Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > La Gauche et le conservatisme

La Gauche et le conservatisme

La réadaptation du « logiciel » de la gauche passe d’abord par une reconnaissance de ce qu’elle est. Progressiste la Gauche ? Certes. Conservatrice ? Bien sûr ! Esquisse de réflexion méritant débat.

Progressistes, modernes, dépoussiérés. Voilà comment la plupart des leaders de gauche (où se prétendant comme tels) veulent apparaître aux yeux de l’opinion. Décomplexés, "désidéologisés", pragmatiques, soucieux d’apporter des "réponses concrètes". Convaincre l’électeur que l’on regarde bien l’avenir.

Quand le programme politique se mue en "bonne gouvernance", lorsque le progrès social se transforme en "meilleure répartition des revenus", quand "non à Barosso" permet de mettre "Europe sociale" au placard, quand "idéologie" devient pragmatisme gestionnaire,

Ces mutations linguistiques supposent un renoncement. La gauche d’aujourd’hui c’est la "boutique de l’homme moderne" en tout aussi ringard. Il faut le répéter rien ne vieillit plus vite et plus mal que le résolument contemporain et le moderne. Le moderne de la veille est le kitch du lendemain...

Hier encore l’écolo était d’avant garde, aujourd’hui il connaît son apogée, demain, il sera ridiculisé.

Le monde politique est, dit-on, partagé entre progressistes et conservateurs. La droite française actuelle affirme se reconnaître dans les deux, la gauche n’accepte que le premier.

Comment l’expliquer ? Historiquement, il est certain que la gauche fut la force du mouvement, du changement, du progrès social et de la révolution. Ses héritiers considèrent donc que la transformation de la société est une nécessité. Fort bien !

Le problème vient que la transformation progressiste et "socialisante" est d’abord devenue le changement puis mouvement ensuite l’adaptation enfin la flexibilité.

L’aveuglement qui consiste à croire que tout ce qui évolue est "bon en soi" constitue le tabou, le verrou qui empêche toute remise à plat. "Changer la vie" ne signifie rien. Taguieff dénonçait il y a maintenant longtemps, le "bougisme". Le glissement libéral s’est néanmoins poursuivi : l’adaptation de la France et du travailleur à la mondialisation pour être plus compétitif. C’est un renoncement, s’adapter ne peut se faire qu’a posteriori, c’est abandonner l’idée que l’on puisse influer ou orienter le processus (Attitude passive). Cela ne constitue pas un projet politique mais en effet une gestion quotidienne pragmatique du présent. Autre facette du renoncement : S’adapter à un contexte global sur lequel nous n’avons aucune prise signifie être disposé à abandonner l’existant dans le seul but d’évoluer, de bouger etc. (Attitude active). Par notre attitude passive face à l’avenir, nous nous activons à détruire le présent.

La "défense des services publics" et des "acquis sociaux" demeure pourtant la chasse gardée de l’ensemble des partis de gauches. Préserver le "modèle social" renforcer l’"exception culturelle" également. Cette attitude a un nom : le conservatisme. Il est grand temps que la gauche n’ait plus honte de ce qu’elle est et doit être : une force de transformation constructive et non destructive. Le passé ne saurait être sacrifié sur l’autel d’un avenir par définition incertain.

Les mots en politique sont plus importants qu’ailleurs, le jargon moderniste et technocratique doit s’effacer et la gauche s’exprimer dans une langue compréhensible. C’est la seule issue, il doit bien y avoir la place pour un conservatisme social dans le progressisme !!

Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • pas perdus pas perdus 17 juin 2009 14:59

    le Front de gauche...


    • Elisa 17 juin 2009 15:03

      Cette amorce d’analyse est passionnante pour comprendre la situation désastreuse dans laquelle se trouve la gauche, et pas seulement en France.

      A poursuivre et approfondir...


      • souklaye souklaye 17 juin 2009 21:52

        À la croisée de chemins handicapés par un passif, plus qu’un passé, les options de mutation offertes sont restreintes.
Entre un jusqu’au-boutisme originel pillé par les niches modérément extrémistes et le copier/coller de façade de la fenêtre d’en face relevant plus du marketing que la pratique citoyenne pour tous, on peut considérer que nous assistons aux effets secondaires de l’excès de suffrage universel.

        La troisième voie, celle de la remise en question structurelle et l’analyse personnelle du parti est aussi utopique qu’hypocrite car les résultats de ce type d’opérations de fond forceraient la masse à la même autocritique qui dérangerait sa sieste existentielle.

        La suite ici :

        http://souklaye.wordpress.com/2009/03/21/best-of-anticipation-le-parti-socialiste-sera-droite-ou-ne-sera-pas/

         


        • Markoff 19 juin 2009 17:04

          L’explication est simple :il y a longtemps que le PS n’est plus un parti révolutionnaire ( dans le sens des idées ). Il ne croit pas à un changement radical de gestion de la société, il a capitulé devant le capitalisme et ne propose plus que de petites réformes à la marge.

          Il s’est ENBOUGEOISE depuis Mitterrand et ne s’en relève pas.

          Or, seules des réformes radicalement révolutionnaires dans la gestion économique et financière du monde pourront nous sortir de la m....ouise.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès