Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > La guerre des frontières territoriales

La guerre des frontières territoriales

Le rattachement de la Loire-Atlantique à la région Bretagne est depuis plus de soixante ans au cœur de discussions passionnées entre nantais et bretons ; Nantes, capitale du département de Loire-Atlantique, doit-elle redevenir bretonne ?

La Bretagne historique

En arrivant sur le trône, Pépin le Bref s'efforce de reconstituer le royaume des Francs. Il établit, notamment, une Marche de Bretagne regroupant les comtés de Rennes, Vannes et de Nantes, dirigée par un préfet avec l’attribution du titre de Marquis dont le plus célèbre fut Roland, chargé de défendre le Royaume de France contre les bretons. Un comte qui n’était pas le neveu de Charlemagne comme la légende lui fait sonner du cor !

Roland et toute son armée furent massacrés au cours de la bataille de Roncevaux, au retour d’une expédition d’Espagne de l’armée franque conduite par Charles 1er, le futur Charlemagne, venu aider le wali de Saragosse contre une révolte d’Arabes et de Berbères qui s’y étaient installés après leur défaite par le duc d’Aquitaine devant la ville de Toulouse.

C’est au IXème siècle que le Roi du royaume de France, Charles le Chauve, concède les insignes de la royauté au fils de Nominoë, souverain de Bretagne, avec les comtés de Rennes et de Nantes ainsi que le pays de Retz. La marche de Bretagne est alors totalement incorporée au royaume de Bretagne. La Région de Bretagne est née !

Le duché de Bretagne est alors unifié sur un territoire regroupant les quatre départements bretons (Finistère, côtes d’Armor, Morbihan, Ille et Vilaine) et la Loire-Atlantique. Au cours du moyen-âge, le comté de Nantes est définitivement attaché au duché des ducs de Bretagne. L’union créera l’unité pendant 12 siècles !

Néanmoins, les ducs de Bretagne continuent d’accorder à Rennes une place politique majeure où s’effectue toujours le couronnement ducal et y demeure une partie des institutions du duché comme le Parlement qui y siègera régulièrement jusqu’à la Révolution française.

En 1941, le Gouvernement de Vichy du maréchal Pétain sépare administrativement la Loire-Inférieure (actuellement la Loire-Atlantique) de la Bretagne, en nommant un préfet de région comme ceux des 16 autres régions de France. A-t-il ainsi mit fin à 1200 ans d'histoire ? Pas tout à fait car ces nominations ont plutôt entériné l’instauration des « groupements économiques régionaux » appelées « régions Clémentel », créés en 1919 par Etienne Clémentel, ministre sous la IIIème République, qui avait donc déjà engagé la séparation économique de la Loire Inférieure de la Bretagne en l’incorporant à la région Pays de Loire, l’une des 17 régions constituées ; les ancêtres des 22 régions économiques actuelles de Métropole.

Depuis 1941, la Loire-Atlantique est donc séparée économiquement et administrativement de la Région Bretagne. La guerre entre les Régions Bretagne et Pays de la Loire est aujourd’hui relancée.

La réunification en cours

Le conseil régional de Bretagne s’est prononcé à deux reprises, en 2001 et 2008, en faveur d’une réunification et a mis en place un groupe de travail pour développer les coopérations culturelles avec la Loire-Atlantique. Le conseil général de Loire-Atlantique a également pris position en faveur de cette réunification par un vote favorable en 2001. « Le conseil général demande au gouvernement d’organiser le débat public et les consultations nécessaires, puis d’initier le processus législatif permettant de réunir les cinq départements bretons », détaille le texte envoyé au Premier ministre. D’après les sondages, la majorité des habitants de Loire-Atlantique est favorable à un rattachement à la Bretagne.

Dans le projet du Premier ministre, Manuel Valls, la France compterait douze régions en métropole au 1er janvier 2017. La région Bretagne serait alors constituée de cinq départements bretons. Un juste retour au passé car l’histoire tourmentée de la Bretagne s’est incontestablement écrite avec la Loire Atlantique.

La seule question au centre des débats est celle de la future capitale de la région Bretagne. Quelle ville de Rennes ou de Nantes serait la capitale d’une Bretagne réunifiée ? Nantes est considérée historiquement comme la capitale de la Bretagne, lieu du château des ducs de Bretagne où Anne de Bretagne se maria avec le roi Charles VIII, alors que Rennes est aujourd’hui celle de la Région Bretagne. Néanmoins, le comté de Rennes, avant le comté de Nantes, fut le siège de la maison ducale. L’histoire des ducs de Bretagne prouve d’ailleurs qu’ils résidaient aussi souvent à Rennes qu’à Nantes ainsi que dans d’autres cités de Bretagne comme Vannes. Nantes tenait le rôle de capitale économique quand Rennes servait de capitale politique, administrative et judiciaire. Les paris sont donc ouverts !!!

Gérard Bellec


Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (3 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • Michel DROUET Michel DROUET 22 mai 2014 10:09

    Voilà ce qu’il faut éviter à tout prix : les querelles de clocher autour d’une future « capitale » au nom de je ne sais quelles considérations historique ou économique.

    C’est le meilleur moyen de faire capoter un projet de réforme territoriale ou de le dévier de ses véritables objectifs, à savoir une organisation administrative pertinente et économe des deniers publics (nos impôts) et la diminution du nombre des élus.

    Par ailleurs, l’aspect identitaire ou culturel autour de la réunification de la Bretagne historique me semble inaproprié voire dangereux dans ce débat : la culture et l’identité bretonnes vivent très bien en dehors des frontières administratives, ou alors il faut aussi rattacher le quartier Montparnasse à la Région Bretagne... 


    • gérard Bellec 22 mai 2014 16:32

      Je vous l’accorde bien volontiers, la capitale d’une Région n’est pas le facteur essentiel de la réforme prévue. Concernant la Région Bretagne, la question centrale est l’adhésion du département de la Loire Atlantique dont Nantes et Saint-Nazaire son des pôles économiques importants pour le développement de la Bretagne.

      Le projet de réforme territoriale doit donc respecter un équilibre économique entre les régions reconstituées. Je ne suis pas sûr que le projet de fusion entre la Région Pays de Loire et celle du Poitou Charentes soit précisément opportune.


    • Mmarvinbear Mmarvinbear 23 mai 2014 09:10

      Voilà ce qu’il faut éviter à tout prix : les querelles de clocher autour d’une future « capitale » au nom de je ne sais quelles considérations historique ou économique.


      Sans doute, mais le choix est inéluctable et inévitable : Rennes ou Nantes ?

      D’après les bruits, les rennais seraient prêt à voter contre une telle résolution car ils savent que Nantes aurait trop l’avantage en cas de compétition.

    • jef88 jef88 22 mai 2014 12:43

      ah les capitales régionales !
      si on fait une région est avec l’Alsace et la Lorraine ....
      la capitale sera t’elle Nancy Metz ou Strasbourg ? Colmar ne serait pas mal non plus ...
      Au fait Metz n’est considérée lorraine que depuis l’annexion par l’Allemagne en 1870 ! elle n’a jamais fait partie du duché !
      Je suis un amateur d’histoire locale et régionale, mais je pense que vouloir reproduire le passé est hors de propos .


      • Mmarvinbear Mmarvinbear 23 mai 2014 09:10

        Strasbourg, c’est évident.


        Je n’ai rien contre Metz ou Nancy mais économiquement elles ne font pas le poids.

      • Abou Antoun Abou Antoun 22 mai 2014 17:38

        En somme on est en train de découvrir que le découpage administratif de l’Ancien Régime avait du bon et de foutre à la poubelle tout le travail de la révolution , de l’empire, puis des républiques.
        Remettons en selle les provinces, et du temps qu’on y est virons Hollande pour remettre un roi.


        • lsga lsga 22 mai 2014 17:40

          Ce qui est un progressiste un jour peut devenir réactionnaire le lendemain, et vice et versa.

           
          L’émergence actuelle du régionalisme est excellent pour lutter contre les nationalismes qui empoisonne l’Europe. Une Europe des Régions peut-être un bon bouclier anti-fasciste. 

        • Abou Antoun Abou Antoun 22 mai 2014 18:36

          Une Europe des Régions peut-être un bon bouclier anti-fasciste.
          Exemples choisis : Ligue du Nord en Italie, Ruthénie de Svoboda, etc...
          Mon cher Isga, vous suggérer de couper tous les pommiers pour qu’il n’y ait plus de voleurs de pommes.


        • Mmarvinbear Mmarvinbear 23 mai 2014 09:12

          Le redécoupage des régions n’a rien à voir avec un retour des anciennes provinces : les contours sont différents, ces entités administratives n’avaient aucune logique géographique et économique et étaient percluses d’ enclaves et d’exclaves en tous sens.


        • Crab2 23 mai 2014 08:44

          La guerre est finie ! Il est grand temps de passer à autre chose :

          Europe et redistribution territoriale 

          Dans seulement six pays membres de l’UE ( en France, au Benelux et dans les îles britanniques ), le Smic mensuel dépasse 1 000 euros

          Oublier le curé pour adopter un chômeur !

          La propagande, dans les médias, orchestrée par les ’’ pro l’Europe à 28 États ’’ devient au fil du temps grotesque

          D’emblée, dire ici  : Erasmus est une bonne initiative et mérite d’être maintenu et développer
          - ceci étant rappelé :

          Avez-vous envie de faire parti de la grande famille du chômage structurel, ce chômage de masse chronique, et bénéficier du statut de chômeur européen ou préférez-vous que l’on ferme les frontières à l’immigration de citoyens européens qui viennent travailler dans notre pays rémunérés* selon la législation de leur pays d’origine ? ( * : moins de 200 euros en Bulgarie )

          Le gouvernement entend réduire …

          Suites :

          http://laicite-moderne.blogspot.fr/2014/05/europe-mai-2014-suite.html

          ou sur :

          http://laiciteetsociete.hautetfort.com/archive/2014/05/21/europe-mai-2014-suite-5374594.html


          • Mmarvinbear Mmarvinbear 23 mai 2014 09:07

            D’après les sondages, la majorité des habitants de Loire-Atlantique est favorable à un rattachement à la Bretagne.


            Ah bon ? En 2009, un tel sondage montrait que seuls 27 % des habitants de Loire-Atlantique et 32 % de bretons le souhaitaient ainsi, 53 et 48 % se prononçant pour le maintient de la situation actuelle...


            Oh, bien entendu, il y a parfois des manifestations en ce sens, mais la rue n’est pas le Peuple et la tendance générale est au maintien de Nantes hors de la Bretagne.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès