Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > La loi Touraine, instrument de communication au service des (...)

La loi Touraine, instrument de communication au service des lobbys

La semaine dernière, le Parlement a adopté le projet de loi santé défendu par Marisol Touraine. Derrière la rhétorique habile de la ministre, se cache un nouvel effort au service des lobbys, notamment des mutuelles, quand le gouvernement oublie complètement la question du prix des médicaments.

 
Les abus des labos pharmaceutiques
 
C’est un débat qui commence tout juste à apparaître dans notre pays, alors qu’il se développe de manière beaucoup plus forte aux Etats-Unis, où Hillary Clinton en fait un élément de sa campagne pour les primaires. Deux sujets commencent à provoquer un véritable débat outre-Atlantique. D’abord, il y a le développement de la pratique dite de l’inversion fiscale, où un laboratoire yankee fusionne avec un laboratoire dont le siège est en Irlande pour réduire sa facture fiscale. Le dernier exemple en date est celui de Pfizer et Allergan, qui est déjà le produit de deux inversions. Washington a déjà mis en place des retrictions à ces pratiques, mais que les laboratoires n’ont pas eu grand mal à détourner. Et la poursuite des opératoires nourrit un débat qui montre les conséquences de l’abolition des frontières.
 
Mais un second débat s’installe outre-Atlantique : celui du prix des médicaments. Il y a deux mois, Turing, une entreprise de biotechnologie avait déclenché une polémique en multipliant par 55 le prix d’une molécule rachetée à GSK, en jouant sur le fait qu’il s’agissait d’un médicament à relativement faible volume. D’ailleurs, le fondateur de cette société vient d’être inculpé pour fraude et de détournement de fonds  : est-ce vraiment surprenant de la part d’un tel vautour cupide ? Plus globalement, la Ligue contre le cancer vient de dénoncer les prix « injustes et exorbitants  » des nouveaux médicaments contre le cancer, dont le marché est passé de 24 à 80 milliards de dollars en dix ans, certains traitements revenant à 100 000 euros par an, au point qu’ils représentent aujourd’hui 10% des dépenses de la Sécu.
 
Un gouvernement à la solde des lobbys
 
Bien sûr, les laboratoires évoquent les dépenses de R&D pour justifier le prix des nouveaux traitements. Mais cet argument n’est pas recevable car ce secteur d’activité est un des plus rentables au monde, comme je l’ai expliqué début 2010, en évoquant le cas de Sanofi Aventis, qui dégageait 11,1 milliards de résultat opérationnel et 8,4 milliards de bénéfice net pour 29,3 milliards de chiffre d’affaires. Un niveau de marge qui est largement supérieur au luxe et qui n’est dépassé que par quelques oligopoles de la nouvelle économie. Ceci est tout aussi vrai pour Pfizer, qui cherche à ne plus payer d’impôts aux Etats-Unis, malgré plus de 9 milliards de profits pour 50 milliards de chiffre d’affaires. Mais alors que le débat avance outre-Atlantique, ce point reste étonnamment absent de la loi de la ministre.
 
Mais est-ce vraiment surprenant de la part d’une ministre qui sert d’une manière aussi évident les intérêts des mutuelles, auxquelles elle sert une part grandissante de notre Sécurité Sociale, dans une privatisation lente de notre assurance maladie, qui ne fera que renchérir notre santé, du fait des coûts bien supérieurs des mutuelles ? Mais, la ministre est habile et elle a trouvé dans la généralisation du tiers payant, un choix posant de nombreux problèmes, mais populaire, un moyen de détourner le débat vers un sujet qu’elle sait populaire (au point de le répéter plusieurs fois sur RTL). Il est tout de même effarant de constater à quel point ce gouvernement sert les intérêts des multinationales, soutenant les banques dans la lutte contre la taxe Tobin, ou avec les baisses de cotisations sociales.
 

On peut voir dans cette loi un symbole de la politique de ce gouvernement : servir les intérêts des grandes entreprises de toutes les sortes, tout en habillant cette politique d’une communication plus ou moins habile pour vaguement donner le change de son caractère « de gauche ».


Moyenne des avis sur cet article :  4.4/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • malko malko 21 décembre 2015 09:54

    A Bruxelles, il y a près de 20.000 lobbyistes pour 30.000 fonctionnaires de l’UE.

     
    Donc > 2 lobbyistes pour 3 fonctionnaires à l’UE.
      
    Ce qui veut dire que la « corruption » y est devenu une norme.

    • Pyrathome Pyrathome 21 décembre 2015 17:42

      @malko
      Ce qui veut dire que la « corruption » y est devenu une norme.
      .
      Malheureux !! Ne dites pas CORRUPTION, mais dites lobbying...en novlangue....
      La corruption est totalement consubstantielle à ce système crapuleux néolibéral, c’est inscrit dans ses gènes et sans cela, il meurt sur le champ.....


    • jean-marc D jean-marc 21 décembre 2015 17:45

      @ l’auteur

      Bravo pour cet article, vous avez parfaitement mis en relief un des principaux buts poursuivi par MST dans le cadre des orientations qui lui ont été données sur sa feuille de route.
      J’ai déjà donné des avis dans le même sens.
      Mais vous auriez peut être du préciser la suite logique : 
      - disparition du « trou » de la SS par le biais de l’intégration de celui-ci dans l’IR (cf mon commentaire sur un de vos articles précédent : « Petite précision qui semble avoir échappée à la compréhension générale : Ayrault vient de faire passer la progressivité de la CSG. Si tant est quelle ne soit pas anticonstitutionnelle, elle annonce la future fusion entre CSG et IR. Cela revient à dire que la CSG (instituée par Rocard pour un supplément de financement de la SS) étant intégrée dans l’impôt sur le revenu, le déficit chronique de l’assurance maladie sera intégré dans le calcul de l’IR, autrement dit disparaîtra purement et simplement de la réalité palpable »,
      - idem sur la décharge des prises en charge SS au profit des assurances santé (et pas forcément au profit des mutuelles) : « La privatisation de la santé vers les mutuelles aura effectivement bien lieu, comme vous le dites fort justement, mais ça ne sera que le second acte, le premier acte étant de noyer le déficit de la SS dans l’impôt de façon à le rendre invisible pour le commun des mortels.
      A noter également que le prémice de cette « révolution » était de rendre les mutuelles obligatoires.......avec un avantage non négligeable : rendre les parties de cotisations employeurs imposables au titre de l’avantage en nature »
      J’avais volontairement utilisé le terme « mutuelle », car c’est celui qui sera utilisé pour cacher le transfert vers des sociétés d’assurances privées.
      Bien à vous, bonnes fêtes de fin d’année.


      • Atakruz 21 décembre 2015 18:04

        Lire à ce sujet l’excellent livre de M Rivasi et S Rader : « Le racket des laboratoires pharmaceutiques : et comment s’en sortir »




        • eau-du-robinet eau-du-robinet 21 décembre 2015 22:49

          Bonjour,
          .
          La sécurité sociale, instituée par les ordonnances des 4 et 19 octobre 1945, reste pour le peuple français l’une des très grandes conquêtes de la Libération. Elle est l’objet d’un immense consensus dans la société française. Et pourtant, cet immense consensus ne cesse d’être remis en cause par les directives européennes en tout genre.
          .
          Recommandations de Bruxelles
          Le texte va plus loin concernant le système de santé puisqu’il explique que « d’importantes économies à court terme ne peuvent être réalisées sans une réduction significative de l’augmentation des dépenses de sécurité sociale »
          .
          Traduction : il faut s’attendre à une baisse massive des remboursements de santé, puisque la branche maladie représente quasiment 50 % des dépenses de la Sécurité sociale [7], ainsi qu’à une privatisation rampante de la Sécurité sociale, via le recours croissant aux mutuelles privées, présentées comme solution à tous les problèmes.
          http://www.upr.fr/actualite/europe/les-gope-grandes-orientations-politique-economique-feuille-route-economique-matignon
          .
          François Asselineau sur la sécurité sociale.
          https://www.youtube.com/watch?v=wwpmUbC2T9Q
          .
          Les articles 168 et 169 du TFUE soumettent notre politique de la santé aux impératifs de rentabilité des marchés. Toute tentative de privilégier la santé humaine face aux lois des marchés est interdite par les traités européens.
          .
          Réduire les dépenses de santé
          "D’importantes économies à court terme ne peuvent être réalisées sans une réduction significative de l’augmentation des dépenses de sécurité sociale", affirme la Commission, qui note qu’elles représentent près de la moitié des dépenses du secteur public. La Commission propose de "mettre en œuvre des politiques supplémentaires de maîtrise des coûts" pour les dépenses pharmaceutiques, administratives et hospitalières.
          http://lexpansion.lexpress.fr/actualite-economique/reformes-economiques-ce-que-bruxelles-recommande-a-la-france_1548155.html
          .
          Les mutuelles se frottent leurs mains car certaines parmi d’elles ont des frais de fonctionnements dépassent les 40% ; voire le graphique dans l’article suivant :
          http://www.lemonde.fr/societe/article/2014/04/24/complementaires-sante-l-opacite-bien-orchestree-des-frais-de-gestion_4406590_3224.html#


          • Marignan Marignan 22 décembre 2015 08:30

            Marisol Touraine est elle-même familière de la corruption du système de santé publique (ponctionner les fonds publics et les orientations de politique de santé publique au profit des rentes privées des firmes transnationales, idéalement anglo-saxonnes), semble-t-il, sa biographie Wikipédia la répertorie comme membre d’un groupe de ce type dirigé par le laboratoire GlaxoSmithKline (GSK) en 2009, le club Avenir de la santé. https://fr.wikipedia.org/wiki/Marisol_Touraine
            Un article d’Agoravox de 2011 relate de la même manière les liens étroits et nombreux des politiciens professionnels français issus des industries de la santé et de la médecine qui, une fois élus ou nommés à des fonctions publiques, oeuvrent pour ces firmes http://www.agoravox.fr/actualites/sante/article/le-club-avenir-de-la-sante-23-105878
            Ceci explique sans doute cela dans les choix réfléchies de Mme Touraine en faveur des uns et au détriment du peuple ?


            • smilodon smilodon 22 décembre 2015 21:30

              @ l’auteur : Marissol, ça va bien !... Elle est là pour s’octroyer une retraite !... C’est bon !... On est des cons mais bon !... Ca va !... Adishatz.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès