Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > La République des casseroles

La République des casseroles

À quelques petits mois des présidentielles, les esprits s’échauffent, et alors que dans le camp de la droite, on tente en vain d’élever le débat, à gauche, un certain désarroi se met en place...chez les verts, il y aura 4 candidats, et au FN, une seule, à moins que le menhir ne mette sa menace à exécution...

Mais il ne faut pas occulter la volonté de certains de souhaiter un Break présidentiel.

Il ne s’agit pas ici d’évoquer un moyen de transport qu’utiliserait un éventuel président, mais plutôt du concept rencontré de plus en plus souvent sur les réseaux, consistant à faire un break sur la présidentielle...de ne plus vouloir de président en quelque sorte...

L’écœurement citoyen qui a gagné nombre de français, considérant la classe politique comme devenue plus un problème qu’une solution, à en effet donné naissance à un concept radical : « nous ne voulons plus de président »...

Dans la logique d’une tendance de plus en plus évoquée, consistant à ne plus se rendre dans les bureaux de vote, ou de réclamer que le vote blanc soit juridiquement pris en compte, ils sont en effet de plus en plus nombreux à ne plus souhaiter avoir un président de la république.

Utopie ?

C’est à voir...

Il existe pourtant aujourd’hui quelques pays qui, de gré ou de force, existent démocratiquement, sans avoir à leur tête un gouvernement...ou un président...

L’Espagne, par exemple, n’a pas de gouvernement depuis un certain temps, et ça ne semble pas être un réel handicap...

En effet, cela fait plus de 8 mois que nos voisins ibériques sont privés de gouvernement et le 20 septembre prochain, ce pays atteindra ses 9 mois de non gouvernance. lien

La croissance espagnole est quasi de 3%...son chômage a chuté depuis 2010 et va vers les 20%...les exportations ont atteint un record historique absolu, consommation et investissement sont en plein boom...

Nos voisins belges ont connu il y a peu une longue période de 541 jours sans gouvernement, et le pays ne s’en est pas pour autant plus mal porté...lien

De plus, en 2014, rebelote, le pays s’est retrouvé plongé dans la même crise, sans que pour cela la vie de nos voisins outre-quiévrain en souffre réellement. lien

L’Italie pourrait bien bientôt connaitre pareille crise, depuis que le mouvement 5 étoiles accumule des succès, prenant récemment les villes de Rome et de Turin, fragilisant considérablement le gouvernement de Matteo Renzi, lequel pourrait bien être renversé : il a prévu pour octobre un référendum qui pourrait bien lui être fatal. lien

Avec l’effondrement des partis traditionnels et l’émergence des partis extrémistes, cette situation va se reproduire de plus en plus souvent, et pourquoi pas bientôt en France ?

En effet, ces breaks présidentiels sont finalement une bonne affaire : pas d’interférence politique, pas de débats sans fin, une stabilité de la fiscalité propice aux affaires...

En fin de compte, avec une économie libre de fonctionner et de prospérer avec un gouvernement de techniciens, ou un gouvernement de transition, quand la politique est absente, l’économie prospère.

En France, le premier parti du pays s’appelle « les abstentionnistes », qui loin de l’image de « mauvais citoyens » que les partis au pouvoir tentent de leur accrocher, sont en réalité des femmes et des hommes qui ne croient plus à la politique...lien

Lors des dernières régionales, l’abstention représentait en France plus de 50% dans certaines régions. lien

Quelle légitimité aurait un élu si plus de la moitié des électeurs, contestant ce système, décident de ne plus se rendre dans les urnes ?

Rien d’étonnant dès lors que certains appellent à faire un « break présidentiel ».

Il est vrai que choisir entre la peste et le choléra n’a jamais été une situation enviable...

Sarközi a entamé la course des primaires avec un certain nombre de casseroles...

Comme je l’ai évoqué, il y a déjà un certain temps, c’est bien la France, par le biais d’un agent secret, et sur ordre de l’Élysée, qui aurait mis fin aux jours de Kadhafi, car ce dernier menaçait de révéler au grand jour le fait qu’il avait financé la campagne de l’ex-chef de l’état. lien

...Juppé à déjà connu la mise en examen... Hollande a passé la totalité de son mandat à renier la plupart de ses engagements...et MLP, tout en soufflant discrètement sur les braises d’un racisme ambiant, se trouve mal embarquée avec une nièce qui lui fait de l’ombre, et un père qui menace de se porter candidat. lien

Au-delà du portrait anti-européen que la cheftaine du FN veut se donner, il faut quand même savoir deux ou trois choses...

Le 16 avril 2014 la député européenne elle n’a pas voté contre la directive sur les travailleurs détachés...

Le 28 mais 2015 elle n’a pas voté contre le TAFTA...et cerise sur le gâteau, le 14 avril 2016 elle a voté pour la directive européenne qui protège les banques d’affaire, et fragilise les lanceurs d’alerte.

Bien sur, de nombreux français, portés par l’idée qu’ils ont essayé en vain la droite, puis la gauche, sont tentés par l’expérience frontiste, et son message séduisant, mais ce vote ne serait-il pas celui du désespoir, dont nos voisins teutons savent à quoi il les a mené dans les années 40, et s’ils regardent de près la réalité lorsque des élus FN accèdent au pouvoir, ils devraient réaliser qu’il y a une distance entre le discours et les actes.

Quant aux verts, on ne peut qu’espérer que Michelle Rivasi soit finalement désignée pour représenter ce parti qui a beaucoup à se faire pardonner...en tout cas, Michelle Rivasi n’a jamais eu à rougir de ses actions, elle n’a jamais failli sur le dossier nucléaire, et sur tous les problèmes écologiques...du Lyon-Turin à NDDL, en passant par les boues rouges de Gardanne, on ne peut en dire autant de Cécile Duflot qui, au sujet du Lyon-Turin, projet pharaonique de 30 milliards, affirmait qu’elle « était motivée par le contexte économique, et non par des objections de principe  » ? lien

C’est pourtant elle qui est la favorite des sondages dans les rangs des écolos...

Un sondage récent affirme que 8 français sur 10 ne veulent pas d’une candidature hollandaise, et 7 sur 10 en pensent de même pour la candidature de Sarközi. lien

Il faut découvrir les enregistrements clandestins de Buisson pour découvrir l’étendue du mépris que l’ex président porte au peuple, et on sait ce que Hollande pense des « sans dents ». lien

Et puis il est vrai que depuis plusieurs dizaines d’années, la politique nous propose les mêmes candidats...qu’ils aient failli, ou pas.

De Gaulle dénonçait le « régime des partis »...vidéo...avait-il une vision lucide ?

Certains préconisent le tirage au sort pour désigner celui qui mettrait en œuvre les volontés du peuple...

C’est ce que l’on peut découvrir dans le blog d’Étienne Chouard, qui citant Jacques Testard, compare l’élection traditionnelle et l’élection par tirage au sort, la première étant définie comme inégalitaire et corruptrice, et la seconde exactement son contraire. lien

D’autres contestent les 500 signatures de maires nécessaires à pouvoir être candidat, proposant qu’ils soient remplacés par 200 000 signatures de citoyens... est-ce une bonne idée ?

Cette république a beaucoup à se faire pardonner, tout comme celles qui l’ont précédé : quid de ces anciens ministres, et autres présidents qui profitent d’avantages à vie ?

Les français n’ont-ils pas envie de tourner la page pour choisir une 6ème République ?

Les guignols avaient humoristiquement fait le bilan de ce que l’ex président recevait chaque mois dans une courte vidéo jubilatoire : « l’assistanat vu par Nicolas Sarközi ».

En effet, pendant que la pauvreté touche plus de 14% de la population, nos élus, députés, sénateurs, ont un train de vie démesuré... et bien sur au frais du contribuable.

Est-ce compatible avec ce que vivent la majorité des citoyens...

Dans d’autres pays, tout se passe autrement... le nombre de député est plus raisonnable, leurs salaires plus décents, leurs frais remboursés sur justificatifs... mais pas en France.

 Quid de cette assemblée nationale désertée, ou peuplée de femmes et d’hommes qui somnolent ?

Quid des milliers de conseillers, pour la plupart énarques, qui pantouflent dans les ministères ?

Quid de ces 15 000 hauts fonctionnaires qui, avec 30 000 euros mensuels, vivent au crochet des français ? lien

N’est-il pas inconcevable que des candidats à l’élection souillés par des affaires juridiques puissent encore prétendre à diriger le pays ?

Alors pourquoi pas un break présidentiel ?

Comme dit mon vieil ami africain : « la corruption est dans l’homme comme l’eau est dans la mer  ».

Le dessin illustrant l’article est de Bidu,

Merci aux internautes pour leur aide précieuse.

Olivier Cabanel

Articles anciens

Les Attila de la République

Du pain et des œufs

Fête du slip au sommet

Le bras de fer du fier à bras

Quand la gauche mérite une droite

Choisir le bon président

Méritons-nous ces hommes politiques ?

Rose promise, chom du

Voulez-vous vallser marcron ?

Faut arrêter les khomri

Des tas d’urgences, à l’état d’urgence

T’as pas mille balles ?

Le bras d’honneur hollandais

La France avance avec une canne

La droite en rêvait, Hollande l’a fait

Le changement, c’est pas tout de suite

Le poisson d’avril hollandais

En marche pour une 6ème

Un président tétanisé

La retraite au flamby

Qui Hollande trompe-t-il vraiment

Hollande, un pays au plus bas

Des sous et des déçus

La sauce hollandaise ne prend pas

L’improbable révolte des sans

Qu’est-ce qui cloche ?

Monsieur « Plan Plan »

J’aime pas les riches

Faire sauter la banque

Le discours du Bourget partie 1-partie 2


Moyenne des avis sur cet article :  4.34/5   (38 votes)




Réagissez à l'article

104 réactions à cet article    


  • Verdi Verdi 12 septembre 09:48

    Bonjour Olivier Cabanel,

     

    Vous traduisez exactement la situation et le ressenti, le ressentiment aussi, de nombre de Français. Comme vous le démontrez, désabusés, ils ont des raisons profondes, justifiées de se défier, de se méfier et, pour tout dire, de s’éloigner de la politique, telle qu’elle est pratiquée en France.

     

    Avons-nous besoin d’un Président. Bonne question. On peut en douter. Vous donnez les bons exemples. On peut y ajouter la Suisse, qui se passe sans difficulté aucune, de ce ramdam institutionnel à la française, et qui ne s’en porte pas plus mal, au contraire. Partisan de l’abstention, je vous sais gré de déculpabiliser ceux qui n’iront pas voter, en tout cas, au second tour, si la consultation prend une mauvaise tournure (sans Mélenchon qualifié).

     

    Bref, j’ai vraiment apprécié votre regard sur la situation pré-électorale ubuesque, que nous vivons, avec la mise en exergue de l’imposture de certaines candidatures, telle celle (entre de nombreuses autres, toutes sensibilités politiques confondues) de Duflot. Rivasi a, en effet, toujours eu un comportement irréprochable dans son action.

    Enfin, merci d’attirer l’attention sur la nature malsaine et les véritables sentiments de l’agité à l’égard des Français :

     

    « Il faut découvrir les enregistrements clandestins de Buisson pour découvrir l’étendue du mépris que l’ex président porte au peuple, et on sait ce que Hollande pense des « sans dents »


    • olivier cabanel olivier cabanel 12 septembre 09:58

      @Verdi
      Bonjour Verdi

      merci de partager mes préoccupation, et cette analyse sur le fond,
      j’apprécie beaucoup vos articles.
       smiley

    • aimable 12 septembre 10:20

      @Verdi
      chez Mélenchon ce qui m’inquiète c’est sa bible dont il a fait lecture a Marseille , qui me fait supposer que toutes les régions ne serons pas traitées a égalité
      le programme oui , Mélenchon NON


    • aimable 12 septembre 11:33

      @aimable
      j’aoute que je suis alcoolique , arriéré , donc NORMAND  !!


    • Alren Alren 12 septembre 13:20

      @aimable

      Vous raisonnez comme si JLM allait, s’il est élu continuer de gouverner comme ses prédécesseurs c’est-à-dire en monarque absolu.
      Ce n’est pas du tout son intention !
      Il veut au contraire mettre fin à cette constitution en faisant élire une assemblée constituante qui rétablira le pouvoir populaire en donnant au peuple la possibilité de révoquer les élus qui trahissent leurs engagements électoraux.


    • Alren Alren 12 septembre 13:29

      @aimable

      j’ajoute que je suis alcoolique, arriéré, donc NORMAND  !!

      Si la confidence qu’a faite JLM, à savoir qu’il avait été mal accueilli, jeune garçon ayant dû quitter le Maroc, immigré involontaire ayant suivi sa mère institutrice, dans le Pays de Caux où il a été traité de « bougnoule » par ses camarades d’école, est ce qui motive votre proclamation d’être Normand, comme si vous lui en vouliez d’avoir été victime sur votre terre natale, alors votre ire est injustifiée : Mélenchon n’a pas porté de jugement négatif sur la population de cette belle province.
      Il a juste rapporté un souvenir qui lui a douloureusement appris que de tout temps et encore aujourd’hui, on n’émigre pas de chez soi sans une cause impérative.


    • Alren Alren 12 septembre 15:11

      @Verdi

      S’abstenir au second tour si on a à choisir entre Charybde et Scylla, la peste ou le choléra, d’accord.
      Mais s’abstenir au premier tour n’est pas digne d’un citoyen qui veut qu’on le respecte enfin.
      Les riches égoïstes et les puissants méprisants n’attendent que ça, l’abstention populaire.
      Ne leur faisons pas ce plaisir.


    • chantecler chantecler 13 septembre 09:13

      @Alren
      Je signale au passage à O. Cabanel qu’ en Espagne , contrairement à ce qu’il laisse entendre, qu’il y a une énorme mobilisation des électeurs qui refusent de laisser reconduire M. Rajoy , le représentant du PP.
      http://www.lemonde.fr/europe/article/2016/06/26/legislatives-espagnoles-le-parti-populaire-en-tete-les-socialistes-devant-podemos_4958537_3214.html
      Rien à voir avec ce que vous préconisez : délaisser les urnes , ce qui est d’autant plus risqué que même avec 15 % des suffrages exprimés et une abstention à 70% un dirigeant peut être élu .
      Et là ça craint .
      Donc le « tous pourri » est un concept dangereux .
      Le plus tricheur gagne à tous les coups .
      Maintenant que le fait de voter soit nécessaire mais pas suffisant , car il faut en outre un rapport de force évident pour conduire une autre politique, ça me semble évident .


    • Verdi Verdi 13 septembre 09:53

      @Alren

       « Partisan de l’abstention, je vous sais gré de déculpabiliser ceux qui n’iront pas voter, en tout cas, au second tour, si la consultation prend une mauvaise tournure (sans Mélenchon qualifié). »

      Voilà ce que j’ai écrit. Nous sommes d’accord, Alren. Si aucun candidat ne me convient au premier tour (absence de Mélenchon), je ne voterai pas à cette élection présidentielle. 

    • olivier cabanel olivier cabanel 13 septembre 13:26

      @chantecler
      je ne laisse pas entendre, j’affirme.

      aujourd’hui, le gouvernement espagnol ne peut plus gouverner
      il est mis en minorité par podémos, et d’autres
      le tous pourri est malheureusement une évidence
      personne ne se satisfait plus de ce système,
      l’une des rares issues est de donner aux partis dis « marginaux » un poids assez important pour empêcher les alliances et donc un gouvernement. de gouverner.

    • Vipère Vipère 13 septembre 16:57

      @chantecler


      Evidemment que la situation de l’Espagne ne s’est pas faite par l’opération du saint esprit, les gens se sont mobilisés pour contrer les politiques qui ont tout intérêt à reconduire leur mandat, des politiciens plus malfaisants que véritablement utiles aux espagnols. 

    • Vipère Vipère 13 septembre 16:59

      @olivier cabanel


      Excellent article qui explore d’autres voies possibles pour sortir du marasme où la France est figée ! smiley

    • olivier cabanel olivier cabanel 13 septembre 19:02

      @Vipère
      merci c’est sympa.

      que penses tu de ça

    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 14 septembre 18:39

      @olivier cabanel


      Bonjour Olivier

      A quoi bon un Président, en effet, puisque son rôle serait d’être au-dessus des partis.... Doit on en dire plus ? A quoi bon des Partis, puisque Gauche comme Droite proposent et suivent des politiques qu’on aurait dites de Droite il y a une génération ? A quoi bon des élections, d’ailleurs, puisque l’on sait qu’au deuxième tour il n’y aura qu’une défaite du FN face aux autres partis réunis sous la banniere du statu quo ? Rien ne changera sans un coup d’État.... 

      L’espoir est qu’après une remise à jour, qui créera la 6 ème République sans plus de violence qu’il n’en a fallu pour créer la 5 ème , notre société revienne vite a une démocratie - (qui est le mode par défaut des société évoluées) - mais à une démocratie DIRECTE, maintenant possible, au lieu de cette arnaque qu’est ce qu’on appelle aujourd’hui « démocratie ». Le rôle du Président y sera bien différent....


      Pierre JC

    • olivier cabanel olivier cabanel 14 septembre 19:01

      @Pierre JC Allard
      je partage bien évidemment ton sentiment...

      il est temps que ça change...personne n’en peut plus de ce système de m...e.
      merci de ton commentaire.

    • chantecler chantecler 15 septembre 13:12

      @olivier cabanel
      Oui mais a dans ce cas il faut militer pour que l’on supprime le poste de P.R de l’ exécutif et de notre A.N .
      Il faut supprimer ces institutions .
      Alors les choses seront claires .
      Mais prôner l’abstention , surtout au premier tour , je maintiens que c’est suicidaire .


    • Clocel Clocel 12 septembre 10:12

      Un président pourquoi ?
      Pourquoi donner de la la légitimité à quelqu’un dont on sait qu’il va nous trahir comme nous le sommes depuis plus de 40 ans.
      Sans président ? Pourquoi pas ?
      Avec une constitution robuste dont nous serions les auteurs.
      Le suffrage universel nous a montré ses limites, c’est une vaste escroquerie qui ne fait émerger que les athlètes de la com.
      Nous ne maîtrisons plus cet outils, c’est une évidence, nous devons donc nous en débarrasser. et reprendre en main notre destin collectif.
      Mais sommes-nous encore un peuple ou une somme d’individus retranchés derrière de petits intérêts personnels ?
      Quels sont nos communs dénominateurs ?

       


      • olivier cabanel olivier cabanel 12 septembre 10:38

        @Clocel
        comment faire, en effet, c’est la bonne question...

        peut etre regarder de plus près à ce qui s’est passé en Italie, ou en Espagne
        les indignés, qui ont permis l’émergence de podemos, empêche le gouvernement de n’en faire qu’à sa tête...
        en Italie, le mouvement 5 étoiles fait de même...et renzi risque bien de perdre l’exercice du pouvoir total...
        rien n’empêcherait donc qu’en France naisse un nouveau mouvement, hors des partis, style nuit debout, ou autres, qui créerait les conditions d’une perte de contrôle des partis traditionnels...


      • colza 12 septembre 18:27

        @olivier cabanel
        Il semble que notre Constitution empêche que cela arrive, sauf révolution des citoyens.
        Un président, même élu avec dix pour cent des inscrits, sera légitime aux yeux de la constitution.
        Quand à la « représentation nationale » si mal dénommée, elle ne représente que les intérêts de leurs partis, de leurs élites et de ceux qui les ont mis là.
        Les citoyens ne sont plus là que pour mettre un bulletin dans une urne et donner un vague vernis de démocratie à notre république.
        Je pense comme vous que les représentants de la nation devraient être tirés au sort, pour une durée très courte et par vagues successives, afin qu’il y ait toujours des « nouveaux » et des « anciens » et qu’à l’issue de leur « mandat », ils soient rendus à la vie civile, sans espoir de retour dans la sphère politique.


      • gogoRat gogoRat 12 septembre 18:30

         Comment faire ?
         
         D’abord : comprendre que le pouvoir politique est d’abord et avant tout dicté par les mots ( diktats / dictateurs ... !).
         Alors remarquons au passage ces petites glissades du langage courant :

         * « des femmes et des hommes qui ne croient plus à la politique »
         >>> sans doute faudrait-il être plus précis en parlant de « la politique politicienne ». Vouloir un renouveau des techniques de légitimation et une abolition des actuels stratagèmes de légitimation (procéduriers et arrivistes en diable !) ... ce n’est pas nécessairement renoncer à une réelle attention et responsabilité politique de la part de citoyens qui se veulent responsables.

         * choisir une 6ème République ?
         >>> une 6eme République n’est pas à choisir, toute cuite, dans un super-marché !
         Si tel était le cas, d’ailleurs, est-ce que cela pourrait porter le nom de République ?
         Faudrait y mettre de l’huile de coude : que chaque citoyen participe à l’invention d’une nouvelle constitution ! ...
         

         * élection par tirage au sort
         >>> ce n’est pas parce que nous finissons par être habitués à cette expression qu’elle ne constitue pas un non-sens ! Un tirage au sort n’est pas une élection ! (désolé pour cette tautologie, mais, des fois , ça pourrait réveiller un minimum de bon sens )
         ( remarquer aussi que les principaux arguments communément invoqués pour ces ’tirages au sort oublient presque systématiquement que la fréquence envisagée pour ces événements invalide, dans la réalité, un accès possible à l’essentiel des vertus mathématiques visées )


      • gogoRat gogoRat 12 septembre 18:31

         Alors comment faire ?
         bis repetita  : réfléchir, collectivement, individuellement et sérieusement à une modernisation du concept de cahiers de doléances ...


      • olivier cabanel olivier cabanel 12 septembre 19:30

        @gogoRat
        c’est ce que font actuellement des milliers de Français...

        certains se sont installés sur la place de la république,
        d’autres le font sur leurs blogs, dans les cafés, un peu partout, et nous savons tous que nous ne voulons plus de ce monde, de ces politiques, de ce système électoral, de ces mensonges, et des manipulations des merdias, aux ordres de leurs « financeurs ».
        il y a tant de moyens d’agir, que je n’ai aucun doute que la page sera tournée bientôt, et que nous serons débarrassés de ce cauchemar.

      • olivier cabanel olivier cabanel 12 septembre 19:32

        @colza
        une fois de plus, je m’appuie sur ce qui se passe en Espagne ou le gouvernement même élu n’est plus en capacité de gouverner...et je pense que la même situation va arriver sous peu en Italie.

        alors pourquoi pas ici ?
        un président qui ne peut décider, à quoi ça lui servira ?

      • Alibaba007 Alibaba007 12 septembre 23:37

        @Clocel « Sans président ? Pourquoi pas ? Avec une constitution robuste dont nous serions les auteurs. »


        Tout à fait ! et abolir la votation telle quelle existe actuellement car l’élection est aristocratique et donc crée des élus qui, « mis au pouvoir » par une votation se sentent justifié comme le « meilleur des maîtres » et donc libérés de rendre des comptes aux citoyens qui les ont élus.


        Par contre une votation pour proposer un « candidat » dans une liste de personnalités déterminées pour la réalisation d’un mandat unique et non renouvelable, et dont le poste, tiré au sort, est proposé et pour lequel il sera correctement rémunéré mais également contrôlé, tout au long de son mandat (pour autant que cette personnalité l’accepte).

        La votation est utile (au niveau démocratique) pour avoir une réponse à un choix lors d’un référendum, d’une initiative populaire pour créer, modifier ou supprimer une ou plusieurs lois (comme en Suisse).

      • foufouille foufouille 12 septembre 10:25

        je me souviens d’un député européen qui s’est déplacé juste pour signer et toucher 300€.


        • howahkan howahkan 12 septembre 10:43

          Salut Olivier bon descriptif de mon avis..

          mais une fois de plus nous sommes loin de la source des problèmes qui n’est pas évoquée , rien de personnel Olivier smiley et pour cause car la source est l’humain lui même et dans l’humain son cerveau et dans son cerveau la pensée qui a pris le contrôle du cerveau comme elle le fait dans le monde extérieur, on a là un seul et même mouvement qui part du cerveau pour finir en guerres.. empêchant nos autres capacités de fonctionner...

          ces autres capacités ne sont pas la pendant l’enfance, ....ceci n’est pas une théorie mais des faits vécus..par pas mal de gens..mais la pseudo peur mot qui ne dit rien de ce processus qui cache en fait le mot fuite exactement comme le mot compétition cache le mot E L I M I N A T I O N
          ....car cela nous mettrais sur la bonne voie pour comprendre et le vivre donc aller au delà, , peur donc fuite comme la peur de mourir etc qui arrive assez tôt des fois chez un enfant etc qui sont des signes que nos autres capacités doivent être réveiller ..ceci est inconnu de tous sauf exceptions....voila pourquoi « on » nous dit d’affronter ses peurs...alors que ceci est impossible car la peur c’est ma propre pensée, c’est ce pseudo « moi je » , c’est mon état à moi !!!

          elle ne peut se regarder mais seulement se vivre or que faisons nous ? nous fuyons ce que nous ne connaissons pas..donc nous n’apprenons jamais rien..sauf a souffrir et a résister à cela, tu seras fort mon enfant, tu parles Charles.. faisant de nous des être dénués de toute empathie, compassion capacité a vivre ensemble etc...oui je sais cela parle un peu mieux déjà ...

          tu dis : Comme dit mon vieil ami africain : « la corruption est dans l’homme comme l’eau est dans la mer  ».

          c’est ce que le maître que nous avons créé, si si, nous fait croire depuis + ou - 3000 ans ,ceci dépendant du degré de fausseté de l’historie officielle , or certains savent de par leur propre vécu que non pas du tout, la corruption n’est pas la nature profonde de l’homme...la nature profonde de l’homme est aussi celle de L’Origine donc de L’Univers quelque soit cet Univers. et cette Origine..et cette nature profonde avec laquelle l’homme a perdu le lien est l’unité, le collectif qui définit le particulier qui s’inscrit DANS le collectif qui est le Créateur Ultime....la pensée humaine n’existe que parce qu’il y a un Créateur, une Origine....cela n’est pas l’inverse auquel le siècle des lumières éteintes essaye de faire croire...

          cette inversion, ah tien encore une !, avait entre autre ce but : mettre l’individu au centre de tout, pour être sur que tout le monde se batte.....l’individu étant censé créée le groupe collectif.. smiley....l’ univers..d’où L’Origine a disparue,..car cette Origine qui ne peut que être au delà du temps ni née, ni non née, donc immortelle ; ne peut être approchée par la pensée humaine donc par la science qui est un outil certes vital de survie,mais rien de plus , rien de moins..la pensée n’ a pa accès au profond...ce qui n’est pas son rôle d’ ailleurs.

          Tout le monde en conflit, voila pourquoi la hiérarchie, la différence de salaire etc etc etc tout le monde affronte tout le monde et il est alors très facile de voler , de mettre en esclavage, de détruire etc des gens qui passent leu vie a se battre contre tout et rien, ne sachant rien de tout cela ni d’eux même......cela donne une vie de merde même immensément riche ...de la haine, de la démence...la maître est provisoirement ravi, car c’est ce qu’il veut qu’il se passe pour arriver à ses fins car le maître est un voleur...depuis toujours....

          Avec un tel humain pour le moment il n’est possible que de changer le superficiel et encore ,voila pourquoi connaissant cette vérité de ce que nous sommes devenus, des humains un peu éveillés genre De Gaulle et le CNR, genre Poutine, Genre Chavez etc etc etc essayent de modifier eu mieux ces conditions extérieures et de prévenir que les malades mentaux qui essayent de gouverner toute la planète de manière violente forcément, ,tyrannique et parfaitement sans aucun autre sens que combattre et accumuler si possible accumuler pour le tombeau bien sur .pour petit à petit essayer de créer un monde sans guerre...sans conflit,mais cela se heurte hélas à ce que la majorité est.....apeuré donc se sentant en insécurité , donc imagine mentalement que sécurité il y a, cette sécurité il essaye de l’inventer avec nos peu de moyen restant et ce sera donc la possession..or posséder sur son propre travail alors que seul je ne survis pas est impossible,donc je vais posséder en volant les autres car nous sommes tous en conflit avec nous même avant tout donc aussi les uns avec les autres ...
          la base combat, cela crée des gagnants, qui eux ont compris qu’ils doivent coopérer pour réussir à niquer les autres ..

          voila en gros et rapide où « on » en est...

          alors voter ou pas franchement cela n’a aucun sens...

          non solum alea jacta sed etiam deo gratias est


          • olivier cabanel olivier cabanel 12 septembre 10:50

            @howahkan
            je souscris en effet...et partage

            la parole de mon vieil ami africain était cette fois ci un peu trop pessimiste...
            ce qui fait vivre ces politiques, c’est soit le besoin de reconnaissance, l’envie d’être aimé, ou la soif du pouvoir, sous prétexte de représenter le peuple...
            mettre en place les conditions d’un véritable pouvoir de décision du peuple n’est pas chose aisée...
            plus simplement, le vote de représentants du peuple au « tirage au sort » permettrait de passer l’obstacle de la prise du pouvoir par un seul homme, ou par un seul parti, même si ce dernier assure vouloir respecter soit son engagement, soit représenter la volonté du peuple, ce dont on sait que ce dernier sera trahi.
            l’élu « au hasard » ne pourrait donc plus personnaliser le pouvoir, et n’aurait comme mission que de mettre en place le choix du plus grand nombre...
            utopique peut-être, mais y a t-il d’autres solutions ?

          • howahkan howahkan 12 septembre 10:58

            @olivier cabanel

            d’autres solutions... ? mais que est le problème et sa nature ??

            si je reçois des flèches sans arrêt réelles et mentales où que je sois et que je ne vais jamais remonter à la source d’où elles proviennent, elles vont continuer à pleuvoir..réellement et mentalement...

            c’est ce que nous faisons.....

            etc car le sujet est pour des mois, années, une vie...il n’y a pas de fin à cette découverte, or nous ne sommes même pas sur la première marche qui est peut être aussi la dernière...comment le savoir si l’on n’y est pas encore..

            merci smiley


          • olivier cabanel olivier cabanel 12 septembre 11:16

            @howahkan
            belle métaphore.

            alors ne regardons pas le doigt qui tient la flèche, mais empêchons le d’avoir un arc.
            non ?
             smiley

          • howahkan howahkan 12 septembre 12:47

            @olivier cabanel

            tu as visé juste.....ceci dit avec sérieux car cette métaphore qui n’est pas mienne , pas intello donc, car venue dans un rêve plusieurs fois est assez voir très juste..et délivre la réponse elle même que tu as formulée ...

            une bonne formulation ou question, souvent contient la réponse....
             smiley


          • olivier cabanel olivier cabanel 12 septembre 13:31

            @howahkan
            je dis souvent :« quand une question est posée dans tous ces retranchements, elle apporte sa propre réponse »


          • howahkan howahkan 12 septembre 15:03

            @olivier cabanel

            oui et par extension naturelle, vivre c’est résoudre à leurs racines tous problèmes en procédant de la même façon, si le problème n’est pas perçu alors la souffrance-signal amenée par cela signale un problème à résoudre et doit être vécue comme un catalyseur , c’est un acte passif de renonciation de la pensée sous le poids de la douleur créée,

            pensée qui va essayer de résoudre cela qu’elle ne pourra de toutes façons pas,,...quelque chose X, alors donne , montre, la ou les réponses, cela court-circuite la pensée analytique qui alors redevient ce qu’elle est : un outil.....utilisé par une intelligence qui n’est pas personnelle, le conflit a disparu...

            cela va très loin..la solution à tous nos problèmes c’est par là..et justement « on » n’y va pas du tout.....ceci est parti des « anciens » savoirs aujourd’hui perdus..

            la pensée qui fonctionne seule est ce qui crée le désastre....elle n’est pas équipée pour cela..

            d’où vient la réponse est une question intrigante à laquelle bien sur je ne cherche pas de réponse...en tant que « je » je ne peux pas la trouver..

            déjà là on commence a radicalement changer de direction dans sa vie...on allait disons au nord et là on va ailleurs mais plus au nord..

            comme disait mon ami paysan Creusois : on sait t’y quand on sait pas ??


          • gogoRat gogoRat 15 septembre 00:11

            @olivier cabanel

            bis repetita :
             un non sens ne saurait être une « solution »
             Or, un tirage au sort n’étant pas une élection, un « vote de représentants du peuple au « tirage au sort » » étant donc un non-sens , il serait inquiétant que cela puisse passer pour « une solution » !
             
             D’autres pistes ? Pourquoi continuer de poser cette question si on refuse d’envisager la première piste qui vous est suggérée ( Par exemple : réinventer des cahiers de doléances modernes ) / !


          • Harry Stotte 12 septembre 11:47

            «  ....la réalité lorsque des élus FN accèdent au pouvoir, ils devraient réaliser qu’il y a une distance entre le discours et les actes. »


            Et une distance telle que dans la presque totalité des cas, là où des candidats FN ont accédé au pouvoir, les élections suivantes (européennes, départementales et régionales) ont montré une nette progression du vote FN.

            Le cas les plus spectaculaires a été observé au Pontet dans le Vaucluse, où Joris Hébrard après avoir remporté les municipales avec 42.62 % des voix, à l’issue d’une triangulaire, a été confirmé dans ses fonctions de maire, après annulation, par 59.43 % des votants au premier tour.





            • olivier cabanel olivier cabanel 12 septembre 13:30

              @Harry Stotte
              oui, c’est ça le problème des électeurs,

              malgré les condamnation de ce parti, ils continuent de fermer les yeux
              la longue liste des condamnation ou mise en examen de membres du FN ici
              c’est une règle générale, la preuve avec les balkany, 
              les français doivent être un peu maso...

            • Harry Stotte 12 septembre 17:14

              @olivier cabanel

              « ...les français doivent être un peu maso... »


              Non, non. C’est simplement que leurs critères d’appréciation n’ont rien à avoir avec ceux des intellos, déconnectés par définition. Les Français sont pragmatiques et ils savent que la chair est faible.

            • olivier cabanel olivier cabanel 12 septembre 17:23

              @Harry Stotte
              les intellos, déconnectés par définition ?

              si vous pouviez développer ?

            • Harry Stotte 12 septembre 23:28

              @olivier cabanel

              « si vous pouviez développer ? »


              Il y a peu à développer. 


              Ils évoluent dans leurs nuées, chevauchant des chimères et se berçant de ce que Bossuet appelait le plus dérèglement de l’esprit, qui est "de croire les choses parce qu’on veut qu’elles soient, et non parce qu’on a vu qu’elles sont en effet."

            • pallas 12 septembre 11:54
              olivier cabanel,

              Cela fait un certain nombre d’année que je suis ici, et que je critique la Génération 68, avec le ricanement et la mauvaise foi pour réponse.

              Je ne saisi pas trop votre étonnement sur la situation de La France, demain nous sommes en guerre civil et multi ethnique et social, c’est un fait, pour l’heure elle est juste larvée et le pays est au proie à des faits divers d’une violence et d’un nombre hallucinant, augmentant jour après jour.

              Il n’y a pas de politiques, pas d’élites, il n’y a rien au sommet de l’état, car l’état n’existe plus, c’est aussi un fait

              Maintenant la nation s’effondre, et il n’y a rien et surtout personne.

              D’un autre coté il y a nos centrales nucléaires qui sont vieilles, devenant des bombes à retardement, faisant l’ensemble de l’Europe de l’Ouest un enfer nucléaire en devenir totalement certain pire que la catastrophe Japonaise.

              L’avenir un vrai conte de fée digne de l’Enfer de Dante.

              Salut


              • olivier cabanel olivier cabanel 12 septembre 13:35

                @pallas
                pourtant la situation est relativement facile à comprendre

                quand la pseudo gauche, et la droite sont au pouvoir, elles ne font cure du désir des électeurs
                amenant une logique déception
                donc, perte globale de leur crédibilité
                désaffection des urnes
                et envie profonde de « tout envoyer balader »
                l’élection de 2017 pourrait apporter des réponses inattendues, y compris pour celle qui espère l’emporter, mlp
                mais je ne lis pas dans le marc de café
                 smiley 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès