Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > La gauche française en panne …

La gauche française en panne …

François Hollande fait l’objet d’un « rejet » inédit sous la Vième République. Bien que Président, il n’est pas pour autant responsable de tout. D’autres sont aussi à la manœuvre dans cette séquence de délitement de la gauche. Les responsables de partis sont, bien entendu, comptables de cette crise majeure.

On ne saurait exonérer François Hollande de ses propres responsabilités, malheureusement pour lui, elles sont tellement évidentes, qu’il n’est pas besoin de les pointer. A-t-il été le catalyseur de cette incroyable flambée de bêtises à gauche, la « normalité » dont il fait preuve avec constance a-t-elle été le feu vert à « tout est permis » ? Tour d’horizon de la famille …

Le parti socialiste, on le savait retors, son histoire est riche de ces situations où le « s’entretuer » se cultive à foison : Mitterrand/Rocard, la désastreuse campagne de Ségolène Royale à la présidentielle où la rue de Solférino, siège du parti socialiste, faisait tout pour la déstabiliser, les congrès mortifères, entre autre celui de Reims avec un face à face désastreux Aubry/Royal etc… Aujourd’hui la fièvre est au maximum, au sein même de l’Assemblée, des députés socialistes affrontent leur propre majorité. Les différents gouvernements de Hollande ont été le lieu de cacophonies interminables. Valls devait y mettre bon ordre et pourtant, ces jours-ci, encore Ségolène Royale s’est moqué publiquement de lui, à propos du projet d’aéroport de Notre Dame des Landes … pour lequel il rappelait la nécessité de démarrer les travaux en 2015, « Je lui laisse l’entière responsabilité de sa déclaration » a-t-elle tout simplement balancé.

Bref l’UMP a bien de la chance, elle peut elle même se consacrer à une entreprise d’auto démolition qui lui prend toute son énergie, les députés et caciques du Parti Socialistes sont là pour faire le boulot de l’opposition, même si cela paraît tout à fait surnaturel.

La loi Macron incarne une fois de plus cette « suffisance » de l’élite socialiste, Martine Aubry qui aurait eu la légitimité à incarner un futur pour les socialistes, exécute en public par le biais du journal le Monde le Ministre et son projet de loi, donnant le signal de l’hallali aux députés frondeurs. Et pendant ce temps là, la rue de Solferino est à ses fourneaux pour exécuter une petite popote bien tranquille aux petits oignons. Les militants, eux, cela fait longtemps qu’ils s’en sont allés, dans l’indifférence générale des cadres qui ne gèrent que leur petite ambition provinciale et cultivent leurs mesquineries de chaque jour.

Les « Verts », eux ont décidé de faire un concours avec leurs amis socialistes et de le gagner, sur le thème « quels seront les plus bêtes »  ? Aussi minuscule que soit ce parti d’EELV, il trouve chaque jour le moyen d’afficher ses divisions à propos de tout et de rien. Se croyant solide de ses quelques élus à l’Assemblée et au Sénat, il en a oublié le score calamiteux de leur candidate Eva Joly à la présidentielle et surtout que ses sièges, il les tient de la seule volonté du PS de les leur céder. Mais bon, on claque la porte du gouvernement et depuis on minaude entre, il faut tout de même faire gaffe et qu’est-ce que l’on peut faire pour leur pourrir la vie au gouvernement. Et puis on réfléchit à la mise en place d’une candidature en 2017 qui assurerait la disparition de la gauche au deuxième tour de l’élection présidentielle … bref la droite est tranquille.

Les communistes ? Un coup avec Mélenchon, pour vite se fâcher avec lui dans un deuxième mouvement et des sourires aux socialistes sur le terrain pour tenter de garder leurs dernières mairies. Mais, comme les Verts, Pierre Laurent n’a-t-il pas encore tout récemment déclaré qu’il ferait tout pour qu’il y ait une candidature de gauche, la vraie gauche à côté de celle du PS. Encore un allié déclaré de Marine le Pen.

Les Radicaux de Gauche, et oui ils existent encore, ne voulant pas être en reste de cette vaste manœuvre générale intitulée « tuons la gauche », ont tenté une minuscule opération de déstabilisation du gouvernement en menaçant de retirer leurs « deux » ministres alibis du gouvernement Valls … et puis effrayés par leur propre audace, ils se sont vite retirés.

Pendant ce temps là, le monde change à toute vitesse, la Chine devient la première puissance économique au monde, le futur est tous les jours déjà à notre porte, la crise perdure, le chômage est plus qu’endémique il grimpe encore ruinant peu à peu tout notre système de protection sociale menacé d’éclatement. Et … surtout le Front National devient le premier parti de France et ambitionne de gouverner le pays.

Certes l’histoire se souviendra de toutes ces « petites personnes » dites de gauche et leur évidente médiocrité, mais pour autant ce seront toutes les petites gens de ce pays qui en souffriront.


Moyenne des avis sur cet article :  2.41/5   (17 votes)




Réagissez à l'article

18 réactions à cet article    


  • zygzornifle zygzornifle 20 décembre 2014 16:00

    elle est plus qu’en panne, Hollande l’a mise à la casse .....


    • anny paule 20 décembre 2014 16:57

      Que voulez-vous, l’auteur ?

      Que tous ce dont le cœur et la volonté sont de gauche se rangent comme un seul homme derrière ce président-là ?
      Tout le monde sait qu’il n’a été élu au second tour que par défaut, pour éliminer son prédécesseur. Ce qui pouvait lui donner un minimum de crédit à gauche, c’est son « discours du Bourget ». Qu’en fait-il depuis qu’il est au pouvoir ? 
      Il nous mène au chaos, sous l’œil attentif et vorace de Merkel qui impose à l’Europe le pire traitement, sous l’œil vigilant des US qui attendent impatiemment que le fruit soit mûr et tombe, mais prépare en coulisses un GMT, TAFTA (nommons le comme on veut !) qui nous privera du peu de souveraineté qu’il nous restait.
      Certes la gauche est, pour l’instant, désunie et en proie aux pires dilemmes ... les hommes sont ainsi faits, qui pactisent parfois avec le diable pour un tout petit bout de pain (Laurent et le PC par exemple, les « frondeurs » qui n’en ont que le nom, Nouvelle Donne qui reste dans le sérail...).
      Cependant, nombreux sont ceux qui, parmi les gens du peuple, aspirent à autre chose et ne sont pas prêts (quoi qu’en disent les médias aux ordres) de voter FN. C’est sur ceux-là et sur leur sens commun, cher à Orwell, qu’il nous faudra compter... 
      L’avenir n’est pas encore joué : « on » bouge en Espagne, en Italie, en Grèce, en Belgique même... il suffirait d’une nouvelle erreur fatale pour mettre le feu aux poudres en France aussi. Le cynisme de ce gouvernement exaspère, l’absence d’avenir désespère...
      Alors, non, la gauche française n’est pas en panne, elle est seulement un peu déboussolée, un peu sonnée par ce président soit-disant « normal » qui mène la politique inverse de celle qui lui avait permis d’être élu.
      J’ai encore confiance en nos concitoyens pour que ce moment de déshérence se transforme en une force nouvelle digne de ceux qui avaient fait de notre pays le chantre de la Liberté, de l’Egalité et de la Fraternité.   

      • Le421 Le421 20 décembre 2014 20:29

        Ce qui est particulièrement terrible, c’est le comportement désobligeant-pour rester correct- de médias omniprésents et très influents dans ce monde de communication envers les véritables hommes et femmes de gauche.


      • Pelletier Jean Pelletier Jean 21 décembre 2014 09:59

        @Anny Paule,


        Croire que les changements peuvent se faire hors des partis me semble bien utopique, voir risqué (Cf l’histoire) C’est plutôt à une rénovation des partis de gauche qu’il faudrait ...


      • Scual 20 décembre 2014 17:09

        Ça suffit la propagande.

        Le PS n’est pas plus un parti de gauche que le FN alors laissez la Gauche tranquille avec votre PS.

        Elle va de mieux en mieux la Gauche. Nous la faisons vivre tout les jours et elle a jamais été plus foisonnante et en pleine mutation que depuis que nous avons viré tout les traitres de droite voir d’extrême-droite qui l’avaient infiltrée comme le PS, et c’est désormais le tour de la bourgeoisie électorale du PC de se voir de plus en plus contestée et démasquée.

        Après ça nous aurons à nouveau les contours d’une vraie Gauche et croyez moi, elle n’est ni extrême, ni nostalgique, ni perdue ni quoi que ce soit de ce dont on l’accuse : elle prépare le futur plutôt que de faire perdurer le passé voir même de vouloir revenir en arrière avec les force de la Réaction de votre PS honni et rejeté par tout ce qui se dit encore « de gauche ».

        Nous ne vous laisserons plus jamais vous déclarer de gauche. Nous avons tellement honte de nous voir associés à vous par votre confusionnisme que nous fuyons votre contagion au point que nous sommes obligés de retirer le mot gauche de notre campagne départementale. Voila à ce que vous êtes pour la Gauche ! On est obligé de se battre tout les jours pour que les gens comprennent que nous n’avons pas la peste solférinienne.

        Alors arrêtez avec ce confusionnisme ecoeurant pour la moitié de ce pays qui a voté pour la Gauche et qui a eu droit à un mélange droite/extrême-droite. Les gens n’ont pas oublié comment on différencie la gauche de la droite et connaissent toujours la différence entre le nom d’une orientation politique noble et intemporelle, et le nom collé sur l’étiquette d’une des pires trahison politique de tout les temps.


        • Pascal L 21 décembre 2014 13:41

          Et à part le fait que les députés siègent à gauche dans l’assemblée, qu’est-ce qui peut définir la gauche ? 

          La gauche existe-t-elle autrement que dans un rassemblement oportuniste d’individus qui pensent tous avoir raison contre tous les autres ?
          Peut-on trouver une doctrine non groupusculaire qui permettrai de caractériser cette gauche ?

        • Julien30 Julien30 22 décembre 2014 13:06

          Le PS c’est la gauche à l’état pur, continuant le projet originel et toujours en cours de création de l’homme nouveau (théorie du genre, déracinement, métissage, destruction de l’enseignement, de l’autorité) et destruction de ce qu’il reste de la société traditionnelle (matérialisme, relativisme, extrémisme laïcard, avortement, euthanasie, etc.). 


        • Le421 Le421 20 décembre 2014 18:16

          Dès les premières phrases, vous parlez de Hollande et de « gauche ».
          Je vous conseille de consulter un opticien ou bien un psy.
          Faire l’amalgame des deux tient de la mauvaise foi (pardonnable) ou de la folie (plus grave !!).
          Je vous mets un « non » sans regrets...


          • Samson Samson 21 décembre 2014 00:10

            Comme je n’en vois pas et par pure curiosité, je vous pose la question,  : parmi les nombreux noms que vous citez ci-dessus, est-il encore quelqu’un qui puisse honnêtement et sans rougir se prétendre de « gauche » ?


            • Pelletier Jean Pelletier Jean 21 décembre 2014 18:46

              @Samson,


              Bien peu je vous l’accorde à mon grand désespoir ...



            • Fergus Fergus 21 décembre 2014 09:41

              Bonjour, Jean.

              Le Front de Gauche, du PG au PC, a compris qu’il possède une chance historique de damer le pion au PS lors des échéances électorales de 2017. C’est pourquoi les dissensions internes appartiennent désormais au passé. Ce calcul électoral est-il réaliste ? Peut-être pas, au vu des enquêtes d’opinion actuelles. Mais le FdG, en menant une campagne sérieuse, déterminée et débarrassée des scories que sont les stériles affrontements médiatiques, peut bénéficier de la poussée qui porte, ici et là en Europe, et notamment en Espagne et en Grèce, les forces de progrès.

              Car le fait est là : ni le PC ni le PG n’ont d’avenir dans une coalition avec un PS qui est désormais délibérément engagé dans une voie libérale. Que cela fasse le jeu du FN n’est pas de la responsabilité du FdG, mais du seul PS qui a littéralement jeté des masses d’électeurs dans le giron de ce parti extrémiste en mettant en œuvre une politique largement antisociale. A l’évidence, le salut du PS ne pourra survenir qu’au prix d’un rapprochement avec les centristes, les partis de gauche radicale ayant déjà trop donné dans les compromis au détriment des classes populaires pour soutenir encore un PS dont les principaux caciques ont abandonné toutes les valeurs d’origine du socialisme.


              • Pelletier Jean Pelletier Jean 21 décembre 2014 10:01

                @fergus,


                Oui ... mais justement cela repousse à un futur très lointaine toutes perspectives de changement.


              • Fergus Fergus 21 décembre 2014 11:16

                @ Jean Pelletier.

                « cela repousse à un futur très lointain toutes perspectives de changement. »

                C’est possible, mais la responsabilité en incombe à ceux qui, Hollande en tête, ont trahi leurs engagements en s’alignant sur la ligne libérale, justifiant du même coup l’amalgame UMPS qui sert si bien les intérêts du Front National.

                Dès lors, que faire ? Aller vers des compromis avec le PS et accepter, de facto, de continuer dans la même direction. Ou tout faire pour pousser vers le haut le FdG, désormais seul véritable dépositaire du label « gauche » ?

                L’idéal serait, à mon avis, que le FdG puisse s’enrichir d’apports venus de l’aile gauche du PS (grosso modo les amis des Lienemann, Hamon et Emmanuelli), d’une partie des écologistes et, le cas échéant, de Nouvelle Donne. Mais aussi qu’il redéfinisse rapidement la manière dont doivent s’exercer le leadership et la parole dans les médias.

                Bonne journée.


              • Pelletier Jean Pelletier Jean 21 décembre 2014 18:44

                @Fergus,


                j’ai un peu de mal à imaginer quelque chose de solide autour du Front de Gauche, Mélenchon me reste en travers de la gorge.
                Mais si le PS persiste dans « sa panne » il faudra sans doute construire quelque chose avec l’aile la plus à gauche du PS ( Il y a en effet des gens que j’apprécie Emmanuelli, Marie Noëlle Lieneman et d’autres ...), certains Verts, le PC (du moins ce qui en reste) et Nouvelle Donne ... mais pour 2017 c’est foutu, au second tour se sera MLP ou un UMP (Sarkozy ... quelle horreur, ou Juppé, très à la monde, mais aussi à droite).


              • fred.foyn Le p’tit Charles 21 décembre 2014 10:00

                Tel « Sein-l’ouïe »...Hollande roi des glands sur son scooter parcours sa gaule sans chêne et sans plaisir... !


                • Rincevent Rincevent 21 décembre 2014 14:12

                  @ l’auteur

                  Votre analyse tient la route si on en reste au jeu fermé des partis dits « de gouvernement ». Or, ces partis (et surtout leurs comportements) sont de plus en plus rejetés par les français. Le vote FN, l’abstention en hausse et le néologisme UMPS en sont des symptômes les plus évidents.

                  « Croire que les changements peuvent se faire hors des partis me semble bien utopique, voir risqué » Et donc ? Pour un homme de gauche, continuer à avaliser un parti qui s’obstine à se présenter comme socialiste tout en pratiquant une politique de plus en plus à droite ? Espérer qu’il va se réformer tout seul ? C’est plutôt ça qui me semble risqué et qui ouvre un boulevard à la Marine !


                  • Pelletier Jean Pelletier Jean 21 décembre 2014 18:48

                    @Rincevent,


                    Il semble bien que nombreux soient les femmes et les hommes de gauche (et de droite aussi) qui travaillent ouvertement à la victoire de MLP.
                    Sans doute faudra-t-il une génération (20 ans) pour qu’apparaissent de nouveaux venus plus crédibles... serai-je encore là pour le voir ?
                    bien à vous.


                  • Trelawney Trelawney 22 décembre 2014 11:45

                    Il semble bien que nombreux soient les femmes et les hommes de gauche (et de droite aussi) qui travaillent ouvertement à la victoire de MLP. Sans doute faudra-t-il une génération (20 ans) pour qu’apparaissent de nouveaux venus plus crédibles....

                    Si on fait le bilan des socialistes quand ils étaient au pouvoir durant la V° république à savoir : 5 ans du premier mandat Mitterrand, 5 ans du second mandat Mitterrand, 5 ans du premier mandat Chirac et les 3 ans Hollande, que c’est-il passé d’important.

                    Retraite de 65 à 60 ans 62 aujourd’hui et certainement 64 demain

                    Plus de peine de mort

                    Nationalisation des entreprises et des banques et privatisation depuis avec les scandales de Pechiney et Crédit Lyonnais

                    Mise sur les rails des grands milliardaires d’aujourd’hui Pinault, Boloré, Arnault et dans une moindre mesure Tapis. Ces gens là ne sont pas des produits de la droite mais bien des socialistes.

                    Invention de la CSG CRDS et toutes les augmentation de cette taxe sous gouvernements socialistes

                    Abandon des taxes sur les transactions financières

                    Obligation d’une mutuelle pour palier aux carences de la sécu

                    35 heures même dans les hôpitaux

                    Travail la nuit

                    Travail le dimanche

                    Et la liste n’est malheureusement pas encore fini (Ecotaxe, recul en raz campagne pour tous les projets etc).

                    Le français a maintenant compris que les socialistes ainsi que les verts, les radicaux etc sont incapables de gouverner sans que ça finisse à la catastrophe. Ils ont aussi compris qu’à droite ce n’est pas mieux.Ils ont encore les cantonales et ensuite les régionales pour se déterminer et dire concrètement ce qu’il pense du PS. Pour ne cité que le département du nord, plus de 50% des adhérents socialistes ont rendu leur carte (ce qui reste sont les employés municipaux des villes socialistes). Comme ces adhérents ont la fibre politique, il est quand même troublant que personne n’a fait le rapprochement avec les 300% d’augmentation de cotisation au FN. Les socialistes passent du PS au FN sans pallier de décompression. Donc attendez de voir le département du Nord ou du pas de Calais passer FN aux prochaines élections et comme dans sa grande sagesse politique Hollande a décidé de rapprocher la Picardie avec le Nord Pas de Calais, je ne vous dis pas le résultat. Ensuite le PS sera dans une situation financière pire que l’UMP. Il revendra Solferino pour boucler son budget et après 2017, les français mettront ce parti en orbite autour de la lune et ils mettront plus de 50 ans à redescendre pour le bien être des français

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès