Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > La gauche, la culture, son budget… où est le sanctuaire (...)

La gauche, la culture, son budget… où est le sanctuaire ?

C’est historique, pour la première fois la gauche n’inclut pas la culture dans les ministères à sanctuariser. Son budget 2013 de 2,54 milliards d’euros, va baisser de 4,3 %. Ce n’est pas sans importance, et d’ors et déjà certaines victimes de ce tsunami sont connues et ont été énoncées par Mme Aurélie Filippetti.

Etat des lieux.

La tâche du Ministre de la Culture est ardue, difficile…l’opinion n’est pas habituée à cette posture à gauche, quant au « peuple de la culture » il n’en croit pas ses yeux ! Avec habilité les projets un peu « border ligne » de Sarkozy ont été rayés des cartons : ainsi va l’avenir du « Musée de l’histoire de France », l’hôtel de Soubise à Paris qui devait l’accueillir retrouve sa liberté…, Nicolas Sarkozy quittera donc la liste des Présidents bâtisseurs ! Même punition pour le « Musée de la photographie » à Paris. La liste s’allonge :

- Le Centre des réserves et de restauration de Cergy (il s’agissait de protéger d’une éventuelle montée des eaux de la seine les réserves des musées parisiens),

- Le projet dit Lascaux 4, à savoir la création d’une réplique complète de la grotte devra se débrouiller dans les fonds de l’Etat,

- La doublure du CNC pour la musique, le Centre National de la Musique (CNM) sera revue à la baisse, pas de création d’un nouvel établissement public,

- La Comédie Française risque bien de devoir se passer de sa nouvelle salle,

- Le Grand Palais doit oublier son « événement annuel majeur Monumenta » !, cela laissera la place à des opérations privées pourvoyeuses de fonds pour l’établissement public,

- Le projet de résidence d’artistes cher à Frédéric Mitterrand à Clichy Montfermeil va devoir repenser son financement sans le soutien de l’Etat,

- Enfin les grands équipements culturels de l’état vont faire disette (-2,5 % en moyenne) : L’Opéra de Paris, le Louvre, le Centre Pompidou, Orsay, le Quai Branly, Versailles et le Centre des monuments nationaux,

Nous savons déjà que les monuments historiques ne seront plus une priorité, la dotation du ministère passe de 376 millions d’euros en 20122 à 322 millions d’euros en 2013, soit –14,4 %. La Ministre a réussi à contrôler la casse pour la création dont la contribution à l’effort de guerre se limite à une baisse de -1,57% avec 775 millions d’euros.

Dans un climat de pénurie totale le gouvernement a pris l’initiative de sauvegarder le prè-carré du Mécénat et des avantages fiscaux telle la réduction d’impôt sur les sociétés pour les entreprises ayant effectué des versements en faveur de l’achat des Trésors nationaux ou encore la fameuse loi Malraux pour les travaux sur les bâtiments classés.

« Le noyau dur » de la culture sauvegardé.

La Ministre a su se tirer de ce mauvais pas en mettant bien en exergue des projets labellisés Sarkozy pour lesquels la totalité des financements n’avaient pas été prévus. Elle assume ainsi l’objectif commun du gouvernement de participer à l’effort de redressement des comptes publics. Qui peut redire à cela ? Tout en conservant le cap sur les missions prioritaires de la culture, à savoir : l es interventions en région pour le spectacle vivant et les arts plastiques, l’éducation artistique et culturelle et l’enseignement supérieur.

Cela a une certaine cohérence et les projets abandonnés ne mettent pas en péril l’image de marque de ce Ministère. L’effort consenti mérite simplement que soit redéfinie une stratégie d’avenir pour la culture. Le budget n’est en rien l’alpha et l’oméga de la puissance de l’Etat. Les droits culturels fondamentaux des personnes doivent être repensés ainsi que les liens de travail avec les collectivités locales. L’optimisation des moyens en concertation avec l’ensemble des acteurs culturels n’est pas une fable… la redéfinition stratégique de ce soutien de l’état à la culture est un chantier en devenir.

La culture : un enjeu de démocratisation.

Si la culture est aujourd’hui considérée comme un secteur économique à part entière (ce qui est une bonne chose), sa finalité ultime n’est pas celle de l’argent ! Relisons les textes fondateurs de ce ministère que le monde entier nous envie, ils parlent de Civilisation et de démocratisation des arts et lettres.

Tous ces moyens mis en œuvre depuis tant d’année, tous ces cercles vertueux qui nourrissent la création sont nos biens précieux. Ils ne sont pas remis en cause par la baisse du budget, mais ils ne sont pas pour autant menacés dans leur fondement. L’explosion du numérique en est l’exemple type. La musique enregistrée est la première victime, l’audiovisuel n’est pas loin de subir le même sort. La mission confiée à Pierre Lescure de réfléchir à une refondation de l’exception culturelle française sera très attendue.

Pour conclure je reprendrai ce mot de la Fédération nationale des Collectivités locales pour la culture (FNCC) :

« Ensemble, veillons à construire et gardons nous de défaire ».


Moyenne des avis sur cet article :  3.15/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • xmen-classe4 xmen-classe4 16 octobre 2012 16:12

    sans musée il risque d’y avoir des littéraire au chômage et ils pourraient écrire des livres.

    Après c’est le cirque pour les censurer.

    il pourrais meme y avoir des parisiens au chômage. au chômage !

    • Axel de Saint Mauxe Axel de Saint Mauxe 16 octobre 2012 17:48

      Je pense que l’on se remettra tous de l’abandon de ces projets fumeux... la France a déjà beaucoup en matière de musées, de théâtres ... mais cela est dérisoire au regard de l’effort à réaliser dans la redéfinition du périmètre d’intervention de l’Etat.




      • Ariane Walter Ariane Walter 17 octobre 2012 10:41

        Dur, dur, Pelletier....hé oui....Et je ne parle pas de la culture...Mais du désherbage de la démocratie...Mais il ne fallait pas les heurter pour pouvoir travailler avec eux...A vendre, notre pays ? Non. merci.


        • Le péripate Le péripate 17 octobre 2012 11:21

          Un thuriféraire de l’état total me mettait récemment au défi de citer un seul service public inutile.
          Je n’ai pas eu la présence d’esprit de citer le Ministère de la Kulture, réalisation que le monde nous envie bla-bla....
          De fait ce ministère n’est pas inutile à tous le monde. C’est en particulier le ministère qui a les frais de fonctionnement les plus élevés.


          • LE CHAT LE CHAT 17 octobre 2012 11:29

            Il y a des économies à faire pour tout le monde , les colonnes de Buren  peuvent attendre ....


            • apopi apopi 17 octobre 2012 12:00

               L’opéra Bastille pour les travailleurs ? Ben voyons, je serais curieux de connaître le nombre de smicards qui vont à l’opéra.

               Quant au ministère de la culture que la galaxie toute entière nous envie, quand ils ont fini de gaver les amis des amis, que reste-il pour les passionnés de théâtre au fin fond de la Lozère ou du Cantal ?


              • lulupipistrelle 17 octobre 2012 16:05

                Et bien c’est plutôt une bonne nouvelle... parce que budget de la culture, dilapidé dans diverses Agences nationales et régionales, servait en priorité à fidéliser une clinetèle électorale. 

                En France, les artistes sont des alibis.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès