Raymond était un illustre centriste qui dénigrait le clivage Gauche-Droite et méprisait les partis politiques... C’est grâce à lui qu’ont été introduites en France les toutes premières mesures néo-libérales.

Il refusait déjà l’idéologie. Quelle émotion ! Quel visionnaire, n’est-ce pas ?

abruti.jpg

Mais quel rapport avec la bouillabaisse de Peillon ? ?

Hein, cong ?

Hé bé, il devait aimer les boules et la fédé des Bouches-du-Rhône la plus démocratique du PS !

Je ne te raconte pas le débat qu’on a eu ce week-end sur le Pastis, le Ricard et le Berger Blanc...

Sacré Raymond, fallait l’voir quand il dansait le mia !

A son époque, les primaires, ça n’existait pas.

Les temps changent, il faut s’adapter... c’est parfois douloureux, parfois poétique.

Tenez, Jean-Louis Bianco a intitulé son dernier billet : "Cela a un très joli nom, cela s’appelle l’aurore".

On est prié de ne pas rigoler.

La politique est chose sérieuse.

Sinon, on risque de se faire taxer de "gauche pure"... c’est-à-dire "d’abrutis" :

"Nul doute également qu’on trouvera quelques abrutis nous rappeler qu’il n’y a pas de programme (...)" (source)

Je ne vous raconte pas la honte pour ces abrutis !

Voyez, on a beau être "open", socialiste et démocrate, il n’en demeure pas moins que le débat démocratique, forcément démocratique, doit se tenir entre gens de bonne compagnie.

Non, les fâcheux du style Filoche, et les intimidateurs sectaires idéologues style Mélenchon qui mangent avec les doigts et qui posent des questions bêtes, forcément bêtes, sont abrutis !

On leur demande juste de glisser un bulletin de vote utile, et surtout de la fermer...

Il y a démocratie et démocratie, question de principes, voyez-vous ?

Je vous ai dit que le MEDEF était représenté chez AEG (espoir à gauche) ?

Non ?

Et oui, il y a MEDEF et MEDEF :

Autrefois, il y avait l’abominable Baron Seillières qui faisait des misères à papy Jospin.

Aujourd’hui, il y a la zentille Laurence Parisot qui veut moraliser le capitalisme : ça change tout !

Un MEDEF raisonnable, humaniste, démocrate, citoyen, capitaliste et écologiste...

On sait bien que le MEDEF et les salariés ont les mêmes intérêts, du style gagnant-gagnant, bonus-bonus. Bin vi quoa, faut abandonner le politiquement correct qui date de la fin du XIXème siècle ! Hou l’abruti !

D’ailleurs maintenant, on dit "gauche" du bout des lèvres, mais on insiste surtout sur "démocrate" et écologiste" parce que c’est mode.

cossery.jpg

Non, la lutte des classes c’est trop ringard.

Oui oui, il faut être "open" au plan des idées et loin de toute idéologie, comme dit François Bayrou.

C’est vrai qu’en trois jours, on ne peut pas faire un programme...

Disons que les 7 années d’opposition ont été juste un échauffement !

D’ailleurs maintenant, comme dit Christiane :

"vous êtes prêts à embrasser tout le monde sur la bouche"

Hummmm, c’est bon, je sens monter les 51 % !!!

Et puis ça n’interdit pas d’imaginer des usines à gaz.

C’est vrai que les primaires de 2007 au PS avaient insufflé une telle dynamique et une telle cohésion... alors imaginez avec le MoDem, le PCF et le reste !

Ces trois jours furent donc historiques.

Une sorte de congrès stylé Pinay...

C’est la tectonique des partis politiques... doublée de la tactique du gendarme !

Le pouvoir tremble quand il apprend que nos amis socialistes tendance Royal considèrent que le MoDem a changé, mais sans changer d’après une Modemiste !

On vous l’a dit et répété, pour faire 51 % et prendre le pouvoir, il faut s’allier.

L’équation improbable est simple : PS+MoDem+Génération écologie+PCF+PG+NPA+LO = 51 %

Gageons que si ça rate, on vendra des primaires plus élargies pour 2017.

La Gauche moderne ne doit pas être sectaire, n’est-ce pas Jean-Marie ? (Figaro)

D’ailleurs, quand on compte parmi ses camarades Pascal Lamy et DSK qui dirigent l’OMC et le FMI, ça ne relève pas de l’hypocrisie que de demander au MoDem de quitter le centre droit, c’est-à-dire la droite, pour participer à des primaires  ?

lamydsk.jpg

S’opposer à la droite en étant au FMI et à l’OMC... ou en participant au grand emprunt sarkozyste, ça ne doit pas être évident à assumer, non ?

Lisez la composition de la commission sur l’emprunt.

On pointe la présence dans cette commission du grand penseur de la gauche moderne, forcément moderne, le président du Think thank Terra Nova, Olivier Ferrand.

C’est lui qui a lancé
les primaires avec Montebourg. Il y a même une "pétition citoyenne pour une primaire populaire à gauche"...

L’intitulé désuet affirme quelque chose, mais ça ressemble à l’inverse en réalité ! Un peu comme autrefois avec les républiques populaires du bloc de l’est...

En attendant, pendant que les masses laborieuses frémissent d’espoir en apprenant que Jean-Pierre Peyrelevade du MoDem, Azouz Begag ancien ministre de Chirac et de De Villepin, mais aussi Jack Lang, BHL et Pierre Bergé ont déjà signé, ledit Olivier Ferrand montre l’exemple à suivre : S’opposer à la droite tout en allant à la soupe !

Bref, ça doit être ça la gauche mou-derne...