Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > La politique de l’Autruche du Caucase

La politique de l’Autruche du Caucase

 Le Kosovo est-il ou non un précédent justifiant l’indépendance de l’Ossétie du Sud et de l’Abkhazie ?

Si oui, cela a deux conséquences :

1/ la décision de Moscou de reconnaître l’Ossétie du Sud et Abkhazie est légitime ;

2/ cette configuration va se renouveler dans d’autres endroits nous remettant en difficulté.
 

Si non, eh bien nous voilà rassurés ! Le Kosovo est un cas unique, une exception, une parenthèse dans l’Histoire et nous pouvons continuer à vivre bien au chaud, dans la vieille Europe, à l’abri de toutes les vieilles frontières du monde !

Dans la presse, fleurissent aujourd’hui des articles disant, pour résumer, que la situation en Ossétie n’a rien à voir avec celle du Kosovo, que le Kosovo ne saurait être présenté comme un précédent.

Qu’en est-il vraiment ? Le Kosovo est-il un cas unique et sinon comment traiter les autres situations semblables ?

 Quels sont les arguments avancés pour dire que la situation du Kosovo diffère de celle de l’Ossétie ?

1/ Pour le cas du Kosovo, il y a eu une intervention internationale, pour l’Ossétie du Sud, un seul pays est intervenu.

2/ La guerre au Kosovo s’est faite avec l’aval de l’ONU, pas celle en Ossétie du Sud.

3/ L’indépendance du Kosovo a suivi une phase de négociations entre les acteurs ; c’est à l’issue de celle-ci et de son échec que le Kosovo a proclamé son indépendance.

4/ L’indépendance du Kosovo est la suite logique des souffrances infligées aux Kosovars, souffrances qui ont entraîné l’intervention de l’Otan.

Ces arguments sont-ils recevables ?

1/ Celui de la dimension internationale de l’intervention au Kosovo.

Je ne pense pas qu’une intervention militaire devienne plus légitime lorsqu’elle est internationale que lorsqu’elle est nationale ! Voilà un argument, on ne peut plus bizarre, surtout lorsqu’il émane de gens se présentant comme des « spécialistes de politique internationale ». On frémit en pensant à ce que doivent être les arguments des non-spécialistes !

L’attaque de l’Irak par l’Amérique, lors de la seconde guerre du Golfe était internationale. Ça ne la rend aucunement légitime. D’ailleurs l’Amérique prétendait tirer la légitimité de son action, non du fait de sa dimension internationale, mais du fait de la présence supposée d’ADM (Armes de destructions massives). La dimension internationale de la seconde guerre du Golfe était une conséquence de sa prétendue légitimité, certainement pas la cause.

Inversement, quand, en 1979, le Vietnam met fin à la dictature du sinistre Pol Pot et par là même à l’un des plus monstrueux génocides de l’histoire contemporaine qui fit 2 millions de morts dans un pays qui en comptait moins de 8 millions, même si le Vietnam était seul, on est en droit de considérer que son intervention était légitime !

2/ L’intervention au Kosovo s’est faite avec l’aval de l’ONU, pas celle en Ossétie du Sud.

Cet argument est tout simplement faux ! Le déclenchement de l’intervention de l’Otan au Kosovo n’a jamais reçu aucun feu vert de l’ONU. L’ONU s’est entendu sur la manière d’administrer le Kosovo après la guerre. Elle n’a jamais donné son aval, ni au déclenchement de celle-ci ni à l’indépendance de la province !

Au contraire, l’intervention russe en Ossétie était conforme à un accord inter-étatiques, signé par la Géorgie ! Accord liant les Etats concernés absolument absents dans le cas du Kosovo !

3/ L’indépendance du Kosovo a suivi une phase de négociations entre les acteurs ; c’est à l’issue de cette négociation et de son échec que le Kosovo a proclamé son indépendance.

Le fait qu’il y ait eu négociations ne démontre pas l’existence d’une volonté de s’entendre entre les acteurs ! Dès le début des « négociations », la partie albanaise a clairement exprimé qu’elle souhaitait l’indépendance. Rester à faire échouer les négociations, ce qui est à la porté de n’importe qui !

Cet argument serait recevable si l’on savait démontrer que, dans le cas de l’Ossétie, il a existé une possibilité d’entente entre Géorgiens et Ossètes qui n’existait pas entre Albanais du Kosovo et Serbes. Or, ce n’est absolument pas le cas, puisque les facteurs qui ont déclenché la guerre sont les mêmes : privation des droits culturels des deux peuples : Sud-Ossètes et Albanais du Kosovo, suite à la désintégration des empires qui les hébergeaient.

4/ Sur les souffrances des Kosovars : les Ossètes n’ont-ils pas souffert sous l’occupation géorgienne ? La souffrance d’un peuple est-elle proportionnelle à la taille de l’occupant ? Là encore, voilà des considérations à peine dignes du Café du Commerce qu’il est scandaleux de lire sous le plume de gens qui se prétendent « spécialistes » de la question !

Qui croit vraiment à ces arguments ?

Dans le camp occidental, visiblement pas tout le monde ! Il est notoire qu’après l’indépendance du Kosovo ; de Chypre à l’Espagne, de la Géorgie (!) à la Moldavie, comme par hasard tous les pays qui se trouvaient dans une situation similaire à celle de la Serbie (Pays basque pour l’Espagne, Chypre-Nord turque pour Chypre, Abkhazie et Ossétie du Sud pour la Géorgie, Transdniestrie pour la Moldavie) ont refusé de reconnaître l’indépendance du Kosovo, admettant donc implicitement que celle-ci constituait bien un précédent dangereux pour eux !

Trouver la Géorgie parmi les Etats qui ont refusé de reconnaître l’indépendance du Kosovo n’est-il pas la meilleure preuve que la situation de celui-ci ne différait pas fondamentalement de celle de l’Ossétie !? Si vraiment les situations étaient si différentes, si vraiment elles n’avaient rien à voir, alors pourquoi la Géorgie alliée des Etats-Unis n’aurait pas reconnu l’indépendance du Kosovo ?

Et après, que va-t-il se produire ?

L’indépendance du Kosovo a brisé un tabou : celui de l’intangibilité des frontières, dans laquelle la Russie s’est engouffrée ! Le fait que les deux premières puissances militaires du monde, donc celles qui en théorie ont le moins à craindre d’actions militaires extérieures aient outrepassé cet interdit, démontre simplement, qu’elles aient raison ou non sur le fond, que ce tabou de l’intangibilité des frontières existantes, sorte de « Ligne Maginot de la diplomatie », ne pouvait plus tenir.

Il convient donc de ne plus se crisper sur les frontières existantes ! Au Kosovo, l’indépendance a suivi la guerre, elle ne l’a pas précédée, comme en Ossétie. Au Karabagh, l’indépendance n’est encore reconnue par aucun pays extérieur, cela n’empêche pas que la guerre a déjà eu lieu ! Par conséquent, s’arc-bouter sur les frontières existantes, proclamer haut et fort qu’elles sont intouchables ne protège nullement de la guerre ! En plus, quand vous le faites pour la Géorgie après vous être assis dessus pour la Serbie, ça n’est vraiment pas sérieux !

La logique, le bon sens, voudrait aboutir non à la reconnaissance de toujours plus d’Etats, mais à des regroupements intelligents.

Par exemple, pour l’Ossétie du Sud, Abkhazie, objectivement les deux cas sont différents.

L’Abkhazie est, de par son histoire, la longue existence d’un Royaume abkhaze bien plus ancien que celui de France (!), un pays à part entière et doit être reconnu comme tel.

L’Ossétie du Sud, elle, a vocation à rejoindre l’Ossétie du Nord dans la Fédération de Russie et tant pis si ça brise de nouveau le tabou des frontières à partir du moment où cela participe d’une décision sensée.

Le Karabagh, cette province d’Azerbaïdjan peuplée d’Arméniens et détachée de facto de l’Azerbaïdjan n’a pas de raison de rester indépendante. Sa vocation historique et politique et de faire partie de l’Arménie, et tant mieux si cela fait bouger les frontières !

Pourquoi vouloir à tout prix rattacher Chypre-Nord à la République de Chypre, à travers des plans de paix tellement vaseux qu’ils ont été rejetés par des majorités écrasantes d’électeurs, pire que certains referendums européens ! Cela avec raison, pour que Chypre-Nord accepte de revenir dans Chypre, l’ONU avait fait toute une série de concessions aux turcophones totalement inadmissibles par le reste de l’île. La solution naturelle est de partager Chypre entre la Grèce et la Turquie sur la base de la ligne de démarcation actuelle ! Évidemment ça change les frontières ! Mais là, comme au Karabagh, pourquoi craindre la guerre ? Elle a déjà eu lieu !

Au Kosovo lui-même : les parties Nord et Sud du pays sont peuplées de Serbes et pourraient légitimement se détacher. Une solution, pour solde de tout compte pourrait être que la Serbie reprenne cette partie nord du Kosovo, sauvant ainsi la face, en échange d’une reconnaissance de son indépendance !

Alors ! Quand est-ce qu’on se décide à arrêter de se cacher dans les jupes de nos vieilles frontières ?


Moyenne des avis sur cet article :  4.33/5   (42 votes)




Réagissez à l'article

27 réactions à cet article    


  • Vincent Perrier-Trudov Vincent Perrier-Trudov 9 septembre 2008 12:21

    Je pense sincèrement que, dans cette affaire, l’Occident se trompe sur toute la ligne. Outre cet aspect juridique sur la transgression ou non du droit international par la Russie, dont j’approuve les conclusions, je pense que les vrais enjeux sont là.


    • Julius Julius 9 septembre 2008 12:41

      Pensez-vous réellement que l’occupation Russe de la Géorgie est la conséquence de l’indépendance du Kosovo ? Pensez-vous que les Russes n’auraient pas attaqué la Géorgie si le Kosovo est encore attaché à la Serbie (et la guerre entre Serbes et Kosovars continue) ?

      Je suis convaincu, que le Kosovo a servi (au maximum) comme un prétexte. Sans Kosovo, la Russie aurait trouver un autre prétexte. Et elle trouver de telles prétexte la prochaine fois, en Ukraine, Moldavie, etc Tant que nous réagissons avec l’apaisement.


      • Vincent Perrier-Trudov Vincent Perrier-Trudov 9 septembre 2008 14:07

        Jusqu’à preuve du contraire, et de la bouche même de Sakaashvili, c’est la Géorgie qui a attaqué la Russie, et non l’inverse


      • Julius Julius 9 septembre 2008 14:12

        > Jusqu’à preuve du contraire, et de la bouche même de Sakaashvili, c’est la Géorgie qui a attaqué la Russie, et non l’inverse

        Combien de soldats Georgien ont franchi la frontière Russe ?


      • ASINUS 9 septembre 2008 15:47

         bonjour , outre que la Russie n agit pas differement de l autre Empire dans ce qu il considere comme " sa sphere" pourquoi voudriez vous que la Russie invente des pretexte quand l inconsequence ou la duplicité US lui en fournit gratuitement.


      • Vincent Perrier-Trudov Vincent Perrier-Trudov 9 septembre 2008 16:02

        Quand on attaque les soldats de maintien de la paix d’un pays dont on est frontalier, qui assurent la sécurité d’une population depuis plus de 15 ans, dans la nuit, au moment même de l’ouverture des jeux olympiques, que l’on tue une vingtaine de soldats et que l’on fait une centaine de blessés, on agresse ce pays.

        Surtout quand les troupes qui bombardent la caserne en pleine nuit étaient les mêmes qui patrouillaient avec ceux qu’ils ont massacré.

        Vous pourrez retourner le problème dans tous les sens, trouver toutes les pseudo-excuses possibles, dans cette affaire, la Russie - bien que 100x plus puissante que la Géorgie - était la victime. Et Sakaashvili l’agresseur.


      • ronchonaire 9 septembre 2008 16:11

        Peu importe ! L’argument de la légitime défense a tenu pendant trois jours mais cela fait des semaines qu’il n’est plus valable, vu tout ce qu’il s’est passé depuis. Les russes eux-mêmes ne s’affichent pas en victimes et ont laissé tombé l’excuse des gentils "soldats de la paix" agressés en pleine nuit depuis déjà bien longtemps ; ils ont ouvertement affiché leurs ambitions dans la région et même au-delà (en Crimée notamment). Ne soyez pas plus royaliste que le roi !


      • Julius Julius 9 septembre 2008 16:30

        > la Russie était la victime

        Depuis plusieurs semaines, l’armée russe en Ossetie du Sud a fait presque tous les jours provocations (avec les troupes para-militaires d’Ossétie). Dans le même temps, elle a continué avec annection de facto du Ossetie du Sud. Dans le même temps, l’armée Russe a rassemblé devant le tunnel entre la Russie et la Géorgie. La Géorgie a demandé à plusieurs reprises la communauté internationale pour résoudre le problème. Il n’ya pas eu de réaction du tout.

        L’action de l’armée géorgienne (à l’intérieur du territoire géorgien) a voulu mettre fin à l’occupation de facto de l’Ossétie du Sud par la Russie. Elle a été une opération défensive. Il a échoué. Mais ce qui était l’alternative ? Lorsque la Russie purifie de plus en plus l’Ossétie du Sud alors que le monde entier ne fait rien ?


      • non666 non666 9 septembre 2008 13:33

        Je vous suis jusqu’a Chypre :

        "Pourquoi vouloir à tout prix rattacher Chypre-Nord à la République de Chypre.(..)Évidemment ça change les frontières ! Mais là, comme au Karabagh, pourquoi craindre la guerre ? Elle a déjà eu lieu !"

        Parce qu’a Chypre, il ne faudrait pas oublier la politique coloniale de la Turquie, l’installation des 100 000 turcs d’Anatolie destinés a modifier la composition "historique" de l’Ile.
        Composition "historique" qui etait déja le fruit d’une colonisation précédente des turcs.

        Les Français ont du evacuer leurs colonies, en Algerie( alors que la population arabe n’est pas autochtone mais juste le fruit d’une invasion et d’une colonisation précédente) , pourquoi les turcs n’ont ils JAMAIS decolonisé ?

        Ni a Chypre, ni dans les Balkans, ni en Thrace.

        L’episode Kosovar, les episodes oussetes et abkhazes ont bien brisé des tabous.
        Mais comme la creation d’Israel, ils sont des violations des principes de conservations des frontières issues de la seconde guerre mondiale.

        A ce jeux la, les europeens ne peuvent etre TOUJOURS les perdants.

        Il faudra bien que notre unification se fasse aussi sur une reconquista de notre sol envahi par les asiates de Turquie.

        Le droit des peuple a isposer d’eux memes , c’est aussi notre droit d’europeens a ne pas se laiser envahir par les nos voisins, fussent ils alliés des etats unis ou pas.

        Les Russes ont juste fait le premier pas.
        Les Europeens ont les leurs a faire.

        Rappelons au passage que l’invasion de Chypre par la Turquie s’est faite avec la protection de la VIeme flotte et que les anglais sont les autres profiteurs et occupants de cette ile.

        Le TCE (première version) comprennait d’ailleurs dans ses annexes anglaises, la validation juridique de la confiscation des deux bases occupées par les britanniques.
        On comprends mieux pourquoi les "occidentaux" (les collabos des etats unis , en fait) ne proteste pas de cette invasion.


        • Deneb Deneb 9 septembre 2008 13:41

          L’independance de Kosovo est la conséquence de la politique milosevitchienne, initié par les academiciens sérbes avec le "memorandum" de 1986, qui a demantelé la Yougoslavie et causé tant de morts dans une guerre fratricide. Les responsables sont actuellement jugés à La Haye. Milosevic et sa clique national-communiste voulaient la "grande Serbie" en commencant par fustiger les populations albanophones à Kosovo. Mal lui a pris, la Serbie a tout perdu, la Yougoslavie, le pays dont elle voulait injustement occuper la position dominante, ses provinces serbophones en Bosnie, son accés à la mer au Montenegro, egalement sérbophone et pour finir, Kosovo, où finalement tout a commencé. La haine du "shiptar" (l’albanophone) que la nuisible idéologie des partisans de la "grande Serbie" a reussi a populariser parmi la population rurale en Serbie relève des clivages religieux. En effet, les Serbes, chrétiens orthodoxes détestent les musulmans albanais. Ces derniers ont toutefois été les premiers à se revolter contre une dictature communiste au comportement de plus en plus irresponsable dans cette Yougoslavie post-titio des anées 80.


          • ronchonaire 9 septembre 2008 14:27

            Sur le point 3. : mettre l’échec des négociations uniquement sur le dos des kosovars est un peu facile ; si on reprend le fil des neuf années de négociations, on peut même aller jusqu’à dire que les russes sont bien plus responsables que les occidentaux de l’indépendance du Kosovo. En effet, les pays occidentaux n’ont annoncé qu’ils laisseraient le Kosovo déclarer unilatéralement son indépendance que quelques mois avant que cette indépendance n’intervienne, lorsque tout espoir d’issue raisonnable de ces négociations avait été écarté. Avant cela, il était hors de question de laisser les kosovars passer en force. Les russes quant à eux n’ont eu de cesse, dès le début des négociations, d’encourager les serbes à ne pas jouer le jeu, utilisant la menace de leur veto à l’ONU systématiquement. Ils ont pourri les "négociations" pendant 9 ans.

            Sur votre tout dernier point : si on veut vraiment jouer à ça, donnons le nord-Kosovo à la Serbie ; mais n’oublions pas de donner au Kosovo toute la plaine de Presevo (sud de la Serbie), entièrement peuplée d’albanophones. Plus le nord-ouest de la Macédoine, le sud-est du Monténegro, et le nord-ouest de la Grèce (y compris l’île de Corfou), albanophones eux-aussi. Idem pour les zones de peuplement serbes, bulgares, croates, bosniaques, etc. Chacun chez soi et les vaches seront bien gardées, dit le proverbe ; si ça doit aussi devenir un principe de droit international, il y en a qui n’ont pas fini de déménager.


            • Julius Julius 9 septembre 2008 16:43

              Je pense que la guerre du Kosovo a été agressif des deux côtés. Il est faux de assigne un côté comme un agresseur et un autre comme une victime. Les deux Serbes et les Kosovars tenté de purifier le territoire. Occident a essayé de résoudre le problème. Sans succès. Ensuite, nous avons décidé que la Serbie est encore pire (ce qui n’était pas vrai). Nous avons donc puni la Serbie.

              L’indépendance du Kosovo était inévitable. L’animosité entre les deux parties était trop forte, malgré les efforts de la communauté internationale. Personne n’a essayé de le rendre pire, tout le monde voulait le régler. Nous n’avons pas réussi.

              La Géorgie est différente. Depuis le début, la Russie essaie de pousser les Ossètes à l’indépendance. Qui ne sera pas l’indépendance, la Russie occupent simplement Ossetie.


              • Jdemnahouby 9 septembre 2008 16:53

                Solidarite avec Julius !

                Et chapeau bas aux russes pour faire gober des couleuvres a l Europe.

                Ironie de l histoire, le "marche" a plus influence l ours russe que la politique.... la Russie a tempere ses ardeurs quand elle a vu les capitaux s enfuir du pays....



                • Internaute Internaute 9 septembre 2008 17:40

                  A propos des soit-disantes négociations, retenons qu’il n’y en a eu aucune, les "accords" de Rambouillet étant présentés aux serves sous le chantage des bombes de l’Otan. Arrêtons de mentir. Il n’y a eu aucun accord, les serbes n’ayant pas eu le droit à la parole.

                  Pour ce qui est des frontières, les accords d’Helsinki reconnaissent les frontières actuelles (1975) des pays européens. Si l’on fait sauter ces accords, ce qu’on fait Kouchner et Madeleine Albright sans sourciller, on est prêt pour une troisième guerre mondiale, en Europe encore une fois.

                  Au même moment les américains dénoncent l’un derrière l’autre les accords avec les russes de non prolifération des armes nucléaires et des missiles en Europe. Ils sont entrain de lancer une nouvelle course aux armements.

                  Il est dommage que la France ne soit pas dirigée par des gens qui pensent à nos intérêts mais par des suiveurs de politiques imaginées ailleurs. Nous sommes partie prenante dans la déterioration des relations internationales. Par exemple, l’incapacité de Sarkozy à obliger les lettons à reconnaître le russe comme langue nationale et à donner des papiers aux habitants russes est évidemment une des causes d’une prochaine percée de la diplomatie russe dans ce secteur. L’enclave de Kaliningrad est autre épine dans le pied. L’incapacité de l’UE à empêcher les américains à installer des missile sur le territoire de l’UE est encore un pas vers plus de tensions internationales.

                  La Russie est notre partenaire naturel, bien plus que les USA et évidemment que l’Afrique. Nous n’avons rien à faire d’une union méditerranéenne mais avons un besoin urgent de ralations paisibles et profitables avec l’Est.


                  • Christophe Christophe 10 septembre 2008 09:32

                    @Internaute,

                    En effet, les négociations de Rambouillet, dans leur phase terminale, après que la Serbie ait accepté la première proposition mais pas l’UCK, prévoyaient l’indépendance du Kosovo. Suite au refus de l’UCK, les USA ont négocié exclusivement avec l’UCK (groupe terroriste ayant revendiquer des attentats à la bombe contre les serbes) pour construire une nouvelle proposition exclusivement axée sur les revendication indépendantistes ; ce qu’ils savaient innacceptable pour les serbes. Le refus serbe ayant entrainé l’intervention de l’OTAN.

                    Non seulement, nous n’avons pas recherché un compromis équilibré, mais nous avons sciemment provoqué l’intervention militaire contre la Serbie. Bon, il est vrai que les ministres européens qui dirigeaient la négociation à Rambouillet n’ont plus vraiment participé à la négociation USA-UCK ; Albright ayant écarté l’Europe d’un revers de manche. Et nous, comme des agneaux, nous avons ensuite suivi le troupeau !!!


                  • Julius Julius 9 septembre 2008 18:36

                    Il s’agit d’une simple différence entre le Kosovo et l’Ossetie du Sud : le Kosovo est devenu indépendant en dépit de l’effort de l’Occident. Bien que l’Ossétie du Sud fera partie de la Russie en raison des efforts déployés par la Russie.

                    > Lettons les obliger à reconnaître le russe comme langue nationale

                    Lorsque Algérie est devenu libre, tous les français ont quitté. Lorsque ex-colonies russe sont devenues libres, tous les Russes sont restés. Peut-être qu’ils doivent être expulsés ? Je pense qu’ils devraient au moins apprendre la langue du pays si elles veulent rester.

                    > ’Incapacité de l’UE à empêcher les américains d’installation à des missiles sur le territoire de l’UE est encore un pas vers plus de tensions internationales

                    Le problème serait plutôt l’incapacité de l’UE pour garantir la sécurité de ces pays. C’est pourquoi ils demandent États-Unis à créer les bases militaires.

                    > La Russie est notre partenaire naturel, bien plus que les États-Unis et évidemment que l’Afrique. Nous n’avons rien à faire d’une union méditerranéenne mais avons un besoin urgent de ralations paisibles et profitables avec l’Est.

                    Je suis d’accord complètement que la Russie est notre partenaire naturel (comme les États-Unis). Mais la Russie doit se comporter comme un partenaire et de cesser d’attaquer tous ses voisins.


                    • ASINUS 9 septembre 2008 19:15

                      bonsoir , Julius j entend bien vos arguments ce qui m interloque c est que vous ne les mettiez pas en parralleles avec le comportement de l autre crocodile du marigot , les americains arguent des regles internationnales regles qu ils bafouent allegrement malgres les votes unanimes de l ONU avec leur
                      embaRgo sur CUBA "ce qui n exonere en rien le comprtement du regime castriste,"dans le cas precis qui nous occupe les americains ont offerts sur un plateau une occasion au Russes , je gage que le monstre froid qu est Moscou ce contrefou des ossetes ce qu il veut et c est logique c est un acces pour sa flotte et les amiraux russes l on enfin je vous parie que soit ils le garderons soit cela vas nous couter a nous europeens et ces voisins " la peau des c......s, et ce grace a le cretinerie de l ONCLE SAM


                    • Julius Julius 9 septembre 2008 19:41

                      Concernant l’embargo de Cuba : Il a été justifié par le fait que Cuba soutenait le terrorisme dans le monde et de Cuba a volé la propriété américaine. Je pense que l’embargo est la stratégie qui ne fonctionne plus et nous devrions essayer de trouver un autre moyen d’aider les Cubains à gagner la liberté. Je suis tout à fait sûr que le prochain président américain va changer cette stratégie (McCain ou Obama). Mais cela n’a rien à voir avec le Kosovo ou la Géorgie.

                      Il est clair que la Géorgie a perdu l’Ossétie du Sud et Abchazie. En fait, c’est probablement mieux pour la Géorgie. Il ne sera jamais en mesure de le régler. (Il en est de même pour la Serbie et au Kosovo.) La priorité est désormais suivants : Donnez un fort soutien et de protection à la Géorgie (et d’autres ex-colonies russe). L’Europe n’est pas en mesure de le faire, nous devons compter sur l’OTAN et les États-Unis.


                      • Christophe Christophe 10 septembre 2008 09:46

                        @Julius,

                        Concernant l’embargo de Cuba : Il a été justifié par le fait que Cuba soutenait le terrorisme dans le monde et de Cuba a volé la propriété américaine. Je pense que l’embargo est la stratégie qui ne fonctionne plus et nous devrions essayer de trouver un autre moyen d’aider les Cubains à gagner la liberté. Je suis tout à fait sûr que le prochain président américain va changer cette stratégie (McCain ou Obama). Mais cela n’a rien à voir avec le Kosovo ou la Géorgie.

                        Si nous devions frapper d’embargo tous les pays ayant soutenu le terrorisme, quasiment tous les pays développés devraient donc être frappés d’embargo. Ben Laden est un pur produit américain qui a échappé à leur contrôle ; et vous pouvez vous renseigner sur tous les groupes terroristes de par le monde, ils ont tous été soutenu par des nations parfois même des nations occidentales (l’UCK du Kosovo était soutenu par l’Allemagne par exemple).

                        Quant à voler la propriété, que pensez-vous alors du canal de Panama. En 1992, selon les accords internationaux, ce canal devait être mis sous contrôle non plus des USA mais de Panama. C’est cette même année que, sans crier gare, les USA ont envahi Panama, détruit l’armée panaméenne, assassiné le Président panaméen et mis en place un pantin qui a signé un accord de mise sous protection de l’armée américaine en s’engageant à ne plus créer d’armée. Ainsi, le canal de Panama reste dans le giron américain.

                        Il est clair que la Géorgie a perdu l’Ossétie du Sud et Abchazie. En fait, c’est probablement mieux pour la Géorgie. Il ne sera jamais en mesure de le régler. (Il en est de même pour la Serbie et au Kosovo.) La priorité est désormais suivants : Donnez un fort soutien et de protection à la Géorgie (et d’autres ex-colonies russe). L’Europe n’est pas en mesure de le faire, nous devons compter sur l’OTAN et les États-Unis.

                        Je partage ce que vous dites au début de ce paragraphe ; mais il eut été préférable de traiter ces problèmes là différemment. Par contre, donner une protection militaire à la Géorgie consiste à poser le postulat, que pour ma part je réfute, que la Russie a l’intention de reprendre le contrôle de la Géorgie. Si la Russie voulait prendre le contrôle de la Géorgie, ce serait déjà fait. Ce qui me semble bien plus pertinent consisterait à faire en sorte que la pseudo-démocratie géorgienne devienne une vraie démocratie avec des personnalités sensées à la tête de ce petit pays et non des extrémistes à la solde des USA. Une géorgie qui défende les intérêts géorgiens en quelque sorte, pas une géorgie qui se sacrifie pour des intérêts qui ne sont pas les siens !


                      • Julius Julius 10 septembre 2008 12:15

                        > Ben Laden est un pur produit américain

                        Ben Laden est tout d’abord le produit de l’occupation de l’Afghanistan par les Russes. Il n’y aurait pas de Ben Laden sans cette invasion.

                        > Ainsi, le canal de Panama reste dans le Giron américain.

                        Le canal de Panama est la propriété de l’Autorité du canal de Panama. Le canal de Panama est définie par la loi comme un patrimoine inaliénable de la République du Panama, il ne peut donc pas être vendus, cédés, hypothéqués ou grevés ou autrement transférés.

                        > À faire en sorte que la pseudo-démocratie géorgienne Devienne une vraie démocratie avec des Personnalités sensées à la tête de ce petit pays et non des extrémistes à la solde des États-Unis

                        Gouvernement géorgien a été élu dans une élection libre. C’est le droit du gouvernement de fonder sa sécurité sur les États-Unis.


                      • Vitrolaid 9 septembre 2008 19:48

                        Il y a une explication simple aux comportement des USA sur la scène internationale.

                        Ce sont les propos de John Bolton sur les raisons du refus de ratification de l’accord limitant les ventes d’armes légères qui sous entendent beaucoup de choses sur la "diplomatie" de cet état et ces conséquences.

                        L’avant dernière vidéo concerne ce passage du reportage :

                        http://www.arte.tv/fr/Comprendre-le-monde/2128254.html

                        Ce type de positionnement n’est pas l’apanage des néocons mais bien la façon de penser d’une majorité de citoyens des USA.

                        Edifiant.

                        Avis personnel.


                        • ASINUS 9 septembre 2008 19:57

                           "Il a été justifié par le fait que Cuba soutenait le terrorisme dans le monde "


                          julius , julius les 5 dernieres années de vote à l’ Onu ont donnés ,
                          usa israel iles tuvalu et iles marshals pour cet embargo
                          contre et abstention le reste du monde
                          peu t on invoquer le droit international quand on se comporte de telle maniere ?
                          et j attend avec impatience l embargo sur le regime waabiste seoudien !




                          "de Cuba a volé la propriété américaine. "

                          yep Julius cela s appelle une nationalisation je sais c est un blaspheme pour vous
                           
                          pour moi une necessité parfois
                          voyez meme vos mentors US les pratique avec les banques
                          quand il s agit de mutaliser les pertes


                          • ASINUS 9 septembre 2008 19:58

                            mutualiser , pardon


                          • Julius Julius 9 septembre 2008 20:10

                            Nationalisation n’est pas toujours le vol. Vous pouvez acheter et de nationaliser. Cuba n’a pas payé, c’est-à-dire que Cuba a volé. Et je pense qu’il n’est pas nécessaire de dire que ce n’est pas la population cubaine qui en est propriétaire. C’est la classe dirigeante - l’oligarchie communistes. C’est cette oligarchie qui décide, cela signifie que c’est cette oligarchie qui possède tout. Comme dans tous les pays communistes.


                            • morice morice 10 septembre 2008 08:29

                               Il est évident que Poutine rappelle à tout bout de champ en ce moment le cas du Kosovo !


                              • morice morice 10 septembre 2008 08:29

                                 par Vincent Perrier-Trudov (IP:xxx.x06.120.8) le 9 septembre 2008 à 14H07 

                                 
                                Jusqu’à preuve du contraire, et de la bouche même de Sakaashvili, c’est la Géorgie qui a attaqué la Russie, et non l’inverse

                                exact !! 

                              • nebojsa nebojsa 12 septembre 2008 00:37

                                Franchement ce n’est pas sérieux de croire que tout à coup le kosovo s’est embrasé seul. De même qu’il n’est pas sérieux de dire ou de croire que la Géorgie a attaqué l’ossetie, l’abkhazie sur un coup de tête du jour au lendemain.
                                D’un côté nous avions une "armée de libération" nommée l’UCK financée en partie par les USA et de l’autre côté un ex pays sovietique financé encore par les USA. Alors arrêtons de croire une fois pour toute que les politiques des USA ou de la RUSSIE sont construites pour dans 15 jours. Ces politiques sont déjà prévu depuis un lustre. En vue de contrôler les ressources et les territoires car stratégiquement ces 2 régions sont idéalement placées. Les USA ont été les premiers à reconnaître l’indépendance du Kosovo mais aussi on été les premiers à monter une base pour un paquet d’années dans cette région (camp bondsteel).
                                La tentative d’annexion de l’Abkhazie et de l’Ossétie par la Géorgie n’a été que le coup en trop.
                                Les Russes ne pouvaient pas laisser faire ca. Il s’agit bien d’une partie d’echec et les peuples situés au centre de l’échiquier sont des pions et comme tout le monde le sait il faut contrôler le centre aux echecs.
                                Je pense donc que de garder les vieilles frontières n’est pas forcemment une mauvaise chose , quand les frontières bougent trop, c’est que la bataille fait rage , et ce n’est jamais au bénéfice des populations !

                                P.S : un petit lien vers un article sur le Kosovo que j’ai posté :http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=44023

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès