Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > La pensée « gros bras »

La pensée « gros bras »

La campagne politique s’amorce dans un air du temps. Et cet air n’est ni à la tolérance, ni à la discussion, ni aux arguments rationnels. L’ère est à la peur et à l’intimidation. La Bête est comme l’herpès, tapie au fond de chaque société, n’attendant que des conditions favorables pour infecter. Anarchisme, lénino-stalinisme, fascisme, terrorisme sont ses manifestations - par ordre d’apparition à l’image.

Car c’est la montée de l’image, des médias, qui permettent à ces coups de force politiques de s’imposer dans la société. « Dans sa grande majorité, le peuple se trouve dans une disposition et un état d’esprit à ce point féminin que ses opinions et ses actes sont déterminés beaucoup plus par l’impression produite sur ses sens que par la pure réflexion » (Hitler, Mein Kampf). Mots d’ordre et coups de main visent à exploiter au maximum l’effet publicité, relayé par les médias. Qui adorent ça : le 20 heures exige son lot quotidien de scoops. Avec les mêmes schémas éculés : manichéisme, victimisation de sa personne, culpabilisation de l’autre, inversion des valeurs (vous êtes le censeur, pas lui...), rapidité de répartie pour clouer le bec avant toute réflexion - et « plus c’est gros plus ça passe » (Goebbels). Le nervi cherche toujours à se définir en gagnant ou perdant et c’est pourquoi il est impossible d’obtenir de lui le moindre compromis. Plus les organisations sont faibles, plus elles manifestent haut et fort. La propagande remplace le fait, tout ce qui a valeur de choc est utilisé car l’idée ne compte plus, seul compte le mot qui porte, la « petite phrase ».

Aujourd’hui, l’anarchie des banlieues brûle des bus comme « actes gratuits » ; les successeurs de fait des chemises vertes de Dorgères détruisent des récoltes avec des méthodes de SA, au nom de la race pure... des maïs ; les syndicats enkystés dans la fonction publique, à la SNCM, à la SNCF, rejouent le mot d’ordre de Lénine : « Ce n’est pas dans l’intérêt de la liberté que le prolétariat a besoin de l’Etat, mais dans l’intérêt de la suppression de ses adversaires » (L’Etat et la Révolution) ; les intégristes terrorisent les intellectuels par des mouvements de masse orchestrés lors d’« affaires » : voile, caricatures, Benoît XVI ou Redecker ; lesdits intellectuels n’hésitent pas à user de même contre ceux qui ne pensent pas comme eux : Alain Finkielkraut fin 2005, Claude Allègre à l’automne 2006.

gros-bras.jpgLe manipulateur est amoral, volontiers paranoïaque, surtout de mauvaise foi. Il ne cherche pas à convaincre, il intimide. Peu lui chaut l’argument scientifique, ce qui compte n’est pas la vérité mais ce qu’il dit. Le nervi n’a ni le goût, ni les capacités à la recherche, avec ses lenteurs et ses remords, ni à l’expérimentation avec ses hypothèses et ses essais, ses précautions. Il lui préfère le prêt-à-penser, le dogme confortable qui met tout le monde d’accord : le « bon » est avec lui, le « mauvais » est contre lui. Culte du chef, médiatique, idolâtré, ennemi clairement désigné et slogan plutôt que pensée, sont les techniques de base. L’orchestration consiste à répéter inlassablement, même si ce qui est dit est absurde, contresens ou fantasme. « La masse se souviendra des idées les plus simples si elles sont répétées des centaines de fois » (Hitler). Règle évidente : la propagande ne se contredit jamais ; elle se tait sur les points où elle est faible ; elle minimise tout ce qui peut être favorable à l’adversaire. Mieux, elle attaque toujours : elle accuse l’autre pour inoculer le doute, sur le plan de la morale (toujours efficace), sur les craintes fantasmées de l’avenir (intimidation), en rattachant tout ce qui survient à son dogme (sur l’air de « Je vous l’avais bien dit ») - dans un semblant d’unanimité ainsi forcée.

esprits-etroits-selon-oscar-wilde.jpg

Car c’est la violence qui compte dans la pensée « gros bras ». La bêtise macho est par exemple utilisée - par connivence avec les schémas, archaïques mais ancrés, de la population : « Qui va garder les enfants ? ». Il faut « faire peuple » pour laisser croire que « la sagesse des nations » s’exprime : gros bras, grosses moustache, grosses gueulantes. Il faut en référer aux « grands principes » pour rallier les intellos, laissant croire que Dieu lui-même (ou la Raison, ou le fil de l’histoire) est toujours là qui juge et sanctionne les écarts. Pourtant, ce n’est jamais celui qui gueule le plus fort qui a scientifiquement raison. Pourquoi ? Parce que si vous disposez d’arguments rationnels, de faits établis, vous n’aurez nullement besoin de brailler : les exposer suffit. Le rapport de force n’a jamais fait la vérité. Pour imposer, « c’est la même technique qu’en publicité : on enveloppera dans le même papier le savon Cadum et les lendemains qui chantent. » Il s’agit toujours d’obtenir le réflexe conditionné, c’est-à-dire de faire que certain vocabulaire, systématiquement accroché à certains noms, lie à ces noms les sentiments que ce vocabulaire appelle lui-même d’habitude. Prêter ses tares à son adversaire pour que le lecteur n’y comprenne plus rien est également un procédé banal » (Malraux, Adresse aux intellectuels, 5 mars 1948). Déshonorer l’adversaire, être son procureur, rendre impossible toute discussion d’égal à égal. « Ce qu’il faut pour ce mode de pensée, ce n’est pas que l’adversaire soit un adversaire, c’est qu’il soit ce qu’on appelait au XVIIIe siècle : un scélérat. Le son unique de cette propagande est l’indignation » (Malraux).herakles-et-laomedon-de-troie.jpg

Or, il n’y a pas d’autres moyens que les moyens légaux pour exprimer son désaccord - si l’on tient à rester en démocratie. La pensée « gros bras » repose sur ce postulat que la fin justifie tout moyen - le contraire même de la morale démocratique qui place la règle de droit avant toute chose. Ceux qui piétinent la loi sont les mêmes qui dépassent les limites de vitesse en disant : « Moi, je sais conduire. L’accident ? C’est pour les autres. » L’habitude de la violence, par mimétisme, est contagieuse : les syndicalistes imitent les paysans qui imitent les casseurs de banlieues - ou l’inverse. Y mettre le doigt, c’est ouvrir au chacun pour soi, à la loi du plus fort, à la raison par le fusil, la barre de fer ou la caillasse. A ce jeu, les loups gagnent toujours sur les moutons. Il est vrai que la France n’est pas "particulièrement" démocratique mais élitiste, monarchique, autoritaire. Cela vient de loin : de Rome et de l’Eglise, de la noblesse et de son snobisme de classe qui a contaminé au XIXe siècle les bourgeois et aujourd’hui quiconque a un tout petit pouvoir - intellos comme prolétaires. Curé, instit et adjudant ont formé la France de 1914, on n’en est toujours pas sorti dans les têtes. C’est pourquoi les Français en appellent toujours à l’Etat, protecteur et papa, qui les "libère" d’avoir à réfléchir, à produire et à se garder. On a donc ce qu’on mérite, en termes de démocratie.

Car la démocratie, c’est à chacun de la construire, ce n’est pas toujours "la faute des autres". « Je vois un progrès qui se fait et se défait d’instant en instant, qui se fait par l’individu pensant ; qui se défait par le citoyen bêlant. La barbarie nous suit comme notre ombre » (Alain, Propos du 24 avril 1911). Votez, écrivez, surveillez vos élus, manifestez vos idées. Faites changer le droit, mais dans les règles. Il n’y a pas d’autre façon que le droit, en démocratie, car l’état de fait dégénère rapidement en l’Etat c’est moi. Voir Cuba. Voir Chavez. Les coups de main, on sait où ça mène.


Moyenne des avis sur cet article :  3.99/5   (67 votes)




Réagissez à l'article

27 réactions à cet article    


  • LE CHAT (---.---.75.49) 13 novembre 2006 13:16

    article partisan , il faut néanmoins se méfier des sois disant démocrates qui défendent les valeurs républicaines, ils défendent surtout leur job. L’auteur , explique nous comment peut-on influer à titre individuel sur le cours d’une démocratie qui n’est plus que factice ?

    pourquoi seulement cuba et chavez ? que penses tu du comportement d’un debeulyou au cours de ses 6 années à la maison blanche ?


    • (---.---.37.70) 13 novembre 2006 13:18

      BUSH=ROOSVELT BENLADEN=HITLER COLLABOS=COLLABOS


    • LE CHAT (---.---.75.49) 13 novembre 2006 13:40

      BUSH=BENLADEN=HITLER=SHARON=STALINE=MAO=KIMJONGIL je ne pense pas que roosevelt fasse partie du même club


    • (---.---.37.70) 13 novembre 2006 13:43

      Roosevelt à la suite de Pearl habourg à déclaré la guerre à l’Allemagne pour protéger l’Europe, Bush à la suite du 11 septembre à délcaré la guerre à l’Irak pour protégé l’Europe. C’est la même chose, et ceux qui sont contre sont des collabo que l’Histoire jugera.


    • LE CHAT (---.---.75.49) 13 novembre 2006 13:56

      Bush , bien après le 11 septembre , a envahit l’Irak pour y établir un protectorat afin d’assurer l’approvisionement des US en pétrole , cela avec des motifs fictifs et au mépris du droit international . Ceux qui refusent cet état de fait sont les résistants , ceux qui servent Bush et les siens sont à mes yeux les véritables collabos .qu’il n’y ait guère de démocrates au sein des multiples clans qui se déchirent en Irak ne change rien à l’affaire


    • (---.---.37.70) 14 novembre 2006 06:22

      « Bush , bien après le 11 septembre , a envahit l’Irak pour y établir un protectorat afin d’assurer l’approvisionement des US en pétrole »

      Pas besoin d’envahir un pays pour cela..

      « cela avec des motifs fictifs et au mépris du droit international . »

      Il n’y a pas de droit internationnal, seulement des Etats qui passent des accords qu’ils respectent selon leur interet du moment.

      « Ceux qui refusent cet état de fait sont les résistants »

      C’est gens la sont donc pour Saddam (2 millions de morts) et l’embargo de l’Irak, dont on nous a suffisement cassé les oreilles ?

      « ceux qui servent Bush et les siens sont à mes yeux les véritables collabos . »

      Apporter la Démocratie aux Arabes pour éviter une guerre de civilisation, je ne vois pas trop ou est le probléme. C’est bien pour cela qu’on fait venir 360.000 immigrés par ans, ou que l’on veut faire entrer la Turquie en Europe.

      « qu’il n’y ait guère de démocrates au sein des multiples clans qui se déchirent en Irak ne change rien à l’affaire »

      Et le Peuple ? Il a pourtant voté, et même Ségoléne annonce que les choses vont de mieux en mieux en Irak.


    • (---.---.152.129) 17 novembre 2006 09:01

      faux, ce n’est pas Roosevelt qui a déclaré la guerre à l’Allemagne, mais le contraire ...


    • (---.---.37.70) 13 novembre 2006 13:17

      Les français sont dans une logique de lutte de classe. Pour la gauche, l’adversaire est un salaud, il est illégitime, il doit s’écraser et la fermer (et payer). Comment voulez vous qu’une vrai démocratie, comme en Angleterre par exemple, fonctionne ? D’ailleur, lors d’un débats, les français se coupent la parole, car ils sont mal élevés, mais pas les anglais, qui laisse leur compétiteur s’exprimer librement. Car tous les coups sont permit pour « la cause », même le mensonge et la tricherie (voir tout les livre de Foucault, Derrida, Deleuze, Bourdieu, qui sont des inepties batie sur du sable, a la suite de Marx, qui lui aussi savait trés bien qu’il raconté n’importe quoi). Bref, absence d’honneteté intellectuel, illusion d’être dans le camps du bien, que le autres sont des salauds qui bloque le monde idéal..


      • Cédric (---.---.105.22) 14 novembre 2006 10:32

        Et la droite ?

        Cédric

        PS : lorsque vous citez des auteurs, merci aussi de citer les bouquins auquels vous faites références (ou au moins quelques phrases). Je ne vois pas du tout le rapport entre les auteurs sus-mentionnés. Bref, comme l’auteur le rappelle si bien : « les esprits étroits critiquent toujours ce qu’ils ne comprennent pas, pour faire croire qu’ils dominent le sujet, en masquant leur ignorance » (Oscar Wilde). Devrait-on aussi rajouter « le tout avec méchanceté, dans le but d’étaler leur haine d’autrui ».


      • Marie Pierre (---.---.88.151) 13 novembre 2006 13:58

        Très bon article, sur un sujet d’actualités mais écrit dans un esprit d’analyse qui vous caractérise.

        Lorsque vous écrivez « surveillez vos élus », pensez-vous à la proposition de S. Royal ? Car, les « jurés » pourraient se faire avoir par des « gros bras », militants « je-suis-partout ».

        Bien à vous


        • Bernard Dugué Bernard Dugué 13 novembre 2006 15:19

          Intéressant article pour la description d’un état d’esprit actuel, cette propension au coup de force, d’éclat, à la manipulation des lieux communs, des clichés, bref, en phase avec notre époque et très bien (d)écrit, 18/20 mais pour ce qui est des causes, Rome, les curés, les instits, je ne suis pas certain que ce soit là le vrai ressort. Curtius disait que la France est la fille de Rome, et je ne sais plus qui la fille de l’Eglise. C’est surtout une société complexe, avec des maux neutralisant des talents. Bien vue la citation d’Alain. Pour le reste, je crains qu’il faille aussi invoquer l’existence dans un monde artificiel et la nature humaine en société, l’insociable socialibité qui penche vers l’équilibre social ou le chaos des individualismes.

          Attention, effectivement, c’est l’ombre de Pétain et de Mussolini qui hante la France, moins que celle d’Hitler


          • Marsupilami (---.---.224.211) 13 novembre 2006 15:49

            Bon article, et je souscris à la plupart des commentaires ci-dessus, et particulièrement ceux de Marie Pierre et de Bernard Dugué. Mais j’ajouterai que ces « gros bras » actuels sont très... grossis par le tam-tam médiatique télévisuel et n’ont, au fond, rien à envier à la violence et à la propagande qui sévissaient, par exemple, dans la vie politique française au début du XXe siècle. A une époque lointaine où, souvenez-vous, s’affrontaient pourtant d’authentiques idéologies à coups de journaux-torchons, de rumeurs et de diffamations... Rien de très neuf sous le Soleil donc, sinon le considérable effet d’amplification de ces gesticulations de petits bras de la pensée dans l’univers multimédia et le cyberespace...


          • Argoul Argoul 14 novembre 2006 20:46

            A ceux qui m’ont « lu », merci de vos commentaires : oui la démocratie est une lutte d’intérêts, pas un monde idéal. mais oui aussi le respect des règles communes est indispensable pour que la démocratie perdure - et le droit de n’être pas d’accord et de discuter avec.

            C’est là où un ignare n’a pas compris que Castro et Bush ne seront jamais la même chose. Ni que Chavez est un apprenti Castro plutôt qu’un opposant à Bush. Je ne suis pas partisan de Bush - mais je note justement que les électeurs américains viennent de balayer son parti aux dernières élections... démocratiques. Ce n’est certainement pas ce qui peut arriver à Cuba ! Ni ce arrivera au Venezuela si Chavez parvient à changer la Constitution comme il le voudrait bien.

            Je vois aussi que quelques trolls cherchent à se cacher sous l’affectation d’orthographe déficiente. Mais leur pensée tordue les révèle... pour un débat de haut niveau, à leur habitude.


          • (---.---.113.30) 13 novembre 2006 21:00

            « Peu lui scientifique l’argument chaut »:Un coup sur les enseignants, qui se trouvent l’été entier dans l’institut de bain au soleil[« Playa des Ingles » = Université au plage de sable espagnol], n’a nui à aucune campagne électorale gauche. Gerhard Schröder l’a fait avec le coup contre les « Faulen Pauker ».Dans ce sense Royal ce a dit dans la vidéo d’aujourd’hui : « ne heurte pas »(citation initiale :« La pensée « gros bras » », par Argoul 13.11.2006, Agoravox France).

            Re : marsupilami = synagoge(source :« Marsupilami ... Synagoge · Thora »(deutschland.selfip.com))


            • stormy (---.---.209.94) 13 novembre 2006 22:37

              , Bush à la suite du 11 septembre à délcaré la guerre à l’Irak pour protégé l’Europe. Ma foi je t’adore blogueur anonyme.Apparement t’a pas pris acte de la raclée(de la bouche même de ton maitre) subie Outre-Atlantique par tes idoles. La démocratie a certainement besoin des jusqu`auboutistes comme toi, pas capables d’infléchir leurs positions.


              • (---.---.37.70) 14 novembre 2006 06:26

                Quelle raclé ?

                T’imagines tu qu’il est facile de conserver la chambre pendnat 12 ans facilement ? D’autant plus que les Démocrates feront la même politique (avec plus de parlotes).

                Mais il est vrai que pour une partie de la gauche, les arabes sont des animaux, incapables par définition de vivre dans un Etat de Droit et une Démocratie, et que donc Bush est un salaud, forcément..


              • (---.---.162.15) 14 novembre 2006 10:59

                Si je comprends bien, il faut fermer sa gueule, accepter le CPE, les OGM et bien courber la tête. S’écraser. Les experts ont raison, ils pensent pour nous, on a déjà le droit de vote, c’est beaucoup et ça suffit.

                Où donc est la « pensée gros bras » ?

                Am.


                • (---.---.122.128) 14 novembre 2006 11:02

                  Je réagis à ceci ;

                  « Parce que si vous disposez d’arguments rationnels, de faits établis, vous n’aurez nullement besoin de brailler : les exposer suffit ». et

                  « Car la démocratie, c’est à chacun de la construire, ce n’est pas toujours »la faute des autres".

                  Bien sûr mais,

                  La « pensée gros bras » n’est pas une pensée individuelle, une volonté personnelle, La pensée gros bras est une pensée d’intérêts, d’intérêts institutionnalisés, de corps intermédiaires. Nous sommes dans une société de communication où le 4 éme pouvoir, est le pouvoir qui entretient le pouvoir. La pensée raisonnée n’a plus rien à expliquer, soit l’individu proteste soit l’individu subit et s’abstient. Et la protestation c’est « le devoir de résister à l’oppression ». Or juger des moyens de la résistance c’est aussi juger de l’importance de l’oppression..

                  Seul un contrepouvoir aux médias par un autre média peut renouveler le combat pour la raison, et aujourd’hui internet est un espoir pour forcer justement les interrogations.

                  La question n’etait plus de raisonner, la question etait devenue de pouvoir faire raisonner en ayant la possibilité d’interpellations que nous avions perdue. les journalistes n’intérrogaient plus, les médias (les intérêts), les institutions nous assènaient leurs vérités. C’était « la guerre du faux » (Umberto ECCO). S’il n’y pas interrogation, il n’y a pas besoin de raison.

                  Notre démocratie était sclérosée, confisquée, Il faut la reprendre avec les règles que vous citez :

                  « Votez, écrivez, surveillez vos élus (! !!), manifestez vos idées. Faites changer le droit, mais dans les règles. Il n’y a pas d’autre façon que le droit, en démocratie, ».

                  C’est internet qui aujourd’hui permet ce renouveau du combat de la pensée et de la raison individuelle pour la démocratie.


                  • candidat007 (---.---.122.128) 14 novembre 2006 11:03

                    j’ai oublié mon pseudo. Excusez.


                  • guyome (---.---.249.252) 14 novembre 2006 13:56

                    Pour avoir une discution « démocratique », certaines conditions sont nécessaires. Permièrement, une attidude de calme, ou de sérénité - épiphènome d’une connaissance rationnelle des choses- et , bien sur, le temps et parler et d’écouter. Aujourd’hui, les cause anxiogènes pullelent « monter de l’extremisme », « mondialisation », « violences », « immigration ». Les gens ont peur, et attendent un chef qui comme un capitaine de bateau les sauvera du nauffrage. Quand, au temps de parole, qui serai source de débats et d’explications, il est minime. et avec un JT de 38 minutes et des infos de 2 mn. Y’a pas trop a espérer. La pensée gros bras sort les muscles parce que les conditions s’y pretent.


                    • Nathanael (---.---.233.43) 15 novembre 2006 08:08

                      Quel amalgame !

                      Ainsi « délinquants qui brûlent des bus » = écologistes qui fauchent des champs de maïs = grévistes = ceux qui critiquent les propos de Finkielkraut et j’en passe (dont l’allusion « race pure » qui n’est pas du tout innoncente).

                      Finalement, comme vous le dites si bien, plus c’est gros plus ça passe, à la vue des réactions positives engendrées par cet article inepte.


                      • Argoul Argoul 15 novembre 2006 09:16

                        A ceux qui m’ont « lu », merci de vos commentaires : oui la démocratie est une lutte d’intérêts, pas un monde idéal. mais oui aussi le respect des règles communes est indispensable pour que la démocratie perdure - et le droit de n’être pas d’accord et de discuter avec.

                        C’est là où un ignare n’a pas compris que Castro et Bush ne seront jamais la même chose. Ni que Chavez est un apprenti Castro plutôt qu’un opposant à Bush. Je ne suis pas partisan de Bush - mais je note justement que les électeurs américains viennent de balayer son parti aux dernières élections... démocratiques. Ce n’est certainement pas ce qui peut arriver à Cuba ! Ni ce arrivera au Venezuela si Chavez parvient à changer la Constitution comme il le voudrait bien.

                        Je vois aussi que quelques trolls cherchent à se cacher sous l’affectation d’orthographe déficiente. Mais leur pensée tordue les révèle... pour un débat de haut niveau, à leur habitude.


                        • Argoul Argoul 15 novembre 2006 09:18

                          Pour Nathanael spécifiquement : Ce n’est pas parce que vous ne comprenez pas que c’est « inepte », cher Monsieur. Vous accumulez les citations comme si « ça » parlait tout seul, comme si c’était « l’évidence ». C’est justement ça, la pensée « gros bras » : ne pas penser par soi-même, n’aligner aucun « argument » mais se laisser aller à des « gestes » qui pensent pour vous...


                        • aldebaran (---.---.162.39) 15 novembre 2006 11:11

                          Bien écrit avec beaucoup de références culturelles.Une chose me gêne toutefois...sans doute une certaine naïveté « si vous disposez d’arguments rationnels, de faits établis, vous n’aurez nullement besoin de brailler ». Ceux qui essaient de manière rationnelle de faire entendre leurs arguments sont ils écoutés ? Allègre trainé dans la boue et Lomborg menacé dans son emploi pour négationnisme de l’évangile écologiste ambiant. Pendant ce temps, le « Dorgères » arrogant et démago va-t-il en prison comme y va ce malheureux , condamné à un mois de prison pour avoir pissé sur un distributeur automatique de billets ? La violence ne se paie que pour certains dans ce pays où il vaut mieux brûler une voiture que la conduire !

                          Vous avez, semble t il oublié que la démocratie est moribonde dans ce pays où l’égalité des citoyens s’efface de plus en plus devant un système de droits différentiels calqués à coup de discrimination positive rampante.. Rotal l’a benoîtement saisi qui, acculée à sa propre vacuité, attribue ses malheurs au machisme ambiant.. Le fait d’être femme n’est il pas en soit suffisant pour l’exonérer de l’épreuve de l’élection..

                          Et d’ailleurs, Royal, sous des dehors policés ( ce n’est manifestement pas la pensée gros bras !)ne pratique -t-elle pas plus la violence dans le quotidien ( voir sa manière de gouverner) ?

                          Je pense à tous ces prolos à emploi précaire à qui on annonce que la mondialisation est incontournable et que la Commission européenne ne leur veut que du bien. Tout cela est parfaitement policé . Le débat démocratique est pourtant étouffé voire censuré ( voir la campagne référendaire sur France Inter ou dans la plupart des media) Mais ce n’est pas de la violence peut être ?

                          Même si je ne suis adepte de ces relativistes qui considèrent que les mots tuent (le MRAP fait plus contre la démocratie que ne le fait le FN !) je crois , Mr Argoul que la violence n’ a pas toujours de gros bras et que les ennemis de la démocratie ne répondent pas uniquement aux noms de Goebbels et de Lénine !


                          • Nathanael (---.---.233.43) 15 novembre 2006 15:16

                            Hélas, ce n’est pas un billet qu’il faudrait pour commencer à ne serait-ce que cerner tout ce qu’il y a en jeu derrière une voiture qui brûle, mais un livre entier et je ne suis pas sûr d’en avoir la capacité de toute façon.

                            Certains se sont livrés à une première enquête, relative aux émeutes de l’année passée, pour, justement, parler des faits et non des fantasmes : http://www.groupeclaris.org/

                            D’autres aussi : http://atouteslesvictimes.samizdat.net/?p=157

                            De la même manière, le voile est une affaire bien plus complexe qu’une simple fille portant un fichu qu’il est facile de taxer d’islamique - même si cela dispense de réfléchir.

                            Voir par exemple ceci : http://www.tolerance.ca/Article.aspx?ID=71&L=fr

                            Et Allègre, terrorisé par des intellectuels ! Sont-ce aussi des gros-bras-terroristes-lénisnistes ceux qui ont pris la parole après son intervention dans l’Express, sans user d’arguments ? Simplement des chercheurs qui planchent sur la climatologie et qui ont mis en évidence, point par point, que les arguments qu’avancaient Allègre n’en étaient pas, libre à lui de se lancer dans ce type de recherche pour étayer sa thèse, avec de vrais arguments.

                            Voir là : http://www-lgge.ujf-grenoble.fr/actu/Reponse-Allegre.pdf Ou là : http://recherche-en-danger.apinc.org/spip.php?article1456 Ou encore là : http://www.futura-sciences.com/sinformer/o/rechauffement.php

                            Quel lien avec les voitures qui brûlent ? Avec le foulard ?

                            Dois-je encore détailler ? On pourrait faire de même sur les syndicats, sur ceux qui fauchent les cultures d’OGM, mais je n’ai pas que ça à faire, et quelques recherches sur un quelconque moteur dédié vous permettraient rapidement d’avoir une petite idée des choses dont vous parlez.

                            Mais finalement vous lancez la première systématiquement sur ceux qui n’ont pas toujours voix au chapitre, ceux à qui on ne donne guère la parole - mais de qui on parle certes parfois beaucoup, et généralement pas en bien et « défendez » quasi-systématiquement les autres (Allègre, Finkielkraut).

                            Est-ce vraiment étonnant...


                            • Mesnard Lionel (---.---.17.231) 22 novembre 2006 00:12

                              Cet article est bien un amalgame et il serait bon de verifier ses infos avant d’avancer des erreurs, notamment sur Hugo Chavez Frias : La constitution venezuelienne a deja ete changee en 1999 par 71 pour cent des suffrages,et se nomme la 5eme republique. Il s’agit en fait d’une proposition de modification qui permettrait a Chavez de briguer autant de mandats qui lui semblent bon ou un autre..., tout comme la constitution en France ou le president peut se representer x fois. Sauf a se faire recaler par les electeurs, tout comme Hugo Chavez qui a ete elu democratiquement et le sera probablement a nouveau avec un soutien probant des electeurs venezueliens. Et pour la democratie, les prochaines elections presidentielles ont lieues le 3 decembre 2006. La pensee petit muscle est un peu le mirroir de la pensee gros bras...


                              • petit bras (---.---.145.165) 16 décembre 2006 15:07

                                Herpès toi-même, vieux dégoutant.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Argoul

Argoul

Chroniqueur


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès