Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > La polémique autour de la double casquette d’Eric Woerth n’est (...)

La polémique autour de la double casquette d’Eric Woerth n’est pas close

Jeux de ping pong hier sur Europe 1. Claude Bartolone a réitéré les demandes d’éclaircissement du PS sur la supposée confusion des genres entre les doubles fonctions de trésorier de l’UMP et de ministre du Budget. “Il n’y a pas de confusion possible.” “Avoir ce type d’insinuations profondément injurieuses à mon égard, c’est au fond considérer que la France est une République bananière” a réagi Eric Woerth sur la même radio. Derrière le ministre, les socialistes visent clairement la politique fiscale du président.

L’homme par qui la polémique est arrivée est en l’espèce Christian Eckert. Début décembre lors d’une séance de question au gouvernement, le député socialiste de Meurthe-et-Moselle interpelle (cf vidéo) le ministre du budget : “Monsieur le ministre des comptes publics, vous êtes censé combattre l’évasion et la fraude fiscale. Est-ce compatible avec votre fonction d’animateur du club des financeurs de l’UMP ? N’y a t-il pas là, sinon conflit d’intérêts, pour le moins confusion des genres ?” La réponse du ministre loin de calmer le jeu, l’avait enflammé : ” Vous confondez tout ! Il n’y a pas de problème entre ça, pas de confusion des genres. Je ne sais pas ce que vous essayez de démontrer avec votre question stupide.”

Stupide ? L’adjectif est un peu fort. On ne fera pas grief à Eric Woerth d’être complaisant avec les fraudeurs ou les évadés fiscaux, le ministre fait ce qu’il peut pour tenter de faire rentrer quelques piécettes dans les caisses de l’Etat. La vraie question est de savoir pourquoi celles-ci sont désespérément vides. A cet égard, il est difficile de nier que la politique fiscale de Nicolas Sarkozy est clairement marquée en faveur des classes possédantes.

Claude Bartolone porte donc le fer sur la plaie lorsqu’il décrit le ministre du budget comme le “chargé du bouclier fiscal et d’un certain nombre d’aménagements de niches fiscales.” Les principaux bénéficiaires de ces dispositifs constituent naturellement en grande partie les principaux soutiens financiers de l’UMP. Leurs intérêts sont étroitement liés. Le 6 décembre dernier Nicolas Sarkozy et Eric Woerth les recevaient pour un cocktail de remerciement au Bristol . Des petites sauteries réitérées tous les six mois pour conserver et entretenir le lien avec des généreux donateurs qui versent entre 3.000 et 7.500 euros (le maximum légal) par an au parti présidentiel. Un lobbying à double sens où l’on s’assure de la défense de ses intérêts respectifs avec en tête, la perspective de 2012.

A la mi-décembre, sur le constat que la France “est le seul pays d’Europe où le ministre du Budget est en même temps officiellement collecteur de fonds pour le parti qui détient la majorité“, le groupe PS à l’Assemblée avait déjà annoncé le dépôt d’une proposition de loi sur ce cumul de fonctions.

Du côté de la majorité on rétorque en parlant de mauvais procès, affichant une attitude décomplexée sous prétexte de mettre fin à une hypocrisie passée. “Je ne confonds rien, je ne fais aucun chevauchement” se défend Eric Woerth qui estime que, “avoir ce type d’insinuations profondément injurieuses à mon égard, c’est au fond considérer que la France est une République bananière.”

Conséquence insoupçonnée du réchauffement climatique, de plus en plus nombreux sont ceux qui partagent le sentiment que nous assistons à une tropicalisation de la république. Un sentiment résumé par le député PS Eric Fréron dans les colonnes du site Le Post.fr : “Il est totalement anormal, anti-républicain et profondément injuste qu’Eric Woerth occupe ces deux fonctions. C’est très grave. Mais le pire, c’est que j’ai l’impression qu’au gouvernement, ils finissent par ne plus être outrés par cette confusion des rôles. D’une manière générale, c’est une façon de gouverner la République qui dérape de plus en plus…

 
 

Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (20 votes)




Réagissez à l'article

13 réactions à cet article    


  • linus20024 linus20024 5 janvier 2010 10:26

    L’utilisation du qualificatif « stupide » par Eric Woerth est parfaitement révélateur de son état de fébrilité concernant sa double casquette de ministre et trésorier.
    On n’est pas capable de répondre à la question donc on s’en prend à l’intelligence de son contradicteur et on l’insulte. La méthode est couramment utilisée pour couper court à une polémique ou à une question gênante et renvoyer l’adversaire dans ses 22 mètres.
    Sauf que là ça ne marchera pas car comme le dit Bartolone, c’est bien tout la colonne vertébrale de la politique fiscale de Sarkozy qui est en cause. Politique fiscale devenue franchement intenable vu la situation des déficits publiques.
    Quelqu’un sait-il au fait si suite au grand emprunt (!), la France a toujours sa note triple A vis-à-vis des agences de notation ? Il parait qu’on a été déclassé suite à cela.


    • Fergus Fergus 5 janvier 2010 14:59

      @ Linus.

      Parler de politique fiscale et d’Eric Woerth amène tout naturellement à évoquer le cas de... Florence Woerth, épouse du minstre et gestionnaire de patrimoine. Parmi ses clients figure... Liliane Bettencourt et quelques autres gros portefeuiles. Autrement dit des gens qui, régulièrement, négocient avec... l’administration fiscale au plus haut niveau.

      Le conflit d’intérêts est donc double chez les Woerth, ce qui constitue un cas particulièrement scandaleux et inadmissible.

      Concernant le « grand emprunt », il semble que la France ait limité son emprunt précisément pour rester dans les clous de la note AAA.


    • Arnes Arnes 5 janvier 2010 11:34

      Mr Bartolone est plutôt mal placé, étant lui même un cumulard !

      Ceci dit, si notre parlement était à l’image du parlement britanique, à chaque intervention d’Eric Woerth, un député devrait se lever pour lui demander s’il parle en tant que ministre du budget, en tant que trésorier de l’UMP ou comme maire de Chantilly. De préférence, choisir un député non cumulard pour cette intervention, ce qui risque d’être difficile à trouver !!


      • Christian Delarue Christian Delarue 5 janvier 2010 12:09

        Eric W est l’une des pièces maîtresse du sarkozysme qui met en opposition les différentes fractions du peuple-classe sur fond de déclassement global le tout au profit de la classe dominante.


        • JL JL 5 janvier 2010 13:59

          "Avoir ce type d’insinuations profondément injurieuses à mon égard, c’est au fond considérer que la France est une République bananière” (Eric Woerth )

          Oui, je confirme. Je crois qu’une république qui accepte que son ministre des finances soit en même temps trésorier d’un parti politique est une république bananière ! Et moi je n’accepte pas que la France devienne une république bananière !  smiley


          • Voris 5 janvier 2010 14:40

            Plutôt que l’interdiction du port de la casquette à l’envers, il faudrait interdire le port de la double casquette en politique.

            Plutôt que d’interdire le verlan, interdisons la langue de bois et le mensonge en politique !

            Interdisons aussi de marcher sur la tête !


            • JL JL 5 janvier 2010 14:56

              @ Voris : excellent !  smiley


            • TSS 5 janvier 2010 16:50


              les repentis des banques suisses n’auront qu’à verser directement leurs rappels au tresorier de

               l’Ump cela evitera des transferts de caisse à caisse... !!


              • clostra 5 janvier 2010 17:10

                Mieux encore : il pourra rassurer tous ceux potentiels qui ne figurent pas sur cette liste !

                Je n’ai rien à y perdre mais je trouve ce monsieur infecte.


                • Kim Kim 5 janvier 2010 18:27

                  Espérons qu’il n’y a pas de vases communiquants.


                  • clostra 5 janvier 2010 19:35

                    Hi hi hi Hi hi hi Hi hi hi


                  • zadig 6 janvier 2010 06:02

                    Affaire du fichier.

                    A propos du fichier de HBSC (branche suisse) je trouve le comportement
                    de Eric Woerth curieux ( suspect ? )
                    Ou en sont les investigations ?
                    Pourquoi ne pas faire profiter les autres pays des données concernant leurs ressortissants ?.

                    L’ Allemagne a bien utilisé sans complexe des données obtenues par un agent secret.
                    Ces données concernaient des comptes hébergés par des banques du Liechtenstein.

                    Et si par « hasard » des membres du gouvernement étaient détenteurs de comptes en Suisse.


                    • zadig 6 janvier 2010 07:10

                      Les exilés.

                      Il faudra bien soulever un jour le problème des « exilés »

                      Je lis chaque jour le presse suisse. Sur le sujet les sous entendus y sont fréquents.
                      Parfois le sujet est traité ouvertement. Voir le lien

                      LeTemps.ch | La Suisse, ce doux refuge fiscal

                      Après tout un avocat spécialisé dans ce genre d’opération est bien devenu président ..........

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès