Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > La rançon du mépris

La rançon du mépris

« C’est l’échec de la politique de diabolisation du FN, assure Denis Baupin. Il faut arrêter de jouer sur des fantasmes de la peur qui ne sont plus ressentis par les Français. Désormais, il faut lutter projet contre projet »

Élections : la bérézina des écologistes et de la gauche

 

PNG - 117.7 ko
Petit matin brun et pluvieux.

Ce ne sont plus des élections que nous avons dans ce pays, mais des catastrophes naturelles. En tout cas, c’est ce que l’on pourrait penser tant on nous rabat les oreilles avec le séisme ou le tsunami (c’est selon les allégories climatiques) des Européennes 2014. Ce qui est fort cocasse si l’on repense au grand silence médiatique qui a précédé la tempête électorale. Cela dit, chacun y va aujourd’hui de son interprétation au doigt mouillé et surtout, cherche qui pourrait bien porter le chapeau de cette débâcle pourtant maintes fois annoncée.

Abstention, piège à cons !

Je dois avouer que c’est ma préférée de la matinée. Si le FN a remporté le morceau d’aussi éclatante façon, c’est de la faute aux abstentionnistes… mais surtout pas celle des journalistes et des politiques des médias et partis dominants, dont on sait comme ils n’ont pas épargné leur peine pour donner au plus grand nombre de bonnes raisons et une sacrée envie de s’impliquer dans cet acmé démocratique qu’a été cette campagne des Européennes 2014. Une campagne exemplaire en tous points, qui a pris soin de ne pas laisser sur le côté les grandes questions de société qui préoccupent la majorité de nos concitoyens… celle-là même qui a préféré de ne pas faire le déplacement hier.

Donc, on brocarde les abstentionnistes, ces pourvoyeurs du fascisme, sans même se poser la question essentielle : pourquoi diable tout le monde a-t-il l’air de penser que les abstentionnistes auraient voté différemment du reste du corps électoral ?

Tout d’abord, imaginer que les abstentionnistes auraient un comportement radicalement différent de celui du reste de la population est une interprétation pour le moins fallacieuse. Imaginer que 57 % de personnes puissent avoir un comportement radicalement différent des autres 43 % serait un défi aux lois statistiques. Même si le fait de ne pas aller voter les différencie du reste de la population, ils peuvent au mieux par leur mobilisation infléchir telle ou telle tendance, reste à savoir dans quel sens. Si l’abstention représente un défi aux partis de tout bord, alors il est à craindre qu’elle n’accentue le vote protestataire dont on sait qu’il est aujourd’hui (malheureusement) porté par le FN. Les municipales ont montré qu’un niveau plus élevé de mobilisation ne changeait pas radicalement la donne.

Catastrophe annoncée, par Michel Leis

Et d’ailleurs cette corrélation supposée entre abstentionnisme et autoroute dégagée pour le FN a tendance a être sérieusement démentie par les faits. Ainsi, dans ma campagne traditionnellement acquise depuis des lustres aux caciques du PS, la forte mobilisation – elle aussi très traditionnelle et remarquable – de l’électorat n’a pas empêché le FN de faire des scores d’autant plus retentissants qu’ils dépassent largement la moyenne nationale déjà fort peu réjouissante.

Encore plus éloquent, la sociologie de la dissidence : si le FN a été majoritairement porté aux urnes par le vote des jeunes et des ouvriers, il se trouve, étonnamment, que ce sont ces deux mêmes catégories qui se sont également le plus abstenues.
Comprenne qui pourra.

D’ailleurs, les chiffres sont plus têtus que toutes les mules des contrebandiers de l’Histoire réunies : l’abstention a été plus faible en 2014 qu’en 2009 et le FN est passé de 6 à 25 %.

La raclée

Ce qui est intéressant, c’est de noter qu’entre les présidentielles de 2012 et les Européennes de 2014, le FN a baissé en nombre de voix. En valeur absolue, il n’a pas progressé d’un pouce. C’est juste que les partis majoritaires habituels, eux, ont pris une énorme raclée. Autrement dit, le gros de la classe politique régresse, c’est juste que le FN régresse nettement moins vite que les grosses formations.

Certes, l’on me répliquera doctement que je compare des navets et des carottes. Dans un premier temps, les deux s’additionnent fort bien dans le pot-au-feu. Ensuite, les gens ne votent pas en fonction des types de scrutins, mais de la situation au moment du vote. Ainsi, deux scrutins qui n’ont pas grand-chose à voir en terme de circonscription, de portée ou de rayon d’action ont toujours tendance à présenter les mêmes configurations politiques s’ils se succèdent rapidement dans le temps. Ce n’est d’ailleurs pas pour rien qu’on a groupé les législatives au cul des présidentielles, histoire d’optimiser les chances d’avoir une Assemblée nationale en adéquation avec le pouvoir exécutif fraichement mis en place et de s’éviter ainsi au maximum d’avoir une chambre d’opposition ou de se retaper le traumatisme de la dissolution.

Tout se passe comme si les gens prenaient note à chaque fois de la politique menée suite à leur choix électoral et ajustaient ensuite leur vote en fonction de leur satisfaction ou déception, c’est à dire, comme si chaque vote était la sanction du précédent.
On pourrait même appeler ça un vote sanction.
Ce serait étonnant non ?

D’imaginer que les gens puissent avoir des réflexions du genre : puisque ces cons n’ont pas tenu leurs promesses, ils peuvent crever pour que je revote pour eux.

Mais non, c’est bien connu, les électeurs sont des veaux avec une mémoire de poisson rouge.

La République du mépris

JPEG - 87.8 ko
C’est arrivé près de chez nous

Comme d’habitude, le personnel politique se dépêche de nous annoncer que cette fois-ci, il a bien entendu ce petit peuple qu’il est censé représenter. Finalement, de Gaulle avait tout résumé dans un sublime grand écart qui allait du les Français sont des veaux ; la France entière est un pays de veaux à je vous ai compris, ce qui fait probablement de lui le plus grand – et le seul répertorié à ce jour – vitulinologue n’ayant jamais existé !

Et comme d’habitude, il nous explique qu’il va continuer exactement la même politique, dans la même direction, mais en y allant plus vite… et probablement en klaxonnant. Ah oui, et sans oublier une grosse tartine de pédagogie au saindoux, parce que c’est évident, on est vraiment trop con pour comprendre que tout cela, c’est pour notre bien.

« Il y a un très grand scepticisme vis-à-vis de ceux qui gouvernent ou ont gouverné, je le sais bien, mais il ne s’agit pas de baisser la garde », a dit Manuel Valls. « Une feuille de route a été tracée et moi, je ne veux pas changer cette feuille de route. »

« Je crois que nous devons continuer, expliquer et surtout qu’il y ait des résultats concrets. Tant que le chômage ne baisse pas, tant que le pouvoir d’achat n’augmente pas, tant que les impôts ne baissent pas, les Français ne nous croiront pas. »

De nombreux responsables de la majorité avaient déjà dit qu’il ne faudrait pas s’attendre à un changement de cap en cas de déroute électorale, en dépit de la révolte de parlementaires socialistes contre le plan d’économies de 50 milliards d’euros du gouvernement.

Le gouvernement tente de réagir au séisme politique

Encore plus fort, Valls dégaine l’arme fatale : il va baisser les impôts !

« Il faut de nouvelles baisses d’impôts, notamment de l’impôt sur le revenu, parce que ces impôts, cette fiscalité pèsent lourdement sur les couches populaires et les classes moyennes. Il le faut parce que c’est devenu insupportable », a dit Manuel Valls sur RTL.

« Je suis convaincu qu’après une augmentation de 30 milliards d’impôts entre 2010 et 2012, et la même somme depuis 2012, il faut baisser la fiscalité », a-t-il ajouté.

Selon ses proches, le Premier ministre n’aurait fait que confirmer sa détermination à réduire la pression fiscale plutôt que d’annoncer une nouvelle salve de baisses d’impôts.

« Ce n’est pas une annonce, cela confirme les baisses d’impôts prévues », dit-on dans son entourage.

Le gouvernement tente de réagir au séisme politique

Déjà, il nous prend des billes, parce qu’il n’annonce rien d’autre que ce qui était déjà prévu.

Ensuite, il prouve définitivement qu’il n’a rigoureusement rien à cirer des élections, de leur résultat et de toutes ces conneries pseudodémocratiques.

Puisqu’on vient justement de lui expliquer que ce sont les prolos qui votent le plus pour les fachos. Les gars qui finissent le mois le 5. Qui surfent sur le seuil de pauvreté et qui ne sont donc absolument pas concernés par d’éventuelles baisses d’impôts. Sauf qu’il faudra bien compenser ce nouveau recul des recettes et qu’il y a fort à parier qu’il se fera aux dépens des prestations sociales redistributives, celles-là mêmes qui concernent directement tous les prolos et qui ont pour objectif de réduire les inégalités et donc, la colère et la frustration légitimes des gueux de la République.

De toute manière, comment s’étonner que les classes populaires se réfugient dans la contestation électorale, que ce soit par le vote FN ou l’abstention, alors que le parti qui est censé défendre leurs intérêts de classe majoritaire de ce pays a décidé de les laisser tomber dans le plus parfait mépris ?

Ne vous demandez pas ce que la gauche peut faire pour la population, demandez-vous ce que la population peut faire pour la gauche.

En avril et mai 2012, la sociale technocratie représentée par le PS et François Hollande a gagné les élections législatives et présidentielles contre la technocratie libérale représentée par l’UMP et Nicolas Sarkozy. Cette victoire résulte d’un plan de bataille conçu par les stratèges de Terra Nova, un « think tank » proche du PS, « piloté par une demi-douzaine de permanents, doté d’un budget annuel d’environ 500 000 euros, financé par des mécènes comme Areva, Air France, Microsoft, ou la S.N.C.F. (Le Monde, 20 juillet 2012)

Loin d’être secret, ce plan de bataille publié sur le site de Terra Nova, le 10 mai 2011, était lu et commenté par les membres du microcosme politicomédiatique. Aujourd’hui les analystes de Terra Nova ont rejoint les bureaux des ministères, sauf le principal d’entre eux, Olivier Ferrand, mort d’un jogging de trop.

Leur rapport, « Gauche : quelle majorité électorale pour 2012″ (Bruno Jeanbart, Olivier Ferrand, Romain Prudent), exhibe un cynisme si époustouflant, si décomplexé dans le séquençage marketing de l’électorat, il explique avec tant d’ingénuité comment manipuler et duper chaque catégorie, ou pourquoi il faut mépriser la classe ouvrière, que nous ne pouvons faire moins que de contribuer à notre tour à sa publicité, suivant la maxime de Marx : « Il faut rendre la honte plus honteuse encore, en la livrant à la publicité. »

Notre seul regret est de ne pouvoir publier aussi les notes de Patrick Buisson, l’éminence brune de Nicolas Sarkozy, dont le contenu aurait à coup sûr démontré la symétrie, la similitude et la complémentarité des deux hémisphères partidaires de la technocratie.

Rapport de Terra Nova sur la stratégie électorale de la gauche (2011)

Qui sème le mépris, récolte le fascisme.


Moyenne des avis sur cet article :  4.68/5   (76 votes)




Réagissez à l'article

122 réactions à cet article    


  • Alpo47 Alpo47 27 mai 2014 10:41

    Il y a longtemps que les « vrais démocrates »auraient du démonter les projets du FN et éviter de tomber dans ces tentatives de diabolisation. Les guignols de C+ notamment continuent des les montrer « la bave aux lèvres ».

    Mais, pour attaquer « projet contre projet », il aurait d’abord fallu que les « partis de pouvoir » en aient et qu’ils soient acceptables par les électeurs. Or, ils n’en ont qu’un seul : continuer, comme si de rien n’était. C’était vraiment trop difficile à défendre.

    Par conséquent, on continuera de continuer de tenter de diaboliser et de parler des « néo-nazis » qui vont reconstruire des camps de concentration .

    Et le FN continuera de demeurer la seule alternative au pouvoir, par conséquent ...


    • Monolecte Monolecte 27 mai 2014 13:19

      Oui, l’instrumentalisation de la peur du FN a permis de masquer le fait que toutes les formations politiques adhèrent aux valeurs du capitalisme débridé, inégalitaire et productiviste et n’ont donc pas d’autre programme que le maintient des classes possédantes au sommet de la chaine alimentaire... toutes les formations, y compris le FN.


    • jaja jaja 27 mai 2014 13:31

      Vous pensez vraiment que ces gens là sont pour le maintien du système capitaliste ?

      http://www.youtube.com/watch?v=vKoHjW-kpeo

      Qu’attendons-nous pour les soutenir en masse (eux et tous les autres qui se battent dans le silence médiatique)...


    • Alpo47 Alpo47 27 mai 2014 13:37

      Bien entendu, le FN n’est absolument pas une alternative. Il sert juste à diaboliser les opposants « tu es contre l’euro, l’UE, ... tu es donc du FN ... fasciste... antisémite ...etc.. ». Toute constestation est ainsi étouffée, diabolisée. C’est la fonction essentielle (la seule ?) du FN.

      Et les débordements, notamment de JMLP, aident à créer ce phénomène de repoussoir et ... à maintenir le système en place.

      Le FN ne veut absolument rien changer, d’ailleurs, il sait bien qu’il n’a aucune chance d’accéder au pouvoir. Ainsi des élus du parlement européen qui sont noyés dans 750 élus de tous bords. Aucune chance de faire évoluer quoi que ce soit.

      Juste une mascarade supplémentaire. Les contestaires se sont fait plaisir, pourtant demain sera semblable à hier.

      Toujours ... « faire mine de changer pour que surtout rien ne change »


    • Monolecte Monolecte 27 mai 2014 13:48

      Je suis certaine que les dirigeants du FN, pratiquement tous des gros bourgeois assujétis à l’ISS, sont pour l’accentuation du modèle capitaliste libéral dont ils sont les principaux bénéficiaires. Ensuite, ils ont travaillé leurs discours et leurs promesses, parce que, contrairement à Terra Nova qui a conseillé les socialos, ils savent compter et donc qu’ils ont absolument besoin des voix des prolos pour prendre le pouvoir.
      Il suffit de se pencher sur leurs actes et leurs œuvres !


    • Le printemps arrive Le printemps arrive 27 mai 2014 14:16

      @alpo : le FN ne demeure la seule alternative visible médiatiquement au pouvoir seulement par le fait qu’il a un accès aux médias dominants plus aisé que les autres.

      Sinon, des alternatives il y en a pleins et pour tous les goûts (j’ai eu perso un faible pour celle-ci).


    • leypanou 27 mai 2014 17:58

      @Monolecte :

      " le fait que toutes les formations politiques adhèrent aux valeurs du capitalisme débridé, inégalitaire et productiviste et n’ont donc pas d’autre programme que le maintient des classes possédantes au sommet de la chaine alimentaire " : c’est quoi cette généralisation facile ? Je ne pense pas que le M’PEP, en ne prenant que lui, malgré le fait que je ne partage pas toutes ses positions, ait comme programme le maintien des classes possédantes au sommet de la chaîne alimentaire.


    • Croa Croa 27 mai 2014 18:38

      « les dirigeants du FN, pratiquement tous des gros bourgeois assujétis à l’ISS, »

      Oui, mais font-ils partie de l’oligarchie ? Le vrai pouvoir est maintenant relativement concentré (Les Bilderberg et quelques banques ) et il est tout à fait possible que sous la première couche de crabes du panier une stratégie de récupérations populaires soient jugée pertinente.

      Si oui ce sont évidemment de faux amis mais pour autant faudrait-il en rejetter l’opportunité ? L’oligarchie ne se gêne pas pour user des divisions prolétariennes, alors après tout ? 


    • Emmanuel Aguéra Emmanuel Aguéra 27 mai 2014 23:26

      Si je comprends biens l’auteuse, la voix de la majorité est celle de la raison ?????
      Hum... ça se saurait, non ? smiley


    • Denzo75018 28 mai 2014 07:30

      Canal+ est persuadé de manipuler ses spectateurs ! Après avoir involontairement fait élire CHIRAC : « Manger des pommes », ils vont être l’instrument de la victoire du FN ! Ne devraient-ils pas réfléchir au fait que 40% des -30ans ont voté FN....Même sur leur coeur de cible, les guignols n’ont pas prise ...


    • Jean J. MOUROT Jean J. MOUROT 27 mai 2014 10:59

      « attaquer « projet contre projet »

      L’ennui, c’est que les medias et la plupart des électeurs se sont focalisés sur leurs rancœurs mais qu’on n’a fait aucun cas des projets de ceux qui en avait (qui a lu les propositions de  »Nouvelle Donne« , p. ex. ?)
      On a clamé Oui ou non à l’Europe, oui ou non à Hollande/Valls mais l’on n’a pas cherché à améliorer les choses. Ce vote n’a été qu’un immense défouloir !

      Quant à vouloir éradiquer le mouvement »bleu marine" en continuant mécaniquement à le diaboliser, on a vu que cela ne marchait plus. Et si la fille Le Pen arrivait en tête aux présidentielles, je ne suis pas sûr qu’on mobiliserait comme on l’a fait lorsque son père a dépassé Jospin !

      • Monolecte Monolecte 27 mai 2014 13:26

        J’ai entendu vaguement un leader de l’UMP (peut-être même Copé...) qui appelait au sursaut républicain...
        Je me souviens - et je ne dois pas être la seule - du vote Chirac avec des pinces à linge sur le nez. Et surtout qu’ensuite, une politique brutale a été appliquée sous prétexte que nous l’aurions choisie (monstrueux foutage de gueule, quand même) et que le port de la pince à linge a été interdit dans les bureaux de vote.

        M’étonnerais fortement que le coup du front républicain marche une fois de plus. Parce que la majorité des gens se lasse du chantage à l’alternance, parce que depuis le début de la fausse crise, certains prennent bien plus cher que les autres et n’ont franchement plus grand chose à perdre, comme en témoigne cet excellent article que je vous invite à lire en entier :


      • 65beve 27 mai 2014 18:41

        Monolecte,
        La seule chose qui ne m’a pas fait regretter d’avoir choisi Chirac en 2002, c’est que ce dernier n’a pas envoyé nos enfants se faire tuer en Irak.
        Pour le reste......

        cdlt.


      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 27 mai 2014 19:58

        Le FN a été propulsé dans les médias par Mitterrand en 1984.
        C’est Roland Dumas qui l’explique.

        Le FN n’avait pas seulement pour fonction de diviser la Droite, mais aussi de servir de contrefeu à toute velléité de sortir de l’ UE, de l’euro et de l’ OTAN, ou de cesser de voter pour tous les Partis europathes par un chantage :
         « Votez pour nous, sinon, ce sera le FN qui passera ! » - « Pacte républicain contre le FN ! » etc.

        J’ai aussi voté Chirac avec une pince à linge sur le nez. La Gauche utilise avec le FN une technique de manipulation qui s’appelle « psychology reverse ».

        Quand un gouvernement ne veut pas ouvrir un débat comme la sortie de l’ UE, il charge du sujet le Parti le plus rejeté et ne discute qu’avec lui.

        Vous avez pu remarquer dans cette campagne, qu’il n’y avait pas de débat sans le « spécialiste FN euro critique ». Aucun Prix Nobel d’économie, ni Jacques Sapir, ni Berruyer, ni Philippe Murer, ni Asselineau, ni Etienne Chouard n’ont été invités pour parler de l’ UE et de l’ euro... Rien que le FN.

        L’utilité de cette technique consiste à répondre à tous ceux qui n’ont rien de commun avec le FN : « Vous voulez sortir de l’ UE ? Mais c’est une idée de fachos, comme le FN ?! »

        Pendant 40 ans, beaucoup d’électeurs sont allés voter « pour que le FN ne passe pas », cette fois, ils sont tellement en colère contre la classe politique, qu’ils ne se sont même pas déplacés. Le FN a perdu plus de 2 millions d’électeurs, les autres encore bien davantage !

        S’il y avait un bilan à faire, ce n’est pas sur le FN, c’est sur la colère qui monte chez les autres...


      • 65beve 27 mai 2014 21:40

        @Fifi,
        « Le FN a été propulsé dans les médias par Mitterrand en 1984. »

        il a aussi été propulsé à l’Assemblée Nationale avec plus de 30 députés.

        cdlt


      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 28 mai 2014 06:03

        65 beve,
        Toujours grâce à Mitterrand !
        C’est Fabius qui a fait changer la loi électorale pour y introduire de la proportionnelle aux élections législatives de 1987.

        Si vous ne comprenez pas que vous êtes l’idiot utile de la Gauche depuis 40 ans, tant pis pour vous !


      • brieli67 28 mai 2014 20:04

        INTERVENTION UN


        de l’ami de PASQUA

        trés matinal

      • Radix Radix 27 mai 2014 11:09

        Bonjour Monolecte

        Bon billet qui reflète mon état d’esprit d’abstentionniste.
        Je ne voyais pas la nécessité de déposer un bulletin blanc dans l’urne et encore moins de voter FN.

        Par contre je n’ai pu trouver la définition de « vitulinologue » ?
        Pourriez-vous éclairer ma lanterne.

        Radix


        • Monolecte Monolecte 27 mai 2014 13:28

          C’est un pur néologisme de mon invention, mais construit sur de bonnes bases latines smiley
          M’a beaucoup fait rire de le créer, celui-là !


        • Radix Radix 27 mai 2014 15:23

          Merci Monolecte.

          Comme la tête de veau était son plat préféré, j’ai fini par décrypter vôtre « rébus ».

          Mais, à sa décharge, je dois dire que, contrairement à son grand prédécesseur, il ne les méprisait pas les « veaux », il leurs a même évité une guerre en Irak !

          J’en parle d’autant plus que je n’ai jamais voté pour lui.

          Radix


        • Croa Croa 27 mai 2014 18:52

          Amis bobos,

          S’il vous plaît pensez aux pauvres sujets ordinaires n’ayant jamais fait de grec ou de latin...

          Moi je suis largué, là ! smiley

          (Mais bon ça ne fait rien... Comme d’habitude on passe...  !


        • Monolecte Monolecte 27 mai 2014 19:07

          Tu sais, j’ai cherché s’il existait un mot pour spécialiste du veau (il y a des mots pires que ça), mais non. Donc, j’ai cherché s’il existait un mot pour relatif au veau... c’est vitulin du latin vitulinus (quand même... smiley). Donc, tu bricoles une terminaison en logue et hop, tu as ton spécialiste du veau smiley


        • Radix Radix 27 mai 2014 19:19

          Bonsoir Croa

          Nul mépris et en plus tu peut me traité de bouseux mais pas de bobo !

          J’ai du demander à Monolecte de m’aiguiller, car mes classes latines sont fort loin et il m’a fallu l’aide d’internet pour comprendre : j’avais oublié que vitulus était le veau !
          Si j’ai répondu de façon sibylline c’est que je ne voulait pas lui gâcher son effet, d’ailleurs Alinea plus bas a fait de même.

          Radix


        • ffi ffi 27 mai 2014 20:47

          Le veau en latin se dit vitulus
          Mais il faut prendre le génétif : vituli = « du veau ».
          d’où vitulilogue -> spécialiste du veau.
           
          Cela dit, cela ne se fait pas trop de mélanger racines latines et racines grecque, dit-on. En grec, le veau se dit μόσχος (= moschos, à prononcer moscos), d’où le terme qui s’en déduit moschologue -> spécialiste du veau.

          Bon, je pinaille, mais je suis content d’avoir trouvé une collègue en ingénierie des mots. Le français a cet intérêt que l’on peut y former les mots dont on a besoin en puisant dans le lexique de deux langues mortes, le grec ancien et le latin. Mais cette possibilité n’existe que s’il y a une connaissance de ces langues, ce qui était vrai dans l’éducation lettrée classique. Or, celle-ci est en train d’être éradiquée : les licences de lettres classiques vont être supprimées l’an prochain, si elle ne l’ont pas déjà été...


        • Croa Croa 27 mai 2014 23:12

          Ffi !

          On peut aussi combiner des mots connus de tous et jouer avec les préfixes et les suffixes, etc... Avantage : Tout le monde peut le faire et tout le monde comprend !

          Il y a aussi la manière élitiste consistant à reprendre le jargon anglo-saxon. Ceci dit, amis lettrés, je préfère encore la votre ! smiley


        • Monolecte Monolecte 28 mai 2014 00:20

          J’avais pensé à bovidologue, mais c’était moins drôle à l’oreille smiley


        • ffi ffi 28 mai 2014 10:52

          Croa : le français se prête mal à des compositions à l’aide des mots de la langue courantes, contrairement à l’anglais (où même à l’Allemand). Ce n’est pas très usuel.
           
          Cela dit, il y a aussi les mots composés : maître-vacher ou maître-velier feraient l’affaire.


        • alinea alinea 28 mai 2014 21:15

          moi je connaissais le mot « vitulaire », qui appartient au veau ( une maladie vitulaire par ex.), donc « ogue », par déduction !!!!


        • logan 27 mai 2014 11:32

          « Il faut arrêter de jouer sur des fantasmes de la peur qui ne sont plus ressentis par les Français. »

          Belle contradiction sachant que le programme et le discours du FN sont essentiellement basés sur des fantasmes de la peur.


          • Robert Biloute Robert Biloute 27 mai 2014 12:18

            @ logan on peut aussi le prendre à l’inverse : cessons enfin d’utiliser les mêmes armes que le FN, c’est à dire de jouer sur la peur.

            @ l’auteur merci pour cet article, qui dit clairement pas mal de choses.


          • esteban 27 mai 2014 12:22

            Belle révélation.
            C’est évidement, ceux qui le fustigent qui font ce dont vous accusez le FN.
            Que vous ayez du caca dans les yeux n’étonnera personne, d’autant plus que vous etes incapable de vous rendre compte de l’inversion de réalité.
            Tant pis, si on comptait sur les gens comme vous pour décrire le monde, ca se saurait, et on en serait pas la à vous conchier.


          • Croa Croa 27 mai 2014 18:59

            La stratégie des élites basée sur la confiance est-elle tellement mieux ?


          • tf1Groupie 27 mai 2014 11:33

            Tout-à-fait d’accord sur cette analyse, notamment en ce qui concerne l’abstention.

            Car parmi les abstentionnistes il y avait des électeurs potentiels du FN : 4 millions de votants FN pour les européennes, contre 6 millions de votants FN à la présidentielle 2012.

            Cependant continuer à traiter les électeurs FN de fachos me semble très excessif et reste dans la lignée de diabolisation du FN , ce qui est, on ne cesse de le dire, totalement improductif.


            • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 27 mai 2014 13:29

              Tout à fait d’accord avec TF1groupie smiley


            • Monolecte Monolecte 27 mai 2014 13:34

              Justement, il était important de montrer le substrat social et la stratégie politique réelle du vote FN et de l’abstention qui font que traiter les électeurs du FN collectivement d’abrutis et de fachos est une marque supplémentaire du mépris de classe.

              Maintenant, faut bien voir que le FN est un parti concrètement fasciste sous son faux-nez de marketing social et tout aussi capitaliste que les autres et que, parmi ses électeurs, il y a toujours le noyaux dur de ceux qui adhèrent spontanément à ses fondations fascistes : inégalités entre les peuples, hiérarchisation des personnes en fonction du lieu de naissance, du sexe, des caractéristiques physiques ou religieuses.


            • Piotrek Piotrek 27 mai 2014 14:22

              Maintenant, faut bien voir que le FN est un parti concrètement fasciste sous son faux-nez de marketing social et tout aussi capitaliste que les autres et que, parmi ses électeurs, il y a toujours le noyaux dur de ceux qui adhèrent spontanément à ses fondations fascistes : inégalités entre les peuples, hiérarchisation des personnes en fonction du lieu de naissance, du sexe, des caractéristiques physiques ou religieuses.

              Hum vous semblez ne pas tirer les conséquences de votre propre conclusion.

              Aujourd’hui ce n’est pas ça le problème, ce n’est plus ça le problème. A mon humble avis, je le répète, c’est que le FN c’est la grande compilation des problèmes des petits français.
              Aujourd’hui Marine Le Pen a dit mot pour mot ce que je pense. A la différence des autres qui ont voté FN : je ne la crois pas et celà pour deux raisons :

              - L’aura d’innocence que le FN se construit tacitement en critiquant les autres n’est pas mérité. D’une part parce que le FN a un passif chargé (mauvaise gestion, affaires...) d’une autre part car l’accusation de fascisme est plus forte que la capacité de rétention du FN aux débordement de ses membres (une accusation systématique contre des débordements sporadiques donnent l’impression qu’ils sont accusés à tord pour le commun des mortels)

              - Quand on regarde le programme du FN avec un peu de recul, on y trouve des idées qui pourraient être classées autant à droite qu’à gauche. C’est parfois possible, mais il y a trop de choses totalement contradictoires :
              * Une tonne de mesure couteuses de l’état / un financement totalement bâclé, voire fantaisiste, magie magie
              * Aider le patron nationaliste tout en aidant l’ouvrier, l’employé nationaliste, c’est tout simplement du délire : une entreprise gagne x qui est partagé entre le patron et le travailleur. Le protectionnisme a un effet nul dans l’histoire, tout se qui se gagne quelque part se perd ailleurs, c’est un système de vases communicants. Faut pas s’attendre à des miracles mais à des grosses conneries. Même Sapir qualifie le programme de simpliste.
              Conclusion le FN n’as pas d’idéologie et c’est ça qui est dangereux car on ne peut pas prévoir ses positions par avance, tout devient possible. Il va y avoir une choix à faire, et ce sera celui les patrons : c’est ce qui arrive quand on ménage la chèvre et le choux.

              Marine est maline c’est une avocate. Et pour les avocats, mentir par omission n’est pas mentir : c’est un outil de travail. Elle a écrit son contrat pour les français de telle sorte qu’elle ne sera jamais responsable de rien, car il y aura toujours un coupable idéal, n’est ce pas évident ?


            • Le printemps arrive Le printemps arrive 27 mai 2014 14:41

              oui, le FN a fait un diagnostique juste de la situation (contrairement à ceux qui alternent aux pouvoirs), il a su le faire savoir, son statut d’épouvantail l’a bien aidé et propose des solutions différentes et alléchantes au premier abord.

              Mais voilà, ce n’est pas parce-qu’on dépiste un cancer que l’on sera bien conseillé pour en guérir. Au lieu de la chimio-thérapie (qui correspond à tuer une mouche avec une pelle à neige sur une vitre) proposée habituellement, le FN propose... l’amputation (on casse la vitre).

              Il y a une solution, mais elle demande des efforts, c’est de se prendre en main, de comprendre les lois naturelles qui nous dirigent et de ne pas attendre que d’autres pensent et agissent à notre place.

              Ce n’est pas une révolution qu’il faut, c’est une évolution et nous sommes sur ce chemin difficile et parsemé d’embûches.


            • Monolecte Monolecte 27 mai 2014 15:05

              Oui, très bien vu : les cadres du FN emplissent le vide laissé par la désertion des autres partis en reprenant le désespoir et la frustration des surnuméraires du système... mais sans avoir plus l’envie de les intégrer. D’où la hache pour soigner le cancer, effectivement.


            • HELIOS HELIOS 27 mai 2014 15:30

              Reponse a « le Printemps Arrive »...


              Vous dites : 
              ----- Ce n’est pas une révolution qu’il faut, c’est une évolution et nous sommes sur ce chemin difficile et parsemé d’embûches. -----

              Vous avez parfaitement raison !!! Maintenant, qu’allez vous faire, si apres une analyse non dogmatique, vous vous apercevez que les solutions pour cette evolution que vous souhaitez, que nous souhaitons, sont majoritairement celles que propose le FN ??? Vous allez choisir quoi... dire non a l’evolution, ne rien faire... et surtout ne pas soutenir le FN, car c’est le FN et qu’il pue... justement a cause des solutions qu’il propose ???

              Le rejet du FN, que vous affichez, et que pas mal affichent ne provient ni du racisme, nis de l’antisemitisme ou une queconque islamophobie... il provient directement de la nouvelle repartition du pouvoir que cela implique.... pensez Y !

            • tf1Groupie 27 mai 2014 16:06

              Il y a sans doute des fachos au FN, comme il y en a à l’UMP, comme il y a des trotskistes au FdG et des racistes un peu partout, mais je ne pense pas que l’on puisse aujourd’hui généraliser l’appellation « facho » à l’électorat à FN.

              Comme vous le rappelez il y a aussi beaucoup de désespoir dans ce parti

              Mais on joue peut-être un peu sur les mots ici.

              D’ailleurs moi je préfère « pétainiste » comme qualificatif pour ce parti, ça me semble plus parlant.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès