Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > La primaire socialiste et le déficit démocratique

La primaire socialiste et le déficit démocratique

La démocratie française est en panne. La primaire socialiste illustre bien cette panne. Et c'est dramatique pour l'alternance nécessaire dans un pays en crise qui a besoin de propositions chiffrées, réalistes,dans un plan cohérent.

Terra Nova, think tank du Parti socialiste, a inventé la primaire socialiste.

TERRA NOVA "TANK" MAIS PAS"THINK"

Le PS, sans candidat incontournable et en capacité de se présenter à une présidentielle, le PS sans programme constitué, était obligé de passer par l'étape de cette primaire pour que les sympathisants et les militants définissent les contours d'un hypothétique programme et choisissent celle ou celui qui ressemblerait le mieux à un candidat.

Terra Nova, pour faire passer l'obligation de la primaire dans un tel contexte de vacuité, baptise le tout de démocratie participative, d'avancée démocratique, et le soufflé doit devenir moment incontournable dans l'histoire de la République Française.

Du moins c'est ce que veut faire croire Terra Nova qui est sans doute un "tank" mais qui ne "think " pas beaucoup.

UNE AUDIENCE MEDIOCRE

Le premier débat télévisuel de cette primaire (il y en aura 3 en tout) sur la chaîne publique France 2, le jour même où les images de Libye pouvaient enthousiasmer tous les démocrates, a paru complètement vide, faute de propositions réelles, réellement chiffrées, face aux déficits colossaux, budgétaire et social.

Les français étaient 4 920 000 télespectateurs pour ce débat, contre 13 400 000 pour Dominique Strauss- Kahn à son mea culpa bien huilé et médiatique sur TF1.

Audience de moins de 5 millions pour un enjeu présidentiel qui va conditionner les 5 années qui suivront l'élection dans un contexte mondial calamiteux.

Depuis ce débat insipide, rien : des postures , des coups médiatiques, des annonces , une par jour, dans un catalogue de chaque candidat qui veut sa différence.

2 des candidats à cette primaire sont pourtant cornaqués par leurs compagnes, François Hollande par la journaliste de Direct 8 Valérie Trierweiler, Arnaud Montebourg par Audrey Pulvar de France Inter ; quant au 3ème candidat Jean-Michel Baylet, c'est un grand patron de la presse régionale du Sud-Ouest qui devrait savoir comment se bâtit une campagne d'information efficace.

MARTINE

Martine Aubry insiste sur les niches fiscales à supprimer, dont beaucoup sont utiles pour l'activité et l'emploi. Quand on voit les montants exacts de ces niches, on reste préoccupé par le sérieux de la proposition eu égard au déficit budgétaire accumulé.

Martine Aubry crée 300 000 emplois d'avenir qui feront un bilan énergétique, et des postes d'enseignants en plus, sans modifier profondément ce que l'on fait dans les écoles en matière pédagogique.

Martine Aubry veut une grande conférence salariale( on discutera et on verra...)..

Martine Aubry insiste sur son aptitude à gouverner, alors qu'à la tête du PS elle n'a su trancher ni sur Jean Noel Guérini, ni sur Dominique Strauss-Kahn.

SEGOLENE

Ségolène Royal veut faire de la France un Poitou Charentes surdimensionné .Elle prône la mutation écologique et l'aide aux PME comme dans la région qu'elle préside.

Un Grenelle des PME est proposé( on discutera et on verra..)

Ségolène Royal propose une banque publique pour les PME, banque qui existe déjà.

Pour Ségolène Royal, l'état rentre au capital des banques. On se rappellera l'efficacité des nationalisations qui n'ont absolument pas été profitables aux entreprises et à l'emploi dans les années 1981 et suivantes.

Ségolène Royal assène : les riches paieront ( François Hollande considérait en 2007 qu'on était riche à partir de 4000 euros...).

Ségolène Royal veut des règles de bonne gestion. Bravo ! C'est fédérateur ; qui voudrait des règles de mauvaise gestion ?

ARNAUD

Arnaud Montebourg veut à lui tout seul une transformation en profondeur, met les banques sous tutelle, le protectionnisme sur l'industrie. Les multinationales vont payer.

Arnaud Montebourg prend exemple sur le président Obama qui n'a rien fait de transcendant , ni en matière sociale, ni en matière économique( à part de grandes déclarations dignes des meilleurs prêcheurs américains).

JEAN-MICHEL

Le "radical" Jean-Michel Baylet trouve que le projet du PS est un projet d'avant la crise,les emplois d'avenir trop coûteux et sans avenir. Il n'est pas pour un recrutement supplémentaire dans l'Education Nationale.

Jean-Michel Baylet se présente à la primaire socialiste alors que pour lui "les socialistes manquent de courage".

Jean-Michel Baylet souhaite une Europe fédérale( vaste appellation vide de sens), la légalisation du cannabis que les autres candidats refusent et le droit à mourir dans la dignité...

MANUEL

Manuel Valls réaliste parle de redressement financier.

Manuel Valls souhaite une réforme pédagogique de l'Education Nationale sans moyen supplémentaire, ce que les autres candidats refusent.

Manuel Valls est d'accord avec" la règle d'or", que les autres candidats ne voteront pas.

Manuel Valls veut une TVA sociale que réfute Ségolène Royal, qui ne veut pas augmenter les impôts.

Manuel Valls veut instaurer des quotas migratoires ce qui fait hurler ses compétiteurs.

ENFIN FRANCOIS

François Hollande se place au- dessus des autres candidats, pénétré du nouveau rôle qu'il s'est donné, celui de présidentiable.

François Hollande veut tenir compte de l'absence de croissance. Il ne promet rien, mais veut un contrat de génération avec l'emploi d'un senior et d'un jeune dans des entreprises qui verront leur contrainte sociale desserrée pour l'occasion ( quand on sait qu'il est déjà difficile d'embaucher un jeune...).

François Hollande crééra 12000 postes dans l'Education , par an, sur 5 ans. Et il lancera une grande discussion avec le monde enseignant (on discutera et on verra...)

François Hollande est péremptoire sur le nucléaire en proposant un passage du pourcentage d'électricité nucléaire de 75 à 50 , alors que ses concurrents réfléchissent à leur propre chiffrage.

LA GAUCHE PLURIELLE...ET CONSERVATRICE

Donc des mesures qui sont différentes selon les candidats qui devront théoriquement gouverner ensemble . Des mesures avec, au mieux, un chiffrage à la louche. Et après l'élection à la primaire socialiste il faudra convaincre Europe Ecologie Les Verts, le PC, le Front de Gauche, qui sont pour une rupture avec le système actuel, qui n'est pas remis en cause par l'actuel Parti socialiste.

Nous avons actuellement un président de la République qui est rejeté par une large majorité de français. C'est ce que nous montrent les différents instituts de sondage. Mais ce rejet ne peut tenir lieu de programme auquel les français peuvent adhérer. C'est par un vrai programme pour sortir de la crise que la crédibilité du politique sera rétablie. C'est encore possible.

Même si le Sénat haute chambre créée par le Général De Gaulle pour prendre en compte les forces conservatrices vient de se donner une majorité de gauche hostile à toute réforme,donc conservatrice, ce qui semble indiquer que la route sera longue...


Moyenne des avis sur cet article :  1.44/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • voxagora voxagora 27 septembre 2011 09:21

    .

    Je ne sais pas ce qu’Agoravox va tirer comme enseignements (renseignements ?)
    de ce n’ième article-rouleau-compresseur à enfoncer le P.S..

    Mais faisons comme si nous étions vraiment dans un endroit où on débat :

    accoler « déficit démocratique », c’est à dire l’horreur dans laquelle on baigne depuis
    l’arrivée de la sarkozie aux manettes,
    et « primaires socialistes », ce petit machin qui ne mange pas de pain,

    dans le style « tout est bon pour enfoncer le P.S », c’est d’une finesse ! 


    • Fergus Fergus 27 septembre 2011 09:27

      Bonjour, Alain.

      Pas d’accord avec vous : cette primaire est une avancée démocratique dont le principe est appelé à se répandre, et cela d’autant plus que le large socle électoral confère au candidat désigné une forte légitimité. En quoi un candidat émergeant des magouilles d’appareil, des rivalités militantes, et des transactions occultes entre courants divergents aurait-il plus de légitimité ?

      D’autre part vous comparez des choux et des navets en osant la comparaison entre les chiffres d’audience du débat de la primaire (2 heures de politique pure) et ceux de l’interview de DSK (20 minutes dans le cadre du 20 heure de TF1), chargée de toute la passion qu’a suscité dans l’opinion un fait divers sordide mettant en cause le patron du FMI. C’est n’importe quoi ! Les observateurs des médias ont d’ailleurs tous reconnu que l’audience du débat de la primaire était exceptionnelle.

      Dernier point : vous évoquez l’absence de programme au PS, et c’est pour le moins injuste car si le programme n’existe pas encore en tant que tel, on connaît d’ores et déjà le projet et les grandes lignes autour desquelles s’articulera ce programme lorsque le candidat sera désigné. Or, qu’y a-t-il en face, dans les rangs sarkozystes : strictement rien en l’état actuel des choses ! Désolé de vous contredire, mais en la matière le PS a une large avance, bien que son programme ne soit pas encore clairement dessiné.
       


      • Gabriel Gabriel 27 septembre 2011 10:16

        Encore un qui est démocrate de ses intérêts. Article partisan dégageant une forte odeur à tendance droitière. Il est vrai que, concernant la démocratie, les partis de droite nous en donne chaque jour d’éclatantes démonstrations. Manipuler la mauvaise foi à ce niveau devient un art ....


        • minidou 27 septembre 2011 15:14

          Oui on dirait bien que les articles sous faux pavillon, genre « je suis de gauche, mais il sont tellement affreux, que je n’ai d’autre choix que de voter Sarko », vont proliférer...


        • Nanar M Nanar M 27 septembre 2011 12:52

          La droite s’affole sur agoravox.
          Aujourd’hui nous avons droit à un article pro boutin, un autre anti-mélechon et ce magnifique article anti-ps.
          C’est bon , c’est très bon signe tout ça.


          • Alexis_Barecq Alexis_Barecq 27 septembre 2011 13:51


            La démocratie représentative est une démocratie de fassade, car les représentants du peuple représentent leurs propres intérêts, puis ceux de leurs commanditaires et mécènes, mais pas les intérêts de la population.

            C’est un système perfide, et l’innovation de primaires n’est que de la poudre aux yeux.

            La vrai démocratie, c’est celle des grecs de l’antiquité... où les partis politiques ETAIENT INTERDITS !!!


            • minidou 27 septembre 2011 15:07

              En effet le PS n’est pas à la hauteur. C’est une évidence.
              Mais le principal enjeux de cette élection, n’est-il pas, au final, la fin du calamiteux, guignolesque (louisdefunesque ?) sarkozy ?
              Je me demande même si dans ce rôle une chèvre ne ferait pas l’affaire (je ne parle pas de S. Royal, je vous vois venir...).


              • Chaos 27 septembre 2011 19:53

                La fin de Sarkozy au prix de l’avènement d’un PS qui disposera d’une majorité suffisante au Parlement pour abandonner un peu plus la souveraineté française à cette Union Européenne sans avenir ? ... 2012, choisir entre la mort rapide et méprisante et la mort lente et douloureuse. Ou renouer avec la guillotine mais bon...


              • bigglop bigglop 28 septembre 2011 01:57

                Souvenez-vous de la forfaiture du PS avec Aubry, Hollande, Royal, Valls, qui a permis par la seule présence en nombre de leurs députés et sénateurs d’atteindre le quorum pour valider le vote du Congrès de Versailles, du Traité de Lisbonne contre le vote référendaire des citoyens.
                Si vous êtes sado-maso, merci de le garder pour vous, mais ne venez pas pourrir ma vie avec vos libéraux sociaux-démocrates.


                • Elisa 28 septembre 2011 10:56

                  La primaire socialiste est un excellent moyen d’évacuer la question de l’alternative politique au profit de l’« incarnation » de la candidature.

                  Le PS qui ne peut opposer un programme de gauche à celui de Sarkozy croit pouvoir exister en offrant un « débat » interne qui, certes, peut faire une certaine audience médiatique mais qui ne peut que désespérer les français en attente d’une politique sociale et solidaire.

                  De même que le PS a trahi le peuple français en matière européenne, il croit qu’une pratique purement formelle de la démocratie interne pourra le dispenser d’un véritable affrontement à la politique sarkozienne.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article

PS


Palmarès