Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > La « Question nationale » palestinienne bourgeoise et réactionnaire

La « Question nationale » palestinienne bourgeoise et réactionnaire

Dans la mesure où la classe ouvrière palestinienne est concernée, la "question nationale" palestinienne confronte les différentes factions de la bourgeoisie palestinienne en guerre pour obtenir la gouvernance d'un bantoustan qui leur sera concédé au terme d'une surenchère meurtrière.

De temps à autre, les cyniques capitalistes israéliens, de concert avec la puissance impérialiste étatsunienne, interviennent dans les disputes des capitalistes palestiniens afin de donner un coup de main à l'une des factions en conflits et pour soutenir les prétentions d'un groupe de bourgeois en guerre pour un bout de terre à exploiter et une communauté d'ouvriers salariés palestiniens à surexploiter.

La chair à canon palestinienne, c'est-à-dire la classe ouvrière et la paysannerie palestinienne, est alors l'objet de bombardements sanglants, de crimes de guerre abominables ; de la destruction de leurs maisons emmurées dans le réduit de Gaza et dans quelques villes de Cisjordanie. Ils sont environ cinq millions de martyrs ainsi parqués à attendre que les factions palestiniennes se soient entendues avec les puissances internationales sur le partage des oripeaux de cette terre en lambeaux.

Comme partout ailleurs sous le mode de production et les rapports de production capitalistes, les bourgeoisies nationalistes, tant palestinienne qu'israélienne, présentent leur cause chauvine comme la défense des intérêts de leur peuple respectif. La classe dominante présente ses intérêts hégémoniques comme ceux de la "nation" tout entière. Cependant, les marxistes révolutionnaires réfutent ces prétentions "nationalistes". En autant que la classe prolétarienne est concernée, il n'existe pas de "nations" colonisatrices et oppressives aliénant des "nations" colonisées – opprimées et exploitées.

Entériner le concept de "nation oppressive" signifierait que la classe ouvrière d’une "nation" bourgeoise participe à l’oppression d’une autre "nation" – à la sujétion d'une "nation" opprimée. Or, pour opprimer un peuple – une classe – un groupe ethnique – une "nation" il faut que la classe oppressive et exploiteuse détienne le pouvoirLa classe oppressive doit contrôler l'appareil de l’État oppresseur afin de l’utiliser dans ses intérêts de classe comme instrument d’oppression d'une autre "nation" pour en tirer un bénéfice. En pays capitaliste la classe prolétarienne ne détient aucun pouvoir, aucun contrôle sur quelques éléments que ce soit de l’appareil d’État. Ainsi, la classe ouvrière américaine a toujours été sous le joug implacable du grand capital monopoliste, hier pseudo "démocratique" (sic), aujourd'hui totalitaire. La classe prolétarienne étatsunienne a été conscrite dans l’armée américaine raciste et expédiée de force dans la jungle du Vietnam pour y trouver la mort et pour y donner la mort, endoctriné par l'appareil de propagande des capitalistes étatsuniens. Jamais la classe ouvrière américaine n’a constitué la "nation" oppressive. Jamais le prolétariat américain n'a contrôlé ni été intéressé par l'oppression de la "nation" vietnamienne. Jamais la classe prolétarienne américaine n’a détenu le pouvoir de commander la guerre génocidaire contre le prolétariat vietnamien.

Une question nationale – une nation – sont des concepts nés de la révolution démocratique bourgeoise anti monarchique et antiféodale qui visait à ériger le pouvoir "démocratique" bourgeois sur une société appelée "nation". Après sa prise de contrôle de l'appareil d'État féodal, la bourgeoisie s'empressa de le transformer à son image. Elle se dépêcha de construire des frontières "nationales" pour la protection de son industrie "nationale" et garantir sa mainmise exclusive sur l'exploitation du prolétariat "national". La classe bourgeoise a conçu la morale "patriotique nationaliste" qu'elle a présenté comme universel et transcendante des classes sociales et des intérêts de classe, présentant ses propres intérêts de classe comme naturels et universels.

 

 

La lutte de "libération" nationale palestinienne

La lutte de "libération" nationale palestinienne est une initiative de la bourgeoisie palestinienne soutenue par certaines puissances impérialistes qui pêchent en eau trouble dans cette région fortement convoitée pour ses richesses pétrolières. Quelques puissances impérialistes ont d'abord déporté dans cette contrée délaissée de l'Empire ottoman déliquescent des populations européennes stigmatisées qui depuis des siècles avaient servi de boucs émissaires aux sections les plus dégénérées de la bourgeoise européenne. On poussa le cynisme jusqu'à suggérer à ces populations déportées qu'elles appartenaient à une race – à un peuple élu – (sic). L'impérialisme britannique et français visait deux objectifs, se débarrasser de populaces qui ne pouvaient plus servir leurs desseins meurtriers dans l'Europe bouleversée et implanter dans cette contrée convoitée une colonie de peuplement qui ne pourrait faire autrement que d'être en guerre perpétuelle contre les autochtones expropriés et déplacés. Plus tard, l'impérialisme étatsunien hégémonique prit la relève et assuma l'armement et le soutien de cette implantation néocoloniale occidentale. 

Aujourd'hui, la bourgeoisie palestinienne – divisée en différentes factions – promeut son combat pour se tailler un fief, une "terre nationale palestinienne" sous la tutelle d'une puissance impérialiste afin d'exploiter le prolétariat palestinien dans des "sweats-shops" sis à l'ombre du Mur de ségrégation.

 

Les sections palestinienne et israélienne de la classe prolétarienne internationale

Le prolétariat palestinien n'a aucun motif de s'entretuer pour défendre les intérêts de cette bourgeoisie cynique et meurtrière. La lutte de "libération nationale" de la bourgeoisie palestinienne pour le contrôle de fiefs ne justifie pas que le prolétariat palestinien abandonne sa lutte de classe pour le renversement du mode de production et des rapports de production bourgeois. Il en est de même pour la classe ouvrière israélienne. La section israélienne de la classe prolétarienne internationale n'a que faire de cette guerre continuelle pour la défense des intérêts impérialistes occidentaux au Levant.

Dans la mesure où la section israélienne de la classe prolétarienne est concernée, il n'y a pas de question "juive" au Proche-Orient ni nulle ailleurs. La question "juive" est un archaïsme d'une époque révolue, tout comme les questions musulmane et islamiste révèlent l'état arriéré des rapports de production dans ces régions où se côtoient des reliquats du féodalisme putréfié et l'émergence du capitalisme en phase de décadence accélérée. La nation et le peuple "juif" n'existent pas, pas d'avantage que la nation et le peuple des "Témoins de Jéhovah". Dans ces deux cas, il s'agit de groupes d'individus appartenant à différentes classes sociales et habitant des pays différents et adhérant à une idéologie commune. Les matérialistes marxistes ne reconnaissent nullement les concepts religieux de peuple "élu", ni de nation ethnique, ni de nation religieuse (sic).  

 

Les positions opportunistes et réformistes sur le nationalisme palestinien

Lors d'un récent débat au Canada quelques militants probourgeois palestiniens, assistés par quelques "juifs" (sic) athées et antisionistes favorables à une implantation pacifique des rapports de production nationalistes capitalistes en Palestine présentaient ainsi la cause de la bourgeoisie palestinienne qu'ils assimilaient à la cause du prolétariat palestinien :

" Il revient au peuple palestinien de trancher. Nous n'avons pas à trancher pour eux, mais il y a deux solutions : 1) celle de constituer deux États nationaux séparés en Palestine occupée. 2) Celle de constituer un État unique, laïc, multinational, avec une seule constitution pour toute la Palestine mandataire. Pour les communistes (sic), la chose doit se faire en deux étapes : d'abord, mener la révolution démocratique populaire et ensuite mener la révolution socialiste prolétarienne. Lénine, en 1905, avait insisté sur la nécessité de la révolution démocratique avant de passer à l'étape de la révolution socialiste. Le parti du prolétariat devait, selon Lénine, éduquer les masses populaires pour préparer les deux révolutions successives."

Voilà succinctement résumé l'ensemble de la mystification opportuniste et réformiste propagée depuis des années à propos de la question nationale bourgeoise palestinienne vis-à-vis l'impérialisme international et sa créature locale, l'impérialisme israélien.

À propos de Lénine, nous ne citerons qu'un passage qui pour nous dit tout « De toute façon, le développement du capitalisme se poursuit et se poursuivra, dans un État hétérogène unique aussi bien que dans des États nationaux distincts. Dans tous les cas l’ouvrier salarié subira l’exploitation et, pour la combattre avec succès, il faut que le prolétariat soit étranger à tout nationalisme, que les prolétaires soient pour ainsi dire entièrement neutres dans la lutte de la bourgeoisie des différentes nations pour la suprématie » (1).

Qu'en 1905, dans la Russie tsariste arriérée, semi-féodale, à peine industrialisée, comprenant plusieurs dizaines de millions de moujiks analphabètes, sans terre, et en quasi-esclavage, Lénine ait pensé que la révolution démocratique bourgeoise était une étape préalable à la révolution socialiste prolétarienne cela est tout à fait compréhensible. Cependant, dix ans plus tard, Lénine a écrit dans l'impérialisme stade suprême du capitalisme que le stade impérialiste du développement capitaliste décadent marquait le passage définitif de la lutte révolutionnaire à l'étape de la révolution prolétarienne mondiale, sans aucune étape préalable. Il n'y a rien à ajouter à ce constat fondamental et évident.

En Palestine-Israël, région fortement industrialisée, développée, soumise au mode de production et aux rapports de production capitaliste avancés, la section palestinienne et la section israélienne de la classe prolétarienne mondiale n'ont qu'un seul item à leur agenda révolutionnaire, renverser leur bourgeoisie capitaliste respective sans aucune étape préalable. Il n'y a pas de question nationale palestinienne, de révolution démocratique bourgeoise, de question islamiste, ni de question juive qui tiennent – il n'y a que la question de la révolution prolétarienne afin de mettre fin à ce mode de production décadent. 

 

______________________________

 

  1.  V. Lénine (1969). Sur la politique nationale et l’internationalisme prolétarien. Éditions de l’Agence Novosti. Moscou.Page 42.

  2. R. Bibeau (2012). Impérialisme et question nationale. Montréal. 90 pages. http ://www.robertbibeau.ca/commadevolume.html

 

 

MANIFESTE DU PARTI OUVRIER. Robert Bibeau. 2014. Publibook. http://www.publibook.com/librairie/livre.php?isbn=9782924312520


Moyenne des avis sur cet article :  2.47/5   (19 votes)




Réagissez à l'article

22 réactions à cet article    


  • diogène diogène 24 avril 2015 10:24

    Pauvre Marx !

    On lui aura tout fait !

    • César Castique César Castique 24 avril 2015 12:00

      « ... il faut que le prolétariat soit étranger à tout nationalisme, que les prolétaires soient pour ainsi dire entièrement neutres dans la lutte de la bourgeoisie des différentes nations pour la suprématie »



      Il faut..., il faut... smiley


      Ce sinistre barbichu, ensuqué à ses propres (c’est une façon de parler) chimères aurait mieux fait d’écrire »il faudrait", parce que je connais des tas de prolétaires qui lui disent M... ! à ce demi-Asiate cosmopolite. 


      Jaurès, ce de souche, qui connaissait parfaitement, lui, la psychologie de ses de souche, et des autres par voie de conséquence, a dit : - A celui qui n’a rien, la patrie est son seul bien. 

      • Robert Bibeau Robert Bibeau 24 avril 2015 13:33

        Jaurès aura dans ce domaine comme dans les autres joué les courroies de transmission entre le prolétariat enguenillé et la bourgeoisie dégénérée.

        La patrie n’aura jamais été le bien du prolétariat mais bien celui du bourgeois aujourd’hui la renie patrie puisque le développement impérialiste exige une économie mondialisée - internationalisée - globalisée. Et la go-gauche et la droite voudrait que le prolétariat s’accroche a cette guenille laissée par JAURES le social démocrate alors que ses pairs la délaisse

        poubelle d l’histoire la patrie des de souche (terme raciste et réactionnaire s’il en est )

        robert Bibeau 


        • Jonas 24 avril 2015 18:11

          @Robert Bibeau


          Est-ce bien vous ou c’est votre frère qui chantait il n’ y a pas si longtemps les louanges de Chavez ? 

          Palestine : Deux factions ennemis, deux gouvernements, deux Parlements et aucun Etat. 
          Avant de parler d’un Etat, Palestinien , essayez d’abord de faire que les deux factions se réconcilient et parlent d’une même voix. Le Président du Fatah ,Mahmoud Abbas peur visiter toutes les capitales du monde mais il est interdit à Gaza. 
          Il faut être un peu naïf , pour parler lorsqu’il s’agit du monde arabo-musulmans de « prolétariat » de Jaures et d’autres fadaises révolutionnaires. Plus de 45% des arabo-musulmans sont analphabètes. et ne connaissent même pas leur histoire et vous leur parler de noms de kafirs. 

          Avez-vous observé le silence des « printologues » au sujet des pays arabes qui avaient confondu les révoltes de la faim avec la révolution ? 
           
          Le monde arabo-musulman dans son ensemble à + besoin , de travail, de se nourrir de se loger, de se soigner et d’investissements pour créer des entreprises. Et vous en tant qu’ « Idiot utiles » vous venez avec vos gros sabots d’occidental bien nourri et à l’abri , leur parler d’impérialisme , de capitalisme ( en oubliant que les chinois,Indiens , Russes et bien d’autres s’accaparent des terres arables de beaucoup de ces pays) et autres concepts qui ont échoué en Occident. 

          Pourquoi le prolétariat qui est en fin de cycle en occident , se développerait -il  dans les pays arabo-musulmans ? 

          Pourquoi ce qui a échoué en Occident malgré le rejet de la religion comme opium du peuple et la responsabilité individuelle réussira-t-il dans les pays arabo-musulmans religieux à 98% et collectif ? Pour ne pas dire tribal ou clanique. 

          Dans la guerre en Syrie depuis 2011, , l’arabo-musulman de confession Chiite , Bachar Al-Assad à tué plus de 2000 palestiniens et encercle depuis deux ans le camp de Yatmouk, ne laissant aux pauvres habitants que le choix de mourir ou de se nourrit de chats et d’autres animaux. 
          En tant que pro-palestinien , votre devoir est d’abord de faire connaître la souffrance du camp Yarmouk au lieu de broder sur un futur Etat Palestinien. 

          Et si vous connaissiez bien le monde arabo-musulman comme vous le prétendez. Regardez l’alliance , Turquie , Arabie Saoudite en tant que sunnites qui cherchent à s’entendre pour dégommer le Chiite Bachar al-Assad allié de l’Iran et du Hezbollah. 

          Les gauchistes attardés ont vu leurs rêves s’écrouler, Vietnam, Cambodge, Cuba, Venezuela , ils se reportent sur la pays arabes sans rien connaître,de leur histoire ,leurs moeurs, coutumes traditions et de leur religion. Ils voient tout avec des lunettes occidentales et finissent pas se casser la figure. 

        • César Castique César Castique 24 avril 2015 23:14

          @Robert Bibeau


          « La patrie n’aura jamais été le bien du prolétariat... »


          Franchement, qu’est-ce que vous connaissez du rapport que LE prolétaire entretient avec sa terre natale, qui est aussi celle de ses ancêtres ? 


          Rien de plus que ce que vos deux têtes d’oeuf ont décrété arbitrairement du haut de leur suffisante supériorité intellectuelle, pour les besoins de l’application de leurs théories, et sans que leur opinion vaille une once de plus que celle du premier quidam que vous croisez dans la rue. 


          D’autant moins qu’ils n’ont pas été à l’abri de ce que Bossuet appelait le pire dérèglement de l’esprit, qui est « de croire les choses parce qu’on veut qu’elles soient, et non parce qu’on a vu qu’elles sont en effet ». Ce qui ramène Marx et Engels au rang de couillons bien ordinaires, que quelques observations sensées ne sauvent pas du désastre général.

        • Robert Bibeau Robert Bibeau 25 avril 2015 14:02

          @Jonas

          1) NON jamais ni moi ni mon frère n’avons chanté

          2) La proposition 1 ou 2 états n’est pas de nous et nous la dénonçons come une fumisterie.

          3) Il est un fait que la bourgeoisie arabe utilise les divisions sectaire religieuses - même que c’est son fond de commerce - pour se faire s’entretuer leur population respective qui ainsi oublie qui est leur véritable ennemie = eux ces gouvernants pourris - fascistes 

           


        • Robert Bibeau Robert Bibeau 25 avril 2015 14:10

          @César Castique

          1) Vous êtes probablement un ex-communiste du PCF pourrit ous M. Cesar facho.

          2) Ce que vous décrivez du lien entre le travailleur et la terre concerne le PAYSAN pré-industiel et la terre nourricière grâce au labeur du percheron.. 

          3) Au temps de l’usine et du Wall-mart - du cellulaire et de l’avion - des millions si ce n’est des milliards de déplacés - immigrés - réfugiés - et émigrés - Vous faites ridicule Castqiue - facho avec vos liens avec la Terre polluée et saccagée avec cette guerre nucléaire qui nous pend au bout du nez

          4) Et a bien y pensé le percheron ce ne serait as vous ???

          Robert

           

           


        • César Castique César Castique 25 avril 2015 15:14

          @Robert Bibeau

          Comme je subodorais, vous ne savez rien du  rapport que le prolétaire entretient avec sa terre natale, qui est aussi celle de ses ancêtres. Et vous ne savez pas davantage ce que j’ai été, ce que je suis et ce que je décris, puisque je repreésente un cas de figure que vos deux hirsutes pignoufs ne pouvaient pas prévoir, afin de vous fournir, a priori, des éléments de réflexion et d’analyse dont vous n’êtes pas capable par vous-même.


          Pensez-y le jour où vous commencerez à réfléchir - si vous pouvez - aux raisons pour lesquelles une si admirable doctrine réalise d’aussi piteuses performances au fond des urnes...


        • Robert Bibeau Robert Bibeau 26 avril 2015 18:56

          @César Castique

          Surtout caustique ne me parlez pas des URNES - pas des urnes sous aucune appellation du terme !!!

          Merci de votre incompréhension

          En tant que prolétaire je ne vous direz pas le rapport que j’entretiens avec la terre de ma shop - ma sweat shop ( smiley


        • César Castique César Castique 27 avril 2015 00:53

          @Robert Bibeau

          « En tant que prolétaire... »



          Quarante-huit heures après ma première connexion, j’avais déjà compris que le web est le paradis des mythomanes...

        • Allexandre 24 avril 2015 13:39

          Cet idéal prolétarien et internationaliste est plein de lyrisme, mais totalement utopique. Les prolétaires israéliens et palestiniens (si tant est qu’on puisse les dénommer ainsi) n’ont rien en commun au réel. Tous les mouvements nationaux du XIXème et XXème siècles démontrent que le nationalisme est plus fort que la lutte de classe, pour peu que la bourgeoisie manipule avec doigté ce sentiment national. Beaucoup d’Israéliens sont sûrs de leur droit sur cette terre, même si cela est totalement faux, et les Palestiniens, élevés depuis 67 ans dans le culte de la revanche face à cette spoliation injuste de leurs terres, ne pourront passer au dessus de ces éléments émotionnels pour faire triompher la raison intellectuelle.

          Ce qui est vrai pour les Israélo-Palestiniens l’est tout autant pour les autres peuples de la planète. Il suffit pour s’en convaincre, de voir comment le sentiment islamophobe est utilisé chez nous pour dominer la masse des Français, voire des Européens.

          • Robert Bibeau Robert Bibeau 25 avril 2015 14:26

            @Allexandre

            1) C’est ici que je vous attendais Alexandre - Toute les luttes de libération nationale du XXe siècle - très souvent dirigées par des gens se proclamant du socialisme et du communisme - ne furent qu’une suite lamentable de guerre - suivit de l’impositions de dictatures sanguinaires antipopulaires - 

            2) Elles ont les unes après les autres fait le lit de la réaction et accréditées les unes après les autres toute cette merde qu’on li ici aussi sur Agoravox à propos de l’inéluctabilité et la force des luttes de libération nationale et de la force des sentiments nationaux.

            3) OUI le mouvement communiste de gauche mondial a été battu - délité par ces collabos dit socialistes et communistes dégénérés et nous récoltons les fruits amers de nos jours = une immense confusion.

            es


          • Elisa 24 avril 2015 14:30

             Voilà exactement le type d’analyse qui n’est que le placage mécanique et absurde d’une interprétation a-temporelle et a-géographique du marxisme dont les trotskystes se sont fait les champions répétitifs depuis presque un siècle.

             C’est d’ailleurs une analyse que l’on peut utiliser chaque fois qu’on se défausse d’un engagement politique pour prétendre qu’on a à priori raison sans aucune mise à l’épreuve des réalités.

             Bref ses adeptes ont peut-être les mains propres mais ils n’ont pas de main ! On peut même ajouter qu’ils sont théoriquement et politiquement impuissants. 

             Il faut aussi ajouter enfin que cette conception bégayante des crises géo politiques a toujours abouti à légitimer l’ordre dominant : l’impérialisme capitaliste et le colonialisme.
             


            • eau-du-robinet eau-du-robinet 24 avril 2015 15:12

              Bonjour Robert Bibeau,
              .
              Intervention israélienne à Gaza en 2014
              Tel-Aviv, qui se présente toujours en victime, voudrait faire croire que son but est de détruire des tunnels. En réalité, l’objectif politique été et l’est toujours de diviser à nouveau les Palestiniens pour empêcher la création d’un État.
              .
              Quoi de mieux qu’une guerre pour attiser les haines, rendre les populations, meurtries, opposées à toute paix avec un tel voisin, diviser à nouveau les organisations politiques et renvoyer la création d’un État palestinien dans les frontières de 1967 avec Jérusalem-Est comme capitale aux calendes grecques  ? C’est le calcul cynique de Netanyahou.
              http://www.michelcollon.info/Les-vraies-raisons-de-la-guerre.html
              .
              Des milliers d’Arabes israéliens ont protesté jeudi (hier) contre la destruction de leurs maisons et l’exode massif de Palestiniens il y a 67 ans, le jour où Israël célébrait l’anniversaire de sa création.
              .
              Israël fêtait jeudi dans l’allégresse le jour de l’Indépendance, anniversaire de la proclamation de l’Etat le 14 mai 1948. Cet anniversaire est célébré selon le calendrier juif et tombait cette année le 23 avril 2015. Mais pour les Palestiniens et de nombreux Arabes israéliens descendant des Palestiniens qui sont restés sur leurs terres, la création d’Israël, la guerre qui l’a accompagnée ainsi que la fuite de centaines de milliers de Palestiniens sont considérés comme la « Nakba » (la « catastrophe »).
              http://www.france-palestine.org/Israel-fete-sa-creation-les-Palestiniens-l-exode
              .
              Le Sionisme et l’antisémitisme : l’Accord signé en août 1933 entre les plus hautes autorités sionistes et nazies
              L’accord Haavara, qui bénéficiait du soutien des plus hautes autorités nazies et des plus hautes autorités sionistes, traduisait les intérêts complémentaires des nazis qui voulaient que les Juifs quittent l’Allemagne et des sionistes qui voulaient qu’ils émigrent en Palestine...
              http://www.michelcollon.info/Le-Sionisme-et-l-antisemitisme-l.html
              .
              Si j’avais su qu’il était possible de sauver tous les enfants d’Allemagne en les transportant en Angleterre, mais seulement la moitié en les transportant en Palestine, j’aurais choisi la seconde solution – parce que nous ne devons pas seulement faire le compte de ces enfants, mais nous devons faire le compte de l’histoire du peuple juif.Ben Gourion, décembre 1938.
              http://www.michelcollon.info/Le-Sionisme-et-l-antisemitisme-l.html
              .

              Dès la fondation de l’État, le sionisme conserve cette attention particulière au collectif palestinien, cherchant, comme ses prédécesseurs britanniques, à le diviser sur des bases communautaires, ethniques ou religieuses. A cet effet, des droits particuliers vont être donnés aux Druzes, aux bédouins ; aujourd’hui une loi vient même de créer une nouvelle nationalité « araméenne » destinée à cliver entre Palestiniens chrétiens et musulmans.
              .
              Étrange confusion du national, racial et religieux, sur laquelle on reviendra dans la dernière question étudiée, mais aussi redoutable arme de division. C’est ainsi qu’en 1979, le gouvernement israélien autorise le Hamas. Et comme l’indique un rapport français de la DGSE de 2002, repris et commenté par le site Bakchich, cette structure est « reconnue et autorisée par Israël en 1979 » car ce courant religieux est « considéré comme un antidote à la montée du nationalisme palestinien ».
              Si l’on considère les trois principaux partis en Palestine aujourd’hui – Fatah, Hamas et Jihad islamique, il est à remarquer que
              - le Fatah ne peut être réduit à une composante seulement nationaliste, il a en effet toujours gardé ses références musulmanes et ménagé des places aux chrétiens, il n’est pas un parti purement laïque comme on veut bien l’imaginer ici en Occident.
              http://www.ujfp.org/spip.php?article3694
              .
              - Originellement issu de la mouvance des Frères musulmans, le Mouvement de la résistance islamique (Hamas) s’implante dans ce cadre en 1973 à Gaza, dans un premier temps sous la forme d’une association culturelle dirigée par feu cheikh Ahmed Yassine. C’est en décembre 1987 avec la première Intifada dans les Territoires occupés que le Hamas annoncera sa création.
              .
              Dès lors, selon des commentaires de la DGSE française «  les Israéliens encouragent le Hamas en tant que pendant religieux de l’OLP [laïque et nationaliste, NDLR] qu’ils veulent « affaiblir  ». La stratégie vise à « inciter au conflit armé » entre les deux organisations et « créer ainsi une guerre civile palestinienne  ». L’Etat hébreu « commet l’erreur de croire qu’avec le Hamas les Palestiniens seraient occupés à se battre entre eux au lieu de lutter contre Israël », mais les deux camps palestiniens « conscients des visées israéliennes ont tôt fait de signer une charte régissant leurs rapports » fixant des lignes rouges à leurs divisions.
              Si la nouvelle organisation à laquelle Israël laisse le champ libre, « se concentre sur les œuvres religieuses et caritatives », elle fonde dans la foulée « son aile militaire les Brigades Azzedine Al Qassam » qui concentre ses activités contre l’occupant. Déclaré illégal par Israël en septembre 1989, le Hamas verra son chef, Cheikh Yassine, assassiné en 2004.
              .
              http://www.ujfp.org/spip.php?article3694
              .
              Une des stratégies principales d’Israël consiste à créer, provoquer des conflits chez ses adversaires pour les diviser. C’est ainsi que l’état d’Israël à mis quasiment tout le proche et moyen orient à feux et à sang avec ses projets labellisées comme suite :
              .
              1. Le plan de ré-modélisation du proche et moyen orient
              2. Le plan de balkanisation du proche et moyen orient
              3. La théorie de « l’arc de crise »
              .
              Une vidéo suivante illustre cette politique machiavélique sioniste :
              https://www.youtube.com/watch?v=GlewpXgr4zI
              .
              .


              • Dany romantique 24 avril 2015 16:15

                Mon cher Bibeau,

                vous êtes dans une lecture de luttes des classes « pure et parfaite » et vous avez raison -au fond -sur la transversalité du capitalisme qui se place « au dessus » des nations ; Votre analyse est dans une certaine manière celle que le NPA présente. Sauf que, à moins d’être anti-démocratique au nom et pour le bien des peuples, il faut admettre les ressorts identitaires qui fondent et fédérent une société.
                En terre arabe c’est l’islam et et la religion qui prime la racine identitaire. Les palestiniens, comme les autres découvriront plus tard la lutte des classes. C’est une question de « palier » de maturation citoyenne. Pour eux le capitalisme n est pas le problème, c’est une abstraction. Dans le fond ils ont tord mais quel est le plus important pour les bédouins palestiniens opprimés par l’oppression israëlienne ? Pour eux le réflexe identitaire- et surtout religieux- constitue le curseur minimum d’une vie en société.
                La question de la bourgeoisie n’est accessible que lorsque l’on a à manger ans le frigidaire, du travail, une police, une armée, des institutions et surtout des terres et des frontières (eh oui !..) qui consacrent une société ou une nation. On peut le regretter (l’internationalisme prolétarien) mais c’est ainsi. Les sociétés arabo-musulmanes n’ont pas conscience de classe. Ils ne fonctionnent pas ainsi...
                Quel est le plus important pour une ethnie ? c’est la question tribale, qui représente le gâteau. Après on pense au partage du gâteau.
                CQFD. 

                • Anouar3 19 mai 2015 00:34

                  @Dany romantique
                  Grosso modo je partage votre analyse. Dans notre jargon arabe chez nous en Algérie, on dit « Hayni el youm we katalni ghadoua », traduction : « Fais-moi vivre aujourd’hui et tue-moi demain ».
                  Ce qui va dans le sens de vos paroles.je ne suis pas contre le principe de « lutte de classes » mais en Palestine le plus urgent est d’arrêter le génocide sioniste contre les palestiniens musulmans et chrétiens. Si les Palestiniens sont chassés ou tués il n’y aura pas de classes sociales palestiniennes, donc pas de lutte de classes entre les Palestiniens et les envahisseurs sionistes. Cette « lutte de classes » de l’auteur n’est pas dans son contexte, elle est destinée comme argument pour tenter d’éliminer la lutte de libération nationale qui est le seul moyen de mettre fin au colonialisme sioniste et la libération de la Palestine, car, les envahisseurs sionistes détruiront bourgeoisie et prolétariat palestiniennes sans distinction.


                • andromerde95 26 avril 2015 21:47

                  on a trouvé le frère d’isga. 


                  • Robert Bibeau Robert Bibeau 1er mai 2015 15:03

                    ÉTRANGE Comme le hasard fait curieusement les choses

                    Le 28.4.2015 Info-Palestine publiait cet article annonçant la FIN DU CONFLIT NATIONALISTE ISRAÉLO ARABE à la demande de leurs sponsors occidentaux.

                    http://www.info-palestine.net/spip.php?article15348

                     

                    Avions-nous besoin d’une telle confirmation éclatante de notre thèse présentée ci-devant ???

                    No évidemment.... Robert Bieau Directeur LES7DUQUÉBEC.COM 


                    • Anouar3 19 mai 2015 00:08

                      Si on suivait la logique de l’article, les luttes de libération algérienne du 1er novembre 1954 et aussi des autres peuples qui ployaient sous le joug étranger étaient une erreur ? Donc, au nom d’un marxisme-léninisme revu et corrigé la lutte de libération nationale palestinienne fait fausse route ? Lénine avait échoué en URSS selon l’auteur mais en Palestine ses idées sont bonnes à appliquer à condition d’abandonner la lutte de libération nationale en Palestine. Au début de la page, il colle le drapeau palestinien avec le drapeau sioniste du colonisateur pour souligner l’égalité de la légitimité entre le colonisé et le colonisateur ? Donc, tout est bon pour appuyer le sionisme et son occupation de la Palestine !!! C’est du marxisme-léninisme ça ??? J’en doute fort !!!


                      • jaja jaja 19 mai 2015 00:30

                        @Anouar3

                        C’est effectivement la négation de toute colonisation. Bibeau étant canadien et « progressiste » on peut s’inquiéter pour le sort des Indiens du Canada, colonisés et massacrés et qui exigent toujours de recouvrer leurs terres...

                        http://www.freedomarchives.org/audio_samples/A

                        Quand aux Palestiniens évidemment que recouvrer leur souveraineté sur leur terre est le plus élémentaire de leurs droits !


                      • jaja jaja 19 mai 2015 00:47

                        Le lien plus haut ne fonctionne pas. Je le replace ici :

                        http://www.freedomarchives.org/audio_samples/AIM.html


                      • Robert Bibeau Robert Bibeau 20 mai 2015 18:12

                        @ Jaja

                        Ce sont les petits bourgeois amérindiens soutenus par la petite-bourgeoisie go-gauche des villes canadiennes qui réclament la création d’un État bourgeois autochtone - comme celui que l’État impérialiste canadien leur a accordé au NUNAVUT. Toute des choses que ces Go-gauchistes appellent la LUTTE DE LIBÉRATION NATIONALE AUTOCHTONE. 

                        A la Baie James également le gouvernement bourgeois québécois a accordé des prébendes généreuses aux chefs de bande autochtone qui ont alors proclamé qu’ils avaient gagné la LUTTE DE LIBÉRATION NATIONALE AUTOCHTONE DANS CETTE partie de leur « patrie » nationale bourgeoise. Les peuples autochtones continuent quand à eux de mourir en bas âge, de sniffer de la colle, de se prostitué, de vagabonder dans les villes, de mourir sur leurs réserves et les chefs se promènent en jets  AIR NUNAVUT

                        Poussez-vous ignare

                        Le peuple Palestinien sous la botte Fatah-Hamas vit exactement le même drame et jamais ces larbins bourgeois ne stopperont le génocide de ce peuple qui ne peut avoir qu’un seul allié - le prolétariat du monde entier y compris celui d’Israël même si je le sais il reste bien du chemin à franchir. De toute façon - marcher à reculons ne rapprochera jamais les ouvriers palestiniens de leur objectif de libération de classe ( smiley)

                         

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès