Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > La résurrection de l’UDF ?

La résurrection de l’UDF ?

Mécontent de ne pas hériter de l’hôtel Matignon, Jean-Louis Borloo a décidé de s’écarter lui-même du gouvernement. Pour retrouver un certain anonymat ? Pour soutenir le lobby sarkosyste auprès des petits partis centristes qui gravitent autour de l’UMP ? Peu probable. Jean-Louis Borloo compte bien être de la partie en vue des échéances présidentielles 2012. Sommé de commenter la composition du nouveau gouvernement, il avait d’ailleurs déclaré au Monde : c’est comme l’Allemagne au foot, à la fin c’est le RPR qui gagne. Sa rencontre la semaine dernière avec Hervé Morin n’est pas un hasard. Le président du parti radical valoisien qui parlemente avec celui du Nouveau Centre : tout de suite, l’idée de recréer un pôle centriste à l’image de l’UDF jaillit. 

Quatre prétendants au centre 

Aujourd’hui, la géographie politique du centre est assez complexe. Quatre mouvements centristes se disputent le capital de voix de la défunte UDF : République Solidaire de Dominique de Villepin, Mouvement Démocrate de François Bayrou, Nouveau Centre d’Hervé Morin et Parti Radical Valoisien de Jean-Louis Borloo.

Si ces quatre formations se présentaient aux élections présidentielles, la sélection naturelle ferait son travail en éliminant au moins deux d’entre elles avec l’étape des 500 signatures. Puis, les deux restantes ne seraient qu’une force d’appoint de Nicolas Sarkozy en vue du second tour, faute de légitimité et de reconnaissance auprès des français. 

L’union fait la force

Or, imaginez maintenant, une candidature centriste unique. Non seulement elle permettrait au centre d’enfin disposer d’une légitimité et d’une force non négligeable, capable d’atteindre les 20% des suffrages, mais aussi de recréer le tissu d’élus locaux de l’UDF, qui s’est aujourd’hui éparpillé voir passé à l’ennemi, à l’UMP. La résurrection de l’UDF serait également bénéfique pour chacun des quatre leaders sommés de fusionner, si ils venaient à être désignés comme candidat de cette formation pour le moment fictive en 2012.

devillepin.jpgPour Dominique de Villepin, ce serait l’occasion de disposer d’un vivier de militants non négligeables et d’être à ses aises financièrement afin de se lancer dans une campagne, presque à jeu égal avec Nicolas Sarkozy et le candidat socialiste. Pour Jean-Louis Borloo, ce serait un moyen de légitimer sa personne, souvent présentée comme brouillonne et pas vraiment sérieuse. Avec l’appui, d’une telle formation, nul doute que l’ancien ministre serait corriger cette image.

Quand à Hervé Morin, cela lui conférerait une aura médiatique dont il ne dispose pas actuellement. Pour François Bayrou, c’est sa seule chance de pouvoir être de la partie en 2012 : le MoDem est trop faible pour lui apporter cinq cent signatures. 

L’UDF sur la voie de la résurrection ? Ce serait en tout cas tout bénéfique pour la famille centriste, et pour les ténors actuels qui ont 2012 dans le viseur. A retrouver dans son contexte original sur mon blog.  

Moyenne des avis sur cet article :  1.8/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • asterix asterix 22 novembre 2010 19:10

    Tenez-le vous pour dit : François Bayrou ne se présentera pas en 2012. Et ni Villepin ni Borloo n’appelleront à voter pour le candidat de droite au second tour.
    S’il y a un candidat de droite au second tour ! 


    • Reg68 22 novembre 2010 22:45

      Cher Alex,
      Points à préciser :
      -Villepin n’est pas centriste.
      -Ce n’est pas le MoDem qui apportera les 500 signatures à Bayrou mais des élus de toutes parts que le MoDem ira chercher ou qui viendront lui apporter sans qu’il les demande.
      -Morin avait une raison d’être tant qu’il est dans la majorité ; Hors, il disparaîtra.
      -Borloo, c’est presque pareil, il a une raison d’être tant qu’il est associé à l’UMP. Hors, il disparaîtra.
      Pour ces raisons, Il n’y aura qu’un seul candidat du centre en 2012 : François Bayrou.
      Amicalement smiley
      Régis Baschung


      • LOKERINO LOKERINO 22 novembre 2010 23:34

        Bayrou est le « candidat centriste » preferé de Sarkozy , alors nul doute qu’il les aura les 500 signatures
        Une sorte d’idiot utile !!


        • resistance 23 novembre 2010 01:35

          Peut-être...

          Mais en ce cas on peut dire que Sarkozy est bien sot, parce qu’il ne se rend pas compte que Bayrou est le seul des quatre personnages cités qui puisse le battre. Mais chut ! Il ne faut pas le dire !

        • LOKERINO LOKERINO 23 novembre 2010 06:00

          vous ne trouvez pas Bayrou un peu « carbonisé »

          pendant ces cinq années il aura été souvent a contre temps ..

          Le premier opposant au début du quinquennat , hyperactif contre Sarko alors que le président avait encore les faveurs de l’opinion et qu’il fallait au minimum attendre pour donner une chance et voir les défauts de la présidence Sarkozy et maintenant en retrait alors que la bataille commence vraiment 

          Sans avoir « prouvé » sa capacité a construire cette grande force alternative qu’il promettait aux français , le modem allant d’échec electorale en échec de gestion« democratique » de ce mouvement et qu’il ne sera pas possible d’imputer toujours aux autres ces deboires .. Rejetant encore aujourd’hui tout initiative d’alliance avec ceux qui pourtant sont les plus proches ? sans parler de son échec de rapprochement avec une gauche modéré ( l’initiative De Sarnez Peillon Hue )

          En étant vraisemblablement le plus vieux et ancien des candidats de 2012 , à sa troisième candidature (-sic- quel modèle « d’acharnement »démocratique«  » au frais du contribuable) , candidature par exemple difficilement séduisante pour les jeunes avec un cacique de la politique ayant commencé sa carrière dans les années 70 sous Giscard.. !!

          Avec la concurrence inévitable au centre et à droite jusqu’à Villepin peut être mais aussi avec l’habituel émergence de « troisième homme » résultant du rejet des français du duel preannoncé , pré-vendu UMP/PS

          Ainsi après Chevenement en 2002 et il est vrai Bayrou en 2007 (les deux talonné ou depassé par LePen..) , n’y aura t’il pas mieux placé un ’ou une) Melanchon, Joly, Lepen ou même Villepin ?

          Et globalement un parcours pas vraiment glorieux pour quelqu’un à l’aube de la quarantaine d’années d’action publiqu,e quand même a la charge du contribuable (nous) et qui compte tenu de sa maigre expérience en rapport avec une carrière aussi longue ne peut passer pour un homme du recours , un sage expérimenté aguerri en qualité de premier ministreet/ ou avec une expérience probante sur la scène internationale

          Vous allez me dire que les autres sont pas mieux ( Morin Borloo) certainement ..

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

AJ


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès