Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > La réponse des politiques au peuple français : « pile je gagne, face tu (...)

La réponse des politiques au peuple français : « pile je gagne, face tu perds »

Ça y est, c’est fait !

Les régionales sont enfin terminées… taux d’abstention record que l’on connaissait déjà à l’avance, victoire de la gauche que l’on avait prédit, échec de la droite anticipé …et front national en hausse, la seule donnée divergente par rapport aux sondages. Mais qu’importe, après tout, cela ne va pas changer grand chose aux conséquences de ces élections !

Des présidents de régions seront donc élus, et les promesses de campagne bien vite oubliées, comme les précédentes d’ailleurs. La seule chose qui importe à nos hommes politiques, c’est bien sûr la présidentielle, et à défaut une place bien au chaud dans la région, qui doit rapporter un petit salaire généreux, et permettre de « renforcer ses réseaux ». Pas un mot sur le coût de la campagne, ni sur la vaste fumisterie qui s’est organisée à droite comme à gauche : tout le monde est bien content comme cela, car comme le disait monsieur Le Pen à « l’entre-deux tours » : de toutes façons 90% des propositions faites par la gauche dans les régions sont votées par la droite. Et pour cause, lorsqu’il s’agit de se voter des retraites en or, ou de s’augmenter les « frais de représentation » à l’extérieur, tout le monde est d’accord n’est-ce pas ?

Pour le reste, tout sera bien entendu comme avant, avec peut-être pour chacun des opportunités de se caler un petit espace dans la véritable bataille qui s’annonce donc, à savoir cette satanée présidentielle de 2012. Que le message des citoyens ait été pour ou contre le gouvernement, pour ou contre la gestion de sa région, ce sera bien selon l’interprétation qu’on en veut bien faire, comme on l’a vu tout au long de cette sinistre mascarade… pour la gauche et l’écologie, il s’agit de ne pas faire sauter cette alliance tout de suite, et pour la droite il s’agit de profiter de cette occasion pour évincer discrètement les « gêneurs », tout en faisant fi des véritables attentes citoyennes : les citoyens, tous nos bons politiques s’en moquent éperdument !

Regardez donc, au lendemain même des résultats, il n’est plus question ni des problèmes des Français, ni de la crise internationale, mais seulement des alliances qu’il sera possible de conclure, ou des programmes qu’il faudra proposer. Même pas une journée après les élections, tous avouent implicitement leur total désintérêt vis-à-vis de celles-ci. il veulent un programme, un candidat, des alliances. Tous prêts à se tirer dans les pattes au moindre geste suspect de la part de l’ami d’hier, ils n’ont tous en vue qu’une seule chose : leur malheureuse petite personne. Après nous avoir implorés d’aller voter, après nous avoir vendu un programme auquel personne (et surtout pas eux) ne croit plus, après s’être presque insultés en direct sur tous les plateaux-télés complaisamment organisés à cet effet, tout ce petit monde retourne au boulot le lendemain, disposant de la gestion de budgets considérables, après avoir complètement négligé toutes les réformes soi-disant si urgentes et si vitales pour notre pays pendant plusieurs semaines, et tout cela aussi simplement qu’ils arrivent à se vouvoyer en public et à se tutoyer dans le privé.

Et ils nous parlent de démocratie, du pouvoir du peuple, d’engagements, de droits et de devoirs…. la belle affaire. Et ceux qui y croient encore sont les plus à plaindre. A ce jeu de dupes, nos politiques auraient tort de se priver : payés à faire semblant de s’entretuer, tandis qu’en sous-main ils ne font que jouer ; et comme disait Coluche, « tant que je gagne je joue ! ». Sauf qu’ici c’est un jeu contre le peuple que la politique joue : et une fois encore elle lui répond : « pile je gagne, face tu perds »…

Tant qu’ils conservent la « légitimité des urnes », c’est-à-dire que tant qu’il y aura assez de naïfs pour croire encore à un véritable combat idéologique entre deux camps qui s’affrontent pour le bien des peuples, ils ont gagné la véritable partie. Regardez bien le remaniement ministériel post-électoral : pour la droite, le « recentrage à droite » est le signe que le président a compris le message des urnes. Pour la droite, celui-ci ne signifie rien d’autre que l’incompréhension du message des urnes. Alors qu’en réalité, le message des urnes était pourtant bel et bien, et une fois de plus, celui-ci : « à droite comme à gauche, vos méthodes nous affligent, et nous ne voulons pas de vous pour nous représenter. Malheureusement, vous ne voulez pas nous entendre, alors cela n’a aucune utilité : on ne fait pas boire un âne qui n’a pas soif. C’est triste à dire, mais notre seule force est équivalente au silence du néant. Nous n’espérons plus rien de votre part. »

Bien sûr, ce message est tout de même ressenti par nos « élites », qui sont moins stupides qu’on aimerait bien le croire. Alors ils vont plus loin que ce raisonnement désabusé.Ils savent bien que, comme lors de l’élection présidentielle de 2002, les citoyens sont capables de voter. Le jour où un véritable programme serait proposé au peuple, ou émanerait du peuple (on peut rêver !), les citoyens iraient voter. Mais ce jour-là n’arrivera pas, car ils l’empêcheront à tout prix.

Alors en attendant, et d’ici à peu, presque tranquillement, les hommes politiques de droite comme de gauche voteront comme un seul homme une nouvelle loi, obligeant tous les citoyens à voter. « Puisque vous ne voulez pas utiliser votre droit de vote libre et citoyen, nous vous contraindrons à le faire ». Comme si la liberté pouvait être une obligation, un nouveau devoir sera créé, pour être sûr que la légitimité dont ils se parent ne cesse jamais. Et au passage, s’ils peuvent gagner quelques subsides supplémentaires par l’intermédiaire des amendes infligées aux récalcitrants qui ne veulent pas rentrer dans le rang… c’est tout bénéfice !

En définitive, les élections ne servent qu’à légitimer ce jeu : si c’est pile ils gagnent, si c’est face on perd. Le reste n’est qu’une course au premier arrivé, mais ce jeu ne nous concerne pas.

 

Caleb Irri

http://www.calebirri.unblog.fr


Moyenne des avis sur cet article :  4.56/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • JL JL 23 mars 2010 09:54

    Pas faux !

    Mais que voulez-vous dire par là, je cite : « Et au passage, s’ils peuvent gagner quelques subsides supplémentaires par l’intermédiaire des amendes infligées aux récalcitrants qui ne veulent pas rentrer dans le rang… c’est tout bénéfice ! » ???


    • caleb irri 23 mars 2010 13:28

      @ JL

      je faisais référence aux amendes qui, en général, sont prévues dans les pays rendant le vote obligatoire, et qui rentrent tout naturellement dans les poches de l’Etat.


    • JL JL 23 mars 2010 13:33

      Caleb Irri, c’est bien ce que je pensais. Avec comme nuance que les poches de l’Etat sont les poches des citoyens, les miennes, les votres. Même si, hélas, les dirigeants élus ont trop souvent tendance à l’oublier.

      Mais votre phrase pourrait être perçue comme une négation des impôts et des taxes, c’est pourquoi j’ai réagi ainsi. Sans rancune.


    • LE CHAT LE CHAT 23 mars 2010 09:54

      Oui , ils votent tout ensemble dans les régions ou à l’assemblée européenne en se foutant de nous ! c’est pourquoi ils méritent quelques cailloux FN dans leurs godasses !


      • Alpo47 Alpo47 23 mars 2010 10:36

        Rien ne change et ... tout change.

        Je trouve que ce qui est nouveau et va s’accentuant, c’est que cette « grande tromperie » de nos politiques apparait maintenant clairement. En d’autres termes, « le roi est nu ».
        L’information circule, les gens échangent, critiquent, souvent très sévèrement. Guère de nos « représentants » ne trouvent grace aux yeux de nos concitoyens.
        Aucun doute pour tous aujourd’hui, c’est blanc-bonnet et bonnet-blanc . L’UMPS sert les mêmes intérêts et ne prend surtout pas en compte les désirs de la majorité des citoyens.

        La seule question qui demeure, est : Combien de temps le système en place va t-il se maintenir ?


        • Deenye Deenye 23 mars 2010 12:30

          "le message des urnes était pourtant bel et bien, et une fois de plus, celui-ci : « à droite comme à gauche, vos méthodes nous affligent, et nous ne voulons pas de vous pour nous représenter."

          Pas d’accord : la gauche fait son meilleur résultat depuis plus de 50 ans...

          Vous négligez un peu ce fait...


          • denis84 23 mars 2010 15:52

            Pas du tout d’accord
            1- « la gauche » : le total des voix dites de gauche comprend de nombreuses voix Europe Ecologie qui sont LOIN ,bien loin d’etre toutes « de gauche » au sens « traditionnel » du terme
            2- le plus gros POURCENTAGE de votants,sans doute,mais sur un total de votants exceptionnellement BAS ,donc ce n’est pas vraiment un vote « d’adhésion »


          • LeLionDeJudas LeLionDeJudas 23 mars 2010 16:52

            Ils peuvent toujours nous obligé à voter, ils ne pourront toujours pas maîtriser ceux qu’on mettra dans le bulletin... à moins de généraliser cette grosse arnaque du vote électronique (cf élection présidence américaine de l’an 2000).

            D’accord avec toi l’auteur, ils sont trop accrochés à leurs privilèges pour mener une politique en faveur du peuple. C’est pour ça que je suis contre l’existence du métier de politicien. Selon moi tous les élus doivent avoir un autre métier, ou femme au foyer, retraité, chômeur, étudiant, SDF... bref une activité représentative du peuple (donc pas que des avocats, ENArques ou études supérieures) avec des élus qui vivent dans le peuple. Ces élus seraient indemnisés le temps de leur mandat, sachant qu’il n’y aurait ni cumul ni renouvellement.
            Le but serait d’empêcher le carriérisme politique, depuis la naissance de la démocratie en Grèce antique, on connait l’effet corrupteur du pouvoir sur un individu même s’il est le plus honnête et intègre qui soit.

            Alors toute cette classe politique de gens prétendument compétents avec le costard-cravate qui en jette n’a pas de raison d’être. Malgré tout ce que l’on veut nous faire avaler, ils ne sont pas mieux armés qu’un commis de boulanger ou une aide-soignante dans un hospice pour prendre les bonnes décisions sur les choix du vivre-ensemble.

            Tant que les décisions finales ne seront prise que par une même classe d’individus (il en serait de même avec des élus uniquement issus de la classe ouvrière) il n’y aura pas d’amélioration du vivre-ensemble.


            • Wazix23 23 mars 2010 19:47

              Rien à ajouter, merci à l’auteur.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès