Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > La politique du fait divers

La politique du fait divers

Face à la recrudescence de ce qu’on appelle des « faits divers » le téléspectateur moyen est facilement porté à croire que son voisin est un tueur en série, un voleur ou un gangster.

Ce phénomène n’est pas nouveau et a déjà permis de faire élire des candidats porteurs de programmes sécuritaires, conséquences de la peur engendrée par la profusion des faits constamment relayés par une presse avide d’audimat… et d’une curiosité malsaine.

Aujourd’hui la « une » des journaux soi-disant généralistes est digne de la plus vile presse à scandale et fait la part plus que belle au fait divers. Mais les conséquences de ces mises en avant ne sont pas que politiques : elles sont désormais aussi législatives. Qu’un chien morde une grand-mère et une loi sur les chiens dangereux est votée ; qu’un enfant soit tué par un homme dont l’ADN n’est pas fiché justifie de ficher tout le monde.

Pourtant, les chiffres de la délinquance sont paraît-il en forte baisse, et ce depuis de nombreuses années.

En réalité il n’y a pas plus de meurtres qu’auparavant, ils sont simplement relayés systématiquement par les médias, qui les ont changé de catégorie : de la rubrique « faits divers » ont les place dorénavant en « une », ce qui permet ainsi au gouvernement de justifier la mise en œuvre de mesures sécuritaires plus draconiennes que jamais. Un climat de peur et de suspicion générale accompagne ainsi les nouvelles, ce qui suscite de la part des médias une recherche constante de tous les actes similaires, en même temps que cela provoque chez les spectateurs le désir malsain (et humainement compréhensible) d’en savoir plus.

Alors on légifère, et le peuple approuve. Et oui, le meurtre du petit Valentin est monstrueux. Bien sûr que l’on voudrait connaître et attraper le meurtrier. Sans doute que le fichage ADN de tous les êtres humains permettrait de retrouver tous les tueurs du monde. Mais trouver le coupable n’est pas l’empêcher d’agir, et je suppose que la folie meurtrière dont a été victime ce malheureux enfant n’aurait pas été stoppée par la peur du gendarme. Pas plus que la Loi sur les animaux dangereux n’empêchera un chien de l’être.

Finalement on pourra punir mais pas prévenir. Est-ce une victoire ?

Il faut punir bien sûr, mais ne soyons pas naïfs : aux vues des taux de récidive constatés et même des horribles peines mises en œuvre toute au long de l’histoire humaine, il est incontestable que ni la prison ni la torture ni la mort n’ont jamais empêché ni les fous ni les monstres. On pourrait même faire apparaître une corrélation entre la baisse de la délinquance et la réduction des peines. Sans doute est-ce parce que la sanction justifie l’acte, mais c’est un autre sujet.

A la rentrée il y aura une proposition de loi concernant le fichage ADN, j’en fais la prédiction. On reparlera alors de tous les faits divers des mois derniers, et on justifiera ainsi cette proposition. La CNIL émettra un avis défavorable, et tous les organismes de défense des droits de l’homme aussi. Mais la sécurité est une chose importante pour le président. Des garanties seront données sur l’utilisation de ce fichier, et dans un premier temps rien ne changera. Peut-être même élucidera-t-on une ou deux affaires… mais peu à peu on étendra de nouveau les possibilités d’utilisation de ce fichier, comme par exemple de le coupler avec certaines puces RFID pour justifier de l’identité de son porteur. Et l’impossibilité pour ce dernier d’échapper à la surveillance de ses moindres faits et gestes.


Moyenne des avis sur cet article :  4.69/5   (51 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • Georges Yang 9 août 2008 14:43

    Le compassionel remplace le legal et le bon sens. La societe qui glorifiait les heros a l’ecole primaire republicaine est devenue celle qui decore les victimes. Les psychologues enfoncent le clou a chaque petite catastrophe et sont devenus les nouveaux parasites incontournable de notre environnement
    Je vais dans votre sens dans la plupart de mes articles, c’est meme ce que je ne cesse de denoncer.
    Il y aura toujours des meurtres et des deviants , mais c’est le citoyen de base qui va payer le prix d’une traque qui ne sera meme pas preventive, mais diminura les libertes des gens dits normaux.


    • Guit'z Guit’z 9 août 2008 15:14

      Super papier.
      Vous avez foutrement raison, tout la blablabla n’est médiateux n’est qu’une incitation subliminale au pouvoir de serrer la vis. Dans un contexte où la seule marge de manoeuvre qui reste à celui-ci, consiste dans la gestion du chaos et la prévention de l’émeute.
      Il faut espérer que le crime soit comme le pardoxal prélude à la barricade...


      • mikaboom 9 août 2008 20:44

        " Qu’un chien morde une grand-mère et une loi sur les chiens dangereux est votée"


        — -> Il y a eu  un peu plus qu’une grand-mere mordue .... des gamins défigurés ou tués par ces clebards aussi laids et puants que leurs maitres.


        • Lisa SION 2 Lisa SION 9 août 2008 23:40

          "...finalement, on pourra punir, mais pas prévenir. Est-ce une vixctoire  ? avez vous fort justement résumé,

          excellent texte, bien enroulé, qui progresse vers son sommet, la bonne question...

          C’est effectivement la victoire de la répression sur la prévention, la victoire du sport sur l’intellect, de la milice sur la résistance, du physiking sur la spiritualité, des comptables sur les amoureux, de la folie sur la passion, de la machine sur la culture et la nature, la victoire de la bète sur l’homme, enfin la revanche de la femme...

          Et tout ça à cause de deux excités dont l’un est au sommet...


          • Ha-n Ha-n 10 août 2008 20:18

            Très bien vu.
            Et à cette tendance que vous montrez, j’aimerais ajouter quelque chose de tout neuf et de presque pire, c’est la justification par le fait divers a posteriori, dans l’affaire du petit Valentin, notamment. Dans cette affaire on a vu madame Rachida Dati justifier sa loi votée il y a quelques mois par un truc du genre "vous voyez que ma loi sur la récidive est pas si mal que ça, si elle avait été votée plus tôt ce dingue aurait été enferlé à vie plus tôt". Là on a du neuf à mon avis, et là ça devient glauque, tout ça parce que le politique ne peut admettre qu’il ne peut pas tout, à moins de vouloir faire un homme nouveau, mais quand on voit comment ça a fini la dernière fois....


            • Peretz Peretz 17 août 2008 18:57

              Il faut bien faire de l’audience ! Quand pourra-t-on enfin contrôler la télé et autres médias de façon impartiale et établir une charte de bonne conduite qui remettrait un peu de décence dans la communication ? Le CSA qui ne contrôle que les temps de paroles ne sert à rien sur le plan déontologique. Les professionels de la communication, les journalistes sont responables : à eux de faire la police chez eux. (Voir l’article 109 d’une véritable Constitution sur : www.voiescitoyennes.fr)

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès