Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > La petite musique DSK

La petite musique DSK

Une des constantes que l’on peut tirer de l’observation des médias en général, en ce qui concerne leur approche de la politique française, c’est le traitement très différencié qu’ils accordent à Dominique Strauss-Kahn et à Ségolène Royal, et ce depuis plusieurs années. Pourquoi ont-ils, dans leur ensemble, développé une approche quasi inversée de ces deux personnalités politiques et qu’elles peuvent en être les conséquences ?
 
Commençons par DSK. Depuis environ trois ans les médias dominants ont entamé une campagne qui devait initialement changer son image en le faisant connaître sous un jour plus avantageux, puis habituer le public à le voir comme un présidentiable, avant de le propulser vers l'Elysée (1). Et l'accession de ce dernier au poste de directeur du FMI a aidé les médias impliqués dans cette campagne à donner à DSK une stature présidentielle en élaborant une image axée sur la crédibilité, le sérieux, la compétence et la responsabilité alors que jusque là DSK était perçu par beaucoup comme un dilettante, un opportuniste et un séducteur (2).
 
Il n’est pas difficile de s’apercevoir que cette campagne de presse s'appuie largement sur les sondages. Après avoir mis en avant les qualités qu’ils ont attribuées à DSK en tant que directeur du FMI, ces médias ont mandaté des instituts de sondages pour poser des questions d’opinions dont les réponses étaient contenues dans les termes leur propre campagne. Et comme la plupart des gens n'avaient pas d'opinion sur DSK - et beaucoup n'en ont probablement pas encore -, les sondeurs, en insistant un peu - et ils insistent toujours en cas de non-réponse (3) - ont obtenu les réponses suggérées par les nombreux articles publiés sur DSK dans ces médias (4).
 
Ils ont même eu la prudence de mettre en place une opération inverse à l'encontre de Ségolène Royal, en insistant systématiquement sur ses défauts présumés, ce qui a permis aux sondeurs d'obtenir le plus souvent des moins bons résultats pour elle lorsqu'ils posaient les mêmes questions que pour DSK. Ainsi dans cette campagne, elle devenait l’incapable, l’imprévisible et l’ambitieuse irresponsable, tandis que DSK était dépeint en homme raisonnable, compétent, responsable, dont on pouvait attendre qu’il se dévoue à son parti et la France, mais surtout vainqueur potentiel de l’élection présidentielle (4) (alors que les 90 à 80% d’indécis refusent encore de répondre) (5). Quand on connaît leur carrière respective, on se rend compte de la supercherie d’une telle classification.
 
À noter que la notion de changement était absente – et l’est toujours - de cette campagne lancée initialement par les médias de droite qui soutenaient déjà Sarkozy et qui le soutiennent encore (6).
 
Le message des médias était donc très clair et il faisait suite à ce que certains n’ont pas hésité à qualifier de lynchage à propos de Ségolène Royal, c’est-à-dire une tentative de démolition systématique de son crédit politique par la plupart des éléphants du PS, dont DSK, et ce dès le soir de sa défaite (7). Progressivement, c’est l’ensemble des médias dominants, y compris ceux de gauche, qui ont appuyé les attaques des éléphants du PS contre S. Royal et notamment après les tricheries du congrès de Reims qui leur ont permit de placer Martine Aubry à la place de S. Royal (8).
 
Il faut dire propos des médias ce que Maurice Szafran a rappelé récemment, c’est-à-dire combien ils ont « haï » S. Royal dés qu’elle est devenue une figure politique importante, alors qu’elle le devait à un véritable intérêt de la population à l’égard de son engagement (9), intérêt qui est d’ailleurs loin d’avoir disparu puisqu’aujourd’hui elle fait « salle comble » dans toute la France dans le cadre de sa campagne des primaires socialistes (7).
 
Nous avons bien affaire ici à ce que N. Chomsky appelait La fabrication du consentement et qui s’opère à partir de la collusion des médias et des milieux financiers et industriels qui les possèdent, et se développe grâce à un traitement biaisé de l'information au service des élites politiques et économiques ; et ce pour obtenir ou interdire des choix de la part de la population (10).
 
Les médias dominants ont donc fournit un long et répété effort pour éliminer politiquement quelqu’un qui propose de véritables changements et qui avait – et a probablement encore- obtenu le soutient d’une partie non négligeable de la population, et imposer à la place quelqu’un qui a donné la garantie aux élites économiques que la politique qu’ils souhaitent voir appliquer le soit (11), mais qui n’avait aucun soutient au sein de la population.
 
 
 Par Gaël Michel
 
 
 
Notes :
 
1. http://www.observatoire-des-sondages.org/Comment-le-marketing-tue-la.html
2. http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/les-medias-en-font-ils-trop-avec-746
3. http://www.lepartidegauche.fr/editos/arguments/3481-les-sondages-et-la-fabrique-de-lopinion
4. http://www.democratie-socialisme.org/spip.php?article2298
5. http://www.acrimed.org/article2620.html
6. http://www.jennar.fr/?p=1772#more-1772
7. http://www.dailymotion.com/video/xhrmym_pierre-berge-en-ce-moment-les-vrais-primaires-segolene-est-en-train-de-les-faires-elle-remplis-plein_news
8. http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/les-medias-en-font-ils-trop-avec-746
http://www.dailymotion.com/video/xhgar8_affaire-guerini-linge-sale-en-familles-c-dans-l-air_news
9. http://www.dailymotion.com/video/xhkk88_sondeur-vs-zemmour-naulleau-2-pol-onpc-120311-ruquier_news
10. http://fr.wikipedia.org/wiki/Mod%C3%A8le_de_propagande
11. http://www.democratie-socialisme.org/spip.php?article2292
 

Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • egogo 21 avril 2011 13:18

     la peste ou le choléra ? = abstention massive , cqfd


    • Gaël Michel Gaël Michel 21 avril 2011 14:36

      Qui est peste et qui est choléra selon vous ?

      Pour moi, ce serait DSK et Sarkozy, tous les 2 soutenus par les mêmes : le CAC40, les médias dominants, etc.


    • Bloggy Bag Bloggy Bag 11 mai 2011 13:01

      Quelle pauvreté dans l’argumentation : une rengaine aussi fausse qu’éculée.

      Le traitement médiatique (et quels médias d’ailleurs, agoravox n’en est pas un peut être) différent vient de 2 positions différentes : DSK occupe l’un des jobs les plus importants de la planète dans une période de crise. Royal n’est visible que par sa capacité à faire du bruit autour de sa personne, sa région ne lui donnant pas de visibilité nationale et encore moins internationale.

      Royal a été désavouée par les français en 2007, DSK plébiscité par les chefs d’Etat, africains en tête. Ceci explique cela.


    • joelim joelim 21 avril 2011 15:50

      La différence de traitement entre DSK et Royal — que vous soulignez à juste titre tellement c’est le jour et la nuit quand on y pense — est je crois due au fait que le premier est profondément américaniste, et que la deuxième est, parmi les présidentiables qui auraient une chance, probablement celle qui l’est le moins.

      A l’instar de Villepin, écarté suite à une obscure histoire non résolue où est intervenue une agence de services secrets anglaise (listings falsifiés de Clearstream), je subodore qu’un lobbying souterrain existe afin de favoriser les candidats les plus compatibles avec les intérêts des Etats-Unis.

      C’est, en somme, la continuation des procédés anti-communistes mis en œuvre depuis 1945 en Europe (Gladio etc.). Le communisme n’étant plus une menace, ils continuent tout de même sur leur lancée afin de maximiser leurs intérêts financiers, au plus profond mépris de nous autres européens.

      La preuve ? J’en ai pas, mais je rappelle simplement que le discours de Villepin qui a tellement agacé les ricains a précédé la manipulation des listings de Clearstream qui a aboutie à ruiner ses chances à la présidentielle devant l’américano-phile (et même Busho-phile) Sarkozy. Ça mérite réflexion.

      • Pépé le Moco 21 avril 2011 20:58

        On s’en fout du traitement médiatique de ces 2 « oui-ouistes » au référendum pour un projet de Constitution Européenne en 2005.
        C’est 2 oligarques sont des « bons à rien prêt à tout ».
        Au lieu d’en appeler à l’analyse que fait Chomsky sur la fabrique du consentement pour votre sujet, vous feriez mieux d’analyser le traitement de l’information en 2005 lors du référendum, ainsi que la position de votre protégée. A cette occasion, prenez le temps de lire le livre de Raoul Marc JENNARD « L’Europe, la trahison des élites » et vous aurait certainement une analyse plus judicieuse sur le programme proposé par le parti des crétins.


        • tchoo 21 avril 2011 23:09

          Roland Dumas dit que DSK ne serait pas un bon candidat, parce que « pas tellement socialiste »

          si c’est lui qui le dit !

          et heureusement qu’il nous ouvre les yeux, personne ne l’avait vu ! lol !!!!!!!!!!!!!!!!!!


          • ralsac 9 mai 2011 20:57

            Tous les médias parlent de DSK, DSK par ci, DSK par là, haut dans les sondages, meilleur candidat de la gauche...
            Pas sûr que ça représente vraiment ce que pensent les français, surtout quand on sait que que Ramzy Khiroun, conseiller et proche de DSK est chez Lagardère, groupe qui regroupe les marques suivantes :

            Hachette Livre, ELLE, Paris Match, Télé 7 jours, Europe 1, Virgin Radio, RFM, Doctissimo, Fluctuat, Gulli, Canal J, MCM, Mezzo ...
            ainsi que des sociétés de prod comme Maximal Productions qui produit C à dire, C dans l’air, C à vous, C politique ...

            Et des dizaines d’autres.

            Alors forger les sondages et les esprits, c’est pas vraiment difficile pour tout ce ptit monde.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès