Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > La réforme expliquée aux nuls : champagne pour les uns, rigueur pour les (...)

La réforme expliquée aux nuls : champagne pour les uns, rigueur pour les autres

François Fillon n’a cessé de le répéter avec le relais de son équipe ministérielle, il faut réformer ! Il faut même réformer encore plus vite et d’ailleurs c’est le message qu’ont envoyé les Français au gouvernement. Et si l’abstention a été importante, si la gauche a infligé une déculottée aux listes de droite, ce serait tout simplement parce que le gouvernement n’a pas su communiquer et faire preuve de pédagogie. Les équipes communicantes ont manqué à leur devoir d’explication des réformes. Etrange me direz-vous, après les grèves de décembre 1995, cette même droite républicaine invoquait alors ces questions de pédagogie et rebelote avec Raffarin en 2002. Treize ans écoulés, de prestigieux experts en communication et toujours pas de solutions pour faire la pédagogie aux citoyens. Serait-ce là un problème aussi redoutable que la démonstration du théorème de Fermat. Si tel est le cas, en 2104, le président Kévin Sarkozy-Bruni, arrière-petit-fils de notre président actuel, en sera encore à chercher comment expliquer les réformes aux Français.

Mais non, c’est une boutade, les Français ont plutôt bien compris les réformes et d’ailleurs, le résultat des municipales en atteste. Ce n’est pas champagne pour les uns et caviar pour les autres, formule d’une époque révolue quand Higelin était encore un artiste engagé. La réforme engagée par le gouvernement ne produira pas un bonheur partagé, mais une rigueur pour les uns et des profits pour les autres. 2008 a été comparé à 1983, année charnière et décisive dans l’histoire politique française, lorsque la gauche, après tant d’espoir, a dû se résoudre à pratiquer la rigueur et installer quelques réformes, avec Laurent Fabius succédant à André Mauroy. Contrairement à ce que dit la droite, le PS a fait beaucoup de réformes, mais sans le crier sur les toits, discrètement et en s’efforçant de ne pas être brusque. Sarkozy au contraire, en réformiste décomplexé, se réclame de la réforme et en fait même un cheval de bataille, avec son second Fillon. La différence entre 1983 et 2008 ? Aucune, si ce n’est une réforme ostentatoire. Et un travestissement de la rigueur. Bref, la situation inverse de 1983 (mais aussi de 1976) où les gouvernements expliquaient la nécessité de la rigueur tout en cachant la réalité des réformes. Un exemple, la précarité sous Mitterrand avec l’instauration des TUC.

Alors cette réforme, qu’en ont compris les Français ? Eh bien qu’elle va s’accompagner d’une rigueur risquant de se prolonger et s’amplifier. Mais attention, cette rigueur n’est pas la même pour tous. Certains sont plus égaux que d’autres face à la rigueur dirait Coluche. Prenons un étudiant issu des classes moyennes qui trime à la fac pour obtenir sa licence, bossant le soir pour payer son loyer exorbitant. Il sait qu’il aura moins de chance d’obtenir un emploi dans la fonction publique et que, dans le privé, il sera recruté pour des emplois précaires, comme variable d’ajustement. Sa mère, qu’on va imaginer fonctionnaire, connaît bien son boulot et sait que le travail sera plus stressant, alors que sa fille bosse déjà dans la fonction publique comme intérimaire, car les caisses de l’Etat sont vides. Et, d’ailleurs, elle ne pourra quitter le domicile familial car ce n’est pas demain que son emploi sera titularisé. Dans le privé, les réformes inquiètent aussi. Notamment la flexi-sécurité. Les travailleurs de ces secteurs ne sont pas dupes. Ils savent très bien que lorsque leurs connaissances ou leurs collègues sont licenciés par leur boîte, ils retrouvent un emploi payé un peu ou largement en dessous de leur ancien salaire. Le temps où l’on démissionnait d’une boîte pour un emploi à plus haute rémunération est révolu, même si c’est encore possible de manière marginale pour quelques-uns, plus doués et fonceurs et de surcroît, bien placés sur un secteur professionnel. Ceux qui ont des ressources moyennes ont aussi compris qu’avec le système des franchises médicales, un engrenage a été mis en place, comme les prélèvements sociaux, cette hérésie fiscale touchant au même taux les profits financiers et les revenus, bas ou élevés. Les plus faibles économiquement parlant seront fragilisés avec ces franchises et comme ils pressentent que d’autres réformes seront votées, ils sont inquiets. Inutile de multiplier les exemples. On l’aura compris, la réforme est synonyme de rigueur et, donc, si les Français ont sanctionné la droite à l’occasion des municipales, ce n’est pas parce qu’ils n’ont pas saisi les réformes, mais, justement, parce qu’ils ont parfaitement compris où les mèneront ces réformes. Et comme ces Français n’ont pas envie de se sacrifier pour une cause qui n’a rien de spécialement moral, alors ils ont voté à gauche. Une cause, la croissance, que les Français pas dupes ont compris qu’elle ne profitera pas à tous et que le plein emploi promis par Sarkozy est une supercherie car parmi ces emplois, il y en aura pour survivre, bouffer et ne pas tomber dans la rue. Il est vrai que Sarkozy ne verra jamais la misère en voyageant aux Etats-Unis et n’apportera aucune attention à quelques études de terrain montrant que la courbe des revenus, dans les nations occidentales, tend à ressembler à celle de l’après-1929. Sauf que, de nos jours, tout le monde mange et se voit proposé un lit d’urgence dans des centres, et tous les bénévoles mobilisés...

Les vieux non plus ne sont pas à la fête. Ils sont le signe d’un aboutissement des disparités économiques. Les uns sont pleins aux as, voyagent, tirent profit d’une bonne retraite, d’investissements, avec l’appui du gouvernement qui protège leur situation et même l’améliore au nom de la réforme fiscale. Mais beaucoup vivent d’une pension minable ou du minimum vieillesse revalorisé de seulement un point. Curieusement, beaucoup votent à droite. Plus ça devient vieux plus ça devient... aurait chanté par Jacques Brel et pas seulement en pensant aux bourgeois ! Les vieux friqués, parlons-en justement. Contrairement à ce qu’énonce la vulgate des interprétations officielles de la propagande de droite, l’électorat de l’UMP s’est déplacé dans un secteur singulier, le Sud-Est, avec Marseille sauvée, Aix, Toulon, Nice, Cannes et toutes ces villes où les gens friqués sont surreprésentés et, par conséquent, se sont mobilisés pour élire la droite, sachant que les réformes, même si elles se font attendre, vont dans le bon sens. Ces gens dotés d’un patrimoine conséquent attendant qu’on supprime l’impôt sur la fortune. D’autres qui se plaignent qu’on ne puisse avoir du personnel corvéable à bas prix, certains de pouvoir se faire soigner dans les meilleures cliniques avec les plus grands professeurs, ne comprenant pas qu’on vienne les prélever pour financer cette Sécu et sa CMU profitant aux saltimbanques et autres parasites du système inaptes à travailler, mais décidés à lever leur cul dès qu’il faut se faire soigner. Les patrons des TPE sont ravis de pouvoir faire bosser des employés au noir, sans aucun risque puisque c’est le principe des heures supplémentaires défiscalisées. Ils apprécient les réformes. Comme cette équipe de recherche à l’université qui, bien placée dans sa spécialité, est ravie de voir ses crédits augmentés, tandis que l’unité voisine va plier boutique faute d’être sur un secteur porteur ; enfin, les tocards de la science vont être sanctionnés et privés de moyens qui seront alloués aux meilleurs. Et ces bourgeois de Neuilly, en attente de réformes fiscales, pour passer une semaine de plus à Courchevel, offrir à leur fils le coupé BMW qui fera son bonheur ! Que la réforme s’accélère ! Que les meilleurs gagnent, que les mauvais rament ! La nécessité de la réforme, c’est Etienne Mougeotte qui en parle le mieux, surtout la suppression de l’impôt sur la fortune, pour faire revenir l’argent des riches chez nous.

Ces élections ont montré que les Français n’ont pas besoin de pédagogie. Ils ont compris, les uns que la réforme leur sera bénéfique, les autres qu’elle entamera leur situation en leur imposant une rigueur substantielle. Restent les quartiers que l’on dit difficiles, les banlieues précaires, leurs galères et leurs barres HLM. Dans ces zones, l’abstention a été plus élevée qu’ailleurs parce que contrairement à ceux qui craignent la rigueur, votant à gauche, et ceux qui espèrent les réformes, votant à droite, ces gens-là n’ont rien à perdre ni à gagner. Ils ne se sont pas déplacés, conformément au sens des élections devenues un jeu où l’on joue ses convictions autant que son intérêt matériel. Quand le jeu est sans enjeu, on ne joue pas. Et quand on est dans la pauvreté, on n’a plus forcément de convictions politiques. Seulement ce mal-être rongeant de jour en jour l’âme, éteignant ses idéaux, éloignant de l’humanité moderne...

Alors, pour conclure, oui, il y a une rigueur, pas un plan de rigueur stricto sensus, comme s’il était voulu par un gouvernement ayant cet horizon en tête, mais une rigueur calculée, bien gérée, conçue comme fatalité que la situation économique et financière de la France se prépare à faire peser sur les uns, pour sauvegarder soi-disant une croissance et soutenir les profits qu’on croit être l’avenir des emplois de demain. En exagérant, une rigueur gérée comme une variable d’ajustement, comme le fut le chômage depuis des décennies, et qui sert un improbable progrès tout en protégeant bien des situations acquises dans les classes supérieures, dont les revendications ont été jugées légitimes, pas comme celles des classes moyennes qui elles, n’ont plus à bénéficier des avantages acquis. La société moderne repose sur des sacrifices. Le dernier poilu est mort, célébré sans qu’aucun éclairage n’ait été proposé sur ceux qui, bien installés dans les bureaux gouvernementaux, ont diligenté en 1914 ce sacrifice au nom de la patrie, avec son cortège de paysans enrôlés et ses bourgeois bien planqués. La guerre économique en 2008, c’est un peu pareil, elle a ses sacrifiés. Il y a la rigueur et aussi les bénéficiaires. L’idéal n’est plus politique. Le profit fait tourner le monde et la tête de ceux qui gouvernent, un peu plus à droite qu’à gauche. Jean-François Copé, écoutant du Piaf, lorgnant un billet de 500 euros, répétant chaque soir, mon manège à moi, c’est toi, je suis toujours à la fête, quand tu te tiens dans ma banque (mais, au bout du compte, il faudra s’interroger et se demander si, la nature humaine étant ce qu’elle est devenue, vile, égoïste, vénale, pleurnicheuse, fainéante, envieuse, il ne vaut pas mieux ouvrir la voie à la puissance. En ce sens, la droite actuelle serait quelque peu nietzschéenne. Vaste méditation. Désolé de vous avoir troublé).

Que la France va-t-elle advenir de cette situation ? Parenthèse (la famine ne participe plus aux Révolutions. Mais, quelque part, la vérité, le sens de la justice et d’un avenir à inventer, la révolte contre l’injustice, l’aspiration contenue par une oppression d’un système politique et économique, cela peut engendrer une crise. Mai-68 fut un exemple d’une jeunesse montée contre les abus de position d’un pouvoir et les Français ont suivi. Il n’est pas certain que la configuration se prête à une explosion des espérances, mais une implosion désespérante, voilà ce qui gagne la société française. Le sens de la dignité peut être le ressort d’une Révolution. Les Français pensent choisir entre le déshonneur et la Révolution, ils risquent peut-être d’avoir l’insurrection et le déshonneur. Ainsi parlait à peu près Churchill en 1938 dans une situation autrement plus tragique. Et que dire de ces sages tibétains remontés contre une société chinoise qui ne vénère qu’une seule chose, la croissance et le profit matériel. Nous vivons une époque formidable !)

Quelques mots pour conclure. Les considérations ici développées ont pu paraître assez « cliché socio-politique » mais pourtant, elles sont plus sensées que le message mensonger transparaissant dans les discours officiels. C’est pour reprendre une expression de Bourdieu un contre-feu allumé depuis le « peuple citoyen ». La rigueur, elle sera bien au rendez-vous, pas pour tous c’est sûr, mais le mot est tabou, car il profane la sacralité des homélies officielles sur la rupture et la France de demain. Du temps de Raymond Barre, quand la société n’était pas désunie comme maintenant, on pouvait parler de rigueur, comme sous Mitterrand, quand les Français faisaient confiance au sens de la solidarité. En 2008, le mot réforme est connoté positivement, laissant entendre un avenir meilleur (mais pas pour tous), et une nécessité, une fatalité imposé par la mondialisation. Enfin, cette rigueur impose des sacrifices, mais, semble-t-il, le sacrifice est un acte parfaitement républicain qu’on apprend d’ailleurs au lycée à l’occasion d’une célèbre lettre lue au début de l’année.


Moyenne des avis sur cet article :  4.67/5   (60 votes)




Réagissez à l'article

92 réactions à cet article    


  • Gazi BORAT 18 mars 2008 09:44

    @ L’auteur

    Excellent titre.... qui résume parfaitement ce qui suit..

    Où l’on s’aperçoit qu’un grand nombre de Français de condition modeste a pu croire un jour que le maire de la commune qui concentre les plus gros contribuables du pays s’inquiétait de leur sort...

    gAZi bORAt


    • Bernard Dugué Bernard Dugué 18 mars 2008 12:26

      Les Maires ne s’occupent pas de leur commune mais, dieu merci les citoyens veillent et l’association des Ensablés-d’Olonne va tenter de sauver l’Artémis que le Maire des Sables veut découper avant l’été


    • tvargentine.com lerma 18 mars 2008 09:53

      Je dois dire que ne partageant pas vos idées libertaires j’ai voté pour la diffusion de cet article dans un esprit de contradiction républicaine.

      Il est bon que les lecteurs sachent pour qui les rédacteurs votent afin de dénoncer des passes droits dont bénéficient des personnes sur AGORAVOX.

      La France a t-elle besoin de réformes ?

      La réponse est OUI,car nous ne pouvons pas continuer à gerer 5 millions de fonctionnaires qui pésent sur le budget de l’Etat et dont le poid de la charge repose sur l’activité économique en charges et taxes pénalisant tout création de richesse et d’emplois dans ce pays.

      Avec la décentralisation ,(qui est mal parti) nous avons maintenant un ensemble de couches bureaucratiques qui viennent se greffer entre l’Etat et le citoyen et qui est financé par de nouveaux impôts et taxes sans aucunes strcutures de contrôle digne de ce nom

      Prenons le cas de la Région Paris Ile de France qui finance des HLM au Pérou et à Madagasgar alors qu’en région parisienne des citoyens n’arrivent pas à se loger !

      En matière d’économie de marché ,il faut interdire la concentration de centrales d’achats et mettre en place un gendarme de la concurrence avec des pouvoirs étendues d’investigations.

      Il faut permettre au TPE d’acceder aux marchés publics afin d’éviter de voir les petites entreprises restaient des sous-traitants de grosses sociétés.

      Il faut arrêter de financer des projets de création d’entreprise quand ces projets ne sont que des produits de délocalisation (vetements,electromnagers....)

      Il faut exiger le remboursement des aides accorder par l’Etat ou la région si une entreprise délocalise

      Il faut interdire les aides aux bas salaires car cela entraine un mouvement de fond en tirant les salaires par le bas (normal,le patron préfere un salaire bas,subventionné qu’un salaire à 3000 euros !)

      Bref il existe de la marge pour permettre de faire des réformes et nous comptons tous sur le président Nicolas Sarkozy pour les faire

       

       

       

       

       

       


      • Django Django 18 mars 2008 13:21

        Cher Lerma,

        Je me suis inscrit par lassitude de lire vos commentaires pitoyables et stérils, teintés d’un profond manque de recul et d’hégémonie sarkozyenne.Il y a là encore une véritable urgence de "réformer" structurellement votre mode de pensée... Peut-être devriez-vous battre en retraitre.... en Argentine...plaît-il ????

        Je remercie l’auteur de ce très bon article et pour son excellente pédagogie à l’égard des "Nuls"....


      • Yvance77 18 mars 2008 16:38

        Quelqu’un pourrait me dire ce que fume l’enclumé. Car pour voir la vie avec autant de rose autour de son Nico le lerna ce qu’il s’envoit c’est puissant et bon.

        Bon va fallor penser sérieusement à le boycotter ce triple c*nnar*.

         

        A peluche


      • haddock 18 mars 2008 10:00

        par lerma (IP:xxx.x1.72.24) le 18 mars 2008 à 09H53
         

         
        Je dois dire que ne partageant pas vos idées libertaires j’ai voté pour la diffusion de cet article dans un esprit de contradiction républicaine.

        Il est bon que les lecteurs sachent pour qui les rédacteurs votent afin de dénoncer des passes droits dont bénéficient des personnes sur AGORAVOX,

         

        Euh ...... je dois pas le dire , n’ étant ni .... , ni ....

         

        Lerma , y en a pas des Titines en Argentine ?

         

        Haddock

         

        Nestor , un laxatif pour Lerma


        • denis84 18 mars 2008 10:02

          Excellent exposé de la situation

          La "réforme" selon Fillon,c’est toujours plus pour les "rentiers" et toujours moins pour les "travailleurs"

          Si vous voulez gagner plus,travaillez plus,on ne va tout de meme pas prendre sur les bénéfices réalisés grace à vous pour augmenter vos salaires !!

          Un truc que je n’ai toujours pas pigé,c’est comment de telles idées peuvent avoir la majorité des suffrages lors d’élections (supposées ?) libres ;

          Peut etre que leurs défenseurs ont su faire réver ?

          Ou alors la France est plus "riche" que ce qu’on le croit , et n’a presque pas de "prolétaires" ?

          NOTA /parce qu’il en est question dans l’article,je précise que je suis patron de TPE (7 personnes) , mais me sens obligé de faire la différence entre mes employés (des Humains) et le "matériel professionnel" Ma plus grande satisfaction est d’avoir une équipe soudée qui ce sent bien ,de toute façon,au final, ça rapporte plus (à tous)


          • ficelle 18 mars 2008 15:13

            un commentaire réjouissant... peut-être un début d’explication ?

            un voisin, très beauf, m’a dit, il y a quelques années :

            à 6000 f par mois, ils se croient richement payés, ben oui, les autres ont 5900 f...alors tu penses qu’ils votent à droite...


          • haddock 18 mars 2008 10:17

            Dugué c ’est un bon .

             

            Il pourrait aussi bien dire le contraire que ce serait vraissemblant pareil .

             

            Sympa de savoir écrire .


            • mimi 18 mars 2008 10:27

              Excellent

              Pour moi , le mépris qui est l’appanage de nos édiles actuels prend toute sa saveur quant à la solution trouvée par Ns qui est de modifier sa com, car le résultat des éléctions prouve que le français n’a rien compris................................bravo l’artiste


              • superesistant superesistant 18 mars 2008 11:43

                en bon commercial du MEDEF, on le jette par la porte il rentre par la fenêtre

                 


              • gnaume 19 mars 2008 10:58

                comme le traité ?


              • el bourrico 18 mars 2008 10:27

                Lerma, déjà on s’en fous que t’ai voté pour la diffusion.

                Ensuite, ce que tu dis n’est pas faux, sauf la fin, c’est surement pas un président comme celui qu’on a qui va faire ces réformes, là je crois que tu te plantes gravement. Il est trop lié avec ceux qui ont de l’argent, et ensuite, il n’a aucun pouvoir réel face à cet argent.

                J’ajouterai juste une parenthèse, si on vire les fonctionnaires, avec le recul des emplois industriels, si on s’attaque même à des boulots de misère comme les caissière de supermarché, il reste quoi pour faire bosser les gens ? Faut peut être arrêter de raconter n’importe quoi. Si on les écoute, l’avenir ce sont les emplois de services, une belle fumisterie oui, ces boulot ne produisent rien de concret, il n’y aucune production de richesse, aucune valeur ajoutée dans ce genre de boulot.


                • Rosemarie Fanfan1204 18 mars 2008 10:52

                  el bourrico, faut laisser lerma, c’est son petit bonheur matinal, et peut-être le seul de la journée, de dire qu’il a voté pour l’article. Et quand l’article est publié malgré qu’il ait voté contre, il s’insurge et crie A L’ARNAQUE. C’est lerma.


                • Gazi BORAT 18 mars 2008 11:07

                  @ El Burrico

                  Pour en finir avec les emplois de service...

                  J’invite ceux que le sujet intéresse à aller faire un tour sur le serveur du grand service public de l’emploi : ANPE.FR et d’y consulter la réalité des offres sous les code ROME 11112 (aide à domicile) - 11211 (agent d’entretien) - 11113 (aide maternelle), entre autres...

                  Vous y comptabiliserez ainsi le grand nombre d’offres inférieures à 5h/ hebdomadaires..

                  La personne qui y répond, si elle ne sortira pas de sa détresse économique en intégrant ce type de postes, sortira par contre des listes de demandeurs d’emploi.. et participera à la propagande gouvernementale  !

                  Oo comment se réjouir de la fabrication de "travailleurs pauvres"..

                  gAZi bORAt


                • imarek imarek 18 mars 2008 11:16

                  >>>J’ajouterai juste une parenthèse, si on vire les fonctionnaires, avec le recul des emplois industriels, si on s’attaque même à des boulots de misère comme les caissière de supermarché, il reste quoi pour faire bosser les gens ? Faut peut être arrêter de raconter n’importe quoi. Si on les écoute, l’avenir ce sont les emplois de services, une belle fumisterie oui, ces boulot ne produisent rien de concret, il n’y aucune production de richesse, aucune valeur ajoutée dans ce genre de boulot.

                  Bien résumé, c’est tout le coeur du problème. Avant de parler de création d’emplois, il faut d’abord créer des entreprises. La moitié de celles-ci vont disparaitres dans les 20 ans qui viennent. Il faut donc en créer de nouvelles et vite, tournées vers l’europe et le monde et génératrices de richesses et de vrais emplois. Pas simple, ceux qui s’y essayent vous le diront. En tous cas nos politiques à la ramasse depuis des décennies n’en parlent jamais ou si peu alors que c’est le nerf de la guerre. On vit encore sur la lancée des 30 glorieuses en essayant de ne pas voir la misère et la précarité qui gagnent chaque jour du terrain.


                • ficelle 18 mars 2008 15:15

                  ce serait sa pollution matinale ???


                • ficelle 18 mars 2008 15:17

                  c’était en commentaire à fanfan !


                • denis84 18 mars 2008 11:34

                  Si on "laisse aller" les choses,dans 20 ans il y en aura des emplois de service !!

                  Plein

                  Et "que" des emplois de services

                  Dans les transports,le tourisme,l’hotellerie,la restauration

                  Car la France (si ses monuments et paysages ont pu etre préservés) ne sera plus qu’une "réserve" de gaulois,parc Astérix géant pour les touristes des anciens pays émergents devenus les maitres du monde !

                  Un peu pessimiste peut étre,mais pas forcément irréaliste....


                  • superesistant superesistant 18 mars 2008 11:40

                    un autre artcile sur les retraites ( bien écrit ) pour nous expliquer qu’on va en prendre plein le fondement..ouaiiiii.... je vais pas faire mon redondant... et reservir ce que j’ai écrit dans l’autre...

                    pourquoi tant de français dits " de couche modeste " ont voté pour sarko ??

                    - parce qu’ils ne lisent pas entre les lignes et ne veulent pas chercher à comprendre d’ou vient cette inégalité.

                    - parce qu’entre droite et gauche ( modéré j’entends ) les programmes sont presque les même et favorisent toujours si possible ceux qui dirigent l’état ( çàd le patronnat ). Au moins ce gouvernement ne fait pas trop dans le faux derch et montre très vite qu’ils veulent favoriser les riches et tanpis pour les autres...

                     

                    m’enfin qui a demandé à Lerma de voter pour un article, ou plutôt qui veut savoir si Lerma vote d’ailleurs pour quoi que ce soit ??? enfin d’ailleurs qui veut savoir Lerma ?


                    • gül 18 mars 2008 11:49

                      Magnifique coup de gueule auquel j’adhère totalement ! Vraiment bravo !

                      Vous dites que la famine n’engrange plus les révolutions, je n’en suis pas si sûre...

                      Il devient difficile de nourrir correctement ses enfants, même quand les parents se privent. On atteint donc là une partie extêmement sensible, et les classes moyennes sont petit à petit autant touchées que les classes "défavorisées".

                      De même qu’il devient difficile de se loger, de se chauffer, de se soigner décemment. Quant aux loisirs et la culture (musées, théatre, ciné...), n’en parlons pas, leur accès fond comme neige au soleil.

                      Bref, vous finissez par parler d’insurrection, oui, je crois qu’il y a véritablement un risque de cela dans les années qui viennent.

                      Pour en revenir à votre troisième paragraphe, ne rêvons donc plus de douce retraite sur les côtes ensoleillées, enfin en tête à tête sans toute une tribu de gniards qui n’a de cesse d’exiger encore plus.

                      Non, non, c’est retour très très en arrière, on retrouve le plaisir(!) de vivre en famille, toutes générations confondues, auprès de l’âtre pour bouffer le pain et la soupe quotidiens, au-dessus de l’étable où le bétail réchauffe la pièce unique du logis

                      En bref, investissons dans la vache et le mouton, c’est ça l’Avenir !!!

                       


                      • Mr Mimose Mr Mimose 18 mars 2008 13:08

                        Contrairement à ce que vous dites, les salaires augmentent en france :

                        +170% pour notre Président

                        +40% pour les actionnaires

                        +0.5 centimes d’euros (encore des nantis) de tickets resto pour les caissières.

                        Tout n’est donc pas si sombre, y’a de l’espoir ! (c’est facile la critique quand on est chomeur, alors que y’en à qui se lèvent tôt pour faire avancer notre Patrie)

                        Vive la mondialisation, vive les actionnaires, vive notre Souverain !


                        • Charles Ingalls Charles Ingalls 18 mars 2008 14:24

                          Dire que notre président et les actionnaires n’ont pas droit aux tickets restos, quelle injustice...

                          Je demande vite une réforme contre ces caissières "nantis"...

                          Celà dit, excellent article M. Dugué...Pour ma part, je retiendrais cette phrase qui symbolise bien pour moi ces dernières élections :

                          "Et quand on est dans la pauvreté, on n’a plus forcément de convictions politiques."

                           

                           


                        • sisyphe sisyphe 18 mars 2008 13:33

                          Excellent exposé de la réalité des choses.

                          La marionnette "réforme" sert à faire passer toutes les mesures prises contre l’intérêt de la majorité des français, à l’avantage de la petite minorité qui constitue la clientèle de cette droite bête, méprisante, cynique, et surtout, comme elle nous le prouve depuis tant d’années, extrèmement mauvaise gestionnaire, sans aucune vision prospective si ce n’est celle de s’aligner sur l’ultra-libéralisme dont tout le monde peut voir, à travers, notamment, la crise des subprimes et la crise financière, comment il est en train de se fissurer sur toutes ses coutures, aggravant la précarité et la misère au niveau mondial.

                          Mais, hélas, croyez bien qu’ils vont s’ accrocher tant qu’ils peuvent à leur gâteau : ce n’est pas le résultat de quelques élections qui risque de faire changer quoi que ce soit. La seule solution semble désormais être dans la rue, dans la désobéissance civile et civique, dans le soulèvement de la grande majorité des citoyens pour défendre leur simple survie....

                           

                          p.s. : @ lerma : monsieur est trop bon de bien vouloir accorder savoix à cette prose si "libertaire"...

                          A ce propos, j’aimerais bien savoir, à part Môssieu lerma, qui sont ceux qui se prononcent pour la publication de tel ou tel article : sur quels critères sont-ils sélectionnés : y a-t-il des élections, sont-ils représentatifs de la diversité culturelle et politique française, y a-t-il parité, etc ????

                          Merci de nous renseigner.


                          • tvargentine.com lerma 18 mars 2008 13:49

                             

                            Ce commentaire concerne l’autre article de Mr DUGUE sur le bateau échoué sur une plage

                            Si vous souhaitez avoir une diversité d’articles il faut permettre aux citoyens de diffuser les articles et non de les laisser "pourrir" en file d’attente 

                            Mr DUGUE diffuse 2 ou 3 articles par jour avec des passes droit et on peut etre pour ou contre le contenu de son article mais il n’est pas normal que d’autres articles du même auteur sortent alors que c’est une informatiion qui a déjà été abondamement diffusée par les médias et que son article est creux comme celui du bateau échoué

                             


                            • Le péripate Le péripate 18 mars 2008 13:53

                              Les auteurs qui ont publiés au moins quatre articles peuvent s’il le souhaitent accéder à l’espace modération, et voter, toujours s’ils le souhaitent, pour ou contre les articles proposés. Ensuite la rédaction décide de publier ou non.


                              • Le péripate Le péripate 18 mars 2008 14:09

                                Il en est de la réforme comme de l’Europe. Il est devenu obligatoire de penser que les réformes sont toujours indispensables. On peut appeler ça le bougisme.

                                C’est la conséquence d’une pensée scientiste, de la croyance non raisonnée que l’esprit humain peut appréhender la complexité du réel. Dans le passé cela a donné la planification socialiste, avec ses dérives bureaucratiques. Et la droite n’est pas différente de la gauche en cela, à ceci près que sa clientèle est moins proche des classes moyennes et plus proche des plus riches. Difference de degré donc, et non de nature.

                                Prenons l’exemple du Code du travail. Il condense plus de 150 ans de lentes évolutions, de luttes et de conflits qui l’ont sculpté. C’est un corpus de lois, qui modère les errements d’une démocratie illimitée, donc totalitaire. Son actuelle refonte, soi-disant à droit constant, rejette pourtant les dispositions les plus importantes sur des décrets à venir, c’est-à-dire sur les représentants élus, sans contrôle de la loi. C’est comme ça que l’on passe du scientisme au totalitarisme.


                              • Sébastien Sébastien 18 mars 2008 14:00

                                J’ai du passer a cote mais je ne vois pas l’interet de cet article. c’est une succession de cliches, de portes qu’on enfonce gaiement. Les riches ca bouffe du caviar pendant que les pauvres se serrent la ceinture et attendent la titularisation de leur job. Woooh !

                                Et je reste un peu sur ma faim. J’attendais des propositions au moins. Je me disais que puisque vous savez tres bien ce qu’il ne faut pas faire, vous auriez peut-etre une petite idee sur ce qu’il faut faire. Mais non, rien, nada, pas l’ombre d’une alternative.

                                Quand vous ecrivez que les francais ne sont pas contents parce qu’on se dirige vers la rigueur, ca devrait faire sourire. Si vous n’avez pas de thunes, allez vous en depenser plus ? Applique a un individu ca semble stupide mais ca devrait etre logique applique a un etat...


                                • Le péripate Le péripate 18 mars 2008 14:18

                                   C’est très fréquent chez vous de passer à côté... Par contre, en matière de clichés, s’il y avait un concours, vous venez de prendre une bonne longueur d’avance.


                                • Charles Ingalls Charles Ingalls 18 mars 2008 14:42

                                  (Le Péripate) "Par contre, en matière de clichés, s’il y avait un concours, vous venez de prendre une bonne longueur d’avance."

                                  Oui, a tel point qu’on pourrait en faire un album...


                                • HELIOS HELIOS 18 mars 2008 15:17

                                  Sébastien, sebastien... oui, il y a des gens qui savent comment faire !

                                  Vous ne pouvez pas prétendre le contraire.

                                  Il y au moins deux grands thèmes à gerer pour vous repondre :

                                  --- premièrement, laisser acceder aux responsabilités un echantillon de gens plus élevé, c’est a dire que pour quasiment tous les mandats, interdire tous types de cumuls et mettre des limites à leur renouvellement, du genre 2 fois. Les cimetières étant pleins de gens irremplaçables, cela ne gènera personne sauf les "pro" des élections qui a apres 20 ans de règnes et/ou plus de 70 ans continuent de dire qu’il n’y a pas d’autre solution que la leur... il faut un grand ménage dans la loi electorale, entre autre.

                                  --- Deuxièmement, puisque nous sommes dans un marché où la concurrence est LIBRE ET NON FAUSSEE, il faut que le marché du travail y soit également soumis. Quand j’entends qu’il faille importer de la main d’oeuvre parce que les entreprises ne trouvent pas de personnel, j’en rirais bien si ce n’etait pas si triste. Quand on paye on trouve ! Vous verrez que les serveurs de restaurant, les maçons etc seront au rendez vous, et cela sans compter sur une immigration exploitée en dépit des lois de la république. A ce propos, j’ai juste une question qui me taraude depuis quelques temps, a propos des cuisiniers de Quick et autre restaurants ayant pignon sur rue... je croyais sincèrement que les patron-voyous qui étaient pris en flag d’emploi de main d’oeuvre illegale devaient passer au tribunal. Or, ce que j’ai constaté, c’est qu’on régularisait avec quelques difficultés les pauvres types qui se faisaient pincer a la sortie des cuisines, mais que les dirlos de restau n’étaient pas inquiétés !... vous me suivez ?

                                  les deux thèmes que je vous cite, et qui ne sont pas exclusifs, montre bien qu’il existe une classe politico-economico-etc qui parle et agit differement, dont les intérêts n’ont rien a voir avec ceux du pays et qu’il serait temps de faire le ménage. Hélas, la manipulation de cerveau effectué par tf1 et beaucoup d’autre fait que la perception de cette réalité est completement faussée. J’espère que vous n’êtes, vous, que dans ce cas là.


                                • Sébastien Sébastien 18 mars 2008 16:02

                                  D’accord avec vous sur le cumul des mandats.

                                  Sur le manque de personnel, c’est une realite. Mais le probleme ne vient pas des salaires proposes mais des aides sociales. Pourquoi se lever le matin pour gagner 200 euros de plus ? Et encore 200 euros je suis gentil puisqu’on vous sucre des aides en meme temps. D’ailleurs si on a limite le nombre de refus des candidats a l’emploi il y a bien une raison.

                                  Sur l’exemple de la restauration, on devrait certainement payer plus les employes mais plus les payer c’est payer plus de charges et payer plus de charges c’est obligatoirement augmenter les prix pour le consommateur. On ne peut pas se plaindre du cout de la vie et demander plus de fonctionnaires et des augmentations de salaire. C’est mathematiquement impossible a moins que vous ne souhaitiez payer encore plus d’impots.

                                  Dernier point, je ne regarde pas tf1


                                • HELIOS HELIOS 18 mars 2008 16:40

                                  Je vous suis bien, hélas... et il y a pas mal a faire du coté des aides sociales. le système est devenu si compliqués qu’il obtient plus d’effet pervers que d’avantages.

                                  Pour la restauration, j’ai quand même un commentaire a faire. sans mettre tous les restaurateurs, ou les entreprises du batiment (+ electricité, + plomberie, etc) dans le même sac, je peux vous garantir qu’il en existe pas mal qui se plaignent :

                                  ils payent leur ouvriers au minimum (7,..€ de l’heure) et considèrent que l’activité n’est pas rentable s’il ne peuvent pas changer de 4x4 tous les ans, profiter de l’ensemble de la planète pour voyager, acheter des terrains pour "reserve foncière", des villas et des appartements, toujours dans des SCI.

                                  demandez a celui qui gagne ces 7€ et qui doit rentrer dans son hlm s’il a envie de continuer a bosser pour ce tarif, et faire des heures sup en plus, la plupart du temps non payées.

                                  Ils ne me font pas pleurer et je pense que le marché de l’emploi se porterait mieux, l’education et les orientations universitaires aussi, si les tensions sur l’emplio se répercutaient un peu plus sur les salaires.


                                • Sébastien Sébastien 18 mars 2008 18:19

                                  Malheureusement l’etat ne peut pas vraiment influer sur les salaires des employees.

                                  Le seul vrai moyen serait de retablir le plein emploi pour que l’offre soit superieure a la demande ce qui contraindrait les entreprises a entrer en competition sur le terrain de la remuneration.


                                • manusan 18 mars 2008 23:33

                                  Je partage votre avis Sébastien. Non pas que l’article n’est pas intéressant mais il peut se résumer à : les électeurs de droite ont cru que les réformes tant évoquées allaient rééquilibré les richesses, ils se sont gourés, ce sont des Nuls, patati patata ......

                                  Depuis 100 ans, quand on vote à droite c’est pas pour filer du fric aux pauvres, donc les électeurs savaient ce qu’ils voulaient.

                                  Un raccourci rapide : 75% des plus de 60 ans ont voté sarkosy, donc nos vieux sont des nuls (pour pas dire des cons).


                                • maxim maxim 18 mars 2008 15:24

                                  donc en conclusion ,il vaut mieux rire et être heureux assis sur les sièges en cuir Connolly et au volant d’une Bentley sur le boulevard de la Croisette à Cannes

                                  plutôt que pleurer et être malheureux ,assis sur une seule fesse sur la banquette défonçée d’un autobus surchargé ,avenue Lénine à la Courneuve .


                                  • denis84 18 mars 2008 16:00

                                    Je voudrais pas chipoter ,mais dans (l’ex) duo Rolls/Bentley , les Bentley étaient les "sportives" et les Rolls plutot les voitures "d’apparat"

                                    Donc ,pour "cruiser" aux (faibles) vitesses légales sur la Croisette, une Rolls me parait plus appropriée qu’une Bentley

                                    Mais bon,ce n’est qu’un détail,l’essentiel étant bien sur de ne pas avoir oublié les Ray ban et la Rolex !!


                                  • gecko gecko 18 mars 2008 15:41

                                    Le plan de rigueur annoncé est surtout un plan de récession et comme dans toute récession sous le système capitaliste et bien c est les plus pauvres qui trinquent...

                                    Sauf que pour le coup on a plus envie de soutenir les plus pauvres maintenant c’est chacun pour sa peau et il n’y aura aucune insurection populaire de peur de se retrouver plus mal que l’on était avant ! c’est donc dans ce cadre là que les réformes appliquées vont être importantes et intéressantes a voir...

                                    nous verrons dans 4ans les résultats du plan de récession engagé...


                                    • maxim maxim 18 mars 2008 16:04

                                      de toute manière il faudra bien prendre des mesures ,la recession est en route aux Usa ,les banques coulent et les gens se réfugient dans l’achat d’or ,seule valeur refuge ,et les moins riches revendent leurs bijoux ...

                                      les Etats Unis vont subir ce qu’a subit le Japon il y a quelques années ...

                                      il y aura certainement des répercussions en Europe......

                                      alors ou on laisse faire et on touche à rien ,c’était mieux avant ,on vit sur l’argent public ,c’est la politique des Socialistes ,la vie à crédit ...et quand il n’y aura plus rien qu’est ce qu’on fait ?

                                      ou bien on réforme en profondeur pour ne pas que ceux qui viennent après nous trouvent un gouffre gigantesque ,que nous essayons déjà de combler ,sachant que pour l’instant nous ne remboursons que les intérêts de cette dette ,et bien le gouvenement en place a proposé cette alternative qui a fait l’unanimité ....à savoir réformer en profondeur ....

                                      mais ce n’est pas en quelques mois que l’on verra la fin du tunnel ,il faut être réaliste ..

                                      ceux qui proposent des solutions miracles maintenant n’ont pas été foutus de les appliquer lorsqu’il étaient en place .


                                      • Gazi BORAT 18 mars 2008 17:46

                                        "...c’est la politique des Socialistes ,la vie à crédit .."

                                        C’est aussi ce que l’on observe dans les économies où triomphent les thèses néo libérales (en principe éloignées du socialisme) et où la spéculation finit par étendre son hégémonie..

                                        D’où nous viennent ces crises à répétition, sinon d’un usage immodéré du crédit, de l’argent qui produit de l’argent ?

                                        gAZi bORAt

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès