Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > La lutte contre la corruption, grande cause nationale ?

La lutte contre la corruption, grande cause nationale ?

L'ONU a décidé d'instituer une journée mondiale contre la corruption lors de la signature de la Convention de Mérida (Convention des Nations Unies contre la corruption), le 9 décembre 2003. A cette occasion, Transparency International publie chaque année son indice annuel de perception de la corruption

JPEG - 60.1 ko
Index de perceptions de la corruption - Transparency International

En 2012, France occupe la 22ème place dans ce classement, et la 9ème des 27 pays de l'Union européenne. Le classement est meilleur que celui de l'année précédente. Mais cela ne tient qu'à la mise à jour de la méthodologie.

En réalité, la situation française est suffisamment préoccupante pour que Transparence International France appelle à faire de la corruption et de l'éthique une grande cause nationale et lance une pétition sur ce thème.

D'autres analyses justifient cette préoccupation. Ainsi, l'examen du système national d'intégrité de la France, met en évidence d'importantes faiblesses.

L'index des corrupteurs classe de 28 pays exportateurs, en fonction des pots de vins versés par les entreprises appartenant à ces pays. La France se situait en 2011 au 11ème rang, qu'elle partageait avec l'Espagne. Ce classement doit être rapproché du rapport de l'OCDE sur l'application par la France de ses engagements en matière de lutte contre la corruption internationale. En octobre dernier, l'OCDE dénonçait une justice entravée dans la poursuite de ces infractions.

Enfin, selon le baromètre mondial publié en 2010, 66% des Français pensaient que la corruption avait augmenté dans leur pays durant les trois dernières années, (65% des Italiens ; 67% des Britanniques, 70% des Allemands, 73% des Espagnols).

Et les institutions ne peuvent faire face à ce défi. Dans une synthèse produite fin novembre 2012 pour une audition parlementaire, le Syndicat de la magistrature dresse un bilan préoccupant des moyens de lutte contre la délinquance financière.

 

Répondant en novembre dernier à l'appel à agir contre la corruption lancé en juin par 82 juristes, la ministre de la justice convient d'une situation dégradée : "Je constate avec vous que la lutte contre la corruption, mais plus largement contre toute délinquance économique et financière a été gravement délaissée ces dernières années". Elle rappelle son souci de l'indépendance de la justice et de la refondation du statut du ministère public.

Le 9 février 2012, dans son discours électoral sur la justice, François Hollande déclarait : "Il règne dans la République un climat délétère, où non seulement les intérêts privés prennent le pas sur l’intérêt général, mais où la confusion des pouvoirs financier et politique aboutit à leur collusion. Les Français attendent l’alternance. Je le sens, je le crois. (...) Donc, si l’alternance est à ce point espérée, attendue, ce n’est pas seulement pour que soit menée — ce serait déjà beaucoup — une autre politique économique, sociale, fiscale, mais c’est aussi pour voir la République renouer avec la morale publique, et donc avec une justice indépendante et avec un Etat impartial. (...). Ce n’est pas seulement la Gauche qui demande un Etat impartial, une justice indépendante, une République respectée, ce sont l’ensemble des citoyens conscients de l’enjeu pour une Nation comme la nôtre."

La journée mondiale contre la corruption aurait été une bonne occasion de prendre des mesures concrètes en rapport avec ces engagements. Occasion manquée.


Moyenne des avis sur cet article :  4.85/5   (27 votes)




Réagissez à l'article

28 réactions à cet article    


  • brieli67 10 décembre 2012 12:32

    Faut réduire le nombre des zeureux élus ! en France

    moins de « petites mains » moins de tentations moins de « servis »

    Exit le Sénat , 150 députés , 3/4 des communes, plus de co-optation pour les structures intercommunales, ces usines à gaz. !


    • Romain Desbois 10 décembre 2012 12:33

      si on interdit le cumul des mandats il y aura plus d’élus pas moins.


      • jef88 jef88 10 décembre 2012 15:24

        quantitativement :
        1 - réduire le nombre de feuilles du mille-feuilles administratif
        2 - revoir la « surface » des circonscriptions pour en diminuer le nombre
        donc moins d’élus...
        qualitativement :
        1- « nul ne peut être juge et partie » un haut fonctionnaire ne doit pas devenir législateur...
        2- pas de cumul des mandats
        3- pas plus de 2 mandats consécutifs


        • Eric P 10 décembre 2012 18:50

          Ah bon ! y-a que les élus qui en touchent ? le privé rend honnête alors ?...


        • Marc Chinal Marc Chinal 12 décembre 2012 12:02

          La « tentation » sera toujours dans la nature humaine, là n’est pas vraiment le problème.
          Par contre, la corruption est uniquement liée au « moyen » de corrompre.
          .
          Commençons à imaginer une civilisation post-monétaire, car tant qu’on utilisera de la monnaie, on devra voler le travail du voisin, qu’il soit de l’autre côté de la rue ou en Chine,
          on sera toujours « corrompu » au meilleur prix, etc.


        • leypanou 10 décembre 2012 15:46

          "La journée mondiale contre la corruption aurait été une bonne occasion de prendre des mesures concrètes en rapport avec ces engagements. Occasion manquée.«  : entre ce que disait le candidat aux présidentielles F Hollande hier ce qu’il allait faire et ce que fait et fera le président de la république F Hollande, il peut y avoir un gouffre, surtout si cela risque de toucher quelques sensibilités, les »bonnes« pas les »mauvaises".

          Et j’ai bien peur que la lutte contre la corruption ne peut rester, au mieux, que des paroles. Pour le moment, ce qui est urgent pour nous, en France, est d’aider à faire partir le président syrien coûte que coûte (dixit le président de la république lors de la dernière Assemblée Générale de l’ONU ).


          • Marc Chinal Marc Chinal 12 décembre 2012 16:01

            Oui mais c’est très dur psychologiquement de s’apercevoir que la corruption sert même les intérêts de ceux qui se croient honnêtes... D’où la note actuelle de votre intervention : -9 ! smiley


          • aimable 10 décembre 2012 17:58

            vaste programme , qui pars du haut de la pyramide jusqu’en bas, a tous les échelons et a tous les étages, on se gausse en FRANCE de certains états mais nous avons devant notre porte une montagne de fumier !!!!


            • Yvance77 10 décembre 2012 18:24

              Si le lobbyisme était pris en compte (c’est de la corruption active pure et simple) les USA seraient rouge Ferrari et la France pas loin !


              • Tipol 10 décembre 2012 20:18

                Le fondement du lobby est de faire de la corruption, c’est le statut de base !


              • alors tous nos gros riches SERAIENT DANS UNE PRISON en OR


              • statut des élus nationaux....surtout


              • appoline appoline 10 décembre 2012 18:51

                L’ONU devrait déjà revoir sa copie en matière de corruption et virer pas mal de ses membres, charité bien ordonnée commence par soi-même


                • Tipol 10 décembre 2012 20:16

                  Et s’ils pouvaient récurer la France des corrompus jusqu’à l’os dans toutes les directions. Il y a beaucoup de monde.


                • Soi même Soi même 10 décembre 2012 18:56

                  Le fait de l’annoncer, 

                  « La lutte contre la corruption, grande cause nationale   »

                  veux tous simplement dire que en veux pas, cela va resté une intention !
                  Un nouveau coup de pub !


                  • Le péripate Le péripate 10 décembre 2012 19:10

                    L’immense majorité des affaires de corruption qui viennent au jour résulte de l’action en justice de proches lors de déceptions sentimentales. C’est dire qu’il ne s’agit que de la pointe immergée révélée lors de circonstances finalement assez exceptionnelles.


                    Pour changer les choses en matière de lutte contre la corruption il n’y a qu’une seule méthode : le corrupteur ne doit pas être puni, seulement le corrompu.

                    Ca serait assez radical. Et de plus le corrupteur est, parfois, aussi une victime. Jamais le corrompu.

                    • Le péripate Le péripate 10 décembre 2012 19:12

                      pointe émergée, bien sûr..


                    • Pyrathome Pyrathome 10 décembre 2012 21:54

                      Et de plus le corrupteur est, parfois, aussi une victime. Jamais le corrompu.....

                      Du style, on a le droit de corrompre mais pas d’être corrompu ??

                      Non mais ça va vraiment pas bien chez toi.....chaque jour qui passe, tu t’enfonces un peu plus dans l’ineptie la plus crasse......t’es vraiment dérangé mon pauvre garçon !!


                    • Joachim 10 décembre 2012 22:30

                      Pyra, en fait il faut lire entre les lignes, c’est un moyen très simple de proposer l’impunité pour tous les groupes privés et catégoriels, qui pourront impunément se livrer à la corruption la plus éhontée, et puis si ça foire, ce ne seront pas eux qui écoperont. Proposition qu’il faut considérer en prenant en compte le pedigree de son auteur, bien entendu. smiley


                    • Pyrathome Pyrathome 10 décembre 2012 23:10

                      Pyra, en fait il faut lire entre les lignes...

                      Oui, j’avais bien compris le message nauséabond !
                      Il leur suffit juste de corrompre les députés qui vont leur voter une belle loi mitonnée aux petits oignons.....le comble du cynisme !!  smiley

                      Les mêmes qui s’abritent derrière leur pire cauchemar.....mais qui le piétinent avec rage !!


                    • Joachim 11 décembre 2012 00:04

                      Ah non pyra, la décla de 1948 est une immonde production marxisto-communo-bolcho-soviétoïde, pour eux, la vraie décla, c’est celle de 1789, celle qui a permis un suffrage censitaire hyper-restrictif dès la Constituante de 1790, Cosette et Zola, sans qu’il n’y ait rien à redire. Quand on leur parle de la déclaration de 1948, mon dieu, c’est l’oeuvre de Moscou, ils oublient juste de dire qu’elle correspondait tout à fait aussi aux souhaits des pays occidentaux, qui avaient tiré les leçons des insuffisances des déclarations de ce type au 18ème siècle. Mais on sait que dans le genre enfumeurs, certains sont passés maîtres.. smiley


                    • Tipol 10 décembre 2012 20:07

                      Quand ils parlent de lutte contre la corruption, ils veulent dire contre les non-corruptibles, contre ceux que toute cette racaille qui implante le malheur sur la planète, en Europe, et en France, n’arrivent pas à corrompre. Leurs opposant résistants...
                      S’ils luttaient contre la corruption dans le sens compris par le peuple, ils devraient tous se faire pendre eux-mêmes au bout d’une corde ; ils devraient expulser presque tous les dirigeants de la vie en France. Inutile de citer les détails des religions corruptrices et des groupes élitistes occultes de corruptions massives ; on les connait, il y a juste à les pendre, c’est tout.


                      • Pyrathome Pyrathome 10 décembre 2012 21:44

                        Votre carte de la corruption, c’est du bidon....( on sait d’où ça vient cet étude, juge et partie...)
                        Pour lire la réalité, il faut inverser les couleurs ? ou mettre tout en rouge écarlate ??
                        Allons, un peu de sérieux, le système dans son entièreté est un vaste panier de corruption et c’est uniquement à cause de cela qu’il arrive encore à tenir un peu, mais plus pour très longtemps...
                        Les bataillons de lobbystes qui écument les couloirs du parlement européen, ceux de Londres, des usa....et ailleurs, on ne les compte pas en tant que tels ??
                        Mais c’est vrai, dans la « novlangue » on ne dit plus corrupteurs et corrompus mais lobbystes et politiques « à l’écoute ».....on ne dit plus propagande mais « communication »...etc..etc


                        • chmoll chmoll 11 décembre 2012 07:08

                          doit avoir une erreur ,où des arrangements entre cols blancs
                          pasque a j’peux dire que sa place doit se situé dans les 15 premiers
                          rien qu’en prenant en compte les détournements de fond ,et enrichissement perso


                          • julius 1ER 11 décembre 2012 09:55

                            En France on parle beaucoup mais lorsqu’il s’agit de passer à l’action,il y a beaucoup moins de monde !!!!! et comme disait Clémenceau qui avait tout compris « Lorsque l’on veut enterrer un problème, on crée une commission ».......................... ;;

                            Alors une journée contre la corruption, c’est un peu comme la journée de la femme, ou la journée sans tabac, on en parle, on en parle et le lendemain chacun retourne à ses occupations et le problème est enterré jusqu’à l’année suivante !!!!!!!!!!!!!!!!
                            En vérité sans réforme profonde dans de nombreux domaines, il ne se passe rien par ex : le non-cumul des mandats , bientôt 30 ans qu’on en parle pour quels résultats ???? quelques chiffres de mémoire donnés par Arte il y a quelques jours ; en pourcentage, Grande Bretagne 1.5% de cumulards, le chiffre le plus bas d’Europe, Pays Scandinaves de 10 à 22%, Allemagne autour de 30% Italie en dessous de 20%, cerise sur le gâteau bien sûr la France avec 65% number One des cumulards et vous trouvez toujours pleins de gens tels Copé pour dire que c’est bien qu’il ne faut surtout rien changer( bien sûr lui-même cumule 3 ou 4 casquettes) et les gens continuent à voter pour ces gens -là ! après cela comment ne pas dire « on n’a que ce que l’on mérite » ...................... ;

                            • eric 11 décembre 2012 10:29

                               Le mélange des genres permet de noyer le poisson. La délinquance financière, ce sont des gens malhonnêtes qui transgressent la loi a leur profit. cela tombe sous le coup de la loi. Il n’est pas toujours techniquement simple de lutter, mais c’est possible. Au final, ce n’est jamais qu’une forme de criminalité. Et puis il y a une puissante force de rappel. Un employe d’une boite vous fait miroiter un rabais maximum en echange d’un pot de vin. Le propriétaire suit son argent et risque de finir par le découvrir. Et puis, dans certains cas, limite, cela frôle le consulting plus que la corruption. Ainsi, dans ma banque russe, l’employé m’a propose de recourir a une ruse pour diminuer légalement mes frais bancaires en échange d’une rétribution.
                              La corruption, c’est on paye quelqu’un qui a un pouvoir sur une décision pour obtenir un avantage, indu ou pas du reste.
                              C’est pour cela que la corruption touche essentiellement des élus et des fonctionnaires. Du reste, les termes prévarication, concussion ne suffiraient pas a cerner l’ampleur du phenomene de l’appropriation de l’etat par ceux qui sont censé le servir.

                              Plus il y a de textes compliques, plus il y a d’argent public, plus il y a de fonctionnaires relativement mal payes par rapport aux avantages qu’ils peuvent ou non légalement accorder sur la base de ces textes trop nombreux et flous, plus la tentation est grande de part et d’autre, d’autant que c’est l’argent de tous le monde, alors....
                              Ainsi, la boutique asiatique du coin de ma rue. Les douaniers ont le droit de traiter son dossier plus ou moins rapidement. Le gros des ventes a lieu pour les fêtes. C’est sur que c’est lui le corrupteur quand il leur propose de l’argent pour qu’ils dédouanent plutôt dans la fourchette basse des délais auxquels ils ont droit, mais d’après lui, c’est sur aussi qu’ils font bien comprendre que rien ne les presse vraiment.
                              Mais tous cela, c’est la partie émergée de la corruption cachée si on peut dire.
                              Quant il y avait encore la carte scolaire socialiste plein pot, 40% des profs de l’EN de la région parisienne recouraient a des dérogations. Comme il y a aussi de bons lycées, cela signifie que la presque totalité des profs parvenaient a échapper a la mixité sociale qu’ils prônent pour les autres. Pas d’argent qui circule, pas de corrupteur ou de corrompus. A la fin, c’est toute la différence entre bénéficier de ce que la république propose de meilleur ou voir ses enfant condamnes parce qu’ils sont dans un ghettos sans espoir. A paris, ou on manque comme ailleurs de creche, les principaux beneficiaires de place qui coutent au contribuable l’equivalent d’une nuit au Hilton sont les employés de la ville.... En tendance, de l’ordre de 70% des fontionnaires votent a gauche. Comme ils ont du temps libre et la sécurité de l’emploi, ils constituent l’essentiel de nos élus ( 70% de fonctionnaires, 40% de profs a l’heure actuelle parmi les ministres de plein exercice).
                              Mais il y a pire encore et c’est sans doute la face la plus cachée de ces phénomènes. La pensée de gauche est une pensée religieuse. Elle a « raison ». Du coup, les agents idéologisés estiment légitime d’utiliser les moyens publics pour faire progresser leurs idées. Cela, indépendamment des choix politiques du peuple. Partout, on les voit exiger de l’argent et refuser le contrôle des élus. dans le domaine culturel, ils expliquent qu’un ministre ne saurait avoir un avis. A l’école, ils sont persuades que leur professionnalisme interdit a qui que ce soit d’avoir une opinion sur les programme, les cours, les rythmes et les affectations dans la carte scolaire. Partout, la note de gueule et appréciation subjective de l’agent de texte incompréhensibles devient le critere d’acces a de nombreux services publics. Parout aussi, les demembrements permettent de façon parfaitement légale de détourner de l’argent collectif sans aucun contrôle. On peut consulter par exemple le site de l’OBRAL sur les subventions associatives dans l’isere...

                              Mettre en exergue la délinquance financière, et même la corruption stricto sensu, est peut être une manière de ne pas parler de l’absence de contrôle démocratique et de transparence dans la dépense publique en général.


                              • Gauche Normale Gauche Normale 11 décembre 2012 14:27

                                Contre la corruption il faut d’urgence décider de la levée du secret bancaire et commercial. Il faut aussi faire la lumière sur les remunerations et dépenses des élus. Et surtout état qui montre l’exemple. Des mesures simples qui permettrait ala francedavoirun classement plus honorable.


                                • Cassiopée R 11 décembre 2012 19:34

                                  Une concentration des richesses et du patrimoine (propriété privée) entraîne à la fois une gestion du pouvoir politique (donc provenant de l’économie et de la finance) et une hausse régulière de la rente qui amplifie au fur et à mesure du temps les dégâts sociaux et écologiques.

                                  C’est par la rente, accumuler des profits de manière continue sans accepter (moralement et en résulats chiffrés) la moindre baisse, par des lois politiques (qui sont pourtant contraire à l’intérêt général) et juridiques (créer une conception du droit pour protéger et faire circuler le maximum d’argent dans la société vers une minorité capitaliste) sont mise en place. Lorsqu’un pouvoir développe la rente comme gestion de la société, il privilégie dans le temps, une minorité capitaliste (épargne privée) au détriment de l’intérêt général.

                                  Après une publicité de départ sur l’essor individuel qui se veut le slogan dans la durée. De grands groupes financiers se sont déjà former pour l’achat de nombreuses propriétés privées, pour implanter les différentes exploitations de leurs investissements dans les divers secteurs d’activités.

                                  La multiplication des grands groupes (à but purement financier en réalité) sur les marchés est là pour créer les conditions d’une compétition agressive qui va créer plus de rente et stabiliser le système de rente dans le temps.

                                  Cette compétition tire vers le bas les richesses vers les citoyens les salaires et autres rares revenus, qui ont été faible dès le début (révolution industrielle du 19ème siècle) et se poursuit, malgré des progrès sociaux nationaux, avec un écrasement des salaires (qui ne suit pas le coût de la vie, hausse des prix) et qui va vers la rente. Un alignement du public sur le privé avant absorption complète du public (services publics) favorise la rente a contrario de l’intérêt général.

                                  L’augmentation constante du minimum de seuil de rentabilité aboutit à une surproduction avec une destruction des écosystèmes (souvent irréversibles) et à une baisse de la répartition du salaire et des droits pour faire plus de profits. En exigeant plus de rendements même s’il y a déjà surproduction et surconsommation et des difficultés sociales et financières pour les citoyens, afin de faire plus de profits pour la rente capitaliste financière.

                                  La rente (l’épargne capitaliste) va encore se développer, avec les intérêts de la rente qui tombe quotidiennement, et les paradis fiscaux qui accentuent ses masses colossales d’argent. La sophistication de la finance, avec ses nombreuses possibilités de faire de l’argent (marginal à l’échelle d’une société ou humaine), non volontairement réguler à l’échelle international et accepter sans débats au niveau national (l’écrasante majorité des citoyens n’existent même pas dans ce type de processus, aussi financièrement) contribue à installer la rente et la développer, pour étendre l’influence financière sur le vivant (marchandisation).

                                  La notion d’écologie ne représente qu’un coût financier, il faut alors à tout prix éviter de payer. Comme pour le social.

                                  La rente, l’épargne privée pour une minorité capitaliste passe par un pouvoir cupide qui compte l’installer dans le temps. Ce qui par la compétition exacerbée va profiter à la rente capitaliste financière, engendre une régression (et/ou une privation) des libertés et des droits des citoyens (comme pour la Chine ou l’absence de contre-pouvoir, un exemple : de coopérative citoyenne), des dégâts sociaux, climatique et environnementaux (irréversibles), pour faire toujours plus d’argent.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès