Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > La loi Hadopi a-t-elle réveillé l’antiparlementarisme français (...)

La loi Hadopi a-t-elle réveillé l’antiparlementarisme français ?

Le rejet de la loi Hadopi par l’assemblée nationale, le 9 avril dernier, a offert la vision consternante d’une assemblée vide de 95% de ses députés lors d’un vote pour une loi pourtant importante et violemment  débattue depuis de nombreux mois. Cet absentéisme, auquel s’ajoute la nature rocambolesque de cette séance parlementaire, avec l’arrivée surprise d’une dizaine de députés de l’opposition lors du vote, jette un certain discrédit sur le travail du pouvoir législatif français.

Ce projet de loi met donc en lumière certains dysfonctionnements de notre république mais réveille aussi une certaine tendance française à l’antiparlementarisme. C’est ce que regrette Bernard Accoyer, le président de l’assemblée nationale, qui se disait le 15 avril dernier préoccupé « de façon particulièrement intense » par « la campagne d’antiparlementarisme qui se développe autour de l’absentéisme parlementaire ».
Cet antiparlementarisme, dont notre Vème république est en partie l’héritière, a marqué la vie politique française lors de ces deux derniers siècles. Dès la Révolution Française se fait jour un fort courant contre révolutionnaire et hostile au régime représentatif. Plus tard, au cours de la IIIème et IVème république, de violentes attaques égrènent régulièrement la vie parlementaire. Ainsi dès 1883, le politicien Leverdays raille la toute nouvelle république : « Il faut, paraît-il, que les peuples, aujourd’hui comme par le passé s’amusent de quelque chose ; la forme a changé avec les âges. Les Romains avaient le cirque ; nous avons le parlement. »
 Ce mouvement antiparlementaire connaît son apogée sous le régime de Vichy. L’état pétainiste organisant même à Riom le procès des responsables de la IIIème république, accusés d’avoir affaibli la France et provoqué la défaite de juin 1940.
La IVème république est elle aussi ensuite accusée de tous les maux par les mouvements antiparlementaires, en raison de son instabilité politique et de son incapacité à régler la question coloniale, notamment la guerre d’Algérie. 
La Vème république est en partie l’héritière de ces courants antiparlementaires qui inspirèrent profondément la pensée du Général de Gaulle convaincu de la nécessité d’un régime présidentiel fort, mettant le parlement au second plan. La constitution de 1958 apaisa cette vielle tendance française à l’antiparlementarisme. Lors de la séance du 9 avril dernier, Le rejet de la loi Hadopi a, selon Bernard Accoyer, réveillé ce vieux démon…

Moyenne des avis sur cet article :  4.6/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

13 réactions à cet article    


  • manusan 24 avril 2009 13:30

    antiparlementarisme ?? ha bon, quelqu’un a vu des parlementaires quelque part ?


    • patroc 24 avril 2009 13:30

       Une bande de profiteurs privilégiés... Incompétents par leurs absences...


      • plancherDesVaches 24 avril 2009 13:41

        Antiparlementarisme, ou rejet pur et simple des politiques qui ont creusé leur tombe tout seuls... ??
        Voyez les taux de participations aux élections, quelles qu’elles soient.


        • Yannick Harrel Yannick Harrel 24 avril 2009 13:47

          Bonjour,

          L’anti-parlementarisme n’est pas nouveau, ayant été une préoccupation autrement plus aigüe sous la IIIème République et même IVème. Comme la Vème a donné plus de poids à l’exécutif au détriment forcément du législatif, il a comme vous le dites apaisé cette défiance ancrée au sein de la population à l’égard du législatif sachant que le décideur devenait le Président en dernier ressort (enfin, son Premier Ministre pour être plus exact).

          Je ne crois pas que les Français soient plus antiparlementaires que cela, je crois surtout que c’est un dégoût généralisé envers le corps politique. Du reste, bien que je ne sois pas toujours tendre moi même avec les représentants de la société, je dois admettre que simplement transposer les directives Européennes et adouber quasi-automatiquement les projets de loi du gouvernement n’est guère gratifiant comme activité. Surtout si l’on ajoute que la tête de l’exécutif a décidé d’opérer une personnalisation du pouvoir et n’entend aucunement être contesté sur les mesures qu’il prend.

          Pour finir, le récent absentéisme des députés à l’Assemblée Nationale est aussi le signe non pas obligatoirement de leur désintérêt pour cette loi plus essentielle que les Français ne le croient mais aussi et surtout d’un malaise personnel dans leurs rangs où ils se sentent désormais pris entre l’enclume (leurs électeurs) et le marteau (l’exécutif). Ne pas être présents lors du vote était pour eux une manière de ménager dans la mesure du possible les susceptibilités des uns et de l’autre.

          Cordialement


          • Alain Michel Robert Alain Michel Robert 25 avril 2009 10:11

            Très bien résumé... et en phase avec ce que je ressens moi-même.


          • LE CHAT LE CHAT 24 avril 2009 14:38

            sans un qorum minimum comme dans la plus part des démocraties pour voter le moindre texte et des sanctions financières pour pénaliser l’absenteisme , pas de solution . l’absteisme est d’autant plus fort en france qu’il y a un cumul des mandats
            qui explique aussi que les parlementaires sont occupés à autre chose .
            les parlementaires prétendent être en comission ( à peine 10 à 15 % y sont réellement ) , ou disent être sur le terrain , mais on ne les paie pas pour faire le tapin en vue de leur réelection , c’est scandaleux !

            les belges sont pas mieux lotis , dernier scandale en date , 7 parlementaires wallons ont claqué plus de 500 000 euros début avril lors d’un prétendu voyage d’études aux states où il ont surtout fait du tourisme avec leurs épouses !!!


            • Gilles Gilles 25 avril 2009 08:30

              Il y a un quorum de 50% des députes pour chaque vote. Aucun président de groupe en demande cependant à le vérifier.....

              Tout comme il y a des sanctions financières contre les députés qui ne viennent pas....jamais appliquées

              Rééééééééépublique banaaaaaaaaaaanière


            • Michael Jordan Manson (MJM) Michael Jordan Manson (MJM) 24 avril 2009 15:16

              J’ai eu des cours d’instruction civique à l’école primaire. J’apprécierais une mise à jour de la part de la République. Il y a bien une chaîne parlementaire... il est vrai ni présidentielle, gouvernementale ou judiciaire, donc pas nécessairement républicaine... En revanche chaque institution possède son propre site internet.

              Parce qu’au final, il faudrait peut être se demander si tout ces bons textes sur Agoravox ne sont pas que des coups d’épées dans l’eau... démocratique.

              • plancherDesVaches 24 avril 2009 15:31

                Peut-être pas des coups d’épée dans l’eau...
                Ils permettent d’avoir d’autres informations que la propagande officielle. (et, éventuellemnt, ouvrir son esprit par d’autres avis)
                Donc, bénéfique.

                Regardez simplement l’attelage fou et incontrôlable de la finance : il laisse percevoir ce que nul n’aurait pu imaginer : laisser deviner aux peuples les formes du pouvoir réel qui font de nombreuses vagues dans le rideau qui les protégeait de notre vue.


              • norbert gabriel norbert gabriel 24 avril 2009 17:50

                «  »sans un quorum minimum comme dans la plupart des démocraties pour voter le moindre texte et des sanctions financières pour pénaliser l’absenteisme , pas de solution .«  »"

                ce serait en effet une solution pour que les députés semblent faire leur boulot de députés, et non pas leur lobbying de candidats perpétuels. Cette pantalonnade Hadopi est un des vaudevilles parlementaires parmi les plus ridiculement pitoyables. Surtout par les réactions et commentaires des députés UMP, qui auraient mieux fait de faire profil bas.


                • appoline appoline 24 avril 2009 20:27

                  Si ces messieurs-dames ne sont pas capables de cumuler les mandats, bien, qu’on leur interdise ; mais voilà, l’appât du gain et du pouvoir est le plus fort. Quand ils réaliseront que leur attitude n’est pas étrangère au fait que le français ne se jette pas sur les urnes, peut-être changeront-ils de comportement, encore faudrait-il pour cela que le sort de la France et non pas leurs propres intérêts leur tiennent à coeur. Il y a encore du maille chez nos politiques.


                  • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 25 avril 2009 01:19

                    Il n’y a donc pas que les Chinois pour remettre en question la démocratie ?



                    Pierre JC Allard

                    • Gilles Gilles 25 avril 2009 08:21

                      Question con !

                      A quoi cela sert-il à un député UMP d’aller se joindre aux débats puisque de toute façon on lui enjoint de voter les textes comme le président l’a décidé. Et s’il vote mal, il s’expose à de terribles représailles (au choix : injures sarkozienne, lachage de Lefebvre, circonscription supprimée, investiture non renouvelée.....)

                      Et pour celui de gauche....puisque de toute façon, sauf manœuvre foireuse comme dans le cas de la loi hadopi, le texte passera, que ce soit en première ou nième lecture....

                      Sauf ceux qui veulent se faire valoir au niveau national, ceux qui ont un intérêt particulier à défendre (au choix : un cadeau à espérer d’en haut, un lobby à défendre, l’intérêt de ses administrés pour gérer sa réelection...) ont intérêt à ce pointer de temps à autre quand un sujet les met en valeur

                      En fait, se sont les institutions de la Vem qui sont foireuses et musèlent le parlement en mettant la primeure sur le larbinisme, la veulerie, l’égoisme du parlementaire de base...pour avaliser les décisions de l’exécutif

                      Si les parlementaires pouvaient s’exprimer librement, décider en toute liberté de leur vote, être écoutés de leur pairs tout en ayant une chance de les convaincre...alors oui le parlement serait un lieu de débats et décisions

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Benjamin Fayet


Voir ses articles







Palmarès