Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > La laïcité ne se commémore pas.....

La laïcité ne se commémore pas.....

La confusion existe souvent entre deux termes différents qui n'ont pas du tout le même sens.

C'est ce qui arrive fréquemment entre le verbe commémorer et le verbe célébrer.

Si le verbe célébrer possède plusieurs sens, il signifie aussi et surtout : « accomplir solennellement une action ».

« Commémorer » a un sens plus restreint, il s'agit de « rappeler par une cérémonie le souvenir d'une personne disparue ».

Prenons par exemple, la date d'anniversaire de la loi du 9 décembre 1905 de séparation des églises et de l'Etat.

Certains commémorent cette loi dans le cadre d'un rituel tout en ne la respectant pas, comme ces quelques maires qui répondent à l'appel d'associations laïques pour organiser une semaine de la laïcité

Ces mêmes maires peuvent très bien, sans complexe verser des subventions non obligatoires à des écoles privées ou financer la construction d'une mosquée...

Là, ils rappellent bien le souvenir d'une loi qui pour eux a disparu...

D'autres et ils existent, célèbrent cette loi car pour eux elle existe, ils l'appliquent dans leur commune et ne se contentent pas de discours. Ils peuvent très bien planter ou ne pas planter un arbre de la laïcité, l'important étant de conduire une politique qui conjugue harmonieusement les discours et les actes..

 Quand la Fédération de la Libre Pensée publie le communiqué suivant, elle ne fait pas acte de « sectarisme », elle est cohérente en refusant de cautionner la politique non laïque d'une Municipalité.

"La fédération de la Libre Pensée a été invitée par M. Beatse , maire d’Angers, à s’associer le dimanche 9 décembre 2012, en compagnie d’un certain nombre de structures associatives et d’une organisation syndicale, à la plantation d’un « arbre de la laïcité », place Lorraine à Angers.

La Libre Pensée a décliné cette invitation dans un courrier dont voici un extrait :

« La Libre Pensée, qui fut fondée à Angers en relation avec les mandats républicains d'Alexis Maillé et du Dr Guignard aurait été honorée de cette invitation si elle correspondait à une défense des principes de la Loi de Séparation.

Ce n'est malheureusement pas le cas et vous le savez. Vous avez, à titre d'exemple marquant, fait voter, au Conseil de Communauté d'Angers-Loire Métropole, une subvention d'investissement de 775 000 € ( le 4 septembre 2011), en faveur de l'association Saint-Yves, gestionnaire de l'établissement privé d'enseignement supérieur catholique qui s'arroge illégalement le titre d'Université Catholique de l'Ouest. Vous ne pouvez guère ignorer que cette "université" fut promue par Charles-Emile Freppel, député monarchiste et évêque d'Angers, comme arme de guerre contre la République en général et les maires susnommés en particulier.

C'est pourtant l’aspect contemporain qui nous préoccupe le plus. Près d' 1 million d'euros vont être ainsi consacrés à l'enrichissement d'un patrimoine privé géré par une association représentant les évêques catholiques des diocèses de l'Ouest, une association qui de Brest à Luçon recueille annuellement 6 millions d'euros de fonds publics. Quelle action sociale, quelles mesures en faveur de l'instruction publique ne pourrait-on pas réaliser avec ces 6 millions d'euros !

Nous ne nous associerons donc pas à ce que nous considérons être une politique de double langage et nous continuerons à mobiliser pour le retour à cette politique que défendaient vos illustres prédécesseurs : " A école publique, fonds publics, à école privée, fonds privés !"

La Libre Pensée trouve particulièrement significatif le fait que la magazine « Angers Mag » qui précède immédiatement l’évènement soit consacré au « dialogue interreligieux ». La Libre Pensée réaffirme que cette voie ne peut qu’attiser les conflits et favoriser l’évasion de fonds publics vers les intérêts privés confessionnels. Elle demande que l’on s’en tienne à la lettre et à l’esprit de la loi du 9 décembre 1905 : liberté absolue de conscience, liberté des cultes, aucune reconnaissance publique, aucune subvention. »

Une association laïque digne de ce nom ne juge pas une politique en fonction de l'étiquette que porte le Maire, ici c'est un « socialiste » mais en fonction de la politique qu'il mène.

Ce choix pris par la Libre Pensée du Maine et Loire me convient totalement.

C'est ainsi que dans le département où je milite je ne donne pas un brevet de laïcité ni à tel Maire qui va soutenir des entreprises de crèche, ni au Conseil Général qui a financé la construction d'une mosquée à Roissy en Brie.

Jean-François Chalot

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.25/5   (16 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • Mwana Mikombo 8 décembre 2012 09:33

    @l’auteur - La loi du 9 décembre 1905 sur la laïcité est intitulée « Loi de séparation de l’Eglise et de l’Etat ». Cette loi n’intègre donc pas l’Islam qui n’est pas dans l’Eglise. En toute logique, elle n’est pas applicable à l’Islam. Il faudrait donc reformuler l’intitulé de la loi de 1905 par « Loi de séparation des religions et de l’Etat ». Cela amènerait sans aucun doute à réécrire complètement la loi sur la laïcité.

    En outre, parler de « l’Arbre de la laïcité », c’est, ni plus ni moins, réaffirmer sous une autre forme « l’Arbre de la connaissance du bien et du mal » que consacre la bible. Autrement dit, la laïcité tant vantée ne serait qu’une autre forme de religion !


    • JL JL 8 décembre 2012 09:34

      « Ce choix pris par la Libre Pensée du Maine et Loire me convient totalement. » (Chalot)

      Moi aussi.

      Accessoirement, et sur le sens des mots, j’ai entendu une journaliste de radio déclarer, je cite : « Aux États Unis, on célèbre aujourd’hui la mort de Martin Luther King » (sic)

      Ce que c’est de sélectionner les journalistes, non sur leurs compétences, mais sur leur soumission au système. A ce sujet, si vous avez 3 mn, je vous invite à écouter ce court témoignage :

      « Il n’y pas d’alternative. Le système jette, rejette, tout ce qu’il ne peut pas récupérer. Vous ne restez jamais à l’antenne impunément, jamais ».


      • CHALOT CHALOT 8 décembre 2012 09:42

        Mwana !
        Cette loi concernait les principales religions de l’époque et pas seulement la religion catholique...
        Quant à l’arbre et sa symbolique, il y a la Bible et aussi l’histoire de peuplades de l’humanité...Tout ceci constitue le patrimoine culturelle de l’Humanité : les civilisations grecques, égyptiennes, romaines aussi.....
        Non la laïcité n’est pas une autre forme de religion mais des principes.
        C’est comme parler de morale laïque, la morale laïque n’existe pas, seule existe la morale de chacun et la morale universelle....
        Ne mélangez pas tout !


        • Mwana Mikombo 8 décembre 2012 13:50

          @Chalot. - L’Eglise ne se réduit pas à la religion catholique. Dans l’Eglise, il y a certes la religion catholique, mais aussi la religion protestante et la religion orthodoxe. Disons qu’en gros, l’Eglise, c’est la Chrétienté dans son ensemble. L’Islam n’est pas une religion de l’Eglise. La loi du 9 décembre 1905 sur la laïcité concerne l’Eglise et seulement l’Eglise. Elle ne concerne pas l’Islam. C’est regrettable, mais c’est comme çà objectivement parlant. Il faudrait toiletter cette loi pour l’étendre à l’ensemble des religions en traçant clairement, si possible, la frontière entre laïcité et religion. Ce qui n’est pas le cas de la loi de 1905 qui parle entre autre du culte sans réglementer beaucoup d’autres formes d’organisation des religions sur le champ public. Quant à la symbolique de « l’arbre de la laïcité », à mon humble, il valait peut-être mieux inventer une autre symbolique plutôt que de reprendre celle de la Bible, histoire de sortir du schéma religieux. Cela étant, la libre conscience ne doit pas conduire à la négation de la spiritualité humaine, la spiritualité constructive. Les religions monothéistes à base de judaïsme sont le simulacre de cette spiritualité positive.


        • Jean J. MOUROT Jean J. MOUROT 8 décembre 2012 15:18
          Dans la loi de séparation :Article 2 : « La République ne reconnaît, ne salarie ni ne subventionne aucun culte [...] »
          Pas plus l’Islam qu’aucun autre culte. Il est vrai que cette religion dans sa version sunnite n’a pas de clergé. Mais l’Umma vaut bien l’Eglise (qui est aussi une communauté de croyants).
          Sur le plan de la police des cultes, les cérémonies religieuses sont assimilées à des réunions publiques et soumises à déclaration préalable dans les formes de l’article 2 de la loi du 30 juin 18814 sur « la liberté de réunion » (article 25). (Wiki)

          On ne parle de « séparation des églises et de l’Etat » que pour des raisons historiques. La cible en 1905 était l’église catholique qui jouissait alors de privilèges résultant du Concordat. Les autres religions chrétiennes n’ont d’ailleurs pas été mécontentes à l’époque de la laïcisation de l’Etat...

        • Jean J. MOUROT Jean J. MOUROT 8 décembre 2012 13:18

          Les socialistes aiment beaucoup les cérémonies symboliques censées faire oublier leurs renoncements de fait !


          • Mugiwara 8 décembre 2012 17:43

            l’idéal est de déclarer le 9 décembre jour de laïcité, comme une victoire d’une pensée libre et responsable, anti-prosélyte, le mieux c’est que ce soit un jour férié au même titre que les autres. 


            parce que la laïcité est une philosophie de vie qui n’a rien à envier aux autres comme les religions. 

            ça n’est pas synonyme de liberté totale, c’est encore trop tôt. je pense que la démocratie a besoin des fêtes comme le 14 juillet. il en faudrait d’autres aussi, comme le 21 janvier qui pourrait être férié et ce serait une fête pour la liberté, une victoire contre la tyrannie des rois disparus (comme les dinosaures). 

            • CHALOT CHALOT 8 décembre 2012 18:12

              La loi dite de séparation concernait aussi la religion juive.
              Pas la musulmane, c’est vrai et d’ailleurs en Algérie, la séparation religion Etat n’existait pas
              L’historien Ch.R.AGERON écrit : « La France créa et maintint un clergé musulman officiel rétribué par l’Etat et chargé de célébrer le culte dans les mosquées. C’est pourquoi la Loi de séparation des églises et de l’Etat ne fut jamais appliquée en Algérie »


              • Antenor Antenor 8 décembre 2012 23:38

                La loi de 1905 est quand même bien bancale. Comment l’Etat peut-il garantir le libre exercice des cultes s’il ne reconnait aucun culte ?

                Ce texte un brin tordu peut se comprendre dans le contexte de l’époque mais aujourd’hui il pose plus de problèmes qu’il n’en résoud.

                Soit l’Etat reconnait les cultes et alors il fixe des règles précises quand à leur pratique.

                Soit il ne les reconnait pas et alors les cultes doivent être mis sur le même plan que n’importe quelle autre activité culturelle.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès