Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > La première (grande) erreur de François Hollande ?

La première (grande) erreur de François Hollande ?

Quand François Hollande détruit une stratégie médiatique savament menée en une interview.

On nous le claironne depuis une vingtaine de jours : le candidat du Parti Socialiste (PS) François Hollande aurait donné soit-disant une impulsion nettement de gauche à son début de campagne ; son fameux discours prononcé au Bourget le 22 janvier dernier en témoignerait. Une opération de communication rondement menée, avec mise en exergue de trois phrases reprises partout, trois courtes phrases mais particulièrement incisives, témoignant, aux yeux de tous les commentateurs d'un engagement nettement à gauche :

"Dans cette bataille qui s’engage, je vais vous dire qui est mon adversaire, mon véritable adversaire. Il n’a pas de nom, pas de visage, pas de parti, il ne présentera jamais sa candidature, il ne sera donc pas élu, et pourtant il gouverne. Cet adversaire, c’est le monde de la finance."
François Hollande, discours du Bourget, 22 janvier 2012

Ces trois petites phrases avaient d'ailleurs suscité, outre moult commentaires qui en faisaient le "marqueur" de l'orientation de la campagne socialiste, de violentes réactions de la part des milieux financiers, notamment de la City de Londres au travers de Marketwatch.com, qui avait publié d'ailleurs un communiqué accusatoire.

Face à cette agression caractérisée, le candidat socialiste se devait de réagir ! Ce qu'il a fait hier lundi 13 février en accordant une interview au Guardian. Accrochez-vous, la réplique est digne d'un Jaurès !


"The left was in government for 15 years in which we liberalised the economy and opened up the markets to finance and privatisations. There is no big fear."
("La gauche a été au gouvernement pendant 15 ans durant lesquels nous avons libéralisé l'économie et ouvert les marchés à la finance et aux privatisations. Il n'y a pas de grande peur à avoir.")
François Hollande, entrevue au Guardian, 13 février 2012


Moins d'un mois ! La grande "entrée en matière" du candidat socialiste, l'acte majeur de son début de campagne, qui témoignait aux yeux de tous les commentateurs de son engagement sans fard à gauche toute, marqueur idéologique de son programme, le fameux "discours du Bourget", n'aura pas tenu un mois avant d'être renié par François Hollande.
Et tout ça parce qu'il avait suscité quelque émoi à la City de Londres.
C'est beau, très beau.

Cet article est une reprise d'une note de mon blog.


Moyenne des avis sur cet article :  4.38/5   (64 votes)




Réagissez à l'article

51 réactions à cet article    


  • chantecler chantecler 14 février 2012 16:34

    Vrai ou intox ?
    Jusqu’à présent cette nouvelle est relayée mais toujours par rapport aux confidences faites au Guardian .
    Si vrai : sacrée boulette mais incompréhensible car FH n’est pas stupide .
    Si intox : bien jouée mais sera difficile à renouveler . cf l’histoire « aux loups : » !


    • kiouty 14 février 2012 17:59

      Oui, enfin, Hollande est social-démocrate, ça veut tout dire, donc même si il n’a pas dit cela au Guardian, de toute façon, il le pense et ce sera exactement ça sa position post-électorale.

      Il y a un antécédent avec Hadopi, déjà. Quand il était en campagne, on en était à l’abolition pure et simple. Aujourd’hui, on conserve, on fait des modifications, et en plus on rajoute des tribunaux spéciaux pour droits d’auteur (ou un truc dans le genre).

      Mais enfin, ceux qui sont surpris par ces grands écarts et changements de position sont quand même bien candides.

      Et après, on ose critiquer les peuples qui n’ont plus foi en la politique, qui trouvent les dirigeants pourris et qui cèdent au« populisme ».
      Ben forcément, les « institutionnels » ne font plus très envie...


    • Brath-z Brath-z 14 février 2012 19:40

      Absolument vrai. Il ne s’agit pas de « confidences faites au Guardian », mais d’un entretien en bonne et due forme qui a donné lieu à publication d’un article (dont le lien se trouve dans le présent article) consultable sur le site internet du Guardian, journal dont la réputation de sérieux n’est plus à faire et qui, qui plus est, porte assez nettement une orientation travailliste, donc a priori plutôt favorable à Hollande.
      Par ailleurs, l’article a donné lieu, déjà, à une réaction du Front de Gauche et de Jean-Luc Mélenchon, réaction commentée par Libération et 20 Minutes (entre autres).

      Bien entendu, le staff de campagne de Hollande, Moscovici en tête, tente de « désamorcer » ce qu’il voit comme une simple « polémique » en contestant le cadre (pas une « interview » mais un « déjeuner avec la presse anglo-saxonne »... en journalisme, quand une personnalité publique invite plus d’une dizaine de journalistes à un « déjeuner » tout ce qu’il y a de plus formel cela s’appelle un entretien, mais ce n’est pas grave, voyons) et en oubliant que :
      1) l’article du Guardian est, clairement, favorable à Hollande
      2) cadre formel ou informel, les propos tenus par François Hollande l’ont bien été
      3) l’article du Guardian restitue parfaitement le contexte des propos incriminés, puisque la citation que donne Moscovici lui-même pour appuyer sa thèse d’une manipulation du contexte... est présente dans l’article du Guardian

      A titre personnel, je me désole que l’accent soit mit sur la phrase « il n’y a plus de communistes en France », alors que le plus déterminant, c’est la citation que j’ai mentionné dans l’article, tout particulièrement lorsqu’on la met en parallèle avec LA célèbre citation du fameux discours du Bourget, qui a quand même été rien moins que l’argument de campagne n°1 de François Hollande en direction de la gauche.
      Or personne ne peut nier que Hollande s’est bel et bien appuyé sur l’illustration des 15 ans de gauche au pouvoir « dans les années 1980 », considérés pourtant, parfois injustement, comme une suite de capitulations et de renoncements au nom du « réalisme », pour faire savoir à « la finance » qu’elle n’aurait aucune raison de craindre son arrivée au pouvoir en France. Soit l’exact inverse de ces trois petites phrases du discours du Bourget qui étaient prétendument tellement déterminantes.

      Sans oublier un autre passage fort intéressant : pour rassurer la City, François Hollande nous assure que son programme économique correspond à un consensus national auxquels souscriraient tous les candidats, « notamment Sarkozy ». Puisque d’évidence c’est faux et que ça ne trompe pas les journalistes anglais, qui savent lire eux aussi, c’est donc que Hollande estime qu’il y a sur le plan économique deux types de candidats : ceux qui comptent (et qui donc créent et incarnent ce fameux consensus national) et ceux qui ne comptent pas. Puisqu’il cite lui-même et Nicolas Sarkozy, ce qui semble le plus logique de penser est qu’il ne fait jamais que réactiver le vieux modèle d’Alain Minc du « cercle de la raison ».
      Au sein de ce « cercle de la raison », les candidats partageraient donc les mêmes fondamentaux économiques. Qui y figure selon Hollande ? On sait déjà qu’il y a lui-même et Sarkozy (puisqu’il le cite), quant aux autres, chacun fera la classification qu’il voudra. Mais de l’aveu même de Hollande, son programme économique partage les mêmes fondamentaux que celui de Sarkozy.

      Donc Hollande fonde sa future politique économique sur :
      - le renoncement (modèle des 15 ans de la gauche au pouvoir pendant les années 1980)
      - la réassurance de la finance (au contraire de sa volonté affichée de combattre « le monde de la finance »)
      - le maintien du statu quo économique (fondamentaux économiques partagés avec d’autres candidats, notamment Sarkozy)

      « Le changement, c’est maintenant. »


    • Walid Haïdar 15 février 2012 12:03

      Chanteclerc est devenu complotiste !


      « On ne désir pas telle chose parce qu’elle nous paraît bonne, mais telle chose nous paraît bonne parce que nous la désirons »
      Baruch Spinoza

      Merci pour l’illustration !

    • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 15 février 2012 15:47

      Pour info, à propos de l’affaire des communistes, je copie/colle mon commentaire déposé sous l’article de Pietrovich :

      Le Guardian vient de s’excuser officiellement pour « une publication erronée des propos de François Hollande » et a publié un correctif sur son site internet, ici en lien.

      Je traduis :

      L’article « François Hollande seeks to reassure UK » a été corrigé. La citation originale « Il n’y a pas de communistes en France » avait omis le qualificatif « many » (beaucoup, énormément).
      Il fallait donc lire « Il n’y a pas énormément de communistes en France. »

      Après avoir illustré son propos avec les chiffres de 1981 et de 2012, il poursuit en exprimant « son grand respect pour Jean-Luc Mélenchon, le Front de Gauche et toute la famille de la gauche Française qui devra être unie pour battre Nicolas Sarkozy. »


    • Brath-z Brath-z 15 février 2012 17:15

      Moui. Échange de bons procédés, normal.

      En revanche, aucune correction apportée au propos « there is no big fear ». Après cette « correction », il y a une confirmation éloquente du reniement du discours du Bourget.


    • zadig 14 février 2012 19:41

      Bonjour,

      Depuis bien longtemps je suis un partisan de François Hollande.

      Je trouve que sa campagne est gérée de façon remarquable.

      Mais depuis peu je le boude :

      Sa présence au repas du CRIF ne passe pas.
      J’espère que la bouffe était dégueulasse.

      Salutations


      • Ariane Walter Ariane Walter 15 février 2012 10:42

        zadig,
        Quelqu’un d’intelligent ,comme toi, ne pouvait pas être dans l’erreur plus longtemps !!


      • Prometheus Jeremy971 15 février 2012 11:16

        La photo avec le président du crif, et sarkozy était mémorable...


      • appoline appoline 15 février 2012 14:37

        Normal, il fait partie des leurs.


      • Vista Vista 15 février 2012 16:19

        Enfin Zadig ne soyez pas naïf ou alors vous faites semblant. Bien sur que Hollande fait partie des leurs mais il le cache bien et comme vous avez du le remarquer du coté des médias c’est motus et bouche cousue et pourtant ils savent tous que c’est un grand Talmudiste devant l’éternel qui remplaça au pied levé Chtraus-Kahn. Au PS on ne remplace pas un talmudiste de compétition par un goy, c’est pas dans leur ADN.


      • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 14 février 2012 19:42

        François Hollande, de gauche ?

        Hollande : « Nous, la Droite… » . 

        Hollande ou le Sarkoclone. L’imposture et les amnésiques.

        Voici une vidéo extraordinaire exhumée par un contributeur émérite : 

        http://www.laplumeagratter.fr/2012/02/10/francois-hollande-la-malhonnetete-mene-a-lelysee-a-condition-de-sen-servir/

         

        « Les Brèves de La Plume. François Hollande : la malhonnêteté mène à l’Elysée, à condition de s’en servir ! 10 février 2012 ».


        • Brath-z Brath-z 14 février 2012 19:57

          Ce n’est pas à moi de défendre François Hollande, étant donné que je suis de longue date un sympathisant Front de Gauche et que j’appelle à voter pour Jean-Luc Mélenchon. Néanmoins, l’honnêteté intellectuelle oblige à constater que, si sa participation à cette manipulation honteuse jette l’opprobre sur son manque d’intégrité, il n’en était pas l’artisan. Mieux : il était à l’époque conseiller à l’Élysée, c’est-à-dire porte-flingue au service de Mitterrand (dont la morale en politique n’était pas la qualité la plus éminente, même s’il ne fut pas le machiavel absolu qu’on nous présente depuis qu’il est mort) et aurait difficilement pu refuser, en jeune homme ambitieux qu’il était à l’époque, de se prêter à cette escroquerie.
          Il est notable de constater que ce genre de méthodes est malheureusement monnaie courante depuis qu’existe la Vème République, et que si, dans ce cas précis, François Hollande, qui avait prêté sa voix à ce « Caton », n’était pas devenu candidat à l’élection présidentielle, cet épisode aurait été oublié.


        • Scual 14 février 2012 19:57

          Un type qui dit exactement les mêmes absurdités libérales depuis 20 ans allait changer d’opinion juste avant le discours du Bourget ?

          Seules les personnes n’ayant pas le temps de s’informer ont pu le croire. C’était le but d’ailleurs.

          Petite leçon de propagande.

          Hollande dit que son ennemi est la finance et toute la population du pays est au courant parce qu’on ne parle que de ça et de partout, tout le temps dans les gros titres. Pas un seul média n’y échappe et chaque électeur de gauche pense qu’Hollande en est finalement un vrai.

          Ensuite il passe le reste de sa campagne à expliquer à la finance qu’il mentait mais il n’y a pas un seul électeur qui sera au courant car cela ne sera rapporté que dans de tout petits articles complaisants de la presse écrite, si c’est rapporté bien sur, ou alors dans les médias alternatifs, ce qui ne vaut rien en terme d’audience et d’impact par rapport aux gros titres du 20 heures et de la presse que lui valu son mensonge du bourget.

          Finalement il est élu sur la base de mensonges uniquement. Mensonges mis en avant par la presse et minimalisation ou occultation de la vérité toujours par la presse l’ont fait gagner... tout comme son prédécesseur. Puis, deux mois seulement après son élection, sa cote de popularité commence a baisser et les gens se sentent tous trahi par le premier de ses plans de rigueur pour rassurer la finance...

          Tenez vous le pour dit : Hollande serait exactement autant le président de la lutte contre la finance que Sarkozy a été celui du pouvoir d’achat.


          • Scual 14 février 2012 20:13

            Tiens mais c’est un miracle ! France 2 viens d’en parler ! Bon en donnant le dernier mot au candidat bien sur mais quand même !

            Sarko a encore de l’influence on dirait...


          • Brath-z Brath-z 14 février 2012 20:22

            C’est tout neuf et il en a déjà été fait mention dans les sites internet de Libération, 20Minutes, Marianne, etc. Il paraît que l’info « fait un buzz », comme on dit.
            Le Front de Gauche y contribue, et je ne doute pas un instant que d’autres mouvements, de l’extrême-gauche à l’extrême-droite en passant par toutes les tendances de l’éventail politique français, font ou vont faire de même, fut-ce par simple intérêt tacticien. Dès lors qu’il y a « buzz », ça intéresse les journalistes.

            Bien sûr, ça sera systématiquement présenté de manière biaisée (déjà Marianne ne bronche pas quand Moscovici prétend que c’était du « off » alors que convoquer « la presse anglo-saxonne », même pour un « déjeuner », ça s’appelle bien un entretien...), bien sûr les polémiques vont se faire sur des éléments annexes, mais on va en parler, ne t’en fais pas pour cela.


          • chantecler chantecler 14 février 2012 20:38

            Ouais, ouais , c’est bien ce que je pense ;
            http://www.marianne2.fr/Buzz-du-Guardian-pour-Moscovici-les-propos-d-Hollande-ont-ete-sortis-de-leur-contexte_a215531.html
            Maintenant que F.H soit social démocrate et non gauche radicale ,personne ne le conteste .
            Et si vous pensez que JL M a la moindre chance d’ être le prochain président je vous laisse à vos illusions ....


          • Brath-z Brath-z 14 février 2012 21:23

            chantecler :

            Que Moscovici prétende qu’il s’agissait d’un « off » ne signifie aucunement qu’il s’agissait réellement de « off ». Quand une personnalité politique majeure invite plus d’une dizaine de journalistes issus de grandes maisons de presse institutionnelles et connues, qui plus est à l’étranger, et de surcroit au Royaume-Uni (où la notion de « off » journalistique n’existe pas), ça n’est pas un « déjeuner », c’est ni plus ni moins qu’un entretien.
            D’ailleurs Moscovici, pour illustrer le fait que, selon lui, le propos serait decontextualisé, reprend un passage... présent dans l’article du Guardian. Qui plus est un propos qui ne fait qu’appuyer la citation sortie du contexte.

            Contrairement à l’analyse biaisée (pour faire dans la litote) de Moscovici, on n’a pas ici affaire à un exemple mais bien à une référence. Le comportement de la gauche au pouvoir pendant les années 1980 n’est pas donné à titre d’illustration mais de garantie, ce que le propos final (« there is no big fear ») ne fait que confirmer.


          • lambda 15 février 2012 11:29


            Il y a bien pire que son mensonge au Guardian, écoutez ça et faites passer
            http://www.youtube.com/watch?v=GIX8IejCdQE


          • Walid Haïdar 15 février 2012 12:09

            « si vous pensez que JLM sera le prochain président de la République je vous laisse à vos illusions »


            Si tu penses qu’on peut prendre le pouvoir sans commencer un jour à mener la bataille, on te laisse à tes illusions.

          • gaston gaston 15 février 2012 12:09

            pour moi les choses sont claires !!! entre un mec qui « n’aime pas les riches » et le pire ennemi du peuple qui méprise profondément les pauvres , mon choix est fait depuis longtemps , et j’espère celui d’une grande majorité de Francais !!! , on ne demande pas un « messie » on demande à arrêter l’écatombe !


          • Superyoyo 15 février 2012 01:16

            Ca y est, c’est la première erreur de Hollande. Encore 3458 et il rattrappe Sarkozy smiley


            • Brath-z Brath-z 15 février 2012 04:30

              En fait, le titre de l’article est plutôt trompeur : avant cette erreur-ci, il y a eu aussi son intervention pour louer le plan de rigueur appliqué à la Grèce et même regretter que le gouvernement grec n’ai pas agit « plus vite et plus fort ».


            • hunter hunter 15 février 2012 10:36

              illustration d’un proverbe : « chassez le naturel, il revient au galop » !

              Bonjour chez vous

              H /


              • Ariane Walter Ariane Walter 15 février 2012 10:45

                Japh,

                Excellent ton article. je lai lu hier en modération et je t’en ai même piqué un bout. J’espère que je suis pardonnée. (Pour répondre dans les commentaires à un sauvage pro-Hollande).

                Ton post aussi est parfait.
                Mais il faut reconnaître que cet Hollande est d’un lourd effroyable.
                A mon avis le Bilderberg , par l’entremise de valls, lui a tellement dit que c’était lui, qu’il ne prend plus aucune précaution oratoire pour dire qu’il va baiser le populo, comme bien de ces devanciers du « PS ».

                Bref, c’est un collabo.
                pas joli, joli....


                • Brath-z Brath-z 15 février 2012 15:49

                  Ariane Walter,

                  Je ne t’en veux absolument pas.

                  Pour ce qui est de Bilderberg, le peu que j’en connais (j’avoue ne pas m’être penché très avant sur le sujet, faute d’avoir les réseaux nécessaires à une connaissance plus approfondie) me pousse à penser que son fonctionnement s’apparente à celui du G8 : il s’agirait plutôt d’un cérémonial formel au cours duquel on cautionne un travail opéré en amont à travers diverses mécaniques de réseau. Ce n’est pas comme Le Siècle, qui a un pouvoir de nuisance en soi (tout comme avant lui la Fondation Saint Simon ou le Club de l’Horloge), c’est plutôt un réceptacle qu’un lieu de décision.


                • Ariane Walter Ariane Walter 15 février 2012 10:46

                  Brath-z !!!! Pardon de t’appeler Japh !je m’éveille à peine ! Non, je ne bois que de l’eau !!!


                  • Laurent 15 février 2012 10:50

                    Que Hollande ne soit pas un révolutionnaire est évident, que la politique qu’il défendra ne soit pas fondamentalement différente de celle de la droite sur le plan économique c’est une chose, maintenant que tous ceux qui se disent de gauche continuent à lui taper dessus presque plus fort que la droite c’est un peu lamentable.

                    Mettre Sarkozy et Hollande sur un pied d’égalité c’est quand même oublier un peu vite les Guéants et compagnie, la main mise sur le pouvoir, les provocations racistes, l’attitude « ta gueule je fais ce que je veux c’est moi qu’ais le pouvoir » etc. qui ont quand même bafoué de manière permanente les institutions sous prétexte de modernité et piétiné les grands principes démocratiques sur lesquels est basée la république.

                    Hollande n’est certes pas celui qui va changer le monde mais il n’en pas moins incomparablement plus respectable que le mégalo de l’Elysée qui n’a aucune idée sur quoi que ce soit et dont la seule obsession est d’être réélu. Pour ce faire il est prêt à vendre père et mère, à ressusciter les belle heures de gloire de la droite des années 30, tout est bon pour quelques voix.

                    Alors mettre FH et NS au même niveau comme un certain nombre d’articles et de commentaires le font est soit très malhonnête, soit inconscient. et en tout cas pas du tout innocent.


                    • Melara 15 février 2012 11:20

                      Laurent,

                      Bien sûr FH n’a pas la structure mentale de NS. Bien sûr,il ne fera pas une politique que ne désavouerait pas la droite extrême.
                      Mais cette Présidentielle se joue, qu’on le veuille ou non, sur l’acceptation ou non de la rigueur promise par cette Europe et sa politique financière.
                      Votez Hollande, c’est accepter cette politique et/ou croire qu’il n’y a pas d’alternative.
                      Et même, je ne suis pas sûr qu’on échangerait un gouvernement de cyniques contre un gouvernement dépourvu de cette caractéristique.
                      Mélenchon, c’est le pot de terre contre les pots de fer. Mais une argile bien usinée peut surmonter bien des épreuves.


                    • Brath-z Brath-z 15 février 2012 15:52

                      Laurent,

                      Si vous lisez le compte-rendu d’entretien publié dans le Guardian, vous constaterez par vous-mêmes que c’est Hollande lui-même qui assure partager avec Nicolas Sarkozy les mêmes fondamentaux en matière économique. Paraitrait-il qu’il règnerait à ce sujet en France un « consensus national »...


                    • Prometheus Jeremy971 15 février 2012 10:56

                      Hollande n’est pas socialiste ? Il l’est encore moins que DSK. Pour ça que j’ai été dégouté de voir gagner la primaire socialiste. C’est bien de le découvrir maintenant. Ce qu’il y a de bien avec les politiques français c’est qu’ils tellement bons menteurs qu’il faut cinq ans pour comprendre où ils veulent vraiment en venir. Avant il en fallait sept remarque...

                      Comme d’habitude c’est toujours le meilleur communiquant qui gagne, celui qui a des idées comme Montebourg par exemple perd. Tragique...

                      Entre nous le seul socialiste c’est Mélenchon. Et c’est pour lui que je voterais au moins je ne serais pas en total incohérence avec mes idées, et ce que j’attends d’un président.


                      • Croa Croa 15 février 2012 13:21

                        « c’est toujours le meilleur communiquant qui gagne »

                        Je corrige : c’est toujours le plus communiquant qui gagne,

                        donc pas obligatoirement le meilleur, plutôt celui à qui est offert le micro partout où il passe ! Il en est même d’excellent qui ne seront jamais gagnants et pour cause, puisque le public ne saura même jamais qu’ils existent !


                      • bernanke 15 février 2012 11:38

                        Une autre partie de l’interview de hollande explique qu’il est dans la meme mouvence politique qu’obama et que ses conseillés sont les memes que celui-ci d’ailleurs.

                        Pour comprendre un peu mieux de qui monsieur hollande parle il suffit de taper « Endgame » et « Obama deception » sur youtube et tout va devenir tres clair .

                         


                        • arobase 15 février 2012 12:29

                          l’énormité de la chose, compte tenu qu’on n’a quand même pas à faire à des imbéciles me fait être prudent dans mon analyse.


                          c’est quand même vraiment gros et en politique, les « bévues » , erreurs et autres « dérapages », en général c’est cousu de fil blanc ;

                          moi j’attends d’en savoir un peu plus.

                          en tout cas sarkosy ne fait pas des erreurs. après une saloperie par jour pendant 5 ans, avoir encore des partisans en dehors des plus riches , c’est déjà un comble !

                          lui c’est l’abyme permanent. proposer à deux mois des élections de sacrifier les chômeurs, c’est à dire 80% de la population (car personne n’est à l’abri), et ne pas baisser dans les sondages, c’est à ce demander si on n’est pas un peuple de zombies !

                          • Gérard Luçon Gerard Lucon 15 février 2012 12:42

                            la 1ere grande erreur de ce couillon est « il n’y a plus de communistes » ..... il veut quelles voix au second tour, cet abruti, pour gagner ?

                            celles de l’Opus Dei que son ami Pierre Moscivici pourrait lui apporter grace a des gens comme Francois de Combret et la banque lazard ? .. bien evidemment !

                            celles des putes et des proxenetes que son ancien concurrent pourrait lui apporter ? .. sur que oui !

                            celles des antiquaires grace a son ami laurent Fabius ? celles-la aussi !

                             

                            Celles des gens du peuple ? il est en train de se les aliener definitivement ! Vraiment je comprends que ce type ait pu avoir 4 enfants avec segolenitude .. qui se ressemble s’accouple !


                            • Croa Croa 15 février 2012 13:26

                              « il veut quelles voix au second tour, cet abruti, pour gagner  ? »

                              Peut-êtres celles de Sarkozy, vu que celui-ci pourrait bien ne plus être là !


                            • foufouille foufouille 15 février 2012 12:43

                              il a pas finit de digerer sa salade aux truffes
                              il se voit deja dans les dorures de l’elysee
                              « 10000€ de truffes par jour »
                              le reve .......


                              • LE CHAT LE CHAT 15 février 2012 12:49

                                il ne sera pas élu , pas la peine de rêver , les fonctionnaires et les bobos !
                                viré dès le premier tour comme Jospin.........


                                • Pelletier Jean Pelletier Jean 15 février 2012 12:58

                                  Je ne suis pas d’accord avec cette analyse. Hollande et ses portes paroles s’en sont clairement expliqués, « Communist » ne signifie pas la même chose en anglais et en français, le sens de son propos était qu’il n’existe plus de communistes au sens  stalinien, comme il y a trente ans, en France aujourd’hui. Ce que personne ne peut contester.

                                  C’est lui faire un bien mauvais procès avec cette histoire là.

                                  http://jmpelletier52.over-blog.com/ 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès