Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > La police tente de forcer le blocage des lycéens de Voltaire

La police tente de forcer le blocage des lycéens de Voltaire

Résultat : les policiers repartent en emportant les poubelles, l’établissement est fermé administrativement et les lycéens poursuivent plus que jamais le mouvement, aux côtés des enseignants et des parents d’élèves, plus mobilisés que jamais.






Ce matin, 7 h 15 au lycée Voltaire, Paris 11 : les lycéens préparent activement le blocage de l’établissement, prenant le relais de trois semaines de blocage par les professeurs. La police arrive et, alors que d’ordinaire les forces de l’ordre assurent une présence discrète, de manière à pouvoir éventuellement intervenir en cas de dérapages (qui ne se sont jamais produits), elles ont cette fois très visiblement décidé de jouer la carte de la tension et interviennent de manière plutôt musclée - et il semble que ce fut également le cas dans nombre d’établissements scolaires en mouvement dans l’Est parisien.

Cela commence par un relevé systématique des identités des lycéens, contrôle assorti de la menace pour chacun d’une plainte pour "vol de poubelles". C’est que les lycéens utilisent les poubelles présentes sur l’avenue de la République, qui longe la cité scolaire, pour marquer la réalité du blocage. Manu militari, les policiers écartent les poubelles, non sans manier l’insulte. En réaction, les "petits cons" s’assoient sagement devant l’entrée de l’établissement. La manœuvre semble déplaire à la commissaire qui donne l’ordre à ses hommes de déloger ces jeunes insolents, attrapant tel ou tel jeune par les pieds et le tirant sans ménagement sur le sol.

Très vite, et devant les protestations véhémentes des nombreux professeurs présents sur place, et bientôt de quelques parents appelés à la rescousse, les policiers renoncent et optent pour une nouvelle stratégie. Mais de toute évidence, l’objectif reste le même : créer la tension et obtenir le débordement violent. Postés en rang serré devant les lycéens, tel jeune qui s’attarde en dehors du périmètre défini par la commissaire, par exemple parce qu’il arrive sac sur le dos pour se rendre en cours, est aussitôt bousculé par trois ou quatre uniformes et ramené sans ménagement au sein du troupeau, provoquant aussitôt et inévitablement la réaction de lycéens, professeurs et parents de plus en plus énervés par ces provocations.

Face à l’escalade de la tension et à la menace d’un dérapage, le proviseur du lycée obtient du rectorat, en échange de la fermeture administrative du lycée, le départ de forces de police pour le coup créatrices de désordres. Les policiers remontent dans leur camion et quittent les lieux, non sans emporter avec eux les poubelles du quartier sous les huées de lycéens moqueurs et triomphants.

Au-delà du comportement des autorités qui, après des semaines de mépris pour des revendications qui s’expriment légitimement, jouant la carte de l’enlisement d’un mouvement qui au contraire ne fait que prendre de l’ampleur, jouent à présent celle de la répression et du dérapage dans la violence, il faut noter le sens aigu des responsabilités dont ont fait preuve les jeunes lycéens en ne répondant pas aux provocations des policiers. Parent, j’ai été très fier de leur comportement collectif irréprochable.

Bien entendu, de tels événements ne pouvaient que renforcer la colère et la détermination de tous ceux qui y ont assisté, comme de ceux qui arrivant ensuite ont pu mesurer l’ampleur de notre émotion devant ces pratiques inadmissibles. Nous appelons, en réponse, tous les parents, élèves et enseignants, à se mobiliser encore davantage pour une école publique de qualité, et notamment demain à partir de 17 heures, devant le lycée, pour une opération "Colère Noire" - lire aussi le tract...


Plus d’infos sur le blog des parents


Moyenne des avis sur cet article :  3.24/5   (34 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • tvargentine.com lerma 11 avril 2008 10:43

    Franchement,c’est hyper nul vos manifs,cela a un coté ringard,surtout quand on sait que la plupart des "grévistes" ne pensent qu’à leur petit interet individualiste et ne pense pas au reste de la population

    Les forces de l’ordre ont raison de restaurer le respect et la loi,car nous voyons bien un vrai de primaire adorateur du TSS instrumentaliser ces povres petits cerveaux liquides qui ne ratent jamais la TV réality

     

     


    • BenG BenG 11 avril 2008 12:20

      Lerma...

      Je lis toujours vos interventions avec un intérêt non dissimulé, et je suis toujours épaté de la finesse de vos positions et de la substilité de votre argumentaire, subtil mélange de recul et d’analyse pertinente, d’objectivité dépourvue de tout esprit partisant... Une fois de plus, je ne suis pas déçu... Continuez comme ça...


    • Cris Wilkinson Cris Wilkinson 11 avril 2008 12:35

      Cette histoire de lycée bloqué ressemble comme deux gouttes d’eau, à l’histoire de fac bloqué que l’on a eu il n’y a pas si longtemps. Trois clampins, enchaine une porte et un lycée de 2000 élèves se retrouvent bloquer et de facto dit en grève.

      Quand on a manifesté contre le "SLIP" de Balamou, on n’a jamais bloqué les facs. Il y avait 80% de gréviste, cela faisait que les 20% qui voulait aller en cours y allait, mais les profs ne faisaient pas cours, car il n’y avait pas assez d’élèves. Ca c’était une vraie grève.


      • karewjoe 11 avril 2008 12:45

        L’intérêt d’un état corrompu et incompétent, est de fabriquer des agneaux dociles, craintifs et dépendants plutôt que des super citoyens ambitieux, courageux et autonomes.

        Amputer les moyens de l’éducation (idem santé, emploi, etc.) participe de cette stratégie avilissante pour protéger l’oligarchie en place.

        Les économies se font là où on manque de postes (écoles, hopitaux, rural, ...), pas là où l’on devrait dégraisser (train de vie et privilèges des élus et hauts fonctionnaires).

        On précarise et culpabilise les classes faibles et moyennes, on émascule les concurrences de la nouveauté, on pouponne et sanctifie les parvenus nantis, les situations de rente.

        Ce ne sont pas les meilleurs qui constituent l’élite, mais les plus fielleux bonimenteurs et magouilleurs.

        Le propre d’un escroc est d’afficher séduction et probité.

        Triomphe des apparences, victoire de l’idiocratie de masse : société de la pub et de la com, terre bénie pour les imposteurs.

        La prédation a du bon, mais un troupeau de gazelles conscientisées, peut parfois défaire une bande de hyènes déguisées en bergers.

         

        Il est à prévoir, à l’inverse de la tendance générale, une augmentation des moyens et des primes des forces de répression du pays, histoire de chatouiller dans le sens du poil, leur fidélité et leur zèle à leur maîtres.


        • Soleil2B Soleil2B 11 avril 2008 17:26

          Seb 59

          - Pour juger de l’opportunité d’une grêve des lycéens, il faut être allé à l’école.......................


        • valere valere 11 avril 2008 14:55

           Surtout que les flics sont super entraînés depuis le tabassage en règle de journalistes et de manifestants, lors du passage de la flamme olympique.

          Vive la Démocratie, vive la France !!!


          • Victor Rugueux 13 avril 2008 18:38

            @
            Hihihihi vous avez une singulière façon entre autre de plaquer vos barrés et ce au regard de votre avatar, je tiens à vous préciser que ce n’est point une canne à pêche que vous avez sur l’épaule…

            Merci pour vos interventions aussi gouleyantes que du gros rouge qui tache et tout aussi inutiles pour un palais normalement constitué.

            Je vous souhaite d’amuser les poissons lors de votre prochaine prestation " musicale ", en poussant à défaut de chansonnette, le bouchon toujours un peu plus loin vers de singulière cimes exempte d’une once de conscience, voir à défaut de poisson caressez l’espoir fou, au moins de distraire les vers de vase…

            Bien le bonjour chez vous pshittttttttttt

            Merci à l’auteur pour ce témoignage et pour le message : ne succombez pas aux provocations policières pour une lutte digne et efficace…


          • Vurca Vurca 13 avril 2008 12:21

            Normalement, avant qu’un lycée ne se bloque, les représentants de L’AG prennent contact avec l’administration. C’est celle-ci qui décidera d’une intervention des forces de l’ordre ou pas. Mais ce que l’on peut lire ici est l’expression d’une contestation contre laquelle les policiers ont essayé de lutter. 

            Je ne peux pas dire que l’article soit totalement impartial, mais merci pour vos écrits :)

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès