentaux de la francophonie qui permettent de distinguer le juste de l’injuste, le vrai du faux, l’honneur du déshonneur.

Quant à l’Europe actuelle, sa crise est tout autant culturelle qu’économique et politique : elle ne sait pas comment affronter une mondialisation économique aux succès certains mais qui uniformise les modes de vie, les mœurs par la consommation. Comment dès lors, accompagner et participer au progrès économique donc social tout en s’opposant à ce mouvement de conformisme mondial ?

Jean Cluzel voit la francophonie comme la clé de voûte de la construction culturelle de l’Europe. Elle le fut jadis, elle doit le redevenir demain. Certes, les alliances françaises, présentes dans le monde entier, ont une importance stratégique dans la diffusion de la langue et de la culture de notre pays, mais il ne faut pas oublier de valoriser tous les outils audio-visuels qui remplacent l’écrit. Le vrai défi est là : dans une télévision de qualité, dans un cinéma français qui devra à nouveau rayonner à travers l’Europe, ce qu’il ne fait plus. Sans oublier la radio, média à valoriser car il conserve encore sa part à l’esprit. Privé d’images qui défilent devant les yeux, il fait plus appel à la réflexion qu’à l’émotion. Enfin, il y a internet, grâce auquel les savoirs peuvent être diffusés à tous. Mais nous n’avons pas les professeurs, les pédagogues, les cautions scientifiques pour les quatre ou cinq milliards d’hommes à éduquer.

L’optimisme et le dynamisme de Jean Cluzel font du bien. Mais combien faut-il d’hommes comme lui pour sortir notre malheureux pays de l’atonie et du désespoir dans lequel il est plongé par trente années de crises en tous genres ? Et quels leviers mettre en œuvre pour fortifier les hommes de bonne volonté qui devront être les pionniers de notre renaissance ?


Moyenne des avis sur cet article :  (0 vote)




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • nico (---.---.28.2) 6 juillet 2005 12:11

    Pour une télévision de qualité et pouvant avoir un rayonnement à l’étranger, on attend la chaîne française internationale. Mais le projet s’accompagne de quelques stupidités, comme le fait qu’elle ne sera pas visible de France...

    Sinon, que les européens puissent se conprendre entre eux est un désir louable mais la francophonie comme avenir de l’Europe, c’est un peu radical, franco-centré et chauvin.

    Une Europe de polyglottes n’est pas une Europe de personnes qui parlent couramment de nombreuses langues, mais, dans le meilleur des cas, de personnes qui peuvent se rencontrer en parlant chacune sa propre langue et en comprenant celle de l’autre, sans pour autant être capable de la parler couramment.

    Umberto Eco


    • nico 1er août 2005 12:45

      Je ne parviens à trouver les sources de ma critique concernant la chaine française internationale, qui semble ne pas être fondée. Voici un document qui présente ce projet.

      Signalons simplement que l’implication de TF1 dans ce projet public n’est pas du goût des syndicats.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès