Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > La menace Bayrou

La menace Bayrou

Il est passé par ici, il repassera par là. Après cinq années de traversée du désert, François Bayrou est de retour. Plus que l'homme du centre, le béarnais veut incarner aujourd'hui une alternative en se présentant, sinon comme au dessus des partis, comme le candidat de l'antisystème.

Pierre Moscovici avait eu le mot juste en évoquant une "drôle de campagne". Dans un contexte où les programmes et idées ne sortent pas des tranchées, tout devient possible.

Face à un Nicolas Sarkozy qui n'arrive pas à remonter, malgré la multiplication des déplacements sur le terrain, des abysses des intentions de vote, François Bayrou incarne de plus en plus le candidat du recours pour une droite qui ne croit plus en son champion. Mais pas seulement. Son credo antisystème est censé en faire également une alternative possible à François Hollande.

Candidat officiellement ni de droite ni de gauche, l'ancien ministre de l'Education a surtout la qualité d'être sur le papier compatible avec les deux camps. L'agrégé de lettres cultive la pensée du cardinal de Retz : "on ne sort de l'ambiguïté qu'à ses dépens". C'est son fonds de commerce. Celui qui devrait lui permettre au mieux d'accéder à la magistrature suprême, au pire de devenir depuis Matignon, dans un esprit d'union nationale, le trait d'union entre les deux camps, dans une France à genoux économiquement. C'est bien tout le paradoxe d'aujourd'hui : François Bayrou apparaît gagnant dans tous les cas de figure.

Et pourtant, que pèse politiquement le président du Modem ? Pas grand-chose. Philippe Crevel sur Atlantico.fr a la formule assassine : "François Bayrou, au fil de ses traversées du désert a appris à voyager de plus en plus léger" écrit-il.

Ambiguïté encore, ambiguïté toujours. Celui qui est censé rassembler a surtout réussi tout au long de son parcours politique à faire le vide autour de lui. Il demeure aujourd'hui encore un homme seul qui n'arrive qu'à attirer, au moins pour l'instant, que des déçus du sarkozysme dans un rôle dont a rêvé un temps Jean-Louis Borloo.

Tout se jouera en fait dans la dernière ligne droite. Si les amis de Nicolas Sarkozy ont la conviction que le naufrage est inévitable, ils prendront la chaloupe Bayrou. Le risque majeur pour l'autre François, celui de Corrèze, c'est d'être Jospinisé, d'être relégué à la fonction de Premier ministre. Car un chef de gouvernement c'est d'abord le chef d'une majorité parlementaire. Or, dans l'hypothèse d'un éclatement de la majorité présidentielle, le PS, bien assis dans les territoires, est en position de force pour remporter les prochaines législatives.

Dans cette campagne où l'on se garde bien de ne dévoiler ses idées qu'à la dernière minute de peur de la contradiction, François Bayrou, comme le croque Ivan Rioufol du Figaro, est devenu "le protestaire muet". Et si pourtant tous faisaient fausse route ? Si à la place d'un vide politique intersidéral basé sur le non dit, les Français étaient en attente d'une réelle offre politique avec ses forces et ses faiblesses ?

Dans ce jeu d'échec, en fin stratège, Nicolas Sarkozy, mise sur une entrée en campagne extrêmement courte mais intense, une blitzkrieg dans laquelle pour sauver son fauteuil il sera contraint de "renverser les tables", de prendre des risques. Bref de ramener la campagne sur le terrain politique au sens noble et ainsi forcer ses adversaires à sortir de l'ambiguïté à leurs dépens. Jamais meilleur que dans l'action le président sortant sait qu'"En amour comme à la guerre, pour en finir, il faut aller au contact". C'est ce que disait avant lui un certain Napoléon.


Moyenne des avis sur cet article :  2.78/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • Robert GIL ROBERT GIL 10 janvier 2012 11:54

    Bayrou, est un politique que l’on voit depuis 30 ans, il a été ministre, il a soutenu des gouvernements qui attaquaient les travailleurs, Bayrou est un notable qui a de grandes idées pour la France mais pas pour les français, du moins pas pour les modestes. Le «  projet humaniste  » du Modem et de Bayrou est un vrai programme de droite. Et par petites touches, François essaie de le vendre aux électeurs........
    http://2ccr.unblog.fr/2011/12/09/bayrou-president/


    • Taverne Taverne 10 janvier 2012 11:59

      Les candidats en présence sont principalement :

      Hollande, imitateur (de Mitterrand),
      Mélenchon, humoriste (mes sketches préférés : les injures aux journalistes),
      Le Pen, épouvantail
      Boutin, épouvantail numéro 2
      Morin, le néant,
      Bayrou, le laboureur,
      Sarkozy, la bestiole, l’ami des riches.

      Aucune bulletin de vote ne rapportant 100 % de satisfaction, pour moi ce sera le laboureur.


      • Jean 10 janvier 2012 15:08

        « il faudra bien se débarrasser des parasites qui assèchent la Pensée et l’Imagination »

        Finissons-en avec les sempiternels « sauveurs » de la France !

        Une autre vision de la société : la démocratie et non un ersatz.
        (en démocratie, dépenses -30%, impôts -30%, endettement -50%)

        Le tirage au sort à étudier sérieusement :
        en finir avec les partis donc les lobbies, groupes de pression sur le législateur.

        Depuis des siècles nous sommes conditionnés à être dominés par des chefs de clan, féodaux, rois, ... ; et aujourd’ hui par l’ oligarchie.

        On se fait croire à nous-même, qu’ il n’ y a pas d’ autre solution, encouragés en cela par l’ oligarchie. Des exemples contraires existent qui fonctionnent bien, démocratie même partielles. Vidéos : voir Etienne Chouard
        http://www.dailymotion.com/video/xlz6kr_debat-entre-etienne-chouard-et-yvan-blot-sur-la-democratie-reelle_news

        Une association : http://www.democratiedirecte.fr/

        Et un parti, à voir : http://www.lepf.fr/

        Avantages : Une démocratie par tirages au sort, élimine le pouvoir des partis donc des lobbies, assure les parités, en particulier hommes/femmes, fait de nous des citoyens (pas qu’ au bureau de vote), élimine l’ aberration de la professionnalisation de la Politique, qui appartient à tous, réduit la délinquance (tous deviennent des citoyens, responsables...), rétablit le naturel instinct de solidarité dans les rues, les quartiers, entre voisins, etc.


      • daryn daryn 10 janvier 2012 12:54

        Sur l’offre politique avec ses forces et ses faiblesses, je vous renvoie à la campagne présidentielle de 2007 où en février il y a un programme PS (les 100 propositions), un programmes complet et chiffré UDF pour Bayrou, et absolument rien chez N. Sarkozy : votez pour moi parce que c’est moi et que j’ai des valeurs. Le programme de NS s’est construit en cours de campagne en fonction de ce qui fonctionnait dans les meetings. Et ça a fonctionné. C’est bien triste mais l’expérience des campagnes ultérieures (législative, municipale, européenne, régionale) montre malheureusement que les programmes comptent bien peu face à l’image nationale des partis et de leurs leaders. Quand des élections locales comme les municipales, en principe les plus ouvertes de toutes, sont traitées médiatiquement comme un match retour des présidentielles il y a de quoi se la mordre...

        Sur la prétendue solitude de Bayrou, il faut bien comprendre que sa démarche s’est appuyée depuis 2006 sur les militants et électeurs, mais structurellement au détriment de ses élus, d’autant plus pour ces derniers que N. Sarkozy a déployé une énergie considérable pour dépouiller Bayrou de ses soutiens (création du Nouveau Centre, soutien appuyé à son opposant lors des municipales à Pau, etc). Bayrou a toujours affirmé que la seule élection qui permette de changer les choses est l’élection présidentielle. Porter une troisième voie dans un contexte bipolaire est déjà difficile lors de la présidentielle, mais devient carrément meurtrier électoralement pour les autres élections si on ne fait pas d’alliances ; ceci explique bien des défections. Dès lors le Mouvement Démocrate est en premier lieu une machine de guerre pour porter FB à la présidence, avec un projet plutôt de centre gauche qui sera une des inspirations (et non pas un carcan) du projet présidentiel. Les soutiens extérieurs de poids ne viendront que quand la soupe commencera à sentir bon, mais ils viendront sans aucun doute. Il n’y a aucune ambiguïté là dedans. En fin de compte cette prétendue solitude est plus une force qu’une faiblesse. On verra bien si les électeurs en jugent ainsi.


        • volpa volpa 10 janvier 2012 13:15

          Belle analyse.


        • Imhotep Imhotep 10 janvier 2012 13:53

          Cet article n’est que le reflet du vide sidéral de la pensée et notamment de celle de Rifol. Ce ne sont que des bons mots vides de sens.

          Bayrou seul ? Ceci est non seulement faux, mais d’un mépris absolu tant pour les 30 personnes qui constituent depuis des années son équipe, que des milliers d’élus et des millions d’électeurs du MoDem (même à 7 % cela fait des millions). Dire que Bayrou reste dans l’ambiguïté est le réflexe des monocéphales qui ne peuvent un instant imaginer que de présenter une troisième voie, sans être le larbin du PS ou de l’UMP ce n’est en aucun cas de l’ambiguïté mais au contraire une position ferme et sensée.
          Dire que Bayrou ne fait aucune proposition, ou de vague allusions est faux et prouve que l’auteur est aussi inculte politiquement que de mauvaise foi.
          Bayrou dans Abus de pouvoir a fait une analyse poussée de la société, notamment de celle que propose Sarkozy, et en creux a fait une offre d’une autre société.
          Pour les Européennes, le MoDem a proposé des centaines de pistes. En 2009 le MoDem a sorti un manuel dans lequel nombre de propositions de sociétés ont été faites. En, août 2011 Bayrou dans son livre, non seulement livre un diagnostic mais en plus ouvre de nombreuses pistes. Au-delà des termes Produite, Instruire et Construire, il y a les grandes lignes d’un projet. Des exemples : ? Dans l’éducation : nommer des étudiants afin de donner un coup de main aux enseignants, analyser comment les 5 % des professeurs les plus performants réussissent afin d’en tirer les enseignements et faire en sorte que cette réussite soit transmise à l’ensemble du corps ensiegnant. En matière de fiscalité : rabot des niches fiscales, créations de deux tranches à 45 et 50 %. En matière de justice : rendre indépendante la justice par un système de nomination du ministre de la justice avec un statut spécial. Rendre la presse indépendante des pouvoirs financiers. Instaurer une taxe financière dont 10 % serviraient aux pays en voie de développement et le reste pour le déficit social. Pour produire Français non seulement mettre un label avec le % de fabrication française, mais inciter les consommateurs à détourner seulement 20 % de ce qu’ils achètent autres que français vers des produits français, faire en sorte que le climat dans l’entreprise s’améliore, améliorer l’image de marque des produits français, orienter ces produits vers plus de qualité et de robustesse, de durabilité… En d’autres mots Bayrou prend les Français pour des êtres responsables et intelligents et les associent au redressement de leur pays.

          Cet article est un tissu de superficialité et de lieux communs sur Bayrou, mais les Français eux jugent Bayrou différemment et bien différemment de Rifol. Quand 51 % des Français donnent leur confiance à Bayrou contre 44 soit un indice de confiance de + 7 loin devant Hollande et surtout Sarkozy, lorsque les Français placent Bayrou en côte de sympathie en 4é position avec plus de 50 % et le premier des 4 candidats, quand les Français à nouveau dans un dernier sondage successif au 2 autres placent à nouveau en cote de confiance Bayrou devant tous les autres il ne peut en aucun cas être seulement la cristallisation des votes blancs contestataires. Ceci est absurde mais fait beau dans un texte car c’est un bon mot. Ces journalistes font comme d’habitude : ils mettent au point une théorie qui satisfasse à leur souhait et ensuite tournent les faits, les tordent pour qu’ils y corresoondent. Ils habillent le tout de mots et ce qui est dans l’essence même faux prend des allures de vérité. Et l’auteur de cet article participe à cette mascarade. Il a peu d’indépendance d’esprit et aucune analyse critique. C’est un mouton bêlant.

          • jean-marc R jeanmarc R 10 janvier 2012 14:10

            Mon Dieu, ainsi donc "ce béarnais veut incarner aujourd’hui une alternative en se présentant, sinon comme au dessus des partis, comme le candidat de l’antisystème.« (sic)

            Avec Peyrellevade, Dassier, au coeur de son équipe, entre autres anomalies ???

            Ma fois, pourquoi pas. Sous hallucinogènes, il doit être possible d’y croire...

            Etant sain de corps et d’esprit, je me permets comme il se doit de le gifler pour cette insulte faite à l’intelligence et au »portefeuille citoyen" des français !


            • Pelletier Jean Pelletier Jean 10 janvier 2012 15:58

              Je crois revivre la campagne de 2007 sur agoravox avec les promesses à venir de nouveaux horizons politiques promis par François Bayrou. on sait comment cela s’est achevé, un beau score et un classement inattendu de 3eme homme.
              Ce sera de nouveau la même chose.
              http://www.over-blog.com/profil/blogueur-984719.html


              • LE CHAT LE CHAT 11 janvier 2012 10:03

                Il n’est menaçant que pour Flamby et le nabot en leur pompant assez de voix pour les empêcher d’être au second tour , mais pour le reste ,cet européiste convaincu ne risque pas de bouleverser le système


                • aliante 20 janvier 2012 21:34

                  comme hollande comme Bayrou la troisième couille molle qui veut refaire le monde avec les capitalistes ,il est là à accuser la dérives sociale au lieu de s’en prendre à la dérive
                  des financiers qui a détruit l’économie ,Hollande et Bayrou c’est reparti pour un chèque en blanc à l’oligarchie
                  la France n’a pas besoin d’alternance mais d’une alternative ;le systeme capitaliste est entrain de détruire ce qu’il reste de droits sociaux et de droits démocratiques

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès