Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > La rentrée du Front de Gauche gardois

La rentrée du Front de Gauche gardois

Samedi 1er septembre 2012 se déroulait la rentrée du Front de Gauche dans le Gard. L’occasion de se retrouver après ces semaines de vacances ; un repos militant bien utile après cette campagne menée tambour battant. Bon nombre d’entre nous n’ont cependant rien relâché pendant ces cent premiers jours de « presque rien » socio-démocrate prenant même à contre-pied ce qu’on attendait d’un « gouvernement de gauche ».

JPEG - 83.5 ko

Le positionnement écologique est douteux, le bras de fer annoncé contre la finance flageole, le tournant sécuritaire repart de plus belle et la casse de l’emploi chez PSA, Sodimédical, Fralib semble même être soigneusement accompagnée par le premier ministre. Ce dernier envoie en gage la gauche de PS, Arnaud Montebourg qui ne fait rien et ne peut rien faire, pendant que lui prononce le discours d’ouverture de l’université d’été du Medef ! On croit rêver… Si encore c’était devant la CGPME plus représentative du secteur de l’entreprise en difficulté qu’il faut soutenir, mais non, c’est le grand patronat qu’on chouchoute, le secteur bancaire qu’on dorlote, le peuple qu’on renvoie à son devoir de courage face à la vague de rigueur qu’il doit se préparer à recevoir en pleine figure.

La côte de popularité de François Hollande, le moral des français, les chiffres de l’emploi et de la croissance, la confiance et l’espoir soulevé par cette alternance qu’on attendait depuis dix ans et que les électeurs du Front de Gauche ont permis de réaliser, tout dégringole, tout se rabougrit, tandis que notre colère, notre vigilance et nos exigences s’accroissent.

Vigilance sur ce vote d’octobre que nous redoutons… Souvenez-vous, François Hollande en campagne annonçait qu’il irait renégocier le pacte budgétaire européen aussitôt élu, cela deviendrait un pacte de croissance pour l’Europe ! Résultat, le traité Merkozy est resté inchangé, c’est lui que le groupe socialiste, assisté par l’UMP va ratifier prochainement, comme le traité de Lisbonne l’avait été en son temps par l’UMP et le PS, contre le vote populaire. Pour faire passer la pilule, une adjonction savamment nommée « pacte de croissance » rappelle que moins d’1% du PIB de l’Europe sera consacré à la croissance. Manque de bol, moins d’1% c’est insuffisant, c’était même ce qu’il était déjà prévu de dépenser d’ici 2014 (à lire dans le Monde), de la fumée, de l’air, du vent ! Monsieur Ayrault chantonne qu’« ils ont fait bouger les lignes » devant les jeunes socialistes ahuris et le peuple français occupé à voir grimper le prix de l’essence qu’ils ont freiné de 3 ou 6 cts ; rien n’a bougé et le pacte de stabilité budgétaire sera voté sans discussion populaire, dans le silence le plus total, en octobre prochain.

Pourtant ce même Jean-Marc Ayrault, pour ce même traité, exigeait un référendum… Ça ne s’invente pas c’est du Ayrault dans le texte : 

« Cette motion référendaire est une exigence démocratique. Parce que l’Europe le vaut bien. Parce que c’est le droit des Français. Parce qu’il n’y a pas d’autre voie pour exprimer le double engagement des socialistes : pour le traité ; pour le référendum. Les Français ont rejeté le traité constitutionnel européen qui leur était soumis le 29 mai 2005. Près de trois années plus tard, un nouveau traité a été négocié. Il doit être ratifié par les Français. Cette exigence devrait nous rassembler toutes et tous. ».

On croit encore rêver ! Mais non, c’est bien une cynique et outrageante réalité.

JPEG - 147 ko

Face à cette actualité de rentrée bien moribonde, ce 1er septembre était donc pour nous l’occasion de nous retrouver. Nous étions 120 prévus, 140 à l’appel à Lézan pour ce rassemblement gardois. La matinée fraichement ventée fut studieuse et s’organisa autour de huit ateliers. Les débats ont porté sur l’école, la protection sociale, l’écologie, la lutte contre le traité sur la stabilité européene (TSCG), l’éducation populaire, la réflexion sur l’avenir et le fonctionnement du Front de Gauche, les quartiers défavorisés et enfin sur l’emploi.

Je rendrais compte ici de ce que j’ai retenu de l’atelier sur l’avenir du Front de Gauche auquel je participais. Une question : comment transformer et conserver le mouvement soulevé pendant la campagne ? Un mouvement qui a permis que 17% d’intentions de votes se portent sur la candidature de Jean-Luc Mélenchon, un mouvement qui a rassemblé des centaines de milliers de personnes dans les rues pour d’immenses sessions d’éducation populaire et de débats politiques. Le Front de gauche, c’est une dynamique actuellement inédite en France, qui n’est pas sans rappeler un certain front populaire. C’est dans les faits un rassemblement de huit partis à gauche qui fonctionnent en consensus dans l’objectif de devenir un jour une majorité. Certains parmi nous souhaiteraient que les militants du Front de Gauche non encartés puissent matérialiser leur adhésion, prendre une carte et au-delà participer de façon représentative à des délibérations commune. C’est sans compter la nature même de ce mouvement. Par essence le Front de Gauche est liquide, libre et ouvert, il ne peut donc s’empêtrer d’un quelconque règlement formalisant les entrées, les sorties, les temps de paroles et je ne sais quoi d’autre. Celui qui s’y reconnaît entre, milite et repart si bon lui semble. Le front de Gauche répond à une attente moderne et populaire, celle de favoriser un rassemblement autour d’une idée politique, autour d’une urgence démocratique. Pendant la campagne présidentielle, c’est le programme partagé que de nombreuses assemblées citoyennes ont discuté, bon nombre des participants aux assemblées était sans couleur, sans parti, tous étaient désireux de participer, d’écouter, d’argumenter parfois, d’aider à porter les idées concrètes que le programme avançait. C’est là la force de cette dynamique, sa capacité à rassembler autour d’une actualité ponctuelle, brûlante, d’intéresser à la vie politique des citoyens qui de plus en plus, à cause des institutions d’une Vème république limite monarchiste et d’une gouvernance soporifique, se désintéressent de la chose publique. J’étais personnellement de ceux qui ont commencé par adhérer au mouvement avant d’adhérer au Parti de Gauche. Ce qui meut un certain nombre d’entre nous, jeunes militants, ce ne sont pas des logiques d’appareils, ce sont des idées, des alternatives, des valeurs humanistes et républicaines, celles que défendent le Front de Gauche. C’est aujourd’hui le seul rassemblement populaire en France qui s’attaque de front à l’ultralibéralisme et à la folie dans laquelle il prolonge notre société. Nul besoin de faire du Front de Gauche un énième parti politique, avec règlements, dirigeants, statuts et cotisations ; seul préalable, être un citoyen éclairé et volontaire, seule consigne : pas de consigne. Au mieux, les plus fervents sympathisants deviendront d’eux-mêmes militants du Parti de Gauche, du Parti Communiste, du NPA nouvellement venu, de ces partis d’alternance à gauche, écologistes qui souhaitent relancer la fronde par la base, par le peuple.

Et pour l’heure, c’est le combat pour le référendum que le Front de Gauche doit mener. Déjà 75000 signatures sur la pétition lancée par l’Humanité. C’est aussi le front des luttes à mener auprès des nos concitoyens qu’on jette à la porte des usines après des années de bons et loyaux services, après des milliards de subventions publiques pour préserver l’emploi en France. Le 30 septembre, le Front de Gauche réaffirmera sa force dans la rue et exigera un référendum. Si d’ordinaire le gouvernement ne nous entendait pas, c’est qu’il aura décidé de se boucher les oreilles, d’aller contre un sursaut populaire et de se voiler la face. Qu’il ne s’étonne pas si petit à petit dans ses propres rangs, la colère commence à gronder. Je prédis qu’une vague de socialistes viendra grossir celle du Front de Gauche. Amis du parti prétendument socialiste, amis écologistes sans muselière, au Front de Gauche la porte vous est grand ouverte !


Moyenne des avis sur cet article :  3.27/5   (30 votes)




Réagissez à l'article

21 réactions à cet article    


  • Ariane Walter Ariane Walter 5 septembre 2012 09:23

    J’ai souri en voyant le titre de votre article car , du côté de St Mitre les remparts, nous étions aussi une grosse centaine à nous être réunis pour cette rentrée du Front de gauche. Tout ce que vous écrivez nous concerne aussi et toutes les rentrées citoyennes qui ont eu lieu en France.
    Lors de cette réunion, en présence de gaby Charroux, qui est notre député FDG mais aussi de Fralib qui sont venus témoigner , nous avons aussi constitué des commissions d’étude.
    Je ne sais comment exprimer la joie de voir cet élan , cette volonté, toutes ces qualités qui sont celles de ce parti,comme vous le dites, ouvert à tous.
    Nous préparons une réunion d’information dans le village et bien sûr, le voyage à Paris.
    Prenez le pouvoir ! C’est parti !


    • eric 5 septembre 2012 10:47

      A d’autres ! L’urgence sociale du moment, c’est que Hollande fait cadeau de 6 centimes par litres aux classe moyennes superieures qui ont des voitures et qui l’elisent et de 21,50 euro par mois aux smicards. Et vous laissez faire !
      38 millions de vehicules, 60 millions de francais, 2,5 millions de smicards, « 11 millions de pauvres », vous pouvez faire le calcul sur la base de 3,5 euro par plein et 4 pleins par mois, le PS vient d’arroser les heureux detenteurs de voitures aux frais du contribuable. Avec cet argent, il aurait pu augmenter de 200 euro par mois 2,5 millions de bas salaires, ou de 50 euro par mois, 11 millions de pauvres. Et c’est MAINTENANT ! Cette semaine ! Avec la fin des exonerations de pour heures sup, heureusement, le gouvernement va degager des moyens pour financer ce cadeau. Aucune reaction, aucune greve, aucune manif. face a ce hold up sur les pauvres !
      Evidemment, Fralib, c’est plus mediatique.
      Ah oui, et, auqnd vous prenez des photos, essayez de regrouper ceux qui n’ont pas de cheveux blancs. Cela donnera une image moins cruellement reelle du front de gauche...( voir mon sempiternel sondage de l’huma)


      • Xavier Aliot Xavier Aliot 5 septembre 2012 13:39

        L’urgence sur le plan social est à tous les niveaux, et je suis d’accord avec vous sur le fait que faire cadeau de 6cts d’euro par litre ne va pas améliorer le pouvoir d’achat des plus pauvres d’entre nous, ni même contribuer à diminuer la dette que nous traînons. Personnellement si je pouvais me passer de ma voiture pour aller travailler à 45km de chez moi, si ma compagne pouvait l’éviter aussi, elle qui travaille à 50 bornes dans l’autre sens, ce serait merveilleux. Pour nous, posséder une voiture ce n’est pas un luxe, c’est une malheureuse nécessité qui grève considérablement notre budget. C’est ça ou le chômage, quand on est jeune, on prend le travail là où il est, c’est à dire loin des endroits où les loyers sont encore modérés !

        La proposition du Front de Gauche était de réévaluer immédiatement le salaire minimum pour le porter à 1700 euros bruts. Sur l’essence, la menace d’une nationalisation de Total aurait certainement fait reculer leurs velléités de profits, ils auraient consenti à une baisse substantielle. Je rappelle qu’aucun effort ne leur a été demandé, ce sont les distributeurs et le contribuable qui perdent ces 6 cts, pas l’actionnaire de Total. C’est il me semble ce que je dénonçais dans cet article, ce gouvernement ne réserve aucun égard à la catégorie la plus pauvre de la population, et la rentrée du Front de Gauche fait le triste bilan de ces « cent jours de presque rien » en réfléchissant concrètement à la réponse à donner.

        Suivez davantage les déclarations de Jean-Luc Mélenchon (là par exemple :
        http://www.youtube.com/watch?v=c2RRYiwNNOc ) vous verrez peut-être que les réactions sur chacun de ces points ne manquent pas. Quant à la manif, donnons nous rendez-vous le 30 septembre à Paris !

        Quant à votre sondage de l’huma, s’agit-il de celui-ci ?
        http://www.humanite.fr/politique/qui-sont-les-electeurs-du-front-de-gauche-495421
        Il prétend plutôt le contraire de ce que vous dites... Je trouve la population de ma photo plutôt équilibrée, mais je peux me tromper !


      • leypanou 5 septembre 2012 14:33

        « cadeau de 6 centimes par litres aux classe moyennes superieures qui ont des voitures » : ah bon, les 6cts c’est seulement pour les classes moyennes supérieures qui ont des voitures, et les classes moyennes inférieures n’y ont pas droit alors ?

        Sacré ump-iste : toujours aussi incapable du moindre raisonnement valable !!!


      • manusan 5 septembre 2012 14:11

        ça respire la naphtaline ce parti.

        FDG : Front de la Gérontocratie. Même pas un djeune avec son drapeau algérien dans les tribunes.


        • Ariane Walter Ariane Walter 5 septembre 2012 15:02

          Et toi tu sens une légère odeur de parti-pris ! Plein de jeunes aux réunions du FDG. Tous les âges sont représentés.

          Les forums sont censés être courtois. pas méprisants.


        • La mouche du coche La mouche du coche 6 septembre 2012 10:55

          Je me posais la même question : les femmes n’ont pas l’air d’avoir envie d’embrasser les hommes dans cette réunion. Mais on ne voit pas bien. Pourrait-on avoir d’autres photos ? smiley


        • Furax Furax 5 septembre 2012 14:47

          Cette Europe a ruiné les peuples bien avant que soit signé le prochain « traité ».
          Ils n’ont pas eu besoin du TSCG pour celà...
          Cette Europe est pourrie depuis Maastricht (dogme libéral, concurrence, mise à mort des services publics, fin des aides de l’état).
          Même, si, par miracle, après millions de manifestants et beaux discours, vous obteniez que le TSCG ne soit pas signé.vous vous retrouveriez avec... le Traité de Lisbonne !!! Incroyable réussite !
          Le peuple français doit pouvoir se prononcer sur la SORTIE DE UEGS (Unon Européenne Goldmann Sachs)


          • Ariane Walter Ariane Walter 5 septembre 2012 15:03

            cette sortie de l’UEGS, tous les peuples européens la souhaitent.


          • Xavier Aliot Xavier Aliot 5 septembre 2012 20:24

            Entièrement d’accord ! Pour cela, il faut commencer par le début, et rejeter ce traité-ci.


            Au sujet de Goldman Sachs et des tentacules qu’ils ont tissé dans les hautes sphères du pouvoir américain et européen, on peut encore visionner pendant 7 jours l’excellent reportage d’arte : http://videos.arte.tv/fr/videos/goldman-sachs-la-banque-qui-dirige-le-monde—6894428.html

            Personnellement, c’est un peu le sens de ma conclusion, je ne me fais pas d’illusion quant à la ratification manu militari de ce traité par le PS. Et s’il y a des défections dans les rangs socialistes, le groupe UMP finira le travail.

          • Ariane Walter Ariane Walter 5 septembre 2012 15:04

            Pour entrer dans une Europe des peuples.


            • 1984 5 septembre 2012 21:31

              ça me rappelle une chanson de Dalida !


            • taktak 5 septembre 2012 23:09

              Pourquoi pas. Mais d’abord il faut sortir de l’UE et de l’euro pour briser ces chaines que les « belles personnes », l’oligarchie ou pour le dire plus simplement la classe capitaliste a forgé depuis le traité de rome au pied des peuples ; et dont le TSCG est le maillon final. Bref, l’urgence c’est pas de réver à une autre europe, à refonder l’euro, mais bien de dire basta, on rend les clés aux peuples.

               Que le FdG cesse ce flou artistique sur cette question !
              Il s’agit là de défendre la Nation, c’est à dire le peuple. Cette Nation qui victorieuse à Valmy permis la République. Cette Nation qui refusa la défaite en 1870 pour créer la Commune. Cette Nation qui refusa le fascisme et permit les plus grandes avancées sociale en 1936. Cette Nation qui refusa une nouvelle fois la défaite et la soumission à cette forme suprème de l’exploitation capitaliste qu’est le fascisme en 1940 et qui lors de la victoire conduit aux grandes lois sociales du CNR fondement de notre modèle sociale.... Il n’y a aucune honte à être les héritiers de cette Nation.
              Il n’est pas question de se laisser impressionner par le FN et de lui abandonner cette noble idée de Nation (et ses corrolaires que sont les valeurs et symboles républicains) pour qu’il la pourrisse par son idéologie fascisante.

              Et sur cette base d’une souveraineté rendu à la Nation, le peuple pourra projeter une europe (mais pourquoi se limiter à l’europe... la coopération ça peut être avec tout les pays qui partagereait une volonté de progrès et de respect de la souveraineté du peuple) des peuples modelé pour servir les intérets de chaque peuple et non de leurs exploiteurs coalisés.


            • Salade75 5 septembre 2012 18:29

              Ces jérémiades sur la « déception » par rapport à ce nouveau gouvernement me rappellent celles des déçus du sarkozysme il y a 5 ans.
              Mais celui qui vous a trompé, c’est Mélenchon, et pas Hollande.
              Il vous a dit que grâce à lui, vous pouviez en toute confiance voter pour quelqu’un qui ne partage pas vos idées, et que du coup par miracle il serait obligé de les prendre en compte !
              Mais la réalité est que vous avez voté pour la « social (sic) démocratie (resic) », et que vous l’avez donc amenée au pouvoir.
              Comme les moutons qui auraient ouvert la porte au loup, et qui ensuite se plaindraient qu’il les croque.
              Votre seul pouvoir, c’est le droit de vote, yc blanc.
              Ne le bradez pas la prochaine fois.


              • Xavier Aliot Xavier Aliot 5 septembre 2012 20:10

                Ceux qui sont déçus sont ceux qui attendaient quelque chose de François Hollande. Je suis plutôt persuadé qu’au Front de Gauche personne n’attendait quoi que ce soit d’un social démocrate, si ce n’est de se plier plus ou moins mollement ou rapidement aux désidératas de l’Europe libérale. Disons au mieux que nous ne nous attendions pas à ce que cela arrive si franchement, si vite, avec autant de cynisme et si peu d’intelligence machiavélienne.

                On aurait pu comme vous dites, brandir le vote blanc et faire craindre la défaite au PS, Hollande aurait signé avec nous le pacte qu’il a signé avec les écologistes, et aussitôt brûlé sur l’hôtel de l’Europe et des lobbies de l’industrie. Ce n’est que spéculation, il n’aurait rien proposé et nous n’aurions jamais signé quoi que ce soit connaissant le bonhomme. Ou bien Sarkozy serait passé pour un second mandat. Cinq ans lui auraient suffi pour parachever son œuvre au service des intérêts particuliers. La consigne était donc bien de voter contre le candidat de la droite ultralibérale, et non de voter pour le candidat de la gauche libérale. La nuance est ténue mais elle porte le sens de notre démarche. Cela s’est d’ailleurs matérialisé quand le groupe Front de Gauche à l’assemblée a refusé de voter la confiance au gouvernement Ayrault.

                Pas de « déception » donc au Front de Gauche ni il me semble dans mon article, seulement de la vigilance et des luttes en attendant les prochaines échéances électorales.


              • Salade75 6 septembre 2012 15:00

                Il ne me semble pas avoir écrit qu’il aurait fallu « faire craindre la défaite » pour négocier un accord particulier avec Hollande.
                Ces accords politiques sont des marchés de dupes, et totalement anti démocratiques (pourquoi 10% des électeurs bénéficiant d’un pouvoir de nuisance devraient imposer à toute la population tout ou partie de ses desiderata !).
                J’ai par contre écrit qu’il ne fallait pas brader son bulletin de vote.
                Et voter pour le moins pire de l’existant est justement, à mon sens, la pire manière de brader le seul pouvoir politique qu’ont les citoyens français.
                Les subtilités linguistiques sur« voter contre l’un n’est pas voter pour l’autre » sont un beau baratin de politicard en total décalage avec les institutions de notre pays.
                Quand vous votez, vous le faites dans le cadre de ces institutions.
                Et chez nous, vous votez pour, ou vous ne votez pas. Le vote contre n’existe pas dans nos institutions.
                En donnant votre bénédiction électorale (c’est ça le vote chez nous, puisque les politiques ne sont comptables d’aucune de leurs actions) à des libéraux pur jus, mais juste plus diplomates envers certaines catégories de la population, vous contribuez :
                - à retarder la prise de conscience que ce système n’a pas de sens
                - à brouiller le message politique de la gauche puisqu’en gros vous affirmez : je ne suis d’accord avec rien de ce que vous voulez faire, mais je vous donne les pleins pouvoirs et je m’en vante ...
                Pour corriger mon message précédent, c’est donc des moutons fiers d’avoir ouvert la porte au loup qui se plaindraient qu’il les croque.
                Et d’après ce que je comprend, prêts à récidiver jusqu’à la mort.


              • volpa volpa 5 septembre 2012 19:27

                Et cà recommence , les révolutionnaires à la mort moi le noeud ont remis le couvert.
                Y a du Mermet dans l’air.


                • Xavier Aliot Xavier Aliot 5 septembre 2012 20:08

                  Merci pour le compliment ! Et ce n’est même pas ironique !


                • Yohan Yohan 5 septembre 2012 20:23

                  Les gens disent qu’ils ont voté d’abord pour déboulonner Sarkozy, Front de gauche en tête. 

                  ça ne pisse pas loin comme vision politique, non ?. Mettre un grand mou au pouvoir qui fait et fera peu ou prou une politique proche de celle de l’agité, avec plus d’hypocrisie et de rouerie, on aura au mieux droit à du du Chirac bis (UMPS à son zenith), c’est à dire 5 ans pour rien.. 

                  • 1984 5 septembre 2012 21:33

                    Quand on fait parti du FDG on à le droit à un abonnement à Télérama ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès