Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > La lente marche forcée vers l’État policier

La lente marche forcée vers l’État policier

Alors que la défense de la liberté de la presse et de l’indépendance de la justice sont à l’ordre du jour, Erich Inciyan (Mediapart) s’interroge sur la possible mise en place d’une "police politique" en France...

Mais il semble penser que la DCRI, la police secrète [1] voulue par Sarkozy et créée fin juin 2008 et dont, comme il le rappelle, "les premiers pas n’ont suscité aucun débat", et qui a, entre autres, pour fonction de surveiller (et punir !) « les individus, groupes, organisations [ainsi que les] phénomènes de société, susceptibles, par leur caractère radical, leur inspiration ou leurs modes d’action, de porter atteinte à la sécurité nationale » se contentera d’enquêter sur les personnes et organisations ayant recours à la violence... les casseurs, en somme, ces personnages honnis mis en avant par les politiciens réactionnaires et la quasi-totalité des médias à chaque manifestation, à chaque contre-sommet, qui ont le mérite d’effrayer les beaufs apeurés qui mangent devant le JT.

Vers un fichage systématique des opposants

Alors que le Sénat a voté mardi 4 novembre 2008 un article de loi visant à rallonger le délai de prescription du délit de diffamation sur internet [*], en le passant de 3 mois à 1 an ;

Alors que le ministère de l’Education nationale entend « repérer les leaders d’opinion, les lanceurs d’alerte et analyser leur potentiel d’influence et leur capacité à se constituer en réseau, décrypter les sources des débats et leurs modes de propagation » en lançant un appel d’offre (100 000 euros) visant à externaliser « la veille de l’opinion dans les domaines de l’enseignement, de la recherche et de l’enseignement supérieur » [Voir lAppel d’offre *] ;

Alors qu’à Vichy, la libre expression a été muselée par une répression policière et politique dont les militants (et les immigrés) sont de plus en plus souvent victimes [lire à ce propos Que s’est-il passé à Vichy sur le site du QSP] ;

Alors que l’on se flatte de s’être (peu) mobilisé contre le "fichier Edvige", qu’en est-il du "fichier Cristina" dont le décret n’a pas été publié compte tenu de son classement secret-défense... [2]. Marianne nous rappelait par ailleurs début septembre - sur son site - que le fichier Cristina aurait "toutes les chances de rassembler autant sinon plus d’informations que le fichier Edvige".

(...)

Bref, alors que l’on est plus que jamais dans un Etat policier (qui de plus réhabilite Vichy...), on peut légitimement s’interroger sur la question posée sur le site de la LDH relevant l’article d’Erich Inciyan "comment éviter que cette police secrète ne devienne une police politique ?"...

Faut-il être à ce point naïf...

Rappelons quand même qu’en 2000, déjà, les Renseignements généraux [RG], dans un rapport à destination du gouvernement, avaient soulevé pas mal de remous (les RG n’ayant normalement plus le droit d’espionner les organisations politiques légalement déclarées) [3] en enquêtant sur les associations, les syndicats et les partis politiques de gauche (parmi lesquels "Mouvement pour une alternative non violente", "l’Union pacifiste de France", "La Fondation Copernic", "Comité pour l’annulation de la dette du tiers-monde", la "Coordination nationale" et les collectifs de sans-papiers...).

Alors que "la corde se resserre" dans l’indifférence générale intelligemment entretenue par les médias, revenons sur un texte d’actualité qui dit les choses clairement.

En effet, lentement, mais sûrement, "c’est d’un véritable coup d’Etat qu’il s’agit"...
 

Le texte des cyber-journalistes :

___

La mise au pas des médias

 

Mi-septembre, on apprenait le projet de privatisation de l’AFP, pudiquement dénommée « ouverture du capital ». Il s’agirait de remettre entre les mains de Vincent Bolloré, ou de Bouygues, ou de Lagardère – « un actionnaire clairement identifié » –, cette grande agence de service public, « pour garantir son indépendance »...

Simultanément, il est question de supprimer la publicité sur les chaînes de télévisions publiques – réservant la manne publicitaire à TF1 et M6. Gros cadeau aux amis. Avec le risque annoncé d’une paupérisation des chaînes publiques.

 

Quant aux radios, l’installation de la radio numérique se fait dans de telles conditions que, loin d’augmenter leur diversité, c’est à la disparition des dernières radios libres qu’il faut s’attendre, les conditions d’accès à ce nouveau mode de diffusion s’avérant prohibitives pour les radios associatives. La télé numérique (TNT), elle, aura vu le CSA attribuer les fréquences de façon à exclure toute expérience de contre-information. Dans le même temps, début octobre, se sont ouverts, à l’Élysée, des « États généraux de la presse » – qui regroupent essentiellement quelques éditeurs proches du pouvoir –, pour redéfinir les conditions d’existence de la presse écrite. Avec l’objectif déclaré de faire de la place chez les marchands de journaux au bénéfice de quelques grands groupes « de taille internationale ». Là, il est question de modifier en profondeur aussi bien la fiscalité que les règles de la distribution, afin de permettre une « réduction de l’offre » – soit moins de concurrence pour ces grands groupes… Dans ce contexte, internet apparaît comme un des rares espaces d’expression libre qui demeure. Mais, là aussi, il est question de privilégier des sites d’informations institutionnels – qui seraient assimilés à la presse écrite –, quitte à instaurer un système de concurrence déloyale au bénéfice de certains.

Fin octobre, le Sénat adoptait, en première lecture, la loi « Création sur internet » qui, sous prétexte de protéger les « droits d’auteurs », institue une « haute autorité » chargée de contrôler – et de sanctionner – les internautes.

Faut-il que la présidence de la République soit pressée ! En quelques mois, c’est l’ensemble de ce qu’on appelle le « 4e pouvoir » – supposé fonctionner comme un contre-pouvoir – qu’il est question de réorganiser, dans le but non dissimulé de renforcer les médias institutionnels sur lesquels le pouvoir sait qu’il peut compter.

C’est d’un véritable coup d’Etat qu’il s’agit.

Mettre les médias au pas, pour s’assurer qu’il n’y ait plus de critique possible.

__

La guerre à internet est ouverte !

« Le vol à l’étalage numérique n’est pas admissible. » Ainsi s’exprimait le président de la République en présentant le projet qui a été adopté le 30 octobre 2008 par le Sénat.

Désormais, les internautes, officiellement criminalisés, seront passibles de l’article L 331-25 de la loi « Création sur internet » qui prévoit « la suspension de l’accès au service pour une durée de trois mois à un an assortie de l’impossibilité, pour l’abonné, de souscrire pendant la même période un autre contrat portant sur l’accès à un service de communication au public en ligne auprès de tout opérateur ».

À cette fin, désormais, il y aurait un organisme – une « haute autorité indépendante » – chargé de traquer les utilisateurs d’internet et de les ficher.

Ce serait pour protéger les « droits d’auteurs » audiovisuels que la France entend ainsi se doter de moyens extraordinaires permettant le contrôle total de la population – à l’image de ce qui se fait déjà en Chine. Aux États-Unis aussi, le 15 octobre, à la veille de rendre les clés de la Maison-Blanche, Georges W. Bush signait une loi instituant de fortes amendes contre le téléchargement.

Mais la France prend résolument la tête des nations réactionnaires en se proposant d’organiser non seulement une super-police du monde virtuel, mais un dispositif de sanctions permettant de couper l’accès à internet des particuliers comme des entreprises.

Saisis d’une proposition semblable, les ministres de la Culture et de la Justice suédois objectaient que « la coupure d’un abonnement à internet (…) pourrait avoir des répercussions graves dans une société où l’accès à internet est un droit impératif pour l’inclusion sociale ».

En France, l’Association des services internet communautaires (Asic) remarquait de même que « bannir, même temporairement, des internautes de la société de l’information, ce n’est pas seulement les empêcher de télécharger des contenus illicites, c’est aussi et surtout leur interdire toute utilisation d’un vecteur de communication et d’expression devenu indispensable, qui offre l’accès à une pluralité d’information, à une diversité de contenus, ou à une multitude de services publics… » Plus sévère encore, le Parlement européen votait une résolution recommandant aux États membres d’« éviter l’adoption de mesures allant à l’encontre des droits de l’homme, des droits civiques et des principes de proportionnalité, d’efficacité et d’effet dissuasif, telle que l’interruption de l’accès à internet ».

À la veille du débat parlementaire, une pétition était présentée aux sénateurs, soulignant que « la surveillance sans pareille des activités des internautes que ces mesures impliquent n’est pas digne d’une société dans laquelle nous aimerions vivre ».

Quand on sait que le téléchargement est devenu une des principales activités sur internet – et qui contribue beaucoup à sa popularité –, il est manifeste qu’une telle loi vise à limiter le succès de ce nouveau média. Criminaliser massivement les citoyens est ici considéré comme tout naturel. Sous prétexte de défendre quelques intérêts particuliers, la France choisit d’aller à marche forcée vers l’État policier total, quitte à… tourner le dos à son époque !

___

[*] Vous trouverez sur Bruno-web.net l’appel d’offre du ministère de l’Education nationale dont il est question ci-dessus...

Cahier des clauses particulières

CCP n° 2008 / 57 du 15 octobre 2008

Appel d’offres ouvert passé en application des articles 57 à 59 du Code des marchés publics


Moyenne des avis sur cet article :  4.54/5   (69 votes)




Réagissez à l'article

42 réactions à cet article    


  • CITOYEN 14 novembre 2008 12:24

    Le mot : espionner est un peu fort mais bon.
    Une démocratie comme la notre a besoin de se protéger contre des groupes qui veulent faire pression sur l’opinion et donc les gouvernements. Les dictatures, les régimes autoritaires ...n’ont pas ce genre de probléme...ils se foutent de l’opinion. 
    De l’extrême gauche à l’extrême droite en passant surtout par les islamistes...il faut cadrer le terrain ou subir les conséquences de la destabilisation.
     


    • bobbygre bobbygre 14 novembre 2008 18:24

      Une démocratie comme la notre a besoin de se protéger contre des groupes qui veulent faire pression sur l’opinion et donc les gouvernements

      Phrase pleine de bon sens mais qui passe à coté de l’article. Ce que démontre l’article, c’est précisement que le gouvernement actuel est complétement sous l’influence de "groupes qui veulent faire pression" (Bolloré et Bouygues sont cités notamment) et qui veulent surtout empecher d’autres groupes (notamment les groupes de citoyens, les indépendants et autres électrons libres) d’avoir la moindre influence, et même la moindre visibilité.
      D’autre part, ce n’est pas la démocratie que l’on protège par le racisme institutionnel, les politiques sécuritaires et autres dérapages de la police mais uniquement les petites fesses des dominants du moment qui veulent tout verrouiller.

      On assiste à une mise au pas de la société civile par nos dirigeants, visiblement trés inquiets des conséquences sociales de la crise (et ils ont bien raison).


    • dom y loulou dom 16 novembre 2008 01:23

       "Une démocratie comme la notre a besoin de se protéger contre des groupes qui veulent faire pression sur l’opinion et donc les gouvernements." 

      blabla, si un état n’est pas complètement corrompu et qu’il n’agresse personne il n’a aucune raison de se protéger de qui que ce soit et peut se contenter de tenir sa place. Puisqu’il a des choses constructives à y faire.
       

      ah lala

      vous ne comprenez pas du tout ce qu’est une démocratie

      ni comment elle se protège de directoire de pensée, provenant de groupuscules ou du corps étatique lui-même.

      La démocratie se protège justement par le fait de laisser autant de monde que possible s’exprimer afin d’être sûre que TOUS les protagonistes de la société y trouvent réconfort à exprimer leur point de vue et qu’ainsi toutes les composantes participent à l’élaboration de l’ensemble.

      C’est ainsi qu’une démocratie trouve son équilibre entre toutes ses composantes.

      Contrairement à un état fasciste qui muselle tout ce qui est lié à la pensée et nivelle tout uniquement en fonction de directives militaro-sécuritaires qui, en soi, n’ont rien à voir avec la société à proprement parler, mais ne constituent le cadre défensif extérieur de celle-ci !

      Qu’en fait-on sachant qu’on est sur une planète ronde ?

      On les fait oeuvrer ensemble pour l’aide aux reconstructions et aux catastrophes naturelles qui se font si nombreuses ou on les envoie contre les citoyens pour protéger de l’or sans valeur et dessiner des frontières entre les étoiles ? 


      Si une société ne veut plus que soutenir son aspect sécuritaire, va savoir contre quelles peurs insondables, affirmées ou plus ou moins imaginaires ou même réelles, mais qu’on projetterait trois mille fois par jour quand elles sont déjà des éléments passés et qu’on ne pourrait que faire ressurgir fatalement par des outils coercitifs et belliqueux, c’est alors déjà une dictature, car toute société est enfermée dans ce qui fut prévu pour défendre de l’extérieur, pas pour brimer et torturer son intérieur.



      la confiance est l’élément clef. La confiance en l’homme universel présent en toute ethnie, en tout individu.


      C’est un idéal qui permet d’aller , au lieu d’être tenu complètement enfermé par les menaces et les bains de sang.


      Vous comprenez ? je me doute que vous n’aimez pas tant la multiplicité de la pensée, mais peut-être je me trompe.

      Code :

      Pour garantir la sécurité d’un état il suffit que celui-ci coopère et discute avec ses voisins sans les harceler ni les agresser, en entretenant de bons rapports de commerce équilibré et en soignant son sens de l’amitié et une culture de la fratenité et en se contentant de tenir sa position.

      Au lieu de la peur et de l’oppression aveugle ou de continuelles velléités de vengeance.

      Même si tout le monde comprend qu’elles puissent submerger parfois les individus, cela nous arrive à tous, c’est humain et nous mesurons justement le degré d’humanité par la capacité de son pardon.

      ...

      Un état qui penserait pouvoir passer outre ce code basique de savoir-vivre est un danger pour tous. V ous comprenez n’est-ce pas ? comprenez-vous aussi les dangers liés à outrepasser ce code et ce qu’un état y risque ? C’est la guerre forcément parce que vous agressez immédiatement la nature-même de vos voisins.

      Au lieu de la paix que chacun rêve de vivre.


    • dom y loulou dom 16 novembre 2008 01:26

      mais ne constituent QUE le cadre défensif extérieur de celle-ci  !

      excusez-moi


    • Nicolicon 20 novembre 2008 18:22

      Je pense qu’il ne faut pas éxagérer , les lobby ont toujours existés et aujourd’hui avec le web il y a même un rééquilibrage des forces en présence, les militants (écolos, consommateurs et autres), pouvant s’organiser et communiquer à moindre frais.

      Pour ce qui est des lobbys industriels, Sarko a changé la donne, car il affiche ses amitiés, ce que je trouves très transparent. Mais c’est risqué parce que quoiqu’il fasse c’est du coup analysé sous cet angle.


    • John Lloyds John Lloyds 14 novembre 2008 12:37

      C’est le syndrome de la grenouille, version "sécurité intérieure". Rien d’étonnant avec un président à la botte de l’administration américaine et qui, selon certains analystes, en serait même le relais local.

      Le sécuritaire est un excellent programme présidentiel, la masse des larbins ayant ramé comme des cochons, et entendant que leur peinture métallisée ne soit pas rayée, forment un corps électoral de premier choix.

      C’est d’ailleurs en ce sens, à mon avis, que l’affaire des sabotages de trains a été montée de toutes pièces. 24h pour démenteler un réseau national, c’est plus de la police, c’est l’oeil de dieu à l’oeuvre. Quelques excités à manipuler, à envoyer faire les pitres sur les voies ferrées, et hop, tout le monde en mm temps dans les filets. MAM peut fanfaronner, et le renforcement de l’état sécuritaire est justifié

      Mais aucun risque que le bon gros cochon de français ne bouge son arrière train, il a déjà pas moufté à la loi perben, qui est pour du liberticide comparable au patriot act, ni pour le "numeric act", cette métamorphose du FAI en flic. Bienvenue au pays des porcs qui votent pour réduire leur enclos.


      • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 16 novembre 2008 15:18

        Analyse très fine d’une situation plus qu’inquiétante.
        La mise au goût du jour d’un ouvrage particulièrement intéressant (

        		 	 L’insurrection qui vient. Thermomètre. Société. Prospectives ? ) ouvre de larges perspectives à une pouvoir qui a parfaitement anticipé les réactions sociales d’une population qui est en train de découvrir que l’effet anésthésiant des promesses politiques auxquelles elle a voulu croire ne la feront pas échapper au laminoir de la crise économique qui commence.

      • foufouille foufouille 14 novembre 2008 13:20

        pas grave
        suffira de s’exprimer en darknet


        • Bearimprint Bearimprint 14 novembre 2008 13:56

          Il n’y a rien de grave, même pas la mort (d’ailleurs, une fois mort il n’y a VRAIMENT plus rien de grave )
          Suffit de serrer les fesses chaque fois un peu plus, au lieu de se bouger, mais le jour ou la pression sera trop forte ca nous explosera le cul (Si je puis me permettre. Pas envie d’être d’un romantisme forcené, là tout de suite) et ensuite, quoi ?

          J’ai du mal à croire que l’on arrivera à esquiver toutes les gouttes d’eau alors qu’il est en train de pleuvoir à verse ("M’en fout, je suis pas concerné, j’ai mon parapluie...")


        • foufouille foufouille 14 novembre 2008 14:13

          la parade est quand meme en cours de creation depuis des annees
          il suffirait que les tetes tombent pour que ces logiciels soit finit tres vite


        • Kelsaltan Kelsaltan 15 novembre 2008 09:41

          Malheureusement, l’abonné ADSL a laissé s’installer chez lui les "Box". Le moment venu, un simple mise à jour du firmware suffira pour interdire l’accès aux Darknet, bloquer les protocoles P2P indésirables, voire même les solutions du libre que ceux qui nous dirigent ne peuvent contrôler.

          Ils peuvent même envisager à terme de ne plus prendre la peine d’interdire ce qui ne convient pas avec une simple liste de ce qui est permi.

          Plus besoin de filtre FAI, il sera chez vous.

          Toujours avec les mêmes prétextes, pédophilie, terrorisme etc.,

          Et on l’a bien vu avec l’amendement 138, il ne faudra pas compter sur les journalistes pour alerter l’opinion, ils n’en parleront tout simplement pas !

          Tout ceci peut vous paraître nettement exagéré, toutefois l’HAdopi est là pour nous rappeler qu’à l’impossible ceux qui nous gouvernent ne sont tenus. Qui aurait pu imaginer il y a quelques années qu’une justice parallèle serait créée pour servir les intérêts marchands d’une infime minorité de français ?


        • Liberty 15 novembre 2008 10:39

          @ Kelsaltan.

          Ouf, ça fais du bien de rencontre un ami de chez Linux conscient des enjeux !
          Les solutions de filtrage sont infinies, la mise à jour du firmware est possible mais je pense que cette trechnique sera une façon pour les FAI de se "déresponsabiliser" .

          Malheureusement la censure se fera à la source...

          Depuis la guerre du Golfe les USA ont utilisé une untité appellée Psy Ops, servant à diffuser la penser unique sur le web par les blogs et les forums .
          Cette unité a été utilisée pour contrer les informations émanant des blogs des soldats Yankee’s ...

          www.deepsound.net/ha/psyops.html



        • ASINUS 15 novembre 2008 10:47

          une rumeur coure chez les rg ,de pigistes embauchés et payés au post pour vendre le president et le gouvernement on y serai prié de ne pas faire dans l agressif " contreproductif" mais au contraire
          dans le raisonable et consensuel,forums visés monde , n obs, rue 89 ect agora vox non cité
          peu etre inutile ? une rumeur on vous dit


        • pointal pointal 14 novembre 2008 13:58

          Une démocratie comme la notre a besoin de se protéger contre des groupes qui veulent faire pression sur l’opinion et donc les gouvernements.

          Elle semble ne se préoccuper que des groupes de citoyens actifs, les pressions médiatiques via la mainmise
          économique sur les grands médias semblent aller de pair avec le pouvoir actuel... et se renforcer mutuellement. Ce qui va à l’encontre du bon fonctionnement d’une démocratie, où le choix éclairé des citoyens devrait passer par une information équilibrée et variée (sinon objective).




          • jymb 14 novembre 2008 14:33

            Il y a quelques années sortait un bouquin qui, je crois, se nommait "matin gris" ou un titre approchant
            tous les matins on supprime une liberté, en protestant de l’intérêt public de la chose
            Et tous les jours il faut (faudrait) se résigner et trouver une justification pour accepter
            Nous en sommes arrivés à la situation que décrit Houellebecq dans son dernier livre d’entretien ; on aime ou on déteste le personnage, mais une description frappe : je me déplace d’un endroit privé à un autre endroit privé comme en territoire ennemi. Tout est interdit entre ces deux endroits ( et bientôt le reste même derrière une porte fermée) . Rouler, plaisanter, appeler un chat, un chat, en griller une : halte là ! ! le haut comité (apparu par décret magique, encensé par les médias faisant assaut de politiquement ultra correct ) qui-vous-veut-du-bien veille "heureusement "au grain.

            A quand une liste électorale "restaurons les libertés fondamentales" ?


            • JL JL 15 novembre 2008 11:28

              @ JYMB, il s’agit de "Matin brun" de Franck Pavlov, publié aux éditions CHEYNE, toujours en vente au prix de 1 euro. Ce n’est pas un livre, à peine un cahier qui se lit en quelques minutes, mais au contenu inoubliable. A lire et à faire lire. 


            • NWN NWN 14 novembre 2008 14:42

              "Il ne faudra pas attendre longtemps après l’an 2000 pour que l’humanité ait à vivre des choses fort étranges qui se poréparent déjà lentement.
              La plus grande partie de l’humanité sera sous l’influence de l’ouest. Les prémices idéalistes que nous percevons déjà sont bien sympathiques en comparaison de ce qui vient. On verra apparaître, venant d’Amérique, une sorte d’interdiction de penser, non pas directe mais indirecte ; une loi qui aura pour but de réprimer tout penser individuel.

              On assistera à une oppression généralisée de la pensée dans le monde. Et c’est dans cette perspective qu’il faut travailler grâce à la science de l’esprit. Il faut que l’apport des découvertes soit tel - et il le sera - qu’un contrepoids suffisant puisse être introduit dans l’évolution du monde..."

              "La liberté de penser et les mensonges de notre Epoque" E. Triades.

              R. Steiner (1916)


               


              • ASINUS 14 novembre 2008 15:05



                les peuples meritent ce qu ils veulent bien endurer de leurs dirigeants


                • bobbygre bobbygre 14 novembre 2008 18:27

                  Voui, voui, bien fait pour nous...


                  • 1984 14 novembre 2008 18:36

                    D’ailleur quelle police n’est pas politique ???


                  • Liberty 14 novembre 2008 16:04

                    Personnellement je trouve la marche très rapide vers l’état policier, mais ce n’est que mon avis ...

                    Bien des signes sont identifiables en plus de vos propos fort éclairés :
                    La liberté de manifester (désormais il faut un préavis donc c’est devenu un "défilé" plus qu’une manif ...)
                    La biberté d’expression (censure du net vous le dites mais arrestation si vous brandissez une pancarte .)
                    Le délit d’outrage à toutes les sauces . (amères de préférence)
                    La détention préventive .

                    Puis toute la technologie qui suit :

                    La RFID couplée à :
                    Les téléphones portables 3G/GPS.
                    La reconnaissance biométrique (carte d’identité)
                    La vidéo-surveillance.
                    L’internet IP.v6
                    Le fichier EDWIGE .
                    Le réseau ECHELON .
                    Le croisement des dossiers administratifs .
                    La fusion DST/RG
                    Le passeport biométrique.
                    Les fichiers ADN.
                    Le décodage du génome. (vos présdispositions à ci ou ça)
                    Les cartes de fidélité des magasins et autre .


                    Reliez toutes ces technologies ensemble, la STASi, le Polit Bureau, les SS, la Corée du nord, tout ce qui nous a été désigné comme honteux durant 50 ans n’est que broutille par rapport à tout cela .
                    Si ces pays avaient mis en place tous ces moyens qu’aurions nous dit ?

                    Ajoutez à cela le "terrorisme" mis à toutes les sauces, l’interdiction de manifester ou de s’exprimer (des citoyens ont été arrétés pour avoir brandi une simple pancarte, les blogs peuvent être effacés sans préavis), les lois répressives qui poussent comme des champignons ...

                    Nous ne vivons "sois disant pas" dans une dictature, cependant, nous sommes bien plus équipés en matériels "prêts à l’emploi" pour fabriquer la plus grande dictature que la terre n’aie jamais portée ...

                    Toutes les technologies ont été utilisées, même la bombe nucléaire, inutile de s’enfouir la tête dans le sable, cette surenchère technologique et juridique sera utilisée à coup sûr !


                    Ne voyez-vous rien venir ?



                    • Blé 14 novembre 2008 16:39

                      Si, je vois les choses venir. La régression sociale que nous subissons fait parti d’une stratégie pour mettre en place un état sinon "totalitaire" au minimum un état très autauritaire.

                      Pendant que la majorité des citoyens, (y en a t-ils encore ?) se décarcasse dans toutes les difficultés quotidiennes qui se multiplient et s’accumulent avec le temps (loyer, emploi, avenir des enfants, santé, crédits,etc...) reste peu de temps pour participer à la vie civique (parti, syndicat, mouvement, etc...) et prendre le temps de la réflexion. Chacun sent qu’il ne faut pas grand chose pour tomber dans une situation d’exclusion notre société est experte dans ce domaine. Fiché, classé, catégorié pour beaucoup l’urgence est ailleurs même si quelque part les gens ont conscience du danger.



                      • garibaldi15 14 novembre 2008 18:10

                        Allez, je vais vous la faire simple mais très claire :

                        AFP
                        MOSCOU
                        2 mars 1983

                        Correspondant spécial ;

                        Depuis ce matin, des ouvriers installent d’étranges appareils un peu partout dans Moscou et en particulier aux endroits de fort passage, comme le Goum (célèbre ’’super-marché’’ à la soviétique où on ne trouve rien), ou la place devant le Bolchoï. Il s’agit en fait de caméras de télévision !

                        Les autorité prétendent qu’il s’agit simplement de mieux gérer la circulation mais chacun sait bien qu’il s’agit en fait d’une décision prise par le KGB pour surveiller la population et prévenir d’éventuelles manifestations de mécontentement d’une population lassée par un régime en fin de course.

                        D’après des rumeurs, plus de 200 caméras de ce type (avec zoom commandé à distance) doivent être installées avant la fin de l’année. Pour le moment, la population résignée baisse la tête et ne proteste pas. On chuchote que les jeunes refuzniks envisagent de lancer la mode des moustaches et de la barbes ’’à la boyards’’ pour ne pas être reconnaissables par ces yeux omniprésents du KGB.

                        Rigolo comme hoax non ?!

                        Petite précision : il y a plusieurs milliers de caméras sur la voie publique à Londres.

                        Il y a 75 caméras sur la voie publique à Meaux dont le maire est un certain J-F Coppé.


                        • Ricos77 Ricos77 14 novembre 2008 20:55

                           Et oui... bien sur que l’on va droit vers un état policier ! Mais à qui la faute ? Ou est la cause, ou est l’effet ? Pas de voleur, pas de flics... pas de racaille, pas de sarko... 


                          • jaja jaja 14 novembre 2008 23:21

                            La répression ne grandit que lorsqu’il y a danger pour le pouvoir en place...Ce qui veut dire qu’avec la crise et ses conséquences des mouvements sociaux importants sont probables. L’oligarchie au pouvoir s’y prépare.. Nous devons en faire autant et nous organiser pour résister...

                            Blanqui comparait les capitalistes à des vampires, Malcom X à des vautours...

                            Ce ne sont pas des aigles, rien que des charognards et il ne dépend que du peuple de ne pas se laisser sucer le sang !


                            • Lisa SION 2 Lisa SION 2 14 novembre 2008 23:51

                              " Alors que "la corde se resserre" dans l’indifférence générale intelligemment entretenue par les médias, revenons sur un texte d’actualité qui dit les choses clairement. " avez vous écrit,

                              Ce soir il fait très doux, c’est encore la pleine lune, je suis sorti jusqu’à, l’orée de mon village, et ai tendu l’oreille dans un silence épais, afin de perçevoir, la clameur qui précède, l’arrivée de la crise, annoncée sourdnoisement. Ai bientôt distingué, un long moment pénible, une série de longs cris, mais venant de si loin, qu’il me parvenaient tous, de toutes directions, en différents échos, s’éparpillant partout, comme s’ils étaient plusieurs, gravement Impressionnant...Jusqu’au moment soudain, où me suis aperçu... ...qu’un dix neuf tonnes de livraison entrait en ville dans un hurlement dégressif.

                              Mais les hérissons dorment, dans chacun son tas de feuilles, les renards terrés personne ne sait où, peut-être là derrière, le premier arbre qui sait ? Sinon lui. La chouette fait sa ronde en silence, et pas une seule grenouille ne...Ha, excusez moi, mon sujet, la grenouille.

                              Quand " la corde se resserre ", la grenoulle étranglée ne peut plus coasser, tu peux couper le gaz.

                              Oui, je sais, mais ça détend...


                              • ddacoudre ddacoudre 15 novembre 2008 00:44

                                bonjour bruno

                                j’avais entendu parlé du projet de fusion de la DST ET RG et puis plus rien sauf pour ceux qui fouinent, et heureusement qu’il y en a.

                                je te copie ce que j’avais écrit en 1999, et je ne suis pas étonné de cette tournure des événement j’ai même pronostiqué que Sarkosy nous ferait entré dans une nouvelle forme de fashisme.

                                si d’ordinaire la répression policière peut s’avérer rassurante, elle ne peut résoudre durablement une tendance sociétale à la violence dans ses rapports citoyens, sans que la société ausculte elle-même son organisation socio-économique, qui est comment avoir un revenu pour exister.

                                Cependant, cet appel excessif à l’autorité coercitive nous fera entrer dans une démocratie policière vers laquelle nous nous dirigeons. Une démocratie qui surveillera la vie privée de ses citoyens comme n’importe quel État policier, que nous fustigions, il y a trente ans. Une démocratie qui se « judiciarisera », en installant la justice (l’organisation judiciaire, non la justice prise en son sens moral qui consiste à être juste et respecter les droits d’autrui) au-dessus de la citoyenneté, comme un dieu vertueux. Dans ce cas l’énergie qui se consume est celui de la liberté. Ce qui nous conduit au paradoxe de tuer la liberté au non de la protection de la liberté. Protection qui tue en même temps la sociabilité, car il est impensable de vivre en se demandant à chaque instant si nous n’avons pas contrevenu à une réglementation, s’il faut soumettre son différent à la justice. Il n’est pas concevable de vivre sous contrôle vidéo de tiers qui jugeraient si vos comportements sont sociologiquement compatibles, et au bout de cela, la démocratie devient liberticide.

                                L’excès de sécurité conduirait inévitablement à l’insécurité psychique, car chacun deviendrait presque transparent, et ne disposerait plus d’abri, de refuge où poser tous ses secrets, d’abri où suspendre sa vigilance qui est une exigence vitale du monde des espèces vivantes.

                                Je vous invite à la fiction sur quelques lignes. La technologie nous permet donc de mettre nos rues sous contrôle vidéo, ainsi que nos lieux publics, mais par plus de sécurité nous pouvons même en installer chez chaque particulier. Nous disposons également des techniques d’écoutes qui peuvent être personnalisées, également d’appareils détecteurs de mensonges qui pourraient le signaler chaque fois que nous en ferions un, (imaginer le bruit s’il était sonore), des techniques d’identification (la biométrie, la technologie « iridian » contrôle par l’iris. Nous pourrions même très tôt définir si un enfant est adaptable à une société type, nous pourrons même dans quelques années réorienter sa pensée le cas échéant à l’aide des champs magnétiques, déceler qui nourri des pensées criminelles, mais à qui confier cette mission, si ce n’est à des inquisiteurs.

                                Ainsi, vous le comprenez la marge n’est pas écrite où les moyens utilisés pour assurer sa sécurité conduisent à la pratique d’une inquisition.

                                cordialement.


                                • Pourquoi ??? 15 novembre 2008 07:34

                                  Il n’y a qu’à voir l’arrogance des flics quand ils vous arrêtent pour un simple contrôle de routine pour constater que nous sommes déjà dans un état policier.
                                  Il n’y a pas si longtemps, lorsqu’un flic ne trouvait rien à vous reprocher, il vous laissait partir avec un grand sourire.
                                  Maintenant ils prennent un air furieux comme un chat qui voit une souris lui échapper.
                                  Ce n’est peut-être qu’un détail mais o combien révélateur : il y a les flics d’un côté, et de l’autre, rien que de dangereux terroristes en puissance.
                                  Et je ne vous parle pas d’un contrôle dans une banlieue profonde, mais dans une petite ville de 4 000 habitants en plein milieu de la campagne...

                                  A part ça je vous signale une toute petite tentative de résistance sur le service public : la rubrique s’appelle "mon oeil", ça ne dure que 5 mn, mais ça a le mérite d’exister. C’est à 13h15 le samedi sur la 2 en plein milieu du journal


                                  • sisyphe sisyphe 15 novembre 2008 09:17

                                    Oui. 
                                    L’étau se reserre logiquement. 
                                    Il va falloir, de plus en plus, protéger les citoyens nantis des hordes de gueux sans avenir, qui n’auront plus d’autre ressource que de piller. 
                                    Les polices privées se développent, les polices d’état parallèlles aussi, tous les moyens de codage, de repérage, d’espionnage et de contrôle des citoyens se mettent en place, pour cloisonner ce monde en deux univers distincts ; celui des possédants, et celui de ceux qui n’ont rien, donc, rien à perdre, donc dangereux.
                                    C’est dans la logique même du capitalisme néolibéral. 
                                    L’aggravation des inégalités va entrainer de plus en plus de migrants, de sdf, de pauvres, plus de tous les jeunes sans avenir , et donc sans autre solution que le pillage et le vol pour se payer les marques rutilantes que la pub et la TV encensent, comme de beaux miroirs aux alouettes. 

                                    L’état, confiné de plus en plus, par les forces financières, dans sa petite sphère régalienne, va pouvoir s’ y régaler, mettre tout ce petit monde de plus en plus sous surveillance ; médias controlés, vidéo-surveillance partout, fichiers divers , téléphones et internet sous la vigilance d’Echelon, polices publiques et secrètes, privées, etc...

                                    Le mur de la surveillance est en train de s’ériger ; et il va être plus que jamais indispensable, pour isoler les possédants des dépossédés, qui risquent de devenir possédés...

                                    Brazil, 1984, le Meilleur des mondes sont en marche ; en attendant Soleil Vert et Mad Max, quand la nourriture et l’eau vont vraiment commencer à manquer à des centaines de millions d’individus. 

                                    Bienvenue dans le XXIème siècle ; souriez, vous êtes filmé...
                                     smiley



                                    • Liberty 15 novembre 2008 10:45

                                      L’inaction en matière écologique et économique (les deux sont liés) tendent à confirmer vos propos .

                                      Pour la suite les catastrophes écologiques et sanitaires se chargeront de faire le tri entre riches et pauvres.
                                      Une forme de "Darwinisme du laisser faire" est en train de naitre .

                                      Souvenons nous des autorités Yankee’s à la Nouvelle Orléans et nous avons un avant goût des comportements que nous réservent nos élites ...



                                    • ddacoudre ddacoudre 16 novembre 2008 20:32

                                      bonjour sisyphe

                                      bien d’accord avec toi, Il y a d’énormes paradoxes notre société est devenue beaucoup plus sur que par le passé disons le siécle dernier, et poutant en même temps que se mettent en place de nombreuses réglementations pour fludifier ou organiser nos interactions, la précarité du nombre croissant de démunis aux aspirations ostentatoires humaines conduisent à une augmentation d’une délinquance qui n’est plus de la grande criminalité mais pourri la vie des gens en développant un sentiment de sécurité qui fait que la population accepte pour sa sécurité un accroissement du contrôle de son existence. c’est peut être comme cela que les démocraties passent en douceur dans la dictature.

                                      cordialement.


                                    • dalat-1945 16 novembre 2008 20:48

                                      @ Sisyphe,

                                      Décidément, vous avez une vision très noire des choses. Attention, la paranoia vous guette, c’est sérieux. Vous devriez consulter un psychologue ou même peut être un psychiatre.Mais vous ne vous en rendez peut être pas encore compte !
                                      Il y a des pays dans le monde où vos craintes pourraient être fondées, mais pas encore la France ! 


                                    • JL JL 15 novembre 2008 11:33

                                      L’Etat post moderne, technologoique, numérique peut-il ne pas être totalitaire ?

                                      Il ne semble pas y avoir d’alternative.

                                      Il faudrait deux chose : des propositions pour un monde meilleur et des moyens pour y parvenir.


                                      • Liberty 15 novembre 2008 11:55

                                        Bonne idée.

                                        Mais pour proposer un monde différent il faut que tout le monde accepte le défi.
                                        Rien qu’en Europe, nous n’arrivons pas à nous entendre à 27 alors ....

                                        Meilleur, on ne peut savoir avant d’avoir essayé .
                                        La seule façon de changer le monde c’est de changer ce qui le fais fonctionner : L’économie !

                                        Nous sommes dans une période charnière, nous allons voir à quelle sauce nous allons être mangés en fonction des décisions prises en matière économique.
                                        Ne rêvons pas :

                                        Le signe majeur des choix politiques se fera par les choix de la sortie de la crise actuelle (repenser le libéralisme économique en l’associant à l’écologie pour une consommation raisonnée).

                                        A mon sens, si nos "élites" décident de continuer à faire reposer le système économique mondial sur la consommation croissante indéfiniment, c’est qu’ils ont décidé de ne s’occupper ni de l’écologie, ni de l’accroissement de la population mondiale .

                                        Personnellement, ce sera le signe fort d’une volonté de "laisser faire la nature" afin d’opérer une "sélection naturelle" ...
                                        C’est le parfait exemple du pragmatisme en phase terminale !


                                        Nous ne sommes pas les "décideurs", nous allons voir très prochainement le monde que nous réservent nos élites.
                                        Suite à leurs orientations la donne sera très claire : Soit ils continuent dans la même voie économique, soit ils décident de redonner la première place à l’humain .

                                        Si la priorité est donnée au modèle économique actuel au final ça donnera ça :

                                        www.youtube.com/watch



                                      • JL JL 15 novembre 2008 13:49

                                        @ Liberty, merci pour cette vidéo, excellent !


                                      • TSS 15 novembre 2008 11:59

                                        NOUS SOMMES DEJA DANS UN ETAT POLICIER !!

                                        toujours avec la même rangaine "n’ayez pas peur ,nous nous occupons de tout,nous agissons pour votre

                                        bonheur" et puis nous avons un president "flubard" qui a peur de tout ,y compris de son ombre
                                         
                                        (il n’est qu’à voir la profusion des services de protection) soutenu par de jeuneset vieux cons horrifiés à l’idée

                                        de perdre leurs petits avantages,conscient d’être incapables de faire autre chose... !


                                        • jak2pad 17 novembre 2008 01:06

                                          con, con et con !


                                          • ntruc 18 novembre 2008 11:28

                                            "les casseurs, en somme, ces personnages...[...] , qui ont le mérite d’effrayer les beaufs apeurés qui mangent devant le JT."
                                            L’auteur ne s’est vraisemblablement jamais trouvé dans une manifestation ! Pour avoir vu des copains revenir la tête en sang et contusionnés certes parfois par les CRS mais beaucoup plus violemment par des casseurs , j’ai une certaine haine pour ces derniers.. Comment peut -on prendre au sérieux votre article après ce genre de phrase au ras des pâquerettes.. 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès